Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« T’inquiète pas ma cocotte ! » ou L’analyse critique et La Revue des livres pour enfants

Claudine Hervouët

Résumé

Quel est le contexte et quels sont les présupposés du travail d’analyse critique de la production éditoriale pour la jeunesse qui est mené dans La Revue des livres pour enfants ? Depuis les origines, quelle place a été donnée dans le Bulletin d’analyses de livres pour enfants, devenu La Revue des livres pour enfants, aux analyses critiques, aux outils pour le travail critique et au discours sur la critique ? Nous examinerons les premiers numéros puis nous nous attacherons à des moments marquants et aux évolutions dans le temps afin de déterminer ce qui étaye, au présent, le travail de l’analyse critique dans La Revue des livres pour enfants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À partir du n°52, décembre 1976.

1Pour célébrer les cinquante ans de La Revue des livres pour enfants, le sujet de la critique a été mis en avant. En effet le Bulletin d’analyses de livres pour enfants devenu La Revue des livres pour enfants en 19761 a eu comme contenu premier des recensions critiques, à des fins prescriptives, au fil de l’actualité de la production éditoriale. Lors de mon arrivée en 2004 à ce qui était à l’époque La Joie par les livres, on m’a informée que chacun, quelle que soit sa fonction, était invité à participer à ce travail d’analyse alimentant ce qui était devenu dans la revue la partie « Nouveautés ». J’ai protesté que je n’y connaissais rien. « T’inquiète pas ma cocotte ! » m’a répondu Nic Diament, alors directrice. Le caractère enjoué et désinvolte de cet encouragement a levé mes inhibitions. Mais, des centaines de notices plus tard et à l’occasion de ce colloque, je me suis proposée d’essayer de discerner ce qui, dans La Revue des livres pour enfants, a fondé cet implicite d’une pratique qui irait de soi. Au fil d’une relecture, en observant la place donnée aux critiques, aux ressources pour le travail critique et au discours sur la critique. À partir de cette relecture, ou lecture, trop rapide de ce corpus – 50 ans de publication, plus de 280 numéros - je ne peux exposer en un bref laps de temps que ce qui aura retenu mon regard, indiquer des moments qui m’ont semblé significatifs et m’aventurer à quelques généralisations. Des noms seront cités, trop peu, hélas, parmi tous ceux des contributeurs à cette considérable entreprise.

2J’examinerai d’abord, au fil des premiers numéros de la revue, une mise en place, puis je m’attacherai à des moments marquants, à des évolutions significatives, et peut-être alors pourrais-je avoir éclairé le contexte dans lequel s’exerce, au présent, le travail de l’analyse critique dans La Revue des livres pour enfants.

De 1965 à 1968 : une mise en place

Les analyses critiques, contenu premier

  • 2 À partir du n°7, il est indiqué que « Le Comité de lecture de La Joie par les livres réunit des bib (...)

3La table des matières du premier numéro du Bulletin d’analyses de livres pour enfants (septembre 1965) indique qu’il contient une « Introduction », une « Présentation » et des « Analyses ». Dans l’« Introduction » Julien Cain, qui s’exprime en tant que directeur général honoraire des Bibliothèques de France et membre de l’Institut, fonde l’existence de la publication dans « une volonté, de la part des fondateurs de La Joie par les livres, d’apporter leur concours à tous ceux – bibliothécaires, administrateurs, éducateurs, parents – qui s’intéressent aux problèmes que posent la littérature enfantine et les bibliothèques d’enfants ». L’entreprise d’établir des analyses d’ouvrages choisis en écartant « ce qui est médiocre et vulgaire » est menée avec l’aide et la caution professionnelle de bibliothécaires de l’Association des bibliothécaires français qui pourra désormais « se dispenser de s’occuper des livres pour enfants », ainsi que le dit Suzanne Honoré, présidente de l’ABF, dans la « Présentation ». Si ce domaine littéraire, qualifié de « spécialité », est considéré avec une certaine condescendance, les missions qui s’y attachent sont, elles, valorisées, et le Bulletin entend y contribuer. Le travail critique est le fait de bibliothécaires (principalement2) rendant compte d’ouvrages choisis dans la production éditoriale courante et il est présenté comme une aide aux acquisitions, en particulier pour les établissements de lecture publique. Chaque notice comprend : résumé, analyse de contenu, mention de genre, indications sur les destinataires et utilisations possibles, avis. La forme même d’un support en fiches très formatées et qui seront à partir de 1968 découpables et insérables directement dans les meubles-catalogues, met en évidence à la fois le souci d’efficacité pratique et l’autorité professionnelle qui est conférée aux analyses publiées par le Bulletin.

