Navigation – Plan du site
Fonds d’archives et collections

A comme Alphabet, B comme Bibliothèque, C comme Clément…

Histoire simplifiée du classement des livres imprimés pour enfants à la Bibliothèque nationale de France, 1675-1996.
Corinne Gibello-Bernette

Résumé

Dans cet article, Corinne Gibello-Bernette, conservateur au département littérature et art, travaillant au Centre national du livre pour la jeunesse – La Joie par les livres, présente en détail la classification Clément.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Walter Moers, trad. par François Mathieu et Dominique Taffin-Jouhaud, La cité des livres qui rêvent(...)
  • 2  Né à Toul en 1647, copiste au service de Colbert dès 1664 sous les ordres de Pierre de Carcavi, Ni (...)

1Rés. 4° li28 527, 4-R-427, V-15946, Rés. X-1857, X-4889, 8-YE PIECE-11293, Rés. p. Y2-263, Y2-26877, 16-Y2-9695, 4-Z-165… Après avoir bravé de nombreux dangers dans les entrailles de Bouquinbourg, le jeune dragon et poète Hildegunst Taillemythes se lancerait-il dans de nouvelles aventures ? Ces lettres et ces chiffres seraient-ils la marque d’un code secret depuis longtemps enfoui dans les tréfonds de la Bibliothèque, amenant quiconque le déchiffrerait à la découverte du livre pour enfants « parfait » ? Qu’il nous soit permis de rêver… Pour l’heure, laissons le créateur de ce sympathique dragon1 imaginer la suite de ses aventures et mettons nos pas dans ceux, moins romanesques mais tout aussi passionnants, d'un illustre inconnu pour le grand public, Nicolas Clément, commis à la garde des planches et estampes de la Bibliothèque royale en 1670, puis commis à la garde de la Bibliothèque royale de 1691 à 1712, ... et génial inventeur de cette cotation mystérieuse. De l'homme, nous ne savons que fort peu de choses et sa vie semble se dérober aux éventuels biographes. Nul portrait, seul un buste dans le hall d’accueil du quadrilatère Richelieu portant le nom de Nicolas Clément - sans que l’on sache réellement s’il s’agit bien de lui - évoque celui qui peut être considéré comme l’un des plus grands bibliothécaires de toute l’histoire de la Bibliothèque2. Un portrait en creux de l’homme transparaît toutefois dans l’œuvre du bibliothécaire et  le rédacteur de l’Encyclopédie s’est peut-être inspiré de ce fidèle serviteur du Roi pour rédiger sa définition du métier de bibliothécaire :

  • 3  Denis Diderot, [Jean Le Rond] d’Alembert (dir.), Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des science (...)

Celui qui est préposé à la garde, au soin, au bon ordre et à l’accroissement des livres d’une bibliothèque. Il y a peu de fonctions littéraires qui demandent autant de talens. Celle  de bibliothécaire d’une grande bibliothèque telle, par exemple celle du Roi, suppose la connaissance des langues anciennes & modernes, celle des livres, des éditions & de tout ce qui a rapport à l’histoire des Lettres, au commerce de la Librairie & à l’Art typographique3.

2Il est permis de penser que Nicolas Clément possédait une érudition et des aptitudes intellectuelles suffisamment solides pour lui permettre de concevoir et de mettre en place entre 1675 et 1697 un cadre de classement des livres complexe, reposant pourtant sur un principe simple : tout ouvrage imprimé entrant dans les collections royales doit pouvoir faire l’objet d’un classement méthodique, qui conditionne à la fois l’attribution d’une cote à chaque ouvrage, son rangement dans les magasins comme sa place dans les catalogues. L’entreprise est d’autant plus remarquable qu’elle va perdurer dans ses grandes lignes jusqu’à la fin du XXe siècle, en ayant fait l’objet il est vrai, de nombreux remaniements au cours des siècles. L’architecture de ce cadre de classement nous invite encore aujourd’hui à découvrir une aventure intellectuelle exceptionnelle, à la croisée de plusieurs champs du savoir. Elle pose notamment avec acuité la question de la connaissance du livre à l’usage des enfants et du livre pour les enfants, de la fin du XVIIe siècle à nos jours. Elle invite en particulier à s’interroger sur la présence de cette connaissance parmi les générations successives de bibliothécaires. « Livre pour enfants », « Livre de jeunesse », « littérature pour la jeunesse », « littérature de jeunesse », « livre pour l’enfance et la jeunesse », « enfantina », « juvenilia », tous ces vocables suggèrent un livre destiné par sa forme et son contenu à l’enfance. Qu’est-ce qu’un livre pour enfants ? À quoi le reconnaît-on ? S’il y a toujours eu des livres à l’usage des enfants dans les collections de la Bibliothèque, si deux des plus grands classiques de la littérature enfantine que sont les Histoires ou Contes du temps passé, avec des moralitez de Charles Perrault (1697) et la Suite du quatrième livre de « l’Odyssée » d’Homère ou les Avantures de Télémaque, fils d’Ulysse de Fénelon (1699) voient le jour dans la dernière décennie du XVIIe siècle, la littérature et l’édition pour la jeunesse, rappelons-le, ne se développent véritablement en France que pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, pour connaître leur plein épanouissement à partir du siècle suivant. Pour être dite de jeunesse, la littérature doit-elle être conçue par l’auteur comme telle, ou sa réception par les enfants suffit-elle à définir la littérature d’enfance? Au fil du temps, comment les bibliothécaires ont-ils réagi face au développement de ce secteur éditorial et littéraire s’adressant spécifiquement aux enfants ?

3Au moment où il met en place son système de classement, on peut sans hésiter avancer que Nicolas Clément ne s’est guère soucié du livre à l’usage des enfants, comme nous le verrons dans le corps de cet article. Il serait toutefois intéressant de se plonger dans les archives administratives de la Bibliothèque, en particulier dans la série cotée Ancien Régime (AR) pour savoir si les maîtres de la Librairie, gardes et autres commis à la garde de la Bibliothèque du Roi se sont penchés sur cette question et s’ils l’évoquent dans leurs différents mémoires et correspondances.

  • 4 Cette enquête a donné lieu à une restitution lors du colloque organisé à la Bibliothèque nationale (...)

4Un beau matin de mai 2005, une demande de Jean-François Foucaud, alors directeur du Département Littérature et art de la Bibliothèque nationale de France, fut le point de départ d’une réflexion qui est loin d’être achevée à ce jour. Dans le cadre d’une enquête sur les collections jeunesse en Ile-de-France auprès du plus grand nombre possible d’établissements susceptibles de posséder des livres ou des documents pour l’enfance ou la jeunesse4, il me demandait de lui fournir une estimation des collections de livres pour enfants conservées à la Bibliothèque nationale de France. Je crus tout d’abord à une plaisanterie mais cela n’en était pas une…

5Comment en effet fournir des chiffres pour des collections qui n’ont jamais été identifiées en tant que telles tout au long de l’histoire de la Bibliothèque ?

  • 5 Depuis le 5 février 2009, c'est désormais l'appellation de « catalogue général de la BNF », ou « BN (...)
  • 6 Paris, Imprimerie nationale, 1897-1981, 231 tomes en 232 volumes.
  • 7  Lors de la préparation de l’exposition « Babar, Harry Potter & Cie, livres d’enfants d’hier et d’a (...)

6Comment appréhender les notions déjà mentionnées de livre à l’usage des enfants et de livre pour les enfants à partir d’un cadre de classement élaboré au XVIIe siècle ? Comment de surcroît les appréhender alors que le livre destiné à être mis entre des mains enfantines n’a que très tardivement éveillé l’intérêt des chercheurs, des collectionneurs et des bibliothécaires et que les outils dont nous disposons actuellement sont insuffisants ? Comment repérer ces collections, actuellement dispersées dans l’ensemble des départements thématiques sur le site François-Mitterrand et dans les départements spécialisés sur le site  Richelieu-Louvois ? En ayant recours certes au Catalogue général de la BNF5 et à différents outils papier comme le Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale : auteurs6 qui offrent une visibilité sur les collections des magasins et du libre-accès. Mais cela ne suffit pas toujours, le signalement des documents étant parfois incomplet, voire lacunaire7. Gardons-nous toutefois de demander à un catalogue, fruit de nombreuses pratiques des siècles passés, l’exactitude bibliographique que nous concevons aujourd’hui, mais qui n’était pas forcément dans les préoccupations ou les usages de l’époque.

  • 8  Ne seront ici évoquées que les collections imprimées des différents départements thématiques du si (...)

7Pour tenter d’apporter quelques éléments de réponses à toutes ces questions, il n’est peut-être pas inutile de retracer à grands traits l’histoire de la Bibliothèque et de ses collections, jusqu’à l’entrée en scène de Nicolas Clément. Une fois les grandes lignes de son cadre de classement détaillées, il sera ensuite possible d’élaborer plusieurs pistes de recherches pour une meilleure connaissance de ce patrimoine imprimé que représente le livre pour enfants8.

De la Librairie royale à la Bibliothèque du roi9

  • 9  Le changement de nom semble s’opérer définitivement vers les années 1617-1618 : « C’est à cette ép (...)

