Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Les fables de la voix en littérature enfantine :
actualités du « Raconteur » (Der Erzähler, 1936) de Walter Benjamin

Serge Martin

Texte intégral

La vie est une chose effrayante et prodigieuse, c’est pourquoi, si terribles que soient les histoires qui courent par la Russie, si truffées soient-elles de nids de brigands, de coutelas et de prodiges, elles laissent toujours dans l’âme de l’auditeur un arrière-goût de vérité, et seuls les gens fortement flétris par l’instruction jetteront-ils à la dérobée un coup d’œil sceptique, et encore se tairont-ils. Une croix au bord d’une route, des ballots noirs, un espace immense et le destin de gens assemblés autour d’un feu, tout cela était en soi si prodigieux et si effrayant que le fantastique, l’imaginaire pâlissaient à côté de la vie et se fondaient avec elle.

  • 1 Anton Tchekhov, « La Steppe. Histoire d'un voyage », La Steppe Salle 6 L'Evêque, traduction d'Édoua (...)

Anton Tchekhov1

« Le raconteur » de Walter Benjamin » : intempestivité plus qu’actualité

  • 2 Rainer Rochlitz, « Présentation » dans Walter Benjamin, Œuvres, tome I, p. 9.

1Il peut paraître étonnant qu’on n’ait pas « assisté à une appropriation sauvage, partielle, subjective, et diverse2 » de l’œuvre de Walter Benjamin dans le domaine qui ici nous concerne, celui de la critique de la littérature de jeunesse, alors même que partout ailleurs, dans la vie intellectuelle française depuis la fin des années soixante, son « aura » n’a cessé d’irriguer travaux et recherches voire ouvrages et articles destinés au grand public.

  • 3 Voici le programme de l'agrégation sous l'intitulé « Poétiques du récit d’enfance : Walter Benjamin (...)
  • 4 On peut consulter la bibliographie critique offerte par Heinz Wismann à l'issue de sa présentation (...)
  • 5 Cette exposition a été accompagnée d'une journée d'études : « De l'archive à la collection : méthod (...)

2Benjamin est actuellement au programme de l’agrégation de littérature générale et comparée pour Enfance berlinoise vers 1900, aux côtés de Vladimir Nabokov et de Nathalie Sarraute3. Il s’agirait là pour le moins d’une reconnaissance littéraire emblématique d’un auteur du domaine allemand qui figure en bonne place sur la scène française des sciences humaines et sociales depuis une bonne quarantaine d’années avec les flux et reflux des actualités éditoriales ou critiques répercutées ou non par les médias. Si la publication en poche, chez Gallimard, des trois tomes des Œuvres en 2000 a permis un regroupement des essais principaux après que les mêmes éditions ont regroupé les Écrits français (1991) repris en poche en 2003, on avait auparavant la publication, chez Christian Bourgois, des œuvres plus littéraires récemment rééditées dont Lumières pour enfants (1989), et deux anthologies thématiques chez Payot-Rivages (2000, 2011). Mais ce serait dès les années soixante-dix, chez Denoël ou chez Maurice Nadeau et dans la collection d’Heinz Wisman, au titre benjaminien (« Passages »), aux éditions du Cerf, que les traductions assez désordonnées auraient commencé sans compter des isolats bien antérieurs ou contemporains chez Flammarion, chez Fayard ou chez Denoël. Bref, des vagues éditoriales régulières mais fort disparates qu’accompagnent des publications critiques universitaires ou non comme tel numéro de la revue Critique (1969), de la Revue d’esthétique (1981), de la revue Europe (1996) ou du Magazine littéraire (2002), tel ouvrage critique – et ils sont très nombreux4 –, telle biographie (Tackels, 2009, par exemple), voire telle exposition plus récente sur les archives de Walter Benjamin au musée d’Art et d’histoire du judaïsme en 20125, montreraient à l’envi une actualité renouvelée de Benjamin en France jusqu’à notre projet que précède, sans qu’on ne l’ait su, le numéro 1008 de la revue Europe d’avril 2013. Toutefois, le lecteur français ne dispose pas encore à ce jour, comme le lecteur allemand, de l’imposante édition Gesammelte Schriften publiée sous la direction de Rolf Tiedemann et Hermann Schwepenhaüser chez Suhrkamp à Francfort-sur-le-Main de 1972 à 1989.

  • 6 Ewers Hans-Heino , « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. » Réflexions à (...)
  • 7 Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, Hrsg. v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Stuttga (...)
  • 8 Œuvres, tomes I, II, III, traduction française de Maurice de Gandillac revue par Rainer Rochlitz (p (...)
  • 9 Mathilde Levéque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre deux guerres, Préf (...)
  • 10 Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 quest (...)
  • 11 Leo Lionni, La Maison la plus grande du monde (1968), Paris, L’École des loisirs, 1971. Voir Martin (...)
  • 12 Ibidem, p. 59
  • 13 Isabelle Nières-Chevrel, « La littérature d’enfance et de jeunesse entre la voix, l’image et l’écri (...)
  • 14 Voir Benjamin, 2000, III, p. 138 dans une traduction légèrement différente.
  • 15 Lewis Carroll, « Préface adressée à toutes les mamans », Alice racontée aux petits, trad. de Bernar (...)
  • 16 Jean-Pierre Martin, La bande sonore. Essai sur le roman de la voix, José Corti, 1998.
  • 17 Nous reprenons ici le titre d'un article de Raphaël Baroni (Cahiers de narratologie n° 14, 2008), a (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Ainsi appellerons-nous dorénavant et le texte et la notion éponyme de Walter Benjamin, sauf quand n (...)