Première rubrique et premiers articles3

  • 3 Cf. Annexe 1 : « L’analyse critique dans la revue : rubriques, supplément, dossiers. Tableau chrono (...)

4Avec le numéro 7 (mars 1967) apparait une rubrique : « Informations » qui réunit les « échos et comptes rendus de débats et travaux en cours concernant l’édition et les bibliothèques pour enfants ». Ainsi, le Bulletin ne fournit plus seulement des notices en prêt-à-utiliser ou des bibliographies sélectives. Il élargit son propos, à l’intention de la communauté des professionnels du livre pour enfants à laquelle les critiques revendiquent leur appartenance, se démarquant des enseignants, des psychologues et des éducateurs de profession. Dans ce numéro 7, la nouvelle rubrique signale deux articles qui viennent de paraître dans le Bulletin des bibliothèques de France : « La naissance du livre pour enfants » par Marc Soriano et « Connaître les réactions des jeunes lecteurs » par Raoul Dubois.

5Un nouveau pas est franchi avec le numéro 8 (juin 1967) où paraît un article dû à Isabelle Jan. Titré « Le Père Castor », il est écrit à l’occasion de la mort de Paul Faucher et s’attache à évoquer ses idées et ses réalisations. Une phrase, entre autres, lève un lièvre : « Aucune équivoque n’est possible sur ce point : les "Albums du Père Castor" ne sont pas à proprement parler de la littérature et n’en ont pas la prétention ». Il semble que, paradoxalement, leur dénier un statut littéraire revient à les sanctuariser hors d’atteinte d’entreprises critiques qui minoreraient leur valeur éducative.

6S’ajoutant à la partie « Analyses » et à la rubrique « Informations », cet hommage préfigure les articles monographiques ou abordant des thématiques transversales, les comptes rendus de conférences et de cours, les entretiens avec les créateurs et les acteurs de la production, de la diffusion et de la médiation qui vont, progressivement, constituer une part de plus en plus importante du Bulletin.

Premier dossier : « Pour une critique de la littérature enfantine »

7À cette date, trois noms sont apparus dans le Bulletin comme des référents : Marc Soriano, Raoul Dubois, Isabelle Jan. Ces noms ne sont assortis d’aucune présentation indiquant secteur d’activité ou discipline mais ils ont en commun une posture militante qui se caractérise par le souci de l’enfant. De même quand, dans le numéro 9, sera signalée la disparition de Natha Caputo, désignée comme « une des toutes premières critiques de littérature enfantine », c’est « une grande amie des jeunes » qui est honorée.

  • 4 Selon l’expression de Cécile Boulaire, dans la revue, universitaires et bibliothécaires se croisent (...)
  • 5 Version tchèque de : « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » ?

8Mais la diversité des approches et les débats sous-jacents sont mis au jour dans le numéro 10 (décembre 1967), qui contient un « dossier » (le premier dossier thématique du Bulletin) titré « Pour une critique de la littérature enfantine ». Il juxtapose deux contributions passablement divergentes4. La première, « Lettre de Prague », est due à un professeur de littérature enfantine à l’Université de Prague, Jan Cervanka. À l’occasion d’une visite à la Bibliothèque d’enfants de Clamart, il a été invité à donner son avis sur le Bulletin. Il dit ses scrupules à « juger la critique […] dans le pays de Taine, de Pierre Hennequin et de Marc Soriano ». Il précise qu’il ne connaissait pas le but et l’influence du Bulletin, mais ajoute qu’il n’y a pas d’éloge sans objectivité5. Après ce préambule, il dit regretter que, dans le Bulletin, les livres ne soient pas examinés comme des œuvres littéraires à étudier en tant que telles et à contextualiser dans la production de leur auteur et dans l’histoire de la littérature. Les préoccupations éducatives y trouveraient du reste leur place puisque « l’influence éducative d’une œuvre résulte toujours des moyens d’expression ».

9Le second document de ce dossier est la synthèse, par Simone Lamblin, rédactrice en chef du Bulletin, des réponses de douze membres du Comité de lecture à une enquête en deux questions : « Comment concevez-vous votre travail de critique ? Comment entreprenez-vous la rédaction de vos analyses ? » Les réponses mettent en exergue l’intérêt de l’enfant, visée qui doit être partagée entre créateurs, critiques et éducateurs. En exergue également, des valeurs à défendre, autant morales qu’intellectuelles : la vérité et l’honnêteté. Les interrogations qui se font jour portent sur les critères d’analyse et l’étayage des jugements de valeur. En complément, la rédactrice appelle de ses vœux la pratique d’une critique par les enfants eux-mêmes. Notons que le Bulletin sollicitera très vite cette critique, et s’en fera un temps l’écho via enquêtes, comptes rendus d’un club de lecture organisé à la Bibliothèque de Clamart et courriers.

