Navigation – Plan du site
Varia

Relire Heidi aujourd’hui

La Suisse entre culture ancestrale et modernité
Isabelle Nières-Chevrel

Entrées d’index

Géographique :

Suisse
Haut de page

Texte intégral

1Tout le monde connaît en France le nom de Heidi. Mais que sur quoi se fonde ce « Heidi, je connais » ? Est-ce avoir eu entre les mains une petite adaptation publiée dans les années 1980, avoir vu le dessin animé réalisé en 1974 par Isao Takahata (le réalisateur du Tombeau des lucioles), avoir lu une traduction du roman de Johanna Spyri et, plus précisément, de la première partie de ce roman ? Pour les enfants français de l’après-guerre, ce fut la lecture des six volumes publiés par Flammarion dans les années trente : Heidi, la merveilleuse histoire d’une fille de la montagne (1933), Heidi grandit (1934) avec « une fin inédite du traducteur », puis Heidi jeune fille (1936), Heidi et ses enfants (1939) (tous deux de la plume du traducteur) et Au pays de Heidi (1938), recueil de quatre histoires qui sont cette fois de Johanna Spyri. Flammarion ajoute en 1946 un Heidi grand’mère qui, à nouveau, ne doit rien à l’écrivain suisse.

  • 1 Les illustrations de Tomi Ungerer furent réalisées pour l’édition allemande publiée à Zürich (Dioge (...)

2Le titre original, Heidis Lehr-und Wanderjahre, renvoie au roman de Goethe, Wilhelm Meisters Lehrjahre et Wilhelm Meisters Wanderjahre oder die Entsagenden. Johanna Spyri inscrit donc son roman pour la jeunesse dans la grande tradition allemande du roman de formation (Bildungsroman). Celui-ci est publié chez Perthes à Gotha en 1880. Ce sera son œuvre la plus connue. Le succès du roman est immédiat et il engage Johanna Spyri à lui donner une suite – ce qu’elle n’avait pas initialement envisagé – qui paraît l’année suivante sous le titre Heidi kann brauchen, was es gelernt hat. Les deux volumes sont très vite traduits en français à l’intention des enfants de Suisse romande, sous le titre Heidi et Encore Heidi (1882), chez l’éditeur Georg à Berne et Genève. Des exemplaires en seront diffusés en France par l’éditeur-libraire protestant Fischbacher – sans doute de manière assez confidentielle jusqu’en 1914. Mais c’est aux volumes publiés avec quelque désinvolture par la maison Flammarion que l’histoire de Heidi doit sa célébrité française. Il a fallu attendre 1979 et la publication de la traduction de Luc de Goustine et Alain Huriot à L’École des loisirs, accompagnée des illustrations de Tomi Ungerer pour que nous disposions enfin en France d’une édition respectueuse du travail de la romancière suisse1.

  • 2 La référence aux citations est indiquée par le numéro de page, mis entre parenthèses.

3Je voudrais proposer une relecture du premier volume – très supérieur au second – que je citerai à partir de Heidi, monts et merveilles, la traduction de Luc de Goustine et Alain Huriot2. Le roman de Johanna Spyri est rigoureusement construit, ce que les multiples dégradations de l’œuvre ne permettent pas d’entrevoir. Partir de la construction du roman permet de proposer une lecture de cette construction.

4Le roman est construit sur une opposition entre l’alpage et la ville, entre le haut et le bas, entre l’archaïsme et la modernité, entre la solitude et le groupe. L’histoire est celle d’un aller-retour construit en quatre étapes qui mènent successivement Heidi du village de Maienfeld au hameau de Dörfli, puis à l’alpage où son grand père vit en ermite (1er trajet), de l’alpage à Francfort en traversant Dörfli sans même s’y arrêter (2e trajet), puis, après un séjour à Francfort, de Francfort à l’alpage en passant à nouveau par Maienfeld et Dörfli (3e trajet), et enfin, avec son grand-père cette fois, de l’alpage à Dörfli (4e trajet). Comme si tout le roman n’était que la quête de Dörfli [« petit village »], n’était que la recherche du bon lieu pour vivre en harmonie avec la nature et les hommes.

Vivre dans l’Alpe

5Heidi a perdu ses parents à l’âge d’un an et a été recueillie par la sœur de sa mère. Après s’en être occupée pendant quatre années, celle-ci la dépose tel un paquet chez son grand père paternel, « l’Ancien de l’Alpe », parce qu’elle vient de trouver une excellente place à Francfort. Le livre s’ouvre sur l’image de cette jeune femme « grande et robuste » (première incarnation de la Suisse) qui tire par la main une fillette aux joues toutes rouges et au corps si engoncé qu’on « aurait cru voir un petit être difforme » (11). La montée vers l’alpe est le lieu d’une double métamorphose de la fillette. Pendant que sa tante Odette s’attarde à bavarder avec Barbel, Heidi continue à grimper avec Peter le chevrier, et très vite apparaît une première analogie qui fait de Heidi une chevrette : « Ça y est, je la vois », déclara la Barbel, regarde là-bas ! » et elle pointa le doigt loin du sentier : « Elle grimpe à flanc de montagne avec le Peter et ses chèvres » (16).

6Mais pour grimper comme une petite chèvre, il faut être à l’aise.

  • 3 « Auf einmal setzte das Kind sich auf den Boden nieder, zog mit großer Schnelligkeit Schuhe und Str (...)

