Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le documentaire pour la jeunesse en Pologne avant et après 1989 : terminologie et critique

Agnieszka Wandel

Résumé

Le but de l’article est de préciser la place des documentaires dans la critique des livres pour enfants en Pologne de 1945 à nos jours. On commencera par poser la question de la terminologie, pour déboucher sur une présentation de l’état des recherches sur le documentaire qui permettra de montrer les opinions les plus fréquentes sur le rôle des documentaires formulées avant et après 1989 (donc avant et après la chute du régime communiste)1.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 C’est-à-dire les spécialistes des sciences de l'écrit, de l’ensemble des disciplines qui ont le liv (...)

1Les livres documentaires représentent un secteur très important de la production éditoriale pour la jeunesse. Ils sont perçus comme un outil d'apprentissage et d'élargissement des horizons, ils sont aimés des jeunes lecteurs et appréciés dans les bibliothèques. Pourtant, ils sont rarement analysés par les critiques de la littérature qui les traitent souvent comme un genre mineur. Ce sont tout d’abord les bibliologues2, les bibliothécaires et les éditeurs, ainsi que les médiateurs visant à diffuser du savoir qui essayent d’en définir la forme optimale et de développer la meilleure stratégie pour promouvoir ce genre d’ouvrages. Le but de cet article est de préciser la place des documentaires dans la critique de la production éditoriale pour la jeunesse en Pologne de 1945 à nos jours. On commencera par poser la question de la terminologie, pour déboucher sur une présentation de l’état des recherches sur le documentaire qui permettra de montrer les opinions les plus fréquentes sur le rôle des documentaires formulées avant et après 1989 (soit avant et après la chute du régime communiste).

Problèmes terminologiques

2Tout d’abord, il faut souligner que le polonais ne possède pas de terme satisfaisant pour traduire la notion d’ « ouvrage documentaire pour la jeunesse ». Le plus souvent, on utilise comme équivalent l’expression książka popularnonaukowa dla dzieci i młodzieży (littéralement : livre de vulgarisation scientifique pour la jeunesse). Le terme était très populaire avant 1989, mais aujourd’hui, dans le débat académique, il est très souvent critiqué pour des raisons historiques, comme appartenant à une autre époque. On cherche à le remplacer par un nouveau mot dont l’extension sémantique serait un peu plus vaste (comme dans l’expression française « documentaire ») et qui serait mieux adapté au développement thématique et formel de ce genre de livres (un terme qui engloberait donc aussi les livres qui ne sont pas purement scientifiques). Les changements qu’on observe aujourd’hui dans le domaine du livre pour la jeunesse et l’afflux de nouveaux livres documentaires traduits notamment de l’anglais, du français et du suédois (dont les traductions étaient presque complètement absentes avant 1989) ont complètement bouleversé notre vision de ce genre de livres. En effet, il s’agit d’une offre complètement différente de celle de l’époque précédente traitant les sujets totalement absents auparavant et consacrés notamment à la mode et aux idoles de la musique ou du cinéma ainsi qu’à certains effets physiologiques. Certains chercheurs se demandent donc si, par exemple, un livre sur… le caca (!) relève de la vulgarisation scientifique. Peut-on qualifier de ce nom une quasi-biographie de One Direction ou un quasi-guide du film Star Wars ? Et enfin : comment nommer les livres pour les tout-petits traitant de la vie quotidienne et de savoirs élémentaires très répandus aujourd’hui, mais qui étaient presque complètement inconnus en Pologne populaire ? En effet, le mot « imagier » n’est pas connu non plus en polonais.

  • 3 Par exemple Marek Kątny, Droga do wiedzy : o literaturze popularnonaukowej dla młodego odbiorcy, Ki (...)
  • 4 Par exemple Michał Zając, « Książki edukacyjne dla dzieci i młodzieży: wczoraj, dziś i jutro » dans (...)
  • 5 J’ai comparé quelques ouvrages généralistes français et polonais du domaine de la science du livre (...)

3Les chercheurs proposent différents équivalents pour remplacer le terme vieilli, mais cela ne réussit que partiellement. Pour le moment, une seule expression a connu un certain succès, książka edukacyjna (littéralement : livre d’éducation), surtout employée pour décrire l’offre destinée aux plus jeunes. En effet, aujourd’hui, dans la littérature professionnelle polonaise, pour décrire le documentaire contemporain, on utilise les termes livre de vulgarisation scientifique 3 ou livre d’éducation4, selon les préférences individuelles de l’auteur. L’apparition d’un nouveau terme n’a donc pas résolu le problème et la terminologie dans ce domaine n’est pas cohérente. La situation est exacerbée par le fait que les dictionnaires polonais n’ordonnent pas la terminologie et ne proposent pas de terme adéquat pour l’objet de notre recherche, parce que la définition du « documentaire » en est absente5.

