Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Parole de l’imaginaire, imaginaire de la parole dans N’oublie pas de te laver les dents de Philippe Corentin

Isabelle Lebrat

Résumé

Alors que dans Pipioli la terreur (2006), Corentin dramatisait sa création, dans N’oublie pas de te laver les dents (2009), il dramatise l’acte de réception. Réfléchissant sur la frontière séparant le réel de la fiction, l’auteur met en scène des personnages qui deviennent lecteurs puis auteurs de leur propre histoire. En choisissant de raconter des vies, en jouant des points de vue, en multipliant les voix, la littérature de jeunesse peut devenir un formidable lieu d’expérimentation. C’est la matière même des voix mises en scène dans l’album, leur tessiture ou leur vibration qui donne à entendre quelque chose de l’expérience intérieure. Dans N’oublie pas de te laver les dents Corentin abandonne sa voix de conteur pour une exploration stéréophonique de l’existence. L’auteur devient metteur en voix : il fait entendre le ton qui accompagne la parole, secret d’une diction, geste imperceptible, légère accentuation, signifiance oblique.

Haut de page

Texte intégral

Le lecteur idéal a un humour malicieux.
[…]
Lorsqu’il ferme son livre, le lecteur idéal sent que s’il ne l’avait pas lu, le monde serait plus pauvre.
[…]
Le lecteur idéal est le personnage principal du roman qu’il est en train de lire.
Alberto Manguel, Pinocchio et Robinson. Pour une éthique de la lecture

1Plusieurs formes de dialogues traversent l’œuvre de Corentin. Il y a d’abord le dialogue traditionnel entre le texte et l’image que l’auteur s’amuse à pervertir et celui, plus complexe, de nature essentiellement hypertextuelle, entre l’album en train de s’écrire et d’autres albums de l’auteur voire d’œuvres du patrimoine. Nous tenterons d’analyser l’histoire de l’aventure métafictive dans l’œuvre de Corentin, réflexion initiée par l’auteur dès 1990 avec Pipioli la terreur et progressivement approfondie dans les albums ultérieurs.

2L’œuvre de Corentin se révèle finalement fondamentalement polyphonique en tant qu’elle n’a de cesse de multiplier les voix et de s’ouvrir à l’altérité. S’instaure alors un subtil jeu de cache-cache entre le Même et l’Autre, jeu de langage, expérience de mise en relation de voix. Finalement, on pourra se demander si cette ouverture au langage mise en scène dans les albums de Corentin n’est pas une métaphore de l’immersion fictionnelle elle-même. En effet, subvertissant la frontière entre le réel et la fiction, l’auteur met en images des personnages qui, sous couverts de fiction, deviennent lecteurs puis auteurs de leur propre histoire.

Un rapport ludique entre le texte et l’image pour une polyphonie narrative

3Dans le dernier album en date de Philippe Corentin, N’oublie pas de te laver les dents (2009, École des Loisirs), c’est une prescription stéréotypée qui fait office de titre. À noter que dans cet album, le récit se retire progressivement au profit du dialogue qui vient envahir l’ensemble de l’album. Cette évolution est marquante chez Corentin. Mais quel sens lui donner ?

4La part du récit est réduite à deux onomatopées qui trouent le texte de leur évidence : « Dring ! Dring ! » et « Faim ! » qui fait office de chute. Le dialogue constitue tout le reste du texte, associé à l’image sur l’espace de la page. Comme c’est le cas fréquemment dans la mise en page associative, l’image occupe l’espace majoritaire de la page et le texte se situe en-dessous. Ce dialogue est donc d’abord inscrit sous l’image, mais dès la troisième double page il vient envahir l’image sous forme de bulle et l’auteur ne dérogera plus à ce principe avant l’avant-dernière page où le texte reprend sa position initiale.

  • 1 Sophie Van der Linden, Lire l’album, L’atelier du poisson soluble, 2006, p. 67.

