Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Au cœur de l’image

La revue Hors Cadre[s]
Marianne Berissi

Résumé

Dans le paysage critique de la littérature de jeunesse, quel est le positionnement de la revue Hors Cadre[s], qui se définit comme « observatoire de l’album et des littératures graphiques » ? La lecture des parutions qui ont jalonné les douze dernières années tente de mettre au jour les tensions à l’œuvre entre le refus de la lourdeur didactique, de l’académisme, et l’exigence rigoureuse des analyses, de caractériser la richesse de cette voix singulière qui s’est donné pour tâche de croiser les regards pour faire tomber les frontières.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sophie Van der Linden, « Hors-Cadre[s]. Observatoire de l’album et des littératures graphiques », B (...)
  • 2 Jean Starobinski, La Relation critique. L'Œil vivant II, réédition revue et augmentée, Paris, Galli (...)

1La revue Hors Cadre[s] est un fragile édifice qui repose sur un paradoxe fondateur : se placer « hors », faire le « pas de côté » qu’appelle de ses vœux la rédactrice en chef Sophie Van der Linden1, le pas qui permet d’abolir les frontières d’âge, de genres littéraires, de spécialités. Paradoxalement, cette culture du « hors » s’accompagne d’une exploration de l’intimité de l’œuvre qui conduit du coup à déplacer le regard au cœur même de la création et au cœur de l’image. On peut faire l’hypothèse que la revue tente de mettre à l'épreuve les deux positions de la relation critique telles que définies par Starobinski2 : le « surplomb » et l’« intimité ». L’intimité, posture d’un lecteur fasciné par l’œuvre, fait écho au surplomb quand ce dernier cherche à rompre le silence où l’enferment l’admiration et le respect. Selon Starobinski, la critique complète est le regard qui sait exiger tour à tour surplomb et intimité, qui oscille entre le regard panoramique du juge et celui de l'indentification intuitive. Nous tenterons de démontrer comment la relation critique telle que l'envisage la revue Hors Cadre[s] dépasse le stade de l'oscillation en produisant un discours critique de surplomb qui construit dans le même temps une relation intime à l’œuvre.

  • 3 Michel Melot, Conférence tenue dans le cadre de l'École de l'Institut d'histoire du livre en 2004 c (...)

2Michel Melot, dans sa conférence sur « Le livre comme forme symbolique3 », met au jour l’aporie qui a sans cesse accompagné le regard critique sur l’album, dont la définition fait pourtant désormais consensus, qu’on le considère comme genre éditorial ou comme genre littéraire. Il y note en effet que l’histoire de cet objet composite est écartelée entre l’histoire du livre et l’histoire de l’art et que son approche a longtemps entretenu une opposition factice entre un monde du texte qui relèverait de l’intelligible et un monde de l’image qui ressortirait au sensible. Il semblerait que la nouveauté du regard que porte Hors Cadre[s] sur cet objet réside dans une approche qui cesse de lire l'album à l'aune de la relation entre le texte et l’image. Cette relation, si elle est définitoire, qu’elle suppose une quelconque subordination de l’un à l’autre, ou qu’elle soit le constat d’une complémentarité, ne peut en effet convenir à une lecture critique qui s’intéresse au produit fini, interaction des deux précisément. Le terme même de littérature graphique entend dépasser les cadres génériques désormais trop étroits de l’album, du livre illustré ou de la bande dessinée, ainsi que le revendique le sous-titre de la revue, Observatoire de l’album et des littératures graphiques.

Au-delà des frontières

  • 4 « Edito », Hors Cadre[s], numéro 1, octobre 2007.
  • 5 Isabelle Nières-Chevrel (dir.), Littérature de jeunesse, incertaines frontières, Actes du colloque (...)
  • 6 Le numéro 1 s’attache à l’exploration tous azimuts de la notion « hors cadre[s] » (présentation du (...)

3Le titre, comme les éditoriaux de la plupart des livraisons, insiste sur la nécessaire abolition des frontières : la revue entend ne plus établir de distinction, ni de hiérarchie entre l’album pour enfants et les littératures graphiques adressées à l’adolescent ou à l’adulte. L’affirmation signe l’acte de naissance de la revue dans le premier éditorial4 : le projet de la revue est né de l’expérience de l’Université d’été de l’image pour la jeunesse de l’Institut International Charles-Perrault, qui a tenté d’explorer « les tendances contemporaines de l’album en s’aventurant dans ses marges et en débordant ses frontières incertaines ». Ce premier éditorial doit se lire comme une référence et un hommage à l’héritage de Jean Perrot, en particulier l'attirance que l’universitaire manifeste pour le renouvellement des formes et les vertus éducatives de l’invention. Il doit se lire aussi comme un clin d’œil au premier colloque consacré à la littérature de jeunesse à Cerisy en 2004 et dont les travaux ont été publiés sous le titre Littérature de jeunesse, incertaines frontières5. Le titre de la revue et le thème du premier numéro6 constituaient à eux seuls une gageure qui hypothéquait l’avenir en forçant les contributeurs à « inventer » une suite à ce premier opus. D'un numéro à l'autre, le défi semble avoir été relevé.