  • 6 Cf. Annexe 3 : « Quelques livres à relire »

10Le dossier se termine par une bibliographie d’ouvrages de référence. Elle est le témoignage d’un socle des outils pour la critique mais on mesure aussi en creux combien et avec quelle rapidité ce domaine va s’enrichir6.

  • 7 À cette date, le Guide de la littérature enfantine paru chez Flammarion en 1959 était épuisé. Le Gu (...)

11À propos des ouvrages de référence et pour en terminer avec ce parcours dans les débuts, j’évoquerai le numéro 12, de juin 1968. Sous le titre de « Robinson ou Les leçons de l’aventure » il contient un extrait d’un nouveau guide de littérature enfantine à paraître, dû à Marc Soriano7, dont, cette fois-ci, les travaux sont cités. Voici la fin de la présentation : « Cette analyse de Robinson Crusoé nous paraît d’autant plus intéressante qu’elle dégage clairement le rôle de la fiction dans la formation des jeunes, et permet d’esquisser ce que devrait être, pour leur apporter une ouverture d’esprit et un enrichissement, le véritable roman d’aventure ». On voit que, à propos d’une étude littéraire historique et comparatiste et qui s’appuie sur la psychanalyse, c’est, en conclusion, l’attention à la portée éducative d’un ouvrage pour la jeunesse qui est mise en avant.

12Dans ces premières années, on insiste sur la responsabilité morale de la critique et son destinataire en est l’éducateur et plus particulièrement le bibliothécaire comme éducateur. Dans le même temps on observe qu’autour de la littérature de jeunesse se constitue une culture et un savoir où cohabitent pratique et théorie, professionnels et universitaires, et que le Bulletin accueille, sans les discriminer, des options différentes, voire divergentes.

De la fin des années soixante au milieu des années quatre-vingt : un contexte nouveau

13Dans cette période se met en place massivement l’accueil des enfants dans les établissements de lecture publique ainsi que la formation des professionnels, l’édition se renouvelle et la recherche universitaire entreprend de définir et d’explorer un domaine jusque-là largement méconnu. La richesse, la diversité des pratiques, des approches, des protagonistes, même réunis sous le signe de l’intérêt commun, n’ira pas, dorénavant, sans des débats dont le Bulletin se fait l’écho. Comment en rendre compte ? Nous devrons nous contenter de quelques observations, quelques coups de sonde pour une étude qui relèverait de la tectonique des plaques.

Méthodes critiques en débat

  • 8 Première annonce de cours en novembre 1969 dans le n°16, juin-juillet 1969. Début de leur publicati (...)

14Notons tout d’abord la publication, dans le Bulletin, de conférences et de cours dispensés par La Joie par les livres8. Ces cours traitent de tous les aspects liés à la littérature de jeunesse, à sa médiation et à sa réception. Tout y est utile pour la critique, certains exposés l’ont pour sujet. Ainsi, en 1974, dans le n°35 : « L’analyse de contenu des livres pour enfants », par Fulvia Rosemberg, psychologue, chargée de cours en faculté, qui invite les bibliothécaires à sortir de l’empirisme. Autres exemples, dans le n°39 : « La critique des livres pour enfants », par Isabelle Jan qui oppose à une critique universitaire érudite qui distancie son objet une critique qui superpose au texte un discours qui l’éclaire. Une critique pragmatique, qui s’appuiera aussi bien sur des disciplines littéraires ou scientifiques que sur l’intuition. Le critère ultime est l’enfant, au nom duquel on s’autorisera le jugement. Mais on voit bien que l’époque est à Roland Barthes, explicitement évoqué, plus qu’à Paul Hazard. Dans le prolongement, Jean Perrot, désigné comme professeur à l’Université de Paris-Nord, illustre par l’exemple cet exposé dans son premier article pour le Bulletin : « Une pratique de l’analyse ».

15Cette réflexion sur la critique déborde du cadre des cours et se poursuit dans des articles. En 1976 (n°s 48 et 49-50), trois articles sont présentés pour répondre à la demande exprimée par les membres des comités de lecture d’indications méthodologiques et de grilles d’analyse. Un article d’un bibliothécaire américain en stage à la bibliothèque de Clamart, sur la pratique aux États-Unis : « Pour une méthode d’analyse », par Clifford Brooks. Deux articles de Marie-Isabelle Merlet, membre de l’équipe de La Joie par les Livres : « Comment choisir un livre pour enfants : contes et romans » et « Comment choisir un livre pour enfants : documentaires ».

De nouvelles rubriques et un supplément

  • 9 Le supplément paraîtra sous ce titre jusqu’en 1986 et aura ensuite des résurgences, formalisées ou (...)

