Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Walter le dépeigné.
Réflexions entrelacées autour de l’album allemand Der Struwwelpeter et de Walter Benjamin

Lucia Sagradini

Résumé

Cet article examine l’apport de Benjamin à la compréhension de la littérature enfantine en faisant surgir Walter le dépeigné, la figure sensible de l’enfant Benjamin. Dans ce dessein, l’affinité élective non connue jusqu’à présent entre Benjamin et Der Struwwelpeter est ici révélée et poursuivie en reprenant le fil que l’auteur a noué avec ce livre pour enfants, paru pour la première fois en 1844. Der Struwwelpeter est écrit par le docteur H. Hoffmann et le livre connut un vif succès qui perdure encore aujourd’hui, mais qui soulève bien des questions sur le versant cruel qu’il manifeste d’un premier abord.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Autour de Crasse-Tignasse. Actes du Colloque de Bruxelles augmentés et illustrés, Bruxelles, É (...)

1Pour appréhender un auteur comme Walter Benjamin, il y a mille chemins théoriques, mais il existe aussi des chemins de traverse. Ici, il s’agit de regarder sa bibliothèque, et plus précisément un livre d’histoires pour enfants, Der Struwwelpeter. Alors que l’édition française de cet album a ouvert de nombreuses réflexions comme le manifestent les actes du colloque Autour de Crasse-Tignasse, et que le débat, encore aujourd’hui, fait rage autour de la figure de Struwwelpeter : humor or horror ?, cet article se propose de reconstruire le dialogue intellectuel entre un auteur sensible à l’enfance et un livre destiné aux enfants qui tour à tour réussit à charmer ou à détourner le lecteur1.

  • 2 Dr. Heinrich Hoffmann, Der Struwwelpeter, Köln, Schwager & Steinlein Verlag GmbH, édition récente n (...)
  • 3 Walter Benjamin, Lumières pour enfants, émissions pour la jeunesse, texte établi par Rolf Tiedemann (...)

2Car, en lisant et relisant les mots et les fragments d’écrits de Walter Benjamin, le sentiment obscur d’un dialogue entre cet auteur et un album allemand fort populaire, Der Struwwelpeter, se déployait dans mon for intérieur2. Impossible, à la lecture des Lumières pour enfants, version écrite d’émissions radiophoniques réalisées par Walter Benjamin, ou de certains passages d’Enfance berlinoise, de ne pas avoir l’impression que l’auteur parlait au Struwwelpeter3.

  • 4 Walter Benjamin, « Le conteur. Réflexions sur l’œuvre de Nicolas Leskov », dans Œuvres III, France, (...)

3Dialogue silencieux, rentré, et pourtant comme une trame invisible se déployant à l’avers de ses essais, de ses pérégrinations dans l’univers du conte, avec le texte sur Le narrateur (ou Le conteur) ; dans celui des livres et des livres pour enfants, avec Je déballe ma bibliothèque ; et dans celui des souvenirs et de l’enfance, avec Enfance berlinoise4. Walter Benjamin, aussi discret que profond, tissait à travers les pages, et par petites touches délicates, une expérience : celle d’être un enfant et, de fil en aiguille, celle de s’interroger sur que faire face à l’enfance. Cette sensation d’un dialogue secret était profondément ancrée dans le domaine de l’intuition : celle de voir un fil entre le délicat intellectuel au parcours tragique et Der Struwwelpeter, un album très connu en Allemagne. Cette intuition a été à l’origine de cette proposition d’article, mais le chercheur ne peut se contenter d’une intuition, et, dans un second temps, il m’est apparu indispensable de partir à la recherche d’éléments clé qui pourraient confirmer que Walter Benjamin avait bien une relation ténue mais ferme avec cet album pourrait-on dire « cruel » pour enfants.

  • 5 Chaque enfant représente un défaut, du coup, la plupart du temps un prénom est associé à une histoi (...)
  • 6 En bonne sociologue, j’ai suivi l’exemple de Siegfried Kraucauer pour Les employés, Paris, Éditions (...)

