Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Deux formes anciennes de la critique, l’éloge public et la correspondance privée

Francis Marcoin

Résumé

On évoque ici deux formes particulières qu’a pu prendre l’approche des œuvres pour la jeunesse, au tournant des xviiie et xixe siècles. On parle alors de « librairie d’éducation », et si l’on continue d’accorder beaucoup de prix aux qualités de style, l’aptitude à s’adresser aux enfants devient un critère de jugement. Ce jugement prend volontiers la forme académique de l’éloge, mais dans des journaux comme Le Mercure des plumes importantes comme celle de La Harpe ne dédaignent pas de traiter de ces ouvrages, et leurs articles entrent en résonance avec les propos plus incisifs que l’on peut trouver dans les Correspondances littéraires de l’époque. Il ressort de tout cela une valorisation très forte de cette production, étonnante à nos yeux.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

1775-1936
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Starobinski, La Relation critique. L’Œil vivant II, Paris, Gallimard, coll. « Le Chemin », 197 (...)
  • 2 Georges Blin, La Cribleuse de blé, Paris, J. Corti, 1968.
  • 3 Jean Starobinski, op. cit., p. 18.

1On peut supposer que l’exercice critique est naturellement lié à la fréquentation des « œuvres de l’esprit » et que le jugement de valeur est spontanément le fait de chacun. Tout lecteur, tout spectateur est un censeur potentiel qui passe ces œuvres au crible sans pour autant en faire une profession. On le sait, cette image du crible a été avancée dans La Relation critique1 par Jean Starobinski, qui la reprend de Georges Blin2 et qui rappelle qu’« avant la “littérature’’ il y a eu très longtemps des emplois forts du geste et du langage qui n’admettaient aucune critique » et qui relevaient de rituels fondés sur la répétition. Le domaine que nous circonscrivons aujourd’hui sous l’appellation de « littérature de jeunesse », autrefois moins littéraire que moral et pédagogique, a d’abord présenté ce caractère de rite, touchant à l’enfant, un être sacré dans les discours à défaut de l’être dans la réalité. « La parole rituelle oblige et accomplit, elle se répète conformément à un modèle impérieux », ajoute Starobinski3. Cette forme de parole ne s’est pas éteinte et reste peut-être enfouie jusque dans les prises de position les plus émancipatrices, quand bien même elles privilégient la dimension esthétique de leur pouvoir de « censure ».

  • 4 On emploie ici le terme plus ancien de « réclame », du reste encore attesté tard dans le xxe siècle (...)
  • 5 À l’instar de Berquin, de nombreux « auteurs » ou compilateurs ont produit des recueils empruntant (...)
  • 6 « Discours académiques », dans Œuvres complètes de Buffon, précédées d’une notice historique et de (...)

2Tout au contraire, pendant longtemps, la « librairie d’éducation » a vu fleurir un discours reposant principalement sur des critères pédagogiques qui, par ailleurs, ne faisaient pas toujours de différence entre la réclame4 et l’analyse raisonnée. Ce discours provenait assez souvent du libraire ou du compilateur5, qui éprouvaient le besoin de promouvoir un type de publication encore peu assuré de sa validité. Mais cette librairie, tout en étant séparée de la « vraie » littérature, ne s’en trouvait pas moins en bonne place dans les débats et les polémiques de la République des Lettres, comme on disait alors. Une des raisons de cette faveur tient à la fois dans l’esprit des Lumières, fasciné par la question de l’éducation, et dans la qualité des figures tutélaires de cette librairie, Fénelon, Perrault, La Fontaine, des « classiques » dont la position déborde largement le champ d’une librairie de jeunesse qui se construit alors autour du conte moral, du roman d’éducation, de la poésie et du théâtre didactiques. Le roman d’éducation ne s’avoue jamais comme roman, mais comme poème épique, récit de voyage, encyclopédie, etc. Le modèle incontesté en est le Télémaque qui, cependant, bénéficie d’abord de louanges dues à son style. Buffon lui-même, bien que naturaliste et homme de sciences, est crédité de ces qualités auxquelles il tenait beaucoup et qui lui vaudront d’être souvent édité sous la forme de « Buffon des enfants ». Son discours de réception à l’Académie française, le 25 août 1753, intitulé « Du style », est resté célèbre pour la formule « Le style est l’homme même. Le style ne peut donc ni s’enlever, ni se transporter, ni s’altérer6. »

  • 7 Voir notre chapitre, « Beau geste et beau texte : les prix Montyon », dans Librairie de jeunesse et (...)
  • 8 Voir Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de (...)

3Si l’on s’est intéressé au style de ces auteurs, qu’en est-il de leurs commentateurs ? L’Académie française, où Buffon a prononcé ce discours, reste tout au long du xixe siècle l’institution qui cultive un art oratoire supposant le partage de l’émotion par une large assemblée. Les ouvrages éducatifs, parce qu’ils se donnent une noble intention, y trouvent donc leur place, non loin des savants traités de politique ou d’économie, comme on le verra lors de l’attribution des prix Montyon : le geste de vertu ou de courage n’est pas seulement un bon geste, il présente une beauté qui doit être transcrite par de belles paroles7. Les cercles, les académies de province, mais aussi, paradoxalement, les loges maçonniques, se modèlent de la même façon, au travers d’une forte sociabilité qui intègre cette littérature dans l’espace public naissant où la presse joue un rôle de plus en plus important8. Si les académies ont encore une existence aujourd’hui, et si de nombreux cercles continuent de décerner des « prix jeunesse », les prises de parole ont adopté une tournure beaucoup moins éloquente, et la critique a en quelque sorte tué l’éloge, qui apparaît comme un genre sinon abandonné, du moins démodé.