8La Bibliothèque nationale de France est la gardienne de plusieurs siècles d’un patrimoine qui fut d’abord composé de manuscrits, auxquels vinrent s’ajouter au fil des ans tous les types de documents et de supports, au premier rang desquels les livres imprimés. Les origines de l’institution trouvent leur source dans la dynastie carolingienne. Pépin le Bref possédait quelques manuscrits, ainsi que Charlemagne qui crée une bibliothèque dans son palais d’Aix-la-Chapelle. Bibliothèque éphémère car à sa mort en 814,  ses collections sont dispersées. Il en sera de même jusqu’à Charles V (1364-1380), qui est le premier à rompre avec cette tradition.

  • 10 Posée sur un socle dans l’espace dit Pied-de-tour côté ouest, cette pierre provient des fouilles du (...)

9En 1367 ou 1368, les manuscrits du roi conservés dans les différentes résidences royales, dont le palais de la Cité, sont installés au Louvre, dans les trois derniers étages de la tour dite de la Fauconnerie. Plusieurs inventaires sont rédigés, qui font état de 917 manuscrits dans la librairie royale. Lorsque Charles VI (1380-1422) succède à son père, il est le premier roi de France à hériter de la bibliothèque de son prédécesseur. Dans les désordres provoqués par la Guerre de Cent Ans, le duc de Bedford, régent de France et grand collectionneur, achète la collection royale en 1424 et la fait transférer en Angleterre, où elle sera dispersée après sa mort en 1435. De la célèbre Librairie royale, à l’exception de quelques manuscrits qui réintégreront les collections royales françaises par acquisitions, il ne reste aujourd’hui qu’une pierre s’offrant discrètement aux regards des lecteurs et du personnel10.

  • 11  Ursula Baurmeister, Marie-Pierre Laffitte, « De l’unité au partage » in Bruno BLASSELLE, Laurent P (...)
  • 12  De 1522 à 1684, la Bibliothèque a été dirigée par un maître de la Librairie, auquel a été adjoint (...)

10C’est à Louis XI (1461-1483) que revient le privilège symbolique d’être le roi fondateur de la Bibliothèque nationale de France. A partir de son règne, les collections royales vont être transmises en l’état de père en fils ou d’une branche dynastique à une autre, sans interruption. La notion de bibliothèque du roi apparaît au tout début du XVIe siècle lorsque le duc Louis II d’Orléans, devenu roi de France sous le nom de Louis XII (1498-1515), réunit au château de Blois les livres qu’il a hérités de ses parents et ceux de son prédécesseur Charles VIII11, conservés au château d’Amboise. C’est dans une autre résidence royale, à Fontainebleau, que François Ier (1515-1547) crée vers 1522 à la fois une nouvelle Librairie et la charge de maître de la Librairie12, qu’il confie à l’humaniste Guillaume Budé. La Librairie de Blois rejoindra Fontainebleau en 1544. Transférées à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle (probablement entre 1567 et 1574) sans que l’on puisse savoir le lieu précis (peut-être au Quartier latin), les collections royales traversent, non sans dommages, les guerres de religion. De 1594 à 1666, la Bibliothèque est installée successivement au collège de Clermont, au couvent des Cordeliers, dans une maison rue de la Harpe et enfin dans deux maisons  rue de Vivienne, par ordre de Colbert. La Bibliothèque installe ses quartiers dans l’actuel quadrilatère Richelieu et n’en bougera plus avant la fin du XXe siècle. Il aura fallu plusieurs siècles pour qu’elle cesse ses pérégrinations et pour qu’elle change de statut. On passe ainsi d’une librairie appartenant à la sphère privée, manuscrits à l’usage du souverain et de son entourage familier, à une sphère publique, où les collections sont mises à la disposition des savants, des « chercheurs » dirait-on aujourd’hui. Le changement s’opère dans les premières décennies du XVIe siècle. À partir de Louis XII, les souverains vont d’une part, mener une politique d’enrichissement de leurs collections, par des achats certes, en suscitant des dons de la part de collectionneurs privés, mais aussi par des confiscations ou autres prises de guerre lors des campagnes italiennes notamment. D’autre part, la naissance entre 1480 et 1500 et le développement de l’imprimerie, ainsi que l’essor de la pensée humaniste vont avoir deux conséquences sur l’histoire de la Bibliothèque. Protecteur des lettres et des arts, ami des humanistes, François Ier  offre un nouvel écrin à ses collections par la création d’une nouvelle Librairie à Fontainebleau, comme nous l’avons vu ci-dessus.  Mais surtout, par l’ordonnance de Montpellier du 28 décembre 1537, le roi crée une obligation promise à une longue fortune : le dépôt légal, en enjoignant aux imprimeurs et libraires de déposer dans sa librairie tout livre imprimé mis en vente dans le royaume :

  • 13 Département des Manuscrits, manuscrit fr. 22076, folio 1 et suivants ; Archives nationales, Y 9, fo (...)

François, par la grâce de Dieu roy de France, à tous ceux qui ces présentes lettres verront, salut. […] nous avons délibéré de faire retirer, mettre et assembler en notre librairie toutes les œuvres dignes d’être vues qui ont été ou qui seront faites, compilées, amplifiées, corrigées et amendées de notre tems pour avoir recours auxdits livres, si de fortune ils étoient cy après perdus de la mémoire des hommes, ou aucunement immués, ou variés de leur vraye et première publication […]13.

  • 14 Ibid.

Pour les livres imprimés en France et vendus à l’étranger, comme pour les livres imprimés à l’étranger et diffusés en France, […] Semblablement voulons, ordonnons et nous plait que nul des dits libraires ou imprimeurs de ce  royaume ou d’ailleurs ne puisse doresnavant  vendre aucuns livres imprimés hors de notre dit royaume, de quelque qualité ou discipline qu’il soit, que premièrement il n’en baille la communication à iceluy garde de notre dite librairie, ou à son commis […] pour sçavoir s’il sera tolérable d’estre vu, afin d’obvier aux méchantes œuvres et erreurs qui se sont par ci devant imprimées ès pays étrangers et apportées de par deça, et si les dits livres sont trouvées dignes d’estre mis en notre dite librairie et publiés par nostre dit royaume des dits vendeurs d’iceux seront tenus de prendre certification de notre garde ou de son commis qui, si bon lui semble, en achetera pour nous aux prix des autres […].14

  • 15  Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, coll. « Histoire des i (...)

11Cette ordonnance mériterait un commentaire approfondi tant elle constitue une date fondamentale pour la Bibliothèque. Simone Balayé relève avec pertinence l’expression « notre librairie ». Puisqu’un texte légal l’habilite à recevoir le dépôt des livres, la Librairie de Blois devient-elle une institution ? Amorce-t-elle un virage en ce sens ? Une prise de conscience de la part du roi qu’il fallait recueillir, un demi-siècle après les débuts de l’imprimerie, au moins les livres importants pour l’étude et une meilleure connaissance des savoirs ? Une prise de conscience par conséquent de l’enjeu que cela pouvait représenter ?15 Oui dans son principe, non dans la réalité, car l’ordonnance fut fort peu appliquée, faute de moyens matériels et humains, malgré de fréquentes mesures légales qui vont se succéder sans grand succès entre 1537 et 1664.

  • 16  « Les ennemis des livres sont bien connus. Nombreux, dangereux, difficiles à éliminer complètement (...)

12De même, la Librairie, par ce dépôt de livres rendu obligatoire, devient de facto un lieu de conservation. La collecte des documents étant érigée en principe régalien, progressivement vont commencer à se poser les questions du rangement physique de ces documents (doit-on ranger les imprimés avec les manuscrits, séparément, à plat, à la verticale, par formats, etc.), de leur classement intellectuel et de leur mise à la disposition des savants, des collectionneurs et autres « curieux » autorisés à fréquenter la Librairie. Et d’une manière plus générale, de la conservation de tous ces trésors qui craignent tout particulièrement le feu, l’eau, les insectes, les champignons et les manipulations indélicates.16

13Un tournant décisif est pris en 1664 avec la nomination de Colbert comme surintendant des Bâtiments du roi. Il obtient de Louis XIV la gestion de la Bibliothèque, rattachée désormais à son ministère.

  • 17 Denis Diderot, [Jean Le Rond] d’Alembert (dir.), op. cit. , p. 238.

A un zele également vif pour le progrès des Sciences & pour la gloire de son maître, M. Colbert joignoit une passion extraordinaire pour les livres17.

  • 18  Chiffres avancés par Bruno Blasselle, « Le chemin parcouru » in Bruno BLASSELLE, Laurent PORTES (d (...)
  • 19 Pour une histoire approfondie de l’établissement, et notamment pour son évolution aux XIXe et XXe s (...)

14Sous son autorité, la Bibliothèque connaît son véritable essor – tous documents confondus, on passe de 35000 documents en 1684 à 43000 en 169718 – et devient un attribut de la puissance royale19.

  • 20  Georges Perec, « Notes brèves sur l'art et la manière de ranger ses livres », in : Penser, classer(...)