« Brusquement, l’enfant s’assit par terre, ôta en un éclair ses chaussures et ses bas, se releva, défit son châle rouge, ouvrit sa robe et l’enleva, il y en avait en-dessous une autre à dégrafer, car la Tante Odette lui avait enfilé sa robe des dimanches par-dessus l’ordinaire pour qu’il n’y ait pas de bagages à porter. En un clin d’œil, la robe de tous les jours tomba et l’enfant se retrouva en jupon léger, les bras nus sous les manches courtes de la chemisette dans l’air d’été. Elle rassembla tout cela en tas et bondit pour rattraper les chèvres et Peter, aussi légère à présent que toute la compagnie3 » (22-23).

7Il y a dans ce déshabillage une délivrance hors de ce corps initial de petit gnome, une identité et une liberté rendues, mais aussi comme le dépouillement nécessaire de celui qui laisse derrière lui la civilisation pour entrer en communion avec la nature. Dès son arrivée, son grand-père lui dit « Apporte donc ton paquet de vêtements » et Heidi lui répond « Je n’en ai plus besoin » (31). Quant à l’image de la chevrette qui se prolonge dans les pages suivantes (23, 26, 46, 95) et que nous retrouverons à son retour de Francfort (228), elle symbolise à la fois la liberté de Heidi et le rapport harmonieux de son corps avec la nature. Être orpheline dans ce roman, ce n’est donc pas être seule, malheureuse et abandonnée ; c’est être autonome, c’est n’être la possession de personne. Il n’y a pas de quête parentale dans Heidi – jamais on ne la voit anxieuse de ses parents morts –, peut-être parce que la montagne est à elle seule la mère-nature qui la comble. La première nourriture, très symbolique, que Heidi reçoit du grand-père est un bol de lait qu’il vient de traire pour elle.

8C’est de nature que Heidi va se « nourrir » pendant les trois années qu’elle passe auprès de son grand-père, dormant dans le foin, jouant avec les chèvres, écoutant la rumeur du vent dans les sapins. Rien ne semblerait devoir venir mettre fin à ce paradis du bonheur fusionnel. C’est le pasteur de Dörfli, puis la tante Odette qui vont avoir pour fonction de réintroduire Heidi dans le temps et dans l’échange social.

  • 4 L’école est obligatoire en Suisse depuis 1832.

9Le vieux pasteur monte un jour dans l’alpe pour rappeler au grand-père que Heidi devrait être à l’école depuis un an déjà4

  • 5 « – der Lehrer hat Euch mahnen lassen, Ihr habt keine Antwort darauf gegeben ; was habt Ihr mit dem (...)
  • 6 Il faut noter que le traducteur rabat la culture protestante suisse sur la tradition catholique fra (...)

« L’instituteur vous a fait prévenir et vous n’avez pas répondu ; que prétendez-vous faire de cet enfant, Voisin?
– Je prétends ne pas l’envoyer à l’école [...]
– Mais que voulez-vous faire de cette enfant? demanda alors le Curé
– Rien, elle pousse parfaitement et s’épanouit comme il faut avec les chèvres et les oiseaux; elle se sent bien avec eux et n’en apprend rien de mal5. » (88-89)6.

10Mais Heidi n’est ni une chèvre ni un oiseau et Johanna Spyri ne peut souscrire à ce programme rousseauiste d’éducation naturelle. C’est le refus du grand-père de redescendre vivre à Dörfli afin que Heidi puisse être scolarisée (90) qui va donner à la tante Odette le rôle de la mauvaise mère, le rôle nécessaire de celle qui sépare. Le prétexte est la demande formulée par un Monsieur Sesemann de Francfort de donner une compagne à sa fille Klara qui est infirme et orpheline de mère. La tante Odette pense qu’il y a là une occasion à saisir et elle vient chercher Heidi aussi brutalement qu’elle l’avait déposée trois ans plus tôt. Heidi refuse tout d’abord et ne se laisse fléchir qu’avec la promesse qu’elle pourra rentrer quand elle le voudra.

Le séjour à Francfort

11Le séjour à Francfort est au centre du récit (chapitres 6 à 12, soit sept chapitres sur quatorze) où il remplit deux fonctions complémentaires. La ville sera pour Heidi le lieu des épreuves et de la détresse, mais aussi celui de l’initiation aux livres et à la religion chrétienne, grâce à la grand-mère de Klara.

12Le séjour de Heidi à Francfort est tout d’abord la mise en contact d’une petite sauvageonne avec la civilisation (dans sa version bourgeoise). À travers son personnage, Johanna Spyri dit quelque chose de son propre étouffement dans la ville de Zurich et de son malaise devant les conventions sociales de son milieu. Tout est ici énigme pour Heidi : les repas, les manières de table, la façon de s’adresser aux domestiques (112-114). Et comment se fait-il qu’on n’aperçoive pas les montagnes depuis les fenêtres ? L’infirmité de Klara n’a pas d’autre rôle dans ce premier volume que de signifier l’immobilité qui s’oppose à la mobilité de Heidi et à son besoin d’espace. Heidi va progressivement vivre ce séjour non seulement comme un enfermement physique mais également comme un enfermement psychologique. Quand elle comprend qu’elle n’est pas libre de repartir à sa guise et, plus encore, que l’amour qu’elle porte à Klara et à la grand-mère de Klara lui interdit d’avouer sa souffrance pour ne pas leur faire de peine, elle tombe physiquement malade : elle maigrit, elle dépérit, elle fait des crises de somnambulisme. Johanna Spyri affirme ici que « le mal du pays » (« Heimweh ») n’est pas un simple et élégant « vague à l’âme », que le corps connaît des maladies qui sont celles de l’esprit (205), et qu’une des souffrances majeures de l’enfance peut être la parole interdite. Le médecin de famille (figure hautement positive du récit) diagnostique la source du mal et ordonne un retour immédiat dans les montages natales :

  • 7 « Zweitens wird das Kind vom Heimweh verzehrt. [...] also schnelle Hilfe! Für das erste Übel und in (...)