4En face de l’éloge, pourtant, on trouve une pratique beaucoup moins publique, et même confidentielle, voire secrète ou se flattant d’apparaître comme telle, représentée par un journalisme à l’usage privé des grands de ce monde. Il existe aujourd’hui encore des « Lettres » confidentielles, mais on doute qu’elles s’intéressent aux livres pour la jeunesse. Les correspondants d’alors, quant à eux, ne craignaient pas d’aborder ce sujet, d’une manière sérieuse puisqu’il s’agissait d’éducation, mais aussi plus futile puisqu’ils rendaient compte des rivalités et des petitesses du milieu. D’une certaine façon, ces correspondances pratiquent davantage l’art de la critique, mais assez souvent dans l’acception péjorative du mot. Ce qui réunit sans doute ces genres aussi dissemblables que l’éloge public et la correspondance privée, c’est l’importance donnée aux personnes plus qu’aux textes eux-mêmes.

L’éloge, forme paradoxale de la critique

5La belle œuvre suscite l’admiration, et la critique se fait alors paradoxalement sous la forme de l’éloge : il s’agit avant tout de se montrer admirant et de faire partager son enthousiasme. On est loin de l’étymologie du mot « critique », qui renvoie à la notion de crise, tant il s’agit au contraire de jouer sur la fiction d’une communauté unanime dans sa réception. D’une certaine manière, l’idée de sublime est toujours présente, et du coup elle instaure une sorte de fossé avec le domaine enfantin, qui incline au contraire vers l’humilité. Buffon, bien qu’il ait été beaucoup adapté pour la jeunesse, est bien éloigné de cet esprit d’enfance. Il écrit ainsi :

  • 9 « Introduction. Des éléments », dans Œuvres complètes de Buffon, op. cit., Histoire des minéraux, p (...)

Demander, par exemple, pourquoi le rouge est rouge, serait une interrogation puérile à laquelle on ne doit pas répondre. Le philosophe est tout près de l’enfant lorsqu’il fait de semblables demandes, et autant on peut les pardonner à la curiosité non réfléchie du dernier, autant le premier doit les rejeter et les exclure de ses idées9.

C’était se situer à l’opposé de Fénelon qui, dans L’Éducation des filles, se plaisait à développer ce type de questionnement.

6En se faisant enfants, le philosophe ou le moraliste privilégient l’« utilité ». Dans sa préface au Livre élémentaire de morale traduit du pédagogue allemand Christian-Gotthilf Salzmann, qui fut un des inspirateurs de Berquin, le traducteur déclare d’emblée : « Je présente au Public la traduction d’un ouvrage dont le but est uniquement l’utilité ». Cette « utilité » est invoquée pour justifier l’ouvrage, au cas où le lecteur n’y trouverait pas « la pureté de diction que je regarde moi-même comme une qualité absolument requise dans un ouvrage de goût dont le but principal est de plaire » :

  • 10 Christian Gotthilf Salzmann, Livre élémentaire de morale, avec une introduction pour s’en servir ut (...)

Ce qui est minutieux et trivial pour nous ne l’est pas pour un enfant de cet âge. Je regarde les détails que l’auteur a pu mettre dans le récit de ses contes et dans l’exposition de ses raisonnements, comme une prérogative de son ouvrage sur beaucoup d’autres de cette espèce10.

L’utilité, qui régit aussi les prix Montyon décernés par l’Académie française, apparaît au départ comme une notion propre à déjouer le jugement critique, puisqu’en l’invoquant on peut désarmer la sévérité d’un lecteur exigeant sur le plan du style. Mais elle ne va pas tarder à soutenir un discours de célébration en faveur d’écrivains sachant tenir compte de leur public. Savoir écrire pour les enfants relève aussi d’un tour de force.

  • 11 La Harpe a donné à partir de 1786 au Lycée de la rue de Valois, un établissement culturel destiné à (...)
  • 12 On peut s’étonner de cette fatigue quand on sait que son Éloge de la Fontaine avait déjà remporté l (...)
  • 13 Les Encouragements de la jeunesse, par Jean-Nicolas Bouilly, membre de la société philotechnique, d (...)

7C’est dans cette perspective qu’est accueilli Berquin, qui se met à hauteur d’enfant et qui est loué pour cette capacité, grâce à laquelle il a été promu comme le premier véritable auteur pour la jeunesse. Il aura droit à de nombreux éloges. Éloges qui sont eux-mêmes récompensés et font à leur tour l’objet d’éloges proposés sous forme de concours, qui renvoient aux formes rituelles notées par Starobinski. Les concours, les prix reposent sur cette double contrainte, partager une sorte de foi dans l’éducation, éprouver et faire éprouver une émotion. Jean-Nicolas Bouilly, qui s’est voulu un nouveau Berquin dont il est une copie dégradée, en donne un exemple marquant avec « Le sommeil de La Harpe », un récit recueilli dans Les Encouragements de la jeunesse. Bouilly y multiplie les compliments pour « ce nouveau Quintilien », « l’oracle du Parnasse français », alors considéré comme le plus grand des critiques, « au premier rang des modernes aristarques ». Ce dernier annonce qu’il va prononcer un discours sur La Fontaine devant les auditeurs du Lycée11, attirant une foule nombreuse. Le jour venu, épuisé par son labeur12, il s’endort, on respecte son sommeil et quelqu’un, le jeune Luce de Lancival, lit son texte à sa place. Au nom seul de La Fontaine, tous les cœurs s’émeuvent déjà, et l’assemblée communie dans une célébration qui va autant vers l’auteur de l’éloge que vers le fabuliste lui-même13.