5Il est intéressant de noter à ce propos que Corentin a peu à peu abandonné le découpage traditionnel texte-image au profit d’une circulation plus libre et plus ludique du texte et de l’image au fur et à mesure de son œuvre. Alors que ses premiers albums respectaient l’alternance traditionnelle du texte et de l’image héritée du livre illustré, l’association du texte et de l’image qui favorise « une lecture plus dynamique par cette succession rapide de courts textes et d’images1» est peu à peu privilégiée. Dans les derniers albums, c’est une véritable conjonction entre le texte et l’image qui est choisie.
Comme le dit Sophie Van der Linden :

  • 2 Ibid., p. 68.

« Textes et images n’y sont plus cloisonnés dans des espaces réservés, ils se trouvent articulés dans une composition globale le plus souvent réalisée à l’échelle de la double page. La mise en pages s’assimile plutôt à une mise en espace. Sa grande différence avec une mise en pages associative consiste en la présentation de plusieurs énoncés, souvent non distincts, relevant davantage d’une contiguïté que d’une continuité. Les énoncés y sont entremêlés et non juxtaposés, les textes intègrent littéralement l’image2».

6En introduisant des bulles dans l’album, Corentin joue avec les codes de la bande dessinée, favorisant une lecture moins normée, une exploration plus libre des différents messages par le lecteur. Cette intégration par l’album d’autres codes artistiques fait partie de l’évolution particulièrement créative de ce medium depuis quelques années déjà. Ce jeu, déjà largement entamé dans ZZZ…ZZZZ… peut être interprété de la manière suivante : l’insertion du dialogue dans l’image marque le passage dans l’imaginaire et le retour à la dichotomie traditionnelle le retour à la réalité. Principe de plaisir et principe de réalité alternent ainsi pour le plus grand plaisir des lecteurs entraînés dans la polyphonie narrative.

La mise en scène de l’aventure littéraire

  • 3 Walter Benjamin, « Le conteur » in Expérience et pauvreté, Petite Bibliothèque Payot, 2011, p. 92.
  • 4 Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009 (...)

7« Le conte reste aujourd’hui le premier conseiller de l’enfance, parce qu’il fut jadis le premier conseiller de l’humanité3 » dit Benjamin. L’enfant se constituerait dans et par le langage, à travers l’épreuve du racontage qui s’élabore comme transmission dans le discontinu et la rupture. Dans Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Florence Gaiotti montre que l’originalité de Corentin est la présence de la voix du narrateur d’album en album : « Dans ces phrases liminaires, les présentatifs et les déictiques, renvoyant au moment de l’énonciation, font résonner la voix du conteur qui prend la parole et signale le statut de son propos : ce qui va suivre est une fiction4 ». Les histoires de Corentin sont autant de contages. Ici encore, l’histoire est simple. Un petit crocodile gourmand s’aventure dans un appartement voisin afin d’y goûter une petite fille qu’il espère sucrée. Tandis que le papa et la petite fille passent l’après-midi à lire, le crocodile peu discret tente d’approcher la fillette. Bien sûr l’animal est repéré par le père, le chien et le chat, tandis que la petite fille reste concentrée sur sa lecture. Jusqu’au moment où, à son tour, elle souhaite goûter aux crocodiles. Le lecteur est aussitôt séduit par le système d’échos et de résonances entre les deux histoires – chacun des personnages veut manger l’autre, fantasme courant chez l’auteur – et par le jeu de mise en abyme : la petite fille lit N’oublie pas de te laver les dents.

