Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La réception française de Max et les maximonstres : retour sur une légende

Isabelle Nières-Chevrel

Entrées d’index

Mots-clés :

album, critique, réception
Haut de page

Texte intégral

1L’éditeur publie. Dès qu’il met un livre en vente, le destin de celui-ci lui échappe. Non pas simplement son accueil immédiat, supérieur ou inférieur à ce qu’il avait pu escompter, mais parfois également sa réception sur la durée, tous les effets imprévisibles qu’un livre peut produire au sein de la culture dans laquelle il est venu prendre place. En publiant Max et les Maximonstres en 1967, Robert Delpire ne pouvait imaginer quel’album de Maurice Sendak allait constituer une référence essentielle dans ce que l’on appellerait « La révolution de l’album pour enfants des années 1970 » ni qu’une légende allait se construire autour de l’accueil français fait à cet album.

2Je voudrais consacrer mon propos à l’analyse de la réception de Max et les maximonstres entre l’édition Delpire de 1967 et sa réédition par l’École des loisirs en décembre 1973. J’ai en effet le sentiment depuis longtemps qu’il se dit des choses sur la réception initiale de Max qui ont peu à voir avec mes souvenirs et qui me paraissent largement fabulées. La seule manière pour moi d’en avoir le cœur net était d’ « y aller voir », de rassembler la documentation et de travailler en historienne. J’ai essayé de comprendre comment et pourquoi avait pu se construire ce que l’enquête fait apparaître comme une demi-légende. Oui, la réception française de Max et les maximonstres est emblématique ; mais emblématique de quoi ?

La légende

3Commençons par la légende. De quoi celle-ci est-elle faite, de quoi celle-ci s’est-elle nourrie ? Sous bénéfice de documents antérieurs qui m’auraient échappé, la légende me semble s’être construite entre 1974 et 1984. Le Bulletin d’analyses de livres pour enfants (l’ancêtre de La Revue des livres pour enfants) publie dans son numéro n° 38 (juin-juillet 1974) le texte de la conférence que François Ruy-Vidal a donné le 5 mars 1974 rue de Louvois devant les bibliothécaires. Il déclare à propos de l’édition de Max et les maximonstres chez Delpire :

  • 1  « Le point de vue d’un éditeur : François Ruy-Vidal », Bulletin d’analyses de livres pour enfants, (...)

« Pour ce livre, les critiques de littérature pour enfants ont été – pour parler en termes d’écran – très opaques. Il fut jugé démagogue et dangereux. Puis Sendak eut le Prix Andersen [1970], et j’avoue avoir eu un malin plaisir à faire remarquer à certains critiques très connus (Raoul Dubois, Janine Despinette, Monique Bermond) : « J’espère que vous mettrez de l’eau dans votre vin ». Sendak étant connu internationalement, on allait enfin se pencher sur Max et les Maximonstres plus objectivement, et le voir comme on aurait dû le voir à sa parution. »1

4François Ruy-Vidal revient sur son propos et l’amplifie huit ans plus tard dans un long article paru en avril 1982 dans Trousse-Livres :

  • 2  François Ruy-Vidal, « Les enfants soumis à l’expression contemporaine », Trousse-Livres, avril 198 (...)

« Max et les maximonstres [que Delpire] avait acheté à l’éditeur américain Harper and Row et introduit en France, fut jugé « le plus exécrable livre de l’année » par bon nombre de responsables (dans des bulletins confidentiels) de petits argumentaires d’achat. Et, passé sous silence pendant plus de quatre années (puisqu’il est convenu par presque tous les responsables de la réflexion critique qu’on ne peut écrire de mal d’un livre), il fut forcé à ce purgatoire d’où Jean Fabre de l’Ecole des loisirs viendra le tirer après le double grand boum de Maurice Sendak, l’illustrateur champion aux USA du « Old-fashioned style » et de ce Français, champion de hardiesse, expatrié par écœurement aux Amériques, Tomi Ungerer. »2

5Deux ans plus tard, en 1984, François Vié incrimine de façon similaire les critiques et les prescripteurs. Dans Images à la page, une histoire de l’image dans les livres pour enfants, il décrit la démarche de Robert Delpire et conclut :

  • 3  François Vié, « L’illustration à la recherche de sa modernité », dans Images à la page, une histoi (...)

6« Il n’y a plus de livres pour enfants, plus de livres modelés sur une certaine idée de l’enfant. C’est ce qui permet à Delpire de publier en France Max et les maximonstres de Sendak, à un moment où les pédagogues hurlaient de voir un dessin « si laid » au service d’une idée « si malsaine » de l’enfant. »3

  • 4  Crise première ; trad. Louis Aragon.