4Le Struwwelpeter publié en 1844 pour la première fois, fruit de l’inventivité du psychiatre Hoffmann, se présente comme un livre d’histoires courtes, rythmées et aux regards d’une lectrice ou lecteur du xxie, moins inscrit dans la culture allemande, parfois fort cruel. Chaque récit est un mélange de poésie et d’humour dans les jeux de sonorités, de leçons d’éducation, d’exagération bouffonne et de cruauté dans la mort ou la punition exacerbée de chacun des petits personnages – ces enfants au nom-portrait5. Difficile de ne pas éprouver des sentiments mêlés à sa lecture. Dans la culture allemande, le livre est tout à la fois décrié qu’adoré. Le livre est parfois interdit de lecture dans certaines familles ou par certains enseignants, mais il est partout dans les librairies, certains s’en servent pour faire parler les enfants dans leurs « cabinets », mais n’utilisent pas l’ensemble du livre, seulement certaines pages, d’autres encore en gardent un souvenir joyeux ou effrayé. De toutes les manières, chacun connaît le Struwwelpeter et semble heureux d’en parler, la discussion étant souvent l’enjeu de re-parcourir sa propre enfance, son sentiment en tant que parent et même sa différence générationnelle6.

5Le personnage de Struwwelpeter, qui orne la couverture des éditions récentes ou qui était la dernière planche dans certaines des éditions les plus anciennes, cet enfant dépeigné, mal attifé, aux ongles trop longs, est pour ainsi dire devenu un étendard : l’étendard du « mauvais garçon » celui qui se perd dans la désobéissance et, qui, par ricochet, est perdu pour la société, comme nous l’indiquent les vers qui se trouvent sur le piédestal sur lequel Hoffmann l’a juché.

  • 7 Voir la couverture du Der Struwwelpeter, op. cit..

Sieh einmal, hier steht er.
Pfui ! Der Struwwelpeter !
An den Händen beiden
Ließ er sich nicht schneiden
Seine Nägel fast ein Jahr ;
Kämmen ließ er nicht sein Haar.
„Pfui !“, ruft da ein jeder,
„garst’ ger Struwwelpeter“7

  • 8 Walter Benjamin, Le conteur, op. cit..

6Impossible de ne pas considérer ce succès ambigu de l’ouvrage quand on prête attention et confiance aux mots de Benjamin pour qui le conte est le moyen de transmettre une expérience8. La fortune du Struwwelpeter nous indique que, même en tenant compte des sentiments mêlés provoqués à sa lecture, son inscription dans le temps, sa durée de vie signale que l’ouvrage est l’émetteur d’un savoir sans doute trouble et caché, mais, aussi nécessaire ou fertile pour la société dans laquelle il s’inscrit. Sans même évoquer le succès que le livre a eu dans d’autres pays et sur d’autres continents, son inscription dans le temps et la culture allemande est déjà en soi un fait digne d’intérêt.

  • 9 Walter Benjamin, « Vue perspective sur le livre pour enfants », dans Je déballe ma bibliothèque, op (...)
  • 10 Voir le chapitre «  Abécédaires d’il y a cent ans », dans Je déballe ma bibliothèque, op. cit., p.  (...)

7Méthodologiquement, j’ai d’abord repris les livres de Walter Benjamin pour m’assurer qu’il y avait donc un échange entre ce penseur du conte, de la narration et de l’enfance et ce livre pour jeunesse. Puis, en relisant Je déballe ma bibliothèque, le fait que Walter Benjamin soit aussi un collectionneur de livres pour enfants m’a frappée. D’ailleurs, il accorde à ce sujet un chapitre dans ce recueil9. L’importance de l’illustration enfantine, de l’apprentissage du langage par la lecture, de la couleur, qui accompagnent l’expérience d’emmagasiner le savoir pour le jeune enfant alors qu’il est à une étape de sa vie où les mots et le sens doivent s’acquérir, est pour lui le socle grâce auquel l’enfant pourra se déployer. Dans ce dessein, ce chapitre montre son insistance à faire appel à l’imagination, la fantaisie et au jeu pour permettre les premiers pas de l’enfant dans l’univers du langage et de la pensée. Tout en même temps, ces pages indiquent comment Benjamin, qui n’avait pas oublié son propre rapport au langage, saisit l’importance des superpositions, des énigmes comme moteur d’acquisition. Pour illustrer cet intérêt pour la littérature enfantine et ses effets, il cite même plusieurs ouvrages enfantins, mais pas le Struwwelpeter. Cet intérêt pour l’enfance, Benjamin va aussi le poursuivre dans sa réflexion sur les abécédaires, les énigmes, les jouets et jeux que nous retrouvons à d’autres endroits de cet ouvrage, mais aussi dans toute sa production intellectuelle10.