8Cette anecdote de Bouilly produit à son tour une vive émotion, dont rend compte un certain C. dans le Journal de Paris, où il fait une longue recension des Encouragements de la jeunesse :

  • 14 Journal de Paris, politique, commercial et littéraire, 3 janvier 1815.

Pourquoi rougirai-je d’en faire l’aveu ? J’ai été vivement ému en ouvrant ce volume. Le nom de M. Bouilly a suffi pour agiter toutes les fibres de ma sensibilité. Il m’a rappelé, à la fois, les situations les plus touchantes des Contes et des Conseils à ma fille. On résiste difficilement à de pareils souvenirs, la secousse est trop violente. Ma femme et mes enfants, qui se tenaient là, s’aperçurent de mon émotion […] – Par M. Bouilly, dit ma femme, et elle ne put retenir ses larmes. Je n’attendais que ce moment pour laisser tomber les miennes. Nos enfants se mirent de la partie14.

  • 15 « The tales […] are appropried and well written ; they are, however, French, and even in translatio (...)

Comme en cascade, l’émotion se transmet et sa seule évocation suffit à témoigner de l’intérêt de l’œuvre. Le même Journal de Paris annoncera le 25 janvier de la même année 1815 la parution d’une traduction anglaise des Contes à ma fille, saluée par The Chronicle : l’audience internationale vient confirmer cette haute valeur. Notons qu’une recension parue dans The Literary Chronicle and Weekly Review, le 2 octobre 1824, sera plus mitigée : « Les contes sont bien adaptés et bien écrits ; cependant, ils sont français, et même traduits, témoignent de cette sentimentalité extravagante propre aux contes écrits dans cette langue15. »

  • 16 Pédagogue de la congrégation de la doctrine chrétienne, installé à Bordeaux, il collabore avec l’ab (...)
  • 17 Des sociétés philomathiques, sortes d’académies, se créent au début du xixe siècle, notamment à Bor (...)

9Parmi les hommages rendus à Berquin, celui de Jean-Marie Caillau16 est couronné par la Société Philomathique de Bordeaux17. Ce texte est présenté comme

  • 18 Académie royale de sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, séance du 26 août 1820, Bordeaux, (...)

une description animée d’une fête champêtre consacrée à rappeler les vertus, les talens et les bienfaits de l’ami des enfans ; sa composition est un heureux mélange d’une prose facile avec des vers pleins d’élégance et de naïveté18.

  • 19 Jean-Jacques Regnault-Warin, « Eloge de Berquin », dans L’Ami des enfants, mis en ordre par J.J. Re (...)

Cet éloge n’est qu’un parmi d’autres. Leur quantité atteste sans doute de la qualité particulière de l’œuvre, mais elle suppose aussi des affinités, des réseaux d’amitiés et d’influences. Berquin n’en manqua pas. Bordelais monté à Paris, il sut y faire son chemin et fut notamment membre de la Loge maçonnique des Neuf Sœurs, qui fut fréquentée par Voltaire et par Benjamin Franklin et où il côtoya nombre de figures éminentes et souvent liées au monde de l’éducation. Jean-Joseph Regnault-Warin, qui produira une édition de L’Ami des enfans et qui a fait son éloge19, était proche de ces milieux maçonniques. Bouilly, qui était également un éminent franc-maçon, célébra plusieurs fois Berquin : avec un conte, « La maladie de Berquin », dans Les Encouragements de la jeunesse ; avec une comédie, Berquin, ou l'Ami des enfants (comédie en un acte, en prose, mêlée de vaudevilles, en collaboration avec Joseph-Marie Pain, Paris, théâtre du Vaudeville, 7 décembre 1801) ; avec une notice sur Berquin en préface d’une édition de 1809.

  • 20 Jean-Yves Mollier, Une autre histoire de l’édition française, Paris, La Fabrique, 2015.
  • 21 Rémi Landy, « Jean-François La Harpe (1739-1803) », dans Dictionnaire des journalistes (1600-1789), (...)

10Par ailleurs, sur un plan qu’on appellerait aujourd’hui médiatique, Berquin, comme précepteur des filles de l’éditeur Panckoucke, également franc-maçon, a porte ouverte dans les publications de ce dernier ; ses œuvres sont annoncées dans Le Mercure de France mais aussi dans Le Journal de Paris et dans L’Année littéraire. Cette accointance est essentielle car Panckoucke est un des tout premiers grands éditeurs au sens moderne du terme, comme l’a rappelé Jean-Yves Mollier20. Il donne ainsi un essor considérable au Mercure, qui compte 7000 abonnés en 180021.

  • 22 Où Jean-François La Harpe, qui avait proposé en 1790 un « plan sommaire d’éducation publique et un (...)
  • 23 Nous avons évoqué les relations fortes entre ce cercle des Idéologues et certains auteurs pour la j (...)