8Mais dans cet album, plus particulièrement encore que dans les précédents, Corentin choisit l’économie de moyens et le minimalisme langagier. L’ouverture s’inscrit in medias res et le dialogue apparaît comme la seule forme de parole encore autorisée ou efficace. Effacement de la voix du conteur, concentration et condensation dominent cet art du bref. L’auteur fait fi de la voix du conteur pour plonger le lecteur directement dans sa fonction d’écouteur. Et ce qu’il nous donne à entendre s’inscrit d’emblée dans la dissonance de voix qui s’opposent. D’une part, le discours stéréotypé du père qui, véhiculant des clichés, parle pour ne rien dire (« Tu as appris tes leçons ? », « Et tes devoirs… Les as-tu faits tes devoirs ? », « Tu as écrit à Mamie ?») et d’autre part celui, plus créatif, des enfants qui jouent avec le langage en introduisant des effets de style inattendus dans leurs prises de parole. On remarquera à ce propos la tension entre les registres de langue mis en avant dans les paroles du petit crocodile qui rétorque à son père : « Certes papa, mais il me plairait néanmoins d’y goûter », réplique dans laquelle deux connecteurs très soutenus tranchent humoristiquement avec le ton familier du propos.

  • 5 Corentin, Papa n’a pas le temps, Rivages, 1986.

9Le père de la fillette, lui, répète mécaniquement les stéréotypes parentaux sans même lever le nez de son journal, critique acerbe de l’auteur du comportement de certains parents qui se donnent ainsi facilement bonne conscience sans s’investir davantage dans l’éducation de leurs enfants. On retrouve ici le ton mordant de Corentin que nous avons déjà analysé dans l’un de ces premiers albums : Papa n’a pas le tempsi5.

10Remarquons d’ailleurs que ces paroles vides, bavardage insipide, « universel reportage » selon Mallarmé, n’appellent même pas de réponse puisque la fillette reste plongée dans son album et ne daigne même pas répondre. Seule la question de l’objet de son plaisir va lui délier la langue : « Qu’est-ce que tu lis ? » lui demande son père. La parole de l’enfant s’ouvre alors. Et le livre qu’elle décrit est celui-là même que nous lisons : « L’histoire d’un petit crocodile complètement idiot. Il veut manger une petite fille… C’est une histoire de Corentin. C’est trop drôle ! ». Cette mise en abyme poursuit l’aventure métafictive initiée dans Pipioli la terreur (2002) et approfondie dans ZZZ….ZZZZ… (2007).

11Mais on peut aussi rapprocher cet album de Papa ! (1995) qui est aussi un récit à répétition par alternance mettant en scène deux récits simultanés fondés sur la confrontation entre le réel et l’imaginaire. Ces deux histoires sont narrées de manière parallèle : le cauchemar de chacun est causé par la présence de l’autre. Par ailleurs, il peut aussi s’agir d’une mise en abyme : c’est le rêve du petit garçon qui rêve d’un monstre qui lui-même rêve du petit garçon. Mais une autre interprétation est possible qui annoncerait le procédé mis en scène dans le dernier album de Corentin. Papa ! peut être lu comme l’histoire d’un enfant qui lit sa propre histoire écrite dans le livre rouge dans la réalité, réalité qui n’est représentée que dans la première et la dernière page de l’album. Il lit et puis s’endort. Un parallèle est sans doute à établir entre les deux albums : un même procédé de mise en abyme du livre et la confrontation entre le rêve et la réalité qui encadre le texte.

12Ce même jeu entre le rêve et la réalité est déjà lisible dans Zigomar n’aime pas les légumes (1993), dans lequel Corentin interrompt l’album au moment où Pipioli s’évanouit et commence son rêve pour en débuter un autre comme s’il s’agissait d’une nouvelle histoire. Toutefois, l’auteur laisse volontairement planer le doute car l’album ne commence pas immédiatement après la chute du héros et des personnages imaginaires apparaissent comme les carottes perchées dans l’arbre. Cette même opposition structure Les deux goinfres (1997), album dans lequel la structure du récit à répétition par alternance permet à l’auteur de gommer la frontière entre rêve et réalité comme dans N’oublie pas de te laver les dents. La caractéristique de cet album est que les illustrations accompagnent ce jeu : l’illustration de la réalité représentée par le retrait de la mer dans la chambre des deux goinfres embrasse celle du rêve. Le passage du rêve à la réalité est donc particulièrement complexe, non marqué par le texte mais annoncé par des indices iconiques. Il en est de même dans N’oublie pas de te laver les dents puisque le lecteur doit deviner au flou de la couverture que l’album que lit la petite fille est le même que celui que nous tenons entre les mains.