« Cette enfant est minée par le mal du pays [...] Il faut immédiatement lui faire respirer l’air de ses montagnes natales. Quant à sa maigreur, il n’y a qu’un remède, c’est le même. L’enfant part demain, voilà mon ordonnance7 » (205).

  • 8 « Dieser Zustand ist keine Krankheit, die man mit Pulvern und Pillen heilt. »

13Monsieur Sesemann est prêt à objecter, ne voulant pas renvoyer malade une petite fille qui est arrivée florissante chez lui. Le médecin se fait alors plus précis : « Cet état n’est pas une maladie que l’on traite avec des poudres et des pilules8 » (206).

  • 9 Le roman est traduit en allemand la même année sous le titre Die Tantenburg oder Sieben Vettern und (...)
  • 10 Les deux parties du roman de Johanna Spyri furent traduits en anglais en 1884. On retrouve le motif (...)

14Délivrée de toute culpabilité à l’égard de Klara et de sa grand-mère, Heidi va pouvoir repartir vers l’alpe pour retrouver son grand-père et renaître à la santé et au bonheur. Le séjour en ville de Heidi s’inscrit dans le topos « santé-enfance-grand’air » que l’on a déjà pu rencontrer dans Eight Cousins (1875) de Louisa Alcott9. Johanna Spyri prolonge le motif dans le second volume de Heidi en faisant accomplir à Klara le trajet inverse et en faisant de la montagne le lieu de guérison de la jeune infirme10.

15Le séjour à Francfort est ambivalent. Il n’est pas qu’épreuves et souffrances. Il est aussi pour Heidi le lieu et le temps de l’acquisition d’un double bagage culturel – celui que récusait le grand-père – grâce à la grand-mère de Klara, seule présence maternelle positive du roman, qui introduit Heidi au monde des livres et à celui de la foi chrétienne.

16La grand-mère va très aisément apprendre à lire à Heidi, là où le précepteur de Klara avait en vain déployé tout son savoir-faire pédagogique. Celui-ci s’étonne de ce miracle avec l’éloquence embarrassée que la romancière s’amuse à lui prêter :

  • 11 « nicht nur, dass das junge Mädchen nach all meinen gründlichen Erklärungen und ungewöhnlichen Bemü (...)

« ...non seulement le fait que la jeune Demoiselle, après les explications exhaustives et les efforts soutenus que j’avais prodigués, n’ait pas réussi à apprendre l’alphabet ; mais aussi, et surtout, le fait que, après que j’eusse décidé, renonçant à l’impossible, et sans plus de commentaires, de lui mettre pour ainsi dire les lettres toutes nues devant les yeux, elle ait appris la lecture dans les plus brefs délais, pratiquement du jour au lendemain, et qu’elle lise avec une précision que j’ai rarement rencontrée chez un débutant. Je suis tout aussi étonné de constater que Bonne Madame ait pu conjecturer cette nouveauté pourtant hautement imprévisible11 » (176-177).

  • 12 « die prächtigen bunten Bilder »

17Ce passage du roman est le seul qui confronte deux modèles éducatifs, l’ancien et le nouveau. Mais il s’agit moins d’opposer deux méthodes de lecture que deux approches relationnelles. Johanna Spyri affirme le rôle central de l’affectivité et de la motivation. Comment la grand-mère s’y est-elle prise ? Elle n’a utilisé ni abécédaire ni livre de classe ; elle a mis sous les yeux de Heidi ce qui est alors une des nouveautés dans le domaine du livre pour enfants, des livres aux « splendides images en couleurs12 » (169). Devant l’une des illustrations, Heidi pousse un cri, regarde avec avidité les personnages et se met à sangloter :

  • 13 « Es war eine schöne grüne Weide, wo allerlei Tierlein herumweideten und an den grünen Gebüschen na (...)

« C’était un grand pré vert où paissaient toutes sortes d’animaux. Au milieu se tenait le pâtre, appuyé sur sa grande houlette, il regardait gambader son troupeau. Tout baignait dans une lumière dorée, car le soleil était à l’horizon, prêt à se coucher13. » (170)

18La grand-mère comprend que l’image a bouleversé Heidi parce qu’elle lui a rappelé quelque chose et elle lui promet de lui raconter l’histoire le soir même. Elle lui explique qu’elle aussi peut apprendre à lire et que lorsqu’elle saura lire, elle pourra connaître l’histoire de ce berger :

  • 14 « du hast den Hirten gesehen auf der schönen grünen Weide – ; sobald du nun lesen kannst, bekommst (...)

