Navigation – Plan du site
Varia

Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter Benjamin

Mathilde Lévêque

Résumé

Figure intellectuelle majeure de l’Europe de l’entre-deux-guerres, Walter Benjamin a été un grand collectionneur de livres anciens pour enfants, mais il a également écrit un certain nombre de textes pour la jeunesse destinés à la radiodiffusion, entre 1929 et 1933. Cet article propose de présenter et d’analyser cet aspect peu connu de l’œuvre de Benjamin.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Die Kinderbuchsammlung Walter Benjamin, Katalog einer Ausstellung des Instituts für Jugendbuchforsc (...)
  • 2  Voir « Aussicht ins Kinderbuch », Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, IV, 2, Herausgegeben von (...)

1Figure intellectuelle majeure de l’Europe de l’entre-deux-guerres, Walter Benjamin a également été un grand collectionneur de livres anciens pour la jeunesse, qui ont fait l’objet d’une exposition à Francfort en 19871. Amateur éclairé de livres anciens pour enfants et en particulier d’abécédaires2, Benjamin se soucie en revanche peu de la littérature de jeunesse de son époque, alors que l’Allemagne de Weimar voit apparaître une littérature romanesque pour la jeunesse moderne, attentive aux grandes mutations du monde contemporain : mise en scène des réalités socio-économiques et politiques de l’entre-deux-guerres, figures de nouveaux héros plus indépendants, réflexions esthétiques sur l’écriture pour la jeunesse, telles sont quelques modalités de cet important renouvellement de l’écriture narrative allemande pour la jeunesse des années 1920 et 1930.

2Mais pour Walter Benjamin, le livre pour enfants reste surtout un objet d’art. Contrairement à un Paul Hazard, un des premiers universitaires à s’intéresser à la littérature pour la jeunesse, il ne s’implique pas dans la promotion d’une littérature de qualité, nouvelle et dynamique. Benjamin ne mène aucune action particulière auprès des éditeurs ou des bibliothécaires, il n’est nullement préoccupé par la qualité littéraire des productions de son époque. Lorsqu’il écrit un article sur Erich Kästner au début des années 1930, il s’adresse au Kästner écrivant pour les adultes, sans jamais mentionner, même de façon infime ou allusive, son succès d’auteur pour la jeunesse, pourtant considérable depuis la publication de Emil und die Detektive,en 1929.

3Néanmoins, Walter Benjamin, préoccupé par la montée en puissance du national-socialisme, décide dès la fin des années 1920 de s’adresser aux enfants, mais sans recourir au support du livre : il choisit un média moderne, la radio, appelée à devenir au cours de l’entre-deux-guerres un élément important de la culture de masse. S’il ne semble pas intéressé par la littérature pour la jeunesse, Benjamin s’intéresse à ses jeunes contemporains en écrivant des textes qu’il lira lui-même à la radio. Quelle est la genèse et l’histoire de ces objets radiophoniques peu connus, pour la plupart non traduits en français ? Comment Benjamin devient-il ainsi un auteur pour la jeunesse inattendu ?

Présentation des textes, leur histoire, leur contenu

4Depuis août 1929, Benjamin prépare des travaux destinés à la radiodiffusion, travaux qu’il présentait très souvent lui-même, pour la Südwestdeutscher Rundfunk de Francfort et pour la Funkstunde de Berlin.

  • 3  Bernd Witte, Walter Benjamin, une autobiographie, traduit de l’allemand par André Bernold, « La nu (...)

« Jusqu’à l’infiltration des stations d’émission par les nazis, soit, à Berlin, jusqu’au printemps 1932, à Francfort jusqu’en janvier 1933, il produisit quatre-vingt-cinq émissions en tout, parmi lesquelles des pièces radiophoniques, une série sur Berlin destinée aux enfants, des exposés sur Hebel, George, Brecht et Kafka, et enfin les Hörmodelle (modèles à écouter) conçus avec le journaliste Wolf Zucker, dans lesquels l’auditeur se voyait proposer, à partir d’un dialogue naissant d’une situation quotidienne, des conseils pratiques censés l’aider à survivre. »3

  • 4  Jeffrey Mehlman, op.cit., p.2.
  • 5  Lumières pour enfants, Texte établi par Rolf Tiedemann, traduit de l'allemand par Sylvie Muller, C (...)