7On le voit, Le propos se répète : « Haro sur les critiques » ! Or nous le savons, comme Lewis Carroll le fait malicieusement déclarer à l’homme à la Cloche dans La Chasse au Snark, « Ce que je vous dis trois fois est vrai »4. La légende semble cohérente et plausible. On la retrouve encore aujourd’hui bien vivante sur le net.

8Voici donc les matériaux de ce que je tiens aujourd’hui pour une demi-légende. Cette représentation de Max et les maximonstres comme album exemplaire et maudit s’est construite ou, plus précisément, s’est formulée juste après la réédition de Max à L’École des loisirs, comme s’il y avait un trou noir entre 1967 et 1973, comme s’il y avait eu un déni de justice, et qu’il fallait trouver des responsables. Que m’apprend la documentation que j’ai pu recueillir sur ces six années qui séparent l’édition Delpire de la réédition à L’École des Loisirs ?

L’édition de Max et les maximonstres

  • 5  François Vié, op. cit, page 30 ; Claude-Anne Parmegiani, La Revue des livres pour enfants, n° 163- (...)
  • 6  Site Ricochet, ainsi que de nombreux sites consultés sur internet tant privés que commerciaux ou i (...)
  • 7  Le Monde, 23/9/2005.

9Les erreurs de dates et d’attribution sont si fréquentes à propos de l’album de Maurice Sendak qu’il me faut commencer par préciser les choses : non, les éditions Delpire n’ont pas édité Max et les maximonstres en 19655 ; non, Max et les maximonstres n’a pas été publié par L’École des Loisirs en 19676, ni en 1964 d’ailleurs7.

  • 8  Publicité pour Max et les maximonstres, Animagie et Les larmes de crocodile (rééd.) sous le titre (...)

10Where the Wild Things are est publié aux Etats-Unis chez Harper & Row en 1963 et sa traduction française paraît aux éditions Robert Delpire en 1967 dans la collection « Dix sur Dix ». Le copyright indique « 1967 » mais le titre ne figure pas dans l’index cumulatif de La Bibliographie de la France pour l’année 1967. Le dépôt légal est fait tardivement dans l’année 1968 : ce n’est qu’à la date du 18 septembre 1968 que le titre figure enfin dans La Bibliographie de la France. Sur la foi d’une publicité passée par la maison Delpire dans La Bibliographie de la France, j’ai cru un temps que l’album avait été publié en décembre 1967, trop tard donc pour que les critiques puissent en rendre compte pour les achats de Noël8. Mais la description d’une grande exposition – sur laquelle je reviendrai – dans le numéro de septembre 1967 du Bulletin d’analyses de livres pour enfants (n° 9) indique que Where the Wild Things are vient d’être traduit en France sous le titre Max et les maximonstres. Je retiens donc, comme date provisoire, une publication autour de septembre 1967.

  • 9  L’idée a circulé que la traduction pouvait avoir été faite par Bernard Noël ; mais l’album est « b (...)

11L’album est publié sans nom de traducteur, sa largeur est rognée d’environ 5 millimètres (25,8 cm dans l’édition Harper & Row contre 25,3 dans l’édition Delpire) et la phrase finale, « and it was still hot » – seule sur sa page blanche dans l’édition américaine – est remontée sur la page précédente9. La mise en page initiale sera rétablie dans la réédition de L’École des loisirs.

  • 10  Op. cit., p. 32.
  • 11  François Vié, « Une aventure et plusieurs révolutions », La Revue des livres pour enfants, n° 98-9 (...)

12Robert Delpire estime que le livre s’est bien vendu. Quel en fut le tirage ? François Vié donne deux chiffres différents. Dans Images à la page, il parle d’un « premier tirage à six cents exemplaires »10 mais, dans un articleparu également en 1984, il affirme : « [Max et les maximonstres] se vend[it] à 300 exemplaires » et qu’il « faudra attendre plusieurs années pour que le livre refasse surface ».11 J’ai acheté mon propre exemplaire dans l’hiver 1970-1971, ce qui peut suggérer que l’édition ne fut épuisée qu’ultérieurement. Mais la non-disponibilité – sans doute dans les années 1972 et 1973, alors même que la réputation de l’album allait grandissante – a pu nourrir la future légende d’un livre mis sous le boisseau.

La première réception critique

  • 12  Bulletin d’analyses de livre pour enfants (1965 >) ; Education et développement (Madeleine Raillon (...)