3Dans le domaine de la littérature pour l’enfance et la jeunesse, si l’on excepte la traduction d’un article de Hans Heino Ewers6 principalement consacré à « la littérature de l’époque bourgeoise » et singulièrement à l’adaptation pour la jeunesse en 1780 par Joachim Heinrich Campe du Robinson de Defoë, très peu d’études à notre connaissance considèrent, voire discutent, l’important essai de Walter Benjamin : « Der Erzähler. Betrachtungen zum Werk Nikolai Lesskows7 » (« Le conteur. Réflexions sur l’œuvre de Nicolas Leskov »8) de 1936. Il faut toutefois rappeler que dans le cadre de sa thèse, Mathilde Lévêque qui convoquait un corpus de langue allemande pour étudier la littérature de jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux guerres, rappelait cet article et proposait à partir de « deux exemples particulièrement significatifs, celui d’Erich Kästner et celui de Leopold Chauveau » de considérer un « narrateur » qui « serait plutôt un "raconteur", nuance établie à partir de la traduction de la notion allemande de "Erzähler" »9. Nous reprendrons donc cette suggestion que nous avions développée dans nos propres travaux sans donner cette précision de traduction et, tout en évoquant les réflexions de Benjamin10 puisque « raconteur » et « racontage » sont des notions que des œuvres, dont celle de Leo Lionni et en particulier La Maison la plus grande du monde11, nous ont fait convoquer en vue d’une théorie générale de la fable, non comme genre mais comme anthropologie de la relation en littérature enfantine : le racontage, « c’est l’infini commencement de l’écoute qui fait voir, de la voix qui fait agrandir le monde12 ». Ce qu’on ne saurait limiter à une propédeutique même si on ne peut que suivre Isabelle Nières-Chevrel13. Partant d’une association possible entre phylogenèse et ontogenèse en littérature, qui suivraient les étapes de la voix, de l’image puis de l’écrit, elle note que « chaque nouveau vecteur réduit le domaine des vecteurs antérieurs et [...] en spécialise les usages, mais sans les annuler pour autant ». Aussi, évoquant le frontispice de Clouzier aux Contes de Perrault, I. Nières-Chevrel rappelle que très tôt, « les écrivains pour enfants vont faire fusionner cette figure de la conteuse avec celle du parent, du pédagogue et du raconteur » et elle suit cette « figure du raconteur » ou cette « écriture pour l’oreille » qui cherche à « raconter entre texte et images » dans les « iconotextes » d’hier et d’aujourd’hui en rappelant cette belle formule de Benjamin : « Qui écoute une histoire forme société avec qui la raconte14 ». Formule qui peut s’étendre, dans une « incessante allégresse » comme disait Lewis Carroll « à toutes les mamans15 », de la littérature enfantine et de jeunesse à toute la littérature : chaque œuvre engagerait une relation d’écoute au principe d’une écriture de la voix, comme Jean-Pierre Martin l’a proposé en regroupant des « romans de voix » dans sa Bande sonore16. Si, depuis peu, des « approches passionnelles et dialogiques de la narrativité17 » ont montré qu’en théorie du récit, de nouvelles orientations voient le jour, force est de constater qu’elles s’inscrivent dans les cadres traditionnels de la narratologie même si elles les renouvellent. En effet, leur ouverture anthropologique est rapportée non à un écouteur potentiellement raconteur et donc à une relation transsubjective mais à un « interprète ». Si « une logique discursive » s’ajoute à une « logique actionnelle », « que les structuralistes considéraient comme l’architecture immanente du texte » dans cette perspective critique, la relation de voix n’est en aucune façon convoquée autrement qu’à rapporter le racontage au « dévoilement d’une information provisoirement cachée18 » et non au passage d’une expérience. Avec « Le raconteur19 », nous aurions donc affaire plus à une intempestivité qu’à une actualité, au sens de Friedrich Nietzsche et de ses Considérations intempestives (Unzeitgemässe Betrachtungen), puisqu’avec la littérature de jeunesse qui permettrait assez facilement d’en poursuivre l’efficace, ce serait toute la littérature qui exigerait qu’on en mesure la force critique.

  • 20 Dans la traduction de Maurice de Gandillac revue par Rainer Rochlitz, voir Walter Benjamin, Œuvres, (...)

4Ce dossier voudrait ainsi faire le pari que la conceptualisation des faits littéraires avec « Le raconteur » devrait entraîner l’attention, au moins sinon plus que le succès pour les études esthétiques fait à l’essai sur « Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit » (« L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique20 ») qui lui est pratiquement contemporain. Par ailleurs, une anthologie récente fort intéressante de textes de Benjamin sur le thème de l’enfance cite « Le Raconteur » mais en réduit sa portée au genre du conte, même si son éditeur délivre en partie la visée de notre recherche :

  • 21 Enfance. Éloge de la poupée et autres essais, traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philipp (...)

L’extrait du Narrateur corrige en partie la fin annoncée de la narration – en tout cas de la narration traditionnelle – à l’époque de la modernité entendue comme crise. Benjamin accorde au conte une force qui vient de loin et qui continue d’opérer sur l’actualité. Il le conçoit comme un récit d’émancipation capable de mettre en échec les « puissances mythiques21. »

  • 22 Nous renvoyons aux actes des journées d'études « Narratology and the New Social Dimension of Narrat (...)

5À moins de généraliser le régime du conte à toute la littérature sans le destiner irrémédiablement à l’enfance et à la jeunesse, on ne pourrait apercevoir le levier que peut constituer la pensée de la littérature de jeunesse, avec Benjamin et son « Raconteur », pour transformer toute la pensée de la littérature elle-même. Nous n’évoquerons pas à proprement parler le levier qu’il constituerait également pour les nouvelles études narratologiques qui semblent de plus en plus intégrer à leurs problématiques la dimension anthropologique non limitée à quelque modèle prototypique des récits, et ouverte, en particulier, à « une organisation intersubjective de la connaissance qu’est la narrativité »22. Ajoutons toutefois que cet essai de Benjamin a sollicité quelques commentaires récents que nous aimerions signaler :

    • 23 Alexis Nouss, « Le conteur comme traducteur » dans Jean-Baptiste Martin, Nadine Decour (dir.), Litt (...)

    Alexis Nouss, dans une contribution à un colloque lyonnais sur la littérature orale, tire l’essai de Benjamin du côté de la transmission en le comparant à ses réflexions sur la traduction23 – ce qui bien évidemment ne peut que nous intéresser ;

    • 24 Dominique Rabaté, Le Roman et le sens de la vie, Paris, José Corti, « Les essais », 2010, p. 35-43. (...)

    Dominique Rabaté a plusieurs fois évoqué le texte de Benjamin et lui a emprunté en bonne part la problématique d’un de ses derniers essais qui met en tension la quête du sens de la vie et du sens d’une vie ; Rabaté fait en quelques pages une mise en perspective très éclairante des motifs de Benjamin, dont il caractérise la démarche « pour ainsi dire étoilée », lui permettant de penser la subjectivation à l’œuvre dans sa négativité même24 ;

    • 25 Mathilde Lévêque, « Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter (...)

    Mathilde Lévêque25 – et nous nous approcherions de notre domaine –, dans une passionnante étude concernant les textes radiophoniques de Benjamin, a relevé le paradoxe de la pensée de Benjamin : « Benjamin utilise une voix narrative plus complexe. Ni auteur ni narrateur, la voix narrative qui s’exprime donc ici serait davantage de l’ordre du "raconteur". Or cette forme narrative est considérée par Benjamin comme une forme archaïque, apparemment contradictoire donc avec la modernité du média radiophonique. Klaus Doderer note ainsi que Benjamin utilise la radio précisément pour retrouver cette forme "archaïque" de la narration orale ("mündliches Erzählen"), afin de créer une proximité plus grande avec son auditoire. Cette proximité reste sensible lorsque le texte est simplement lu et non plus écouté. »

    • 26 Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Rennes, P (...)

    nos propres travaux26 nous ont conduits à évoquer ce texte de Benjamin et nous demandent de poursuivre ici les problématiques qu’il engage.

6Après avoir proposé les linéaments d’une poétique du « Narrateur », nous tenterons de lister ces problématiques pour montrer l’activité au présent de ce texte dans les contributions qui suivent.

« Le raconteur » de Walter Benjamin : « un rapport demeuré rapport »

  • 27 Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, Paris, Gallimard, 2007, Pléiade, p. 1040.
  • 28 Benjamin, 2000, III, p. 125.
  • 29 Henri Meschonnic, « L’allégorie chez Walter Benjamin », L’Utopie du Juif, Paris, Desclée de Brouwer (...)
  • 30 Ibidem, p. 286.

