Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Aux origines de la « Collection Maïa » chez Stock (1925-1926)

Mathilde Lévêque

Résumé

En 1925, la librairie Stock, Delamain et Boutelleau entreprend de lancer sur le marché du livre pour enfants une nouvelle collection, la « Collection Maïa », du nom du premier titre qui la compose, Maïa l’abeille et ses aventures, traduction d’un roman allemand de Waldemar Bonsels. Nouveauté, modernité, exigence littéraire et esthétique sont autant de critères affichés comme une profession de foi éditoriale et comme une promesse de qualité, sinon aux jeunes lecteurs, du moins aux prescripteurs des livres de cette collection. Ces critères ne sauraient être réduits à de simples arguments publicitaires ; mais sont-ils présents dès l’origine de la collection ? Est-il possible de vérifier l’adéquation entre le projet initial et sa concrétisation ? Les archives Stock conservées à l’IMEC offrent pour ce faire des documents précieux : le dossier « Bonsels » (conservé sous la cote STK 82.4) contient la correspondance entre l’éditeur et l’auteur de Maïa l’abeille, sous forme de copies et d’originaux de courriers échangés entre 1925 et 1929. L’examen détaillé de ces archives permet de mettre en regard le projet éditorial et la concrétisation de la collection. Il explique la genèse du tout premier titre d’une collection dont le nom même la place sous l’égide de ce roman inaugural, les archives éclairent les choix comme les hésitations d’une collection en train de naître.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France, Allemagne

Chronologique :

années 1920
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces citations sont extraites des présentations de la collection dans les différents volumes qui la (...)
  • 2 Selon l’étude d’Isabelle Nières-Chevrel, la traduction ne représente que 2,4 % de la production pou (...)

1En 1925, la librairie Stock, Delamain et Boutelleau entreprend de lancer sur le marché du livre pour enfants une nouvelle collection, présentée comme résolument moderne, s’opposant « aux niaiseries et vieilleries courantes » et offrant à ses lecteurs « des romans, récits ou fantaisies modernes toujours de haute valeur esthétique1 ». Cette collection, intitulée « Collection Maïa », accorde une large part aux traductions, cherchant à renouer avec la tradition « des Grimm, des Andersen, des Kipling, des Lagerlöf et d’obéir à ce principe que les grandes œuvres pour enfants sont toujours des œuvres réellement grandes ». Sur les 28 titres publiés entre 1926 et 1948, 17 sont des traductions, soit plus de la moitié de la collection, ce qui représente une proportion bien supérieure à la moyenne des traductions pour la jeunesse présentes alors dans l’édition française2. La collection tire son nom du tout premier titre du catalogue, Maïa l’abeille et ses aventures, roman allemand de Waldemar Bonsels, traduit par Geneviève Maury et publié en 1926. Ce roman, publié initialement en 1912, Die Biene Maja und ihre Abenteuer, a assuré à son auteur un large succès et apparaît encore dans les années vingt comme un bestseller en Allemagne.

  • 3 Le dossier contient 28 courriers pour la période allant de mai 1925 à décembre 1926 : 14 sont des é (...)

2Nouveauté, modernité, exigence littéraire et esthétique sont autant de critères affichés comme une profession de foi éditoriale et comme une promesse de qualité, sinon aux jeunes lecteurs, du moins aux prescripteurs des livres de cette collection. Ces critères ne sauraient être réduits à de simples arguments publicitaires ; mais sont-ils présents dès l’origine de la collection ? Est-il possible de vérifier l’adéquation entre le projet initial et sa concrétisation ? Les archives Stock conservées à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) offrent pour ce faire des documents précieux : le dossier « Bonsels » (STK 82.4) contient la correspondance entre l’éditeur et l’auteur de Maïa l’abeille, sous forme de copies et d’originaux de courriers échangés entre 1925 et 1929. Ce même dossier conserve également plusieurs courriers entre l’éditeur et des traducteurs3. Sur l’ensemble des archives relatives à la collection Maïa, le dossier Bonsels est le seul à être aussi important, tant par le nombre des documents qu’il contient que par leur importance en terme de contenu. Ces archives permettent-elles de vérifier si le credo de la collection apparaît dès l’origine du projet ? Révèlent-elles d’autres exigences et impératifs moins avouables ? Dans quelle mesure renseignent-elles sur les objectifs premiers, suivis ou abandonnés par la suite, sur les écueils, les impasses voire les revirements d’une aventure éditoriale en pleine gestation et construction ? Autant de questions auxquelles cet article s’attachera à répondre, éclairant la genèse d’une traduction tout autant que de celle de la collection, dont le nom est directement emprunté au titre de ce roman inaugural.

Premiers contacts entre un éditeur et un auteur

  • 4 Les archives conservent des copies carbones sur papier pelure de ces courriers envoyés par l’éditeu (...)

3L’ambition littéraire de l’éditeur est présente dès la toute première lettre à l’auteur. Le 4 mai 1925, une lettre est adressée par l’éditeur français (dont l’identité sera précisée un peu plus loin dans l’article4) à Waldemar Bonsels, par le biais de son éditeur de Berlin, Schuster und Loeffler Verlag :

Monsieur,
Une traductrice s’adresse à nous et nous recommande chaudement votre BIENE MAJA pour nos éditions ; D'après ce qu'elle nous dit nous serions heureux d’essayer d'éditer cette traduction pour le public des jeunes. Est-ce que vous pourriez nous donner l'autorisation de publier cette œuvre en fraçais (sic) et à quelles conditions ? que nous souhaiterions fixées en tenant compte de la difficulté de faire paraître des œuvres étrangères en France.
Nous avons déjà édité depuis la guerre « TONIO KROGER » de Thomas Mann, « JEUNESSE » de Heinrich Mann, « LES CAHIERS DE MALTE LAURIDS BRIGGE » de Rainer Maria Rilke et nous allons publier trois nouvelles de Stefan ZWEIG.
Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de nos sentiments les plus distingués.

  • 5 En 1921, Jacques Boutelleau, secrétaire de Pierre-Victor Stock depuis 1909, achète avec son ami Mau (...)
  • 6 La littérature étrangère assure la survie de la maison Stock au tournant au xxe siècle, lorsque s’a (...)

4D’emblée, l’éditeur affiche son ambition : il choisit de traduire pour la jeunesse un texte d’une qualité littéraire comparable aux plus grands auteurs contemporains de langue allemande, Thomas Mann, qui recevra le prix Nobel de littérature peu après, en 1929, son frère Heinrich Mann, Rilke et Zweig. Implicitement, il se positionne comme un éditeur sélectif et exigeant, attentif à la création contemporaine et qui ne se cantonne pas aux seules publications spécifiquement destinées aux enfants. En 1925, cette maison d’édition vient d’être transformée en société anonyme (la Librairie Stock, Delamain et Boutelleau) et elle est gérée par une nouvelle équipe, dirigée par Maurice Delamain et Jacques Boutelleau et composée de plusieurs membres de leur famille5. Choisir de traduire et de publier de la littérature étrangère correspond à la fois à l’identité historique de la maison6 et à la nécessité de trouver une place dans le paysage éditorial français du milieu des années vingt :

  • 7 Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), op. cit., p. 160.

Dans le domaine de la littérature française ambitieuse, Boutelleau et Delamain constatent vite que la rivalité entre Gallimard et Grasset ne laisse pas de place pour un troisième ; mieux vaut pour eux exploiter un domaine qui a l’avantage de ne pas intéresser Grasset et de reprendre une solide tradition de la maison : le domaine étranger7.

  • 8 L’Histoire de l’édition française cite à ce propos les publications de A l’Ouest rien de nouveau de (...)
  • 9 «  […] ich grundsätzlich bereit bin, mit Ihnen zu verhandeln, zumal ich, wie ich aus Ihrem Brief se (...)