15Toute bibliothèque répond à un double besoin, qui est souvent aussi une double manie : celle de conserver certaines choses (des livres) et celle de les ranger selon certaines matières.20

  • 21  Le chiffre de 744 imprimés, bien en dessous de la réalité semble-t-il, est avancé prudemment par U (...)
  • 22  Françoise Létoublon, Jean Sgard, « Le catalogue comme représentation de la bibliothèque - de l’ord (...)
  • 23 Bruno Blasselle, « Classement des savoirs et classement des livres de la Bibliothèque nationale de (...)
  • 24  Laurent Portes, « L’ordre des livres selon Nicolas Clément », in Bruno BLASSELLE, Laurent PORTES ( (...)

16L’imprimé fait donc une percée timide dans les collections royales, malgré l’édit de 1537. Dans les catalogues que dressent successivement Nicolas Rigault en 162221, puis les frères Dupuy en 1645, manuscrits et imprimés sont pour la première fois séparés dans les registres et sur les rayonnages. L’histoire des imprimés, et surtout l’histoire des catalogues des livres imprimés, peut commencer. En léguant au roi leur propre bibliothèque pour éviter qu’elle ne soit dispersée à leur mort, les frères Dupuy font entrer 9223 imprimés dans les collections royales en 1656 après le décès de Jacques, dernier frère survivant. Face à l’accroissement des collections suite à ce don généreux, conjugué à un dépôt légal plus rigoureusement appliqué, la nécessité d’un nouveau catalogue se fait jour. Certes, mais sous quelle forme ? Établir un  catalogue revient à poser le problème d’un ordre22 : quelle  classification des savoirs et des connaissances le bibliothécaire doit-il adopter ? Comment élaborer un classement systématique qui se propose de rendre visible l'état du savoir, mais qui se heurte sans cesse au déferlement de nouveaux savoirs dont l'incontrôlable multiplicité met en péril à tout moment l'unité même23 ? À cette première contrainte s'en ajoute une seconde, car à l'ordre intellectuel doit également correspondre un ordre de rangement dans les magasins permettant de retrouver l’ouvrage facilement. Par nature, ces deux contraintes remettent en cause un cadre de classement, aussi élaboré soit-il. Ainsi, les remaniements ultérieurs effectués par les successeurs de Clément sont-ils révélateurs d’une évolution des esprits24, accordant tantôt la prééminence à l’ordre intellectuel, tantôt à l’ordre du rangement.

  • 25 Archives BnF, HEM. 8-14 et HEM. 15-20
  • 26 Archives BnF, HEM. 24-38 et HEM. 39-83. Contrairement à la première version qui est de la main de C (...)

17Lorsque Nicolas Clément se voit confier la rédaction d'un nouveau catalogue en 1675, l’ouvrage de référence en matière de classement des livres est alors l'Advis pour dresser une bibliothèque de Gabriel Naudé, publié à Paris en 1627. La classification de Naudé repose sur cinq grandes catégories : théologie, droit, histoire, sciences, belles-lettres. Clément s'en inspire lors de la rédaction successive des deux versions du catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque du roi. La première version du Catalogus librorum impressorum Bibliothecae regiae comprend sept volumes manuscrits, rédigés entre 1675 et 1684, ainsi que six volumes de tables par ordre alphabétique d’auteurs25, répertoriant 35 000 volumes. Mécontent semble-t-il de son travail, Clément remanie son cadre de classement et commence une nouvelle version dès 1684, achevée en 169726. À cette date, 43000 volumes figurent au catalogue.

  • 27  Concernant l’histoire des catalogues de Clément, leur cadre de classement et les différentes analy (...)

18Sur quoi repose la structure du cadre de classement de Nicolas Clément ? Il reprend à son compte les cinq grandes catégories définies par Gabriel Naudé : Théologie, (lettres A à D), Droit (lettres E et F), Histoire (lettres G à Q), Sciences et Arts (lettres R à V), Littérature (lettres X à Z), chaque lettre recouvrant un domaine propre, pour arriver à un total de 23 divisions systématiques. Les divisions sont représentées par les lettres de l’alphabet latin - ce qui explique qu’il n’y ait pas de distinction entre les lettres i et j, ni entre u et v -, chacune étant subdivisée en sections par format (folio, quarto, octavo)  puis par sujet, chaque volume étant affecté d’un numéro. Des numéros ont été laissés vacants pour les intercalations futures. Le « lettrage », c'est-à-dire l’utilisation d’une lettre de l’alphabet pour désigner un domaine géographique ou thématique, constitue l'ossature sur laquelle s’appuie Clément pour établir son cadre de classement27 (voir annexes 1 et 2).

19Le classement des livres est souvent considéré comme le reflet des savoirs et des opinions d'une époque donnée. L’interprétation qu’en a fait Clément, leur hiérarchisation, peuvent nous sembler aujourd'hui quelque peu déroutantes. Or si l’on se penche sur le contexte intellectuel et politique qui entoure Clément au moment où il rédige ses deux catalogues, les choses s’éclairent d’elles-mêmes. Quelle est en effet la grande affaire qui agite la Cour, les milieux littéraires et mondains en cette fin du XVIIe siècle ? La Querelle des Anciens et des Modernes, dont on retrouve un écho jusque dans l’élaboration du présent cadre de classement.

  • 28  Lors de mon entrée à la BNF en 1991, j’ai eu la très grande chance de suivre une formation sur le (...)

20Il s'agit en particulier de répondre à la question suivante : la civilisation française est-elle l'héritière des civilisations antiques ou la première parmi les autres civilisations ? Clément semble tout d’abord hésiter quant à la réponse à donner. Dans la première version, la lettre L est attribuée à l’Histoire du monde germanique, la lettre M à l’Histoire de France. Changement d’orientation dans la seconde version où la lettre L correspondant à l'Histoire de France devient la lettre charnière dans le déroulé alphabétique. La prépondérance de la France transparaît cette fois dans le classement du bibliothécaire : L comme la première lettre du roi Louis XIV ; L juste après l'Histoire ancienne et de la Méditerranée (lettre I) et l'Histoire d'Italie (lettre K) ; L précédant la lettre M, désignant désormais le monde germanique. La France est donc présentée comme la première nation européenne, héritière de Rome et des civilisations antiques28. En 1697, Nicolas Clément a donc choisi son camp…

  • 29  Daniel Renoult, « Classer, communiquer, conserver », in Daniel RENOULT, Jacqueline MELET-SANSON (d (...)

21Le traitement de chacune des divisions évolua au cours des siècles, pour une partie selon un ordre méthodique, par exemple les séries consacrées à l'Histoire, pour l'autre, selon l’ordre d'entrée. Mais c’est incontestablement l’entrée en masse des confiscations révolutionnaires qui va bouleverser l’ordonnancement, l’équilibre du cadre originel de Clément et qui va rendre complexe son évolution. On estime peu ou prou à 250 000 le nombre d’ouvrages imprimés qui ont intégré les collections à cette période cruciale de l’histoire de la Bibliothèque. Au cours du XIXe siècle, face à cette disproportion entre la masse des documents à traiter et les moyens humains et matériels affectés à cette tâche, il fallut faire des choix et établir des priorités. À partir des années 1875, sous l’impulsion de Léopold Delisle, tout en développant plusieurs sections à l’intérieur d’une division pour faire face à une diversification des savoirs, la priorité va être accordée au rangement en magasins. La cote des ouvrages est alors déterminée par son format, suivi de l’indication de sa division et d’un numéro d’entrée29. Le projet initial qui sous-tendait l’œuvre de Nicolas Clément, à savoir la parfaite concordance entre ordre intellectuel, ordre de rangement et attribution d’une cote, n’est plus qu’une belle utopie !

  • 30  Eugène Gabriel Ledos, Histoire des catalogues des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, Pa (...)

22Toutefois, comme le souligne E.G. Ledos, il faut louer Clément d’avoir par son exemple suggéré à ses successeurs la pensée que des cadres méthodiques ne sauraient être intangibles, le mouvement des idées et la marche de la science, d’une part, et de l’autre, l’accroissement de la production livresque appelant des modifications successives. Le tort, mais il n’était guère évitable à l’époque, a été d’imposer le classement méthodique à la disposition des livres sur les rayons, ce qui entraîne des bouleversements périodiques.30

  • 31  Pour les nouvelles cotations mises en place à partir de 1997, voir Daniel Renoult, op. cit., pp. 1 (...)

23Le système de classement des imprimés a fait l’objet de nombreuses modifications entre 1875 et 1996, sur lesquelles je ne m’attarderai pas présentement. Notons toutefois qu’en 199731, au moment où le cadre de classement que l’on désigne volontiers en interne sous le vocable de « cotation Clément » ou « la Clément » cesse d’être utilisé, on dénombre 31 divisions systématiques, soit 8 divisions supplémentaires par rapport au projet initial de Clément (voir annexe n°3).