7Le texte de Benjamin est composé de dix-neuf séquences qui, certes s’enchaînent assez logiquement, mais qui souvent demandent au lecteur de reprendre sa lecture et parfois de se perdre dans ce labyrinthe d’une pensée qui s’écrit « à sauts et à gambades », comme disait Montaigne de son « allure poétique »27– lequel est évoqué par Benjamin28. Nous nous sommes obligés ci-après à proposer non un résumé des thèses de Benjamin, qui arrêterait ses « réflexions » à quelques propositions simples et successives, mais des tentatives de formulations qui pourraient presque titrer ces dix-neuf séquences seulement numérotées par leur auteur. L’ensemble du dossier qui suit ouvre, avec chaque contribution, une lecture à nouveaux frais du texte de Benjamin ; aussi, cette première proposition de lecture permettrait-elle de commencer pour toujours recommencer. On a donc organisé en six parties les dix-neuf séquences numérotées pour constituer ce qu’on pourrait appeler une poétique anthropologique et historique du racontage, même si nous ne pouvons la concevoir que dans et par son inachèvement. Ce qui n’équivaut pas à son échec, « comme si la poétique et la théorie étaient ailleurs que dans l’inachevable, l’inachèvement, qui rendent dénuée de sens la notion d’échec. Autant que celle de réussite29 », comme le précisait Henri Meschonnic dans son essai sur Benjamin : « toute œuvre est inachevée » sans pour autant qu’il faille s’en remettre à « la valorisation complaisante de l’inachèvement, chez les épigones (elle n’apparaît ni chez Benjamin, ni chez Kafka)30 ».

  • 31 Nous indiquons le numéro de la séquence du « Raconteur » entre parenthèses.
  • 32 Cette notion est empruntée à Leskov : « la figure du juste, qui est rarement un ascète, le plus sou (...)

8Dans un premier temps31, le racontage apparaît dans la réflexion de Benjamin entre disparition et (ré)apparition d’une activité sociale, si l’on considère « l’activité vivante » du racontage comme échange d’expériences « de bouche en bouche » (1) ; une petite histoire du racontage livre alors une généalogie de l’interpénétration de deux types de raconteurs : laboureurs ancrés dans une temporalité de l’ici et navigateurs ouverts à une spatialité de l’ailleurs (2) ; Benjamin propose alors une biographie d’un raconteur, Leskov, qui « se sentait chez lui dans le lointain » (3) ; si le raconteur porte conseil, c’est d’abord dans et par le racontage continué (4). Benjamin développe alors une série d’antinomies : racontage et roman reproduiraient l’opposition entre l’écoute constituant une communauté et le solipsisme sourd du lecteur de romans (5) ; l’amplitude caractériserait le racontage et l’explication le régime informationnel (6) ; enfin, la dormance du racontage s’opposerait à l’actualité qui s’auto-élimine (7). Aussi, c’est le troisième moment des réflexions de Benjamin, le racontage est-il un art de vivre caractérisé par l’écoute ensommeillée ou le don de prêter l’oreille (8) et un artisanat de la reprise infinie (9). Benjamin considère alors le racontage comme un art de mémoire. Si la mort est au cœur du racontage, c’est pour conférer une valeur inoubliable aux expériences (10). L’autorité du racontage serait assurée par l’agrandissement de la mort à tous les temps et espaces qu’il permet (11). Aussi, le raconteur, chroniqueur et non historien, participerait d’un art du continu des hommes et de la nature (12) et la mémoire constituerait la tenue des histoires multiples du racontage : un vaste répertoire s’y rassemblerait comme une constellation de souvenirs divertissants (13). Benjamin reprend alors la réflexion sous l’angle d’antinomies heuristiques : le racontage et sa morale se dissocieraient du roman et du sens de la vie qui constituerait la visée de ce dernier assigné à sa propre fin, pour lui préférer l’infini du racontage (14) et le racontage ouvrirait passage et écoute dialogique quand le roman se limiterait à l’engloutissement d’une solitude (15). Pour conclure, Benjamin formule alors la force du racontage par son continu poétique-éthique. Tout d’abord, le racontage gravit tous les échelons de l’expérience et instaure une complicité généralisée pour se protéger du mythe (16). Puis, avec le racontage, vivre l’amplitude et la pluralité des humains permet de trouver la figure du juste32 hors de tout ensorcellement mythique (17). Ensuite, l’amplitude et la pluralité des voix dans et par le racontage demandent une casuistique parfois burlesque plus qu’une ontologie du bien et du mal (18). Et enfin, l’incorporation dans et par le racontage d’une éthique et d’une poétique associe intimement voix et mains, proverbe et conte, cas fabuleux et vie entière (19).

  • 33 Benjamin, 2000, III, 136-137
  • 34 Georg Lukàcs, La Théorie du roman, trad. de l’allemand par Jean Clairevoye, Paris, Éditions Denoël, (...)
  • 35 Catherine Géry, « Nicolas Leskov, entre tradition et modernité », 2002, http://www.vox-poetica.org/ (...)
  • 36 ibidem, p. 27-28.
  • 37 Benjamin, 2000, III, p. 170-225
  • 38 Benjamin, 2000, III, p. 224-225
  • 39 Walter Benjamin, Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), Paris, Gallima (...)
  • 40 Ibid, p. 256.
  • 41 Benjamin (1931), 2000 b, 59.

9À la lecture du « Raconteur », on constate assez vite que ces « réflexions sur l’œuvre de Nicolas Leskov » dépassent l’étude monographique pour, nous l’avons déjà suggéré, viser une poétique générale, c’est-à-dire une anthropologie historique du racontage. Toutefois, il faut noter que le choix de Leskov (gouvernement d’Oriol,1831-Saint-Pétersbourg, 1895) n’est pas anodin en regard de l’ouvrage de référence dans le domaine des études littéraires marxistes que Benjamin cite d’ailleurs longuement33, Théorie du roman de Georges Lukacs34. Il ne faut pas se tromper sur Leskov dont les skaz (ou contes oraux populaires) forment « un réservoir de traditions génialement remaniées : l’archaïsme y devient facteur et instrument de modernité », ainsi que l’a signalé Catherine Géry, traductrice de ces contes dont « le héros, c’est le conteur lui-même, et l’action du skaz, c’est la parole de ce conteur, censé traduire librement ses "flux de conscience"35 ». La traductrice de Leskov ne manque pas d’évoquer Benjamin dans sa préface et conclut à son propos ainsi : « le skaz, conçu par Leskov comme une manifestation intrinsèque des mentalités populaires, est aussi une façon de restaurer la mémoire historique des anonymes (voire des marginaux), en leur donnant la parole et en faisant de cette parole même l’objet et le sujet de la narration36 ». Ce qui n’est pas sans évoquer la conclusion d’un texte très important de Benjamin consacré au collectionneur Eduard Fuchs, étude contemporaine du « Raconteur »37 , après que celui-ci a évoqué l’art populaire anonyme des lanternons chinois et rappelé que « pour témoigner de leurs créateurs, il n’existe aucun livre héroïque » : « Quant à savoir si une telle analyse, consacrée aux hommes anonymes et à ce qui conserva la trace de leurs mains, contribue à humaniser l’humanité plus que ne le fait ce culte des chefs que l’on semble, une fois de plus, vouloir lui imposer, c’est là une chose que l’avenir devra nous réapprendre sans cesse, comme bien d’autres enseignements du passé qu’on n’a pas su retenir38 ». Cette attention aux « sans-voix » est d’ailleurs soulignée par Jean-Maurice Monnoyer dans la notice présentant « Le Raconteur » des Écrits français de Walter Benjamin39 ; lequel « reprend la tentative de Leskov à sa source : modeler dans une galerie de personnages irréductibles, originaux, parfois même asociaux, la figure centrale du juste (le terme est celui de l’écrivain russe)40 ». Selon Monnoyer, l’historicité du « Raconteur » engagerait par conséquent une critique de la littérature soviétique qui, sous prétexte de servir le prolétariat, oublierait de « prendre en charge tout le passé des opprimés », rompant ainsi « avec la tradition du merveilleux populaire » que Leskov a su continuer dans ses contes. On sait, par ailleurs, l’intérêt de Benjamin pour ces auteurs délaissés, « gens qui ne laissèrent pas d’œuvres réunies, qui n’occupèrent jamais plus de quelques centimètres dans les histoires de la littérature, et qui néanmoins ont à dire sur leur époque des choses bien plus notables que beaucoup d’autres écrivains qui sont arrivés41 ». Catherine Géry confirmerait très précisément la justesse du choix poétique et politique de Leskov pour l’essai de Benjamin – ce qui constituerait une forme de réponse critique à Lukacs :

