Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Olivier Caïra, Jeux de rôle. Les forges de la fiction

Paris, CNRS éditions, 2007, 311 p., 20 euros
Antoine Dauphragne
Référence(s) :

Olivier Caïra, Jeux de rôle. Les forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007, 311 p., 20 euros

Texte intégral

  • 1  CAÏRA, Olivier, Jeux de rôle. Les forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007, p. 7.
  • 2  TREMEL, Laurent, Jeux de rôles, jeux vidéo, multimédia. Les faiseurs de mondes, Paris, PUF, 2001. (...)
  • 3  CAÏRA, op. cit., p. 10.

1Les forges de la fiction, d’Olivier Caïra, est à ranger parmi les rares ouvrages francophones en sciences humaines s’attachant au jeu de rôles. L’ouvrage en propose une analyse fine et dynamique centrée sur la pratique des joueurs. La démarche annoncée, qui entend proposer un texte accessible aussi bien aux rôlistes qu’aux universitaires, semble renvoyer autant à un souci de clarté qu’au profil de l’auteur. Olivier Caïra est sociologue ; ses travaux portent sur l’industrie du divertissement et sur les théories de la fiction. Lui-même rôliste chevronné, il mène ici sa recherche en s’appuyant d’une part sur son bagage ludique personnel et d’autre part sur des outils théoriques et un dispositif ethnographique qui inscrivent sans ambiguïté ce travail dans le cadre des sciences sociales. La volonté de l’auteur de considérer le jeu de rôles comme un objet d’étude à part entière transparaît tout au long du livre, en rupture explicite avec des approches sociologiques instrumentalisant cet objet comme « analyseur du social »1, à l’image des travaux de Laurent Trémel2. Resituant le jeu de rôles au cœur de sa réflexion, Olivier Caïra en interroge les caractéristiques propres et l’envisage comme un « mode particulier de l’engagement dans la fiction »3. C’est l’ensemble des composantes et des étapes constitutives de l’environnement et de la situation ludiques que Les forges de la fiction appréhende dans son analyse.

2Le livre s’ouvre sur une note explicative intitulée « un livre dont vous êtes le héros ». Elle oriente le lecteur vers les chapitres à consulter en priorité, selon son profil et ses centres d’intérêts. Le corps de l’ouvrage se compose de trois grandes parties : « un nouveau type de jeux de société » offre un panorama du jeu de rôles ; « ethnographie d’une séance » présente la description ethnographique de trois parties organisées et menées par l’auteur, avec le même scénario mais auprès de groupes aux profils divergents ; « le jeu de rôle à la croisée des fictions », mouvement analytique principal, dissèque les multiples facettes de l’expérience fictionnelle spécifique offerte par ce média. La première partie synthétise efficacement en 57 pages les éléments de base que l’on s’attend à trouver dans une présentation panoramique sur le jeu de rôles : bref historique, description de ses univers et mise en évidence de leur perméabilité, indications sur le contexte éditorial et économique ainsi que sur la population de joueurs, analyse rapide des produits, des personnages et de la place originale des règles. Olivier Caïra souligne une première fois la complexité de ce type ludique en utilisant l’image du « montage » que le maître de jeu doit accomplir en assemblant harmonieusement univers, règles, personnages et scénario, le tout dans le respect des attentes des joueurs ; lorsque la partie débute, cette construction fictionnelle ne subsiste qu’au prix de constants ajustements (modification de règle, « tricherie » sur un jet de dé, etc.). L’impossibilité de saisir avec justesse l’activité des rôlistes durant le jeu en se limitant à la seule description des éléments du « montage » amène alors l’auteur à ses observations ethnographiques. Celles-ci sont riches d’enseignements, en ce qu’elles révèlent des dénouements différents à partir d’un même scénario de base. Chaque groupe de joueurs développe de fait sa propre fiction et la juge selon des critères esthétiques spécifiques. Une partie de jeu de rôle s’avère ainsi être une construction fictionnelle collective et négociée ; Olivier Caïra emprunte à Earving Goffman la notion de « conventions de transcriptions » nécessaires à la représentation via la fiction et s’attarde sur les conventions temporelles, d’action et narratives. La mise en lumière de la plasticité des situations ludiques et de leur caractère improvisé et collectif débouche sur le cœur réflexif de l’ouvrage, qui montre le jeu de rôles comme un point de concentration des possibles fictionnels.