11En mai 1782, dans ce Mercure de France, Dominique Joseph Garat a fait l'éloge de L'Ami des Enfans. Garat est un ami d’enfance de Berquin ; membre lui aussi de la Loge des Neuf Sœurs, il aura une carrière politique de première importance puisqu’il sera ministre de la Convention. Sur un plan « philosophique », il sera « professeur d’analyse de l’entendement humain » à l’École Normale de l’An III, ouverte en 179522, et il fera partie du cercle des Idéologues qui se développe à la même époque dans le sillage de la pensée des Philosophes23. En tant que tel, il s’est intéressé tout particulièrement aux ouvrages d’éducation : « On ne peut guère faire un plus utile usage des lumières et du talent que de les employer à perfectionner la théorie de l’éducation. C’est un des objets dont la philosophie s’est le plus occupée dans notre siècle », écrit-il dans le Mercure de France, le 19 mai 1781, à l’occasion de la nouvelle édition des Conversations d’Emilie de Madame d’Epinay.

Les « Correspondances », une critique à usage privé

12Madame d’Epinay est l’autre auteur également bien traitée par ce journal prestigieux qui accorde donc une attention particulière à cette forme de littérature. Ses Conversations d’Emilie d’abord parues anonymement en 1774 et alors remarquées par Voltaire, lui ont déjà valu en mai 1775 un article flatteur de La Harpe, « Sur un livre intitulé Les Conversations d’Emilie » :

  • 24 Article recueilli dans œuvres de La Harpe, de l’Académie française, accompagnées d’une notice sur s (...)

Les Conversations d’Émilie sont un livre de morale élémentaire à la portée d’un enfant ; mais il est composé de manière à être lu avec plaisir par des hommes instruits. Il y règne une simplicité aimable qu’inspire le goût de la vérité et de la vertu24.

La Harpe développe lui aussi l’idée que la confection d’un livre élémentaire ne peut être assurée que par des personnes bien supérieures à ce genre de travail. Cette question restera toujours d’actualité, soit que l’on pense comme La Harpe, soit que l’on récuse l’intérêt même de cette production spécifique. On pourrait dire aussi qu’il s’inscrit dans la perspective d’un double public, illustrant le phénomène du cross over aujourd’hui au cœur de la critique anglo-saxonne. Du reste, à la différence de L’Ami des enfans, réellement adressé au jeune lecteur, l’ouvrage de Mme d’Epinay semble bien plus accessible aux parents.

  • 25 Jochen Schlobach, « Frédéric Grimm (1723-1807) », dans Dictionnaire des journalistes (1600-1789), é (...)

13Cet intérêt se trouve confirmé dans les « Correspondances » qui fleurissent alors à destination des personnalités influentes. Ainsi la Correspondance littéraire de Frédéric Melchior Grimm annonce-t-elle la parution de l’ouvrage en juin 1774. Cette Correspondance confidentielle, manuscrite, dont l’abonnement vaut très cher, illustre un type de critique très particulier à l’époque, qui échappe au phénomène naissant de mass media tout en s’inscrivant dans une exigence forte de communication à l’échelle européenne, Grimm apparaissant comme « une sorte d’agent culturel reliant la France, l’Allemagne, la Russie25 ». Mais il n’en est pas le seul rédacteur, et certains articles sont notamment de Diderot et de Mme d’Epinay. À partir de mars 1773, c’est même Jakob Heinrich Meister, sous la signature H. Meister, qui devient le maître d’œuvre de la Correspondance. Regrettant l’absence de « bons livres élémentaires » consacrés à l’éducation, le rédacteur informe ses lecteurs que :

  • 26 Juin 1774. Nous suivons l’édition de la Correspondance littéraire, philosophique et critique établi (...)

Une femme de beaucoup d’esprit, et d’une raison très supérieure encore à son esprit, vient d’en composer un à l’usage de sa fille, dans lequel nous avons cru trouver l’exécution la plus heureuse du catéchisme moral dont Jean-Jacques a tracé le projet dans son Emile26.

Grimm et Mme d’Epinay étaient très intimes, l’importance des relations privées, mais c’est aussi une affinité d’esprit qui se donne à lire, et Meister, comme La Harpe, parle de « livres élémentaires », s’inscrivant dans cette perspective de l’élémentation qui occupera beaucoup l’Académie française durant tout le xixe siècle. Intérêt illustré par le prix Montyon, que reçurent Berquin et Mme d’Epinay. Celle-ci fut lauréate en 1783, avec ces Conversations d’Emilie, qui reparaissent alors avec le nom de leur auteur, contre Mme de Genlis, avec Adèle et Théodore, ou Lettres sur l’éducation.

  • 27 Correspondance littéraire secrète, n°8, 1782, p. 1.
  • 28 Correspondance littéraire, t. XVIII, 1782, p. 55.
  • 29 Voir Brigitta Berglund-Nilsson, « Mme de Genlis et les correspondances littéraires », Cahiers de l' (...)
  • 30 Recension signée B.V., Mercure de France, Floréal an IX, p. 276.

14Cette compétition entre Mme d’Epinay et Mme de Genlis défraya particulièrement la chronique. Mettra, responsable d’une autre Correspondance littéraire secrète (qui parut de 1773 à 1795 et qui était imprimée), avait été très déçu par Adèle et Théodore, « rien moins qu’une affiche de science universelle27 ». Par contre, Meister fut plus mesuré28. L’ouvrage provoqua une cabale, pour des raisons en partie mondaines. Mettra parla de la « comtesse-pédagogue » et du « gouverneur-femelle » (elle était gouverneur des enfants du duc de Chartres29). Le ton satirique de Mettra, facilité par le caractère confidentiel de ces correspondances, contraste avec celui de l’éloge académique marqué par l’hyperbole. Mais Mme de Genlis semble offrir une cible de choix à cet esprit mordant. Sa prolixité se prête au sarcasme ; dans une recension du Petit La Bruyère, on lit que ses ouvrages se succèdent avec rapidité, « et bientôt on ne pourra non plus les nombrer que les flots de la fontaine de Vaucluse30 ».