4Enfin, le statut incertain du documentaire au sein de la production éditoriale pour la jeunesse est indiqué par les statistiques officielles. Les « Chiffres clés : Livre » (dernier numéro disponible : 2013) publiés par le ministère (français) de la Culture et de la Communication présentent les données dans le secteur du livre de jeunesse divisées en trois sections : (a) éveil, petite enfance, albums à colorier ; (b) fiction ; et (c) documentaire. Ceci permet d’observer le développement de chacune d’entre elles et d’en estimer les proportions. Le chercheur polonais ne trouve pas d’informations similaires. L’annuaire « Ruch Wydawniczy w Liczbach » publié par la Bibliothèque nationale polonaise (Polish Publishing in Figures ; dernier numéro disponible : LVIII (2012), montre seulement les statistiques relatives à la catégorie générale « livres pour la jeunesse ». Les statistiques officielles relatives à la production éditoriale sont les sources d’information principales sur le développement du marché du livre documentaire. Les lacunes dans ce domaine ont, à côté des difficultés terminologiques, un impact important sur l’état de la critique des documentaires en Pologne, et notamment, sont à l’origine de l’absence d’études générales consacrées à l’édition de ce genre d’ouvrages.

L’évolution du statut du documentaire dans le temps

5Les opinions sur les documentaires, leur rôle, utilité et forme éditoriale ainsi que les critères de leur évaluation ont changé selon les besoins et les attentes de la société à l’égard de ce genre de livres. Mon but est de comparer la perception du rôle du documentaire pendant deux périodes distinctes de l’histoire de la Pologne : l’époque de la Pologne communiste (1945-1989) et la période de la IIIe République, à partir de 1989.

La Pologne populaire (1945-1989)

  • 6 Bogumiła Staniów, « Rola książki popularnonaukowej dla dzieci i młodzieży w Polsce w latach 1945-19 (...)
  • 7 Ibid.

6Après la Seconde Guerre mondiale, le sujet est tout d’abord étudié par les pédagogues. Le célèbre pédagogue, psychologue et médecin polonais Stefan Szuman, professeur à l’Université Jagellonne, démontre alors dans ses publications que les enfants et les adolescents ont besoin d’une littérature de vulgarisation scientifique6. Ses études dans ce domaine montrent que les lecteurs attendent des livres qui parlent de psychologie, de vie sociale, d’arts et de science. Il signale donc la nécessité de publier des livres qui traitent du mal, de la fausseté et de la violence, ainsi que des livres de divers domaines qui expliquent les problèmes sociaux et politiques, les mécanismes régissant la vie de la nature, l’histoire des découvertes et des explorations. Un autre pédagogue, Kazimierz Wojciechowski, professeur de l’Université de Varsovie, note cependant que la littérature documentaire se vend mal parce que le public n’a pas encore été préparé à la demander. Il critique aussi les lacunes et les faiblesses des œuvres de vulgarisation accessibles sur le marché, notamment le langage trop professionnel, difficile à comprendre pour un profane, et la mise en page décourageante (sans titres de chapitres, table des matières, guide du lecteur, etc.7).

7Le premier colloque consacré entièrement à la problématique de la vulgarisation du savoir est organisé en 1948 par le ministère de l’Éducation nationale. Parmi les participants, il ne manque pas de pédagogues, mais aussi de critiques, d’auteurs d’ouvrages documentaires et de bibliothécaires. Les principaux postulats concernant l’édition des livres documentaires formulés pendant les débats sont publiés sous la forme d’une prescription officielle par la Bibliothèque nationale polonaise. Ils sont très concrets et très intéressants de notre point de vue. On y réclame par exemple :

  • l’indication précise de l’âge du lecteur (trois niveaux de lecture qu’on peut comparer aujourd’hui à l’école primaire, le collège et le lycée y sont définis ; pour les lecteurs du premier niveau, on conseille de publier des documentaires fictionnels tels que les biographies ou les récits de voyage);

  • des titres informant bien sur le contenu ;

  • des contenus « ni trop faciles, ni trop difficiles », parce que « cela garantit la double satisfaction de l’acquisition du savoir et de l’effort fourni » ;

    • 8 Ibid., p. 103-104.

    une langue soignée : on propose même de former de petites équipes constituées d’un scientifique et d’un littéraire8.