5Les textes de ces émissions pour enfants ont une histoire assez particulière, comme le rappelle Jeffrey Mehlman4 : abandonnés par Benjamin à Paris en 1940, ils ont été rassemblés de façon accidentelle dans les archives du journal Pariser Zeitung, une fois que les nazis ont eux-mêmes fui Paris. La Gestapo ayant donné l’ordre de détruire ces archives, elles ont été sauvées de la destruction grâce à un acte de sabotage de l’éditeur. C’est ainsi que les manuscrits de Benjamin ont échappé à la destruction. Transférés de Paris vers Berlin, ils sont ensuite restés plus de quinze ans en Union Soviétique, totalement oubliés, avant de revenir en R.D.A. vers 1960, pour être classés dans les Archives Centrales de Potsdam. C’est finalement en 1985 que ces textes ont été publiés en Allemagne, sous le titre Aufklärung für Kinder (« Les Lumières pour enfants », en référence au XVIIIe siècle5). Ce titre a été remplacé dans l’édition des œuvres complètes par le titre plus neutre de Rundfunkgeschichten für Kinder (Histoires radiophoniques pour enfants). Les deux émissions proprement dites, conçues et animées par Benjamin, s’intitulent « Die Jugendstunde » (Berliner Funkstunde) et « Die Stunde der Jugend » (Frankfurter Südwestdeutsche Rundfunk), deux titres similaires et neutres, n’affichant ainsi aucun présupposé pédagogique ou idéologique particulier. Mais en quoi consistent ces « heures de la jeunesse » ?

  • 6  Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, VII.I, Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser (Hrsg.), (...)

6L’édition des œuvres complètes de Walter Benjamin6 propose vingt-huit textes. Ils sont présentés de la façon suivante :

  • Le dialecte berlinois (Berliner Dialekt)

  • Camelots et marché du vieux et du nouveau Berlin (Strassenhandel und Markt in Alt- und in Neuberlin)

  • Le théâtre de marionnettes berlinois (Berliner Puppentheater)

  • L’esprit de Berlin (Das dämonische Berlin)

  • Un garçon des rues berlinois (Ein Berliner Strassenjunge)

  • Escapade dans les jouets berlinois I et II (Berliner Spielzeugwanderung I und II)

  • Borsig

  • Les HLM (Die Mietskaserne)

  • Theodor Hosemann

  • Visite à l’usine de laiton (Besuch im Messingwerk)

  • Les « Voyages dans la marche de Brandebourg » de Fontane (Fontanes « Wanderungen durch die Mark Brandenburg »)

  • Procès de sorcellerie (Hexenprozesse)

  • Bandes de brigands dans la vieille Allemagne (Räuberbanden im alten Deutschland)

  • Les Tsiganes (Die Zigeuner)

  • La Bastille, l’ancienne prison d’Etat française (Die Bastille, das alte französische Staatsgefängnis)

  • Casper Hauser

  • Dr Faust

  • Cagliostro

  • Escroquerie de timbres (Briefmarkenschwindel)

  • Les Bootleggers (Die Bootleggers)

  • Naples (Neapel)

  • La chute d’Herculanum et de Pompéi (Untergang von Herculanum und Pompeji)

  • Le tremblement de terre de Lisbonne (Erdbeben von Lissabon)

  • L’incendie du théâtre de Canton (Theaterbrand von Kanton)

  • La catastrophe ferroviaire de Firth of Tay (Die Eisenbahnkatastrophe von Firth of Tay)

  • L’inondation du Mississippi en 1927 (Die Mississippi-Überschwemmung 1927)

  • Histoires vraies de chiens (Wahre Geschichten von Hunden)

  • 7  Gesammelte Schriften, Radau um Kasperl: IV-II, p.674-695. traduction française: Chahut autour de p (...)