  • 7 Béatrice Poncelet, Dans la véranda, Art à la page, 2012.
  • 8 « Variations Poncelet », Hors Cadre[s], numéro 10, mars 2012, p. 10.
  • 9 « Des goûts et des colères », Hors Cadre[s], numéro 15, L'écriture littéraire, octobre 2014, p. 19.
  • 10 « Traits minuscules : Portraits de minutieux », Hors Cadre[s], numéro 11, Le minuscule, octobre 201 (...)
  • 11 Ibid, p. 7.

4Si, cinq ans plus tard, telle chronique sur l’album de Poncelet, Dans la véranda7, signale au passage que cette nouvelle publication de l’auteur-illustrateur jeunesse est « un album résolument pour adultes8 », la plupart des articles ne posent pas la question en ces termes. Il s’agit de traiter de manière indifférenciée plusieurs types de productions aux publics disparates comme en écho à la versatilité des auteurs qui publient à la fois dans des collections jeunesse et adulte. Dans le « [Zoom sur] » l'album L'une belle l'autre pas de Christophe Honoré et Gwen Le Gac, Françoise Gouyou-Beauchamps qui situe l'œuvre dans « l'univers romanesque de Christophe Honoré », constate qu'on y retrouve « la marque de fabrique de Christophe Honoré » pour conclure : « Ne cédant rien de l'exigence assignée à l'écriture, Christophe Honoré et Gwen Le Gac font de la discontinuité narrative la force de cet album9. » Rien ne signale la spécificité du lectorat dans cette analyse qui met en lumière le tissage des liens entre l'album et les romans d'Honoré. La revue s'intéresse à des auteurs qui publient à la fois des BD et des albums, à des artistes résolument inclassables comme Blexbolex, Glen Baxter, Jean Teulé ou Paul Cox. Nathalie Guimard fait même de cette qualité une catégorie critique quand elle qualifie Benoît Jacques d'auteur « inclassable, fort heureusement pour lui 10 » ou constate que le travail de Marion Fayolle fait éclater les repères : « Avec son premier ouvrage, L'Homme en pièces, et ses scènes composées comme des poèmes, ses séquences cinématographiques sans cases, elle s'éloigne de la bande dessinée et de l'illustration pour basculer dans une autre dimension proche de l'art contemporain11. » Parti-pris qui implique inévitablement un croisement des regards, une conjugaison des voix et des approches, soit que le contributeur soit lui-même prolixe, inclassable et que son regard critique protéiforme s'exerce dans des domaines divers, soit que l’organisation d’un numéro prenne soin d’alterner et de faire dialoguer des voix venues d’horizons divers sur une même thématique.

  • 12 « Pages noires », Hors Cadre[s], numéro 7, octobre 2010.

5Ce parti-pris est sensible, par exemple, dans la rubrique « [Dans mon canoë] » de Yann Fastier, bibliothécaire, auteur jeunesse, auteur de BD, auteur d’un blog, contributeur à la revue littéraire Le matricule des anges, lequel illustre ses articles sur d’autres œuvres de ses propres dessins, toujours en rapport avec la question traitée. Il se lit également dans le choix des thématiques de la revue comme dans l'organisation et la répartition des articles. La plupart des objets d’étude sont abordés sous un angle transversal qui défie une lecture générique ou typologique. C'est ainsi que l'article inaugural du premier numéro de la revue, « D’un cadre à l’autre. Quand le texte devient album ou bande dessinée », de Liliane Cheilan, aborde aussi bien la transposition de textes en albums (La Chèvre de M. Seguin, illustré par Anne Wilsdorf chez Quiquandquoi) qu'en BD (le très atypique Château d'Olivier Deprez d’après Kafka chez Fremok). Un autre article de Liliane Cheilan intitulé « Pages noires12 » place sous un même regard albums, BD ou objets inclassables comme Quatre chevaux dans un album, publié chez Harlin Quist.

6D’une manière générale, les auteurs ou les thèmes abordés, tout en faisant une juste place aux valeurs reconnues ou aux thèmes classiques, comme le documentaire, l'humour ou la couleur sont délibérément cherchés dans des zones qu’on appelle « alternatives » en BD mais qui existent aussi en album ou dans le domaine de l’illustration.

7Cet éclectisme ne rime pas pour autant avec incohérence, comme en témoigne l'organisation des rubriques. Le choix est fait d’alterner visions d'ensemble qui embrassent un corpus large d'un œil panoramique et micro-lectures ainsi qu'en témoigne la diversité des rubriques instituées : les rubriques « [De fond en comble] », approfondissent l'étude d’une problématique, les « [Zoom sur ]» se focalisent sur un album, un auteur ou un sous-thème de la problématique générale, « [Interview] » et « [Carte blanche] » permettent de croiser les points de vue, tandis que la rubrique « [Premier livre] » vise à abolir les frontières entre professionnels reconnus et jeunes talents débutants en proposant à la fin de chaque numéro un jeu-concours sous forme de consigne de création à contrainte destiné à fabriquer le mini-livre à détacher du numéro suivant. L'humour des « Instructions de montage » sous forme de recette de cuisine témoigne d'ailleurs d'une impertinence assumée.