5Aucun des quatre écrivains cités n’écrit pour la jeunesse, les œuvres mentionnées d’Heinrich Mann et de Rilke sont publiées chez Stock dans la collection « Les Contemporains : Œuvres et portraits du xxe siècle » (respectivement les numéros 21 et 23). En proposant de traduire Die Biene Maja, l’éditeur français semble ainsi offrir la possibilité à Waldemar Bonsels d’entrer dans le panthéon prestigieux des auteurs qui représentent, pour l’édition française, la littérature de langue allemande la plus moderne. Sans cacher son projet d’une traduction « pour le public des jeunes », l’éditeur dépasse ce seul domaine, semblant signifier que nulle frontière n’existe quand il s’agit de « grande » littérature. Par ailleurs, il semble que Delamain et Boutelleau cherchent à publier des auteurs au succès immédiat8, ce qui est le cas de Waldemar Bonsels, auteur à succès depuis la parution de Die Biene Maja en 1912. Cette stratégie est efficace : dès le 9 mai 1925, Bonsels répond depuis son domicile bavarois de Ambach am Starnberger See : « Je suis tout à fait prêt à faire affaire avec vous, d’autant que, comme je le vois d’après votre lettre, je serai chez vous avec Die Biene Maja en très bonne compagnie9. » La référence à d’autres auteurs se poursuit dans la réponse fort rapide de l’éditeur français, le 11 mai :

D’autre part, nous croyons que nous sommes infiniment mieux placés que beaucoup de nos confrères, et particulièrement celui que vous nous citez pour publier un ouvrage comme DIE BIENE MAJA. Non seulement nous avons déjà publié des traductions de l'allemand des auteurs que nous vous avons cités et parmi lesquels nous avons omis de vous nommer Franz WERFEL (L'AMI DU MONDE 1924), mais encore, les principes que vous nous faites connaître comme ceux qui d'après vous doivent s’appliquer aux ouvrages pour les enfants, rencontrent exactement nos propres opinions. La meilleure preuve que nous puissions en donner est dans notre édition des CONTES D'ANDERSEN, qui est la seule en France dans laquelle le texte ne soit aucunément (sic) défiguré et soit rendu avec toute l'équivalence littéraire possible. Si nous nous sommes intéressés à votre ouvrage, c'est précisément parce que nous y rencontrions les qualités poètiques (sic) du danois et de Selma Lagerlof (sic) dont nous publions également les ouvrages.

  • 10 Il s’agit de Voyage dans l’Inde [Indienfahrt, 1916], traduit par Hélène Legros et publié par Gallim (...)
  • 11 Voir la lettre du 9 mai 1925, dont il sera question ultérieurement dans cet article.
  • 12 Dans les années 1920, Albin Michel est notamment l’éditeur d’Arnould Galopin.
  • 13 De fait, comme on le verra plus loin dans cet article, l’éditeur semble encore hésiter entre une éd (...)

6L’éditeur français ne cherche pas la modestie : sans ambages, il affirme occuper une position privilégiée par rapport à ses concurrents, alors que la maison d’édition est en pleine reconstruction et que d’autres pourraient apparaître comme bien plus solides : Gallimard, premier éditeur à traduire un ouvrage de Bonsels10, ou bien Albin Michel, qui est cet éditeur cité par Bonsels dans un précédent courrier11, et qui s’intéresse à la littérature pour la jeunesse et à la littérature populaire12. L’insistance et l’exagération dont fait preuve l’éditeur laissent entrevoir à quel point remporter ce contrat est essentiel, quitte à user à cet effet d’artifices rhétoriques. En ajoutant aux références précédentes le nom de Franz Werfel, l’éditeur français donne également un argument qui complète l’idée d’une exigence littéraire et il apporte une dimension nouvelle : les précédents auteurs (les frères Mann, Rilke, Zweig) étaient évoqués pour des textes en prose. Avec L’Ami du monde de Franz Werfel, c’est la poésie qui s’ajoute aux choix de traduction. Un peu plus loin, l’éditeur cite les contes d’Andersen et les ouvrages de Selma Lagerlöf, élargissant non seulement l’univers générique (en suggérant le domaine des contes) mais aussi la provenance géographique avec la littérature scandinave. Une fois encore, les frontières entre littérature pour la jeunesse et littérature pour adultes s’effacent et ne sont pas pertinentes pour comprendre l’entreprise de traduction : quand l’éditeur affirme apporter le plus grand soin aux ouvrages pour enfants, il prend l’exemple des contes d’Andersen, alors qu’il ne s’agit pas, à proprement parler, d’une traduction explicitement destinée à la jeunesse. Publiée en 1922, cette nouvelle traduction de Paul Leyssac, préfacée par Edmond Jaloux, romancier, critique littéraire et membre de l’Académie française, est plutôt destinée à un public adulte et savant. Une partie de ces contes constituera en 1930 le douzième titre de la collection « Maïa », « avec les illustrations de l’édition originale danoise de Wilhelm Pedersen ». Il serait dès lors possible d’inverser le mot d’ordre de la collection : s’il est vrai que « les grandes œuvres pour enfants sont toujours des œuvres réellement grandes », il serait tout aussi juste d’affirmer, à propos de la collection « Maïa », que les œuvres réellement grandes viennent à former les grands classiques du répertoire enfantin. De fait, la référence à Selma Lagerlöf ne saurait relever de la littérature pour la jeunesse : il ne s’agit pas ici du célèbre Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, traduit par Thekla Hammar et publié par Perrin en 1912. Dans les années 1920, la librairie Stock, Delamain et Boutellerau publie des romans pour adultes de Selma Lagelöf, Les Miracles de l’Antéchrist (1924) et La Légende de Gösta Berling (1926), dans la collection scandinave de la « Bibliothèque cosmopolite ». Cela dit, de Nils Holgersson à ces deux romans, il n’y a qu’un pas : le préfacier du célèbre récit pour la jeunesse est Lucien Maury, également fondateur chez Stock de la collection scandinave de la « Bibliothèque cosmopolite ». Andersen et Lagerlöf, présents dans le descriptif de la collection « Maïa », sont donc évoqués dès le projet de traduction du roman de Bonsels, alors même qu’il n’est pas encore fait explicitement mention de la construction de toute une collection spécifique pour la jeunesse13. Néanmoins, ce courrier de l’éditeur montre que ses références sont moins celles de livres pour enfants que d’ouvrages ou de traductions pour adultes. L’absence de mention des frères Grimm dans le courrier adressé à Bonsels, alors qu’il sera ultérieurement la toute première référence donnée pour présenter la collection « Maïa » au public (renouer avec la tradition « des Grimm, des Andersen, des Kipling, des Lagerlöf ») s’explique sans doute par la mise en avant de la modernité du projet. Plus que l’univers des Grimm, très traditionnel dans l’Allemagne des années 1920 où leurs contes sont abondamment réédités, c’est l’univers moderne, complexe, voire tourmenté des Mann, Rilke et Zweig qui sert initialement de référence. Une entreprise fort sérieuse, donc, au service des plus jeunes.

Traduction et traducteurs

7Engagée sous les meilleurs auspices, cette entreprise de traduction ne se fait pourtant pas sans mal. La première lettre de Waldemar Bonsels (le 9 mai 1925) indique qu’un premier projet chez Ollendorf a échoué :

  • 14 « […] antworte ich Ihnen höflich, dass Romain Rolland mir vor einem Jahr wegen meines Buchs « Die B (...)

[J]e vous réponds courtoisement que Romain Rolland m’a écrit il y a un an à propos de mon livre « Die Biene Maja », qu’il pensait faire publier à Paris chez Ollendorf. Depuis que Ollendorf, comme on le sait, a été repris par Michel, je n’ai plus entendu parler de cette affaire, bien que je l’ai demandé. Aucun contrat n’en est issu14.

  • 15 Voir Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, (...)

Cet échec n’en est pas moins instructif sur le statut du texte de Bonsels en France. Paul Ollendorf (1851-1920), dont la maison d’édition, très active à la fin du xixe siècle, a été reprise en partie par les éditions Albin Michel en 1924, n’a pas encore de collection pour la jeunesse à proprement parler, mais s’intéresse à la littérature populaire. Le second élément important est le rôle de Romain Rolland, dont le nom paraît bien éloigné, a priori, de celui de Maïa l’abeille. Pourtant, il semble bien que Romain Rolland ait été l’un des premiers à avoir tenté de faire connaître le roman de Bonsels en France. Ce détail renforce l’hypothèse, qui demanderait à être davantage étayée, d’un Romain Rolland passeur de livres pour enfants entre la France et l’Allemagne, au cours des années vingt et trente15.