  • 6 Ibid., p. 178.

13Florence Gaiotti remarque très justement que « de la même façon que les personnages se déguisent, se dissimulent ou cherchent à passer pour ce qu’ils ne sont pas, la parole augurale des albums de Corentin s’avance masquée […] l’amorce des récits est minée par le discours, comme si l’auteur cherchait à dissimuler l’artificialité de la prise de parole narrative sous des formes oralisées qui assureraient une continuité entre le dehors et le dedans, le texte et le hors texte, la réalité et la fiction ou entre les différents plans fictionnels6 ». La multiplication des voix favoriserait-elle la dissimulation de subtils jeux métanarratifs ?

  • 7 Catherine Tauveron, « L’aventure littéraire, un genre en émergence dans la littérature de jeunesse  (...)
  • 8 Catherine Tauveron, « Lecture d’une littérature qui met en scène la littérature au cycle 3 : le cas (...)

14Dans un article intitulé « L’aventure littéraire, un genre en émergence dans la littérature de jeunesse », Catherine Tauveron propose d’appeler méta-narrative cette « littérature qui se prend elle-même pour objet et recouvre la narration de l’histoire fictive par la dramatisation de sa création ou de sa réception/interprétation ». Dans un article plus récent, elle approfondit l’analyse de ces catégories et parle de « métafiction métaleptique » lorsque « l’auteur orchestre les franchissements de frontières à l’intérieur des univers fictionnels7 ». C’est bien le cas ici puisque l’auteur dénude volontairement le procédé d’écriture dans un geste parodique qui le met lui-même en scène dans un jeu d’illusion-désillusion. Comme le remarque justement Catherine Tauveron : « À l’origine de la fiction, quel que soit son degré d’apparent réalisme, il y a bien un choix conscient d’auteur manipulateur en coulisses8». Grand manipulateur, Corentin exhibe sa création jusqu’à l’absurde et s’amuse à mêler plusieurs niveaux fictionnels puisque la petite fille demande aussitôt : « Mais dis-moi papa, pourquoi on n’en mange jamais de crocodile ? » prenant la fiction au pied de la lettre. Cette mise en abyme orchestrée dans le texte est d’ailleurs annoncée dans l’image puisque l’on devine depuis quelques pages déjà que l’album que lit la petite fille ressemble étrangement à celui que nous sommes en train de lire. Davantage encore, Corentin introduit, comme à son habitude beaucoup d’humour dans son travail : c’est le petit crocodile qui, à la fin de l’album, répond à la question énoncée par le père de l’enfant au début :

« Tu as écrit à mamie ?
[…]
Papa, tu sais quoi ? Tout ça, ça me fait penser que j’ai oublié d’écrire à mamie. »

15La collusion entre les deux niveaux de l’histoire semble ainsi étrangement consommée.

  • 9 Yvanne Chenouf, Philippe Corentin, un auteur désespérément normal ? dans Revue des Livres pour enfa (...)

16Outre le dialogue entre le texte et l’image, d’autres espaces de jeux et de tensions apparaissent dans cet album : celui de l’auteur avec le lecteur qui introduit une dimension métanarrative et affiche la nature hypertextuelle de tout texte, mais aussi celui de la logique adulte et de la logique enfantine mise en scène par les différents régimes de discours. L’œuvre devient bande sonore jusque dans ces drôles de fins (écrites parfois « faim »), fin ouverte s’il en est qui, mieux qu’aucune autre, symbolise l’insatisfaction du jeune lecteur qui en demande « encore » ! Dernière pirouette en date : alors que L’École des Loisirs publie une compilation de quelques-uns de ces albums, Philippe Corentin a réécrit la fin de N’oublie pas de te laver les dents ! Dans un entretien accordé à Yvanne Chenouf en juin 2012, il explique : « J’ai demandé qu’on change la fin de N’oublie pas de te laver les dents ! Au lieu de dire à son père qu’il va écrire à sa mamie (parce qu’il a entendu le père demander à sa fille si elle l’avait fait), le jeune crocodile se plaint : « Pourquoi j’ai pas un livre de Corentin, moi ? » Là, j’y ai été carrément. Ca me fait marrer. Finalement je m’aime bien »9.