  • 42 Nicolas Leskov, Le Gaucher et autres récits, trad. du russe et préface par Catherine Géry, Lausanne (...)

Les contes de Leskov ne doivent donc pas être lus comme l’illustration obsessionnelle d’une spécificité nationale incarnée dans le populaire et sous-tendue par une satire des tentations occidentalistes, ni comme une promotion à la Bakhtine de la culture populaire contre la culture savante, encore moins comme un retour nostalgique, par le truchement des vertus consolatrices du conte, à un « âge d’or » du récit qui correspondrait à la société patriarcale russe. Ce qui domine ici, c’est l’exploration d’une parole poétique transcendant tous les clivages et assumant sans contraintes toutes les influences linguistiques d’où qu’elles viennent ; ce n’est pas tant la brûlante question de l’identité linguistique, qui recouvre naturellement celle de l’identité nationale, qu’un principe ludique de liberté qui s’exprime dans le goût pour la matérialité des mots et leur maniement. Le rire libérateur, qui contribue, comme chez Rabelais, à la régénération de la langue, explique que le porteur de discours ne ressortit pas en dernier lieu de la caricature, mais bien plutôt d’un contre-type subversif42.

10On comprend alors, dans le droit-fil des réflexions de Benjamin, la nécessité de penser ensemble une poétique et une politique du racontage pour le présent, le sien comme le nôtre, même si les temps semblent sans espoir... Quoiqu’il en soit, c’est à rebours de toute vision passéiste que Leskov constitue un levier critique pour Benjamin, d’autant qu’il le fait côtoyer avec de nombreuses écritures (Friedrich Gerstäcker, Jeremias Gotthelf, Wilhelm Hauff, Johann Peter Hebel, Rudyard Kipling, Edgard Poe, Charles Seasfield, Robert Louis Stevenson) dont la modernité n’est pas discutable – non au sens d’une opposition à la tradition mais d’une invention continuée.

  • 43 Op. cit., p. 41.

11Plusieurs facteurs seraient responsables du peu d’études critiques qui partent de ce texte de Benjamin en littérature de jeunesse, comme dans toute la théorie et la critique littéraires en France d’ailleurs – la remarque de Rabaté est à ce propos très significative quand il caractérise « Le raconteur » comme « plus suggestif qu’analytique43 » montrant ainsi la tension entre un texte d’une évidente richesse et une analyse qui ne cesse de défaire ses cadres conceptuels et surtout ceux qui régissent les études narratologiques et littéraires. Non seulement Leskov qui justifiait cet essai restait un inconnu jusqu’à récemment sauf pour les spécialistes du domaine russe, mais également l’écriture de Benjamin aurait en fin de compte rebuté. Henri Meschonnic a très précisément situé cette difficulté quand il signalait que Benjamin

  • 44 Henri Meschonnic, op. cit., p. 284.

a une prise critique, pas sur tel ou tel thème seulement, mais sur le mode même du signifier. La mise en rapport de fragments de sens par la citation émet un effet de sens qui n’est pas contenu dans les unités. La méthode de Benjamin n’est pas seulement celle d’un Rassembleur – un des sens de Qohélet, l’Ecclésiaste. Ni le seul inaboutissement dû aux événements et à la mort. Il produit, par le rapprochement des brisures, une rythmique de signifiance, qui est présente et n’est pas représentée. De même la tâche du traducteur est de produire un passage qui reste passage. Non, comme le veut l’idée courante, une arrivée, mais un rapport demeuré rapport ». Il est en effet remarquable que dans « Le raconteur », Benjamin « reste en chemin, pour faire sentir le chemin » 44.

  • 45 Benjamin, 2000, III, p. 114-115.
  • 46 « Critique est l'un des noms de l'attention », écrivait Jean Paulhan (Petite préface à toute critiq (...)
  • 47 Voir Marcel Mauss, « Une catégorie de l'esprit humain : la notion de personne, celle de Moi » (1938 (...)

12Il suffirait d’observer quelques-unes des métaphores filées que Benjamin croise dans et par son écriture pensive. Évoquons tout d’abord la première : « Vue avec un certain recul, la figure du conteur se réduit à quelques grandes lignes élémentaires. Plus exactement : celles-ci s’en dégagent, comme une tête d’homme ou un corps d’animal peuvent se dessiner dans un rocher, lorsque le spectateur se place à la bonne distance et sous l’angle convenable45 ». Évoquer le jeu des paréidolies que les images d’Épinal ont su populariser, c’est lier un mode de relation critique qui d’ordinaire désubjective l’objet à observer par l’habituelle distanciation dite critique et à laquelle on résume celle-ci quand d’autres invitent à la concevoir plutôt du côté de l’attention46, et ce serait le cas avec Benjamin, pour ici le resubjectiver puisque l’activité est une réciprocité où l’observateur doit chercher un point de vue et l’observé dégager les lignes d’un corps-langage, celui du raconteur masqué comme les acteurs du théâtre romain avec leurs personæ47.

  • 48 Benjamin, 2000, III, p. 125.
  • 49 Ibidem, p. 126.
  • 50 Benjamin, III, p. 127.