8À l’exigence des choix littéraires mis en avant par l’éditeur correspond le soin nécessaire apporté à la traduction. Waldemar Bonsels le précise dès sa première lettre :

  • 16 « Die erste Bedingung, die ich stelle, ist die, dass das Buch einem ersten Uebersetzer anvertraut w (...)

La première condition que je pose est que le livre soit confié à un premier traducteur et que le texte ne soit ni coupé ni qu’on n’y ajoute rien. Il me semble important pour le succès du livre de bien comprendre sa disposition intérieure, qui doit être d’un sérieux absolu et rendue sans la moindre nuance de condescendance. J'aimerais avec ce livre rompre avec la tradition internationale qui consiste à être absolument et nécessairement niais quand on s'adresse aux enfants. Sur ce point, vous voudrez bien me rassurer16.

De fait, l’éditeur assure immédiatement à son correspondant que la traduction sera soignée et qu’une attention particulière sera portée au texte : « Nous sommes donc entièrement prêts à vous donner une complète assurance en ce qui concerne l'exclusivité excellence de la traduction et son intégrité intégralité : notre texte ne comporterait ni suppression, ni addition aucune. » (lettre à Waldemar Bonsels, 11 mai 1925) Lapsus ou intentions premières vite corrigées, les deux termes barrés dans le document d’archive montrent que la qualité de la traduction préoccupe l’éditeur. L’excellence remplace l’exclusivité, terme plus commercial qu’éthique. En revanche, l’« intégrité », terme qui relèverait davantage d’un code moral, est ôté au profit de l’intégralité, plus conforme aux exigences de l’auteur (aucune coupe, aucun ajout) et plus neutre : il s’agit de respecter fidèlement le texte et de lui accorder toute l’attention requise. Mais à qui confier cette entreprise ambitieuse ?

  • 17 Geneviève Maury (1886-1856) fait partie des tout premiers traducteurs et importateurs des œuvres de (...)

9Le 13 mai 1925, Waldemar Bonsels, qui affirme avoir reçu de nombreuses requêtes concernant la traduction de son roman, propose lui-même le nom d’une traductrice à l’éditeur français, Mlle A. Grant, de Genève. Mais l’éditeur français ne suit pas cette suggestion. En effet, la toute première lettre de l’éditeur français mentionne pour sa part une « traductrice » qui recommande « chaudement » Die Biene Maja. Il pourrait s’agir simplement de Geneviève Maury, dont le nom figure de fait sur le premier volume. Cette hypothèse pourrait être confirmée par le fait que Geneviève Maury traduit déjà des textes allemands pour Delamain et Boutelleau, notamment Tonio Kröger de Thomas Mann17, mentionné dans ce même courrier. Pourtant, rien dans le dossier d’archives n’indique pourquoi Geneviève Maury a été choisie pour traduire Die Biene Maja. Elle traduira aussi en 1930 Bibi, vie d’une petite fille de Karin Michaelis (1872-1950), seizième titre de la collection « Maïa », roman d’une écrivaine danoise de langue allemande. Par ailleurs, deux éléments brouillent cette première piste concernant Geneviève Maury. Tout d’abord, dans la lettre datée du 11 mai, l’éditeur français revient sur l’origine du projet :

Je dois vous dire que ma femme, née Rickmers (d’une famille dont vous connaissez, je crois, certains autres membres) est extrêmement désireuse que notre maison édite votre ouvrage pour lequel elle a une véritable admiration : c’est dire que nous ferons de cette traduction, non pas seulement une affaire commerciale, mais une entreprise qui nous tienne à cœur.

  • 18 Le groupe Rickmers existe toujours dans le port de Hambourg où le trois-mâts « Rickmer Rickmers » e (...)
  • 19 D’après les chiffres donnés par Harald Weiss dans son ouvrage Der Flug der Biene Maja durch die Wel (...)
  • 20 Avant de devenir écrivain, Waldemar Bonsels a travaillé comme représentant d’une maison de commerce (...)
  • 21 Delamain et Boutelleau tentent-ils de se placer dans la lignée de Gallimard ? Le délai assez court (...)

Il devient possible d’identifier l’éditeur : il s’agit de Maurice Delamain (1883-1972). Son épouse, Etha Rickmers, est issue d’une famille d’armateurs de Brême18, connue de Bonsels comme il le confirme dans un courrier suivant. Rien d’étonnant à ce qu’elle connaisse Die Biene Maja, dont les tirages, entre 1920 et 1922, dépassent les 130 000 exemplaires19. Or Etha Rickmers traduira pour Stock le roman d’Erich Kästner Trois hommes dans la neige, publié en 1937. A-t-elle déjà œuvré comme traductrice en 1925 ? Aurait-elle l’intention de le devenir en traduisant elle-même Die Biene Maja ? Rien ne permet de l’affirmer. Un deuxième élément contribue à brouiller l’identité de cette « traductrice » recommandant le roman de Bonsels à Maurice Delamain : celui-ci précise en effet dans cette même lettre du 11 mai 1925 : « J’ajoute que nous avons beaucoup admiré, mon associé et moi votre VOYAGE DANS L'INDE publié l'an dernier et que dans notre bulletin de la Librairie Stock, dont je vous envoie un exemplaire, nous en avons fait mention avec les éloges les plus sincères. » Premier livre de Bonsels à être traduit en français, Voyage dans l’Inde (Indiensfahrt, 191620) n’est pas édité par Stock mais par Gallimard, en 192421. Il est traduit par Hélène Legros : s’agit-il de cette « traductrice » dont le nom ne sera jamais mentionné par Maurice Delamain dans aucun courrier ultérieur ? Là encore, la question demeure ouverte.

10Il reste que ce n’est pas à une traductrice que s’adresse finalement Maurice Delamain mais à un traducteur, Charles Baudouin, le 22 mai 1925 :

Nous avons déjà été mis en relations avec vous par l'intermédiaire de M. Jouve pour votre belle traduction de « L’AMI DU MONDE » de Werfel : nous serions heureux de les continuer au sujet de l'affaire suivante qui pourra vous intéresser.
Nous venons de traiter avec M. Bonsels pour l'édition d'une traduction française de son ouvrage « DIE BIENE MAJA ». Nous supposons que vous connaissez ce roman pour enfants (et pour grandes personnes) par son grand intérêt poètique (sic) et symbolique et que vous pourez (sic) vous le procurer facilement en Suisse. Il conviendrait d’en faire une traduction qui soit un équivalent littéraire aussi approché que possible de l’original et qui en garde les qualités. [...]

  • 22 Voir Mathilde Lévêque, « Relire Maïa l’abeille aujourd’hui », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en l (...)

