Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Annie Renonciat (dir.), Voir/Savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, du xvie au xxe siècle

Laurent Gerbier
Référence(s) :

Annie Renonciat (dir.), Voir/Savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, du xvie au xxe siècle, Futuroscope, Scéren/CNDP, 2011, 254 p., 23 €.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage dirigé par Annie Renonciat réunit à la fois le catalogue de l’exposition « La pédagogie par l’image au temps de l’imprimé », présentée au musée national de l’Éducation de Rouen de 2008 à 2011, et les actes partiels du XIIIe symposium des musées de l’Éducation, « Images et pédagogie. Perspectives internationales », qui s’est tenu à Rouen en juillet 2009. Le volume est ainsi organisé en deux grandes parties : la première partie, qui constitue le catalogue à proprement parler, reproduit 217 pièces présentées lors de l’exposition, majoritairement tirées du très riche fonds du musée national de l’Éducation, qui compte près d’un million de documents ; l’organisation est chronologique et offre un panorama historique général des pédagogies par l’image réparti en quatre chapitres (xvie-xviie siècles, Lumières, xixe siècle, xxe siècle). La seconde partie, plus brève, rassemble six articles de chercheurs, issus de communications au symposium de 2009, qui sans être appuyés sur les pièces de l’exposition reviennent pour les approfondir sur six aspects des « pédagogies par l’image ».

2Voir/Savoir est ainsi un volume hybride en plusieurs sens : du point de vue de ses objets, parce qu’il s’intéresse aux usages pédagogiques de l’image en la saisissant dans des supports, des contextes et des pratiques qui la font constamment dialoguer avec le texte ; du point de vue de sa problématique, parce qu’il entreprend de confronter des valeurs et des logiques de l’image profondément différentes qui pourtant se croisent et se combinent dans les documents rassemblés ; du point de vue enfin de sa construction éditoriale puisqu’il redouble les difficultés du florilège qu’un catalogue doit constituer et justifier avec celles d’un recueil d’études savantes elles-mêmes prélevées sur un ensemble plus vaste de travaux qui ne sont pas présentés au lecteur. Cette triple hybridation peut engendrer un moment de flottement au moment de la prise en main du volume ; cependant, cette première incertitude dépassée, elle en fait aussi toute la richesse : elle offre au lecteur une panoplie de documents, d’outils et de discours qui lui permettent d’aborder la richesse de son objet sans la réduire, et que vient compléter une riche bibliographie raisonnée en fin de volume.

Un catalogue historique

3La première partie de l’ouvrage, intitulée « La pédagogie par l’image. Histoire et patrimoine (du xvie au xxe siècle) », se présente donc comme un catalogue historique raisonné. Loin de se contenter de présenter et de légender les documents de l’exposition, ce catalogue met à contribution, sous la direction d’Annie Renonciat, huit chercheurs (dont trois des auteurs des études qui composent la seconde partie de l’ouvrage) : en effet, non seulement chaque chapitre historique fait l’objet d’une introduction spécifique, qui met en contexte la séquence étudiée et indique les principales évolutions et innovations thématiques, idéologiques ou techniques qui la marquent, mais à l’intérieur de ces chapitre chaque section fait à son tour l’objet d’une brève présentation, que viennent ensuite compléter ponctuellement des commentaires précis accompagnant certains documents particulièrement intéressants. Ces introductions et commentaires, précieux, permettent de situer précisément les documents présentés et d’en mesurer la place et l’importance : la part d’arbitraire relatif que comporte toute constitution d’une collection de documents se trouve ainsi notablement réduite, le lecteur se trouvant en particulier pourvu des outils savants qui lui permettent de mesurer la valeur relative des pièces reproduites, soit qu’on ait affaire à un exemple représentatif d’une vaste série, soit qu’on se trouve au contraire confronté à une pièce isolée dont la singularité et l’irréductibilité font précisément tout l’intérêt.

4Le soin apporté à la rédaction de ces commentaires savants éclaire les enjeux de l’émergence historique d’une véritable pédagogie par l’image, et articule les tensions problématiques qui structurent l’usage des images : outil d’une communication sensible immédiate, l’image est porteuse de tous les dangers et de toutes les puissances de cette immédiateté. Sa puissance même, qui la rend propre à toucher son spectateur au cœur même de sa vie sensible, en fait un merveilleux outil mnémotechnique et didactique, mais suscite symétriquement toutes les méfiances et toutes les critiques puisqu’elle séduit au lieu de persuader. De même, si elle semble particulièrement propre à toucher les enfants ou les illettrés, elle s’impose aussi comme une pièce de plus en plus essentielle des formes à travers lesquels s’expose et se construit la science moderne, pour finir par s’imposer, à travers sa multiplication même, comme un des piliers d’une culture visuelle à laquelle les dispositifs pédagogiques modernes font constamment appel. C’est à l’ensemble de ces enjeux et de leurs transformations que le panorama de la première partie entend initier le lecteur, en le confrontant aux images elles-mêmes.