13J’en viens donc à la réception critique de cet album « passé sous silence pendant quatre années », selon François Ruy-Vidal, parce « qu’on ne peut écrire de mal d’un livre ». J’ai dépouillé 13 revues sur les années 1967 et 196812. Monique Bermond tient une rubrique ample et régulière dans le mensuel L’École des parents, de même que Madeleine Raillon dans Éducation et développement, et Natha Caputo dans L’École et la nation. Raoul Dubois contribue à une importante « Sélection d’ouvrages pour enfants et adolescents » qui paraît chaque année dans les numéros de juin et décembre de Lectures culturelles, bulletin ronéotypé du Centre laïque de lecture publique. Seules les revues Littérature de jeunesse (Anne de Rycke) et Livres Service jeunesse (Germaine Finifter) sont entièrement consacrées à la critique des livres pour la jeunesse. La critique peut se réduire à une petite liste de 5 à 10 titres, publiée de temps à autre dans d’autres publications qui ne s’intéressent qu’exceptionnellement aux lectures des petits. Livres et lectures, revue bibliographique d’obédience catholique, a bien une rubrique « Le coin jeunesse » et « Pour les cadets » mais c’est pour y proposer des titres destinés à des lecteurs de 10 à 18 ans. Ce n’est qu’en octobre 1967 que l’hebdomadaire Loisirs Jeunes crée une rubrique « Livres », qui sera tenue par Janine Despinette et en décembre 1968 que Yette Jeandet introduit une sous-rubrique nouvelle, consacrée aux albums, dans Livres et lectures. La chronique de Natha Caputo s’interrompt en juin 1967 dans L’Ecole et la nation et cette remarquable critique meurt en août. Sa chronique est reprise par Bernard Epin en janvier 1968.

  • 13  J’ajoute que j’ai interrogé les deux bibliothécaires responsables du fonds Bermond-Boquié (Médiath (...)

14A l’exception du Bulletin d’analyses de livres pour enfants, sur lequel je reviendrai, je n’ai trouvé dans ces revues aucune critique – positive ou négative – aucune sélection, aucune mention de l’album de Maurice Sendak13. Il se peut que des critiques, dont Raoul Dubois, Janine Despinette et Monique Bermond, aient éprouvé le besoin de se justifier, lors d’échanges oraux, auprès de François Ruy-Vidal pour n’avoir pas sélectionné Max et les maximonstres. Sont-ils allés jusqu’à juger le livre « démagogue, dangereux », voire « le plus exécrable de l’année » ? Ont-ils argué que le dessin en était « laid » et la conception de l’enfance « malsaine » comme le suggère François Vié ? Mais peut-être François Vié s’est-il en fait contenté de reprendre en mineur les affirmations de François Ruy-Vidal. En tout cas, ces critiques n’ont pas écrit « exécrable », « laid », « malsain ». J’avoue que je me réjouissais par avance à l’idée de trouver la notice qui allait enfin m’expliquer en quoi Max et les maximonstres avait pu être l’album « le plus exécrable de l’année ». Ma déception a été totale : aucun tohu-bohu, pas de « hurlements » pour parler comme François Vié. Silence de la critique.

  • 14  Guide de littérature pour la jeunesse, Flammarion, 1975, p. 360
  • 15  Trousse-livres, op. cit. p. 5.

15 Le dépouillement de ces revues m’a permis d’écarter deux arguments qui auraient pu expliquer ce silence autour de Max. Le premier aurait été que les publications de Robert Delpire sont passées inaperçues. Il n’en est rien. Marc Soriano déclare qu’une de ses fiertés est d’avoir consacré dans Enfance une critique enthousiaste à Un soir sans lune de Noëlle Lavaivre14. Éducation et développement (déc. 67) et L’École et la nation (fév. 68) recommandent globalement la collection « Actibom ». Lectures culturelles (juin 68) recommande les masques et trois des titres d’« Actibom » (Robinson Crusoë, Les Explorateurs et Les Larmes de crocodile) de même que L’École des parents (juillet-août 68 ; Robinson Crusoë, Les Explorateurs et Cow boy). L’École des parents toujours (fév. 68) et L’École et la nation (mai-juin 68) recommandent les pochettes-documents historiques, qui ne séduisirent pas l’Education nationale si l’on en croit François Ruy-Vidal: « [L]a superbe série de pochette-documents historiques en fac-similé fut jugée incompréhensible par les enfants, au ministère de l’Education nationale, par ceux qui avaient le pouvoir de passer commande. »15 Enfin, parmi les albums primés par le jury de l’association « Loisirs jeunes », on trouve Un soir sans lune de Noëlle Lavaivre en 1963, C’est le bouquet ! de Claude Roy et Alain Le Foll en 1965 et Les Larmes de crocodile d’André François dans sa réédition « Actibom » de 1967.