8Cependant, pour rencontrer le fil visible entre Benjamin et Struwwelpeter, dans un premier temps, je n’ai pas pu recourir à une citation claire, trouvée entre les pages de l’un ou de l’autre de ses livres. Par contre, j’ai pu retrouver sa collection de livres pour enfants, qui n’a pas disparu dans sa lutte pour échapper aux nazis, contrairement à sa collection de livres pour adultes. Cette rencontre avec la matière de sa collection a été possible, car, lors de son divorce avec sa femme Dora, celle-ci a pu garder cette collection de livres pour enfants que Benjamin avait composée avec elle. Malgré ses résistances, Benjamin finit par céder les livres à Dora, sensible à l’argument qu’elle les désirait pour leur fils Stefan. Celui-ci ayant pu, avec sa mère, échapper au nazisme, hérita de cette collection et à sa demande, à sa mort, sa femme la remit à l’Allemagne, car Stefan Benjamin pensait que cela aurait été le vœu de son père.

  • 11 Jennifer Allen, Préface à Je déballe ma bibliothèque, de Walter Benjamin, Paris, Éditions Payot, 20 (...)
  • 12 La collection elle-même de Benjamin fait l’objet d’études en allemand notamment, elle pourrait auss (...)

9Enfin, cette rencontre avec les objets-livres de Benjamin a été rendue possible grâce au travail exemplaire de Jennifer Allen qui, dans sa préface à Je déballe ma bibliothèque, indique le voyage entrepris par les livres depuis la séparation de Benjamin avec Dora jusqu’à leur retour en Allemagne grâce au don de Stefan11. La collection de livres pour enfants de Benjamin se trouve aujourd’hui à Francfort, elle est constituée de 204 ouvrages répertoriés, la plupart en allemand. Mais il y a aussi des éditions multilingues comme Les Fables d’Ésope, des livres en français dont une Grammaire élémentaire pour les enfants de Beaurains, ou Le cabinet du petit naturaliste de Dufrénoy, des traductions de l’anglais comme celle des Aventures de Robinson Crusoé de Defoe, et point assez intéressant il y a beaucoup d’auteurs femmes12. Cette collection de littérature enfantine est assez imposante, lorsque l’on se rappelle dans quelles difficultés économiques Benjamin se débattait et aussi lorsque l’on note qu’elle connut un coup d’arrêt brutal comme la vie de celui-ci.

10En son sein, nous l’avons trouvé, le Struwwelpeter, une édition fêtant le jubilé de l’ouvrage, une édition donc un peu spéciale. Composée d’une couverture festive, où les mots-talismans se déploient dans des rubans, des tires et des entrelacs. L’écriture est gothique comme le veut l’époque, les mots semblent presque jouer comme sur une affiche dada, le conservateur a rajouté au crayon de papier « 1901 ? », estimation pour la date d’édition. Le livre commence avec une page présentant l’auteur Hoffmann avec son portrait en médaillon (ce qu’on ne trouve pas à chaque édition du Struwwelpeter) puis, une page où tous les personnages se retrouvent portant banderoles ou couronnes de fleurs, trompettes ou tambours, et en haut, bien centré, un Struwwelpeter en habit de fête, ses longs cheveux bien peignés, la raie au milieu et les touffes aplaties de chaque côté de son petit visage rond (tout aussi exceptionnel). Il se tient penché sur une liane fleurie entourée des dates du jubilé, 1845 et 1876, encerclées de fleurs et de verdures.