16De cette effervescence autour de la critique naît, plutôt qu’une théorisation ou une formalisation, une évolution des rubriques, dans lesquelles les contributeurs aux analyses critiques des nouveautés pourront s’exprimer plus librement, davantage contextualiser les titres et enfin synthétiser des observations sur la production éditoriale. Ainsi, en 1972 (n°29) apparaît une rubrique « Nouveautés » moins étroitement contraignante que les analyses sur fiches (qui perdureront de façon concomitante jusqu’en 1995). Cette nouvelle rubrique permet regroupements, comparaisons, nuances, et cette critique négative à laquelle invitait Isabelle Jan dès les années soixante. En 1976 (n°49-50) une autre nouvelle rubrique « Pour et contre » rend compte des débats qui animent les comités de lecture autour de certains titres ou de séries qui ne font pas l’unanimité. Et enfin, dans les années suivantes, l’éditorial du numéro de sélection annuelle commencera à s’étoffer de considérations générales sur la production de l’année écoulée. Un autre cadre se met en place qui va mettre en valeur la production des livres documentaires et les problèmes spécifiques que pose leur analyse critique. Cela avait été abordé dans la revue dès les premières années mais là, dans le contexte d’une collaboration avec la médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette, est créé un supplément, Science / Technique / Jeunesse, dont le premier paraîtra dans le n°87 de 19829. Il bénéficiera de l’apport de scientifiques théorisant la vulgarisation pour la jeunesse, au premier rang desquels Daniel Raichvarg.

Du milieu des années quatre-vingt à la fin des années quatre-vingt-dix : extension du domaine

Une polémique

  • 10 « Le président de l’UMP Jean-François Copé a brandi, dimanche 9 février, un livre intitulé Tous à p (...)
  • 11 Ouvrage édité par le syndicat étudiant d’extrême droite UNI (Union nationale interuniversitaire).
  • 12 L’auteur de la note revendique son anonymat (percé à jour, rendons à Nic Diament ce qui lui revient (...)
  • 13 Elles deviendront en 2016 L’Avant-revue.

17Le chaînon entre les coups de sang de l’abbé Bethléem et les émois de Jean-François Copé10, fut, en 1985, la publication de : Écrits pour nuire : littérature enfantine et subversion de Marie-Claude Monchaux11, appel à la censure à l’encontre des bibliothécaires, des enseignants et des pouvoirs publics. La Joie par les livres organise en février 1987 deux journées d’étude réunissant critiques, chercheurs et éditeurs : « Critique et littérature enfantine », dont on trouve le compte rendu dans le n°115-116. Les journées se terminèrent par la signature d’une motion dénonçant la censure, « le plus vieux courant critique, celui du dogme et de la morale ! » Parmi d’autres ripostes on trouve aussi dans le n°113 de 1987, une savoureuse pseudo-note de lecture intitulée « Pour remettre les pendules à l’heure », qui donne une lecture offusquée de vingt ouvrages emplis de turpitudes, qui se révèlent ensuite être des classiques reconnus et habituellement proposés aux enfants12. Dans ce même numéro, on trouve enfin « Choix de livres à La Joie par les livres », par Geneviève Patte, directrice de La Joie par les livres, qui rappelle les objectifs et les modes d’organisation du travail de l’analyse critique diffusée par la revue mais aussi dans des « Listes pré-sélectives13 » et des présentations orales.

Classiques et histoire littéraire

18Vous avez dit « classiques » ? Dans la revue la référence à des œuvres anciennes était apparue très tôt, d’abord dans les analyses critiques à l’occasion de rééditions ou de la publication d’adaptations ou de traductions, puis dans une démarche comparatiste pour éclairer œuvre à œuvre des thématiques ou des genres. Ainsi, par exemple, comme nous l’avons vu, avec L’île au trésor ou Robinson Crusoé pour le roman d’aventure. Ensuite sera prise en compte l’histoire littéraire elle-même et enfin, la littérature de jeunesse s’affirmera comme patrimoine. Ce mouvement donne une large place aux contributions d’universitaires. En 1985, c’est dans le n°101, consacré à l’adaptation littéraire, qu’est accueilli pour la première fois un article d’Isabelle Nières : « Quelques adaptations des Malheurs de Sophie, de la métamorphose à l’anamorphose ». En 1990, n°131-132, c’est un dossier entier qui est consacré à la Comtesse de Ségur, son œuvre étant analysée dans différentes perspectives. Parmi les auteurs, on relève le nom de Francis Marcoin qui, dans le numéro suivant, inaugure une nouvelle rubrique « Lecture anachronique », qui sera consacrée chaque fois, nous dit le chapeau, à une œuvre « un peu oubliée ». Mais, ajouterions-nous, indisponible, ce qui dissocie l’analyse de la prescription. Quand cette rubrique s’arrêtera, en 1997, les Cahiers Robinson auront pris le relais. Comme Strenae à partir de 2010, ces revues seront les lieux d’élection de la publication des travaux universitaires consacrés à la littérature de jeunesse.