7Notons pour terminer cette présentation que Walter Benjamin est également l’auteur d’une pièce radiophonique pour enfants : le 10 mars 1932, à la Frankfurter Südwestdeutsche Rundfunk, de 19h45 à 20h45, est diffusé Radau um Kasperl7, pièce radiophonique pour enfants, écrite et mise en scène par Walter Benjamin, et qui obtient un grand succès. Enfin, en collaboration avec Ernst Schoen, Benjamin écrit une autre pièce radiophonique, Das kalte Herz (Le cœur froid), à partir d’un conte de Wilhelm Hauff. La diffusion à la Frankfurter Rundfunk était prévue pour le 16 mai 1932.

Une pédagogie radiophonique

  • 8  J. Mehlman, op. cit., p.2.

8Comme le remarque Jeffrey Mehlman, il est assez étonnant que Benjamin choisisse de s’adresser aux enfants. Cette rencontre lui semble « as implausible as an anthology of fairy tales by Hegel, a child’s garden of deconstruction by Derrida »8. Le choix des sujets abordés semble ainsi à première vue assez curieux.

  • 9  J. Mehlman, op. cit., p.47.
  • 10 Susan Buck-Morss, „Verehrte Unsichtbare!“, Walter Benjamins Radiovorträge, in Klaus Doderer (Hrsg.) (...)

9Les douze premiers textes forment une série berlinoise, tandis que les seize textes suivants ont été écrits pour la radio de Francfort. A l’intérieur de cette seconde série, on peut être quelque peu déconcertés par le choix des sujets abordés. Jeffrey Mehlman propose une subdivision en deux ensembles, les « tales of fraud, the other with historical catastrophes »9.  Le choix de ces thèmes peut ainsi se comprendre comme étant lié au contexte politique de la fin de la République de Weimar. Dans la série des « frauds », il convient en effet de distinguer un premier groupe de textes consacré aux marginaux victimes d’un certain ordre social et politique (les sorcières, les Tziganes, Caspar Hauser, l’homme au masque de fer (Bastille)) et les cas moins sympathiques d’imposteurs plus ou moins criminels (brigands, Cagliostro, trafiquants d’alcool aux États-Unis). On peut ainsi établir un parallèle relativement aisé entre ces thèmes, dont le choix semble curieux au premier abord, et l’actualité de leur rédaction et de leur diffusion : les persécutions dont sont victimes les sorcières ne sont pas sans rappeler le début des persécutions contre les Juifs, les catastrophes naturelles peuvent être lues et comprises comme des images de la catastrophe économique mondiale du début des années 1930, venue des Etats-Unis, catastrophe internationale menaçant dangereusement le fragile équilibre mondial. Enfin, comme le propose Susan Buck-Morss10, Cagliostro le charlatan est sans doute à mettre en parallèle avec le nouveau charlatan qu’est l’Adolf Hitler de la fin des années 1920. Benjamin écrit en effet :

  • 11 Gesammelte Schriften, VII, I, p.192.

« Cagliostro ne croyait certainement pas à ce qu’il racontait aux gens, mais il croyait sans doute que son pouvoir de leur rendre crédibles des mensonges totalement imaginaires, était en réalité aussi précieux que la Pierre Philosophale, la vie éternelle et le Septième Livre de Moïse réunis. Et c’est bien là qu’est le fin fond de ses mensonges. La monstrueuse force de Cagliostro, c’était en réalité la croyance en lui-même, la croyance en sa force de persuasion, son imagination, sa connaissance des hommes. »11

  • 12  « paar Erwachsene, die sich zwischen den Kindern versteckt haben und denken, ich sehe sie nicht. » (...)

10La dimension pédagogique est ainsi extrêmement présente, au même titre que l’urgence, pour l’intellectuel engagé qu’est Walter Benjamin, de s’adresser aux enfants, de les avertir du danger qui les menace et de prévenir également à leurs parents, ces « quelques adultes qui se cachent au milieu des enfants et qui pensent que je ne les vois pas. »12

  • 13  Les premières émissions radiophoniques sont diffusées en Allemagne en 1924 ; dès 1925, on compte p (...)