11Il était là, le Struwwelpeter, au milieu de la collection de Benjamin, classée par auteur, à la lettre H : Walter Benjamin a bien eu et possédé le livre. L’intuition laissa alors la place à l’affinité confirmée et le fil entre Benjamin et Struwwelpeter semblait dès lors plus ferme. C’est à lui que je m’accrochais pour poursuivre. Ce lien a tout d’abord une première caractéristique : il reflète un dialogue qui n’est pas une adhésion, mais qui conserve un mélange d’intérêt et de rejet pour le livre d’Hoffmann.

  • 13 Walter Benjamin, Berliner Kindheit um 1900, Berlin, Suhrkamp, 2010.

12Il y a cette affinité qui fait que Walter Benjamin est un Struwwelwalter par excellence. Lorsqu’il égrène ses souvenirs d’enfance, de l’Enfance Berlinoise, dans la version traduite en français ou dans celle, préfacée par Adorno, en allemand, portant le titre de Berliner Kindheit um 1900, Benjamin montre aussi l’enfant qu’il était13. Un enfant porté à la rêverie, dissipé, retardataire, peut-être même un peu nonchalant, adorant flâner, se perdre et faire l’école buissonnière : toutes ces choses proscrites par les bons conseils de « papa Hoffmann ». En effet, les scénettes mettent en scène les malheurs et les tourments de l’enfant chahuteur, de l’enfant méchant, mais aussi ceux de l’enfant étourdi, de celui qui se promène dans le vent, et même de l’enfant trop curieux. D’une certaine manière, ce qui pour Hoffmann était matière à critique, même teintée de drôlerie, sujet à éducation, redressant les torts, tous ces traits esquissés avec génie sous la plume acérée du bon docteur Hoffmann étaient les sources dans lesquelles Benjamin puisait son inventivité, sa singularité et sa lumineuse intelligence.

13L’évocation de ses souvenirs est l’occasion pour Benjamin de signaler sans en avoir l’air combien l’univers dans lequel il a grandi se nourrissait aux mamelles des prétendues « défaillances » enfantines. Que serait devenu Benjamin sans l’errance, sans l’erreur, sans le manque d’intérêt flagrant pour l’école et la curiosité profonde pour les jouets et la belle ville de Berlin ? Cristallisant tous ces éléments, Walter Benjamin se tient devant sa postérité un peu comme le Struwwelpeter sur son socle. Benjamin est Walter le dépeigné, un mal attifé, un type aux ongles trop longs, qui se tient au ban de la société, il ne s’y accommode pas et sans doute une part de l’enfant qu’il était l’a conduit à cet écart, à cette impossibilité d’adhérer à la « bonne société », à la « bonne éducation ».

14Le livre d’Hoffmann est souvent perçu comme cruel, car les punitions subies par les enfants sont terribles, elles vont de la maladie, passant par la mutilation (coupe au ciseau du pouce) à la mort par imprudence ou déraison. L’excès conduit certains des petits lecteurs à la peur, d’autres au rire devant l’excès grotesque de cruauté. L’effet du livre sur celui qui lit est immaîtrisable : il est impossible de prévoir le pouvoir qu’il exercera. Parfois, les sentiments passent de l’un à l’autre chez une même personne. Par contre, l’attraction du personnage de Struwwelpeter, de son dessin, semble articuler et concentrer une certaine ambivalence, le personnage connaît une grande sympathie, en même temps qu’il est censé évoquer ce vers quoi il ne faut pas aller.

  • 14 Sur la vivacité et l’importance du Moyen Âge dans la culture allemande, je renvoie succinctement à (...)
  • 15 Le musée dédié à Struwwelpeter ne s’y trompe pas et il a réalisé à ce propos une exposition et un c (...)

15Il est fabriqué comme une image-repoussoir (forme qui était fort usitée au Moyen Âge14), mais ce qui est censé nous rebuter connaît parfois un destin contraire. Et le Struwwelpeter, sa grosse touffe de cheveux, ses doigts étranges et inquiétants, bras ouverts face au lecteur peut aussi l’attirer15. Il y a une contradiction dans la forme de l’image-repoussoir, elle se veut éducative, formatrice de bons sens et d’éducation, mais elle peut aussi opérer une séduction, une attraction. Quoi de plus festif que de se promener dans la tempête, sous son parapluie et d’être frappé par le vent ? Quoi de plus jouissif que d’échapper aux ciseaux à ongles et au peigne fin qui tire les nœuds des cheveux ? Quel enfant n’a pas eu ne serait-ce que l’envie de résister aux prescriptions bien sages de ses parents, au raisonnable ? Quel enfant n’a pas fait brûler une allumette en cachette avec cette surprise heureuse de voir briller la petite flamme et dès que celle-ci s’éteint de ne briguer qu’à recommencer au plus vite ?