Le réalisme socialiste (de 1949 à 1955 environ)

  • 9 L’état de la critique des livres pour la jeunesse pendant la période dite du réalisme socialiste (t (...)
  • 10 Dès le Ier Congrès National de Littérature Enfantine organisé à Varsovie en 1947 par l’Union des in (...)
  • 11 Du point de vue actuel, les textes les plus dangereux étaient ceux adressés aux plus jeunes enfants (...)
  • 12 Joanna Papuzińska, « Literatura popularnonaukowa », dans Anna Przecławska (réd.), Literatura dla dz (...)

8Mais les années cinquante se caractérisent par l’idéologisation des publications et ces livres, prescrits par le régime communiste, sont vite perçus comme un outil de propagande9. La valeur primordiale du livre réside dans sa contribution à l’édification de l’État socialiste, ses nouveaux buts sont le développement de la conscience socialiste et la promotion du modèle du citoyen idéal de la nouvelle société10. Ceci entraîne l’afflux sur le marché d’un grand nombre de publications idéologiques, pseudo-scientifiques, complètement ignorées (voire rejetées) des lecteurs. Leur influence sur le jeune lecteur est cependant jugée importante, à tel point que les bibliothèques et les écoles sont obligées de promouvoir ces ouvrages11. Dans les bibliothèques publiques, par exemple, on pratique « le prêt lié », c’est-à-dire qu’à chaque livre emprunté, on joint un livre documentaire de propagande. Comme on pouvait le prévoir, cette méthode n’accroît pas l’intérêt du public pour ces ouvrages : bien au contraire, elle inspire aux lecteurs le dégoût de tous les documentaires12.

Les années 1960 et 1970

  • 13 Le nom attribué à certains mouvements de résistance polonaise contre la soviétisation de Pologne qu (...)
  • 14 Jusque 1985, c’était la seule encyclopédie universelle pour la jeunesse sur le marché polonais. Ell (...)

9Jusqu’à la fin de la Pologne populaire, la production éditoriale demeurera dépendante des structures de l'État et le lecteur restera consommateur passif des contenus qui lui sont fournis, mais la forte politisation de la littérature pour la jeunesse se modère dans les années soixante et soixante-dix. Tout d’abord la production pour la jeunesse s’éloigne de la politique, pour traiter les sujets plus attrayants pour le jeune lecteur. Puis les formes de la propagande se modernisent. Le phénomène consiste avant tout à éviter certains sujets jugés immoraux et dangereux, comme le maréchal Józef Piłsudski, fondateur de l'État polonais moderne, le vainqueur des bolcheviques de 1920 ; la guerre soviéto-polonaise de 1920 et le « Miracle sur le bord de la Vistule » quand l'armée polonaise arrêta l'armée bolchevique aux abords de Varsovie, la bataille de Lwów (aujourd’hui Lviv en Ukraine) de 1939, les « soldats maudits »13 et beaucoup d’autres. Il s’agit aussi d’introduire les textes idéologiques dans des ouvrages attrayants du point de vue de la forme éditoriale (plein d’illustrations en couleur, imprimés sur un beau papier, avec une couverture rigide, etc.) et de les promouvoir dans les écoles. C’est une idée très efficace, étant donné qu’à l’époque la majorité des documentaires présente un niveau médiocre d’un point de vue technique à cause du mauvais état de l’imprimerie polonaise. Tel est le cas de la célèbre encyclopédie pour enfants Polska, moja ojczyzna (La Pologne, ma patrie) éditée plusieurs fois dans les années soixante-dix (1re éd. 1976, ill. 1a et 1b14) ou Zaczęło się w lipcu, un ouvrage de Mirosław Azembski sur le développement spectaculaire (!) de la Pologne populaire, recommandé aux bibliothèques scolaires par le ministère de l’Éducation. Le lecteur trouve dans ces ouvrages avant tout une propagande de succès (technique de persuasion utilisée par le parti au pouvoir sur une grande échelle notamment dans les années soixante-dix) qui montre sous un jour favorable les pays socialistes et ceux qui luttent pour l’avènement du socialisme (Corée, Viêtnam) par opposition aux pays capitalistes, l’essor de la Pologne populaire et la première place de la Russie dans le domaine des sciences, de la culture et de l’industrie. En outre, parmi les livres traduits, ce sont les traductions du russe qui dominent.