  • 31 Cette « signature » est celle qu’utilise Jean-Joseph Dussault pour ses articles, souvent polémiques (...)
  • 32 « Historique de nos absurdités pédagogiques », Le Spectateur français du xixe siècle, ou Variétés m (...)
  • 33 « Sur la mollesse de l’éducation, sur les nouvelles méthodes, Dictionnaires abrégés, etc, à l’occas (...)
  • 34 « Sur la vogue des sciences exactes et le discrédit des belles-lettres, à l’occasion d’un livre int (...)

15À ces querelles internes s’ajoutent des voix discordantes qui se font entendre de l’extérieur, de la part de milieux mal disposés à l’égard des Philosophes. Et même si Mme de Genlis s’est souvent posée comme ennemi de ces derniers, elle n’échappe pas aux critiques faites à l’esprit nouveau. Une publication comme Le Spectateur français propose ainsi une rubrique « Morale-Education » qui passe en revue « nos absurdités pédagogiques », comme l’écrit un certain Y31 à l’occasion de ce Petit La Bruyère : le rédacteur voit un signe de décadence de l’éducation dans la multiplication des livres qui lui sont consacrés et qui ne répondent qu’à la passion des nouveautés. Le grand succès des petites niaiseries périodiques de M. Berquin était la marque la plus infaillible de cet abâtardissement. Mme de Genlis, entraînée par le torrent des idées nouvelles et égarée par sa passion pour le théâtre, s’est également éloignée de la vraie méthode32. L’article suivant, signé du même Y, « Sur la mollesse de l’éducation, sur les nouvelles méthodes, Dictionnaires abrégés, etc, à l’occasion d’un Abrégé des Vies de Plutarque, à l’usage des enfans », s’en prend également « au grand nombre de livres élémentaires que chaque jour voit éclore » et qui « ressemble à une conspiration contre les sciences et la véritable instruction33 ». Dussault s’est rangé contre la Révolution française, contre les nouveautés, et ne cesse de gémir, en vain, sur la décadence des lettres. Son ennemie, c’est l’élémentation, qui fait produire des Buffon de la jeunesse : « il me semble qu’on abat un temple magnifique pour élever des huttes avec les débris de ces majestueuses colonnes34 ».

  • 35 « Comédie mixte ou drame : Théâtre à l’usage des jeunes personnes », recueilli dans le Supplément a (...)
  • 36 Voir Birgitta Berglund-Nilsson, « Madame de Genlis et les correspondances littéraires », op. cit., (...)

16La ligne de partage est bien là. Une librairie de jeunesse spécifique, que Hetzel désignera plus tard comme « littérature spéciale », se développe avec des principes fondés sur l’aménité et la simplicité, alors que les « Classiques » continuent de ne vouloir que du grand, de l’imposant. Bien que s’affichant en opposante à l’égard des Philosophes, Mme de Genlis développe une pensée qui, sur ce point, est très proche de la leur. Son Théâtre à l’usage des jeunes personnes, publié chez Panckoucke en 1779, a reçu beaucoup de compliments. Meister y avait trouvé beaucoup de grâce et de sensibilité. La Harpe lui a consacré un très long développement très flatteur : il observe que l’auteur s’est renfermée volontairement dans une sphère peu brillante, voulant être utile plutôt que célèbre, préférer des succès plutôt faits pour l’âme que pour l’amour-propre, « mais la véritable supériorité se fait toujours reconnaître même lorsqu’elle se plaît à descendre35 ». La Harpe était très proche de Mme de Genlis, et Mettra le soupçonne même d’être l’auteur de certains des ouvrages signés d’elle36.

  • 37 Correspondance littéraire, philosophique et critique, janvier 1783, édition Furne, t. XI, 1830, p.  (...)
  • 38 Ibid, p. 317.

17Ce qui ressort, c’est l’impression d’un milieu plutôt restreint, où chacun connaît tout le monde, dans un jeu de rivalité qui bien souvent commande le jugement critique. Le caractère presque privé des correspondances permet d’aller plus loin dans la dénonciation de certaines accointances, mais en même temps ces manœuvres sont publiques, et lorsque Meister s’étend sur les circonstances de l’attribution du prix Montyon à Mme d’Epinay, sur les réactions de Mme de Genlis, et qu’il produit la lettre de remerciements de Mme d’Epinay et la réponse de d’Alembert, il ne fait que transmettre à ses lecteurs des éléments connus de la société qui se passionne à la fois pour ces intrigues et pour les questions d’éducation37. Mais s’il est facile et peu original de produire un traité, il est beaucoup plus malaisé de s’adresser efficacement aux enfants. Et c’est ce qui a fait la différence entre Mme d’Epinay et Mme de Genlis aux yeux de l’Académie, selon Meister : « Nous avons de meilleurs traités que le roman d’Adèle ; nous n’avons aucun livre à mettre entre les mains des enfants qui puisse être comparé aux Conversations d’Emilie38. »

Relire Berquin

  • 39 Baudelaire, « Les drames et les romans honnêtes », La Semaine théâtrale, 27 novembre 1851. Nous sui (...)
  • 40 Charles Baudelaire, « L’école païenne », Écrits sur la littérature, op. cit., p. 122.
  • 41 Jean-Louis Cornille, « Le manuel d’Emma », dans Plagiat et créativité (treize enquêtes sur l’auteur (...)