  • 13 Jean-Marie Gleize, « Nioques », La Revue des revues, n°46, 2011.

8De cette expérience de regards croisés que les fondateurs de la revue ont voulu poursuivre est née une chimère qui réunit des éditeurs (L’atelier du poisson soluble, Quiquandquoi), une institution (l’Institut International Charles-Perrault) et des créateurs tels Yann Fastier et Nicolas Bianco-Levrin. Au fil des numéros, les éléments de la chimère se recomposent, démontrant la capacité d’accueil de la revue, mais aussi le miracle du difficile équilibre qu'est une publication de ce genre. « Les cabanes sont des lieux d’autonomie provisoire, des lieux fragiles, on y passe, on y accueille, on sait qu’elles peuvent être détruites. On les reconstruira ailleurs. Les revues sont aussi des cabanes », rappelait Jean-Marie Gleize13.

9L'abolition des frontières se manifeste bien évidemment dans l'accueil fait aux littératures étrangères et dans les liens tissés avec les lectures critiques d'autres pays. Il s'agit là d’une hospitalité au sens propre, qui rappelle les principes qui régissent l’Institut Perrault, à savoir réunir les regards de tous les pays et de toutes les tendances. C'est la rubrique baptisée d'un titre anglais « [World of images] » qui abolit au sens propre les frontières en donnant un aperçu dans chaque numéro sur la littérature graphique d’un pays différent. Ce choix atteste d'une des particularités de la littérature de jeunesse, caractérisée par la circulation des textes au-delà des frontières géographiques, qui trouve son origine sans doute dans l’universalité du conte et qui se traduit ici, par exemple, par la collaboration avec l'Associazione Culturale italienne Hamelin (premier éditeur de Iela Mari) et l'éditeur espagnol Pantalia qui publie une version espagnole de la revue, Fuera [de] margen.

10La cohérence qui fait tenir l'édifice est rappelée par l'éditorial du numéro 10 qui dresse un bilan en demi-teinte cinq ans après la publication du premier numéro : les frontières résistent. Libraires, bibliothécaires et éditeurs sont tenus de catégoriser, l’album peine à s’affranchir de son complément déterminatif (pour enfants) et les lecteurs comme les critiques restent attachés à leurs domaines de prédilection, la bande dessinée, le roman historique ou le documentaire... Question qui mérite qu’on s’y arrête.

11La raison en est vraisemblablement que, comme le souligne Antoine Compagnon à propos de la littérature du xxe siècle, le genre, dont tout lecteur a une connaissance empirique, est le cadre à l’aune duquel on juge l’innovation. La nouveauté ne résulterait donc pas de l’abolition des frontières mais de leur transgression et, en cela, la revue a rempli sa mission d’observation critique. Qu’elle s’intéresse aux albums sans texte ou au documentaire, c’est de la transgression des codes qu’il est question. Le choix des thèmes semble toujours émerger de l’observation des tendances de l’édition contemporaine et de facto s’inscrire dans le projet de mesurer la part d’innovation et de renouvellement.

Un rapport complexe au temps

  • 14 Éditorial du numéro 39 de La Revue des revues à l’occasion des 20 ans d’Ent’revues, publié le 3 jan (...)
  • 15 « Illustrer Alice après », Hors Cadre[s], n°9, L’illustration des contes, mars 2011.

12Toute revue est un « pari sur le temps », un pari sur la durée d’existence de la publication, pari sur la capacité à « cueillir à leur naissance les écritures et les œuvres nouvelles14 », mais aussi celui de prendre le temps d’analyser grâce à un regard rétrospectif. Capacité dont on mesure l’importance dans une société soumise à l’urgence. En cela, Hors Cadre[s], ne déroge pas aux contraintes : une revue jeune, dans l’ombre des « anciennes », résolument tournée vers les évolutions du paysage éditorial qu’elle replace dans une perspective « diachronique » si on peut hasarder le terme dans le domaine du langage visuel, pour donner de l’épaisseur aux phénomènes étudiés, car c’est bien d’étude qu’il s’agit. Tel éditorial sur l’illustration des contes commence par passer en revue en les citant les illustrateurs marquants pour remonter aux frontispices des origines, quand l’article de Liliane Cheilan intitulé « Illustrer Alice après » pose clairement la question de la difficulté à se démarquer de l’empreinte de Tenniel15.

  • 16 Albert Thibaudet, Physiologie de la critique, Paris, La Nouvelle Revue critique, 1930, p. 9.