Illustration 1a. Polska, moja ojczyzna, 1976, couverture

Photographie de l’auteur.

Illustration 1b. L’article sur la politique étrangère et l’amitié russo-polonaise.

Photographie de l’auteur.

  • 15 Hanna M. Małgowska, « Gatunki reportażowo-dziennikarskie okresu dwudziestolecia », dans Kaziemierz  (...)
  • 16 On pourrait même dire que Nasza Księgarnia avait le monopole dans le secteur du livre pour la jeune (...)
  • 17 Joanna Papuzińska, « Literatura popularnonaukowa », op. cit., p. 161-179.

10En fait, les textes idéologiques ne dominent pas dans les documentaires publiés dans cette période et la diversité des sujets proposés est immense. Ceci entraîne même l’essor de l’intérêt pour le documentaire et son édition. Dans une publication sur l’histoire et la théorie de la littérature, la philologue Hanna Małgowska constate qu’on « voit aujourd’hui une tendance à un ennoblissement de genres qui ne sont pas littéraires15 ». L’éditeur le plus important du secteur du livre pour la jeunesse, Nasza Księgarnia16, leur consacre trois colloques (en 1966, 1970 et 1973) qui rassemblent des spécialistes de différents domaines, notamment des auteurs d’ouvrages documentaires, des pédagogues et des bibliologues. Joanna Papuzińska, critique littéraire réputée et auteur de livres pour la jeunesse, rédige également un chapitre sur les livres de vulgarisation dans son ouvrage académique sur la littérature de jeunesse17.

11Dans les actes des colloques, on affirme tout d’abord la nécessité de publier des œuvres documentaires présentées comme un outil indispensable au bon développement des jeunes. On souligne aussi que ce genre de publications est très répandu à l’étranger, et comme bons exemples, on montre les éditions anglo-saxonnes, françaises et bien évidemment russes. De plus, on essaie d’indiquer les groupes d’âge des lecteurs de documentaires. Ainsi, selon Nasza Księgarnia, les livres de vulgarisation devraient être classés en quatre groupes d’âge allant de 8 à 17 ans.

  • 18 Ceci a provoqué l’édition des ouvrages qui, du point de vue actuel, étaient totalement inadaptés au (...)
  • 19 Selon Maxime Gorki, écrivain russe considéré comme un des précurseurs du réalisme socialiste en lit (...)

12Les passages les plus intéressants de ces actes de colloques sont ceux qui présentent et analysent l’état de l’offre documentaire alors accessible sur le marché. La plus grande ambition de la rédaction de Nasza Księgrnia est d’éditer de solides œuvres pour les adolescents qui montrent le développement rapide de la science et de l’industrie moderne. La technique, la chimie, la physique, les mathématiques, l’industrie sont les sujets favoris et jugés les plus utiles pour les jeunes (d’où les noms de collections célèbres de Nasza Księgarnia : « Biblioteka Młodego Kosmonauty » (Bibliothèque du jeune cosmonaute) ou « Technika wokół Nas » (La technologie qui nous entoure)18). Cette tendance est d’ailleurs en accord avec l’idéal socialiste de promouvoir les sciences : le culte de la science et de la technique doit être une arme dans la lutte contre « les superstitions religieuses » et un miroir de la grandeur de l’homme socialiste19. Ceci entraîne parfois de vives réactions de certains critiques qui se plaignent de la technicisation inutile de la littérature et de sa déshumanisation.

  • 20 Par exemple Iwona Piróg, « Książka popularnonaukowa dla dzieci i młodzieży na ziemiach polskich w l (...)

13Ceci explique peut-être pourquoi les études sur les œuvres de vulgarisation et leurs auteurs sont rares. Les chercheurs semblent ne s’intéresser qu’à la typologie des genres des documentaires (études de Joanna Papuzińska) et à l’histoire des documentaires comme genre distinct20. L’étude littéraire ne se rapporte qu’aux vulgarisateurs les plus célèbres, comme par exemple le virtuose du récit sur la nature Jan Żabiński, naturaliste et directeur du jardin zoologique de Varsovie, ou Alina et Czesław Centkiewicz, auteurs de récits de voyage surtout dans les régions polaires.

La fin de la période communiste

14L’intérêt pour le livre documentaire manifesté dans les années soixante-dix disparaît presque complètement dans les années quatre-vingt. Cette période se caractérise d’ailleurs par une crise énorme de l’édition et de l’industrie polygraphique.