Le premier traducteur envisagé par Maurice Delamain n’est donc ni Geneviève Maury, ni son épouse, Etha Rickmers, ni Hélène Legros. En s’adressant à Charles Baudouin, Delamain montre tout l’intérêt qu’il apporte au soin de la traduction, conformément à ses engagements auprès de Waldemar Bonsels. Un ajout manuscrit à la fin de la lettre reprend les mêmes termes que ceux des précédents courriers : « Suivt (sic) le choix de l'auteur et le nôtre, la traduc (sic) devrait être intégrale et ne faire aucune concession à l’habitude d’offrir des niaiseries aux enfants. » L’intégralité de la traduction est réaffirmée, de même qu’est répété le terme de « niaiseries », employé aussi bien par Bonsels (« albern », lettre du 9 mai 1925) que par le mot d’ordre de la collection, quelque temps plus tard. En faisant appel à Charles Baudouin, poète et essayiste suisse, et en mentionnant le nom de Pierre-Jean Jouve, qui dirige en 1923-1924, une collection de poésie chez Stock où il publie également des traductions de Kipling et de Rabîndranâth Tagore, Delamain montre qu’il conçoit Die Biene Maja non seulement comme un roman pour enfants (et pour grandes personnes, précise-t-il) mais aussi, et peut-être avant tout, comme un texte poétique. Dans une lettre suivante, datée du 5 juin 1925, Delamain est plus explicite encore : « Il y a notamment un emploi de la répétition de mots de grand accent romantique ou sentimental qui sera une réelle difficulté et demande comme traducteur un poète capable de trouver des équivalents. » Cette exigence montre que Delamain n’a pas pour seule ambition de publier un best-seller allemand dont le succès déjà éprouvé serait un garant de réussite. Il s’intéresse à la lettre du texte, à sa facture littéraire, fidèle en cela au principe qui sera celui affiché par la collection : offrir aux enfants de grandes œuvres littéraires, sans nécessairement fixer de barrière entre livres pour enfants et livres pour adultes. Plus que la question du destinataire, c’est celle de la qualité littéraire qui préoccupe Maurice Delamain. L’écriture de Die Biene Maja peut être mise en relation avec plusieurs courants esthétiques et influences littéraires : roman d’apprentissage, Die Biene Maja s’inspire aussi des conceptions poétiques et idéologiques du mouvement des « Wandervögel », du néo-romantisme et des contes d’Andersen22. Certains chapitres contiennent des passages entièrement poétiques, intégralement traduits dans l’édition de 1926 mais souvent tronqués dans les éditions françaises plus récentes.

11Malheureusement, Charles Baudouin ne semble pas disposé à traduire Die Biene Maja. Manque de temps, défaut de motivation ? Il recommande à Maurice Delamain un autre traducteur, Charles Reber, sans exclure néanmoins d’associer son nom à cette entreprise :

  • 23 Lettre de Charles Baudouin, 3 juin 1925.

Si toutefois vous estimiez décidément préférable que mon nom figurât comme traducteur, j’accepterais volontiers de faire le travail avec Monsieur Reber, à la condition qu'il pût en faire la plus grande partie et que mon rôle se borne à revoir et à mettre au point avec lui. Dans ces conditions nos deux noms pourraient figurer simultanément comme traducteurs23.

Regrettant que Charles Baudouin ne puisse traduire le roman, Maurice Delamain accepte sa proposition, à condition « que la traduction de M. Reber soit révisée par vous. L’ouvrage n’est pas long et nous pensons que la traduction ne doit pas prendre, même très soignée, un très long temps » (lettre du 5 juin 1925). Le 9 juillet 1925, Charles Reber adresse à Maurice Delamain la traduction du premier chapitre : « Vous pourrez constater, précise-t-il, que cette traduction a été faite avec le plus grand soin et que nous nous sommes appliqués à garder la fraîcheur et la naiveté (sic) du style de Bonsels. » Le manuscrit est promis pour les premiers jours de septembre, à condition que Delamain prenne une décision avant le 15 juillet concernant les honoraires. Charles Reber et M. Baudouin, qui est aussi traducteur, désirent être intéressés à la vente du volume et demandent un rendez-vous à Delamain.

12Curieusement, tout se complique alors : le 20 juillet, Delamain accuse réception de ce premier chapitre mais répond à Reber qu’il n’a pas encore décidé de l'adoption de cette traduction, et ne veut donc pas commencer les tractations sur une traduction « qui, comme je vous l’ai dit, n’est pas la seule qui nous soit proposée ». Par ailleurs, ajoute Delamain, la traduction est moins urgente que prévue : le volume ne pourra pas paraître avant le 1er janvier et l’éditeur souhaite le publier comme « livre de littérature » avant de le lancer comme livre pour enfants. Dans le courant du mois de juillet 1925, il semblerait donc que l’éditeur change d’objectif : il s’agirait de publier Maïa l’abeille non plus comme un livre pour enfants mais d’abord comme un livre de littérature générale. Stock a procédé ainsi pour les Contes d’Andersen. Par ailleurs, alors que Delamain se montrait insistant auprès de Charles Baudouin, il évoque désormais un autre projet de traduction. N’est-il pas satisfait de ce premier chapitre ? Essaie-t-il de décourager un traducteur qu’il connaît mal ? Rien ne permet de l’affirmer. Ce que les documents d’archives montrent en revanche avec certitude, c’est l’évidente mauvaise foi de Maurice Delamain. De retour de vacances, le 5 octobre 1925, Charles Reber s’étonne de cette lettre du 20 juillet :

[V]otre lettre du 20 juillet dernier nous a vivement surpris. Dès le début de nos pourparlers, vous nous aviez fait savoir que le terme de septembre que nous vous avions fixé vous inciterait à nous confier la traduction. Si vous nous aviez dit dès le début que cette traduction n'était pas si urgente, et que vous ne pensiez pas prendre une décision immédiatement, nous vous aurions fait savoir que nous ne pouvions pas nous charger de cette traduction. Vous auriez pu ainsi nous épargner un travail infructueux.
Je vous prie donc, Monsieur, de bien vouloir me retourner le plus vite possible le texte de la traduction du premier chapitre de « Die Biene Maja ».

La réponse de Delamain ne se fait pas attendre : le 12 octobre 1925, il prend note que ni Reber ni Baudoin ne traduiront Die Biene Maja. Il ajoute qu’il ne comprend pas bien les critiques qui lui sont adressées. Il affirme qu’ayant pressenti Charles Baudouin et ayant tenu compte de son refus, il s’est tourné vers un autre traducteur. Il précise :

Votre nom nous avait été indiqué par des amis mais nous n’avions pas donné suite à ses suggestions à cause de pourparlers où nous étions entrés d'un autre côté, et c’est vous-même, de votre propre mouvement, qui nous avez demandé de nous soumettre un essai de quelques pages.

Les archives montrent de façon flagrante que Delamain transforme les faits : c’est bien Baudouin qui lui a recommandé Reber et non « des amis » et c’est bien à la demande de Delamain que Reber a commencé sa traduction. L’éditeur va jusqu’à écrire que « lorsqu’on postule un travail, on court le risque de l’essai et qu'il n'ait pas de suite ». Quant au premier chapitre, il s’excuse de ne pas le retrouver : « Vous l’aviez adressé à notre maison, non pas en communication, mais à titre de document destiné à notre usage dont nous ne nous sommes pas crus obligés de nous tenir comptables. » Ce premier essai de traduction semble donc perdu.

13Il faut ajouter à cette première tentative infructueuse l’envoi spontané d’une traduction de Die Biene Maja. Le 28 octobre 1925, une certaine Alice Glace, habitant Rasumnofskygasse 4, à Vienne, écrit à la Librairie Stock. Elle a appris par Waldemar Bonsels que Stock a acheté les droits et envoie donc son manuscrit de traduction pour le soumettre au « cabinet de lecture ». Dans sa réponse du 5 décembre 1925, l’éditeur français l’informe qu'ils ont déjà traité avec un traducteur pour la traduction de Die Biene Maja. Mais il précise aussi : « À tout hasard nous gardons votre traduction, qui reste d’ailleurs à votre disposition, de manière que si par impossible notre traductrice ne nous fournissait pas le travail convenu, il puisse nous servir en cas de remplacement. » Alors même que Delamain assurait à Waldemar Bonsels, dans une lettre du 3 décembre, que « la traduction est en bonne voie et que nous ne pressons pas la traductrice afin d’obtenir toute la perfection possible », il reste prudent. Il semble bien néanmoins que le travail ait en définitive été déjà confié à Geneviève Maury, dont le nom n’apparaît jamais dans le dossier d’archive. Le manuscrit d’Alice Glace, conservé par précaution, lui sera retourné en février 1926 ; on peut donc supposer que la traduction de Geneviève Maury est alors achevée ou presque.