11Mais revenons sur le choix du media radiophonique. La radio est avant tout un média moderne qui s’impose au cours de l’entre-deux-guerres comme un média de masse. Autant que la presse et le cinéma, la radio joue un rôle déterminant dans la standardisation des pratiques culturelles, qui s’amorce alors. La multiplication des récepteurs dans les foyers contribue également à élargir considérablement les publics et à commencer une sorte de désenclavement socioculturel13. Dans ce contexte, Benjamin cherche sans doute le meilleur moyen de communication pour toucher le jeune public : son propos, traduit de façon immédiate, est également largement diffusé, afin de trouver le meilleur impact possible. C’est ce qui explique peut-être le fait que Benjamin ne choisisse par le support du livre, encore réservé à une certaine élite intellectuelle et sociale ou trop contrôlé lorsqu’il appartient à la sphère scolaire. La radio donne à Benjamin d’avantage de liberté et lui permet d’élargir son public, en s’adressant au plus grand nombre, en touchant le plus grand nombre.

12Se dégage de cette initiative et de ce choix un sentiment de l’urgence du propos. Parole immédiate, largement diffusée et entendue, le propos radiophonique de Benjamin est une parole de l’urgence pour répondre à l’envahissement progressif de la catastrophe national-socialiste qui menace l’Allemagne et en premier lieu sa jeunesse. Face à la catastrophe, il y a donc la parole, pour combattre le chaos, il y a le texte radiophonique, sous sa forme pédagogique ou plus littéraire et fictive avec le texte théâtral : c’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre le choix du titre Radau um Kasperl, titre traduit par « chahut », « boucan » ou « tapage » autour de « Polichinelle » (ou « Guignol »). Là encore, une lecture métaphorique est possible : en se référant à un chahut qui n’est pas sans déplaire aux plus jeunes, un lieu de l’absence de règles où toutes les envies et tous les désirs peuvent s’exprimer sans frein, Benjamin introduit l’histoire d’un chaos autrement plus menaçant. Dans la pièce radiophonique, le chaos est encore maîtrisé par l’écriture et par la présence d’un écrivain maître de ses personnages.

13Le contexte politique et idéologique peut également permettre de comprendre la position de Benjamin par rapport à l’engagement de l’intellectuel de gauche et l’utilisation de la radio. Les dernières années de la république de Weimar sont marquées par la crise économique et la montée du national-socialisme. Benjamin est alors l’un des critiques de langue allemande les plus éminents : il publie régulièrement dans les deux journaux littéraires les plus importants de l’époque. Critique littéraire, il agit en qualité de « stratège dans le combat littéraire ». Il polémique contre diverses théories culturelles et sociales, conservatrices ou fascistes. Mais il critique aussi les intellectuels de gauche, de façon encore plus véhémente qu’il ne critique les intellectuels de droite :

  • 14  Bernd Witte, Walter Benjamin, une autobiographie, traduit de l’allemand par André Bernold, „La nui (...)

« La polémique contre ces intellectuels culmine dans un compte-rendu des poèmes d’Erich Kästner, sous le titre « Mélancolie de gauche », écrit pour la Frankfurter Zeitung, mais refusé par la rédaction à cause de son extrême agressivité de ton, et qui ne parut qu’en 1931 dans Die Gesellschaft. Partant d’une analyse des milieux réceptifs à la poésie de gauche, qu’il croit pouvoir déterminer comme constitué dans la classe moyenne des clercs et des nouveaux riches prudhommesques, il assigne à Kästner une position politique « à gauche du possible en général ». Au lieu de contribuer à la décision dans la crise sociale, il n’obtiendrait de ses poèmes aucun autre effet – et cela est caractéristique de la littérature des « radicaux de gauche du genre de Kästner, Mehring ou Tucholsky » - que de transformer le combat politique « de l’obligation de prendre parti en un objet de satisfaction, d’un moyen de production en un article de consommation. » »14

  • 15  Klaus Doderer, « Walter Benjamins dreifaches Interesse an der Kinderliteratur : Sammler, Theoretik (...)