Débats, enjeux

  • 14 Françoise Ballanger, « Tête à tête : Jean Perrot, fondateur de l’Institut International Charles Per (...)
  • 15 Serge Kozlov, Petit-Âne, Paris, Ipomée-Albin Michel, 1995.

19C’est en 1994 (n°157) que la revue accueille pour la première fois un article lauréat du Prix de la critique décerné par l’Institut International Charles Perrault. Ce prix vient d’être créé et ses principes directeurs témoignent de la volonté de ne pas restreindre le champ d’étude et de recherche et de croiser disciplines et méthodes14.Ce parti pris d’une critique ouverte, et dans laquelle peut s’exprimer la sensibilité personnelle (la pratique de la signature des notices a été systématisée), se retrouve dans la création à partir du n°158 de 1994 d’une nouvelle rubrique « Lectures plurielles / Lectures singulières » qui vient compléter la rubrique « Nouveautés ». On y trouvera des analyses plus approfondies de livres dont je cite, « la lecture n’est pas d’emblée simple ou univoque ». Déjà dans le numéro précédent des avis contradictoires avaient été développés à propos d’un album, retenu finalement dans la sélection annuelle15. Cette question sensible de la controverse sera à l’origine en 1996 (à partir du n°170) d’un débat porté par des bibliothécaires qui expriment, via le courrier des lecteurs, leur perplexité face à des ouvrages qui leur semblent inadaptés aux classes d’âge auxquelles on les propose et les mettent en difficulté en tant que médiateurs. Rare exemple de l’expression dans la revue de tensions qui seraient ordinairement sous-jacentes entre rédacteurs et lecteurs de la revue. C’est un rappel du rôle de la critique des professionnels et des enjeux qu’elle porte : culturels, sociaux, politiques, économiques. La réflexion s’y attachera de plus en plus.

Avec le siècle nouveau

La diversité des acteurs

  • 16 Que l’on pense, par exemple, en 2015-2016, aux réactions à la publication dans Le Monde des livres (...)

20Nous voici à l’orée du xxie siècle avec le dossier du n°211 de 2003 : « Place à la critique ». Un éditorial en donne le programme : il s’agira de s’interroger sur les acteurs, les méthodes, les limites et les perspectives d’une activité et d’un discours critiques dont la nature et l’importance sont questionnées à travers différents points de vue. Point de vue de l’historien, par Hélène Weis, qui revient sur la complexité d’une histoire pas si lisse que ça16, panorama de la critique, par Bernard Epin, lui-même critique émérite, qui en souligne les disparités, témoignages de critiques et de médiateurs et critique de la critique par des écrivains et des éditeurs. Chacun cherche à définir sa place dans un ensemble interprofessionnel complexe et un contexte incertain. Nous verrons ensuite ces positionnements s’affirmer. En 2007, Nic Diament, directrice de La Joie par les livres, dans l’éditorial qui salue la nouvelle année (n°233), appelle de ses vœux : « des critiques d’ouvrages intelligentes ne portant pas uniquement sur le sujet des livres mais aussi sur la façon dont ils sont conçus, écrits, dessinés, réalisés ; un champ d’étude universitaire et académique qui cesse d’être anecdotique ».

Face à la diversification de la production

21Ce numéro 211 est suivi et complété d’un autre, le numéro 214, qui consacre son dossier à « L’analyse des livres d’images ». Le sommaire réunit critiques spécialisés, universitaires, éditeurs et créateurs. L’image, en effet, a pris toute sa place, non seulement dans le livre d’enfance, où elle l’a toujours eue, mais aussi comme objet légitime d’une analyse esthétique et littéraire. Ce à quoi avait œuvré depuis l’origine dans la revue Marion Durand, rejointe par Claude-Anne Parmegiani.

  • 17 Cf. Annexe 2 : « Analyse critique de différents genres et supports. Chronologie ».