« ...tu as vu le berger sur le beau pré vert – dès que tu sauras lire, le livre sera à toi, tu connaîtras son histoire, exactement comme si quelqu’un te la racontait, tu sauras tout ce qu’il fait avec ses moutons et ses chèvres, et toutes les choses étonnantes qui lui arrivent14 » (172).

19Heidi apprend à lire dans ce grand livre et continue à s’attarder sur les images :

  • 15 « Am liebsten beschaute Heidi immer wieder seine grüne Weide und den Hirten mitten unter der Herde, (...)

« L’image préférée de Heidi restait celle du pré vert avec le pâtre au milieu de son troupeau : il avait l’air si content de se trouver là, appuyé sur sa houlette, car il gardait le troupeau de son père [...] Puis venait l’image où, s’étant enfui de la maison paternelle, il se trouvait en pays inconnu et devait garder les cochons [...] Mais il y avait une troisième image dans cette histoire : le vieux père sortant de la maison, tendant les bras à son fils repentant, pour l’accueillir, lui qui s’en revenait tout penaud, amaigri, avec ses habits en loques15. » (178)

20Avec cette description de trois illustrations successives, Johanna Spyri fait affleurer un schéma narratif. Quelle est cette histoire dont l’illustration a tant ému Heidi et grâce à laquelle elle a si vite appris à lire ? Le lecteur adulte dispose d’assez d’éléments pour comprendre très vite qu’il s’agit de la parabole du fils prodigue, mais le titre n’en sera jamais donné. Cet intertexte biblique traverse le roman. Et la romancière le met en place dès le premier chapitre. La tante de Heidi raconte à Barbel le passé du grand père :

  • 16 « eins der schönsten Bauerngüter im Domleschg hat er gehabt. Er war der ältere Sohn und hatte nur n (...)

« Il avait l’une des plus belles fermes de tout Domleschg. C’était l’aîné, et il n’avait qu’un frère, un brave gras tranquille. Mais lui, l’aîné, tout ce qui l’intéressait, c’était de courir la campagne et de jouer au « Monsieur » avec des vauriens que personne ne connaissait. Toute la propriété, il l’a perdue au jeu ou laissé en gage et, en l’apprenant, son père et sa mère périrent de chagrin et le frère, qui en était réduit à mendier, prit la route de désespoir et on ne l’a jamais revu16. » (16-17)

21Possible retour du fils prodigue, mais impossible pardon du père, puisque celui-ci est mort de chagrin.

22Sans que cela ne soit jamais précisé, nous comprenons que le livre proposé par la grand-mère est un recueil d’histoires bibliques destiné aux enfants, et que la parabole va relier le jeune savoir de Heidi au destin de son grand père.

  • 17 Pauvre Blaise (1861) de la Comtesse de Ségur, Le Petit Lord Fauntleroy (1886) de Frances Burnett, M (...)

23C’est de cette double initiation culturelle – acquisition de la lecture et introduction à la vie chrétienne – que Heidi doit être munie avant de repartir dans l’alpe. Arrivée à Francfort avec un simple « ballot de vêtements  » (96), elle quitte la maison de Monsieur Sesemann avec une valise pleine des cadeaux, symbole de ce « bagage » que la grand-mère lui a transmis. C’est à elle en effet qu’est dévolue dans le roman la mission de réconcilier le grand-père avec Dieu et les hommes. Nous retrouvons ici un autre motif assez fréquent dans le roman pour enfants du xixe siècle, celui de l’enfant sauveur (spirituel) de l’adulte17.

24Celle qui a été éduquée va se faire à son tour éducatrice. Si « l’Ancien » vit en ermite dans l’alpe, c’est que sa jeunesse fut semblable à celle du fils prodigue et, qu’une fois revenu au pays, tout le monde lui a tourné le dos. Quand Heidi lui demande pourquoi l’aigle crie du haut du ciel, le grand père répond avec une violence dans la voix :

  • 18 « Der höhnt die Leute aus dort unten, dass sie so zahlreich zusammensitzen in den Dörfern und einan (...)

«  Il se moque des gens qui vivent en bas et qui s’empilent dans les villages en se fâchant entre eux, alors il leur crie en se moquant « Vous feriez mieux de vous séparer et d‘aller chacun votre chemin et de monter sur les hauteurs, comme moi, vous vous sentiriez mieux18 ! » (62)

  • 19 « konnt wieder ins Dörfli herunter und lebt wieder mit den Menschen. Was ist das für ein Leben hier (...)

25Entre l’isolement de l’alpe et la promiscuité des hommes dans la grande ville, où est la bonne distance ? Quand le pasteur de Dörfli vient voir le grand-père pour l’enjoindre de mettre Heidi à l’école, il s’adresse à lui en l’appelant « Voisin ». Si isolé qu’il soit de la communauté des hommes, l’Ancien de l’alpe reste son voisin en Dieu et le vieux prêtre lui dit « Redescendez à Dörfli vivre parmi les hommes. Quelle vie menez-vous donc ici tout seul, en révolte contre Dieu et les hommes19 ! » (90). Mais cette parole adulte pleine de bon sens reste vaine. Ce n’est pas de bon sens dont le grand-père a besoin. Il faut que Heidi quitte son grand-père, qu’elle parte à Francfort et qu’elle en rapporte les détours de la parabole, le discours de la fiction qui seul pourra nourrir son coeur et l’apaiser.