  • 16  Trousse-Livres, ibidem

16Le second argument est celui qu’avance François Ruy-Vidal. « Il est convenu par presque tous les responsables de la réflexion critique qu’on ne peut écrire de mal d’un livre »16. La remarque est importante. Tous ceux qui travaillent sur la réception littéraire connaissent bien le problème : comment démêler entre l’absence réprobatrice et le simple fait qu’un livre a pu échapper à l’attention ? Dans le cas de Max et les maximonstres, on est tenté de penser qu’il s’agit plutôt d’une absence réprobatrice. Mais la critique négative peut se rencontrer. Bernard Epin déclare en février 1969 dans L’École et la nation :

« Si les critiques s’accordent à reconnaître le nombre croissant de bons livres, l’heure n’est pas cependant à la béatitude. Certes, le mur du silence a été abattu ; de nombreuses publications, dans la période des fêtes de fin d’années, accordent une place aux livres pour l’enfance et la jeunesse (la rigueur du choix est souvent contestable…) ; des bibliothèques spécialisées se créent ici et là… Il n’en demeure pas moins que la production est toujours encombrée de livres mal faits, d’un affligeant conformisme […] d’où la présence dans cette chronique de titres à écarter. »

17Dans Livres service jeunesse, Germaine Finifter crée une rubrique « Nous n’avons pas retenu ». Dans le numéro de mai 1970, elle y inscrit Jean de la lune de Tomi Ungerer et Qu’est-ce qu’un enfant ? de Geraldine Richelson (Un livre Harlin Quist). En décembre 1971, elle écarte Guillaume l’apprenti sorcier, toujours du même Ungerer et Histoire des quatre enfants qui firent le tour du monde d’Edward Lear, toujours aux éditions Harlin Quist. Cet exemple montre simplement qu’il est en fait plus facile de ne pas être courageux que de l’être.

  • 17  La reprise d’un des maximonstres de Sendak par Etienne Delessert dans Conte n° 1 d’Eugène Ionesco (...)

18Mais cet exemple indique également que nous sommes à un tournant. Les critiques sont plutôt demandeurs d’une littérature de jeunesse plus neuve et hardie, mais ils sont également effarouchés par l’allure que prend cette nouveauté dans le domaine de l’album. Germaine Finifter a retenu en 1970 Le Conte n° 1 d’Eugène Ionesco17 et La Petite Bulle rouge, en 1971 Petit-Bleu Petit-Jaune, La Pomme et le papillon, L’Oeuf et la poule ainsi que trois livres de Maurice Sendak, Petit ours, Petit ours en visite et Monsieur le lièvre, voulez-vous m’aider ? Il est clair que ce sont trois albums de Sendak plus classiques et consensuels que ne l’est Max et les maximonstres. J’ai choisi trois critiques des Trois Brigands – qui est aujourd’hui un classique des maternelles – pour rendre compte de cet accueil entre réticence et adhésion. Yette Jeandet est réservée. 

« Couleurs, dessins, formule, sortent tout à fait des sentiers battus, mais je doute que l’humour qui s’en dégage soit accessible aux enfants qui frissonneront plutôt devant la représentation des noirs brigands. » (Livres et lectures, déc. 1968)

19Le commentaire de Raoul Dubois combine esthétique et idéologie :

« Tiffany découvre la richesse et convertit les trois brigands à la solidarité envers tous les orphelins. C’est délicieusement illustré, le texte est d’une ironie légère, tout respire la gentillesse amusée. » (Lectures culturelles, déc. 1968)

20C’est dans une toute petite rubrique tenue par Pierre Ménard que j’ai trouvé la critique peut-être la plus fine :

« Un album d’un goût très sûr dans ses pages entièrement en couleurs, d’une belle qualité de dessin, et d’une heureuse justesse de tons. Les trois brigands dont il s’agit ressemblent fort à des personnages d’opérettes avec leur grande hache à deux tranchants, leurs escopettes et leur soufflet à poivre. Et, comme dans une opérette, l’histoire finira le mieux du monde. » (Jeunesse au plein air, nov-déc. 1968)

21Tout ceci pour montrer que les critiques n’étaient pas nécessairement des lecteurs incultes, bornés, rétrogrades. On pourra m’objecter que Pierre Ménard n’était pas un des ténors de cette critique du livre de jeunesse. Je voudrais ajouter que le petit texte publicitaire que la maison Delpire rédige pour présenter Max et les maximonstres est lui-même très en retrait sur la révolution que porte l’album : « Max et les maximonstres ou l’étrange aventure d’un méchant petit garçon devenu roi au pays des rêves, par un des meilleurs dessinateurs américains Maurice Sendak ». C’était un temps où il y avait encore de méchants petits garçons.

Par d’autres chemins

22Il est certain qu’un accueil critique abondant et louangeur ne peut qu’attirer l’attention sur un livre nouveau et favoriser sa diffusion. Mais l’exemple même de Max et les maximonstres montre que le pouvoir de la critique, qui est réel, a cependant ses limites. On connaît en littérature de jeunesse des titres qui ont fait leur chemin jusqu’aux enfants en dépit du silence de la critique, voire malgré la désapprobation des adultes prescripteurs. Le bouche à oreilles, cela existe, entre les adultes comme entre les enfants. Pendant six années, de 1967 à 1973, Max s’est construit une réputation. Il s’est fait connaître par d’autres voies que les chemins de la critique. Nous disposons sur ce point d’un nombre de traces qui n’est pas négligeable.