17Mais l’œuvre est aussi riche par son ouverture à l’altérité. C’est en s’ouvrant à l’univers de l’autre, en s’identifiant parfois avec lui, en éprouvant ce qu’il éprouve, et en revenant à soi, que se construit une dimension intérieure, distincte mais enrichie d’altérité. Voilà ce qui permet de mieux comprendre les allers-retours entre l’intérieur et l’extérieur, qui mettent en scène des personnages en train de se chercher (et cette quête est mise en évidence dans un subtil jeu de cache-cache), de construire leur identité en la confrontant à celle d’autrui.

18Le passage de voix peut être lu dans cet album comme passage d’expérience (au sens littéral d’ex-periri, traversée d’un danger), comme passage d’expérience dans et par le langage. Si la petite fille se confie à son père, c’est pour dire le plaisir qu’elle éprouve à vivre d’autres vies dans le monde de la fiction. Les voix sont donc essentiellement mises en relation, par transsubjectivation. Le dialogue comme passage d’une voix à l’autre organise et transforme le regard et l’écoute, le sentir et le penser de celui qui vit cette rencontre de l’Autre dans l’imaginaire. Curieusement, lorsque le petit crocodile revient auprès de son père, apeuré, il ne veut plus qu’une chose, rentrer dans la norme. Le passage par l’imaginaire l’aurait-il rendu plus sage ou est-ce encore un trait d’humour de Corentin ? Peut-être a-t-il simplement joué à se faire peur comme seule l’autorise la lecture… Alors que dans Pipioli la terreur (2006), Corentin dramatisait sa création, dans N’oublie pas de te laver les dents (2009), il dramatise l’acte de réception. Réfléchissant sur la frontière séparant le réel et la fiction, l’auteur met en scène des personnages qui deviennent lecteur puis auteurs de leur propre histoire.

L’immersion fictionnelle

19Corentin est passé maître dans l’art d’inventer l’inconnu de la relation par l’effet de surprise et le coq à l’âne. Les personnages qu’il s’amuse à mettre en scène dans ses albums sont des chercheurs d’inconnu, des quêteurs de parole.

  • 10 Yvanne Chenouf analyse cette tentation de l’absurde dans un article intitulé « Philippe Corentin, u (...)

20La littérature favorise la convergence entre réalité et désir puisque principe de plaisir et principe de réalité semblent coïncider brièvement, le temps de l’écriture. L’œuvre de Corentin nous semble fortement inspirée par le surréalisme. En effet, son sens inné de la provocation, la lutte contre les conventions – particulièrement sensible dans le jeu qu’il instaure avec les stéréotypes – l’appel au rêve et à l’inconscient, la part de l’humour voire du non-sens ou de l’absurde10 et l’importance accordée à l’image (à prendre au sens propre ici et non plus au sens de métaphore) favorisent ce rapprochement. La surréalité ne s’oppose pas à la réalité mais en révèle une dimension plus profonde, la part du rêve et de l’inconscient, souvent symbolisée par le thème de l’eau dans ses albums ou encore par la plongée dans une grotte ou un souterrain qui mime l’entrée en soi comme dans Patatras ! La part du rêve est particulièrement importante dans Les deux goinfres et Papa ! qui jouent sur l’opposition entre le rêve et la réalité.

  • 11 Walter Benjamin, op. cit., p. 88.
  • 12 Ibid., p. 70.