  • 20 « Jetzt las Heidi mit großer Teilnahme von dem Sohne, der es gut hatte daheim, wo draußen auf des V (...)

« Heidi se mit à lire, en y mettant tout son sentiment, l’histoire du fils qui menait une vie agréable, dehors dans les prés de son père où paissaient de belles vaches et de jolis moutons, et lui, vêtu de sa chaude houppelande, appuyé sur sa houlette de berger, se tenait parmi les bêtes dans la prairie et contemplait la splendeur du crépuscule, ainsi qu’on pouvait voir sur l’illustration20 » (241)

  • 21 « Aber auf einmal wollte er sein Hab und Gut für sich haben und sein eigner Meister sein und forder (...)

26Johanna Spyri enchaîne en insérant cette fois le texte biblique : « Or voici qu’il voulut être son propre maître et qu’il demanda à son père de lui donner ce qu’il lui revenait de son bien et qu’il partit à l’étranger et dilapida tout ce qu’il avait21 [...] » jusqu’à ce que le fils se mette à pleurer de tristesse et de repentir, et pense :

  • 22 « Ich will zu meinem Vater gehen und ihn um Verzeihung bitten und ihm sagen, ich bin nicht mehr wer (...)

« Il faut que je parte et que j’aille trouver mon père pour lui demander pardon et lui dire « Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils, traite-moi comme un de tes serviteurs. Et, alors qu’il était encore loin de sa maison, son père l’aperçut et vint en courant à sa rencontre.»
…« Et que crois-tu qu’il fit, Grand-père », dit Heidi en interrompant sa lecture, « crois-tu que son père était encore fâché et qu’il lui a dit : c’est bien fait pour toi; je t’avais prévenu !...? Écoute bien la suite22. » (241-242).

27C’est par la voix d’une petite fille lisant la parabole qui l’avait tant émue que le grand-père peut enfin entendre que le pardon du père mis en avant par la parabole vaut également pour lui. Réconcilié avec lui-même, il peut enfin revenir parmi les hommes et, main dans la main, redescendre à Dörfli avec Heidi pour participer à l’office du dimanche. Au-delà de la parabole évangélique, c’est le pouvoir de la fiction que Johanna Spyri met ici en abyme dans son propre roman.

28Le séjour à Francfort remplit donc une double fonction dans l’économie du roman. Il permet à Heidi de passer d’un bonheur sensuel, fusionnel et immédiat à une maturité où les liens avec autrui trouvent leur juste place et, parallèlement, de réinscrire son grand-père dans la communauté des hommes. Dans cet aller-retour entre l’alpe et Francfort, Heidi est le roman d’éducation d’une sauvageonne et d’un vieux sauvage.

Être suisse

29Reste un problème. S’il faut une grande ville à opposer à l’alpage, pourquoi est-ce la ville allemande de Francfort et non la ville suisse de Zurich que choisit Johanna Spyri ? Zurich qui est « la grande ville » venant s’opposer à Hirzel, le petit village près de Zurich de la libre enfance de Johanna Spyri ; Zurich qui fut la ville de sa vie d’adulte et de femme mariée, mal à l’aise dans les contraintes que lui imposait son milieu. Pourquoi fait-elle le choix d’une grande ville étrangère ? La réponse semble être : pour donner à ses compatriotes à voir la Suisse de l’extérieur.

  • 23 « Er erklärte der Dame, sie habe ohne Zögern einen Koffer zur Stelle zu schaffen, die sämtliche Hab (...)

30Heidi est le diminutif d’Adélaïde et ce n’est que sous ce seul prénom – plus « chrétien » – que Mademoiselle Rottenmeier, gouvernante de Klara, accepte de s’adresser à Heidi (105). Mais Johanna Spyri prête encore furtivement une troisième dénomination à son héroïne. « La dame devait préparer un bagage avec les affaires de la petite Suissesse – c’est ainsi [que Monsieur Sesemann] nommait Heidi, dont le nom ne lui était guère familier23... » (208).

31Johanna Spyri utilise Mademoiselle Rottenmeier et Sébastien le maître d’hôtel pour faire porter deux regards extérieurs sur la Suisse et ses habitants, aussi caricaturaux l’un que l’autre. Pourquoi Mademoiselle Rottenmeier, à la recherche d’une compagne pour Klara, s’est-elle tournée vers la Suisse ?

  • 24 « da ich ja weiß, wie sehr Sie darauf halten, dass nur Gutes und Edles Ihre Tochter umgebe, hatte i (...)

« Sachant combien vous tenez à ce que rien n’approche votre fille qui ne soit toute bonté et toute noblesse, j’avais tourné mon choix vers une jeune Suissesse, dans l’espoir de voir entrer sous votre toit un de ces êtres qui – je l’ai lu maintes fois – sont nés de l’air pur des montagnes et qui traversent la vie, pour ainsi dire, sans toucher terre.
– Je crois bien, observa Monsieur Sesemann, que même en Suisse, les enfants touchent terre quand ils marchent. Sinon, ils auraient des ailes, et non des pieds24 » (157).

32Quant à Sébastien, c’est lui que Monsieur Sesemann charge de raccompagner Heidi jusqu’à Dörfli. Mais arrivés à Maienfeld, il faut descendre du train et terminer le trajet à pied en s’aventurant dans des terres inconnues !