24L’idée de base de Clément et de ses successeurs immédiats était de parvenir pour chaque division à un catalogue méthodique qui soit imprimé. Ce travail de longue haleine a été mené à bien au cours du XIXe siècle, pour huit lettrages uniquement : L, N, O, O2, O3, P, P2 et T32, qui ont fait l’objet d’un classement méthodique beaucoup plus poussé33. A l’intérieur de chaque série, désignée dans la cote par une lettre majuscule, on a introduit des sous-séries, désignées par des lettres minuscules et subdivisées elles-mêmes dans l’L et le T en sections, désignées par des chiffres placés en exposant.

25À titre d’exemple, les Lettres d’une grand-mère. La Ctesse de Ségur à son petit-fils Jacques de Pitray, Paris, H. Oudin, 1898, portent la cote 8-Ln27-45530. Cette cote s’interprète de la façon suivante : 8 format octavo, L Histoire de France, n Biographies, 27 Individuelles, 45530, n° d’ordre du volume.

26Autre exemple, l’album de Louis-Maurice Boutet de Monvel, Jeanne d’Arc, E. Plon, Nourry et Cie, (1896) est coté Fol-Lb26-528 et se décompose comme suit : Fol format folio, Lb : Histoire par règnes ou régimes, 26, règne de Charles VII, 528, n° d’ordre du vol.

27On pourrait multiplier à l’infini les exemples avec la seule division de l’Histoire de France, qui présente un aspect ludique et instructif que n’aurait pas renié un John Locke ou un Paul Faucher ! (voir annexe n° 4)

28On peut s’interroger sur la place que Nicolas Clément a réservée au domaine littéraire, correspondant aux trois dernières lettres de l’alphabet (X à Z). Si les lettres X (Linguistique et rhétorique, regroupant les grammaires, dictionnaires, méthodes de langues et textes des grands orateurs) et Z (Polygraphie et mélanges, c’est-à-dire les ouvrages ou publications en série appartenant à plusieurs genres littéraires qui ne permettent pas un lettrage plus précis [sic !] comme les œuvres complètes d’un auteur à la fois poète et romancier, encyclopédies, histoire de la littérature, ouvrages et périodiques de culture générale, etc.) sont sans réelle surprise, en revanche, la lettre Y « Poésie et théâtre » retient notre attention car il manque un absent de taille : le roman. Comme genre littéraire, ce dernier ne fait l’objet d’aucune division dans les deux versions de la main de Clément. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de romans dans les collections royales mais que ceux-ci doivent être recherchés dans les autres divisions, par nom d’auteur. Il faut attendre les premières modifications du cadre de classement en 1730 et la création de la cote Y2 (Romans et études sur les romans) pour voir apparaître une rubrique spécifique aux romans. Indifférence, négligence, manque de curiosité intellectuelle de la part du bibliothécaire du Roi face à ce genre littéraire ? Peut-être, mais ne le jugeons pas à l’aune de notre sensibilité contemporaine et souvenons-nous qu’en disciple fidèle de Gabriel Naudé, ce sont la Théologie, le Droit, l’Histoire que Nicolas Clément met en valeur dans son cadre de classement et qui apparaissent comme les disciplines « phares » de la Bibliothèque, au détriment effectivement de la Philosophie, des Sciences ou encore de la Littérature.

  • 34  Cette édition fera l’objet d’une acquisition au cours du XIXe siècle et est actuellement conservée (...)
  • 35  Laurent Portes, Op. cit., p. 77. Dans son Dictionnaire universel, Antoine Furetière donne la défin (...)

29Les péripéties éditoriales du manuscrit des Aventures de Télémaque de Fénelon, publié à l’insu de son auteur par la veuve Barbin en 1699 sous le titre Suite du quatrième livre de l’Odyssée d’Homère ou les Avantures de Télémaque, fils d’Ulysse offrent un exemple intéressant de cette indifférence apparente pour le genre littéraire tout en étant en même temps révélatrices de la place du livre interdit à la Bibliothèque. L’édition originale du texte de Fénelon, dont l’impression est arrêtée à la page 208 sur ordre du roi, n’entre pas par le biais du dépôt légal dans les collections royales au moment de sa publication34. L’ordre royal sera sans effet, les quatre chapitres manquants étant imprimés clandestinement dès 1699 et l’ouvrage diffusé sous le manteau, sans nom d’auteur ni adresse avec la fortune éditoriale que nous lui connaissons. Le pouvoir royal ayant vu dans Télémaque une critique à son égard, c’est donc une raison politique qui justifie l’interdiction du livre. Les éditions originales de livres politiques prohibés sont légion dans les collections de la Bibliothèque. Par conséquent, pour quelles raisons l’édition de la veuve Barbin n’était-elle pas entrée dans les collections dès 1699 ? Le premier exemplaire entré par dépôt légal semble être en effet une édition de 1701, publiée à La Haye par A. Moetjens. Est-ce à dire que même en ce qui concerne les livres interdits, il y aurait eu une hiérarchisation dans l’intérêt qu’ils pouvaient susciter, les livres remettant en cause par exemple la politique de M. de Colbert étant jugés plus sulfureux que les écrits de l’archevêque de Cambrai ? Peut-être tout simplement suffisait-il […] au zèle des bibliothécaires de disposer du texte de cet interdit fameux [dans d’autres éditions], et que ceux-ci se dispensaient de réunir l’exhaustivité des éditions, à plus forte raison quand il s’agissait d’un roman, qui, comme tous ses pareils, semble pâtir d’un préjugé défavorable […]35.

Une enfance dispersée…

30Si le cadre de classement élaboré par Nicolas Clément offre de nombreux atouts pour la recherche, en particulier la cohésion d’un fonds dans un domaine spécifique, il faut bien reconnaître qu’il ne facilite guère la tâche à celui dont l’intérêt se porte sur les livres à l’usage de ou pour les enfants. Il n’existe pas de séries ou de sous séries, encore moins de division spécifique concernant ce domaine. Les professionnels des bibliothèques, les chercheurs, les collectionneurs, toute personne désireuse de découvrir l’univers foisonnant du livre pour la jeunesse dans les différentes collections patrimoniales de la Bibliothèque, devraient se souvenir de la règle dite des 3 « P » avant de se lancer dans une nouvelle recherche : patience, perspicacité et persévérance…

  • 36  Thèse pour le doctorat ès lettres de l'Université de Montpellier, publiée par les Presses universi (...)
  • 37  Exposition des bibliothèques de la Ville de Paris présentée à la bibliothèque Forney (10 septembre (...)

31Pour quelles raisons ? Bien souvent, les recherches sont freinées par la non-connaissance ou la méconnaissance des collections de la Bibliothèque, plus exactement de l’histoire de la constitution de ces collections et de leur classement. Comme nous l’avons vu ci-dessus, le classement élaboré par Nicolas Clément obéit à une logique intellectuelle du XVIIe siècle, logique qui a perduré au travers des siècles. Le principe de ne jamais effacer ou détruire ce qui a été fait par les générations précédentes, conjugué à l’exceptionnelle longévité du cadre de Clément et aux nombreuses strates successives le modifiant pour mieux l’adapter aux exigences du moment, peuvent rendre la compréhension de la logique d’ensemble difficile pour le néophyte, qu’il soit bibliothécaire ou chercheur. Le repérage d’une collection pour les enfants (par exemples, les séries d’abécédaires, les albums), d’un type particulier d’ouvrages (les livres animés, les livres à compter) ou d’une thématique (la chevalerie dans la littérature pour la jeunesse) relève souvent du parcours du combattant, sentiment qui peut être renforcé par un manque d’outils bibliographiques spécifiques signalant, inventoriant et rendant accessibles toutes ces collections. Il est vrai aussi que la reconnaissance de cette composante essentielle du patrimoine imprimé qu’est le livre pour enfants ne s’amorce que tardivement, au XXe siècle. Il n’est devenu un objet de recherche universitaire qu’à partir des années 1920, avec la thèse soutenue en 1923 par Marie-Thérèse Latzarus, portant sur La littérature enfantine en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, étude précédée d'un rapide aperçu des lectures des enfants en France avant 186036 ; un objet tardivement exposé : « Livre, mon ami : lectures enfantines, 1914-195437 » en 1991, « Contes de fées » en 2001 et « Babar, Harry Potter & Cie, livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui » en 2008-2009 à la BNF ; un objet enfin fêté : 150 ans de la « Bibliothèque rose » et 75 ans de Babar en 2006, 80 ans de Mickey en 2008. Si l’on excepte la Bibliothèque de l’Heure joyeuse qui, dès sa création en 1924, a œuvré à la fois pour mettre entre les mains des enfants le meilleur de la production éditoriale française et étrangère, tout en constituant parallèlement une collection à vocation patrimoniale, il faut bien reconnaître que le livre pour enfants dans sa dimension patrimoniale est longtemps demeuré hors du champ d’intérêt des bibliothécaires, et notamment ceux de la Bibliothèque nationale de France jusqu’à une date récente.

32Si nous balayons rapidement les séries de Nicolas Clément, qu’observons-nous ? Excepté peut-être dans les séries très spécifiques que sont la liturgie (lettre B), les Pères de l’Église (lettre C), le droit canonique (lettre E), le droit de la nature et des gens (lettre *E) et la jurisprudence (lettre F), nombreux sont les livres à l’usage et pour les enfants dans toutes les autres séries (voir annexe n° 3).