15La période de la Pologne communiste a été une période très longue et, malgré les apparences, très hétérogène. L’intérêt pour la problématique des documentaires a évolué dans le temps, avec une intensité variable. Cependant, dans la littérature professionnelle, l’opinion prédominante a toujours été que les documentaires étaient d’une grande utilité pour le développement intellectuel et même mental des jeunes, et qu’il était nécessaire de proposer aux lecteurs des livres d’un niveau assez élevé et traitant de sujets austères (avec le recul, ces livres étaient très souvent complètement inadaptés aux besoins et aux attentes des jeunes, voir note 18). Et malheureusement, le documentaire a très souvent été un outil de propagande.

La IIIe République (après 1989)

16Avec les changements sociopolitiques liés à la chute du régime communiste, le marché du livre polonais a été profondement bouleversé. La liberté d’expression et la mise en place d’une véritable concurrence en sont les phénomènes les plus marquants. Elles ont entraîné presque d’un jour à l’autre l’avènement sur le marché d’un nombre considérable de nouvelles maisons d’éditions qui ont commencé à proposer une offre enfin conforme aux attentes des enfants. Dans cette offre, le documentaire moderne – très souvent traduit de langues étrangères et complètement différent du point de vue de la forme éditoriale et du contenu de celui de l’époque précédente – représente une part très grande et très importante.

  • 21 Michał Zając, « Książki edukacyjne... », op. cit., p. 261-262.

17L’un de nos spécialistes de la production éditoriale pour la jeunesse, Michał Zając, décrit ainsi le phénomène : « Les documentaires de la période de la Pologne populaire étaient mal édités, peu attrayants et, en plus, peu accessibles sur le marché. Pendant le Salon du livre de Varsovie dans les années soixante-dix et quatre-vingt, c’était toujours le pavillon de Larousse qui attirait le plus le grand public enthousiasmé par son offre d’une qualité incomparable à celle de notre pays21. » Les Polonais étaient vraiment en manque d’éditions en couleur, richement illustrées, d’encyclopédies, d’atlas et d’albums. C’est pourquoi, après 1989, ce sont tout d’abord les documentaires qui ont été proposés par les nouveaux éditeurs, et les éditions sous licences étrangères ont vite inondé le marché polonais.

  • 22 Marek Kątny, Droga do wiedzy..., op.cit.

18En raison de l’apparition en grand nombre de documentaires dont le contenu et la qualité sont très différenciés, la critique et le débat académique sur cette offre deviennent plus que jamais nécessaires. À la fin des années quatre-vingt-dix, Marek Kątny, professeur de littérature à l’Université de Kielce, consacre une de ses études entièrement aux documentaires22. Les articles publiés sur ce sujet sont de plus en plus fréquents, surtout dans notre revue des livres pour la jeunesse, Guliwer, créée au début des années quatre-vingt-dix par le professeur Joanna Papuzińska. L’attention des chercheurs est attirée tout d’abord par les traductions de livres documentaires. Ils signalent beaucoup de mauvaises traductions, d’éditions pleines de fautes lexicales et même factuelles, souvent complètement inadaptées à la réalité polonaise (exemple, voir ill. 2). Selon certains critiques, grâce aux livres documentaires édités sous licence étrangère, les enfants polonais ont la possibilité d’en savoir plus sur les crevettes, les caméléons et autres créatures exotiques que sur les animaux de leur pays. Des reproches similaires sont formulés à propos des livres d’histoire. En prenant les critères d’évaluation précis (l’attractivité du contenu et de la conception graphique, le manque des fautes de différentes natures et la passion visible de l’auteur pour son sujet), on signale aussi de bons exemples d’adaptation de livres étrangers, comme le lancement par Wydawnictwo Dolnośląskie d’une célèbre collection française, « La Vie privée des Hommes » de Hachette, dans laquelle on trouve des livres traduits mais aussi des volumes écrits par des auteurs polonais.

Illustration 2. Exemple d’une mauvaise édition d’un documentaire traduit du français (on trouve l’expression française « dans la collection » au milieu de texte polonais).

Photographie de l’auteur.

Après l’an 2000

  • 23 Notamment à l’Université de Silésie où il y a un centre actif de recherches sur les livres pour la (...)
  • 24 Paulina Reiter, « Wielka księga siusiaków », Gazeta Wyborcza, 4 octobre 2009.
  • 25 Sylwia Gajownik, « O szkodliwości książek trywialnych », dans Krystyna Heska-Kwaśniewicz (dir.), S. (...)

