Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Univers et fiction: une culture transmédiatique

L’univers d’Astrid Lindgren à portée de main

Christophe Premat

Résumé

Il s’agit dans cette contribution de comprendre comment les cultures matérielles enfantines sont intégrées dans des approches pédagogiques novatrices en Suède. Nous nous appuierons en particulier sur la manière dont l’univers d’Astrid Lindgren a été matérialisé dans des musées pour enfants (Junibacken à Stockholm, Ville Villekula dans le Småland). Les musées pour enfants se sont multipliés en Suède avec notamment des invitations à la lecture, des pièces de théâtre et des mises en scène des héros suédois (ours Bamse, Pettson et Findus). Les écoles elles-mêmes sont invitées à utiliser ces lieux comme leviers pédagogiques pour favoriser l’éveil des enfants. Cet article souhaiterait montrer comment ces lieux favorisent l’intégration des enfants dans un récit national mettant en perspective une pédagogie libérale. Nous présenterons le musée dédié aux personnages d’Astrid Lindgren. Junibacken est d’autant plus intéressant qu’Astrid Lindgren a participé à sa mise en place. Les enfants sont guidés ainsi par un train à histoires qui juxtapose des personnages d’Astrid Lindgren (Emil, Karlsson på taket, Pippi…). Puis la maison de Pippi Långstrump (Fifi Brindacier) est représentée à l’étage, les enfants pouvant manipuler et jouer avec l’univers de ce personnage devenu un mythe national. Ces matérialisations reflètent une culture de masse enfantine spécifique où l’imaginaire enfantin est enchanté. Dans le même temps, les politiques de l’enfance veillent à protéger l’enfant de toute forme de tracasserie (lutte contre le phénomène de mobbning) et de punition physique (interdiction de la fessée et de toute forme de contrainte physique au sein de l’éducation).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://www.Junibacken.se/ [Site consulté le 10 mai 2012]. Le musée dispose d’une web-TV consultable (...)
  • 2 Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, traduction française d’Isaac Joseph, de Michelle Dartev (...)

1L’enfance a une place particulière dans la société suédoise. Les parents bénéficient de conditions très favorables pour pouvoir éduquer leurs enfants (congés parentaux modulables et pouvant être répartis entre les sexes) avec une offre culturelle riche à l’égard des jeunes publics. La plupart des musées ont intégré la dimension ludique avec des espaces réservés à la création enfantine permettant une fréquentation en famille. Cependant, on assiste depuis une vingtaine d’années à une floraison de musées centrés sur les figures de la littérature jeunesse où les enfants ont la possibilité de jouer et de manipuler des objets liés aux grands récits de jeunesse. Le musée n’est pas le simple objet d’une consommation matérielle, il y a un véritable objectif de transmission et d’intégration de l’enfant à un univers de partages et d’identifications. Le musée Junibacken1 de Stockholm présente un univers matériel régulièrement transformé afin de stimuler le jeu et la socialisation enfantine. Il s’agit d’un cadre au sein duquel l’ensemble des narrations d’Astrid Lindgren prennent sens2.

  • 3 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, Sagoresan från Junibacken till Na (...)

2Notre hypothèse est que ces récits favorisent la transmission d’une identité nationale forte avec des personnages connus à la fois des enfants et des adultes. Le musée Junibacken a trait aux récits d’Astrid Lindgren et a même été construit en sa présence. « C’était l’année 1996. Durant trois semaines, je faisais du vélo à huit heures avec une boîte de pâtisseries chaudes jusqu’au nº 46 de Dalagatan. Astrid Lindgren avait quatre-vingt neuf ans et elle écrivait ce qui allait devenir son dernier texte. Pour le train à histoires à Junibacken »3 écrivait l’illustratrice Marit Törnqvist qui a travaillé aux côtés d’Astrid Lindgren à la réalisation du train à histoires de Junibacken. Astrid Lindgren, la figure la plus célèbre de la littérature jeunesse suédoise, a donc construit un récit agençant des extraits de son œuvre. Elle a d’ailleurs lu ces textes en suédois, ce qui fait que les visiteurs du musée Junibacken peuvent prendre le train à histoires en entendant sa voix. La participation de l’auteur à la construction de ce musée est un élément important dans la matérialisation de ses personnages connus dans toute la Suède. Nous présenterons la fonction intégrative de cette culture matérielle en nous intéressant dans un premier temps au contexte de création de ce musée puis nous étudierons sa structure au regard des objectifs pédagogiques affichés par les politiques publiques de l’enfance en Suède.

Le contexte de création du musée Junibacken

  • 4 Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Aubier, 1958, p. 240.