  • 25 « er wäre viel lieber so sicher und ohne Mühe weitergereist, als dass er nun eine Fußpartie unterne (...)

« [Sébastien] aurait préféré, de beaucoup, continuer ce voyage sans risque ni fatigue, plutôt que d’entreprendre une marche à pied qui se terminerait d’ailleurs par une ascension qui pourrait être pénible, voire dangereuse, dans une contrée où tout était encore à demi-sauvage, du moins le supposait-il. Il regarda prudemment autour de lui, cherchant quelqu’un qui lui indiquerait le chemin le plus sûr jusqu’à Dörfli. Non loin de la petite gare, il aperçut une charrette attelée d’un maigre cheval ; un homme aux larges épaules y chargeait de gros sacs qui venaient d’arriver par le train. Sébastien s’approcha de lui et demanda quel était le chemin le plus sûr vers Dörfli.
– Ici, tous les chemins sont sûrs !, fut la réponse.
Sébastien demanda alors quel était le chemin que l’on pût emprunter sans être précipité dans un abîme25... » (217)

33Si Mademoiselle Rottenmeier a rencontré une fillette qui remet en cause sa représentation angélique du peuple suisse, Sébastien, lui, s’est dérobé à l’expérience : il confie Heidi au voiturier et repart en gardant ses préjugés intacts. Qu’est-ce que la Suisse ? Quel peuple peuvent donc produire ces montages entre l’éther et l’abîme ? À quoi ressemble un Suisse en 1880 ? N’y a-t-il place dans ces montagnes que pour des anges hors du temps ou des sauvages hors de l’Histoire ?

  • 26 « Öhi » ou « Alm-Öhi ». Ces termes sont empruntés au dialecte suisse allemand.

34C’est une seconde dénomination qui nous met sur la voie de cette interrogation sous-jacente. Dès l’ouverture du texte, le grand-père de Heidi est appelé « l’Ancien » ou « l’Ancien de l’alpe26 » (13) et c’est ainsi qu’il sera le plus fréquemment désigné tout au long du roman. Il apparaît ainsi comme le représentant des valeurs ancestrales de la Suisse, d’une Suisse tiraillée entre son enracinement dans une économie alpestre et l’émergence de la société industrielle. Sans que rien ne nous soit précisé, il est clair que la richesse de Monsieur Sesemann, qui voyage beaucoup, est une richesse liée aux activités urbaines du commerce ou de l’industrie. La modernité qu’incarne la ville allemande de Francfort n’apparaît dans le roman que sous la forme négative du déracinement et de l’exode rural. Quand la tante Odette laisse Heidi en garde à l’Ancien, elle traverse Dörfli au plus vite pour ne pas avoir à répondre aux reproches. Mais accepter une « bonne place » à Francfort, c’est également signer sa rupture avec le groupe. Au hasard d’une escapade dans la ville, Heidi se lie d’amitié avec un petit joueur d’orgue de Barbarie. Celui-ci est illettré comme Peter le chevrier, l’ami de Heidi. Il en est en quelque sorte le double urbain ; mais à la ville, c’est la mendicité qui se substitue à l’activité économique précaire mais effective du jeune chevrier. La seule positivité de la ville dans le roman est intellectuelle : c’est le savoir du médecin qui déchiffre le mal dont souffre la fillette, ce sont ces livres bien adaptés aux enfants dont la grand-mère de Klara lui fait don.

35Peut-on aller jusqu’à dire qu’il y a dans Heidi quelque chose qui relève de la parabole politique ? Johanna Spyri incarne-t-elle la vieille démocratie suisse dans le personnage de Heidi ? La petite fille est en effet le seul personnage du roman qui fasse le trajet complet dans les deux sens. Elle est la médiatrice entre l’alpe et la ville, entre les valeurs ancestrales et le monde moderne. Heidi, futur du groupe, rapporte de la ville ce que la ville lui a donné de bon. Mais suffira-t-il que toutes les Heidi et que tous les Peter apprennent à lire et aient confiance en Dieu, pour que soit préservé le fragile équilibre de ces petits paradis d’enfance qui ont nom Hirzel ou Dörfli ?

  • 27 Titre donné par P.-J. Stahl (Hetzel) dans sa traduction du roman en 1885.

36Le roman de Johanna Spyri était parfaitement recevable par la culture française des années 1880. Son écriture et ses thématiques étaient en accord avec ce qui se publiait et se traduisait alors. On trouve dans le roman une série de thèmes et de motifs qui sont dans l’air du temps : la santé par le grand air, déjà évoqué, un couple de fillettes complémentaires et socialement opposées comme dans Rose et ses sept cousins27 de Louisa Alcott, une réflexion sur l’éducation aussi bien en ce qui concerne les codes sociaux que la nécessité d’une éducation scolaire pour le peuple (on peut se souvenir pour l’Italie des Aventures de Pinocchio, 1881-1883). La seule réserve aurait pu venir de la dimension, non pas religieuse, mais protestante du roman. Mais on sait que les romans venus de la culture protestante anglaise et américaine ont été importés sans difficulté par des éditeurs laïques, et en tout premier lieu par Hetzel. Ce qui a manqué au roman de Johanna Spyri en 1882, c’est une prise en charge par un grand éditeur parisien. La situation sera toute autre après 1930. Heidi est cette fois entre les mains de la puissante maison Flammarion. Les thèmes que le roman développe entrent en résonance avec une nostalgie du passé, une valorisation du monde rural et d’une peur latente du futur (que les slogans du pétainisme rendront explicite). On peut conclure que la très bonne traduction proposée en 1979 par L’École des loisirs est venue trop tard. Heidi évoque toujours le libre bonheur d’une fillette dans l’alpage, buvant du lait frais et couchant dans le foin, c'est-à-dire un ensemble de motifs beaucoup plus qu’un roman très construit qui met en fiction les interrogations de la Suisse sur son entrée dans la révolution industrielle.