14Les émissions de radio de Benjamin sont une arme, elles correspondent à une volonté d’agir et à l’engagement politique de l’homme de lettres dans une période trouble. Se dégage ainsi de ces textes une incontestable dimension pédagogique. Comme le rappelle Klaus Doderer, ces textes sont écrits et diffusés dans ces mêmes années où un certain nombre de pédagogues de la République de Weimar cherchent de nouvelles formes de transmission du savoir15.

Entre lumières et chaos, quelle parole choisir ?

15Benjamin parle aux enfants pour les éclairer (« Aufklärung »), pour leur dévoiler le monde. Mais ce faisant, il leur montrer une face noire du monde, ses catastrophes et ses victimes. Le statut de la voix qui s’exprime dans ces textes radiophoniques est ainsi prise dans une contradiction qui conduit à l’élaboration d’un statut particulier de la parole du narrateur.

16Ainsi Radau um Kasperl s’ouvre-t-il sur une scène envahie par le brouillard :

  • 16  Walter Benjamin, Trois pieces radiophoniques, traduit de l’allemand par Rainer Rochlitz, Collectio (...)

« Aïe, j’ai faille tomber à l’eau, avec ce brouillard. – Mais si on ne peut rien voir, comment puis-je voir le brouillard ? Il me semble que même le brouillard, on ne peut le voir à force de brouillard. – Est-ce que je vois le brouillard ou non ? – Si je le vois, c’est que j’y vois, donc il ne peut pas y avoir de brouillard. »16

17Voir ou ne pas voir, telle est l’interrogation comique de Kasperl. Mais c’est aussi l’interrogation de Benjamin, qui est ici présentée de façon métaphorique : parler à la radio, c’est se manifester au public sans pour autant être vu, c’est faire entendre une parole tout en restant un individu anonyme, que les jeunes auditeurs ne reconnaîtront pas dans la rue :

  • 17  « Und wenn ich mir ein besonderes Fest machen will, dann gehe ich nachmittags zwischen vier und fu (...)

« Et si je veux me faire une petite fête personnelle, alors je vais me promener l’après-midi entre quatre et cinq heures sur le marché de la Lindenstrasse. J’y rencontre peut-être l’un d’entre vous. Mais nous ne nous reconnaîtrons pas. C’est le revers de la radio. »17

  • 18  « im Stimmland ist nichts zu sehen, nur was zu hören », G.S., VII-1, p.322.

18Le mot « revers » ne rend pas compte de l’image présente dans le terme « Schattenseite », qui renvoie à l’idée d’ombre. Dans la seconde pièce radiophonique destinée à la jeunesse, Das kalte Herz (1932), on retrouve cette même idée de l’invisible attachée à la radio. Le « Sprecher » fait ainsi entrer les personnages du conte dans le « Stimmland », le pays radiophonique des voix, pays où les corps et les objets disparaissent pour ne plus laisser que des voix et des sons à entendre18. C’est également un monde où le brouillard domine :

« Hier ist ja alles ein grauer Nebel. Sehen tut man überhaupt nichts, nur immer die Ohren spitzen, und die spitze ich nun schon stundenlang. […]

  • 19  op. cit., p.341 et 343.

Nein, bis man hier im Stimmland was findet, das ist ja das reine Blindekuhspielen. »19

  • 20  Barbara Wall, The Narrator’s Voice. The Dilemma of Children’s Fiction, St. Martin’s Press, New Yor (...)

19Le choix de la transmission radiophonique, de ce voyage en « Stimmland », n’est pas sans incidence sur le statut du « je » qui s’adresse aux enfants. La position du narrateur est ainsi plus complexe qu‘il n’y paraît, rendant plus complexe la question de la transmission d’un savoir spécialisé et d’un avertissement politique. Quel est en effet ce « je » qui prend la parole ? On serait tenté de répondre par une simple identification entre la personne de Benjamin et le pronom personnel sujet. Pourtant, ce « je » a également un statut narratif et l’on ne saurait se satisfaire de cette rapprochement apparemment logique. Le « je » qui s’adresse aux enfants est en effet dans l’ombre, il reste invisible, il n’est pas à proprement parler une personne réelle. Pour reprendre le terme employé par Barbara Wall, il s’agit plutôt d’un « implied author », distinct à la fois du « real author » et du « narrator »20.