3La culture matérielle est ici entendue dans un sens expérimental où les publics du musée (adultes et enfants) pénètrent dans un décor imposé et manipulent des objets concrets créés conformément à ce qui est décrit dans les récits. Le philosophe Gilbert Simondon évoquait l’idée d’une possible culture technique provenant de la manière dont les objets techniques étaient appropriés dans le temps. Les objets sont des médiations et sont en même temps indépendants de leur utilisation. « Par l’activité technique, l’homme crée des médiations, et ces médiations sont détachables de l’individu qui les produit et les pense ; l’individu s’exprime en elles, mais n’adhère pas à elles4 ». Les objets sont insérés dans un univers de références et constituent un monde relativement détachable de la visée de leur utilisation.

4Dans le cas de ces musées, nous avons la matérialisation de la relation de l’enfant à un univers connu. Il s’agit même d’une reconstruction des personnages et des objets du monde d’Astrid Lindgren5. Les décors et les objets présents sont directement liés à des références plus ou moins connues, l’important étant que les visiteurs reconnaissent ces objets dans l’univers de la littérature pour la jeunesse. La relation à l’image est très forte puisqu’elle provient des illustrations des livres et des films tirés de ces récits. Ainsi, au sein de ce décor, nous avons non seulement une référence aux récits d’enfance, mais surtout une référence au rituel des histoires accompagnant le devenir de l’enfant6. Le musée est de ce point de vue un cadre mettant en scène les habitudes familiales d’une société. Marit Törnqvist est l’illustratrice de plusieurs albums d’Astrid Lindgren (När Bäckhultarn for till stan en 1989, När Adam Engelbrekt blev tvärarg en 1991, I Skymmningslandet en 1994, Sunnanäng en 2003 et Sagoresan en 2006)7. Elle est ainsi imprégnée de l’univers des récits d’Astrid Lindgren et a pu travailler avec Astrid Lindgren à la réalisation du train à histoires. Marit Törnqvist écrivit même les choses suivantes sur la manière dont le train à histoires a été réalisé :

  • 8 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 4.

« Astrid pouvait être le guide naturel du train qui conduirait le public à travers le décor. C’est pourquoi j’étais tous les jours chez elle. Nous lisions ensemble Emil et Karlsson et tous les autres livres et je décrivais ce que le public verrait du train à histoires. Nous avons étudié mes illustrations avec des lunettes grossissantes et j’ai vécu la manière dont Astrid trouvait lentement et minutieusement le bon ton du texte du récit à histoires. Un ton qui correspondait à la fois aux livres, à mes images et à des expériences qu’enfants et adultes auraient lorsqu’ils prendraient le train. Je crois qu’Astrid a apprécié de reprendre ses activités. Et nous avions l’impression de participer ensemble à un train à histoires de Junibacken à Nangilima8. »

5L’enfant manipule, manie et interagit sur fond d’histoires connues, il crée à partir de références à un monde imaginaire connu. La pensée n’est pas coupée du monde concret ; faire usage d’un décor et de ce qui l’entoure active un monde de références qui est primordial pour la construction de l’imaginaire des enfants. Les adultes peuvent avoir des informations sur les récits d’Astrid Lindgren et partager avec leurs enfants certaines œuvres de littérature jeunesse. Il existe également depuis 1981 un village d’été à Vimmerby dans la région natale d’Astrid Lindgren, le Småland. Ce village en plein air est ouvert l’été et propose des représentations des personnages de l’œuvre d’Astrid Lindgren9.

Une structure adaptée à l’appropriation des personnages-clés

  • 10 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 16.
  • 11 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 20.
  • 12 Astrid Lindgren, Fifi Brindacier, l’intégrale, traduit du suédois par Alain Gnaedig, Paris, Hachett (...)
  • 13 Le nom traduit en français est Pettson et Picpus. Pettson et Picpus, réalisation Albert Hanan Kamin (...)
  • 14 Martin Heidegger, Sein und Zeit, trad. de l'allemand par Rudolf Boehm et Alphonse de Waehlens, Pari (...)
  • 15 Élisabeth Chapuis, Fulvia Rosemberg, Hélène Gratiot Alphandéry, « Le théâtre pour enfants », dans E (...)
  • 16 Guillaume Soulez, « Télé notre regard », dans Communications, 2004, vol. 75, p. 236.