33Plusieurs séries retiennent plus particulièrement notre attention :

34Les bibles, les livres de prières, les catéchismes pour les enfants sont classés en Écriture sainte (lettre A), Théologie catholique (lettre D) et Théologie non catholique (lettre D2). Parmi les œuvres que l’on peut trouver dans ces lettrages, on notera un Catéchisme, ou Instruction chrétienne à l'usage des sourds-muets, par Roch-Ambroise Cucurron Sicard, publié à Paris, Institution nationale des sourds-muets en 1792 (D- 66722), plusieurs titres de la Comtesse de Ségur comme Les Actes des apôtres, ouvrage... faisant suite à l'Évangile d'une grand'mère, Paris, Hachette, 1867 (A-13629), une Bible d'une grand'mère, Hachette,1869 (A-14093), ou encore Sur les genoux de maman. Le Catéchisme de bébé par Marie Compaing de La Tour Girard, Paris, Éditions Spes, 1936 (D-94087). La production éditoriale répertoriée au sein de ces trois divisions mériterait des recherches approfondies car elle est révélatrice, entre autres choses, de la place accordée à l’éducation religieuse des enfants et des enjeux qui en découlent, qu’ils soient religieux, éducatifs, culturels ou encore politiques.

35Pour rappel, la série L consacrée à l’Histoire de France renferme quant à elle les ouvrages d’histoire destinés à la jeunesse, notamment les grands albums historiques des années 1896-1921 illustrés par Job, Maurice Leloir, Vogel, Robida.

  • 38  RES P R-984 (1-12).Jusqu’en 2003, les indications de format pour les documents conservés à la Rése (...)

36Livre pour enfants et pédagogie étant étroitement liés, la série regroupant les Sciences philosophiques, morales et physiques (lettre R) est riche en traités d’éducation, manuels scolaires et périodiques pour la jeunesse comme le Magasin d’éducation et de récréation (4-R-24) ou encore L’Ami des enfans de Berquin dont l’édition originale reliée aux armes de Marie-Antoinette est conservée à la Réserve des livres rares38.

37Il est à noter qu’en ce qui concerne la géographie, les récits de voyages « intéressans pour l’instruction et l’amusement de la jeunesse » et les abrégés de l’histoire d’un pays ou d’un continent ont été le plus souvent classés avec la Géographie et l’histoire générale (lettre G) et non avec les collections de manuels.

38La sous-série Q10 regroupant les catalogues d’éditeurs et de libraires collectés depuis le XVIe siècle, toutes disciplines confondues, fait partie de la série ayant trait à la Bibliographie (lettre Q). On peut donc trouver dans ce fonds très riche, par exemple, les catalogues d’étrennes de l’éditeur Pierre-Jules Hetzel, les catalogues de distribution de prix de Hachette et pour la période contemporaine, par exemple, les catalogues de la maison d’édition « Les doigts qui rêvent », dont les albums, les jeux et les livres tactiles sont destinés à un public d’enfants aveugles ou mal-voyants.

  • 39  Ces collections d’abécédaires ont été étudiées et mises en valeur par Ségolène Le Men dans son ouv (...)

39Les nombreuses éditions de l’Orbis sensualium pictus de Comenius dont l’édition originale publiée à Nuremberg par Michael Endter en 1658 (RES-X-1857), l’Alphabet de la grande guerre d’André Hellé, Paris, Nancy, Berger-Levrault, [1916] (FOL-X-174), sans oublier une très belle collection d’abécédaires français et étrangers, et plus particulièrement d’abécédaires illustrés du XIXe siècle sous la cote X-1967539, sont quelques exemples pris parmi tant d’autres dans la série consacrée à la linguistique et à la rhétorique (lettre X).

40La série Y et ses subdivisions (voir annexe n° 5) renferment les recueils de poésie, fables et pièces de théâtre comme Les Fables et la vie d'Ésope,... mises en rime françoise, enrichies de leurs portraicts et figures en faveur et utilité de la jeunesse, d’Esope, Rouen, M. et H. Mallard, 1587 (RES YB-1005), Mother Goose of ’93, recueil de « nursery rhymes » illustré photographiquement par Mrs N. Gray Bartlett et publié à Boston en 1893 (RES M- YK- 108), François le Bossu, comédie en 4 actes, par Paul de Pitray d'après le roman de la Comtesse de Ségur, Paris, A. Lesot, (1934) (8-YTH-40454) ou encore les 30 chantefables pour les enfants sages de Robert Desnos, publiées avec les illustrations d’Olga Kowalevsky chez Gründ en 1945 (8-YE PIECE-11293).

41Les séries Y2 et Z regroupent principalement les oeuvres de fiction. Contes, historiettes, albums, romans, périodiques (Saint-Nicolas, La Semaine des enfants, etc.) témoignent de la richesse du livre adapté aux différents âges de l’enfant. Les classiques, tel L’Île au trésor traduit en français par André Laurie pour la Bibliothèque d’éducation et de récréation d’Hetzel en 1885 (8-Y2-8524), côtoient des succès de librairie aujourd’hui oubliés, à l’image des Trappeurs de l'Arkansas, de Gustave Aimard, Paris, Petitmarteau-Chaix, coll. « Les beaux albums ; 4 », 1956 (4-Y2-8860 (2). Les nombreuses traductions témoignent de l’universalité de certaines oeuvres tandis que les multiples adaptations (Robinson Crusoé, Gulliver), pouvant aller jusqu’à une réécriture complète du texte d’origine, sont comme des passerelles entre littérature pour adulte et littérature pour enfant.

42Notons enfin que parmi les bibliothèques d’écrivains reçues en don ou en dépôt, celle de Maurice et Philippe Barrès (Z-Barrès) comprend des livres d’étrennes offerts à Philippe, et celle d’André Maurois (Z-Maurois) renferme un exemplaire en cartonnage d’éditeur avec ex-libris de l’auteur du célèbre Patapoufs et Filifers, illustré par Vercors, Paris, P. Hartmann, 1930 (FOL-Z MAUROIS-21).

43Ce sont là quelques-uns des traits et des exemples qui signalent toute la richesse des collections dispersées dans les divisions du cadre de classement de Nicolas Clément. Mais cet éclatement est en très grande partie compensé aujourd’hui par l’existence du Catalogue général informatisé, qui permet de combiner différents critères de recherches.

  • 40  Sur le sujet, voir l’ouvrage d’Isabelle Olivero, L'invention de la collection : de la diffusion de (...)

44Il est un terme que j’ai souvent employé dans les lignes ci-dessus, celui de « collection ». Or ce terme ne recouvre pas nécessairement le même sens selon sa définition bibliothéconomique  ou sa définition éditoriale. D’un point de vue bibliothéconomique, la collection peut s’envisager comme un ensemble de documents rassemblés au sein de la Bibliothèque, selon des critères de contenu et/ou de supports, ensemble qui s’accroît régulièrement comme déjà évoqué par le dépôt légal, les acquisitions, etc. et qui est mis à la disposition des lecteurs. D’un point de vue éditorial, la collection, dite aussi « bibliothèque », se définit progressivement comme une série de volumes reconnaissables par leur format, leur présentation et un même prix de vente, ciblant un lectorat particulier. Les enfants sont par définition des êtres en continuelle transformation. Les éditeurs l’ont très tôt à l’esprit et ne manquent pas de décliner leurs collections selon les différents âges et la distinction fille / garçon dès le début du XIXe siècle40. Comment les successeurs de Nicolas Clément ont-ils intégré ces « bibliothèques » sans murs (et sans bibliothécaires !) dans une Bibliothèque avec murs ?

45Un premier sondage sur quelques-unes des collections emblématiques des XIXe et XXe siècles permet toutefois de dégager quelques pistes intéressantes, sondage qui demanderait à être complété par des recherches approfondies.

46En 1836, Alfred Mame lance la « Bibliothèque de la Jeunesse chrétienne », collection qui va parcourir tout le XIXe siècle et qui rassemble un ensemble de textes disparates, mêlant histoires édifiantes, classiques de la littérature, récits de voyages, vies d’hommes célèbres et vulgarisation scientifique. Les auteurs à son catalogue sont soit des auteurs reconnus comme Bossuet, Buffon, Schmid, Wyss ou moins connus comme Just-Jean-Étienne Roy, Jean Grange, Charles Guénot, François Valentin, etc. Passés à la moulinette du cadre de classement de Nicolas Clément, tous les titres de cette collection sont répartis dans plusieurs divisions et subdivisions. C’est le contenu de l’ouvrage qui prime, non son appartenance à l’entreprise éditoriale voulue par Mame. En faisant une recherche dans le Catalogue général informatisé par le nom de la collection, 132 notices sont référencées, pour la période comprise entre 1836 et 1898. On retrouve une majorité de titres dans les séries R et Y2, avec quelques petites pépites comme cette Histoire de la conquête et de l'occupation de Constantinople par les Latins, par M. Baptistin Poujoulat, 1860, cotée J-20797,  L'Afrique inconnue : récits et aventures des voyageurs modernes au Soudan oriental, par Philippe-Louis Gilbert, 1863, cotée 8-O3-194 (BIS) ou encore Les jeunes converties, ou Mémoires des trois soeurs Debbie, Helen et Anna Barlow, traduit de l'anglais, 1872, portant la cote 8-NX-1206 [la lettre N désigne l’histoire de la Grande-Bretagne et de l’Irlande, la subdivision X, les biographies].