13L’enjeu pour une revue est d’attraper quelque chose de l’air du temps, d’être aux aguets, d’avoir le regard acéré… mais aussi, comme le dit la conclusion du numéro 10, d’interroger « en toute humilité, ce qu’est un livre mémorable », de faire des propositions hors du champ du simple témoignage qui manifesterait le goût d’une époque. Ce faisant, la revue vise une lecture hors du temps également, c’est-à-dire dépouillée des attributs qui font la « mode » en quelque sorte, débarrassée de l’obsolescence inévitable du regard critique. Quand Thibaudet16 opposait la critique des « porte-toge » (les professeurs) à celle des « porte-plume » (les journalistes), il les distinguait en fonction de leur rapport au temps, les premiers s’intéressant aux œuvres du passé, les seconds aux œuvres du présent, pour dire vite les choses. La distinction est toujours utile d’autant que la recherche universitaire investit le domaine de la littérature de jeunesse par des approches souvent ancrées dans l'histoire de la littérature, tandis que les revues – à l’exception notable de Nous voulons lire! – se donnent, quant à elles, pour mission principale une analyse des productions contemporaines. On peut se demander s’il ne faut pas voir dans cette chronique de l'actualité littéraire pour la jeunesse un héritage lointain du passage au crible systématique des publications par les censeurs comme l’Abbé Bethléem ou Jean Calvet. S’il est bien évidemment historiquement justifié que les premières revues consacrées à la littérature de jeunesse aient accompagné la naissance des premières bibliothèques pour enfants par la constitution de listes utiles aux bibliothécaires, ce dont elles se sont depuis partiellement affranchies, la plupart rechignent à abandonner la fonction de conseil.

  • 17 Christian Doumet, « Accueillir les periodicities », La Revue des revues, n°52, 2014.

14Toutefois, il faut nuancer ce parti-pris s’agissant de Hors Cadre[s] : les rubriques « [De fond en comble] », par exemple, entendent ancrer le regard critique dans une généalogie, tout en refusant l’inventaire systématique, la somme savante comme la critique anecdotique. Exercice périlleux qui entend développer un regard critique sur la nouveauté tout en se refusant à assumer les trois fonctions que Brunetière assignait à la critique : juger, classer, expliquer. Nombre d’éditoriaux ou d’articles légitiment leur propos par les « tendances » de l’édition : le renouveau du documentaire, le retour du littéraire après des années de triomphe de l’image, etc. Il s'agit de se situer dans l'entre-deux, de produire un discours critique aussi éloigné que possible de la brève commerciale que de la pesanteur didactique, de tenir la ligne de crête entre l'enthousiasme d'un blog et la sécheresse d'une recension critique. Défi majeur qui concerne à la fois le style, la tonalité et le regard. Décidément autre, le regard que porte Hors Cadre[s] sur la production jeunesse est un regard nouveau sur un objet littéraire nouveau, « …car à la différence des quotidiens, les revues ont une mémoire. Chaque livraison ne frappe pas les précédentes d’obsolescence : s’ajoutant à une série, elle l’ouvre au contraire, en augmente l’étendue et la complexité, rompant d’autant avec le déversement quotidien des « nouvelles » et le ressassement de l’unique vérité : à savoir que les hommes se plaisent toujours à oublier17… ».

  • 18 Le blanc, Revue Hors Cadre [s], n° 2, mars 2008, Le noir, Revue Hors Cadre [s], n° 7, octobre 2010, (...)

15Les liens entre les numéros tissent ainsi un ensemble critique, une somme où s’agrègent au fil des parutions de nouveaux regards qui s’ajoutent sans s’annuler. Il en va ainsi du numéro sur la couleur, dont Sophie Van der Linden dit qu’il a été « appelé par nos précédents numéros sur le blanc puis sur le noir, pour lesquels nous avons sans cesse été renvoyés à la couleur – qu’il s’agisse de la texture même de ces prétendues non-couleurs ou de leur rôle de valorisation des autres couleurs18 ».

  • 19 Michel Manson, Les Livres pour lenfance et la jeunesse sous la Révolution, Institut national de re (...)
  • 20 Francis Marcoin, « Critiquer la littérature de jeunesse : pistes pour un bilan et des perspectives  (...)
  • 21 Christiane Clerc, « Les illustrateurs français sortent de l’anonymat », dans Images à la page. Une (...)

16On a pu constater par le passé que la légitimation de la littérature de jeunesse et de la critique qui lui est consacrée passait bien souvent par la mention des publications pour la jeunesse dans la presse non spécialisée. Les articles de Michel Abescat dans Télérama ou la chronique hebdomadaire de Denis Cheissoux et Patrice Wolf, L'as-tu lu mon p'tit loup? sur France Inter contribuent ainsi à élargir le champ du dicours critique sur les productions jeunesse. Le phénomène n'est pas nouveau cependant. Michel Manson19, comme le rappelle Francis Marcoin20, avait mis en évidence l’existence, dès le xixe siècle, d’un « discours d’escorte » des publications pour enfants dans des journaux prestigieux comme Le Mercure de France ou le Journal de Paris. Pour ce qui concerne le discours sur l’image, il faut attendre les années soixante-dix, comme le rappelle Christiane Clerc dans son article « Les illustrateurs français sortent de l’anonymat21 », pour que le livre pour enfants ait « droit de cité dans la presse, parce qu’il devenait le lieu d’une création esthétique affranchie des contraintes mercantiles de la publicité ». Dans ces années d’explosion et de renouvellement de l’image du livre jeunesse, la critique légitime s’est intéressée aux illustrateurs dès lors que la possibilité d’expérimenter de nouvelles techniques les a conduits à exporter leur travail de la publicité vers le livre pour enfants. Cette porosité avait déjà été encouragée au xixe siècle par l'entreprise éditoriale de l'éditeur Pierre-Jules Hetzel, qui accueillit les artistes de son temps dans Le Nouveau magasin des enfants (1844-1851). La nouveauté crée le besoin d’un « discours d’escorte » comme le nomme Marcoin, qui pour autant ne soit pas forcément et pas exclusivement un discours d’éditeur. Comme le rappelle Isabelle Nières-Chevrel, les enfants ne produisant pas de discours critique autre que la manifestation de leur plaisir de lecteur, il échoit aux adultes de s'en charger.