16Les voilà, les anti-héros enfantins d’Hoffmann, des enfants qui accomplissent ce à quoi de nombreux autres aspirent en silence. Bien sûr, la conséquence est souvent des plus cruelles, la répression s’abat sur l’enfant et ne mâche pas ses effets ; la punition est terrible. Mais n’y a-t-il pas aussi une porte ouverte au rêve dans ces images pleines d’un charme désuet, ou les espaces sont ouverts, les escaliers montent et descendent reliant les scènes de chaque récit, les couleurs, jaune, rouge, bleu, dominent et animent les images alors que le vert est distillé dans l’image et quand les sonorités dansent et se répondent.

  • 16 Walter Benjamin, Lumières pour enfants, émissions pour la jeunesse, texte établi par Rolf Tiedemann (...)

17Le dialogue avec Benjamin est profond dans ses émissions radiophoniques dont une partie est réunie en français dans Lumières pour enfants ; il y a cette tentative de l’auteur de communiquer aux enfants ses intérêts pour la flânerie, l’errance dans la ville, l’exploration des lieux, des grands magasins, des jouets, puis de la ville et de ses particularités : les métiers, les industries, son histoire, ses brigands16. Il y a ce passage sur le parler des colporteurs, l’intérêt pour le langage populaire et les pouvoirs des mots, la richesse de la langue du « peuple ». Une attraction pour ce que la bonne éducation du Dr. Hoffmann aurait peut-être réprouvé, et en même temps une réponse de l’invention, des chemins de traverse à la ligne droite de la bonne conduite.

18Walter Benjamin propose aux enfants une source d’intérêt à laquelle étancher leur soif et leur curiosité qui passe par les sentiers défendus du Struwwelpeter. Il mène donc comme un double dialogue vers l’enfant et vers le Struwwelpeter. D’une certaine manière, il rend la vie possible aux futurs Struwwelkinder. Par son exemple, dans lequel il puise, il offre aux jeunes auditeurs et aussi aux lecteurs la possibilité de s’adonner à son propre « ébouriffage interne ». Chacun peut voir que partir sur les sentiers de traverse n’est pas seulement possible (étape qui se fait déjà avec Hoffmann) mais aussi souhaitable. Surtout, Benjamin sort l’enfant de la culpabilité de ne pas toujours être sage et comme il faut. De pouvoir s’autoriser un intérêt pour les petites gens, pour les mercenaires et les brigands, pour la perte de temps, caché entre les arbustes des jardins ou errant dans la grande ville. C’est peut-être cela son apport essentiel : saisir « l’éducatif » qu’il y a dans le rejet de la conformité ou de la raison.

  • 17 Nous retrouvons cette idée dans le texte de Nelly Feuerhahn qui indique que Heinrich Hoffmann bien (...)
  • 18 Ainsi, à l'occasion d'un séminaire organisé par Denise Escarpit, l'éditeur François Ruy-Vidal indiq (...)
  • 19 L'ouvrage Struwwelpeter : humor or horror ? réflète bien cette tension dans laquelle est perçue l'o (...)