  • 41  En 1964, pour faire face aux accroissements dans les magasins du quadrilatère Richelieu, il fut dé (...)

47À l’image de ce qui se passe pour la « Bibliothèque de la Jeunesse chrétienne », la célèbre collection de Louis Hachette, la « Bibliothèque rose illustrée », voit ses titres éclatés dans plusieurs lettrages entre 1856 et 1958. Un feuilletage des notices du Catalogue général permet de s’en rendre compte aisément. Toutefois, son exceptionnelle longévité permet de discerner une évolution dans les pratiques des bibliothécaires. À partir de 1958, date à laquelle la collection prend le nom de « Nouvelle bibliothèque rose », puis en 1971, celui de « Bibliothèque rose », la collection est conservée sur les rayonnages dans son entité éditoriale. La « Nouvelle bibliothèque rose » se voit attribuer la cote EL 8-Y-53 et la « Bibliothèque rose », la cote EL 8-Y-399341, chaque volume correspondant à une sous-cote. Dans la mesure du possible, le numéro déterminé par l’éditeur au sein de la collection correspond à la sous-cote attribuée par le bibliothécaire. Le projet éditorial est ici respecté, moins pour des raisons de contenu que des raisons avant tout pragmatiques. Tout au long de son histoire, la Bibliothèque ne cesse de se heurter à des problèmes de place dans ses magasins du fait de ses accroissements. Cela devient donc une nécessité de gérer une collection conçue comme un ensemble éditorial cohérent d’un point de vue physique (même format, même uniformité des volumes) plutôt que de la disperser en plusieurs endroits selon le contenu intellectuel de chacun des volumes. Les mouvements de collections dans les magasins afin d’optimiser le rangement, les éventuelles interventions de conservation, de conditionnement (mises sous pochette, en boîte) ou encore de numérisation des ouvrages s’en trouvent facilités. C’est donc une logique matérielle (gestion des mètres linéaires dans un magasin et conservation) qui l’emporte cette fois sur une logique intellectuelle.

48La logique du bibliothécaire n’est donc pas nécessairement celle de l’éditeur, encore moins celle du chercheur appelé à se pencher sur toutes ces collections. Le bibliothécaire n’est ni un simple tâcheron scribouillard, tout juste capable d’identifier correctement les principaux éléments d’un livre (auteur, titre, édition, mention de collection, format, etc.), ni forcément un spécialiste aguerri de telle ou telle discipline. Lorsqu’un ouvrage arrive entre ses mains, il ne dispose que de quelques minutes pour appréhender son contenu et décider de son classement dans une catégorie donnée, en s’appuyant sur le travail de ses prédécesseurs. Théoriquement, un titre devrait logiquement toujours être classé au sein d’une même catégorie.. Dans la pratique, la culture générale du bibliothécaire et sa sensibilité propre expliquent les divergences de classement.

  • 42  2 parties en 1 vol., 16-M-897.
  • 43  Édition en 2 vol., Z-16204 et 16205.

49Ainsi, les Lettres à un jeune prince [Gustave, prince royal de Suède], par un ministre d'État chargé de l'élever et de l'instruire, de Carl Gustav Tessin, ouvrage publié à Amsterdam en 1755, est classé en M42 et l’édition de Paris, datant également de 1755, en Z43. En le classant dans la lettre M, on a voulu mettre en valeur l’histoire de la Suède et de sa gouvernance ; pour l’édition de Paris, ce sont les qualités littéraires de ces lettres qui ont retenu l’attention. Si je devais aujourd’hui classer ce volume, il n’est pas impossible que je choisirais de l’intégrer dans la lettre R, c’est-à-dire dans la grande famille des ouvrages ayant trait à l’éducation des enfants. Pour quelles raisons ? Parce que ces lettres m’apparaissent avant tout comme un modèle d’éducation destiné à un élève princier et c’est cet aspect-là du texte que je souhaiterais faire ressortir, l’histoire de la Suède et les qualités littéraires  n’étant à mes yeux que des aspects secondaires.

  • 44  Voir la notice d’Olivier Piffault n°205 dans le catalogue de l’exposition « Babar, Harry Potter & (...)

50Autre exemple, l’Alphabet de la grande guerre d’André Hellé, déjà mentionné. Alphabet certes, qui peut justifier son classement dans la lettre X mais est-ce seulement une méthode d’apprentissage des lettres pour le jeune enfant ? L’alphabet semble n’être qu’un prétexte, support d’une glorification des combats et des soldats français, véritable œuvre de propagande à destination du public enfantin44. Je l’aurais pour ma part volontiers classé dans l’une des sections de l’Histoire de France…

  • 45  Une histoire de la lecture, Arles, Actes-Sud, 1998, p. 237.

51Comme le souligne fort justement Alberto Manguel, les catégories sont exclusives ; la lecture ne l’est pas – ou ne devrait pas l’être. Quelles que soient les classifications choisies, chaque bibliothèque impose à la lecture sa tyrannie et oblige le lecteur – le lecteur curieux, en alerte – à délivrer le livre de la catégorie à laquelle on l’a condamné45.

En guise de conclusion…

52La classification élaborée par Nicolas Clément invite tout un chacun à un voyage à travers les grandes catégories du savoir. Pour peu que l’on prenne la peine de passer de l’autre côté du miroir, les lettres de l’alphabet révèlent un ensemble de documents dont la richesse ne demande qu’à être quantifiée, explorée et révélée à un plus grand nombre. On observe avec intérêt une évolution du statut du livre pour enfants en temps qu’objet possible d’étude,  tant du côté des bibliothécaires que des chercheurs et des collectionneurs. Après ce long medium aevum qui borne la « non-connaissance » de la discipline et sa « reconnaissance » actuelle,  serions-nous enfin parvenus à poser les principes d’une « connaissance » de cette composante essentielle de notre patrimoine imprimé qu’est le livre pour enfants ? Pour la Bibliothèque nationale de France, l’exposition « Babar, Harry Potter & Cie, livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui » participe de cette mise en valeur du patrimoine littéraire, artistique, à l’usage et pour les enfants. Il reste cependant beaucoup à faire pour valoriser les collections patrimoniales de l’établissement mais je ne doute pas que l’arrivée effective sur le site de Tolbiac du Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres en 2009, constitue une nouvelle étape ambitieuse dans l’histoire de la Bibliothèque nationale de France et de ses collections de livres pour enfants.

Haut de page

Annexe

Annexe n°1 : cadre de classement de la première version du catalogue (23 divisions)

A Biblia sacra et scriptores biblici

B Liturgia et officia ecclesiastica

C Sancti Patres graeci et latini

D Theologi

E Concilia et jus canonicum

F Jus civile

G Geographi et chronologi

H Historia ecclesiastica

I Historia graeca et romana

K Historia italica

L Historia germanica et belgica

M Historia gallica

N Historia anglica, scotica, hibernica

O Historia hispanica, africana, asiatica et americana

P Historia miscellanea, Illustrium vitae et elogia

Q Bibliothecarii

R Philosophi et politici

S Historiae naturalis scriptores

T Medici

V Mathematici

X Grammatici, Oratores, Lexicographi

Y Poetae, Erotici sive historiae fabulosae

Z Philologi, Pompae, Emblemata

Annexe n° 2 : cadre de classement de la seconde version du catalogue (23 divisions)

A Biblia sacra

B Bibliorum interpretes

C Sancti Patres

D Theologi

E Concilia et Synodi generales, nationales, provinciales et diaecesanae ; Jus Canonicus et Pontificium ; Libri rituales, Liturgiae et Officia ecclesiasticae

F Jus civile, publicum et municipale

G Geographi, sive qui de universali ; Geographia scripserunt Chronologi et Historiae Universalis Scriptores

H Historiae ecclesiasticae generalis ; Pontificiae et Monasticae scriptores

I Historiae Graecae antiquae, Byzantinae, Saracenicae et Turcicae Scriptores

K Historiae Romanae Scriptores ; Rerum Italicarum Scriptores

L Rerum Gallicarum Scriptores

M Rerum Germanicarum Scriptores ; Historia Europae Orientalis, Historia Regionum Septentrionalium ; Rerum Belgicarum Scriptores

N Rerum Anglicarum, Scoticarum et  Hibernicarum Scriptores

O Rerum Hispanicarum Scriptores, Lusitanicarum Scriptores, Africanarum, Asiaticarum, Americanarum Scriptores ; Peregrinationes variae

P Historia miscellanea, Illustrium Vitae et Elogia

Q Bibliothecarii

R Philosophi

S Historiae naturalis scriptores

T Medici

V Mathematici

X Grammatici, Lexicographi et Oratores

Y Poetae, Eroticcon, sive Romanensium Historiarum Scriptores

Z Philologi, Mythologi, Pompae variae

Annexe n° 3 : cadre de classement utilisé jusqu’en 1996 (31 divisions)