22Si nous élargissons le propos, au-delà des albums, contes, romans, livres documentaires, quels sont les genres et les supports qui, progressivement, ont été pris en compte par la revue ? Avec toujours un décalage, car nous voyons que cours, articles, informations, voire dossiers, anticipent largement sur la rubrique « Nouveautés17 ». Ainsi pour la bande dessinée : il se passera cinq ans entre 1971, année où sont retranscrits deux cours de La Joie par les livres sur la bande dessinée, et 1976, où la bande dessinée bénéficie d’un traitement, encore très timide, dans les « Nouveautés ». Un temps d’acceptation, de familiarisation, d’élaboration de critères semble nécessaire à une approbation consensuelle et à un traitement concerté, surtout quand on touche aux anciens « mauvais genres », étiquette qui n’aura cessé de se déplacer, les légitimations culturelles successives allant de pair avec une vision plus réaliste des lectures des enfants et des jeunes. Les enregistrements sonores apparaîtront dans les sélections annuelles à partir de 1989, la presse jeunesse ainsi que les CD-Rom à partir de 1995, suivis des jeux vidéo en 2006, des films en 2007, des applications et des livres numériques en 2013.

Une constante : la prescription

23La technologie du numérique ne bouscule pas seulement les supports. Les entreprises de numérisation des œuvres anciennes vont leur donner une accessibilité nouvelle et favoriser les rééditions. Cela participe d’un changement de la relation au passé pour les lecteurs et les critiques, entre connaissance, reconnaissance et nostalgie. La revue ouvre en 2005 (n°221) une rubrique « On rembobine » qui sera rebaptisée en 2013 (n°274) « Retrouvailles » : « Il s’agit de rendre hommage à une œuvre pour l’enfance et la jeunesse qui a marqué l’histoire de l’édition, […] avec une règle du jeu : il faut que le titre soit encore disponible en librairie. Cette obligation de disponibilité est essentielle car elle nous rappelle, encore une fois, que l’analyse critique des nouveautés dans la revue a une fonction de prescription. Prescription pour les médiateurs et donc, au-delà, pour un public jeunesse qui en est le destinataire. L’énigmatique destinataire, que l’on ne se targue plus de connaître si bien. L’assurance tranquille de savoir « ce qui est bon pour eux » n’est plus de mise… Mais, même avec précaution, cette critique a pour fonction, nécessairement, de choisir et de juger.

Un pragmatisme informé ?

  • 18 Selon un terme employé par Marc Soriano. Voir aussi l’annexe 4 : « Comment la notice choit… ».

24Et, pour autant, peut-t-elle se prévaloir de méthodes et de fondements théoriques ? Non certes, et on a pu lui reprocher d’être superficielle, désinvolte et expéditive18. Néanmoins sa crédibilité et son efficacité veulent se fonder sur une connaissance, au passé et au présent, du domaine de la littérature de jeunesse. On a vu quelle extension ont pris les études qui nourrissent cette connaissance et on a vu la réactivité croissante de la revue aux évolutions. En témoigne par exemple en 2015 une nouvelle rubrique, « Making of », qui marque l’attention portée aux processus et conditions de la création et de la production.

À suivre…

  • 19 Cécile Boulaire, « De l’âge et des rayonnages », La revue des livres pour enfants, n°224, septembre (...)
  • 20 À titre indicatif, La Revue des livres pour enfants a publié 892 notices d’analyses critiques d’ouv (...)

25Des études statistiques et des études - sémantiques, structurelles, stylistiques, idéologiques – des notices critiques dans la Revue des livres pour enfants seraient à faire. Cécile Boulaire a initié cette démarche19. En attendant, il nous faut continuer à choisir dans une production de plus en plus abondante et à écrire, en 600 signes (espaces compris !) pour la rubrique des Nouveautés, 500 pour la Sélection annuelle, 350 pour Flash, des notices20 qui donnent envie de lire et de faire lire (et regarder) à un public que l’on souhaite de plus en plus en plus large.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : L’analyse critique dans la revue : rubriques, supplément, dossiers. Tableau chronologique

1965

n°1

Analyse

1967

n°7

Rubrique Information

1967

n°10

Dossier « Pour une cirtique de la littérature enfantine »

1972

n°29

Rubrique Nouveauté

1976

n°49-50

Rubrique Pour et contre

1982

n°87

Supplément Science / Technique / Jeunesse

1987

n°115-116

Dossier « Critique et littérature enfantine »

1990

n°133

Rubrique Lecture anachronique

1994

n°158

Rubrique Lectures plurielles/Lectures singulières

2003

n°211

Dossier « Place à la critique »

2003

n°214

Dossier « L’analyse des livres d’images »