23Le Bulletin d’analyses de livres pour enfants (n° 9) nous apprend en septembre 1967 qu’une exposition intitulée « L’Illustration contemporaine des livres pour enfants » s’est tenue à la Bibliothèque d’enfants de Clamart du 22 mai au 24 juin précédents. Le compte rendu précise : « Pour la première fois en France, les spécialistes du livre pour enfants ont eu la possibilité de comparer les tentatives d’illustrations dans différents pays ». Réalisée par la Bibliothèque internationale de Munich, l’exposition réunit une sélection de 24 pays différents. Je cite un peu longuement :

24« Dans la deuxième section, on avait rassemblé les livres d’images où le texte a une certaine importance, mais est toutefois inséparable de l’image qu’il accompagne. Les meilleurs exemples étaient fournis par les livres écrits et illustrés par la même personne. Ce sont des chefs-d’œuvre dans la mesure où la cohésion est parfaite. Parmi eux, on peut noter les livres de Noëlle Lavaivre, Un soir sans lune, Jean et Laurent de Brunhoff, Babar et Bonhomme, Tomi Ungerer, Crictor, Samivel, Brun l’ours, Bruno Munari, The Elephant’s Wish. Nous avions mis en vedette également quelques illustrateurs au talent très varié […] Citons parmi eux Rémi Charlip, Mother, mother, I feel sick, send for the doctor, quick quick quick!, Jumping beans, Léo Lionni, Inch by inch, Little Blue and Little Yellow, Maurice Sendak, Little Bear, What do you do, dear (Manuel de savoir-vivre), Where the Wild Things are; ce dernier fort original vient d’être traduit en français sous le titre Max et les maximonstres. » (p. 4)

25Le compte rendu conclut :

« Cette exposition a remporté un grand succès. Environ 400 personnes du monde du livre étaient présentes à l’inauguration et de nombreux éditeurs et illustrateurs sont venus ensuite feuilleter à loisir les livres de leurs collègues étrangers. Bien des éducateurs ont pris conscience, à cette occasion, de l’importance de l’image dans le livre pour enfants » (p. 5-6)

26Il serait bien intéressant de savoir qui a repéré Where the Wild Things are à cette occasion. En décembre 1968, le Bulletin d’analyses (n° 14) signale que la Bibliothèque de Munich a présenté, du 18 avril au 13 mai 1968, une exposition consacrée à l’illustrateur Maurice Sendak « dont les éditions Delpire ont publié en français un amusant album, Max et les maximonstres » (p. 1), puis en mars 1970 (n° 19) que Maurice Sendak a reçu comme « illustrateur » le prix Hans-Christian Andersen (IBBY), « artiste américain encore trop peu connu en France ». Le Bulletin rappelle à cette occasion « son album Max et les maximonstres, aux éditions Delpire, et ses illustrations pour les contes juifs de Singer, Une histoire de Paradis, chez Stock », et il renvoie son lecteur en page 20 où Gérard Bertrand analyse les illustrations de Little Bear dans un article à deux voix qui est consacré à « L’image dans le livre pour enfants ».

  • 18  Cours dont je rends compte dans Isabelle Nières, « Recherches sur la littérature enfantine », Inte (...)
  • 19  Les Éditions ouvrières, 1973, p. 288.

27Dans le numéro de juin 1970 (n° 20), nous apprenons que Marcelle Lerme-Walter présente Max et les maximonstres dans un cadre d’un cours sur la littérature enfantine qu’elle donne à la Joie par les livres et dont elle rend compte dans ce numéro (p.17). Je fais l’hypothèse que cette lecture est à l’origine de mon achat de l’album. La suite du cours de Mme Lerme-Walter se trouve un an plus tard dans le numéro de juin 1971 du Bulletin d’analyses ; elle y fait une fois encore référence à Max. Je présente moi-même l’album à mes étudiants dans cette même année universitaire 1970-7118. Enfin l’ouvrage collectif Les Livres pour les enfants qui sort en librairie au printemps 1973 — avant que Max et les maximonstres ne soit réédité par L’École des loisirs en décembre — indique l’album de Sendak dans sa « Suggestion pour une bibliothèque enfantine ».19

28Je voudrais faire deux remarques. La première est que Max et les maximonstres n’entre pas seul et isolé ; il fait son chemin associé soit à la présentation ou l’analyse d’autres albums novateurs, soit à d’autres livres du même Maurice Sendak. J’ajoute que 1967 est la grande année de la découverte européenne de Where the Wild Things are. L’album a été traduit dès 1963 en italien. En 1967, il est édité à Londres chez Bodley Head et traduit en allemand (à Zurich), en français et en suédois.