18On mesure les modifications qui vont affecter la réception de ce type de littérature. Indépendamment des louanges ou des reproches, les noms de Berquin, Genlis, d’Epinay, étaient dotés d’un certain crédit, alors que, par une sorte de renversement, celui de Berquin, notamment, est aujourd’hui associé à la puérilité, à la mièvrerie. On attribue sans preuve à Baudelaire l’invention du mot « berquinade », mais ce qui est avéré, c’est la postérité de l’article féroce qu’il publie dans La Semaine théâtrale le 27 novembre 1851, « Les drames et les romans honnêtes », où il s’en prend à l’utilité de l’art et à Berquin : « Voilà un art faux, me dis-je. Mais voilà qu’en poursuivant je m’aperçus que la sagesse y était incessamment abreuvée de sucreries… » On a surtout retenu la formule « L’art est-il utile ? Oui. Pourquoi ? Parce qu’il est l’art39 », en y voyant quelquefois un manifeste de l’Art pour l’Art, ce que suffirait à démentir l’article que le même Baudelaire produit dans la foulée pour le même journal, le 22 janvier 1852, « L’École païenne », où il apostrophe aussi violemment « la plastique », à qui seront toujours étrangers « l’utile, le vrai, le bon, le vraiment aimable40 ». La démarche de Baudelaire peut donc sembler contradictoire, mais elle s’explique par le fait que celui-ci conteste moins l’utilité de l’art que le dévoiement de ce concept d’utilité par une Académie française de plus en plus éloignée de la force initiale des Lumières. Et d’une certaine façon, la berquinade désigne d’abord les imitations dégradées de Berquin. Mais il sera de bon ton de s’en prendre à ce dernier. Si la librairie d’éducation a eu partie liée avec la modernité de son époque, celle des héritiers des Lumières, les Idéologues, elle sera rejetée par l’autre modernité, celle qui se forge, non sans malentendu, autour des noms de Baudelaire et de Flaubert, tous deux victimes de la censure la même année 1857. Le nom de Berquin est volontiers convoqué par Flaubert, et on41 a pu supposer que son Charles Bovary devait quelque chose à « Bonjour Charles », une saynète de Berquin adaptée de Miss Barbauld, sur laquelle Renée Balibar a attiré notre attention dans L’Institution du Français.

  • 42 Renée Balibar, L’Institution du français. Essais sur le colinguisme, des Carolingiens à la Républiq (...)
  • 43 Jean-Paul Sartre, Baudelaire, précédé d’une note de Michel Leiris, première parution en 1947, colle (...)

19L’immense intérêt des travaux de Renée Balibar est d’ouvrir une autre approche de ces œuvres puériles qu’elle resitue dans la perspective de l’« élémentation » défendue par Condorcet en 179242 et incarnée dans les Lessons for Children de Miss Barbauld dès 1778 à Londres et par Berquin à Paris dans les mêmes années. C’est-à-dire qu’elle rompt avec la posture aristocratique décrite par Jean-Paul Sartre dans l’ouvrage qu’il a consacré à Baudelaire, artiste et dandy se réclamant d’un « collège » restreint de créateurs43, posture qui a commandé une grande partie de la critique la plus moderniste, en particulier celle d’un Roland Barthes dans Le Degré zéro de l’écriture, paru en 1953. Cet ouvrage, qui reprend partiellement la matière d’articles primitivement parus dans le journal Combat, constituera un des socles de ce que l’on regroupera sous le terme de « nouvelle critique » à la fin des années soixante. Il ne traite en aucune façon de la littérature pour la jeunesse, mais en traçant une ligne de partage entre d’une part le roman balzacien à vocation didactique et le roman flaubertien qui s’y opposerait, il propose une idée de la littérature dans laquelle cette production n’a pas de place. Renée Balibar adopte une position inverse, éminemment politique, qui ne considère pas ces historiettes d’un point de vue supérieur mais tente de les resituer dans leur projet, qui est de rompre avec des « Humanités » fermées au peuple.

  • 44 Voir les travaux de Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, et notamment l’ouvrage issu de sa thèse, Mme d (...)
  • 45 Ainsi, on sait depuis toujours que Berquin s’est servi de nombreux textes préexistants, mais récemm (...)

20Aujourd’hui, les travaux sur Berquin mais aussi sur Mme de Genlis44, se sont multipliés. Sans adopter strictement la démarche de Renée Balibar, ils optent pour une attitude que l’on peut dire « compréhensive », soucieuse des intentions et du contexte. D’autre part, la numérisation permet d’avoir accès aux textes, à leurs éditions, souvent diverses, aux recensions qui en sont faites, aux traductions, aux réécritures, aux manipulations éditoriales, aux œuvres étrangères et aux échanges45. Une autre lecture peut s’opérer, dégagée de cette tradition dépréciative fondée sur la méconnaissance et le souci de distinction. En ce sens, lire vraiment Berquin peut être une propédeutique à l’approche raisonnée d’une littérature pour l’enfance, dont la critique suppose une approche conjointement historique, épistémologique et didactique.

Haut de page

Notes

1 Jean Starobinski, La Relation critique. L’Œil vivant II, Paris, Gallimard, coll. « Le Chemin », 1970, suite de L’œil vivant, 1961. Nous suivons l’édition augmentée publiée dans la collection « Tel » en 2001, p. 17-18.