19Aujourd’hui, les études concernant l’histoire du documentaire se poursuivent23, l’attention des chercheurs porte désormais sur les nouveaux sujets des livres documentaires, l’évolution de leur forme éditoriale et leur utilité pour le développement des jeunes. De plus en plus souvent, on trouve des articles sur des livres dont la thématique n’était pas ou n’était que très rarement présente auparavant dans la littérature pour la jeunesse. Il s’agit de livres sur l’art, la philosophie, les problèmes sociaux ou politiques du monde contemporain. En général l’élargissement de la gamme de sujets des nouveaux documentaires est jugé positif, mais il arrive parfois que certains livres donnent lieu à des controverses. Ce sont notamment les ouvrages qui traitent de la sexualité et de la physiologie humaine, ou de la religion et des croyances. De vifs débats ont commencé avec l’arrivée sur le marché polonais de livres « d’orientation progressiste », surtout traduits du suédois ou de l’anglais, dont voici quelques titres : Le petit livre du caca, Le grand livre des zizis, Dieu n’existe pas, etc. Ils déclenchent des réactions et des opinions contradictoires, de l’enthousiasme (« enfin on peut parler ouvertement de choses et de phénomènes qui nous gênent24 ») au dégoût. Dans une publication de l’Université de Silésie, on peut même trouver un article au titre significatif, « De la nocivité des livres triviaux25 », dont l’auteur déclare que ces documentaires, selon lui pseudo-éducatifs, sont vulgaires, primitifs et pervertissent les goûts du jeune public.

20En fait, certains chercheurs sont persuadés que les ouvrages documentaires doivent être analysés non seulement par les professionnelles du livre, mais avant tout par les spécialistes de différents domaines. D’une telle conviction est né le portail web : « Mądre książki » (Les Livres sages ; http://madreksiazki.org/​) qui a pour but d’aider les lecteurs à trouver de bons documentaires sur ce marché où il y a énormément d’ouvrages dont les titres et les notes d’éditeurs sont très attrayants, mais dont le contenu laisse à désirer. Il a été créé sous l’égide de l’Université Jagellonne par des représentants des écoles supérieures passionnés par la popularisation de la science. Ces chercheurs préparent les analyses de documentaires et proposent ceux qui sont bien écrits, soigneusement édités et sans fautes. D’après les rédacteurs du site, il compte aujourd’hui 500 analyses de livres et il est systématiquement consulté par plus d'une douzaine de milliers d’internautes chaque mois. Ceci prouve l’existence d’une demande du public pour ce genre de sites.

Conclusion

21En Pologne, les documentaires n’ont fait que rarement l’objet d’une critique, situation qui se poursuit aujourd’hui. Il manque toujours de terminologie cohérente dans ce domaine ; il manque également de définitions du documentaire dans les dictionnaires, et d’études générales consacrées à l’édition de ce genre d’ouvrages. Les documentaires ne sont pas traités comme un genre à part dans les statistiques officielles, et on observe beaucoup de difficultés de classification et de visibilité de ces ouvrages dans les catalogues des bibliothèques.

  • 26 Voir : Michał Zając, « Książki edukacyjne... », op. cit., p. 264.

22Malgré cela, les documentaires ont toujours été perçus comme utiles pour les enfants. Bien sûr les critères d’évaluation ont changé selon les besoins et les attentes de la société à l’égard de ce genre de livres. Pendant la période communiste, les orientations imposées (diffusion d’ouvrages austères principalement du domaine des sciences dites dures) et l’idéologie étaient les plus importantes. Les besoins des lecteurs étaient ignorés, et l’impact social des documentaires était donc médiocre. C’est pourquoi ils n’attiraient pas beaucoup l’attention des critiques littéraires. Aujourd’hui le rang des documentaires dans la critique (notamment prescriptive) augmente avec leur succès auprès du public enfantin. De plus, ils sont très souvent proposés comme un remède au désintérêt pour la lecture (surtout dans le groupe des garçons). Beaucoup de bibliothécaires et de critiques croient que les jeunes qui ne trouvent pas de plaisir dans la lecture de fiction (remplacée dans leur vie par les films et les jeux vidéo), vont s’intéresser aux livres documentaires pour développer leurs hobbies26. Cet espoir diminue un peu à l’ère numérique et amène les chercheurs à s’interroger sur l’avenir du livre documentaire à l’ère d’Internet.

Haut de page

Notes

1 Article réalisé dans le cadre du programme de Centre National de la Science polonais (Narodowe Centrum Nauki ; N° de décision 2013/11/D/HS2/04543).