29Ma seconde remarque est que les bibliothécaires qui publient le Bulletin d’analyses de livres pour enfants ne peuvent évidemment pas ignorer l’album. Or, on ne trouve Max et les maximonstres ni dans les fiches critiques de 1967 ni dans celles de 1968. Interrogée sur ce point, Evelyne Cévin m’a répondu que l’album avait alors « fait débat » et que de ce fait, il n’avait pas été retenu, mais que les bibliothécaires de Clamart qui y étaient favorables avaient laissé traîner l’album à la portée des enfants, qui s’en étaient emparés. Et ce n’est qu’en septembre 1971 (n° 25), soit quatre ans après la parution chez Delpire, que l’on trouve enfin dans le Bulletin d’analyse une fiche de lecture consacrée à Max et les maximonstres, sans que rien ne vienne expliquer la présence de cet album parmi les « nouveautés » du moment. La fiche est signée Aline Antoine et elle a le grand mérite de partir de la novation formelle. Je la cite en entier :

« La qualité de ce livre tient à son rythme et à l’extraordinaire équilibre du texte et de l’illustration. Il est composé comme une musique. Cela commence doucement : quelques lignes en face d’une image petite, assez sombre ; puis les couleurs s’éclairent et l’image grandit jusqu’à couvrir toute la page. Elle déborde sur l’autre page, les couleurs sont de plus en plus intenses, le rêve envahit tout, le texte disparaît. Il y a alors trois doubles pages avec les monstres comme un « fortissimo » : la terrible fête. Puis Max quitte le pays des monstres, l’image redevient plus petite, les couleurs plus douces, tout est en ordre et tranquille. Les enfants peuvent lire seuls car le texte de chaque page est court et la typographie aérée. Les monstres, évidemment, sont terribles et peuvent faire peur à certains enfants, mais la dernière image avec la chambre toute douce et la présence invisible de la maman (le déjeuner qui fume sur la table) est très rassurante, et ma foi, ce n’est pas désagréable d’avoir peur quand on sait qu’on sera rassuré. »

30Il faut ajouter que les références à Max et les maximonstres et à son auteur ont dépassé le cercle des seuls professionnels de l’enfance. Le 21-22 mars 1970, Edwige Talibon-Lapomme signe dans le journal Combat un long article titré tout simplement « Max et les maximonstres », qui est augmenté de trois illustrations, extraites de l’album. Il s’agit donc du premier article français consacré à l’album de Sendak. Comme pour ne pas être en reste, Le Monde publie la semaine suivante (28 mars 1970) une enquête « Les enfants et les livres » qui est agrémentée d’une illustration de Maurice Sendak extraite de Father Bear Comes Home, dont on annonce la parution prochaine à l’École des loisirs. Une enquête plus approfondie me ferait sans doute découvrir d’autres références.

31Robert Delpire publie ses derniers livres pour enfants en 1969. Max et les maximonstres est vraisemblablement épuisé dans le courant de l’année 1972. L’École des loisirs lui en rachète les droits et elle réédite l’album en décembre 1973.

La réédition de l’École des loisirs

  • 20  La première notice paraît dans Le Point le 3 décembre, la seconde dans Le Figaro le 5 décembre.

32Ce n’est pas tout à fait par hasard que l’École des loisirs s’intéresse à Max et les maximonstres. Robert Delpire a publié Max et les maximonstres en 1967, mais la maison Stock a également publié, ce même automne 1967, un recueil d’Isaac Bashevis Singer, Une histoire de Paradis et autres contes, accompagné d’illustrations de Maurice Sendak.L’École des loisirs a dû assez vite regretter d’être « passée à côté de Max » et elle s’est empressée d’acheter les droits français sur d’autres albums de Sendak. Elle publie dès 1970 Petit Ours et Petit Ours en visite d’Else Minarik ainsi que Monsieur le lièvre, voulez-vous m’aider ? de Charlotte Zolotow. Suivent en 1971 Deux aventures de Jérôme le conquérant, L’Amie de Petit ours et Papa ours revient, puis Cuisine de nuit en 1972. Elle publieraen 1974 Le Roi Barbe d’Ours et Mini-Bibliothèque. La réédition de Max et les maximonstres sort dans les premiers jours de décembre 197320.

  • 21  Je remercie l’éditeur qui m’a fait parvenir les photocopies de ce dossier de presse en novembre 19 (...)
  • 22  On découvre avec amusement que le brouillon dactylographié de cette notice figure dans le dossier (...)