13Dans la huitième séquence de son « Raconteur », Benjamin pose comme une des valeurs essentielles au racontage le « processus d’assimilation » parce que « rien ne recommande plus durablement les histoires à la mémoire que cette pudique concision qui la soustrait à l’analyse psychologique48 ». Cette valeur ne peut cependant advenir que « dans un état de détente » que Benjamin spécifie corporellement par « le sommeil » et spirituellement par « l’ennui49 ». Alors, il offre à son lecteur une comparaison qui croise au moins deux métaphores qu’il va ensuite filer : « L’ennui est l’oiseau du rêve qui couve l’œuf de l’expérience. Au moindre bruit dans le feuillage, l’oiseau s’envole ». Au départ de la comparaison, l’ennui est intégré au domaine du sommeil précédemment évoqué : Benjamin ainsi articule corps et esprit et souligne l’activité spécifique du racontage par ce messager du ciel ou du songe, l’oiseau, qui transmet l’expérience, laquelle demande une métamorphose, de l’œuf à l’oiseau... Puis, Benjamin démétaphorise subtilement la métaphore par le feuillage qui n’est pas sans réinstaller le racontage dans ses pages, du moins dans son activité propre qui ne supporterait pas l’intrusion d’un « bruit », c’est-à-dire d’une explication, d’une intervention quelconque dans son processus propre, sa couvaison lente, son assimilation spirituelle et donc corporelle. Benjamin poursuit la métaphore avec la détérioration des conditions de possibilités de « faire son nid » qui est au fond « le don de prêter l’oreille » et de constituer une communauté du racontage. La métaphore de la nidification va continuer avec le filage artisanal pendant lequel le racontage se tissait pour dorénavant se défaire « par tous les bouts ». Si l’on fait fi du constat amer qui est peut-être simplement le déroulé de la métaphore qui passe du « nid » au « filet », on doit suivre une écriture allégorique qui fait réseau, et ne cesse de se renouveler au détour de son phrasé pensif qui associe, en un éclair, celui de l’image dialectique, passé et présent dans et par le dépaysement d’une pensée qui reste en chemin et ne peut se fixer à quelque conclusion que ce soit. Le racontage est à proprement parler, jusque dans l’écriture pensive et allégorique de Benjamin, sans fin, mais chacun, raconteur et écouteur, y « imprime sa marque50 ».

  • 51 Benjamin, 2000, III, p. 150.

14Concluons cette courte mise en perspective poétique d’un texte difficilement assignable par ce moment, proposé par Benjamin dans sa dernière séquence, autour du proverbe. Après qu’il s’est demandé « si le rôle du conteur n’est pas précisément d’élaborer de manière solide, utile et unique la matière première des expériences, que ce soient les siennes ou celles d’autrui », Benjamin propose que « de cette élaboration, c’est peut-être le proverbe – considéré comme une sorte d’idéogramme d’un récit – qui donne la meilleure idée. Les proverbes, pourrait-on dire, sont les ruines qui marquent l’emplacement d’anciens récits, et dans lesquelles une morale s’enroule autour d’une posture comme du lierre autour d’un pan de mur51 ». Sans vouloir ni pouvoir tirer tous les fils de ce passage, contentons-nous d’observer trois directions actives que l’écriture associe et donc élabore pour penser le racontage :

    • 52 Georges Didi-Huberman, Devant l'image, Paris, Minuit, « Critique », 1990, p. 318. La notion d'inqui (...)

    l’association idéogrammatique du proverbe au récit – le premier constituant le pan d’un bâtiment, ce qui n’est pas sans évoquer cette notion que Georges Didi-Huberman a fortement distingué du détail comme inquiétude du tableau qui « tend à enliser l’herméneutique, parce qu’il ne propose que des quasi, donc des déplacements, des métonymies, donc des métamorphoses »52 ;

  • l’association éthique-poétique d’une forme de vie (« posture ») et d’une forme de langage (« morale ») ;

  • les deux associations ou enroulements se rejouant ensemble dans la métaphore du lierre et des ruines.

  • 53 Henri Meschonnic, op. cit., p. 284.

15Le travail constant dans l’écriture de Benjamin d’une recherche formulaire constituerait le nœud actif du racontage exactement comme la morale ne cesse de tirer le récit d’une fable : cette tenue augmenterait la force relationnelle quasiment théâtrale de tout ce qui concourt au « rapport qui lie le conteur à son matériau » et, ajouterions-nous, de l’écouteur au matériau du racontage. Nous l’avons suggéré, avec Henri Meschonnic, l’écriture comme la pensée benjaminiennes nous conduisent à penser le racontage comme un « rapport demeuré rapport53 » : une relation de relation, une histoire de lien, le lien construit par l’histoire racontée, un racontage de voix-relation.

Le racontage : la voix, la relation

  • 54 Voir Barbara Wall, The Narrator-s Voice. The Dilemna of Children's Fiction, New York, St Martin's P (...)
  • 55 Ewers, op. cit., p. 425.
  • 56 Benjamin, 2000-III, p. 121.
  • 57 Benjamin, 2000, III, p. 130.
  • 58 Voir Benjamin, 2000-III, p. 125.

16En littérature pour la jeunesse les notions de « raconteur » et de « racontage » approcheraient mieux la force des œuvres que les notions de « narrateur » et de « narration » désormais étroitement configurées par la narratologie ou que celles de « conteur » et de « contage » qui orientent vers des pratique sociales de transmission culturelle voire spectaculaire, mais également des notions plus récentes telles que celles d’« implied author » et de « postulated reader » (auteur impliqué ou implicite et lecteur postulé) proposées par Wayne C. Booth et reprises par Barbara Wall à propos de la littérature de jeunesse54. Il nous semble toutefois que l’argument de la survivance avancé par Ewers, repris par Lévêque est, de ce point de vue, insuffisant : « L’univers culturel enfantin représente de surcroît un domaine dans lequel sont demeurés vivants non seulement le récit fondé sur le livre mais aussi la narration orale55 ». En effet, ce serait ne pas spécifier ce que fait le racontage en regard du contage ou de la narration, y compris en littérature enfantine. Conceptualiser le racontage avec le raconteur, demanderait de plus d’y adjoindre la notion d’écouteur – Benjamin d’ailleurs utilise précisément ce verbe à un moment décisif de sa réflexion : « Et ce qu’il raconte, à son tour, devient expérience en ceux qui écoutent son histoire56 ». Aussi, le premier enjeu de la réflexion notionnelle ouverte – et loin d’être fermée – par Benjamin concerne-t-il la relation qu’instaure le racontage : nous aimerions faire l’hypothèse que cette relation, qui certes consiste à raconter/écouter une histoire, engage bien plus qu’un simple procès de transmission ou, cela est encore plus évident, bien plus qu’une communication. Benjamin suggère en plusieurs moments de sa réflexion qu’il s’agit d’une relation impliquant un corps-langage (« de bouche en bouche »). Ce dernier crée, dans et par le langage, une association ou une communauté comme processus de transsubjectivation, laquelle constituerait la teneur même de l’activité, disons un passage de voix. Celui-ci n’est pas éthéré ou insensible, il serait même avec Benjamin incorporé dans des gestes langagiers impliquant corps et esprit – pour reprendre une dichotomie qu’il traverse : si le raconteur transmet « sa propre vie » plus que « le savoir ou la sagesse d’un homme57 », ce passage de voix est un passage de vie. Un tel passage transsubjectif est également l’invention de formes-sujets (raconteur et écouteur) qui ne peuvent être antérieures au racontage : c’est à un inaccessible, une dormance58, du sens, du connu, de l’histoire et de la société qu’ouvre alors tout racontage. Aussi, ce qu’on a l’habitude de réduire à un récit, à une narration, à un texte, demande-t-il une conceptualisation nouvelle puisqu’il s’agit d’un continu anthropologique, poétique et éthique, qui fait relation dans et par une histoire, une pratique et une culture. C’est donc, avec Benjamin, une critique des catégories discontinuistes habituelles qui s’ouvre en vue de leur préférer une « activité vivante » qu’on aurait tort de réduire à un passé mythique de société dites orales ou sans écriture. Le racontage comme passage de voix, c’est-à-dire l’invention de formes de vie (expériences) et de formes de langage (histoires) qui s’échangent dans la plus grande intensité d’une relation de relation, serait l’utopie en acte de cette « activité vivante ».