  • 22 Isabelle Nières-Chevrel, « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue d'histoire littéra (...)

Or ces mécanismes d’évaluation critique, dit-elle, jouent nécessairement en faveur des goûts et de la culture de ceux qui évaluent, à savoir des adultes lettrés : tout naturellement ces adultes s’intéressent d’abord à ce qu’ils lisent eux-mêmes, à ces « livres pour adultes » qu’éditeurs et libraires regroupent sous l’expression de « Littérature générale »22.

On peut situer, semble-t-il, la démarche de Hors Cadre[s] dans la lignée de ces affranchissements successifs des cadres et des territoires, en particulier dans sa capacité à dessiller le regard du lecteur.

  • 23 Thierry Defert, « Harlin Quist et François Ruy-Vidal, des créateurs en liberté », dans Christiane A (...)
  • 24 Voir à ce propos le catalogue de l’exposition des Libraires associés et de la librairie Michèle Nor (...)
  • 25 Images à la page. Une histoire de l'image dans les livres pour enfants, Catalogue de l'Exposition « (...)

17La première interview de François Ruy-Vidal, signant le pacte fondateur du renouveau de l’image pour enfants qui démode avec une assurance sereine tout ce qui précède, avait été réalisée par Thierry Defert en 1971 pour la revue Phoenix23. Les articles de Rumeurs d’humeurs sont les seules rubriques régulières sur l’actualité de l’image où le livre d’enfants ait sa place dans une publication non spécialisée entre 1980 et 1983, comme le signale Christiane Clerc. On se rappelle également que la célèbre revue suisse Graphis, animée par Walter Herdeg, fit date en publiant en 1967 un numéro spécial consacré à l’illustration contemporaine pour la jeunesse dans le monde et que c’est à l’occasion de la publication d’une publicité consacrée aux publications d’Harlin Quist en quatrième de couverture que l’on découvrit « le Skira des livres pour enfants », selon la formule de Bertil Galland24. On peut avancer que la revue Hors Cadre[s] s’inscrit dans la continuité de ces tendances qui accompagnent la nouveauté tout en s’adossant à ce qui précède mais qu’à la différence de ces revues institutionnelles qui accueillaient la critique des livres jeunesse considérés au même niveau que les autres publications, il s’est agi ici de faire place aux autres littératures dans une publication en partie consacrée à l’album pour enfants, même si l'expression n'est pas heureuse comme le faisait remarquer Roland Topor dans son texte, « Le livre pour enfants, un fief de l'art pompier » : « Je n'aime pas l'appellation « livre pour enfants ». On dirait qu'il s'agit d'un engrais destiné à faire pousser des salades ou d'une catégorie de nourriture pour animaux25 ».

  • 26 Revue Hors Cadre [s], Zooms sur cinq ans de création, n° 10, mars 2012, p. 24-29.

18Si l’on en croit l’éditorial du numéro 1 de Hors Cadre[s], que confirme la présentation de la revue publiée par le Bulletin des Bibliothèques de France en juillet 2015, cette publication née en 2007 trouve son origine dans une nouveauté générique éditoriale. Elle serait donc née de la nécessité de soumettre à un regard critique une nouvelle forme de littérature en train de s’épanouir. Ce discours répond à un besoin de se justifier, comme si tout initiateur de revue était de facto sommé de répondre à la question posée en son temps par l’enquête de la Revue des revues : pourquoi une nouvelle revue de plus ? L’idée serait donc qu’on assigne implicitement un rôle à une revue, qui ne saurait se satisfaire d’une sorte de gratuité réservée à la seule expression artistique. De fait, le numéro 10, « Arrêt en chemin », présenté dans le numéro 9 comme « point d’étape, arrêt inédit sur la création contemporaine vue par des critiques et des créateurs qui observent de près les secteurs de l’album et de la bande dessinée », ne déroge pas à cette injonction implicite de légitimation puisque les concepteurs se hasardent à y interroger quelques-uns des artistes, dont les œuvres sont régulièrement chroniquées, sur l’utilité et le rôle de la critique. Ce numéro de critique réflexive autoréférentielle a fait le choix inédit d'interroger les acteurs sur la production même du discours critique à leur égard dans l'interview «Ils s'expriment sur la critique26». Et, à la lecture des réponses, la surprise le dispute à la déception : d’aucuns, comme Béatrice Alemagna, entendent le terme dans son sens commun et ravivent d’anciens souvenirs douloureux ; d’autres, c'est le cas d'Antoine Guilloppé, redoutent une critique universitaire aseptisante ; les plus bienveillants, telle Anne Brouillard, la déclarent utile au livre et aux éditeurs, mais sans effet aucun sur leur création.