33Cette fois, le relais critique est abondant. On se trouve devant un consensus latent, qui est bien la preuve qu’une réputation s’est construite entre 1967 et 1973. Le dossier de presse de l’École des loisirs recense 27 références entre décembre 1973 et décembre 1974, qui vont du Monde à Paris-Normandie en passant par La Vie mutualiste et L’Orient le jour21. Il s’agit le plus souvent d’une notice — parfois fort courte — mais on trouve également deux articles substantiels et fort intéressants, l’un dans Education et développement (mars 1974), l’autre dans le journal libanais, L’Orient le jour (juillet 1974). Germaine Finifter, Bernard Epin, Monique Bermond, Raoul Dubois, tous sélectionnent et recommandent Max et les maximonstres dans la livraison de février 1974 des périodiques où ils tiennent rubrique. L’empressement de Raoul Dubois montre à quel point le critique estime urgent d’effacer son erreur ancienne. Il parle cette fois d’un « ouvrage exceptionnel ». Sa notice paraît dans le numéro de février 1974 de Camaraderie ; il la signe de ses initialesen ajoutant entre parenthèses « déc. 73 », comme, si après un silence de 4 ans, il lui fallait ne pas se voir reproché un « retard » de 2 mois.22

34A partir de cette réédition de Max et les maximonstres à L’École des loisirs, la réputation de l’album ira grandissant. Il fera désormais partie des classiques incontestables et incontestés. Et cette place éminente a pu apparaître comme une preuve rétrospective qu’il y avait eu censure et hostilité lors que la parution de l’album en 1967. C’est par ses propres forces que le chef-d’œuvre s’est imposé à tous ; il s’est délivré du purgatoire dans lequel la critique l’avait plongé.


*

  • 23  Le Figaro, 3 décembre 1971.

35Pourquoi la légende a-t-elle si bien fonctionné ? Les propos que François Ruy-Vidal tient devant les bibliothécaires en mars 1974 et qu’il réitère en avril 1982 dans Trousse-livres sont fondés sur une réalité : l’absence de comptes rendus critiques lors de la publication de Max et les maximonstres chez Delpire en 1967. Mais leur formulation et en particulier la présence de guillemets induisent en erreur en laissant supposer qu’il y eut un discours critique violemment négatif et que l’album « fut jugé “le plus exécrable livre de l’année” par bon nombre de responsables ». La politique éditoriale de Robert Delpire a elle-même contribué, bien à son insu, à nourrir la légende. On se souvient que Robert Delpire ne publie plus de livres pour enfants après 1969. En 1971, Maurice Fleurent, directeur des Albums-Jeunesse chez Hachette, justifier son scepticisme à l’égard des nouveaux éditeurs d’albums pour enfants - dont François Ruy-Vidal - en avançant que « les éditions Delpire, qui avaient eu le courage de publier, les premières en France, un bel album insolite de Sendak, Max et les maximonstres, sont provisoirement en sommeil, et que Tisné a eu des déboires après avoir publié l’excellent Bussy le hamster »23. Max et les maximonstres aurait donc été un pari risqué, une publication qui aurait mis à mal les finances de son éditeur. On voit que nous commençons à ne pas être très loin du « livre maudit ».

36Si la légende d’un Max et les maximonstres occulté, rejeté, censuré, prend si bien dans le milieu de « la littérature de jeunesse » des années 1970, c’est qu’elle remplit une fonction et qu’elle satisfait une attente. Mais les raisons qu’ont les uns et les autres d’accréditer et de diffuser la légende ne sont pas nécessairement les mêmes. Pour François Ruy-Vidal, éditeur novateur et quelque peu transgressif, il s’agit largement de jeter le discrédit sur les critiques de la vieille génération qui n’ont accueilli qu’avec réticence ou réserve les albums qu’il édita avec Harlin Quist de 1967 à 1972, puis aux éditions Grasset de 1973 à 1978. Il affirme ainsi l’écart entre les gardiens du Temple, arc-boutés sur la tradition, et les jeunes gens, éditeurs, écrivains artistes qui montent à l’assaut du vieil édifice. Pour les bibliothécaires et pour certains critiques, la légende de Max a joué un tout autre rôle. Elle est venue nourrir et conforter la valorisation toute nouvelle de la littérature de jeunesse. Il faut se souvenir qu’au lendemain de « Mai-68 », la littérature de jeunesse eut pour un temps un quasi statut de « contre-culture ». Si la « vraie » littérature est la littérature qui dérange, celle qui heurte les attendus anciens, alors, dans les années 1970-1980, Max et les maximonstres a joué au sein de la littérature de jeunesse le rôle qu’ont pu jouer en leur temps Madame Bovary, L’Éducation sentimentale ou La Recherche du temps perdu au sein de la littérature générale. L’album a constitué la preuve que la littérature de jeunesse pouvait déranger, donc que la littérature de jeunesse était bien de la littérature.