  • 59 Benjamin, 2000-III, p. 138.

17Il nous faut toutefois, avec Benjamin, retrouver la spécificité du racontage avec les enfants – quitte ensuite, et donc grâce à ce levier critique qui ainsi donnerait à ce répertoire toute sa force et sa place, retrouver au cœur des expériences littéraires de tous ordres la force même du racontage, en faisant alors fi du pessimisme souvent rhétorique de Benjamin. Aussi, l’argument avancé par Benjamin (« Le conte, encore aujourd’hui, reste le premier conseiller de l’enfance, parce qu’il fut jadis le premier conseiller de l’humanité ») serait-il à repenser au-delà du genre, à moins d’en faire le prototype de tous les genres, et pourrait ainsi concerner toute lecture-écriture engagée dans ce « conseil de l’enfance ». Par ailleurs, on pourrait associer à la considération de la voix dans et par le racontage par Benjamin (« Celui qui écoute une histoire se trouve en compagnie du conteur ; même celui qui la lit partage cette compagnie59 »), une autre qui la suit immédiatement et concerne la poésie : « (Car même celui qui lit un poème est enclin à lui prêter sa voix pour un auditeur éventuel.) » ; ainsi les œuvres pour l’enfance et la jeunesse seraient-elles des passages de voix exemplaires.

  • 60 Alexis Nouss, op. cit., p. 300.
  • 61 L'édition en poche du « Raconteur » avec « La tâche du traducteur » sous le titre d'un autre texte (...)
  • 62 Benjamin, 2000, I, p. 244-262.
  • 63 Benjamin, 2000, I, p. 259.
  • 64 Ibidem.

18Alexis Nouss60 a attiré notre attention sur la proximité61 dans la réflexion benjaminienne du « Raconteur » et de son fameux texte sur la traduction (« La tâche du traducteur »62) pour montrer que dans un cas, le racontage, comme dans l’autre, la traduction, ce n’est ni vers l’intrigue ni vers le sens que Benjamin attire notre attention mais vers ce qu’il appelait « le pur langage (die Reine Sphrache)63 ». Il y a là à saisir ce que bien des études critiques ne cessent d’ignorer : le racontage est une force qui met le langage à la hauteur d’une anthropologie historique, appelons cette dernière simplement relation ; il s’oppose ainsi à toutes les manières de maîtriser et l’histoire et sa transmission que ce soit par le détail ou par la clé voire l’outil (la boîte...) qui ouvrirait, pour le moins imposerait toujours, le tout et donc le tout expliquer voire interpréter – nous renvoyons à la comparaison opérée par Benjamin : « ainsi la traduction touche l’original de façon fugitive et seulement dans le point infiniment petit du sens, pour suivre ensuite sa trajectoire la plus propre, selon la loi de la fidélité dans la liberté du mouvement langagier64 ». De même, le racontage continué, s’il tient seulement à un point, le sens, l’intrigue, la fable, etc., c’est pour mieux être porté par le mouvement langagier qui est son propre : un passage de voix comme rythme de la relation.

  • 65 Mathieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture médiatique » dans Nathalie Prince, La Litt (...)
  • 66 Benjamin, 2011, p. 143-146.

19Aussi nous faut-il finalement souligner la force de l’oralité de l’écriture en parlant par exemple d’une « lecture par l’oreille65 », à condition de ne jamais réduire une telle lecture à une oralisation/audition étant donné l’incapacité voire l’inexpérience supposées du jeune lecteur. Benjamin va jusqu’à parler de « pédagogie coloniale66 » quand les instrumentalismes et le mépris s’emparent du racontage. La courte recension d’un ouvrage de Alois Jalkotzy (Märchen und Gegenwart. Das deutsche Volksmärchen une unsere Zeit [Le conte et le présent. Le conte populaire allemand et notre temps]) publié à Vienne en 1930, est impitoyable à l’égard d’un « livre où l’abandon de la substance la plus authentique et la plus originelle [est] exigé avec le même naturel que l’on mettrait à comprendre l’imagination délicate et réservée de l’enfant, tout aussi franchement, comme une demande d’âme dans la ligne d’une société de production marchande ; et à considérer l’éducation avec une bien triste ingénuité comme une chance d’écoulement colonial pour biens culturels ». Aucun hasard à ce que Benjamin condamne ces infantilismes pédagogiques et littéraires au même titre que les politiques colonialistes à l’égard des « peuples primitifs », « une clientèle envoyée par Dieu pour le bénéfice de la camelote européenne ». On pourrait ainsi, après Benjamin, reconsidérer de nombreuses publications adaptées pour la jeunesse par les discours critiques et pédagogiques les mieux intentionnés... Le racontage est également une critique de ce « réformisme allègre, pour lequel psychologie, folklore et pédagogie ne sont que des pavillons sous lesquels le conte, marchandise d’exportation, constitue un fret à destination de la partie obscure de la terre, où les enfants se languissent dans les plantations de sa pieuse mentalité ». Politique et poétique en littérature de jeunesse sont inextricablement impliquées, ainsi que Benjamin le suggère dans cette recension virulente.

  • 67 G. S., II/3, p. 1277.

20Benjamin lui-même écrivait à un de ses correspondants : « Je vois seulement maintenant, occupé que je suis à terminer mes études sur Leskov, à quel point presque tout reste à faire pour ma théorie des formes épiques67 ». Nous nous proposons donc d’y revenir et même d’observer « ce qui reste à faire » étant entendu qu’il nous faut également tenter d’établir ce qui a été fait !

  • 68 Jean Starobinski, La Relation critique, Paris, Gallimard, « Le Chemin », 1970, p. 9-33.
  • 69 Benjamin, 2000, III, p. 114.
  • 70 Ibidem, p. 120.
  • 71 Ibidem, p. 119.

21En fin de compte, notre souhait le plus cher est de permettre un double mouvement réflexif : une critique de Benjamin, au sens d’une relation critique68, et une critique des œuvres avec Benjamin sous l’angle des fables de la voix qui savent encore aujourd’hui inventer l’inconnu de la relation, cette activité la plus « vivante » dès que racontage69. « L’aspect épique de la vérité70 » dont parle Benjamin serait peut-être « la sagesse », non comme ensemble de règles mais comme expérience transmise et transmissible. Cette « parole vivante » rend la littérature à la vie parce que « porter conseil, en effet, c’est moins répondre à une question que proposer une manière de poursuivre une histoire (en train de se dérouler)71 ».
Et les enfants, nous avec eux, disent : « Encore ! ».