14Les archives montrent un dernier élément fort curieux dans les aléas de cette première traduction : le 9 mai 1926, Mme Albertine Umlauff, de Vienne, propose ses services pour une traduction de Die Biene Maja : « Je me permets de vous offrir une seconde fois ma traduction de ce livre, qui comme vous avez pu en juger est impeccable. » Que signifie cette « seconde fois » ? La comparaison des lettres d’Alice Glace et d’Albertine Umlauff est sans appel : le papier à lettres et la graphie sont en tous points identiques, de même que l’adresse. Pourquoi ce changement de nom ? L’un des deux est-il un pseudonyme ? Pourquoi cette insistance à proposer son manuscrit ? Aucun élément d’archives n’éclaire ces zones d’ombre. Tout juste peut-on affirmer que, le 14 mai 1926, l’éditeur répond que la traduction est terminée, imprimée et paraîtra sous peu. Il ne sera plus question d’Alice ni d’Albertine.

Illustrer Maïa l’abeille

15La question de concevoir un livre illustré ou non est également posée dans la correspondance entre Delamain et Bonsels. La première édition de Die Biene Maja, en 1912, ne comporte aucune image. En 1920 paraît une édition avec seize lithographies en couleurs, par Fritz Franke puis, en 1925, Franziska Schenkel illustre de nouveau le roman de planches en couleurs. Dès le 11 mai 1925, Delamain ajoute un post-scriptum à propos des illustrations :

P.S. : Nous pensons pour lancer l’ouvrage à faire d’abord une édition simplement soignée, destinée au grand public, d’un format et d’une présentation qui conviennent également pour le public littéraire et les enfants. Cette édition permettrait de lancer faire connaître l’ouvrage et ensuite nous songerions à une édition illustrée pour laquelle les tantièmes seraient à prévoir suivant la même échelle que ci-dessus.

Le premier projet serait de ne pas proposer Maïa l’abeille comme un livre pour la jeunesse mais comme un livre pour tous. On peut donc se demander si, en 1925, l’idée même de collection pour la jeunesse est déjà présente. De fait, la collection « Maïa », en 1926, est explicitement destinée aux jeunes lecteurs. Mais il est possible que le projet de traduction n’ait pas été lié, initialement, à la création d’une collection pour la jeunesse, comme le prouve cette relative indécision à propos du public visé. Le terme même de « collection » n’apparaît pas dans les premiers courriers et Delamain semble refuser une catégorisation qui réduirait le succès du livre. Le 3 décembre 1925, l’hésitation demeure et Delamain écrit à Bonsels :

Nous n'avons pas essayé de présenter l’ouvrage comme livre d'enfants pour Noël prochain parce que nous aurions été trop pris de court et parce que nous préférons faire une édition ordinaire tout d’abord à lancer dans le public intellectuel. Cette édition ordinaire d’ailleurs pourra, par le genre d'impression et le format, être mise entre les mains des enfants. Nous ne prévoyons que plus tard, en cas de succès, une édition illustrée.

  • 24 Je remercie Isabelle Nières-Chevrel pour m’avoir transmis ces informations.

Il s’agit donc bien pour Delamain de faire connaître largement l’ouvrage avant de l’insérer dans une collection pour la jeunesse qui, compte tenu d’a priori encore tenaces en 1925, serait immanquablement perçue comme enfantine. Delamain préfèrerait donc publier d’abord pour le grand public puis pour les enfants, alors que le chemin inverse paraîtrait bien plus ardu, voire impossible. Néanmoins, l’absence de mention d’un projet de collection ne signifie cependant pas que le projet n’existe pas. Plusieurs livres de la collection « Maïa » ont en effet connu une première publication pour le public adulte, ce qui confirme la position exprimée par Delamain dans ce courrier du 3 décembre 1925 : c’est le cas des Contes d’Andersen (1930, n°12) ou de Bambi le chevreuil de l’autrichien Felix Salten, paru en 1929 comme 10e titre de la collection et qui a connu une première publication chez Fayard en 1928 dans une collection pour adultes (« Les œuvres libres », tome 86). Bambi paraît également en 1929 chez Stock dans la collection « Les Livres de nature » (n°4)24. L’édition illustrée en revanche lève l’ambiguïté : il est clair que, pour l’éditeur français, livre pour la jeunesse et illustration vont de pair. Le sous-titre de la collection répond à ce point de vue : la collection « Maïa » rassemble des « romans illustrés pour la jeunesse moderne ».

16Si la traduction française ne semble poser aucun problème à l’auteur, la question des illustrations s’avère en revanche une réelle pierre d’achoppement avec Bonsels Dans cette même lettre du 3 décembre 1925, Delamain avance une première suggestion :

[U]ne solution intéressante nous est suggérée, suivant laquelle l’ouvrage serait illustré par un enfant. Naturellement, quoique l’enfant en question, fils d'un très bon peintre, ait déjà produit des dessins intéressants, ce n’est qu'un projet tout à fait en l’air et il faudrait attendre des résultats positifs.

  • 25 Orthographe elle-même remodifiée en « Maya » au moment de l’adaptation en série d’animation pour la (...)

Le choix de l’éditeur ne semble s’être arrêté à ce stade sur aucun illustrateur particulier. L’identité de cet enfant artiste demeure par ailleurs inconnue. Sans doute fait-il partie du cercle des connaissances de Maurice Delamain. Le 20 mai 1926, le livre est prêt, même si Delamain ne donne pas d’information sur le choix de l’illustrateur. Maya l’abeille (cette orthographe sera remplacée ensuite par « Maïa25 »), explique-t-il à Bonsels, sera « lancée à la rentrée en principe comme livre d’enfants, mais [nous prenons] toutes nos précautions pour que ce livre soit remarqué non seulement par le petit public, mais par les critiques et le public littéraire ». Dans sa réponse du 27 mai 1926, Bonsels se dit très content, mais ne mentionne pas non plus les illustrations. On peut supposer qu’il ne les connaît pas encore car, le 5 novembre 1926, il accuse réception de l’envoi de deux exemplaires qu’il a reçus la veille. La reliure, l'impression, tout l'aspect extérieur lui plaisent beaucoup et il trouve tout très soigné. Toutefois, il est très critique à l’égard des illustrations, qu’il juge grotesques et caricaturales, sans aucun rapport avec son projet esthétique et sa représentation de la nature, empreinte « de piété, d’humanité et d’amour » (pietätvoll, human, liebevoll). Il suggère de reproduire en noir et blanc les illustrations de Franziska Schenkel, qui sont d’ailleurs conservées dans le dossier d’archives.

Ill. 1. Illustration Franziska Schenkel, STK 24913

©Fonds éditions Stock/IMEC

Ill. 2. Maïa l’abeille et ses aventures, image de Ioana Bassarab, Librairie Stock, Delamain et Boutelleau, 1926, p. 135

Ill. 3. Illustration Franziska Schenkel, STK 24916

©Fonds éditions Stock/IMEC

Ill. 4. Maïa l’abeille et ses aventures, image de Ioana Bassarab, Librairie Stock, Delamain et Boutelleau, 1926, p. 35.

Malgré les démarches entreprises par l'éditeur, les ayants droit des illustratrices n'ont pu être retrouvés. La revue les invite à se mettre en relation avec ses services. DR.

17Delamain maintient son choix : il répond le 14 décembre 1926 que ce qui peut paraître grotesque aux adultes de son temps ne l’est pas pour les « jeunes générations ». Il oppose à la tradition, préférée par Bonsels, la modernité des illustrations françaises :

Par le style moderne en général, par les affiches et les volontairement grossières gravures sur bois qui ont été à la mode toutes ces dernières années, le public neuf a formé son œil à des simplifications et des hardiesses qui choquent les générations plus avancées. C'est ainsi que, ayant trois filles d'âges différents 17, 15 et 8 ans, (car la quatrième est encore loin de pouvoir regarder un livre) aucune ne trouve que les images de MAIA prêtent à se moquer. Elles en sentent au contraire l'élément poètique (sic) et la valeur expressive.

  • 26 Dès les années 1920, l’éditeur Alfred Tolmer, venu de la publicité, mêle avant-garde et tradition d (...)