Haut de page

Notes

1  « Le point de vue d’un éditeur : François Ruy-Vidal », Bulletin d’analyses de livres pour enfants, juin-juillet 1974, n° 38, p. 17

2  François Ruy-Vidal, « Les enfants soumis à l’expression contemporaine », Trousse-Livres, avril 1982, n° 30, p. 5.

3  François Vié, « L’illustration à la recherche de sa modernité », dans Images à la page, une histoire de l’image dans les livres pour enfants, Gallimard, 1984, p. 32.

4  Crise première ; trad. Louis Aragon.

5  François Vié, op. cit, page 30 ; Claude-Anne Parmegiani, La Revue des livres pour enfants, n° 163-164, p. 58. Ajoutons que contrairement à ce qu’écrit Patrick Roegiers dansImages à la page ; une histoire de l’image dans les livres pour enfants(op.cit. p. 21), Maurice Sendak n’est pas d’origine hongroise.

6  Site Ricochet, ainsi que de nombreux sites consultés sur internet tant privés que commerciaux ou institutionnels (25/2/2008).

7  Le Monde, 23/9/2005.

8  Publicité pour Max et les maximonstres, Animagie et Les larmes de crocodile (rééd.) sous le titre « Dernière heure » dans Bibliographie de la France, n° 51, 19 décembre 1967.

9  L’idée a circulé que la traduction pouvait avoir été faite par Bernard Noël ; mais l’album est « bouclé » quanq celui-ci entre chez Delpire en 1967.

10  Op. cit., p. 32.

11  François Vié, « Une aventure et plusieurs révolutions », La Revue des livres pour enfants, n° 98-99, automne 1984, page 43. Annik Duvillaret pense que le tirage dut se situer autour de 3000 exemplaires, comme pour les autres albums.

12  Bulletin d’analyses de livre pour enfants (1965 >) ; Education et développement (Madeleine Raillon) ; Enfance (Marc Soriano à partir de 1952) ; Jeunesse au plein air (Pierre Ménard) ; L’École des parents (Monique Bermond, 1960-1980) ; L’École et la nation (Natha Caputo, puis Bernard Epin, janvier 1968 >) ; Lectures culturelles, Centre laïque de lecture publique (Raoul Dubois) ; Littérature de jeunesse (Jeanne Cappe 1949-1956 ; Anne de Rycke, 1976 >) ; Livres et lectures (Yette Jeandet) ; Livres jeunes aujourd’hui (janvier 1970 >) ; Livres service jeunesse, Association des amis de l’école Decroly(Germaine Finifter, 1960 >) ; Une année de lecture ; supplément à Camaraderie (Raoul Dubois) ; Vers l’éducation nouvelle,CEMEA (Mathilde Leriche). Il n’y a pas de rubrique ni dans Francs et Franches Camarades ; Bulletin d’information des patronages laïques (Dubois) ni dans L’École libératrice.

13  J’ajoute que j’ai interrogé les deux bibliothécaires responsables du fonds Bermond-Boquié (Médiathèque de Nantes) ; celles-ci m’ont dit ne rien avoir trouvé dans leurs archives (chroniques régulièrement tenues dans Sang neuf (École alsacienne) et dans Le Ligueur, émission de radio Le Livre ouverture sur la vie).  

14  Guide de littérature pour la jeunesse, Flammarion, 1975, p. 360

15  Trousse-livres, op. cit. p. 5.

16  Trousse-Livres, ibidem

17  La reprise d’un des maximonstres de Sendak par Etienne Delessert dans Conte n° 1 d’Eugène Ionesco (parution française, 1er trimestre 1969) s’explique par la publication initiale de cet album aux Etats-Unis en 1967, où Where the Wild Things are était déjà célèbre.

18  Cours dont je rends compte dans Isabelle Nières, « Recherches sur la littérature enfantine », Interférences (Université de Haute-Bretagne), janvier-juin et juillet-décembre 1972.

19  Les Éditions ouvrières, 1973, p. 288.

20  La première notice paraît dans Le Point le 3 décembre, la seconde dans Le Figaro le 5 décembre.

21  Je remercie l’éditeur qui m’a fait parvenir les photocopies de ce dossier de presse en novembre 1975, lorsque j’ai commencé à vouloir travailler sur Max et les maximonstres.

22  On découvre avec amusement que le brouillon dactylographié de cette notice figure dans le dossier de presse de L’École des loisirs, comme si Raoul Dubois avait voulu informer au plus vite l’éditeur lui-même de sa nouvelle appréciation de l’album.

23  Le Figaro, 3 décembre 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Nières-Chevrel, « La réception française de Max et les maximonstres : retour sur une légende », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://strenae.revues.org/83 ; DOI : 10.4000/strenae.83

Haut de page

Auteur

Isabelle Nières-Chevrel

Professeur émérite de Littérature générale et comparée (Université de Haute-Bretagne. Rennes II - CELAM)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org