2 C’est-à-dire les spécialistes des sciences de l'écrit, de l’ensemble des disciplines qui ont le livre pour centre d'intérêt, selon le Dictionnaire de français Larousse [en ligne] http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bibliologie/9050

3 Par exemple Marek Kątny, Droga do wiedzy : o literaturze popularnonaukowej dla młodego odbiorcy, Kielce, Gens, 2008.

4 Par exemple Michał Zając, « Książki edukacyjne dla dzieci i młodzieży: wczoraj, dziś i jutro » dans: Grzegorz Leszczyński, Michał Zając, Książka i młody czytelnik: zbliżenia, oddalenia, dialogi: studia i szkice, Warszawa, Wydaw, SBP, 2013, p. 259-265.

5 J’ai comparé quelques ouvrages généralistes français et polonais du domaine de la science du livre et de la littérature, et voici les résultats. Selon le Dictionnaire encyclopédique du Livre sous la dir. de Pascal Fouché, Daniel Péchoin et Philippe Schuwer, le « livre pour la jeunesse » est un livre « de […] fiction ou documentaire […], à l’exclusion des manuels scolaires […] » (Vol. 2, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 2005, p. 643). Dans l’encyclopédie polonaise analogue, l’article consacré à la même notion ne dit rien à propos du documentaire (Encyklopedia wiedzy o książce. Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1971, p. 1262). La situation est semblable dans les dictionnaires du livre ou de la littérature pour la jeunesse. Alors que dans le Dictionnaire du livre de jeunesse sous la dir. d’Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot, le lecteur trouve deux articles généraux : « documentaire historique » et « documentaire scientifique et technique » (Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 2013, p. 643), dans les dictionnaires polonais comparables, il n’y a aucun article consacré à ce genre de la production éditoriale (Barbara Tylicka, Grzegorz Leszczyński (réd.), Słownik literatury dziecięcej i młodzieżowej, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 2002 ; Stanisław Frycie, Marta Ziółkowska-Sobecka, Wioletta Bojda, Leksykon literatury dla dzieci i młodzieży, Piotrków Trybunalski, Naukowe Wydawnictwo Piotrkowskie, 2007). Cependant, il faut le souligner, il s’agit dans les derniers exemples cités de dictionnaires de la littérature.

6 Bogumiła Staniów, « Rola książki popularnonaukowej dla dzieci i młodzieży w Polsce w latach 1945-1956. Fakty, opinie, komentarze », Roczniki Biblioteczne, Vol. 56, 2010, p. 100-101.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 103-104.

9 L’état de la critique des livres pour la jeunesse pendant la période dite du réalisme socialiste (tendance représentée dans tous les arts en Pologne de 1949 à 1955 environ) est très bien décrit dans la littérature polonaise. Voir par exemple Maria Ostasz, Oblicze powojennej krytyki literatury dla dzieci i młodzieży 1945-1956, Kraków, Wydawnictwo Naukowe WSP, 1999.

10 Dès le Ier Congrès National de Littérature Enfantine organisé à Varsovie en 1947 par l’Union des instituteurs polonais, on a reconnu que la littérature pour la jeunesse « devait servir à l'éducation de l'homme nouveau dans l'esprit des changements sociaux » et que « la liberté d'édition des mauvais livres devait être limitée ». D’après Michał Rogoż, « Polska literatura dla dzieci i młodzieży w okowach cenzury. Oceny wydawnicze książek z lat 1948-1956 », Roczniki Biblioteczne, Vol. 56, 2012, p. 58-59.

11 Du point de vue actuel, les textes les plus dangereux étaient ceux adressés aux plus jeunes enfants. On y favorisait particulièrement les biographies mensongères, idéalisées, presque féeriques de grands communistes (Waryński, Marchlewski, Świerczewski et bien sûr Lénine et Staline).

12 Joanna Papuzińska, « Literatura popularnonaukowa », dans Anna Przecławska (réd.), Literatura dla dzieci i młodzieży w procesie wychowania, Warszawa, Wydawnictwa Szkolne i Pedagogiczne, 1978, p. 161-179.

13 Le nom attribué à certains mouvements de résistance polonaise contre la soviétisation de Pologne qui se formèrent vers la fin de la Seconde Guerre mondiale et peu après (jusqu’au début des années cinquante à peu près).