2 Georges Blin, La Cribleuse de blé, Paris, J. Corti, 1968.

3 Jean Starobinski, op. cit., p. 18.

4 On emploie ici le terme plus ancien de « réclame », du reste encore attesté tard dans le xxe siècle, plutôt que « publicité », qui désigne alors le fait de rendre public. De nombreux auteurs pour la jeunesse, qui oscillent entre divers genres littéraires ou journalistiques, seront désignés comme « publicistes ».

5 À l’instar de Berquin, de nombreux « auteurs » ou compilateurs ont produit des recueils empruntant et réappropriant divers récits ou contes moraux venus de France ou de l’étranger.

6 « Discours académiques », dans Œuvres complètes de Buffon, précédées d’une notice historique et de considérations générales sur le progrès et l’influence philosophique des sciences naturelles depuis cet auteur jusqu’à nos jour par M. Geoffroy Saint-Hilaire, Paris, chez F.D. Pillot, 1837, t. 1, p. 3.

7 Voir notre chapitre, « Beau geste et beau texte : les prix Montyon », dans Librairie de jeunesse et littérature industrielle au xixe siècle, Paris, Champion, coll. « Histoire culturelle de l’Europe », 2006, p. 249-286.

8 Voir Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, nouvelle édition avec une préface inédite de l’auteur, Paris, Payot, coll. « Critique de la politique », 1993.

9 « Introduction. Des éléments », dans Œuvres complètes de Buffon, op. cit., Histoire des minéraux, p. 243.

10 Christian Gotthilf Salzmann, Livre élémentaire de morale, avec une introduction pour s’en servir utilement, ouvrage traduit de l’allemand de M. Salzmann, professeur et prédicateur à l’institut de Dessau, Leipzig, Siegfried Lebrecht Crusius, t. 1, 1785, p. X. Le traducteur est Jean-Victor Le Roux-Laserre, lui-même rédacteur à l’institut de Dessau d’une Gazette de la jeunesse conçue dans l’esprit des Philanthropinistes (voir Annett Volmer, Press und Frankophonie im 18. Jahrhundert. Studien zur französischsprachigen Presse in Thüringen, Kursachsen und Russland, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, coll. « Deutsch-französische Kulturbibliothek », 2000, p. 45-46).

11 La Harpe a donné à partir de 1786 au Lycée de la rue de Valois, un établissement culturel destiné à un public mondain et cultivé, des conférences littéraires qui furent reprises en ouvrage en 1799 sous le titre de Lycée, ou cours de littérature ancienne et moderne.

12 On peut s’étonner de cette fatigue quand on sait que son Éloge de la Fontaine avait déjà remporté le prix de l’Académie de Marseille en 1774.

13 Les Encouragements de la jeunesse, par Jean-Nicolas Bouilly, membre de la société philotechnique, de la Société académique des enfants d’Apollon et de celles de sciences et arts de Tours, de Boulogne-sur-mer, Paris, Librairie d’éducation d’Alexis Eymery, 1817, p. 151-168.

14 Journal de Paris, politique, commercial et littéraire, 3 janvier 1815.

15 « The tales […] are appropried and well written ; they are, however, French, and even in translation, display some portion of that extravagant sentimentality so peculiar to the tales of that language. »

16 Pédagogue de la congrégation de la doctrine chrétienne, installé à Bordeaux, il collabore avec l’abbé Baurieu, auteur de L’Eléve de la nature et d’ouvrages dans le genre de Berquin.

17 Des sociétés philomathiques, sortes d’académies, se créent au début du xixe siècle, notamment à Bordeaux. Celle-ci a ouvert en 1811 un concours, Hommage à la mémoire de Berquin. Elle laisse à ceux qui célébreront l’auteur de l’Ami des enfans le choix de traiter ce sujet dans une pièce de poésie à leur choix ou d’en faire la matière d’un éloge historique en prose (Mercure de France, volume 46, Paris, Arthus Bertrand, 1811, p. 564).

18 Académie royale de sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, séance du 26 août 1820, Bordeaux, Pinard, p. 173.

19 Jean-Jacques Regnault-Warin, « Eloge de Berquin », dans L’Ami des enfants, mis en ordre par J.J. Regnault-Warin, A Paris, chez André, imprimeur-libraire, t. I, 1802. p. I-XXVIII.

20 Jean-Yves Mollier, Une autre histoire de l’édition française, Paris, La Fabrique, 2015.

21 Rémi Landy, « Jean-François La Harpe (1739-1803) », dans Dictionnaire des journalistes (1600-1789), édition électronique revue, corrigée et augmentée, Oxford, Voltaire Foundation [en ligne]. http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/444-jean-francois-la-harpe

22 Où Jean-François La Harpe, qui avait proposé en 1790 un « plan sommaire d’éducation publique et un nouveau cours d’étude », est chargé de la Littérature.

23 Nous avons évoqué les relations fortes entre ce cercle des Idéologues et certains auteurs pour la jeunesse dans « L’enfance comme enjeu idéologique », Modernités, n°38 : Idéologie(s) et roman pour la jeunesse au xxie siècle, sous la direction de Gilles Béhotéguy, Christiane Connan-Pintado et Gersande Plissonneau, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2015. Sur les Idéologues, voir aussi Pierre Macherey, « Idéologie, le mot, l’idée, la chose », Methodos, n°8, 2008 [En ligne] http://methodos.revues.org/1843 ; DOI : 10.4000/methodos.1843

24 Article recueilli dans œuvres de La Harpe, de l’Académie française, accompagnées d’une notice sur sa vie et sur ses ouvrages, A Paris, chez Verdière, t. XV, 1821, p. 36.