Face à Bonsels, Delamain met en avant une conception de l’illustration plus moderne, en adéquation avec les changements graphiques de son temps26. Il montre aussi à Bonsels qu’il est au plus près de son public, en se référant à ses propres filles. Attention portée à l’enfant et intérêt pour un graphisme plus moderne se conjuguent ici, dans la ligne directrice de la collection. L’éditeur confie à Iona Bassarab l’illustration de Maïa comme celle de deux autres titres de la collection, Kari l’éléphant (1927, n°4) et Le Roman de Renard (1928, n°5). Les gravures sur bois de cette artiste roumaine ont l’avantage de la simplicité, assurant une grande lisibilité pour le jeune lecteur tout en suivant une certaine esthétique de la modernité, et les coûts de reproduction en sont moindres que pour des illustrations en couleurs. Delamain précise en effet qu’il trouve les images envoyées par Bonsels « très jolies » ; et d’ajouter :

  • 27 Lettre de l’éditeur à Bonsels, 14 décembre 1926.

[elles] pourraient être retenues dans une édition de luxe, car il ne pourrait être question de les utiliser dans une édition bon marché comme celle que nous faisons. Même des clichés au noir, dans lesquels presque tout le charme serait perdu, seraient encore trop coûteux pour notre tirage, car outre ceux des clichés eux-mêmes, nous aurions les frais des hors textes sur papier glacé27.

En effet, l’histoire de la traduction de Die Biene Maja et du lancement de la collection « Maïa » est aussi une affaire d’argent.

Conditions économiques et financières

  • 28 Lettre de l’éditeur à Bonsels, 9 mai 1925.

18Un projet de traduction et la constitution d’une collection sont aussi, immanquablement, liés à des considérations économiques. Dès les premiers échanges de lettres entre Bonsels et Delamain, les transactions commerciales entrent en jeu et Delamain prévient Bonsels que l’auteur doit fixer ses conditions en fonction de la « difficulté de faire paraître des oeuvres étrangères en France28 ». Bonsels répond immédiatement pour accepter la proposition de Delamain et ses exigences sont précises :

  • 29 « Was die wirtschaftlichen Bedingungen betrifft, so kann ich mich nicht entschliessen, das Buch für (...)

En ce qui concerne les conditions économiques, je ne peux me résoudre à vendre le livre en une fois définitivement pour une somme précise. Je vous cite les conditions de mes éditeurs anglais et américains, qui sont les suivantes : 10 % du prix de vente de l'exemplaire relié pour les 3000 premiers exemplaires, 12 ½ % du prix de vente pour les 3000 suivants, et à partir de 6000 15 % du prix de vente de chaque exemplaire vendu. Comme acompte de ce calcul de pourcentage, je vous prie de signer un contrat pour le versement de 500 marks et encore 500 au moment de la parution du livre29.

En 1925, Die Biene Maja est en effet un livre qui assure à son auteur des revenus conséquents, il ne s’agit pas pour lui de laisser passer l'occasion d’une édition française. Il use en quelque sorte d’une argumentation similaire à celle de Delamain : de même que celui-ci le place au même niveau que les grands auteurs allemands contemporains, Mann, Rilke, Zweig, Bonsels met en avant l’intérêt porté à son roman par les éditeurs anglais et américains, comme s’il voulait sous-entendre qu’un éditeur français digne de ce nom ne pourrait pas faire moins. En 1922 sont parues deux traductions différentes : aux États-Unis, The Adventures of Maya the Bee est un livre illustré par Homer Boss et traduit par Adele Szold Selzter et par Arthur Guiterman, qui s’est chargé des poèmes30. La traduction anglaise est signée de Charlotte Remfry-Kidd et paraît chez l’éditeur londonien Hutchison, dans la collection « Hutchinson's Books for Young People » : si l’édition américaine ne semble pas explicitement destinée à la jeunesse31, l’édition anglaise en revanche classe bien le roman de Bonsels comme un livre pour enfants. L’indécision de Delamain semble trouver un écho dans cette double version en langue anglaise. Mais Delamain ne peut répondre à ces exigences et s’en explique à Bonsels :

  • 32 Le terme est ajouté à la main. De fait, cet argument semble quelque peu contradictoire avec celui a (...)
  • 33 Lettre de l’éditeur à Bonsels, 11 mai 1925.

il n'y a aucun rapport entre les possibilités de vente d’un ouvrage comme le vôtre en Angleterre et en Amérique, et celles qui se présentent en France. L’importance du public lecteur et son esprit sont tout-à-fait différents et s’il ne fallait que parler d'expérience nous serions même tentés de dire qu'il y a [malheureusement32] peu de chance de vente ici pour un auteur allemand33.

  • 34 Signés le 16 octobre 1925, les accords de Locarno, qui garantissent les frontières occidentales de (...)
  • 35 La collection rassemble des auteurs français, allemands, danois, anglais, russes, hongrois, suédois (...)
  • 36 C’est en décembre 1925 que l’Institut Jean-Jacques Rousseau fonde à Genève le Bureau International (...)
  • 37 L’expression « Locarno intellectuel » est due à Heinrich Mann, dont Stock est l’un des éditeurs fra (...)

Au lendemain de la première guerre mondiale, l’application du traité de Versailles reste un sujet constant de tensions entre la France et l’Allemagne. De janvier 1923 à l’été 1925, la France et la Belgique occupent militairement la région industrielle de la Ruhr pour s’opposer aux retards de paiement des indemnités de guerre. Au moment où Delamain écrit, en mai 1925, les accords de Locarno ne sont pas encore signés34. Choisir de traduire un roman allemand et de construire sur ce titre toute une collection pourrait être interprété comme un geste militant : avec la collection « Maïa », dont la dimension est résolument européenne35, Delamain et Boutelleau, à l’exemple de Romain Rolland, cité précédemment, s’inscrivent dans les mouvements intellectuels pacifistes des années 192036. En traduisant un roman allemand et en nommant la collection à partir de ce roman inaugural, la librairie Stock semble se situer aux prémices de ce « Locarno intellectuel » que plusieurs intellectuels français et allemands appelaient de leurs vœux37.

  • 38 Jean-Marcel Jeanneney, « Monnaie et mécanismes monétaires en France de 1878 à 1939 », Observations (...)
  • 39 Stock à Bonsels, 11 mai 1925.
  • 40 Ce contrat ne figure pas dans le dossier d’archives mais la date est précisée sur des documents pos (...)

19Pourtant, la traduction de Die Biene Maja ne peut se faire à n’importe quel prix et les exigences de Bonsels sont trop élevées pour Delamain : « Il faut considérer aussi la différence du change par suite de laquelle la somme de 1000 marks payable en deux fois, est, transformée en francs, exorbitante pour un ouvrage étranger, alors que sans doute en Allemagne elle peut paraître très modérée. » Il ajoute manuellement : « Nous vous demandons sur ce chapitre une réduction de moitié. » Rien de comparable en effet entre le cours des monnaies : si la livre sterling se redresse et retrouve en 1925 sa parité d’avant-guerre avec le dollar, « le franc subit une dépression presque continue38 ». Après l’hyperinflation que connaît la République de Weimar entre 1920 et 1924, le mark se stabilise en 1925 et retrouve en janvier 1926 quasiment son cours d’avant-guerre. 1000 marks est ainsi une somme trop importante pour un éditeur qui n’a pas encore construit sa collection et qui ignore donc si elle aura du succès. De plus, il semble que la proposition de Delamain se situe, pour cette période, dans la moyenne haute des contrats : ce serait donc Bonsels qui aurait des prétentions trop fortes. Limitant la prise de risque, Delamain demande, et obtient, une réduction de moitié, avançant l’argument qu’il lui faut aussi rémunérer correctement le travail de traduction, « car les bons traducteurs naturellement se font payer39 ». La contre-proposition acceptée par Bonsels fixe à 10 % du prix de vente au public pour les 5 premiers mille, 12 ½ % de 5 à 10 mille, 15 % au-delà. Le contrat est signé le 1er juin 192540.