5Le premier chapitre de ce catalogue historique, consacré aux xvie et xviie siècle, est intitulé « Les pouvoirs de l’image : instruire, plaire, émouvoir ». Il s’ouvre sur les usages de l’image comme véhicule de la piété, et décline ensuite les étapes du développement d’une pédagogie visuelle qui, des humanistes du xvie siècle aux jésuites du xviie, se détache du seul plan de l’instruction spirituelle et morale prodiguée par l’image pieuse pour ébaucher les formes proprement cognitive que l’image didactique peut remplir. C’est probablement dans le rôle qu’on lui fait jouer dans l’apprentissage de la lecture et des langues que l’image révèle alors ses dispositions pédagogiques les plus originales et les plus frappantes ; et certains des documents présentés valent par la singularité expérimentale des dispositifs qu’ils mettent en œuvre – c’est par exemple le cas du Rôti-cochon à l’attribution toujours discutée, ou de l’étonnante entreprise de l’Orbis Sensualium Pictus de Comenius.

6Avec le second chapitre, consacré aux Lumières, la problématique se transforme. Les usages pédagogiques de l’image s’imposent peu à peu – bien que les pédagogues anglais fassent sur ce point preuve d’une ouverture d’esprit plus précoce et plus large que leurs homologues français du même siècle – et deux enjeux principaux semblent dominer les images didactiques : l’un relève d’une quête de la mise en ordre du monde qui constitue, à travers la question des classifications et des représentations, un enjeu propre du savoir des Lumières ; l’autre concerne plus spécifiquement la volonté d’éduquer et d’inculquer les valeurs. D’un côté, il s’agit de mettre sous les yeux de l’enfant la richesse et la variété du monde pour révéler, à travers cette profusion, l’ordre caché que l’esprit doit mettre au jour ; de l’autre, c’est un modèle qu’offre l’image à l’enfant pour qu’il nourrisse en lui-même les vertus qui le construiront. Le projet émancipateur des Lumières se construit au carrefour de ces deux usages de l’image.

7Intitulé « De l’éducation des élites à l’instruction populaire : la pédagogie par l’image au xixe siècle », le troisième chapitre est de loin le plus important par sa taille : il occupe à lui seul presque autant de pages que les trois autres chapitres historiques réunis. Cette disproportion s’explique aisément : le xixe siècle voit se constituer une véritable culture visuelle de masse, portée par une série d’innovations techniques décisives du point de vue de la production, de la reproduction et de la diffusion des images. Les pédagogies de l’image s’étendent alors, quant à leur public (elles concernent désormais tout le public scolaire, du premier âge à l’instruction morale des futurs soldats en passant par l’apprentissage de la lecture, de l’histoire et de la géographie), mais aussi quant à leurs formats (les supports sont variés, de la carte murale à l’imagerie d’Épinal en passant par l’abécédaire et la planche savante). Cette variété permet au catalogue de montrer un matériel visuel mis en contexte : les documents présentés donnent à voir les dispositifs pédagogiques et l’organisation matérielle de la classe – le développement de l’image murale est à ce titre particulièrement frappant.

8Le dernier chapitre, consacré aux « Les voies nouvelles de la pédagogie par l’image au xxe siècle », s’ouvre sur un aveu d’impuissance : dans ce siècle qui voit se poursuivre et s’accélérer les innovations techniques (photographie, photogravure, offset), la production imprimée explose littéralement, et tout ne peut pas être montré – moins encore que pour les siècles précédents. Un des phénomènes parfaitement mis en œuvre par ce chapitre concerne, de ce point de vue, l’effacement progressif des frontières entre les usages pédagogiques de l’image et sa diffusion dans le cadre du livre de loisir : le mouvement entamé au xixe siècle est désormais arrivé à maturité, et la production de l’image imprimée est un secteur industriel et commercial important et structuré. Cela se marque par exemple dans le statut particulier de la bande dessinée, de ses usages purement didactiques à la vogue contemporaine d’adaptations des classiques. À l’heure de la multiplication des images, il est alors très intéressant de voir se développer, à côté de l’éducation par l’image, le souci d’une véritable éducation à l’image, qui entend fournir aux enfants non pas seulement les outils visuels d’un apprentissage du monde, mais aussi les outils d’apprentissage du monde visuel : l’image est désormais intimement tissée à la substance même du monde dans lequel il s’agit de faire entrer l’enfant et l’écolier.