Haut de page

Bibliographie

Walter Benjamin, Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), Paris, Gallimard, « folio essais », 1991.

Walter Benjamin, Je déballe ma bibliothèque, préface de Jennifer Allen, trad. de Philippe Ivernel, Paris, Rivages poche, « Petite bibliothèque », 2000.

Walter Benjamin, Œuvres, tomes I, II, III, traduction française de Maurice de Gandillac revue par Rainer Rochlitz (présentation) et Pierre Rusch, Paris, Gallimard, « folio essais », 2000 [nous indiquons toujours le tome après l’année pour distinguer ces ouvrages de la référence précédente].

Walter Benjamin, « Le Conteur. Réflexions sur l’œuvre de Nicolas Leskov », Œuvres, t. III, op. cit., p. 114-151.

Walter Benjamin, Enfance. Éloge de la poupée et autres essais, traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Rivages poche, « Petite bibliothèque », 2011.

Lewis Carroll, « Préface adressée à toutes les mamans », Alice racontée aux petits, trad. de Bernard Noël, Paris, L’École des loisirs, 1978.

Critique n° 267-268, août-septembre 1969.

Europe, n° 804 (« Walter Benjamin », dossier coordonné par Jean-Marc Lachaud), avril 1996.

Hans-Heino Ewers , « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. » Réflexions à partir de Walter Benjamin », Revue de littérature comparée, 2002/4 n° 304 (« L’invention du roman pour la jeunesse au xixe siècle », Isabelle Nières-Chevrel (dir.), Paris, Klincksieck, 2002, p. 421-430.

Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Rennes, PUR, « Interférences », 2009.

Catherine Géry, « Nicolas Leskov, entre tradition et modernité », 2002, http://www.vox-poetica.org/entretiens/intGery.html

Mathilde Lévêque, « Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter Benjamin », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010. URL : http://strenae.revues.org/86

Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Préface d’Isabelle Nières-Chevrel, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, « Interférences », 2011.

Nicolas Leskov, Le Gaucher et autres récits, trad. du russe et préface par Catherine Géry, Lausanne, Éditions L’Age d’homme, 2002.

Mathieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture médiatique » dans Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse en questions, Rennes, PUR, 2009.

Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2009.

Henri Meschonnic, Critique du rythme, Lagrasse, Verdier, 1982.

Henri Meschonnic, « L’allégorie chez Walter Benjamin », L’Utopie du Juif, Paris, Desclée de Brouwer, « Midrash », 2001, p. 281-324.

Isabelle Nières-Chevrel, « La littérature d’enfance et de jeunesse entre la voix, l’image et l’écrit », Bibliothèque comparatiste, Vox poetica, 30 janvier 2011 : http://www.vox-poetica.org/sflgc/biblio/nieres-chevrel.html

Alexis Nouss, « Le conteur comme traducteur » dans Jean-Baptiste Martin, Nadine Decour (dir.), Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes, Centre de recherche et d’études anthropologiques, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 297-306.

Dominique Rabaté, Le Roman et le sens de la vie, Paris, José Corti, « Les essais », 2010.

Revue d’esthétique n° 1 (« Walter Benjamin », coordonné par Marc B. de Launay et Marc Jimenez), 1981 (rééd. élargie en 1990).

Jean Starobinski, La Relation critique, Paris, Gallimard, « Le Chemin », 1970.

Bruno Tackels, Walter Benjamin, une vie dans les textes. Essai biographique, Arles, Actes Sud, 2009.

Walter Benjamin. Archives. Images, textes, signes, éd. Florent Perrier, trad. Philippe Ivernel, Paris, Klincksieck, 2011.

Haut de page

Notes

1 Anton Tchekhov, « La Steppe. Histoire d'un voyage », La Steppe Salle 6 L'Evêque, traduction d'Édouard Parayre revue par Lily Denis, préface et dossier de Roger Grenier, Paris, Gallimard, « folio classique », 2003, p. 116-117.

2 Rainer Rochlitz, « Présentation » dans Walter Benjamin, Œuvres, tome I, p. 9.

3 Voici le programme de l'agrégation sous l'intitulé « Poétiques du récit d’enfance : Walter Benjamin, Enfance berlinoise vers 1900 (Berliner Kindheit um 1900, 1950), in Sens unique. Précédé de Une enfance berlinoise, trad. Jean Lacoste, Paris, Maurice Nadeau, 1988 (2e édition revue), pp. 27-135 ; Vladimir Nabokov, Autres rivages (Speak, Memory, 1951), trad. Mirène Davet et Mirèse Akar, Paris, Gallimard, 1991, coll. Folio n° 2296 ; Nathalie Sarraute, Enfance (1983), Paris, Gallimard, 1985, coll. Folio n° 1684. ». http://cache.media.education.gouv.fr/file/agregation_externe/21/2/p2013_agreg_ext_lettres_mod_202212.pdf.

4 On peut consulter la bibliographie critique offerte par Heinz Wismann à l'issue de sa présentation dans Walter Benjamin (2000, I, 59-88), malheureusement elle s'arrête à 2000... car depuis lors, les travaux n'ont cessé de se multiplier.

5 Cette exposition a été accompagnée d'une journée d'études : « De l'archive à la collection : méthode et objet chez Walter Benjamin » et partenaire du colloque organisé à l'IMEC : « Une constellation française pour Walter Benjamin : réception et critique » (1er, 2 et 3 février 2012).

6 Ewers Hans-Heino , « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. » Réflexions à partir de Walter Benjamin », Revue de littérature comparée, 2002/4 n° 304 (« L’invention du roman pour la jeunesse au xixe siècle » Isabelle Nières-Chevrel (dir.), Paris, Klincksieck, 2002, p. 421-430.

7 Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, Hrsg. v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Stuttgart, Frankfurt, II/2, 1972, p. 438-465. Le texte est disponible en pdf à cette adresse : http://www.culture.hu-berlin.de/hb/files/Benjamin_Der_Erzaehler.pdf

8 Œuvres, tomes I, II, III, traduction française de Maurice de Gandillac revue par Rainer Rochlitz (présentation) et Pierre Rusch, Paris, Gallimard, « folio essais », 2000 [nous indiquons toujours le tome après l’année pour distinguer ces ouvrages de la référence précédente]. Ici, Benjamin, 2000-III, p. 114-151.

9 Mathilde Levéque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre deux guerres, Préface d’Isabelle Nières-Chevrel, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, « Interférences », 2011, p. 217.

10 Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2009, p. 107-108.