2005

n°221

Rubrique On rembobine. Devient Retrouvailles

2015

n°281

Rubrique Making of

Annexe 2 : Analyse critique de différents genres et supports. Chronologie
Presse
Les périodiques sont d’abord considérés comme des auxiliaires de la recherche documentaire ou sont considérés comme appartenant à une « culture parallèle ». Ex. : Georges Jean, « Les enfants et la culture vécue », La revue des livres pour enfants, n°31, mars-avril 1973 : « … des adolescentes de milieu ouvrier qui dévorent Mademoiselle âge tendre, d’ailleurs conçu pour cette clientèle… »
1975 (n°45) : « Conception et réalisation d’un journal pour les petits » par Mme Beccaria du Journal Pomme d’Api.
1988 (n°121) : Note de lecture : Alain Fourment, Histoire de la presse des jeunes (1768-1988), Éole, 1987
1992 (n°147) : Sélection et article consacré à La Hulotte, dans Dossier, Vertes lectures. L’environnement dans les livres et la presse jeunesse.
1993 (n°151-152) : Pierre Bruno, «  Presse féminine ou presse féministe : les périodiques pour adolescentes », dans Dossier : Lectures de filles / lectures de garçons ?
1995 (n°166) : Sélection annuelle : Journaux et revues
Bande dessinée
1971 (n°25) : deux cours sur la BD
1972 (n°27) : une BD documentaire dans les fiches
1974 (n°35) : une liste sélective de BD pour les petits et les grands, établie par le « groupe BD »
1975 (n°42) : Didier Convard, « L’enfant et la bande dessinée » ; « Bande dessinée, 1 : Le western » par le groupe BD
1976 (n°48) : une BD dans les analyses sur fiches : La tête de turc d’Iznogoud
1976 (n°52) Sélection annuelle : Buster Brown
Audio-visuel, multimédia et numérique
1978 (n°59) : premiers articles sur l’audio-visuel : Marie-José Carbonnelle, « L’audio-visuel et les jeunes à la BM de Caen » ; Marie-Isabelle Merlet, « À Clamart : l’audio-visuel » ; 1991 (n°140) : Caroline Rives, « L’audio-visuel à la bibliothèque » ; Supplément STJ : Patrick Ricou, « Un parterre vidéo »
1989 (n°129) : Sélection annuelle : Enregistrements sonores
1995 (n°166) : Sélection annuelle : CD-Rom et CDI
2000 (n°195) : Dossier : Jeunes lecteurs et multimédia
2006 (n°231) : Sélection annuelle : Jeux vidéo
2007 (n°237) : Sélection annuelle : Films
2013 (n°963) : Sélection annuelle : Applications et eBooks

Annexe 3 : Quelques livres à relire (par date de parution)
Lucie Félix-Faure-Goyau, La vie et la mort des fées : essai d’histoire littéraire, Paris, Perrin, 1910.
Marie-Thérèse Latzarus, La littérature enfantine en France dans la seconde moitié du xixe siècle : étude précédée d'un rapide aperçu des lectures des enfants en France avant 1860, Paris, Presses universitaires de France, 1929.
Marie Labry-Hollebecque, Les charmeurs d’enfants, Paris, Baudinière, 1927.
Mary Elizabeth Storer, Un épisode littéraire de la fin du xviiesiècle : la mode des contes de fées : 1685-1700, Paris, Champion, 1928.
Paul Hazard, Les livres, les enfants et les hommes, Paris, Flammarion, coll. « Education », 1932.
Marguerite Loeffler-Delachaux, Le symbolisme des contes de fées, Paris, L’Arche, coll. « Action et pensée », 1949, et Le symbolisme des légendes, Paris, L’Arche, 1950.
Jean de Trigon, Histoire de la littérature enfantine : de Ma mère l'Oye au Roi Babar, Paris, Hachette, 1950.
Alfred Brauner, Nos livres d’enfants ont menti : une base de discussion, S.A.B.R.I., 1951.
Les enfants et les livres, numéro spécial de L’Education nationale, novembre 1952.
Marie-Charlotte Vérot, Les enfants et les livres : Résultats d'une enquête menée de janvier à juin 1953 dans divers établissements scolaires de Dijon et réflexions sur la littérature enfantine moderne..., Paris, S.A.B.R.I., 1954.
Jean-Pierre Bayard, Histoire des légendes, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1955.
Les livres pour les enfants, numéro spécial de la revue Enfance, mai-juin 1956.
André Bay, « La littérature enfantine », dans Raymond Queneau (dir.), Histoire des littératures, tome 3, Paris, Gallimard, coll. « Encyclopédie de la Pléiade », 1958.
Dans La Revue des livres pour enfants, n°10, décembre 1967, p. 10.

Annexes 4 : Quelques fins de notices
« Ça rappelle un peu Martine à la ferme mais ce n’est pas le pire défaut. »
« Sans intérêt aucun, voire plus. »
« On entre avec plaisir, le plaisir s’arrête là. »
« Un texte mal écrit mais bien rythmé avec des illustrations agréablement ringardes. »
« L’inceste c’est vraiment la grande mode, nous avions déjà repéré le conformisme de cet auteur. »
« Hélas, un livre qui plaît. »
« Une BD facile pour les mauvais lecteurs, une image planche, une planche par image. »
« La relation texte image reste mystérieuse. »
Cité par Claire Boniface, « "Génial, je déteste !" ou Comment la notice choit », La revue des livre pour enfants, n°224, septembre 2005, p. 128-129.