  • 41 À titre d’exemple, la toute première traduction française de Moby Dick, parue en 1928 dans la colle (...)
  • 42 Le 24 décembre 1941, une lettre de la librairie Stock à Bonsels lui indique le solde pour l'année 1 (...)
  • 43 Le nom de la collection figure dès la première édition de Maïa l’abeille, sur la couverture de ce v (...)

20Traduire Die Biene Maja est un pari esthétique voire idéologique (en cette période troublée des relations franco-allemandes) et il semble que l’éditeur cherche à limiter la prise de risque économique. Il n’exclut pas non plus de profiter d’un contexte médiatique favorable : le 26 mars 1926, Bonsels écrit à la librairie Stock pour demander des nouvelles du projet. Il a en effet appris que le film allemand adapté du livre a été vendu en France et il espère que cela sera utile à la sortie du livre en français. En effet, Die Biene Maja und ihre Abenteuer est adapté sous forme de « Kulturfilm », catégorie qui désigne à l'époque de la République de Weimar des films documentaires culturels et de vulgarisation scientifique (Lehr- und Forschungsfilme). Le tournage de ce film muet, réalisé avec de vrais animaux en coopération avec un zoologue, Wolfram Junghans, est tourné entre 1924 et 1925 et présenté pour la première fois au public allemand le 5 mars 1926. Si le film a été vendu en France, il s’agirait donc d’une transaction extrêmement récente, le courrier de Bonsels à Stock étant daté du 26 mars. Delamain réagit rapidement : le 2 avril 1926, il annonce à Bonsels que la traduction est terminée et il espère que le livre pourra sortir avant juin. Il ajoute : « Nous vous remercions du renseignement que vous nous donnez au sujet du film. Nous croyons que cette rencontre sera très heureuse pour la vente. » De fait, traduction pour la jeunesse et transferts cinématographiques se croisent dès les années 192041 et ces interactions sont liées à d’importants enjeux commerciaux, le film assurant une forme de publicité du livre. S’il ne reste à ma connaissance nulle trace de la diffusion du film en France, et si l’on peut supposer qu’en France la rencontre du film et du roman n’a pas eu lieu, il semble néanmoins que la vente de l’ouvrage ait été bonne42, suffisamment en tout cas pour construire, à partir de ce premier roman, toute une collection éponyme et pour poursuivre la collaboration avec Bonsels. À la fin du mois d’avril 1927, la traduction de son roman Himmelsvolk (Peuple du ciel) est confiée à Christian Sénéchal. Le manuscrit est envoyé le 18 juillet 1928 et paraît pour les fêtes de Noël de la même année. Pourtant, le 27 juin 1928, l’éditeur français hésite à traduire un troisième roman de Bonsels, Mario und die Tiere. Il répond à Henri Saugrain, professeur d’allemand qui a spontanément proposé ses services de traducteur, que « comme vous le voyez vous-mêmes (sic) nous sommes déjà un peu chargés d'ouvrages de Bonsels dans notre collection pour la jeunesse que nous avons appelée LA COLLECTION MAIA ». Le terme de collection apparaît pour la première fois dans les archives43. Curieusement, cette mention coïncide avec le fait que l’éditeur semble vouloir prendre ses distances avec l’auteur : ayant créé une collection sur le titre de son roman et ayant expérimenté son projet éditorial à partir de ce roman, l’éditeur ne voudrait pas que le nom de l’auteur envahisse une collection qui est désormais en passe d’acquérir son identité propre.

Conclusion

21Les archives montrent bien que la modernité et la valeur esthétique ont été au principe même de la collection, dès le projet de traduction du premier titre. S’il n’a pas été simple de trouver un traducteur, c’est aussi que Maurice Delamain est un éditeur exigeant : un bon traducteur se fait payer, comme il l’affirme, mais il doit aussi être un poète, bon germaniste et connaisseur de la littérature contemporaine, qu’elle soit destinée à la jeunesse ou aux adultes. La modernité esthétique revendiquée par l’éditeur est aussi sensible dans le choix des illustrations, qui vont radicalement à l’encontre des préférences de l’auteur, mais qui font preuve de plus d’audace graphique que les illustrations allemandes ou américaines, de facture bien plus classiques. Par la suite, la librairie Stock, Delamain et Boutelleau confirme cette politique de modernité dans le choix des textes comme des images : en 1931, la traduction d’Emile et les détectives d’Erich Kästner (n°17 de la collection « Maïa »), outre qu’elle suit de près la publication du roman en Allemagne (1929), est illustrée comme dans l’original par les dessins de Walter Trier. Les éditeurs français qui publieront par la suite Emile et les détectives, en particulier Hachette, ne choisiront pas d’utiliser ces images au trait pourtant aussi vif que moderne. Enfin, les hésitations de l’éditeur français à propos de l’inclusion, ou non, de Maïa l’abeille dans la littérature pour la jeunesse montrent que les frontières entre les publics ne sont pas toujours pertinentes et que les romans de la collection « Maïa », « beaux romans illustrés » proposés à la jeunesse des années vingt et trente, sont avant tout de grandes œuvres littéraires.

Haut de page

Notes

1 Ces citations sont extraites des présentations de la collection dans les différents volumes qui la composent.

2 Selon l’étude d’Isabelle Nières-Chevrel, la traduction ne représente que 2,4 % de la production pour la jeunesse entre 1920 et 1924, contre 6 % à 13 % avant la première guerre mondiale. Voir Isabelle Nières, « La traduction dans l’édition pour la jeunesse : 1840-1925. Approche chiffrée », Cahiers du CERULEJ, n°1, sous la direction de Denise Escarpit, 1985, p. 99-114.

3 Le dossier contient 28 courriers pour la période allant de mai 1925 à décembre 1926 : 14 sont des échanges entre l’éditeur et l’auteur, 14 concernent la traduction du roman.

4 Les archives conservent des copies carbones sur papier pelure de ces courriers envoyés par l’éditeur. Ces feuillets sont donc sans en-tête et ne sont pas signés. Néanmoins, des détails révèleront plus loin l’identité d’au moins l’un des éditeurs.

5 En 1921, Jacques Boutelleau, secrétaire de Pierre-Victor Stock depuis 1909, achète avec son ami Maurice Delamain une maison d’édition criblée de dettes et vendue aux enchères ; la maison Stock devient alors la société en commandite Stock, Delamain et Boutelleau. La nouvelle équipe se compose de Maurice Delamain, qui en est l’administrateur, de Jacques Boutelleau, qui assure le lien avec les auteurs ; Jeanne, Etha et Germaine Delamain (respectivement sœur, épouse et belle-sœur de Maurice) se répartissent les manuscrits français, allemands et anglais, tandis que Jacques Delamain est chargé de la collection des « Livres de nature ». Gérard Boutelleau et André Bay, fils et beau-fils de Jacques Boutelleau, viennent compléter cette équipe très familiale.

6 La littérature étrangère assure la survie de la maison Stock au tournant au xxe siècle, lorsque s’accumulent les difficultés financières : voir Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française. Le livre concurrencé. 1900-1950, tome IV, Promodis, 1986, p. 158.

7 Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), op. cit., p. 160.

8 L’Histoire de l’édition française cite à ce propos les publications de A l’Ouest rien de nouveau de Remarque (1929), Babbitt de Sinclair Lewis (1930), La Mousson (1939) de Louis Bromfield ou encore les romans de Vicki Baum et de Pearl Buck.

9 «  […] ich grundsätzlich bereit bin, mit Ihnen zu verhandeln, zumal ich, wie ich aus Ihrem Brief sehe, mit der « Biene Maja » bei Ihnen in sehr guter Gesellschaft sein werde. » (je traduis).

10 Il s’agit de Voyage dans l’Inde [Indienfahrt, 1916], traduit par Hélène Legros et publié par Gallimard en 1924. L’empressement de la librairie Stock auprès de Bonsels pour obtenir les droits de Die Biene Maja pourrait se comprendre dans ce contexte concurrentiel.