Haut de page

Notes

1 Les illustrations de Tomi Ungerer furent réalisées pour l’édition allemande publiée à Zürich (Diogenes Verlag) en 1978.

2 La référence aux citations est indiquée par le numéro de page, mis entre parenthèses.

3 « Auf einmal setzte das Kind sich auf den Boden nieder, zog mit großer Schnelligkeit Schuhe und Strümpfe aus, stand wieder auf, zog ein rotes, dickes Halstuch weg, machte sein Röckchen auf, zog es schnell aus und hatte gleich noch eins auszuhäkeln, denn die Base Dete hatte ihm das Sonntagskleidchen über das Alltagszeug angezogen, um der Kürze willen, damit niemand es tragen müsse. Blitzschnell war auch das Alltagsröcklein weg und nun stand das Kind im leichten Unterröckchen, die bloßen Arme aus den kurzen Hemdärmelchen vergnüglich in die Luft hinausstreckend. Dann legte es schön alles auf ein Häufchen, und nun sprang und kletterte es hinter den Geißen und neben dem Peter her, so leicht als nur eines aus der ganzen Gesellschaft. »

4 L’école est obligatoire en Suisse depuis 1832.

5 « – der Lehrer hat Euch mahnen lassen, Ihr habt keine Antwort darauf gegeben ; was habt Ihr mit dem Kind im Sinn, Nachbar ?

  • Ich habe im Sinn, es nicht in die Schule zu schicken, war die Antwort. [...]

  • Was wollt Ihr mit dem Kinde machen?, fragte jetzt der Herr Pfarrer.

  • Nichts, es wächst und gedeiht mit den Geißen und den Vögeln; bein denen ist es ihm wohl und es lernt nichts Böses von ihnen. »

6 Il faut noter que le traducteur rabat la culture protestante suisse sur la tradition catholique française – erreur que ne commet pas Ungerer dans son illustration (p. 86).

7 « Zweitens wird das Kind vom Heimweh verzehrt. [...] also schnelle Hilfe! Für das erste Übel und in hohem Grade stattfindene Nervenaufregung gibt es nur ein Heilmittel, nämlich, dass du sofort das Kind in die heimatliche Bergluft zurückversetzest; für das zweite gibt’s ebenfalls nur eine Medizin, nämlich ganz dieselbe. Demnach reist das Kind morgen ab, das ist mein Rezept. »

8 « Dieser Zustand ist keine Krankheit, die man mit Pulvern und Pillen heilt. »

9 Le roman est traduit en allemand la même année sous le titre Die Tantenburg oder Sieben Vettern und eine Base et en français chez Henri Mignot à Lausanne en 1877 sous le titre Sept cousins. Il n’est pas impossible que Johanna Spyri le connaisse.

10 Les deux parties du roman de Johanna Spyri furent traduits en anglais en 1884. On retrouve le motif « santé-enfance-grand’air » dans The Secret Garden (1911) de Frances Hodgson Burnett.

11 « nicht nur, dass das junge Mädchen nach all meinen gründlichen Erklärungen und ungewöhnlichen Bemühungen das Abc nicht erlernt hat, sondern auch und besonders, dass es jetzt in kürzester Zeit, nachdem ich mich entschlossen hatte, das Unerreichbare aus den Augen zu lassen und ohne alle weiter greifenden Erläuterungen nur noch sozusagen die nackten Buchstaben vor die Augen des jungen Mädchens zu bringen, sozusagen über Nacht das Lesen erfasst hat und dann sogleich mit einer Korrektheit die Worte liest, wie mir bei Anfängern noch selten vorgekommen ist. Fast ebenso wunderbar ist mir die Wahrnehmung, dass die gnädige Frau gerade diese fern liegende Tatsache als Möglichkeit vermutete. »

12 « die prächtigen bunten Bilder »

13 « Es war eine schöne grüne Weide, wo allerlei Tierlein herumweideten und an den grünen Gebüschen nagten. In der Mitte stand der Hirt, auf einen langen Stab gestützt, der schaute den fröhlichen Tierchen zu. Alles war wie in Goldschimmer gemalt, denn hinten am Horizont war eben die Sonne im Untergehen. »

14 « du hast den Hirten gesehen auf der schönen grünen Weide – ; sobald du nun lesen kannst, bekommst du das Buch, das kannst du seine ganze Geschichte vernehmen, ganz so, als ob sir dir jemand erzählte, alles, was er macht mit seinen Schafen und Ziegen und was ihm für merkwürdige Dinge begegnen. »