19Décrié et familier le Struwwelpeter habite les imaginaires en Allemagne, mais cette mise en forme tant de la culpabilité que du plaisir à ne pas suivre la voie de la conformité était aussi une véritable apparition ludique et potentiellement angoissante, parfois, de ce que peuvent être les expériences enfantines. Si bien sûr il n’est pas possible de connaître la portée de sa lecture sur un enfant, on peut considérer que trouver des formes et des mots à des sujets d’angoisse a ce double aspect de cristalliser les peurs, certes, mais aussi de les sortir de l’informe17. Donner à son sentiment d’angoisse une forme est peut-être le biais par lequel on peut dire de quoi l’on a peur et nommer l’image repoussante qui concentre les appréhensions – l’une des histoires de Struwwelpeter peut alors aisément devenir un « mauvais souvenir », par exemple18. Mais ne pas avoir de forme à laquelle rattacher ses peurs est peut-être pire. Je laisse la question ouverte à la perception de chacun, car, en Allemagne les courants pédagogiques n’ont pas tranché ni réussi à se mettre d’accord là-dessus19. Quoi qu’il en soit, indiquer la route de la peur au récit enfantin et à l’image, qui comme l’indique Benjamin joue un rôle fondamental dans la littérature pour enfants, ne doit pas être écarté trop vite.

  • 20 À ce propos, voir par exemple la thèse de Roger Manteau, Les idées pédagogiques de Goethe, présenté (...)

20Enfin, l’impression d’avoir insisté sur les « mauvais côtés » du livre d’Hoffmann et sur son écho chez Benjamin qui, en fait, reprend le livre à rebrousse-poil magnifiant le personnage de Struwwelpeter et pour ainsi dire l’incarnant, ne doit pas occulter la complexité de l’ouvrage. Il est tout à la fois pétri d’un certain archaïsme, il est vrai, concernant la « punition » encourue par l’enfant, mais il déploie aussi des principes pédagogiques modernes et progressifs. L’album est le fruit d’un lecteur attentif de Goethe20. Un docteur Hoffmann qui privilégie l’expérience sensible de l’enfant comme le recommande Goethe, qui ne sévit pas sans raison et, comble de la modernité, c’est plus souvent la conséquence des actes de l’enfant-étendard qui conduit l’enfant à connaître une punition née de ses actions et non de la main d’un adulte qui s’abattrait sur lui.

21En règle générale, hormis le cas du suceur de pouce mutilé par le Tailleur, celui des enfants racistes punis par Nikolas, ce sont les actes des enfants eux-mêmes qui construisent leur propre sanction, les parents étant plutôt ceux qui répètent la bonne parole, mais qui, n’étant pas écoutés, voient leurs chérubins souffrir ou périr. Il en va ainsi de Paulinchen qui meurt d’avoir joué avec des allumettes quand ses parents sont sortis ou de Kaspar qui, refusant de manger sa soupe jour après jour, se laisse mourir de faim. La punition est alors la conséquence des propres actions et décisions de l’enfant malgré les recommandations.

  • 21 Pour développer des conduites nouvelles avec l'album jeunesse, on peut lire l'article de Isabelle N (...)

22Nombreuses sont les histoires où en réalité les personnages enfantins sont confrontés à la solitude : que faire quand on échappe au regard de l’adulte, quel comportement avoir ? La parole du Docteur Hoffmann est claire : il s’agit d’une série de recommandations qui vont aussi permettre à l’enfant d’apprendre à être seul21. À savoir, comment se comporter en l’absence d’adulte : ne pas être tête en l’air, ne pas être méchant, ne pas être vil et moqueur, ne pas s’égarer dans le mauvais temps, ne pas être imprudent et laisser les allumettes de côté et puis, sans doute le plus dur, ne pas chercher de consolation dans la succion du pouce lorsque l’on est seul à la maison, sa maman partie. Le docteur Hoffmann indique alors la confiance qu’il prête à l’enfant comme être pensant capable par l’exemple de saisir l’expérience et le danger représenté par les figures enfantines qui incarnent ces recommandations. En ce sens, il suit et anime la pensée de Goethe et il partage aussi un territoire commun avec Benjamin qui s’adresse directement aux enfants et leur prête une égale confiance.

  • 22 J. W. Goethe, Le traité des couleurs, France, Triades, 2000.

23Mais point notable, Benjamin refuse la culpabilité qui traverse l’album d’Hoffmann, il lui préfère l’appel à la curiosité et à l’intelligence – au pouvoir de l’enfant à démêler l’écheveau de la vie qui conduit d’un objet simple comme la gouaille de Berlin à la vie du prolétariat et à l’existence des classes sociales. De même, l’intérêt pour le dessin, la richesse des jeux de couleurs simples et fortes que l’on trouve chez Hoffmann est aussi une idée chère à Goethe qui a énormément insisté sur le fil aigu qui relie pensée et coloris22. C’est encore une idée que l’on trouve chez Benjamin lorsqu’il parle de sa collection de livres pour enfants. La couleur est aussi un mode de transmission clé pour lui et c’est ainsi un autre territoire commun, hérité de Goethe que les deux hommes partagent.