« Morceaux choisis »

9La deuxième partie de ce livre est justement intitulée « Image et pédagogie, morceaux choisis » : les six articles qui la composent ont en effet été choisis à partir des vingt-trois communications présentées lors du symposium de Rouen en juin 2009. Ils offrent une approche que l’on est tenté de dire « perpendiculaire » au panorama historique de la première partie, puisque chacun de ces articles propose une coupe transversale qui permet de revenir sur une séquence ponctuelle de cette histoire des pédagogies par l’image, en approfondissant ses enjeux, et en présentant au lecteur une mise en contexte de ces images, saisies dans un moment particulier de l’histoire culturelle, rapportées à des pratiques et des usages concrets, ainsi qu’à des contextes sociaux, éditoriaux ou épistémologiques singuliers.

10Bien que ces six articles aient tous leur intérêt, on s’interroge, à la lecture, devant leur disproportion : entre la brève notice (trois pages) proposée par Isabelle Nières-Chevrel sur la Civilité puérile illustrée par Boutet de Monvel en 1887 et le parcours étendu (vingt-et-une pages) que dessine Yves Galupeau autour de la scénographie des images de l’histoire de France au xixe siècle, on ne parvient pas à se défaire de l’impression que la différence de taille des articles ne correspond pas seulement à la variation de la richesse de leur objet ou de leur propos.

11Dans un premier article (« Une pédagogie jésuite de et par l’image : la "langue des images" du Père Steegius (1647) »), Ralph Dekoninck s’intéresse à un traité jésuite qui propose une étonnante « langue des images (Beelden-Sprake) » dans laquelle la catéchèse par l’image utilise une grande variété de registres tout en proposant des formes originales et expérimentales d’articulation des images entre elles. L’iconophilie des jésuites, bien étudiée par ailleurs (par Ralph Dekoninck lui-même), s’enrichit ainsi d’un cas passionnant, à travers lequel on mesure aussi, au passage, à quel point les technologies de l’image (gravure, impression) fournissent à l’acte pédagogique non seulement ses outils mais aussi le vocabulaire qui permet de décrire métaphoriquement l’acte même d’enseignement.

12L’article de Christine Mongenot, « Images et exempla : les vertus de l’illustrations dans la pédagogie du premier Saint-Cyr (1686-1719) », s’attache à recenser et à commenter les usages de l’images dans le cadre du programme d’éducation des jeunes filles dressé par Madame de Maintenon pour la Maison Royale de Saint-Louis à Saint-Cyr. Ce programme appuyé sur le primat du sensible ménage en effet une place riche et variée à l’image : des estampes murales agrémentées de citations scripturaires aux vignettes pieuses distribuées comme récompenses, en passant par les cartes murales, les illustrations des livres religieux ou les saynètes jouées par les pensionnaires pour brosser des portraits moraux, c’est l’univers moral de l’éducation des filles qui, tout entier, se présente comme un univers visuel – ou s’efforçant de le devenir.

13L’article d’Yves Gaulupeau, « Du musée à l’école : la scénographie élémentaire de l’histoire de France (xixe-xxe siècles) », se présente comme une fresque autant que comme une étude de cas : Yves Gaulupeau étudie en effet la scénographie visuelle de l’histoire de France en reconstituant, à partir des tableaux du Musée historique de Versailles ouvert en 1837, la circulation dans les manuels d’histoire du programme iconographique et historiographique esquissé par Laurent de Jussieu en 1816 dans sa Galerie historique. Les scènes visuelles ainsi sélectionnées circulent aussi bien dans les manuels que dans les jeux éducatifs, bien au-delà de la désaffection qui frappe les toiles qui leur servent de modèles. On les retrouve ainsi dans les nouveaux manuels qui à partir de 1870-1880 accompagnent la conception de l’enseignement de l’histoire comme ciment de la nation, dans le cadre du développement de « l’enseignement par l’aspect ». Les images peintes sont transposées (au trait, en noir), c’est-à-dire aussi simplifiées et rendues plus lisibles, et parfois accompagnées de questions, contribuant ainsi à la définition d’un « air de famille » pour la scénographie visuelle de l’histoire nationale.