A Écriture sainte

B Liturgie

C Pères de l’Église

D Théologie catholique

D2 Théologie non catholique

E Droit canonique

*E Droit de la nature et des gens

F Droit et jurisprudence

G Géographie et histoire générale

H Histoire ecclésiastique

J Histoire ancienne et histoire des pays du Bassin méditerranéen

K Histoire d’Italie

L Histoire de France

M Histoire de l’Allemagne et des pays d’Europe du Nord et du Centre

N Histoire de la Grande-Bretagne et de l’Irlande

O Histoire d’Espagne et du Portugal

O2 Histoire d’Asie

O3 Histoire d’Afrique

P Histoire d’Amérique

P2 Histoire d’Océanie

Q Bibliographie

R Sciences philosophiques, morales et physiques

S Sciences naturelles

T Sciences médicales

V Sciences et art

X Linguistique et rhétorique

XO Langues orientales

Y Poésie et théâtre

Y2 Romans

Z Polygraphie et mélanges

Annexe n° 4 : plan de classement de la lettre L

L Préliminaires et généralités : bibliographies, traités généraux, dictionnaires et guides statistiques, histoire générale et grandes collections

La Histoires par époques. De La1 : ethnographie à La45 : histoire depuis la 4e République

Lb Histoires par règnes. De Lb1 : Mérovée à Lb61 : 5e République

Lc Périodiques. Dont Lc2 : presse politique et d’information générale

Ld Histoire religieuse : géographie, histoire générale, histoires par époques, actes administratifs et rapports de l’Église avec l’État, histoire du clergé régulier masculin et féminin, cultes non catholiques en France

Le Histoire constitutionnelle : constitutions, élections et débats des assemblées de l’Ancien Régime à nos jours

Lf Histoire administrative : publications officielles de l’Ancien Régime à nos jours classées par administrations

Lg Histoire diplomatique

Lh Histoire militaire

Li Mœurs et coutumes : ethnographie, arts et traditions populaires, histoire des mentalités

Lj Archéologie

Lk Histoire locale. Dont Lk7 : histoire par villes

Ll Histoire des classes : histoire des ordres de l’Ancien Régime puis études d’histoire sociale

Ln Biographies. Dont Ln27 : biographies individuelles

Lo Histoire économique (sous-série créée en 1962)

Annexe n° 5 : Subdivisions de la lettre Y, Poésie et théâtre

Ya Poésie orientale

Yb Poésie grecque

Yc Poésie latine

Yd Poésie italienne

Ye Poésie française

Yf Théâtre français

Yg Poésie espagnole et portugaise

Yh Poésie allemande

Yi Poésie néerlandaise

Yk Poésie anglaise

Yl Poésie scandinave

Ym Poésie slave

Yn Poésie celtique

Yo Autres poésies

Haut de page

Notes

1 Walter Moers, trad. par François Mathieu et Dominique Taffin-Jouhaud, La cité des livres qui rêvent, Paris, Panama, 2006.

2  Né à Toul en 1647, copiste au service de Colbert dès 1664 sous les ordres de Pierre de Carcavi, Nicolas Clément rejoint ce dernier à la Bibliothèque du roi, tout d’abord comme copiste en 1670, puis comme commis à la garde de la Bibliothèque en 1691, après la mort de Melchisédech Thévenot. En 1706-1707, une sombre affaire de vols de manuscrits commis par un dénommé Jean Aymon assombrit les dernières années d’une vie professionnelle exemplaire. Nicolas Clément meurt en 1712, en léguant à la Bibliothèque sa collection de portraits gravés, riche de 18 000 pièces, collection qui est le point de départ de la série des portraits de l’actuel Département des estampes et de la photographie.

3  Denis Diderot, [Jean Le Rond] d’Alembert (dir.), Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers [168 microfiches], Paris, France – expansion, coll. « Archives de la linguistique française ; 118 », 1972. Reproduction de l’édition publiée à Paris par Briasson, David, Le Breton ; Neuchâtel, S. Faulche, 1751-1765, tome second, Azyme-Cezimbra, lettres BIB, p. 228. Texte numérisé et consultable sous la cote NUMM-50534.

4 Cette enquête a donné lieu à une restitution lors du colloque organisé à la Bibliothèque nationale de France le 7 octobre 2004. Les actes de ce colloque ont été publiés sous le titre : Le livre pour la jeunesse : répartir la conservation des fonds jeunesse : enjeux et perspectives : actes du colloque national du 7 octobre 2004, Bibliothèque nationale de France, organisé par la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque l'Heure joyeuse, la Fédération française pour la coopération des bibliothèques, des métiers du livre et de la documentation... [et al.], [Paris], Bibliothèque nationale de France, la Joie par les livres, Paris bibliothèques, 2005.

5 Depuis le 5 février 2009, c'est désormais l'appellation de « catalogue général de la BNF », ou « BNF catalogue général » qui est adoptée. Le nom Bn-Opale Plus est progressivement remplacé sur le site en ligne bnf.fr, sur le catalogue lui-même et sur les documents de communication. Dix ans après la mise en ligne du "nouveau" catalogue Bn-Opale Plus, au moment de renouveler le dépôt de la marque à l'INPI, il a été jugé pertinent de trouver une nouvelle appellation plus explicite pour les lecteurs et d'opter pour le terme traditionnellement employé par les bibliothèques nationales. Consultable en ligne à l’adresse suivante : http://catalogue.bnf.fr

6 Paris, Imprimerie nationale, 1897-1981, 231 tomes en 232 volumes.

7  Lors de la préparation de l’exposition « Babar, Harry Potter & Cie, livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui », ma consœur Carine Picaud et moi-même avons eu la surprise de découvrir au Département des estampes et de la photographie trois albums de Nathalie Parain, dont Je fais mes masques [Paris, Flammarion, « Albums du Père Castor », 1931], classés au nom de l’artiste sous la cote SNR (Série non reliée). Le catalogue général nous indiquait la présence d’un recueil de pièces au nom de l’artiste, mais nous étions bien loin de soupçonner qu’il s’agissait de trois de ses albums, que nous considérions comme manquants avant cette heureuse découverte !

8  Ne seront ici évoquées que les collections imprimées des différents départements thématiques du site François-Mitterrand. Les collections imprimées des départements spécialisés, site Richelieu, sont classées selon des cadres de classement spécifiques à chacun de ces départements. Pour une première approche, voir : http://www.bnf.fr/pages/zNavigat/frame/collections.htm?ancre=departements.htm

9  Le changement de nom semble s’opérer définitivement vers les années 1617-1618 : « C’est à cette époque qu’elle prit le nom de Bibliothèque du Roi, nom qui apparaît pour la première fois, semble-t-il, dans un texte de 1618, sur le dépôt des imprimés », Simone Balayé, « La naissance de la Bibliothèque du Roi, 1490-1664 » in Claude JOLLY (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis-Éd. du Cercle de la Librairie, 1988, p. 81.

10 Posée sur un socle dans l’espace dit Pied-de-tour côté ouest, cette pierre provient des fouilles du Louvre médiéval et a été offerte à la Bibliothèque nationale de France en octobre 1998, lors de l’ouverture des salles de lecture du niveau Bibliothèque de recherche, sur le site François-Mitterrand.

11  Ursula Baurmeister, Marie-Pierre Laffitte, « De l’unité au partage » in Bruno BLASSELLE, Laurent PORTES (dir.), Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1998, p.40.

12  De 1522 à 1684, la Bibliothèque a été dirigée par un maître de la Librairie, auquel a été adjoint à partir de 1560 un garde de la Bibliothèque. A partir de 1684, ces deux charges ont été réunies en une seule désignée sous le titre de bibliothécaire du roi. De 1663 à 1720, ces personnages ont été assistés par un commis à la garde de la Bibliothèque du roi. Informations figurant dans un dossier intitulé « Les directeurs de la Bibliothèque royale », réalisé par La Direction des collections, dans le cadre du Comité d’histoire de la BnF, dossier rédigé par Jérôme Delatour et Thierry Sarmant, Paris, BnF, 2007, non publié.

13 Département des Manuscrits, manuscrit fr. 22076, folio 1 et suivants ; Archives nationales, Y 9, folios 106-107.

14 Ibid.

15  Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire, 262 », 1988, p. 38.

16  « Les ennemis des livres sont bien connus. Nombreux, dangereux, difficiles à éliminer complètement, ils peuvent être groupés sous les rubriques suivantes, et dans l’ordre de leur importance, dans le cas de notre dépôt : les hommes, la sécheresse, la poussière, l’humidité, les insectes. Pour les combattre, des mesures d’ordre général sont prises (…) ». Jean-Pierre Seguin, Notes sur le Service des magasins et de la salle de travail du Département des imprimés : conservation et communication, Paris, Bibliothèque nationale, 1953, p. 25.