19Il faut dès lors se tourner vers les lecteurs pour tenter de justifier l’existence d’une telle publication. C’est là que le bât blesse : en littérature de jeunesse, comme l’a depuis longtemps constaté Marc Soriano, les consommateurs ne sont pas les payeurs, il en résulte donc une tendance à s’adresser aux adultes prescripteurs de livres pour enfants, d’où le vertige des listes ! On pourrait parler de double critique comme on parle de double énonciation au théâtre, phénomène récurrent dans toutes les revues qui s’adressent aux prescripteurs en prenant en compte le jeune lecteur. À vrai dire Hors Cadre[s] ne semble pas se préoccuper d'une quelconque hiérarchisation des lectorats et l'on peut avancer qu'une telle position critique fait écho aux injonctions éditoriales de François Ruy-Vidal et d’Harlin Quist en leur temps. On se souvient par exemple d’une brochure présentant les titres à paraître chez Harlin Quist en 1967 dont le slogan était : « Le livres d’Harlin Quist, les enfants les choisissent et les aiment. Les parents sont fiers de les offrir ». En cherchant une voie intermédiaire entre prescripteurs et lecteurs, entre témoins et acteurs, la revue témoigne de sa capacité à réinventer des manières de lire et de penser la littérature de jeunesse.

  • 27 Sophie Van der Linden, « Hors-Cadre[s] », op. cit, p. 34-36
  • 28 Thierry Defert et Anne Cornu, « À propos des images pour enfants », Zoom, mars-avril 1975, n° 229.

20Si la revue Hors Cadre[s] entend jouer hors jeu dans ce domaine-là également, force est de constater que la question la taraude malgré tout. Sophie Van der Linden évoque la part du « risque pris à s’aventurer sur des terrains insuffisamment défrichés », et le soulagement de voir que « certains numéros restent d’actualité longtemps après leur publication27 ». Dans le numéro bilan de mi-parcours qui adopte une forme inhabituelle, il s’agit de faire des « [Zoom] » sur les publications qui ont marqué les dix dernières années. Cette rubrique de la revue renvoie peut-être à la revue Zoom, laquelle avait publié un article sur les livres pour enfants28. L’éditorial revendique le « choix de la subjectivité », motivé à la fois par le refus assumé de la hiérarchisation et de la sélection d’une part et, d’autre part, par le découragement devant l'immensité de la production. Il s’agit donc de proposer « seize choix personnels d’observateurs de l’album, de la BD, ou des littératures graphiques », visant à construire un paysage kaléidoscopique où domine l’éclectisme, assumant la part de sélection inhérente à tout choix. Le contributeur est conduit à abandonner son poste « d’observateur », et une forme de neutralité bienveillante, confirmant la position de François Ruy-Vidal qui proclamait dans le manifeste inaugurant l’un de ses catalogues Livres pour la jeunesse 1977-1978 : « N’offrez pas un livre qu’il ne vous ait d’abord séduit. Surtout un livre pour enfants. »

Entre création et réflexion

  • 29 Sophie Van der Linden, « Hors-Cadre[s] », op. cit.
  • 30 Yann Fastier, « Petit monstre », Hors Cadre[s], n°10, Mars 2012, p. 21.
  • 31 Catherine Renaud, « Idiot!, un album qui dérange? », Hors Cadre[s], n°10, mars 2012, p. 14-15.
  • 32 Anne-Laure Cognet, « De l’encre sur la page », Hors Cadre[s], n°13, octobre 2013, p. 14.

21D’où cette tension entre une critique informée qui, malgré qu’elle en ait, s’en remet à des outils scientifiques d’analyse du livre, de l’image et du texte et une critique supposée « naïve » ou « spontanée » pour reprendre encore les catégories de Thibaudet, dans une revue qui entend proposer des « analyses fouillées tout en n’étant pas universitaires29 ». Tendance manifeste à la fois dans le corpus abordé, l’analyse qui en est produite et l'appartenance des contributeurs. La revue Hors Cadre[s], si elle fait la part belle aux artistes qui accordent une attention toute particulière au livre en tant que support et ont des préoccupations graphiques, comme Anne Herbauts, Béatrice Poncelet ou Anne Brouillard, valeurs reconnues s’il en est dans le domaine de la littérature de jeunesse, ne s’interdit pas de musarder du côté des « livres non remboursés par la sécurité sociale », comme les nomme Yann Fastier dans sa chronique sur Juste avant il y avait un plafond30, du côté des territoires de la BD expérimentale ou encore des albums non traduits en français (l’album norvégien Idiot!)31. Pour autant, la critique, qui se revendique non-universitaire, analyse les techniques de production des images, comme les sérigraphies du duo Icinori, la linogravure et les typings de Renaud Perrin, elle s’intéresse aux techniques de fabrication du livre, telles que les pages en concertina et la reliure japonaise de Botanique circus, réfléchit sur le statut du livre papier à l’ère du numérique dans un numéro spécial, sur la « supernova Gutenberg » à propos de l’album Même si… de Nicolas Bianco-Levrin, voire se hasarde sur les chemins de la littéralité en s’interrogeant sur l’adaptation des contes, la narration ou le retour du littéraire dans l’album. On le voit donc, autant de questions qui ne sauraient être examinées hors de la sphère de la recherche universitaire ou du moins de la critique « scientifique », dont est issue, malgré qu'elle en ait, une revue qui s'est dès le premier numéro revendiquée de l'approche comparatiste universitaire de Jean Perrot. On peut citer à titre d'exemple l’article d’Anne-Laure Cognet, « De l’encre sur la page32 », qui passe en revue les évolutions techniques de l’impression chromatique et leurs implications tant du point de vue du créateur que de l’imprimeur.