14Dans un article intitulé « L’image et la vulgarisation des savoirs scientifiques au xixe siècle. L’exemple de L’Univers de F. A. Pouchet (1868) », Maryline Coquidé s’intéresse à l’entreprise d’exploration visuelle de l’histoire naturelle conduite par Félix-Archimède Pouchet. En étudiant les relations entre l’auteur, les graveurs avec lesquels il travaille, et son éditeur (Hachette), Maryline Coquidé met en évidence le soin scrupuleux apporté à la réalisation des gravures, ainsi que leur très grande variété, du croquis d’observation à la gravure d’imagination en passant par l’illustration scientifique – certains choix de représentations, en particulier dans l’ordre de la gravure d’imagination, évoquent la vogue des dioramas que connaît le xixe siècle.

15Isabelle Nières-Chevrel consacre ensuite un bref article à la Civilité puérile et honnête expliquée par l’oncle Eugène et illustrée par M. B. de Monvel (Plon, Nourrit et Cie, 1887), qui lui donne l’occasion de poser une question cruciale : comment illustrer une « civilité » ? En effet, la représentation de la règle acquise et intériorisée ne présente guère d’intérêt visuel, tandis que la représentation de la transgression de la règle, plastiquement plus intéressante, ne peut être cautionnée par les éducateurs. Isabelle Nières-Chevrel montre alors que Boutet de Monvel parvient à utiliser la double page pour présenter une construction ironique dans laquelle la représentation de la règle voisine toujours avec celle de la transgression.

16Dans le dernier article, intitulé « L’image dans le documentaire pour enfants depuis "Mes Premières Découvertes" (Gallimard, 1989) », Cécile Boulaire se penche sur les dispositifs visuels employés dans le livre documentaire destiné aux jeunes enfants, dont elle propose une analyse critique : en s’attachant à décrire les systèmes matériels mis en œuvre dans les différentes collections développées pour le très jeune public, Cécile Boulaire met en évidence les potentialités qu’offrent ces dispositifs en même temps qu’elle pointe leurs limites. Ainsi le système des transparents qu’utilise la collection « Mes Premières Découvertes » permet de déconstruire l’image en passant d’un point de vue réaliste à un point de vue théorique, dans lequel l’enfant apprend à maîtriser le lieu même depuis lequel il choisit de voir l’image – mais ce dispositif se révèle très limité lorsqu’il s’agit de représenter des processus et des transformations continues. De manière analogue, le recours de plus en plus fréquent à la photographie donne lieu à des usages très divers, dans lesquels le foisonnement de l’information finit parfois par verser dans la redondance ou, au contraire, dans l’incohérence. Les exemples convoqués montrent de manière très convaincante que la richesse de l’iconographie ou des dispositifs visuels qui la font fonctionner n’est jamais auto-suffisante : les innovations plastiques et matérielles qui marquent la production éditoriale récente courent parfois le risque d’oublier l’importance de la médiation du texte.

17Ces six articles, en proposant chacun à leur manière une « reprise » détaillée et précise d’un aspect des pédagogies de l’image présenté de manière cursive dans la vaste fresque de la première partie du livre, s’offrent ainsi à la lecture d’une manière qui est, pour ainsi dire, heureusement heurtée : en brisant l’effet de continuité du panorama, ils permettent de saisir l’importance d’une réinscription fine des documents présentés dans leur contexte social, culturel, éditorial ou idéologique, remettant ainsi en perspective les enjeux problématiques déployés par la première partie (multitude des supports, tension entre le délassement visuel et la densité cognitive des images, nécessité du remplissement sensible des catégories abstraites, adéquation problématique de l’image didactique avec les facultés non-rationnelles, etc.).

18En procédant à cette « reprise » fine, la deuxième partie du livre pointe d’ailleurs involontairement le seul manque que l’on puisse lui reprocher : s’il opère une contextualisation constante et précise des documents qu’il montre dans l’histoire des outils pédagogiques, on regrette parfois qu’une telle contextualisation manque en revanche du point de vue de l’histoire de l’image imprimée elle-même. De la gravure scientifique du xvie siècle aux développements de l’imprimé dans le cadre des industries culturelles de masse, on pressent, à l’arrière-plan de cette très instructive histoire des pédagogies par l’image, une vaste histoire des cultures visuelles dont elle traite un chapitre crucial, mais sans toujours le rapporter à un paysage d’ensemble dont on ne fait qu’entrevoir la richesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gerbier, « Annie Renonciat (dir.), Voir/Savoir. La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé, du xvie au xxe siècle », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/861

Haut de page

Auteur

Laurent Gerbier

Maître de conférences en histoire de la philosophie, Université François-Rabelais, Tours, CESR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org