  • 23 En écho à ce point, au Struwwelpeter Museum, on peut voir un croquis au crayon du docteur où il sai (...)
  • 24 J. W. Goethe, Les affinités électives, Paris, folio classique, 1990.

24Il est peut-être aussi bon de souligner qu’Hoffmann était un défenseur de la République, un ami de la démocratie et un psychiatre qui croyait aux vertus de l’amour et de l’amitié dans le soin23. Ces points sont sans doute autant d’« affinités électives » qui créent des passerelles entre lui et Benjamin, mais aussi avec Goethe, tous trois attachés d’ailleurs à la ville de Francfort. Il y a bien une association libre entre les trois auteurs, un attachement commun à la source d’un principe révolutionnaire qui recrée les liens entre les êtres comme l’indiquait Goethe dans son roman au titre éponyme24. Ainsi la vision de l’enfance qu’elle soit hoffmanienne ou benjaminienne se nourrit au terreau des principes révolutionnaires et modernes du grand philosophe et poète Goethe. Elle est animée et anime les meilleurs morceaux d’une culture qui a su voir dans l’enfant autre chose qu’un petit animal à dresser, un être à soumettre aux prérogatives des adultes, mais qui a su, se nourrissant de sa propre expérience, donner à l’enfant des raisons et de bonnes raisons pour vivre pleinement cette part si merveilleuse et difficile de la vie qu’est l’enfance.

Haut de page

Notes

1 Voir Autour de Crasse-Tignasse. Actes du Colloque de Bruxelles augmentés et illustrés, Bruxelles, Éditions Lansman, 1996 ; et Barbara Smith Chalou, Struwwelpeter : humor or horror?, Lexington, Lexington Books, 2007.

2 Dr. Heinrich Hoffmann, Der Struwwelpeter, Köln, Schwager & Steinlein Verlag GmbH, édition récente non datée. Nous avons ici choisi de traduire struwwel par dépeigné, mais d’autres traductions étaient possibles, comme ébouriffé, Cavanna, par exemple, dans sa version traduite à L’École des loisirs choisit de nommer Struwwelpeter : Crasse-Tignasse, première édition 1979.

3 Walter Benjamin, Lumières pour enfants, émissions pour la jeunesse, texte établi par Rolf Tiedemann, France, Christian Bourgois éditeur, 2011 ; et Sens unique, précédé de Enfance Berlinoise, Paris, éditions 10/18, 2000.

4 Walter Benjamin, « Le conteur. Réflexions sur l’œuvre de Nicolas Leskov », dans Œuvres III, France, Gallimard, Folio essais, 2000 ; Je déballe ma bibliothèque, Paris, Payot, 2000.

5 Chaque enfant représente un défaut, du coup, la plupart du temps un prénom est associé à une histoire, par exemple, le méchant Frédéric, ou Hans le tête-en-l’air.

6 En bonne sociologue, j’ai suivi l’exemple de Siegfried Kraucauer pour Les employés, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2008. Le livre posé sur ma table, j’ai commencé à interroger toutes les personnes que je rencontrais dans les cafés à Sarrebruck, ville proche de la ville natale du Struwwelpeter. Il était curieux de noter comme le livre attirait l’attention des gens autour de moi et était propice à la prise de parole.

7 Voir la couverture du Der Struwwelpeter, op. cit..

8 Walter Benjamin, Le conteur, op. cit..

9 Walter Benjamin, « Vue perspective sur le livre pour enfants », dans Je déballe ma bibliothèque, op. cit., p. 93-108.

10 Voir le chapitre «  Abécédaires d’il y a cent ans », dans Je déballe ma bibliothèque, op. cit., p. 109-114, mais aussi, par exemple, Enfance Berlinoise, op. cit..