  • 33 Bruno Duborgel, Imaginaire et pédagogie, Le Sourire qui mord, 1983.
  • 34 Sophie Van der Linden, « Hors-Cadre[s] », op. cit.

22Il ne faut pas oublier également que la critique du livre jeunesse revient de loin : entre prescription et proscription, la voie était étroite et le chemin difficile à défricher. Si le contenu des textes que la société donnait à lire à ses enfants a longtemps fait l’objet d’une bataille entre tenants du réalisme et partisans de l’imagination, entre défenseurs de la morale et éducateurs subversifs, on serait tenté de croire que de tels débats n’ont pas agité le domaine de l’image et de l'illustration. Bruno Duborgel affirme le contraire et démontre clairement dans sa thèse Imaginaire et pédagogie33 comment la société au travers de l’école s’emploie à une domestication réductrice de l’imaginaire enfantin en le canalisant vers la raison. Il importait donc de poser un regard serein sur les productions et, pour ce faire, le choix a été fait en partie d’interroger les créateurs qui s’expriment dans chaque numéro par le biais d’une forme d’entretien inhabituel intitulé « [L’interview en images] » mais également par des chroniques qui les sollicitent en tant que créateurs en les invitant à poser un regard de « spécialiste » sur les productions de leurs contemporains. Assumer la subjectivité de la lecture a ainsi conduit à la création des « cartes blanches offertes aux créateurs » pour développer des points de vue originaux sur des ouvrages, destinés à « impliquer les créateurs sur leur propre terrain, à la fois visuel et conceptuel34 ».

23L'ouverture à la création est manifeste non seulement dans la sollicitation du regard critique des créateurs mais aussi dans leur participation à la création de chaque numéro. La revue ne déroge pas à la tradition des grandes publications en confiant les couvertures aux grands noms de l'illustration, le duo Icinori, Cruschiform, Anne Herbauts ou Blexbolex. La participation des artistes à l'entreprise de création collective n'a rien d'anecdotique puisque leur travail fait l'objet d'une lecture critique dans les pages du numéro, ce qui signe l'originalité de l'entreprise. Il faut en outre remarquer que l'esthétique de la revue, charte graphique, papier et organisation de la page, contribue à mettre en valeur l'identité de la publication. Elle n'a pas varié depuis le premier numéro et se présente comme un « vêtement haute-couture », pour emprunter à Maurice Sendak sa description de l'album, qui se caractérise par la densité des textes et la richesse de l'iconographie. Force est de constater que cette exigence fait écho à celle des créateurs de l'album au sens noble du terme.

24François Ruy-Vidal, dans ses parti-pris iconoclastes, a défini de manière définitive à la fois l’esthétique de l’album et la lecture que peut en faire l’adulte :

  • 35 François Ruy-Vidal, Bulletin d’Analyse du Livre pour enfants, n°19, mars-avril 1970.

Je suis « pour » l’image, pas forcément « contre » le texte littéraire, mais certainement contre l’illustration explicative et colorée à tout prix et contre les salivations des spécialistes de la littérature enfantine. Il n’y a pas de races spéciales d’écrivains pour enfants. Comme je refuse qu’il y ait des catégories d’images pour enfants et d’autres catégories pour adultes. [...] Je ne publie pas pour endormir les enfants, ni pour les faire dormir debout. Un livre adapté aux enfants d’un âge précis me paraît être de courte portée. Un bon livre est un bon livre. Les effets secondaires d’une lecture-émotion, avec les entrelacs de résonances de l’image et du texte en contrepoint, ne dépendent certainement pas d’une mastication explicative, d’une condescendance, d’une sécurisation, d’une concession à l’âge, au niveau mental, à la catégorie des enfants, etc. C’est au nom de ce racisme, sécurisant les adultes-juges de livres pour enfants et psycho-pédagogues, que beaucoup de livres sont produits et que les meilleurs sont rejetés. [...] Faire des livres pour les enfants est une erreur. Faire des livres qu’on peut mettre entre les mains d’enfants, aussi, me convient beaucoup plus35.

L’expression de « racisme sécurisant les adultes-juges » serait de nature à décourager toute tentative de lecture critique, n’étaient quelques adultes récalcitrants qui s’y croient autorisés, dont font partie probablement les collaborateurs de la revue Hors Cadre[s].

Haut de page

Notes

1 Sophie Van der Linden, « Hors-Cadre[s]. Observatoire de l’album et des littératures graphiques », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n°6, 2015, p. 34-36 [en ligne] http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2015-06-0034-004.

2 Jean Starobinski, La Relation critique. L'Œil vivant II, réédition revue et augmentée, Paris, Gallimard, 1970 (Paris, Gallimard, 2001).