17 Denis Diderot, [Jean Le Rond] d’Alembert (dir.), op. cit. , p. 238.

18  Chiffres avancés par Bruno Blasselle, « Le chemin parcouru » in Bruno BLASSELLE, Laurent PORTES (dir.), op. cit., p. 12.

19 Pour une histoire approfondie de l’établissement, et notamment pour son évolution aux XIXe et XXe siècles qui ne sera que très ponctuellement évoquée dans la suite de cet article, voir l’orientation bibliographique générale proposée dans l’ouvrage collectif dirigé par Bruno Blasselle et Laurent Portes, op. cit., p. 367-369. Voir aussi sur le site en ligne de la BnF à l’adresse suivante : http://www.bnf.fr/, à la rubrique « La Bibliothèque », les sections « Connaître la BnF » et « Collections et départements ».

20  Georges Perec, « Notes brèves sur l'art et la manière de ranger ses livres », in : Penser, classer, Seuil, coll. « La Librairie  du XXIe siècle », 2003, p. 31.

21  Le chiffre de 744 imprimés, bien en dessous de la réalité semble-t-il, est avancé prudemment par Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, op. cit., pp. 55-57. Le chiffre est plus précis en 1645 puisque les frères Dupuy font état de 1329 imprimés, ibid., p. 61.

22  Françoise Létoublon, Jean Sgard, « Le catalogue comme représentation de la bibliothèque - de l’ordre de Mgr de Caulet aux hypercatalogues virtuels », article disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.vox-poetica.org/sflgc/biblio/bibliafin/letoublonsgard.html

23 Bruno Blasselle, « Classement des savoirs et classement des livres de la Bibliothèque nationale de France », in Roland SCHAER (dir.), Tous les savoirs du monde. Encyclopédies et bibliothèques, de Sumer au XXIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, Flammarion, 1996, pp. 194-199.

24  Laurent Portes, « L’ordre des livres selon Nicolas Clément », in Bruno BLASSELLE, Laurent PORTES (dir.), op. cit., note de bas de page n° 7, p. 66.

25 Archives BnF, HEM. 8-14 et HEM. 15-20

26 Archives BnF, HEM. 24-38 et HEM. 39-83. Contrairement à la première version qui est de la main de Clément, la rédaction de cette nouvelle version fut confiée en 1697 à l’écrivain Jean Buvat, qui écrit à la fin du dernier volume : Hæc notitia authorum alphabetica describi finita est 21 tomis, sicut et catalogus ordine materiarum dispositus et 14 tomis digestus, Joannis Buvat Catalaumensis manu, die 29 Martii, an. 1714. Le catalogue méthodique en quatorze volumes dont parle ici Buvat, avait été achevé par lui dès 1701, comme l’indique cette note qui termine le dernier volume : Joan. Buvat Cathalaunensis hoc volumen 14um, ut et alia tredecim catalogi Bibliothecæ Regiæ, scripsit et finivit anno 1701

27  Concernant l’histoire des catalogues de Clément, leur cadre de classement et les différentes analyses qu’ils ont pu susciter, voir : Catalogue général des livres imprimés, auteurs, tome 1, AACHS-ALBYVILLE, Paris, Imprimerie nationale, 1897, introduction par Léopold Delisle, administrateur général de la BN, p. I-LXXXII ; E.-G. Ledos, Histoire des catalogues des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, Paris, Éditions des Bibliothèques nationales, 1936, pp. 11-71 ;  Jean-Pierre Seguin, op. cit., pp. 4-9ter ; Laurent Portes, « L’ordre des livres selon Nicolas Clément », in Bruno BLASSELLE, Laurent PORTES (dir.), op. cit., p. 64-92 ; Laurent Portes, Bernard Vouillot, Manuel de formation à la cotation Clément, Bibliothèque nationale de France, Direction de l’imprimé et de l’audiovisuel, version du 18 juin 1998, non publié, 37 p.

28  Lors de mon entrée à la BNF en 1991, j’ai eu la très grande chance de suivre une formation sur le catalogue de l’Histoire de France dispensée par Christian Amalvi. Le point de départ de cette analyse lui revient donc.

29  Daniel Renoult, « Classer, communiquer, conserver », in Daniel RENOULT, Jacqueline MELET-SANSON (dir.), La Bibliothèque nationale de France, collections, services, publics, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, coll. « Bibliothèques », 2001, p. 130.

30  Eugène Gabriel Ledos, Histoire des catalogues des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, Paris, Éd. des bibliothèques nationales, 1936, p. 27.

31  Pour les nouvelles cotations mises en place à partir de 1997, voir Daniel Renoult, op. cit., pp. 130-133. Voir également :

http://www.bnf.fr/pages/zNavigat/frame/infopro.htm?ancre=collectionspro/cotation.htm

32  Le 2 en exposant se prononce bis ; le 3, ter.

33 Pour une première approche du catalogue de l’Histoire de France : http://grebib.bnf.fr/html/histoire_france.html

34  Cette édition fera l’objet d’une acquisition au cours du XIXe siècle et est actuellement conservée dans les collections de la Réserve des livres rares, sous la cote RES Y2-3082.

35  Laurent Portes, Op. cit., p. 77. Dans son Dictionnaire universel, Antoine Furetière donne la définition suivante du roman : […] Maintenant il ne signifie que Les Livres fabuleux qui contiennent des Histoires d’amour & de Chevaleries, inventées pour divertir & occuper des faineants […]. Lettres « ROM », t. 3, 1690, réed. Paris, SNL, Le Robert, 1978. Les préjugés contre le roman n’étaient pas l’apanage des commis à la garde de la Bibliothèque...

36  Thèse pour le doctorat ès lettres de l'Université de Montpellier, publiée par les Presses universitaires de France, 1923.

37  Exposition des bibliothèques de la Ville de Paris présentée à la bibliothèque Forney (10 septembre – 19 octobre) et à la mairie du 5e arrondissement (19 novembre – 22 décembre) ; catalogue sous la dir. d’Annie Renonciat, avec la collab. de Viviane Ezratty et de Françoise Lévêque, Paris, Agence culturelle de Paris, 1991

38  RES P R-984 (1-12).Jusqu’en 2003, les indications de format pour les documents conservés à la Réserve des livres rares s’expriment par les mentions « atlas », « g » pour grand, « m » pour moyen et « p » pour petit. À partir de 2003, à l’identique des formats utilisés par les autres départements, à savoir in-fol., in-4°, etc.

39  Ces collections d’abécédaires ont été étudiées et mises en valeur par Ségolène Le Men dans son ouvrage Les Abécédaires français illustrés du XIXe siècle, Paris, Promodis, 1984 , et Marie-Pierre Litaudon dans sa thèse consacrée aux abécédaires contemporains de l’enfance au regard de l’histoire du genre (le domaine français et sa mise en perspective avec le domaine anglo-saxon), Université Rennes 2-Haute Bretagne, 2008, non encore publiée.

40  Sur le sujet, voir l’ouvrage d’Isabelle Olivero, L'invention de la collection : de la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au XIXe siècle, Paris, Éd. de l'IMEC, Éd. de la Maison des sciences de l'homme, coll. « In-octavo », 1999, même si son auteur exclut malheureusement les collections pour la jeunesse de son champs d’étude. Voir également Francis Marcoin, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au XIXe siècle, Paris, H. Champion, coll. « Histoire culturelle de l’Europe », 2006, plus particulièrement les pages 95 à 116 consacrée à la collection.

41  En 1964, pour faire face aux accroissements dans les magasins du quadrilatère Richelieu, il fut décidé d’envoyer dans l’annexe de Versailles les collections de manuels scolaires (jusqu’au secondaire, cotés EL R) et de romans populaires (petits classiques, romans vendus en kiosque, ouvrages pour enfants, etc, cotés EL Y et EL Z). Les cotes EL Y et EL Z ont accueilli la presque totalité des collections pour enfants du XXe siècle (bibliothèques rose, verte, rouge et or, Folio jeunesse, etc) et les bandes dessinées depuis 1950 environ. L’ensemble des ouvrages stockés à Versailles ont réintégré le reste des collections lors du déménagement sur le site de Tolbiac en 1997. Les lettres EL placées avant le format signifient « Extensions Livres ».  Les esprits chagrins en donnaient une autre signification, « Éliminables », ce qui est difficilement concevable pour un établissement comme la BNF, mais qui est révélateur sur le statut accordé à ces collections…

42  2 parties en 1 vol., 16-M-897.

43  Édition en 2 vol., Z-16204 et 16205.

44  Voir la notice d’Olivier Piffault n°205 dans le catalogue de l’exposition « Babar, Harry Potter & Cie, livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui », Paris, Bibliothèque nationale de France, 2008, p.448.

45  Une histoire de la lecture, Arles, Actes-Sud, 1998, p. 237.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/97/img-1.png
Fichier image/png, 292 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Gibello-Bernette, « A comme Alphabet, B comme Bibliothèque, C comme Clément… », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://strenae.revues.org/97 ; DOI : 10.4000/strenae.97

Haut de page

Auteur

Corinne Gibello-Bernette

Bibliothèque nationale de France, Centre national du livre pour la jeunesse

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org