11 Jennifer Allen, Préface à Je déballe ma bibliothèque, de Walter Benjamin, Paris, Éditions Payot, 2000.

12 La collection elle-même de Benjamin fait l’objet d’études en allemand notamment, elle pourrait aussi conduire à un texte en français, ici, une référence d’article récent sur Benjamin et l’enfance : Joachim Bodag, « Aussicht ins Kinderland », dans Mitteilungsblatt des Förderkreises Bibliothek für Bildungsgeschichliche Forschung, Weimar, 2010.

13 Walter Benjamin, Berliner Kindheit um 1900, Berlin, Suhrkamp, 2010.

14 Sur la vivacité et l’importance du Moyen Âge dans la culture allemande, je renvoie succinctement à Heinrich Heine, De l’Allemagne, Paris, Les presses d’aujourd’hui, 1979.

15 Le musée dédié à Struwwelpeter ne s’y trompe pas et il a réalisé à ce propos une exposition et un catalogue sur la présence du personnage et de ses complices dans la publicité : Struwwelpeter macht Reclame, Frankfurt, Struwwelpeter Museum Verlag, 2001. Impossible de ne pas y saisir l’attraction qu’il exerce sur le public allemand. Par exemple, lorsque l’on voit une Struwwelpetra dans ses dessous blancs, en coton, une tignasse rousse échevelée posant simplement pour donner envie à la spectatrice de porter la même lingerie. Le charme opère.

16 Walter Benjamin, Lumières pour enfants, émissions pour la jeunesse, texte établi par Rolf Tiedemann, France, Christian Bourgois éditeur, 2011.

17 Nous retrouvons cette idée dans le texte de Nelly Feuerhahn qui indique que Heinrich Hoffmann bien avant Winnicott va user de la représentation graphique des situations anxiogènes avec ces jeunes patients. Voir « De Pierre-l'ébourriffé à Crasse-Tignasse », op. cit., 1996, p. 24-41.

18 Ainsi, à l'occasion d'un séminaire organisé par Denise Escarpit, l'éditeur François Ruy-Vidal indique que ce livre est « assez maudit...Il a traumatisé des générations d'enfants », dans Autour de Crasse-Tignasse, op. cit., 1996.

19 L'ouvrage Struwwelpeter : humor or horror ? réflète bien cette tension dans laquelle est perçue l'ouvrage.

20 À ce propos, voir par exemple la thèse de Roger Manteau, Les idées pédagogiques de Goethe, présentée à Lyon II, en 1985 : theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=76&action=pdf.

21 Pour développer des conduites nouvelles avec l'album jeunesse, on peut lire l'article de Isabelle Nières-Chevrel, La littérature d'enfance et de jeunesse entre la voix, l'image et l'écrit, consultable à : http://www.vox-poetica.com/sflgc/biblio/nieres-chevrel.html

22 J. W. Goethe, Le traité des couleurs, France, Triades, 2000.

23 En écho à ce point, au Struwwelpeter Museum, on peut voir un croquis au crayon du docteur où il saisit rapidement sa vie : assis à son bureau, un enfant jouant par terre avec ses joujoux dans son dos, lui travaillant, tentant d’écrire et un autre sur la pointe des pieds, s’accrochant à la bordure du bureau et cherchant à attirer son attention, l’interpellant. Une grande tendresse s’échappe de ce simple croquis qui mêle sa vie familiale et sa vie professionnelle. Là encore, il a une certaine modernité dans sa paternité : les enfants peuvent rester dans son bureau alors même qu’ils le perturbent lorsqu’il tente de travailler. Der Struwwelpeter est d’ailleurs né de son insatisfaction devant les livres pour enfants, quand, voulant offrir un ouvrage à son petit garçon pour Noël, il revint les mains vides et décida de lui réaliser lui-même le livre qu’il aurait voulu trouver en librairie.

24 J. W. Goethe, Les affinités électives, Paris, folio classique, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Sagradini, « Walter le dépeigné.
Réflexions entrelacées autour de l’album allemand Der Struwwelpeter et de Walter Benjamin
 », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/997 ; DOI : 10.4000/strenae.997

Haut de page

Auteur

Lucia Sagradini

Docteur en sociologie

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org