  • 21  Hans Heino Ewers, « Erzählkunst und Kinderliteratur. Walter Benjamins Theorie des Erzählens », in (...)

20Le jeu sur le visible et l’invisible, sur la lumière de la parole et sur l’ombre du chaos tend à laisser penser que Benjamin utilise une voix narrative plus complexe. Ni auteur ni narrateur, la voix narrative qui s’exprime donc ici serait davantage de l’ordre du « raconteur ». Or cette forme narrative est considérée par Benjamin comme une forme archaïque, apparemment contradictoire donc avec la modernité du média radiophonique21. Klaus Doderer note ainsi que Benjamin utilise la radio précisément pour retrouver cette forme « archaïque » de la narration orale (« mündliches Erzählen »), afin de créer une proximité plus grande avec son auditoire. Cette proximité reste sensible lorsque le texte est simplement lu et non plus écouté.

  • 22  Hans Heino Ewers, « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. Réflexions à pa (...)
  • 23 « lebendige Rede » : GS II-2, p. 442.
  • 24  « Erfahrung, die Mund zu Mund geht » : GS II-2, p.440.

21Pour mieux comprendre cette notion de raconteur, et pour tenter d’expliquer le refus du support du livre par Benjamin, il faut donc revenir à la distinction établie par Benjamin entre « roman » (Roman) et « narration » (Erzählung). Il ne s’agit bien évidemment nullement de confondre livre et roman, mais on pourrait comprendre le peu d’intérêt de Benjamin pour le roman pour enfants de son époque tout autant que le refus du livre comme le résultat d’un parti-pris esthétique et idéologique. Benjamin, comme le rappelle Hans Heino Ewers22, donne en effet une définition historico-philosophique du roman comme la plus bourgeoise de toutes les formes littéraires. Il rejoint ainsi la Théorie du roman de Georges Lukács, elle-même dans la lignée de l’esthétique de Hegel. Benjamin oppose « roman » ( Roman) et « narration » (Erzählung), dont le lien originel est la « parole vivante »23 et dont la source est l’ « expérience transmise de bouche en bouche »24.

  • 25 GS, II-2, p.444.
  • 26 Hans Heino Ewers, art. cit., p.424.

« Avec l’essor du roman au début des temps modernes, explique Ewers, particulièrement avec sa percée au XVIIIe siècle, la narration, pour Benjamin, commence « sa lente régression vers le domaine de l’archaïsme. »25 Ce faisant, la civilisation du livre, progressivement, ne promeut plus la narration, mais la lecture, voire bientôt la seule lecture solitaire. »26

22Mais, selon Ewers, survie de l’art du récit au XIXe dans la littérature de jeunesse. Ainsi les grands « narrateurs »cités par Benjamin (parmi lesquels E.T.A. Hoffmann, Wilhelm Hauff, R.L. Stevenson ou encore Rudyard Kipling) ont-ils trouvé leur place dans les lectures d’enfance et de jeunesse.

  • 27  GS, II-2, p.447.

23Il semblerait donc que le choix de la radio corresponde à la recherche d’une narration ou plus exactement d’une voix narrative particulière. Selon Benjamin, « la narration imprime sur le récit la marque du narrateur, comme le potier laisse sur le vase d’argile la trace de ses mains »27). En utilisant la radio, c’est ainsi la marque de son esprit et la force de ses idées que Benjamin entend ainsi laisser sur ses jeunes auditeurs.

  • 28  Jeffrey Mehlman, Walter Benjamin for Children, An Essay on His Radio Years, The University of Chic (...)

