Navigation – Plan du site

Texte intégral

On s’est rarement rendu compte que la relation naïve de l’auditeur avec le conteur est dominée par l’envie de retenir l’histoire racontée.

Walter Benjamin, Le Conteur

1Ce dossier accueille des contributions auxquelles il a été demandé de partir du texte de Walter Benjamin, « Le Raconteur », en vue de penser au plus juste ce qui fait la force de certaines œuvres de la littérature pour l’enfance et la jeunesse : un passage de voix, comme passage d’expériences dans et par le langage, au sens le plus large que nous connaissons puisque, quels que soient les dispositifs, c’est toujours le langage comme transsubjectivation, et donc voix en relation, qui organise et transforme le regard et l’écoute, le sentir et le penser, la mémoire et l’oubli.

2La demande était fort ambitieuse – nous nous en doutions, sachant pour nous-mêmes le défi qu’elle constituait – et nous ne pouvons que remercier les contributeurs à ce dossier ainsi que leurs relecteurs. En effet, non seulement la lecture de Benjamin n’est pas facile, et particulièrement la lecture de ce texte qu’il nous a laissé avec sa propre traduction française, mais elle soulève bien des questions qu’on ne peut résoudre et, peut-être qu’une telle lecture n’a de valeur qu’heuristique. Aussi, chacun s’est essayé avec Benjamin et à le lire et à lire ou relire des œuvres de jeunesse dans le même mouvement d’interrogation. On verra que ces essais ne constituent pas une chambre d’écho homogène : des tensions perdurent tant dans les lectures que dans les voies tracées. Des discussions sont ouvertes et, on l’espère, se poursuivront ici et ailleurs. Elles concernent des notions qu’il faut à la fois tenir ensemble et dissocier telles que celles de raconteur, de conteur et de narrateur voire d’auteur en regard de celles qui ne leur correspondent pas forcément terme à terme : écouteur, auditeur, narrataire et lecteur. D’autres notions découlent des précédentes et demandent les mêmes attentions : oralité, oraliture, oralisation dans le champ de dissociation et d’association du parlé, du ton, de la proximité et de la distance, bref de la relation langagière dans toutes ses manières de dire et de faire – et l’on sait qu’avec l’enfance, les accents relationnels peuvent dissocier trop vite ce qui est de l’ordre d’un dialogisme fondamental dès que langage : combien de fois faut-il rappeler la portée anthropologique de toute attention à l’enfance, aux enfants, et donc à la littérature d’enfance. C’est peut-être là que réside au fond la portée décisive de l’approche de Benjamin pour ce qui nous intéresse aujourd’hui : une anthropologie qui ne serait pas seulement à portée ethnographique, une culturologie qui ne serait pas seulement à portée sociologique.

3De Léopold Chauveau (Marie-Pierre Litaudon) à Manuela Draeger alias Antoine Volodine (Florence Traisnel), en passant par Philippe Corentin (Isabelle Lebrat) et Malika Ferdjoukh (Serge Martin), ce sont autant de fragments continués d’une réflexion sur des œuvres comme racontages ; de Perceval (Magali Jeannin) à Pierre l’ébourrifé (Lucia Sagradini) puis d’un album des éditions Sarbacane (Aurélie Clémenson et Camille Vorger) aux ouvrages qui écrivent pour la jeunesse « après Auschwitz » (Béatrice Finnet) ou à ceux qui écrivent tout près de l’oraliture (Catherine Brasselet), ce sont autant de réflexions sur la voix avec Benjamin comme tenue d’une critique « tout contre » Benjamin ainsi que Jean Perrot nous le suggère en relisant l’œuvre de Susie Morgenstern. Réflexions que nous ne fermerons pas sans souligner qu’avec les meilleures œuvres de littérature enfantine, c’est chaque fois avec chaque lecteur une relance de la voix comme passage d’expérience (Erfahrung) qui est engagée : non seulement mémorisation comme le suggère Benjamin lui-même – voir la citation mise en épigraphe à cette introduction – mais également incorporation ainsi que les enfants le signalent quand ils disent « encore ! » voulant vivre de tout cœur, et ajoutons « corps », l’histoire racontée. Benjamin n’a-t-il pas lui-même signalé cette relance, empruntant à Baltasar Gracián le début de sa formulation qui ici peut devenir formule, avec cette allégorie du palais des lectures comme voyages, puisqu’aucune demeure autre que ce passage de voix ne nous assure de quoi que ce soit et surtout pas d’une maîtrise quelconque de l’espace comme du temps dès que voyage avec les racontages et donc les voix. C’est cet abandon, qui est aussi un engagement, que l’enfant aime avec les histoires et que Benjamin a su approfondir jusque dans son écriture de la reprise infinie :

« Le temps dans lequel vit même celui qui n’a pas de demeure devient un palais pour le voyageur qui n’en a laissé aucune derrière lui. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Gaiotti et Serge Martin, « Présentation », Strenæ [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/960 ; DOI : 10.4000/strenae.960

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org