15 « Am liebsten beschaute Heidi immer wieder seine grüne Weide und den Hirten mitten unter der Herde, wie er so vergnüglich auf seinen langen Stab gelehnt dastand, denn da war er noch bei der schönen Herde des Vaters [...] Aber dann kam das Bild, wo er, vom Vaterhaus weggelaufen, nun in der Fremde war und die Schweinchen hüten musste [...] Aber dann kam noch ein Bild zu der Geschichte: Da kam der alte Vater mit ausgebreiteten armen aus dem Hause heraus und lief dem heimkehrenden, reuigen Sohn entgegen, um ihn zu empfangen, der ganz furchtsam und abgemagert in einem zerrissenen Wams daherkam. »

16 « eins der schönsten Bauerngüter im Domleschg hat er gehabt. Er war der ältere Sohn und hatte nur noch einen Bruder, der war still und ordentlich. Aber der Ältere wollte nichts tun als den Herrn spielen und im Land herumfahren und mit bösem Volk zu tun haben, das niemand kannte. Den ganzen Hof hat er verspielt und verzecht, und wie es herauskam, da sind sein Vater und seine Mutter hintereinander gestorben vor lauter Gram, und der Bruder, der nun auch am Bettelstab war, ist vor Verdruss ind die Welt hinaus, es weiß kein Mensch, wohin »

17 Pauvre Blaise (1861) de la Comtesse de Ségur, Le Petit Lord Fauntleroy (1886) de Frances Burnett, Mon Petit Trott (1898) d’André Lichtenberger.

18 « Der höhnt die Leute aus dort unten, dass sie so zahlreich zusammensitzen in den Dörfern und einander bös machen. Da höhnt er hinunter: “Würdet ihr auseinander gehen und jedes seinen Weg und auf eine Höhe steigen wie ich, so wär’s euch wohler!“ »

19 « konnt wieder ins Dörfli herunter und lebt wieder mit den Menschen. Was ist das für ein Leben hier oben, allein und verbittert gegen Gott und Menschen! »

20 « Jetzt las Heidi mit großer Teilnahme von dem Sohne, der es gut hatte daheim, wo draußen auf des Vaters Feldern die schönen Kühe und Schäflein weideten und er in einem schönen Mäntelchen, auf seinen Hirtenstab gestützt, bei ihnen auf der Weide stehen und dem Sonnenuntergang zusehen konnte, wie es alles auf dem Bilde zu sehen war. »

21 « Aber auf einmal wollte er sein Hab und Gut für sich haben und sein eigner Meister sein und forderte es dem Vater ab und lief fort damit und verprasste alles. »

22 « Ich will zu meinem Vater gehen und ihn um Verzeihung bitten und ihm sagen, ich bin nicht mehr wert, dein Sohn zu heißen, aber lass mich nur dein Tagelöhner bei dir sein. Und wie er von ferne gegen das Haus seines Vaters kam, da sah ihn der Vater und kam herausgelaufen – wa meinst du jetzt, Großvater?, unterbrach sich Heidi in seinem Vorlesen. „Jetzt meinst du, der Vater sei noch böse und sage zu ihm: ‚Ich habe dir’s ja gesagt.’? Jetzt hör nur, was kommt »

23 « Er erklärte der Dame, sie habe ohne Zögern einen Koffer zur Stelle zu schaffen, die sämtliche Habe des Schweizerkindes hineinzupacken – so nannte Herr Sesemann gewöhnlich das Heidi, dessen Name ihm etwas ungewohnt war »

24 « da ich ja weiß, wie sehr Sie darauf halten, dass nur Gutes und Edles Ihre Tochter umgebe, hatte ich meinen Sinn auf ein junges Schweizermädchen gerichtet, indem ich hoffte, eines jener Wesen bei uns eintreten zu sehen, von denen ich schon so oft gelesen, welche, der reinen Bergluft entsprossen, sozusagen ohne die Erde zu berühren, durch das Leben gehen.

– Ich glaube zwar, bemerkte hier Herr Sesemann, dass auch die Schweizerkinder den Erdboden berühren, wenn sie vorwärts kommen wollen; sonst wären ihnen noch Flügel gewachsen statt der Füße. »

25 « er wäre viel lieber so sicher und ohne Mühe weitergereist, als dass er nun eine Fußpartie unternehmen sollte, die dazu noch mit einer Bergbesteigung enden musste, die sehr beschwerlich und dazu gefahrvoll sein konnte in diesem Lande, wo doch alles noch halb wild war, wie Sebastian annahm. Er schaute daher sehr vorsichtig um sich, wen er etwa beraten könnte über den sichersten Weg nach dem „Dörfli“. Unweit des kleinen Stationsgebäudes stand ein kleiner Leiterwagen mit einem mageren Rösslein davor; auf diesen wurden von einem breitschulterigen Manne ein paar große Säcke aufgeladen, die mit der Bahn hergebracht worden waren. Sebastian trat zu ihm heran und brachte seine Frage nach dem sichersten Weg zum Dörfli vor.

„Hier sind alle Wege sicher“, war die kurze Antwort.

Jetzt fragte Sebastian nach dem besten Wege, auf dem man gehen könne, ohne in die Abgründe zu stürzen. »

26 « Öhi » ou « Alm-Öhi ». Ces termes sont empruntés au dialecte suisse allemand.

27 Titre donné par P.-J. Stahl (Hetzel) dans sa traduction du roman en 1885.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Nières-Chevrel, « Relire Heidi aujourd’hui », Strenæ [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 17 avril 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/266 ; DOI : 10.4000/strenae.266

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org