24L’expérience de Benjamin n’est pas isolée dans ces années 1929-1932. Dans le domaine radiophonique, Bertold Brecht s‘essaie à écrire des pièces, pour adultes mais aussi pour enfants (Der Ozeanflug, 1928-1929). Lisa Teztner est également connue pour ses contes radiophoniques; à l‘origine de son grand roman pour enfants, Die Kinderodyssee (1932-1948), il y a une histoire racontée à la radio, « Der Fussball ». Par rapport à ces auteurs, l’originalité de Benjamin est de proposer aux enfants une œuvre qui n’est pas seulement fictionnelle mais qui est le résultat d’un engagement idéologique marqué par une urgence grandissante. Pourtant, l’intellectuel reste conteur et ses textes radiophoniques témoignent également d’une réflexion réelle sur le statut du narrateur et sur la nature de cette voix qui doit s’adresser au jeune public. Cette double postulation, philosophique et esthétique, fait de Walter Benjamin un auteur pour la jeunesse inattendu et néanmoins passionnant, une sorte d'étonnant « hybrid of the French philosopher [Derrida] with Robert Louis Stevenson »28

Haut de page

Bibliographie

Gesammelte Schriften, VII-1, Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser (Hrsg.), Suhrkamp Verlag, Frankfurt-am-Main, 1989, p.68-249.

Das kalte Herz : VII-1, p.316-346.

Radau um Kasperl : IV-2, p.674-695. traduction française: Chahut autour de polichinelle, in Walter Benjamin, Trois pièces radiophoniques (Drei Hörmodelle), traduit de l’allemand par Rainer Rochlitz, Collection « Détroits », Christian Bourgois éditeur, 1987, p.83-113.

Lumières pour enfants, texte établi par Rolf Tiedemann, traduit de l'allemand par Sylvie Muller, Christian Bourgois, 1989.

Bernd Witte, Walter Benjamin, une autobiographie, traduit de l’allemand par André Bernold, « La nuit surveillée », Les éditions du Cerf, Paris.

Klaus Doderer (Hrsg.), Walter Benjamin und die Kinderliteratur. Aspekte der Kinderkultur in den zwangiger Jahren, Juventa Verlag, Weinheim, München, 1988:

Susan Buck-Morss, « Verehrte Unsichtbare! », Walter Benjamins Radiovorträge (p.93-101)

Sabine Schiller-Lerg, « Am Mikrophon: Der neue Erzähler Walter Benjamin » (p.102-112)

Hans Heino Ewers, « Erzählkunst und Kinderliteratur. Walter Benjamins Theorie des Erzählens » (p.196-211)

Uwe Lothar Müller, « Radau im Rundfunk : Walter Benjamins Kasperl » (p.113-119)

Jeffrey Mehlman, Walter Benjamin for Children, An Essay on His Radio Years, The University of Chicago Press, Chicago and London, 1993.

Sabine Schiller-Lerg, Walter Benjamin und der Rundfunk : Programmarbeit zwischen Theorie und Praxis, Munich, K.G. Saur, 1984.

Barbara Wall, The Narrator’s Voice. The Dilemma of Children’s Fiction, St. Martin’s Press, New York, 1991.

Hans Heino Ewers, « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. Réflexions à partir de Walter Benjamin », Klincksieck, Revue de littérature comparée, 2002/4 - N°304, traduction de Yves Chevrel, p.421-430.

Haut de page

Notes

1 Die Kinderbuchsammlung Walter Benjamin, Katalog einer Ausstellung des Instituts für Jugendbuchforschung und der Statd- und Universitätsbibliothek, Frankfurt-am-Main, 1987, 60 p.

2  Voir « Aussicht ins Kinderbuch », Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, IV, 2, Herausgegeben von Tillman Rexroth, Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main, 1972, p.609-615.

3  Bernd Witte, Walter Benjamin, une autobiographie, traduit de l’allemand par André Bernold, « La nuit surveillée », Les éditions du Cerf, Paris, 1988, chapitre VI, Crise et critique : la fin d’une époque (1929-1933), p.145.

4  Jeffrey Mehlman, op.cit., p.2.

5  Lumières pour enfants, Texte établi par Rolf Tiedemann, traduit de l'allemand par Sylvie Muller, Christian Bourgois, 1989. Ce titre a été repris par le Centre dramatique national de Montreuil dans l’intitulé de ces actuels cycles de conférences pour enfants.