3 Michel Melot, Conférence tenue dans le cadre de l'École de l'Institut d'histoire du livre en 2004 consultable en ligne : http://ihl.enssib.fr/le-livre-comme-forme-symbolique.

4 « Edito », Hors Cadre[s], numéro 1, octobre 2007.

5 Isabelle Nières-Chevrel (dir.), Littérature de jeunesse, incertaines frontières, Actes du colloque de Cerisy la Salle, Paris, Gallimard, Hors Série prescription, 2005.

6 Le numéro 1 s’attache à l’exploration tous azimuts de la notion « hors cadre[s] » (présentation du numéro sur le site de l’Atelier du poisson soluble).

7 Béatrice Poncelet, Dans la véranda, Art à la page, 2012.

8 « Variations Poncelet », Hors Cadre[s], numéro 10, mars 2012, p. 10.

9 « Des goûts et des colères », Hors Cadre[s], numéro 15, L'écriture littéraire, octobre 2014, p. 19.

10 « Traits minuscules : Portraits de minutieux », Hors Cadre[s], numéro 11, Le minuscule, octobre 2012, p. 9.

11 Ibid, p. 7.

12 « Pages noires », Hors Cadre[s], numéro 7, octobre 2010.

13 Jean-Marie Gleize, « Nioques », La Revue des revues, n°46, 2011.

14 Éditorial du numéro 39 de La Revue des revues à l’occasion des 20 ans d’Ent’revues, publié le 3 janvier 2013.

15 « Illustrer Alice après », Hors Cadre[s], n°9, L’illustration des contes, mars 2011.

16 Albert Thibaudet, Physiologie de la critique, Paris, La Nouvelle Revue critique, 1930, p. 9.

17 Christian Doumet, « Accueillir les periodicities », La Revue des revues, n°52, 2014.

18 Le blanc, Revue Hors Cadre [s], n° 2, mars 2008, Le noir, Revue Hors Cadre [s], n° 7, octobre 2010, La couleur, Revue Hors Cadre [s], n° 13, octobre 2013.

19 Michel Manson, Les Livres pour lenfance et la jeunesse sous la Révolution, Institut national de recherche pédagogique, ENS éditions, 1989.

20 Francis Marcoin, « Critiquer la littérature de jeunesse : pistes pour un bilan et des perspectives », Le français aujourd'hui, 2/2005 (n° 149) , p. 23-34.

21 Christiane Clerc, « Les illustrateurs français sortent de l’anonymat », dans Images à la page. Une histoire de l'image dans les livres pour enfants, Catalogue de l'Exposition « Images à la page, l'illustration du livre pour enfants en France (1954-1984) » au Centre national d'Art et de Culture Georges Pompidou, Hors Série, Gallimard Jeunesse, Paris,1984, p. 53.

22 Isabelle Nières-Chevrel, « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue d'histoire littéraire de la France, vol. 102, n°1, 2002, p. 97-114.

23 Thierry Defert, « Harlin Quist et François Ruy-Vidal, des créateurs en liberté », dans Christiane Abbadie-Clerc, Images à la page :une histoire de l’image dans les livres pour enfants, Gallimard, 1984, p. 39-41, Interview à Phoenix en 1971.

24 Voir à ce propos le catalogue de l’exposition des Libraires associés et de la librairie Michèle Noret, Les Livres d’Harlin Quist et de François Ruy-Vidal, Catalogue bibliographique (1964-2003), 2013.

25 Images à la page. Une histoire de l'image dans les livres pour enfants, Catalogue de l'Exposition « Images à la page, l'illustration du livre pour enfants en France (1954-1984) » au Centre national d'Art et de Culture Georges Pompidou, Hors Série, Gallimard Jeunesse, Paris, 1984.

26 Revue Hors Cadre [s], Zooms sur cinq ans de création, n° 10, mars 2012, p. 24-29.

27 Sophie Van der Linden, « Hors-Cadre[s] », op. cit, p. 34-36

28 Thierry Defert et Anne Cornu, « À propos des images pour enfants », Zoom, mars-avril 1975, n° 229.

29 Sophie Van der Linden, « Hors-Cadre[s] », op. cit.

30 Yann Fastier, « Petit monstre », Hors Cadre[s], n°10, Mars 2012, p. 21.

31 Catherine Renaud, « Idiot!, un album qui dérange? », Hors Cadre[s], n°10, mars 2012, p. 14-15.

32 Anne-Laure Cognet, « De l’encre sur la page », Hors Cadre[s], n°13, octobre 2013, p. 14.

33 Bruno Duborgel, Imaginaire et pédagogie, Le Sourire qui mord, 1983.

34 Sophie Van der Linden, « Hors-Cadre[s] », op. cit.

35 François Ruy-Vidal, Bulletin d’Analyse du Livre pour enfants, n°19, mars-avril 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Berissi, « Au cœur de l’image », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1754 ; DOI : 10.4000/strenae.1754

Haut de page

Auteur

Marianne Berissi

ESPE de Paris, Université Paris IV : laboratoire STIH (Sens Texte Informatique Histoire), Labex OBVIL (Observation de la Vie Littéraire)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org