21Cette situation inconfortable, entre rêve et réalité n’est-elle pas finalement celle du lecteur dont Benjamin met la solitude en évidence ? « Le lecteur d’un roman, en revanche, est seul. Il l’est plus que tout autre lecteur. […] Dans cette solitude qui est la sienne, le lecteur du roman s’empare de sa matière plus jalousement que tout autre lecteur. Il est prêt à se l’approprier sans laisser le moindre reste, à l’engloutir pour ainsi dire. En effet, il anéantit, il avale sa matière comme un feu dévore un tas de bois dans la cheminée11. » Cette expérience d’appropriation proche de l’engloutissement est d’autant plus efficace que le lecteur est « dans un état d’oubli de soi » qui permet que « ce qu’il écoute s’imprime profondément en lui12». L’expérience décrite par Benjamin s’apparente à « l’immersion fictionnelle », que Jean-Marie Schaeffer caractérise ainsi :

  • 13 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999, p. 180.

« L’immersion fictionnelle se caractérise par une inversion des relations hiérarchiques entre perception (et plus généralement attention) intramondaine et activité imaginative. Alors qu’en situation « normale », l’activité imaginative accompagne l’attention intramondaine comme une sorte de bruit de fond, la relation s’inverse en situation d’immersion fictionnelle […]. L’attention intramondaine n’est certes pas abolie […] mais le seuil d’alerte qui fait accéder les stimuli à la conscience est plus élevé qu’en situation « normale » – de même que durant la phase du sommeil paradoxal, donc pendant les rêves, le seuil d’éveil est plus élevé que pendant les autres phases13. »

  • 14 Jouve Vincent, L’effet-personnage dans le roman, PUF, 1992, p. 80-81.

22Ce seuil d’alerte réduit aux stimuli extérieurs explique peut-être que les personnages ne se rendent pas compte que l’eau est en train d’envahir leur appartement, à moins que l’eau ne symbolise simplement l’intrusion du rêve dans la réalité, comme chez Bachelard. Mais si les lecteurs immergés dans le monde de leur livre sont moins attentifs à ce qui les entoure, ils sont d’autant plus perméables au monde de l’imaginaire. Dans le même ordre d’idée, Vincent Jouve remarque la « parenté étroite entre représentation lectorale et fantasme onirique […]. Rêveur éveillé et lecteur ont la même perméabilité aux productions fantasmatiques. Se situant tous les deux entre la vigilance extrême de l’individu actif et la vigilance minimale du dormeur, ils sont dans un état contemplatif, proche du repli narcissique, qui favorise l’émergence de l’imaginaire14 ». On se rend vite compte qu’une fois plongés dans leur livre, les personnages mis en scène par Corentin ne sont plus au monde. Ils n’entendent plus les bruits de fond, ne voient pas l’eau qui les envahit ni le crocodile qui nage jusqu’au canapé. Seul le chien veut les avertir, mais en vain.

23L’immersion fictionnelle est décrite par Jean-Marie Schaeffer comme un engloutissement, une dissolution métaphorique et littérale, où la différenciation entre le sujet et le monde fictionnel disparaît. C’est l’illusion qui prend le pas sur la réalité puisque c’est le monde du livre qui progressivement envahit le réel. Cette subversion introduit la mise en abyme et la troublante homologie des situations : la petite fille lit l’histoire que nous sommes nous-mêmes en train de lire, c’est-à-dire « l’histoire d’un petit crocodile complètement idiot » qui veut manger une petite fille… Mais la petite, qui est très maligne, comme toutes les héroïnes de Corentin, introduit aussitôt un nouveau tour de fiction en renversant la situation. Elle propose : « Mais dis-moi papa, pourquoi on n’en mange jamais de crocodile ? ». Pris de peur, le petit crocodile est obligé de se cacher derrière le canapé, avant de rentrer chez lui, dépité. L’auteur s’amuse à déjouer l’illusion romanesque au moment même où il la crée. Et le petit crocodile a simplement joué à se faire peur, comme lorsqu’on lit un livre…