11 Voir la lettre du 9 mai 1925, dont il sera question ultérieurement dans cet article.

12 Dans les années 1920, Albin Michel est notamment l’éditeur d’Arnould Galopin.

13 De fait, comme on le verra plus loin dans cet article, l’éditeur semble encore hésiter entre une édition pour la jeunesse et une édition pour le grand public.

14 « […] antworte ich Ihnen höflich, dass Romain Rolland mir vor einem Jahr wegen meines Buchs « Die Biene Maja » geschrieben hat, die er bei Ollendorf in Paris herauszugeben dachte. Seit Ollendorf, wie hier bekannt ist, von Michel übernommen wurde, habe ich von der Sache trotz meiner Anfrage nichts mehr gehört. Ein Vertrag ist nicht zustande gekommen […] »

15 Voir Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Rennes, PUR, 2011, p. 130-132.

16 « Die erste Bedingung, die ich stelle, ist die, dass das Buch einem ersten Uebersetzer anvertraut wird, und dass dem Text nichts gestrichen und nichts hinzugefügt wird. Für den Erfolg wichtig scheint mir das Verständnis für die innere Haltung, die durchweg vollkommen ernst und ohne irgendeinen Einschlag von Herablassung durchzuführen ist. Ich möchte mit diesem Buch mit der internationalen Tradition brechen, dass es unbedingt notwendig ist albern zu sein, wenn man zu Kindern spricht. Hierüber wollen Sie mich beruhigen. » (lettre de Waldemar Bonsels à Stock, 9 mai 1925)

17 Geneviève Maury (1886-1856) fait partie des tout premiers traducteurs et importateurs des œuvres de Thomas Mann en France. Remarquée par Romain Rolland, elle est recommandée par ce dernier comme traductrice auprès de son ami Hermann Hesse.

18 Le groupe Rickmers existe toujours dans le port de Hambourg où le trois-mâts « Rickmer Rickmers » est un célèbre navire-musée.

19 D’après les chiffres donnés par Harald Weiss dans son ouvrage Der Flug der Biene Maja durch die Welt der Medien. Buch, Film, Hörspiel und Zeichentrickserie (Harrassowitz Verlag, Wiesbaden, 2012).

20 Avant de devenir écrivain, Waldemar Bonsels a travaillé comme représentant d’une maison de commerce en Inde, entre 1903 et 1904. Ce récit est le fruit de ces voyages.

21 Delamain et Boutelleau tentent-ils de se placer dans la lignée de Gallimard ? Le délai assez court entre la publication de Voyage dans l’Inde et la prise de contact avec Bonsels pourrait laisser penser, comme il a été mentionné plus haut, à une tentative de positionnement ambitieuse dans le paysage éditorial français.

22 Voir Mathilde Lévêque, « Relire Maïa l’abeille aujourd’hui », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013. URL : http://strenae.revues.org/1005 ; DOI : 10.4000/strenae.1005

23 Lettre de Charles Baudouin, 3 juin 1925.

24 Je remercie Isabelle Nières-Chevrel pour m’avoir transmis ces informations.

25 Orthographe elle-même remodifiée en « Maya » au moment de l’adaptation en série d’animation pour la télévision, en 1978.

26 Dès les années 1920, l’éditeur Alfred Tolmer, venu de la publicité, mêle avant-garde et tradition dans sa production pour la jeunesse : en 1924, L’Ile Rose de Charles Vildrac, « décorée » par Edy Legrand, révèle un nouveau regard sur le livre illustré. Voir Claude-Anne Parmegiani, « La belle ouvrage : Edy Legrand illustrateur de Vildrac », La Revue des livres pour enfants. Colette Vivier, Charles Vildrac, n° 141, numéro spécial, automne 1991, p. 57-64.

27 Lettre de l’éditeur à Bonsels, 14 décembre 1926.

28 Lettre de l’éditeur à Bonsels, 9 mai 1925.

29 « Was die wirtschaftlichen Bedingungen betrifft, so kann ich mich nicht entschliessen, das Buch für eine einmalige Summe endgültig zu verkaufen. Ich nenne Ihnen vielmehr die Bedingungen meines englischen und amerikanischen Verlegers, die folgendermassen lauten: 10% vom Ladenpreis des gebundenen Exemplars von den ersten 3000 Exemplaren, 12 ½ % vom Ladenpreis der nächsten 3000 Exemplare, und vom 6. Tausend ab 15% vom Ladenpreis jedes verkauften Exemplars. Als à-conto auf diese prozentuale Verrechnung erbitte ich bei Unterzeichnung des Vertrags 500 Mark, und bei Erscheinen des Buchs weitere 500 Mark. » (lettre de Waldemar Bonsels, 9 mai 1925).

30 Le livre est numérisé sur le portail Gutenberg : http://www.gutenberg.org/ebooks/22354

31 Si l’ouvrage figure dans plusieurs catalogues comme un livre pour enfants, il ne comporte aucune mention explicite qui permettrait de confirmer que tel est le projet initial de l’éditeur. Celui-ci, Thomas Selzter, ne semble pas avoir publié de livres pour enfants ; il publie notamment des oeuvres D.H. Lawrence ou des traductions de Marcel Proust.

32 Le terme est ajouté à la main. De fait, cet argument semble quelque peu contradictoire avec celui avancé précédemment à propos de la position dominante de la librairie Stock dans la diffusion de la littérature allemande en France.

33 Lettre de l’éditeur à Bonsels, 11 mai 1925.

34 Signés le 16 octobre 1925, les accords de Locarno, qui garantissent les frontières occidentales de l’Allemagne et cherchent à assurer une sécurité collective en Europe, sont ratifiés le 1er décembre 1925.

35 La collection rassemble des auteurs français, allemands, danois, anglais, russes, hongrois, suédois, mais aussi indiens et américains.

36 C’est en décembre 1925 que l’Institut Jean-Jacques Rousseau fonde à Genève le Bureau International d’Education, dont le but est de promouvoir la coopération internationale dans tous les champs de l’éducation. Un premier catalogue international de livres pour enfants est établi en juillet 1926.

37 L’expression « Locarno intellectuel » est due à Heinrich Mann, dont Stock est l’un des éditeurs français.

38 Jean-Marcel Jeanneney, « Monnaie et mécanismes monétaires en France de 1878 à 1939 », Observations et diagnostics économiques : revue de l'OFCE, 1988, vol. 24, p. 28.

39 Stock à Bonsels, 11 mai 1925.

40 Ce contrat ne figure pas dans le dossier d’archives mais la date est précisée sur des documents postérieurs.

41 À titre d’exemple, la toute première traduction française de Moby Dick, parue en 1928 dans la collection « Aurore » (Gedalge), sous le titre Le Cachalot blanc, suit la sortie en France de l’adaptation cinématographique du roman de Melville, intitulée en français Jim le harponneur (The Sea Beast).

42 Le 24 décembre 1941, une lettre de la librairie Stock à Bonsels lui indique le solde pour l'année 1940 : 1 650 francs avec pour MAIA un tirage de 11 000 exemplaires, 8 000 réglés, soit 1 650 francs pour le tantième de 12 ½ %.

43 Le nom de la collection figure dès la première édition de Maïa l’abeille, sur la couverture de ce volume inaugural.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Illustration Franziska Schenkel, STK 24913
Crédits ©Fonds éditions Stock/IMEC
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Ill. 2. Maïa l’abeille et ses aventures, image de Ioana Bassarab, Librairie Stock, Delamain et Boutelleau, 1926, p. 135
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende Ill. 3. Illustration Franziska Schenkel, STK 24916
Crédits ©Fonds éditions Stock/IMEC
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Ill. 4. Maïa l’abeille et ses aventures, image de Ioana Bassarab, Librairie Stock, Delamain et Boutelleau, 1926, p. 35.
Crédits Malgré les démarches entreprises par l'éditeur, les ayants droit des illustratrices n'ont pu être retrouvés. La revue les invite à se mettre en relation avec ses services. DR.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/1618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lévêque, « Aux origines de la « Collection Maïa » chez Stock (1925-1926) », Strenæ [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/1618 ; DOI : 10.4000/strenae.1618

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org