Haut de page

Notes

1 À partir du n°52, décembre 1976.

2 À partir du n°7, il est indiqué que « Le Comité de lecture de La Joie par les livres réunit des bibliothécaires en activité dans les bibliothèques pour enfants, des professeurs, des mères de famille et éventuellement des spécialistes quand les livres abordent des sujets très particuliers. »

3 Cf. Annexe 1 : « L’analyse critique dans la revue : rubriques, supplément, dossiers. Tableau chronologique »

4 Selon l’expression de Cécile Boulaire, dans la revue, universitaires et bibliothécaires se croisent…

5 Version tchèque de : « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » ?

6 Cf. Annexe 3 : « Quelques livres à relire »

7 À cette date, le Guide de la littérature enfantine paru chez Flammarion en 1959 était épuisé. Le Guide de littérature pour la jeunesse : courants, problèmes, choix d’auteurs ne paraîtra qu’en 1975, toujours chez Flammarion. Il fera l’objet d’une recension sévère dans le n°42, mars-avril 1975 (non signée). En voici la conclusion : « Dans les études de fond du premier Guide, l’auteur, adoptant des points de vue plus larges, trouvait une matière plus digne de son talent. »

8 Première annonce de cours en novembre 1969 dans le n°16, juin-juillet 1969. Début de leur publication dans le n°19, mars-avril 1970.

9 Le supplément paraîtra sous ce titre jusqu’en 1986 et aura ensuite des résurgences, formalisées ou pas, en rubriques distinctes.

10 « Le président de l’UMP Jean-François Copé a brandi, dimanche 9 février, un livre intitulé Tous à poil, qu'il a présenté comme « recommandé aux enseignants ». Sur le plateau du « Grand Jury » (RTL-LCI-Le Figaro), le député-maire de Meaux a feuilleté avec force commentaires ironiques cet ouvrage illustré. » (« Jean-François Copé s'emporte contre le livre pour enfants Tous à poil », Le Monde, 10 février 2014).

11 Ouvrage édité par le syndicat étudiant d’extrême droite UNI (Union nationale interuniversitaire).

12 L’auteur de la note revendique son anonymat (percé à jour, rendons à Nic Diament ce qui lui revient) : « La dénonciation des pourrisseurs de la jeunesse est le devoir de tous les bons citoyens. »

13 Elles deviendront en 2016 L’Avant-revue.

14 Françoise Ballanger, « Tête à tête : Jean Perrot, fondateur de l’Institut International Charles Perrault », La revue des livres pour enfants, n°183, septembre 1998, p. 43-50.

15 Serge Kozlov, Petit-Âne, Paris, Ipomée-Albin Michel, 1995.

16 Que l’on pense, par exemple, en 2015-2016, aux réactions à la publication dans Le Monde des livres de la série d’articles de Christophe Honoré, « Jeunesse oblige ».

17 Cf. Annexe 2 : « Analyse critique de différents genres et supports. Chronologie ».

18 Selon un terme employé par Marc Soriano. Voir aussi l’annexe 4 : « Comment la notice choit… ».

19 Cécile Boulaire, « De l’âge et des rayonnages », La revue des livres pour enfants, n°224, septembre 2005, p. 128-129 ; Cécile Boulaire, « Le beau et le moche dans l’album pour enfants », dans Isabelle Nières-Chevrel (dir.), Littérature de jeunesse, incertaines frontières, colloque de Cerisy-la-Salle, 5 au 11 juin 2004, Paris, Gallimard jeunesse, 2005.

20 À titre indicatif, La Revue des livres pour enfants a publié 892 notices d’analyses critiques d’ouvrages pour la jeunesse, tous genres et supports confondus, dans la rubrique des Nouveautés en 2015 (n° 281, 282, 283, 284, 286), 847 dans la Sélection annuelle 2015 (ouverte à la francophonie, n°285) et 81 dans Flash 2015-2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Hervouët, « « T’inquiète pas ma cocotte ! » ou L’analyse critique et La Revue des livres pour enfants », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/1712 ; DOI : 10.4000/strenae.1712

Haut de page

Auteur

Claudine Hervouët

Claudine Hervouët, conservateur des bibliothèques, a rejoint en 2004 La Joie par les livres, devenu le CNLJ. Elle y a exercé la fonction de responsable du secteur de la Formation jusqu'en 2015 et, dans le domaine de l'analyse critique, s'est intéressée aux genres de l'album, du livre documentaire et des applications numériques. Elle est membre du comité de rédaction de La Revue des livres pour enfants.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org