24Avec l’idée d’immersion, d’hybridité et de mixité du réel et de la fiction à l’époque de sa reproduction mécanisée, Benjamin avait déjà pressenti cette crise, en analysant le « lyrisme épique » de Brecht, à savoir la création de la discontinuité dans l’action dramatique ou le récit, provoquant un suspens de la narration permettant une prise de distance avec la fiction et donc l’interrogation de celle-ci. Dans « Le conteur », il montre que le roman naît avec la déperdition du récit des conteurs, aptes à transmettre sens et valeurs. La littérature de jeunesse, quant à elle, en choisissant de raconter des vies, en jouant des points de vue, en multipliant les voix, devient un formidable lieu d’expérimentation. C’est la matière même des voix mises en scène dans l’album, leur tessiture ou leur vibration qui donne à entendre quelque chose de l’expérience intérieure. Dans N’oublie pas de te laver les dents Corentin abandonne sa voix de conteur pour une exploration stéréophonique de l’existence. L’auteur devient metteur en voix : il fait entendre le ton qui accompagne la parole, secret d’une diction, geste imperceptible, légère accentuation, signifiance oblique.

25Mais cet album peut se lire aussi comme une allégorie de la lecture. Le jeu avec l’image renforce la confrontation entre le principe de réalité – qui domine au début et à la fin de l’album – et le principe de plaisir, symbolisé par la plongée dans la lecture. Lire offre un surcroît d’expérience et dialoguer, c’est partager cette expérience. Imaginer, c’est dissoudre les barrières, ignorer les frontières, subvertir sa vision du monde. Telle est la leçon que nous offre la lecture du dernier album de Corentin où réel et imaginaire se mêlent subtilement jusqu’à entrecroiser indéfiniment leurs fils.

26Le monde que propose la lecture est un refuge, un asile. La lecture est intériorité abritée – bonheur de paresser dans un bain chaud ou de se recroqueviller dans la tiédeur d’un canapé –, qui doit se protéger contre l’intrusion d’un monde extérieur. « L’espace du dedans » est privilégié sans ambiguïté sur le monde du dehors. Mais le texte affirme aussi la possibilité de récupérer, par un acte de lecture, tout ce que la contemplation intérieure avait oblitéré. Vérité et non vérité restent suspendues, indécidables, comme dans un certain nombre d’albums de l’auteur et le lecteur ne sait pas vraiment s’il est encore dans l’imaginaire ou déjà dans le réel lorsque la petite fille émerge de sa lecture et demande en établissant une étrange corrélation entre le monde du livre et le réel : « Mais dis-moi papa, pourquoi on n’en mange jamais de crocodile ? » La polarité allégorique vérité/erreur domine dans un album particulièrement riche en polarités tournoyantes, en effets d’échos et de résonances.

27La seule vérité indubitable semble le bonheur de la lecture, comme l’affirme Alberto Manguel dans son essai Dans la forêt du miroir :

  • 15 Ibid. p. 36.

« Entourés d’incertitudes et de toutes sortes de peurs, menacés par l’absence, le changement et la douleur, la sienne et celle du monde, pour laquelle on ne peut offrir aucune consolation, les lecteurs savent qu’il existe au moins, ici et là, quelques lieux sûrs, aussi réels que le papier et aussi vivifiants que l’encre, pour nous accorder le gîte et le couvert durant notre traversée de la forêt obscure et sans noms15. »

28Mais l’allégorie de la lecture fait aussi le récit de l’impossibilité de la lecture. Tout dans cet album signifie autre chose que ce qu’il représente, qu’il s’agisse d’éducation, de paternité, de dialogue, de gourmandise ou de rêve. C’est toujours d’autre chose qu’il est question. Et le meilleur terme pour désigner cet « autre chose » n’est-il pas la lecture ? Mais le lecteur doit comprendre en même temps que ce mot barre à tout jamais l’accès à un sens qui ne peut pourtant jamais se résigner à n’être pas compris. L’heure de la vérité, comme celle de l’interprétation définitive des albums de Corentin, na pas encore sonnée. Pour notre plus grand plaisir… de lecteur…

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages de Philippe Corentin

Papa n’a pas le temps, Rivages, 1986, Payot et Rivages, 2006.