14 Jusque 1985, c’était la seule encyclopédie universelle pour la jeunesse sur le marché polonais. Elle avait une forme graphique impressionnante et ainsi attirait l’attention du jeune lecteur au contenu rempli de fausses informations et de propagande. Après 1989, elle a fait l’objet d’une critique ouverte. Voir : Hanna Skrobiszewska, « Encyklopedia dla dzieci nie jest wydawnictwem informacyjnym », Guliwer, n°4, 1993, p. 10-12.

15 Hanna M. Małgowska, « Gatunki reportażowo-dziennikarskie okresu dwudziestolecia », dans Kaziemierz Budzyk (réd.), Z teorii i historii literatury, Wrocław, I.B.L, 1963, p. 189.

16 On pourrait même dire que Nasza Księgarnia avait le monopole dans le secteur du livre pour la jeunesse. Ce secteur était aussi représenté par Wydawnictwo Harcerskie « Horyzonty », Państwowe Wydawnictwo « Iskry » et Państwowe Zakłady Wydawnictw Szkolnych (ce dernier éditeur s’étant spécialisé dans les manuels scolaires), mais leur importance était incomparablement inférieure à celle de Nasza Księgarnia.

17 Joanna Papuzińska, « Literatura popularnonaukowa », op. cit., p. 161-179.

18 Ceci a provoqué l’édition des ouvrages qui, du point de vue actuel, étaient totalement inadaptés aux besoins et aux attentes des jeunes : ils étaient très souvent sans illustrations et sous la forme d’un traité ou essai scientifique austère, par exemple : G. Fedorowski, Człowiek istota poznana ?, éd. 1961 et 1981  – un ouvrage sur la médecine, ou A. I. S. Sękowscy, ABC klejów i klejenia. Ed. 1985. Collection « Biblioteka Młodego Technika » - un ouvrage consacré aux colles et techniques de collage. Voir également : Agnieszka Wandel, « Les dinosaures et encore plus - les documentaires étrangers pour la jeunesse dans le répertoire des éditeurs polonais », dans Elżbieta Skibińska et al. (dir.), Vingt ans après…: Traduire dans une Europe en reconfiguration, Paris, Orizons, 2015, p. 195-213.

19 Selon Maxime Gorki, écrivain russe considéré comme un des précurseurs du réalisme socialiste en littérature, il fallait écrire « pas un, mais plusieurs livres qui donneraient la réponse à la question prépondérante : « comment l’homme est-il devenu géant ? ». Cette sentence de Gorki, comme beaucoup d’autres (par exemple : « les livres pour la jeunesse doivent être écrits comme pour les adultes, mais encore mieux »), étaient volontiers citées dans les actes de colloques et dans d’autres textes sur la littérature pour la jeunesse.

20 Par exemple Iwona Piróg, « Książka popularnonaukowa dla dzieci i młodzieży na ziemiach polskich w latach 1830-1863 », Studia o Książce, Vol. 13, 1983, p. 77-109.

21 Michał Zając, « Książki edukacyjne... », op. cit., p. 261-262.

22 Marek Kątny, Droga do wiedzy..., op.cit.

23 Notamment à l’Université de Silésie où il y a un centre actif de recherches sur les livres pour la jeunesse qui publie une série très importante sur la littérature pour la jeunesse intitulée Literatura dla dzieci i młodzieży (Katowice, Wydaw. Uniwersytetu Ślaskiego, 2008-2014).

24 Paulina Reiter, « Wielka księga siusiaków », Gazeta Wyborcza, 4 octobre 2009.

25 Sylwia Gajownik, « O szkodliwości książek trywialnych », dans Krystyna Heska-Kwaśniewicz (dir.), S. Gajownik (coll.), Młody odbiorca w kręgu lektur pożytecznych i szkodliwych, Katowice, Wydaw. Uniwersytetu Śląskiego, 2012, p. 155-166.

26 Voir : Michał Zając, « Książki edukacyjne... », op. cit., p. 264.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1a. Polska, moja ojczyzna, 1976, couverture
Crédits Photographie de l’auteur.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Illustration 1b. L’article sur la politique étrangère et l’amitié russo-polonaise.
Crédits Photographie de l’auteur.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Illustration 2. Exemple d’une mauvaise édition d’un documentaire traduit du français (on trouve l’expression française « dans la collection » au milieu de texte polonais).
Crédits Photographie de l’auteur.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnieszka Wandel, « Le documentaire pour la jeunesse en Pologne avant et après 1989 : terminologie et critique », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1734 ; DOI : 10.4000/strenae.1734

Haut de page

Auteur

Agnieszka Wandel

Université de Wrocław (Pologne)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org