25 Jochen Schlobach, « Frédéric Grimm (1723-1807) », dans Dictionnaire des journalistes (1600-1789), édition électronique revue, corrigée et augmentée, Oxford, Voltaire Foundation [en ligne]. http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/362-frederic-grimm

26 Juin 1774. Nous suivons l’édition de la Correspondance littéraire, philosophique et critique établie par Maurice Tourneux, Garnier frères, T. X, 1879, p. 441. Annette Baudron a déjà donné les éléments de ces échanges épistolaires dans sa thèse, L’œuvre d’Arnaud Berquin. Littérature de jeunesse et esprit des Lumières, soutenue à l’Université François-Rabelais, Tours, 2009, p. 62-66.

27 Correspondance littéraire secrète, n°8, 1782, p. 1.

28 Correspondance littéraire, t. XVIII, 1782, p. 55.

29 Voir Brigitta Berglund-Nilsson, « Mme de Genlis et les correspondances littéraires », Cahiers de l'Association internationale des études françaises, Volume 48, n°1, 1996, p. 57-73 [en ligne] www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1996_num_48_1_1237 ; DOI : 10.3406/caief.1996.1237

30 Recension signée B.V., Mercure de France, Floréal an IX, p. 276.

31 Cette « signature » est celle qu’utilise Jean-Joseph Dussault pour ses articles, souvent polémiques, publiés dans le Journal des Débats, repris en volumes dans quatre volumes d’Annales littéraires, et pour certains dans ce Spectateur.

32 « Historique de nos absurdités pédagogiques », Le Spectateur français du xixe siècle, ou Variétés morales, politiques et littéraires recueillies des meilleurs écrits périodiques, Paris, Librairie de la Société typographique, t. 2, 1805, p. 321-327. Ce périodique a été fondé en 1805 par J.B.G Fabry.

33 « Sur la mollesse de l’éducation, sur les nouvelles méthodes, Dictionnaires abrégés, etc, à l’occasion d’un Abrégé des Vies de Plutarque, à l’usage des enfans », Le Spectateur français, op. cit., p. 327-333.

34 « Sur la vogue des sciences exactes et le discrédit des belles-lettres, à l’occasion d’un livre intitulé le Buffon de le jeunesse », Le Spectateur français, op. cit., p. 333-339.

35 « Comédie mixte ou drame : Théâtre à l’usage des jeunes personnes », recueilli dans le Supplément au cours de littérature. Mélanges inédits de littérature de JB (sic) de La Harpe recueillis par J.B. Salgues, Chaumerot, 1810 : l’éditeur remarque que La Harpe a été plus sévère dans sa correspondance que dans cet article du Mercure.

36 Voir Birgitta Berglund-Nilsson, « Madame de Genlis et les correspondances littéraires », op. cit., p. 57-73. Cet article compare les commentaires de Meister et de Mettra concernant Mme de Genlis.

37 Correspondance littéraire, philosophique et critique, janvier 1783, édition Furne, t. XI, 1830, p. 316-320.

38 Ibid, p. 317.

39 Baudelaire, « Les drames et les romans honnêtes », La Semaine théâtrale, 27 novembre 1851. Nous suivons l’édition établie par Jean-Luc Steinmetz : Charles Baudelaire, Écrits sur la littérature, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de Poche », 2005, p. 112-115.

40 Charles Baudelaire, « L’école païenne », Écrits sur la littérature, op. cit., p. 122.

41 Jean-Louis Cornille, « Le manuel d’Emma », dans Plagiat et créativité (treize enquêtes sur l’auteur et son autre), Amsterdam/New York, Rodopi, coll. « Faux titre », 2008, p. 22.

42 Renée Balibar, L’Institution du français. Essais sur le colinguisme, des Carolingiens à la République, Paris, PUF, 1985, p. 177. Dès 1983, Denise Escarpit avait organisé à Bordeaux une manifestation, Arnaud Berquin (1747-1791), bicentenaire de « L’ami des enfans », dont les actes ont été publiés dans sa revue Nous voulons lire, hors série, 1983.

43 Jean-Paul Sartre, Baudelaire, précédé d’une note de Michel Leiris, première parution en 1947, collection « Les Essais », Paris, Gallimard, coll. « Idées, 31 », 1963, p. 172-180.

44 Voir les travaux de Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, et notamment l’ouvrage issu de sa thèse, Mme de Genlis et le théâtre d’éducation au xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1997, qui appréhende ce théâtre dans la perspective de nouvelles stratégies tant éditoriales qu’éducatives, dans un esprit proche de Berquin. Quant au colloque Madame de Genlis. Littérature et éducation, sous la direction de François Bessire et de Martine Reid, publié en 2014 par les presses universitaires de Rouen, il a donné l’occasion d’explorer les diverses facettes d’une écriture polymorphe.

45 Ainsi, on sait depuis toujours que Berquin s’est servi de nombreux textes préexistants, mais récemment Isabelle Nières-Chevrel a pu retrouver « Des sources nouvelles pour L’Ami des enfants de Berquin » (Revue d’Histoire littéraire de la France, n°4, 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Marcoin, « Deux formes anciennes de la critique, l’éloge public et la correspondance privée », Strenæ [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/1698 ; DOI : 10.4000/strenae.1698

Haut de page

Auteur

Francis Marcoin

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org