3Dans cette dernière partie, la plus dense et la plus conséquente, la métaphore du carrefour est déclinée cinq fois : le jeu de rôles est situé au carrefour des univers, en ce qu’il résulte d’une composition, d’une part du maître de jeu qui élabore son scénario et sa vision de l’univers ludique à partir de sources disparates, d’autre part des joueurs, dont les représentations doivent cohabiter ; il est au carrefour des fonctions créatives, puisqu’il est organisé par une division des tâches et qu’il repose sur la distribution de fonctions et l’exercice de compétences ; il se trouve au carrefour des niveaux de communication, les joueurs naviguant constamment entre plusieurs registres de langage et plusieurs degrés de participation au jeu (blagues, commentaires, précisions, etc.) ; il occupe le carrefour des règles d’engendrement, de par sa capacité à concilier dimension imaginaire et mécanique ludique ; enfin, il apparaît au carrefour des exigences ludiques, tant il permet de satisfaire des attentes diverses, à charge pour le maître de jeu de concilier des positions parfois contradictoires. Au final, pour l’auteur, c’est bien la complexité des compétences à mettre en œuvre qui distingue le jeu de rôles dans le paysage ludique. Elle serait même à la base de « la formule d’engagement » des joueurs dans cette forme particulière de fiction, c’est-à-dire la raison motivant l’investissement dans le jeu. L’ouvrage se termine par un appendice méthodologique au cours duquel Olivier Caïra se positionne par rapport à Didier Guisérix et Laurent Trémel, les auteurs des deux autres publications françaises significatives sur le jeu de rôles, et justifie ses choix et son dispositif de recherche.

4L’objectif annoncé dans les premières pages des forges de la fiction était d’offrir une vision claire et synthétique du jeu de rôles pour les néophytes et de proposer une analyse de cet objet comme média fictionnel présentant des caractéristiques propres ; au terme de la lecture, on peut affirmer que l’ouvrage remplit de manière convaincante la mission qu’il s’était assigné. On peut certes émettre quelques réserves sur l’emploi fréquent de métaphores, qui donne l’impression que l’auteur cherche à consolider ses conclusions de manière un peu artificielle. Dans un autre domaine, on peut aussi regretter que certaines références théoriques sur le jeu, comme les travaux de Jacques Henriot, Brian Sutton-Smith ou encore Gilles Brougère ne soient pas évoquées. Toutefois, la pertinence et la finesse des analyses, la clarté du propos, la qualité de l’articulation entre éclairage théorique et matériau empirique achèvent d’emporter l’adhésion. On appréciera également à leur juste valeur les remarques méthodologiques d’Olivier Caïra sur le rapport à son objet du chercheur « impliqué » ; non seulement la familiarité avec le jeu de rôles peut être maniée, certes avec précaution, comme un outil de la recherche, mais irait-on disqualifier une étude littéraire sous peine que son auteur a la passion des livres ? Les forges de la fiction concilie avec brio ses différents niveaux de lecture ; démonstration est faite que l’étude du jeu de rôles « en soi » n’est pas synonyme d’érudition stérile mais offre au contraire des perspectives et des terrains de recherche innovants pour les sciences humaines.

Haut de page

Notes

1  CAÏRA, Olivier, Jeux de rôle. Les forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007, p. 7.

2  TREMEL, Laurent, Jeux de rôles, jeux vidéo, multimédia. Les faiseurs de mondes, Paris, PUF, 2001.

3  CAÏRA, op. cit., p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Dauphragne, « Olivier Caïra, Jeux de rôle. Les forges de la fiction », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 14 juin 2010, consulté le 15 avril 2014. URL : http://strenae.revues.org/94

Haut de page

Auteur

Antoine Dauphragne

Université Paris Nord 13, EXPERICE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org