6  Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, VII.I, Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser (Hrsg.), Suhrkamp Verlag, Frankfurt-am-Main, 1989, p.68-249.

7  Gesammelte Schriften, Radau um Kasperl: IV-II, p.674-695. traduction française: Chahut autour de polichinelle, in Walter Benjamin, Trois pièces radiophoniques (Drei Hörmodelle), traduit de l’allemand par Rainer Rochlitz, Collection « Détroits », Christian Bourgois éditeur, 1987, p.83-113.

8  J. Mehlman, op. cit., p.2.

9  J. Mehlman, op. cit., p.47.

10 Susan Buck-Morss, „Verehrte Unsichtbare!“, Walter Benjamins Radiovorträge, in Klaus Doderer (Hrsg.), Walter Benjamin und die Kinderliteratur. Aspekte der Kinderkultur in den zwangiger Jahren, Juventa Verlag, Weinheim, München, 1988, p.93-101.

11 Gesammelte Schriften, VII, I, p.192.

12  « paar Erwachsene, die sich zwischen den Kindern versteckt haben und denken, ich sehe sie nicht. », G.S., ibid.

13  Les premières émissions radiophoniques sont diffusées en Allemagne en 1924 ; dès 1925, on compte près de 550 000 auditeurs. Voir Konrad Dussel, Deutsche Rundfunkgeschichte, 2. Aufl., UVK Medien, Konstanz, 2004.

14  Bernd Witte, Walter Benjamin, une autobiographie, traduit de l’allemand par André Bernold, „La nuit surveillée“, Les éditions du Cerf, Paris, 1988, chapitre VI, Crise et critique : la fin d’une époque (1929-1933), p.140.

15  Klaus Doderer, « Walter Benjamins dreifaches Interesse an der Kinderliteratur : Sammler, Theoretiker und Autor », in Klaus Doderer (Hrsg.), Walter Benjamin und die Kinderliteratur. Aspekte der Kinderkultur in den zwangiger Jahren, Juventa Verlag, Weinheim, München, 1988, p.27.

16  Walter Benjamin, Trois pieces radiophoniques, traduit de l’allemand par Rainer Rochlitz, Collection Détroits, Christian Bourgois éditeur, 1987, p.85.

17  « Und wenn ich mir ein besonderes Fest machen will, dann gehe ich nachmittags zwischen vier und funf in der Markthalle an der Lindenstrasse spazieren. Vielleicht begegne ich da mal einem von euch. Aber wir werden uns nicht erkennen. Das ist die Schattenseite vom Rundfunk », G.S., VII-1, p.77.

18  « im Stimmland ist nichts zu sehen, nur was zu hören », G.S., VII-1, p.322.

19  op. cit., p.341 et 343.

20  Barbara Wall, The Narrator’s Voice. The Dilemma of Children’s Fiction, St. Martin’s Press, New York, 1991, p.3-7.

21  Hans Heino Ewers, « Erzählkunst und Kinderliteratur. Walter Benjamins Theorie des Erzählens », in Klaus Doderer (Hrsg.), Walter Benjamin und die Kinderliteratur. Aspekte der Kinderkultur in den zwangiger Jahren, Juventa Verlag, Weinheim, München, 1988, p.196-211.

22  Hans Heino Ewers, « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. Réflexions à partir de Walter Benjamin », Klincksieck, Revue de littérature comparée, 2002/4 - N°304, traduction de Yves Chevrel, p.421-430.

23 « lebendige Rede » : GS II-2, p. 442.

24  « Erfahrung, die Mund zu Mund geht » : GS II-2, p.440.

25 GS, II-2, p.444.

26 Hans Heino Ewers, art. cit., p.424.

27  GS, II-2, p.447.

28  Jeffrey Mehlman, Walter Benjamin for Children, An Essay on His Radio Years, The University of Chicago Press, Chicago and London, 1993, p.7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lévêque, « Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter Benjamin », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://strenae.revues.org/86 ; DOI : 10.4000/strenae.86

Haut de page

Auteur

Mathilde Lévêque

Maître de conférences, Université Paris Nord 13, CENEL (EA 452)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org