11 Leo Lionni, La Maison la plus grande du monde (1968), Paris, L’École des loisirs, 1971. Voir Martin, 1999, p. 57-59.

12 Ibidem, p. 59

13 Isabelle Nières-Chevrel, « La littérature d’enfance et de jeunesse entre la voix, l’image et l’écrit », Bibliothèque comparatiste, Vox poetica, 30 janvier 2011 : http://www.vox-poetica.org/sflgc/biblio/nieres-chevrel.html

14 Voir Benjamin, 2000, III, p. 138 dans une traduction légèrement différente.

15 Lewis Carroll, « Préface adressée à toutes les mamans », Alice racontée aux petits, trad. de Bernard Noël, Paris, L’École des loisirs, 1978.

16 Jean-Pierre Martin, La bande sonore. Essai sur le roman de la voix, José Corti, 1998.

17 Nous reprenons ici le titre d'un article de Raphaël Baroni (Cahiers de narratologie n° 14, 2008), auteur de La Tension narrative, Paris, Seuil, 2007.

18 Ibid.

19 Ainsi appellerons-nous dorénavant et le texte et la notion éponyme de Walter Benjamin, sauf quand nous ferons explicitement référence à la traduction de Gandillac revue par Rusch qui constituera ici notre texte de référence (Benjamin, 2000-III, p. 114-151).

20 Dans la traduction de Maurice de Gandillac revue par Rainer Rochlitz, voir Walter Benjamin, Œuvres, Tome III, op. cit., p. 269-316.

21 Enfance. Éloge de la poupée et autres essais, traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Rivages poche, « Petite bibliothèque », 2011, p. 18. Cette édition de Philippe Ivernel est toutefois extrêmement précieuse pour qu'un large public accède aux textes de Benjamin concernant l'enfance et la présentation et les notes de Philippe Ivernel sont vraiment précieuses.

22 Nous renvoyons aux actes des journées d'études « Narratology and the New Social Dimension of Narrative » (1-2 février 2012) présentés par Simone Morgani sur le site du CRAL (Centre de recherches sur les arts et le langage) (http://narratologie.ehess.fr).

23 Alexis Nouss, « Le conteur comme traducteur » dans Jean-Baptiste Martin, Nadine Decour (dir.), Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes, Centre de recherche et d’études anthropologiques, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 297-306.

24 Dominique Rabaté, Le Roman et le sens de la vie, Paris, José Corti, « Les essais », 2010, p. 35-43. Il est significatif que telle bibliographie récente réalisée fin 2011 (http://walterbenjaminarchives.mahj.org/bibliographie.php) ignore cet ouvrage comme si Benjamin ne devait solliciter philosophes et littéraires français qu'à propos de Proust qu'il a traduit et de Baudelaire auquel il a consacré effectivement de nombreuses études ou « passages », en oubliant tous ses autres textes (en particulier, ceux touchant à l'enfance) et particulièrement « Le raconteur »...

25 Mathilde Lévêque, « Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter Benjamin », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010. URL : http://strenae.revues.org/86

26 Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Rennes, PUR, « Interférences », 2009 ; Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2009, p. 107-108.

27 Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, Paris, Gallimard, 2007, Pléiade, p. 1040.

28 Benjamin, 2000, III, p. 125.

29 Henri Meschonnic, « L’allégorie chez Walter Benjamin », L’Utopie du Juif, Paris, Desclée de Brouwer, « Midrash », 2001, p. 282-324.

30 Ibidem, p. 286.

31 Nous indiquons le numéro de la séquence du « Raconteur » entre parenthèses.

32 Cette notion est empruntée à Leskov : « la figure du juste, qui est rarement un ascète, le plus souvent un homme simple et laborieux, qui paraît devenir un saint le plus naturellement du monde ». Benjamin ajoute cette précision importante : « L'exaltation mystique n'est pas l'affaire de Leskov » (Benjamin, 2000-III, p. 118).

33 Benjamin, 2000, III, 136-137

34 Georg Lukàcs, La Théorie du roman, trad. de l’allemand par Jean Clairevoye, Paris, Éditions Denoël, 1968.

35 Catherine Géry, « Nicolas Leskov, entre tradition et modernité », 2002, http://www.vox-poetica.org/entretiens/intGery.html

36 ibidem, p. 27-28.

37 Benjamin, 2000, III, p. 170-225

38 Benjamin, 2000, III, p. 224-225

39 Walter Benjamin, Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), Paris, Gallimard, « folio essais », 1991, p. 251-263.

40 Ibid, p. 256.

41 Benjamin (1931), 2000 b, 59.

42 Nicolas Leskov, Le Gaucher et autres récits, trad. du russe et préface par Catherine Géry, Lausanne, Éditions L’Age d’homme, 2002, p. 43.

43 Op. cit., p. 41.

44 Henri Meschonnic, op. cit., p. 284.

45 Benjamin, 2000, III, p. 114-115.

46 « Critique est l'un des noms de l'attention », écrivait Jean Paulhan (Petite préface à toute critique, Paris, Minuit, 1951). Voir à ce propos Le Français aujourd'hui n° 160 (« La critique pour quoi faire ? »), Paris, Armand Colin, 2008.

47 Voir Marcel Mauss, « Une catégorie de l'esprit humain : la notion de personne, celle de Moi » (1938), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, « Quadrige », 1997, p. 331-364.

48 Benjamin, 2000, III, p. 125.

49 Ibidem, p. 126.

50 Benjamin, III, p. 127.

51 Benjamin, 2000, III, p. 150.

52 Georges Didi-Huberman, Devant l'image, Paris, Minuit, « Critique », 1990, p. 318. La notion d'inquiétude est à la page 316.

53 Henri Meschonnic, op. cit., p. 284.

54 Voir Barbara Wall, The Narrator-s Voice. The Dilemna of Children's Fiction, New York, St Martin's Press, 1991. L'ouvrage de référence de Wayne C. Booth, Rhetoric of Fiction (1961), Chicago, University of Chicago Press, 1983.

55 Ewers, op. cit., p. 425.

56 Benjamin, 2000-III, p. 121.

57 Benjamin, 2000, III, p. 130.

58 Voir Benjamin, 2000-III, p. 125.

59 Benjamin, 2000-III, p. 138.

60 Alexis Nouss, op. cit., p. 300.

61 L'édition en poche du « Raconteur » avec « La tâche du traducteur » sous le titre d'un autre texte de Walter Benjamin, Expérience et pauvreté est de ce point de vue très significative et judicieuse : trad. Par Cédric Cohen Skalli, préface d’Élisabeth Pestre, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2011.

62 Benjamin, 2000, I, p. 244-262.

63 Benjamin, 2000, I, p. 259.

64 Ibidem.

65 Mathieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture médiatique » dans Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse en questions, Rennes, PUR, 2009, p. 194-195.

66 Benjamin, 2011, p. 143-146.

67 G. S., II/3, p. 1277.

68 Jean Starobinski, La Relation critique, Paris, Gallimard, « Le Chemin », 1970, p. 9-33.

69 Benjamin, 2000, III, p. 114.

70 Ibidem, p. 120.

71 Ibidem, p. 119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Martin, « Les fables de la voix en littérature enfantine :
actualités du « Raconteur » (Der Erzähler, 1936) de Walter Benjamin
 », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/961 ; DOI : 10.4000/strenae.961

Haut de page

Auteur

Serge Martin

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle, DILTEC (EA 2288)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org