L’Afrique de Zigomar, L’École des loisirs, 1990.

Pipioli la terreur, L’École des loisirs, 1990.

Plouf ! L’École des loisirs, 1991.

Zigomar n’aime pas les légumes, L’École des loisirs, 1993.

Patatras ! L’école des loisirs, 1994.

Papa ! L’École des loisirs, 1995.

Mademoiselle Sauve-qui-peut, L’École des loisirs, 1996.

Les deux goinfres, L’École des loisirs, 1997.

Tête à claques, L’École des loisirs, 1998.

Machin Chouette, L’École des loisirs, 2002.

ZZZZ…ZZZZ…, L’École des loisirs, 2007.

N’oublie pas de te laver les dents, L’École des loisirs, 2009

Ouvrages critiques

Yvanne Chenouf, « Philippe Corentin, un auteur renversant », conférence disponible sur le site lajoieparleslivres.bnf.fr, article consulté le 23.2. 2013.

Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009.

Gérard Genette, Métalepse, Paris, Seuil, 2004.

Vincent Jouve, L’effet-personnage dans le roman, PUF, 1992.

Julia Kristeva, La révolution du langage poétique, Points Seuil, 1974.

Catherine Tauveron, « La littérature au-delà de l’alphabet », La littérature dès l’alphabet, Henriette Zoughebi (dir.), Gallimard jeunesse, 2002.

Catherine Tauveron, « L’aventure littéraire un genre en émergence dans la littérature de jeunesse », L’aventure littéraire dans la littérature de jeunesse, Catherine Tauveron (dir.), Scérén, CRDP, Académie de Grenoble, 2002.

Catherine Tauveron, « Voyages transgressifs au-delà des frontières et autres métalepses dans la littérature de jeunesse », Repères 33, La fiction et son écriture, Sylvie Plane et Frédéric François (éd.), 2006.

Haut de page

Notes

1 Sophie Van der Linden, Lire l’album, L’atelier du poisson soluble, 2006, p. 67.

2 Ibid., p. 68.

3 Walter Benjamin, « Le conteur » in Expérience et pauvreté, Petite Bibliothèque Payot, 2011, p. 92.

4 Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009, p. 175.

5 Corentin, Papa n’a pas le temps, Rivages, 1986.

6 Ibid., p. 178.

7 Catherine Tauveron, « L’aventure littéraire, un genre en émergence dans la littérature de jeunesse », L’aventure littéraire dans la littérature de jeunesse, Catherine Tauveron (dir.), Scéren, CRDP, Grenoble, 2002, p. 87.

8 Catherine Tauveron, « Lecture d’une littérature qui met en scène la littérature au cycle 3 : le cas de la métafiction métaleptique », Colloque des Chercheurs en didactique, CDRom, 2006.

9 Yvanne Chenouf, Philippe Corentin, un auteur désespérément normal ? dans Revue des Livres pour enfants, n266, septembre 2012, p. 99.

10 Yvanne Chenouf analyse cette tentation de l’absurde dans un article intitulé « Philippe Corentin, un auteur renversant », consulté le 23.2.2013, http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/joie/statique/pages/13_documents/formation/2012/philippe_corentin.pdf.

11 Walter Benjamin, op. cit., p. 88.

12 Ibid., p. 70.

13 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999, p. 180.

14 Jouve Vincent, L’effet-personnage dans le roman, PUF, 1992, p. 80-81.

15 Ibid. p. 36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Lebrat, « Parole de l’imaginaire, imaginaire de la parole dans N’oublie pas de te laver les dents de Philippe Corentin », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://strenae.revues.org/982 ; DOI : 10.4000/strenae.982

Haut de page

Auteur

Isabelle Lebrat

Unistra, Université de Strasbourg

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org