6Le train à histoires de Junibacken est centré sur les personnages des récits d’Astrid Lindgren. La métaphore du voyage, du transport est d’autant plus présente que l’on découvre à la fois dans le ciel des personnages tels que Karlsson på taket qui vole au-dessus de la ville de Stockholm. « Avez-vous remarqué que nous volons ? Et ces lumières en bas, ce doit être Stockholm et Vasastan. Et là-bas, c’est la maison du petit frère. Il s’assoit et attend Karlsson comme d’habitude10 ». La voix guide le regard des visiteurs qui changent de décor régulièrement. Les éléments imaginaires et réels se mêlent avec notamment une vue de Vasastan à Stockholm. Les plans sont mélangés, ce qui donne une perspective au voyage. Nous sommes tantôt dans le ciel tantôt près de la terre et des trolls. Nous entrons dans la chambre de Karlsson på taket, nous survolons des montagnes et des villes avant d’avoir une rupture d’échelle et de nous retrouver aussi petits qu’un rat. « Mais que nous est-il arrivé à présent ? Nous sommes devenus petits. Aussi petits que Nils Karlsson-Pyssling. Il n’était pas plus gros qu’un pouce et il habitait sous le plancher, sous le lit de Bertil11 ». Nous commençons par le quotidien d’un village du Småland avec une fête de la Saint-Jean (Midsommarafton) et nous achevons l’histoire près du précipice pour combattre la dragonne des temps primitifs. Nous disposons d’ailleurs de quelques traces de la manière dont Marit Törnqvist a travaillé à la réalisation de ce véritable musée ethnographique. Outre quelques objets techniques, nous avons des objets quotidiens (le coffre de Fifi Brindacier12, l’intérieur de la maison de Pettson et de Findus13, personnages célèbres des récits enfantins habitant le nord de la Suède). Tous ces objets indiquent une époque donnée et un quotidien, puisque certains d’entre eux (vieille machine à écrire) n’ont aucune relation au monde contemporain, ils sont présents parce qu’ils renvoient à ce qui est décrit et dessiné dans les textes. Le philosophe Heidegger fait pour sa part une distinction entre les objets techniques et les outils traditionnels en incluant parmi ces derniers, « l’écritoire, la plume, l’encre, le papier, le sous-main, la table, la lampe, les meubles, les fenêtres, les portes, la chambre14 ». Nous retrouvons ces objets dans le musée Junibacken puisque la salle d’attente du train à histoires est constituée de décors d’intérieur et d’extérieur où les enfants jouent au milieu des personnages imaginaires15. Cette proximité concrète avec les personnages imaginaires est l’un des effets de la culture matérielle. Ce procédé fait penser au film de Woody Allen The Purple rose of Cairo (1985)16 où les personnages décident de ne plus jouer et se mêlent aux spectateurs. La proximité inverse les rapports en créant un effet d’abyme où les visiteurs recréent des relations à un univers connu.

  • 17 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 32.
  • 18 Christophe Premat, « Noël ou la mise en scène de la communauté villageoise dans Les cahiers bleus d (...)
  • 19 Vladimir Jankélévitch, Le sérieux de l’intention, Paris, Flammarion, 1983.
  • 20 Johann Huizinga, Homo ludens : essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1988.

7Le quotidien des récits d’Astrid Lindgren est intimement lié à la vie dans la campagne suédoise. Comme l’écrit Marit Törnqvist, « là-bas avec mes amis, je sciais, peignais et construisais des paysages et des maisons de poupée. Des paysages avec des lacs, des grottes et des fleuves, des tapisseries et des garde-manger remplis de vivres, le tout fabriqué en en bois, en tissu et en boue17. » Le Småland, province du sud-est de la Suède devient un symbole de la vie suédoise et se reflète d’ailleurs dans les récits d’Astrid Lindgren18. Les maisons typiques suédoises (bois rouge et jaune) y sont représentées. Le musée Junibacken, au-delà des récits d’Astrid Lindgren, incorpore cette tradition architecturale suédoise. Si le train à histoires est une dimension essentielle du musée, le premier étage du musée est également constitué de la maison Ville Villekulla, la maison de Fifi Brindacier, personnage rebelle vivant sans parents et sans aucune autorité. Les visiteurs peuvent ainsi pénétrer dans cette maison qui sert également de scène de représentation théâtrale. En effet, une troupe permanente de théâtre donne quatre représentations par jour de spectacles liés à des œuvres importantes de littérature pour la jeunesse (Fifi capitaine, Le Petit chaperon rouge, La belle au bois dormant…). Les enfants peuvent également dessiner et participer à plusieurs jeux. La dimension ludique fait partie intégrante du musée qui vise à approfondir les relations entre les visiteurs et les personnages des différentes œuvres de littérature de jeunesse. Le jeu devient alors sérieux19 parce qu’il permet un apprentissage des règles et souvent un décodage de la réalité à laquelle participent enfants et adultes20.

  • 21 Voir à ce sujet, Christophe Premat, Françoise Sule, « Literature re-members History : the Algerian (...)
  • 22 Jean-Paul Sartre, Esquisse d’une théorie des émotions, éditions Hermann, 1965, p. 56.
  • 23 Jean-Paul Sartre, ibid., p. 62.

8Le train circule à travers des extraits d’histoires issues des récits d’Astrid Lindgren où enfants et adultes découvrent l’univers de ces personnages sans pouvoir les toucher. La dimension de remembrance est particulièrement forte dans la composition et la mise en scène matérielle de ce récit. En effet, nous utilisons le mot remembrance issu de l’ancien français et exprimant cette idée de recomposition. L’anglais remember a également cette connotation avec le terme re-member ou synthèse de récits (recomposition des membres au sens littéral)21. Les publics peuvent ainsi reconnaître et parfois identifier les scènes présentées. Le train à histoires est présenté en plusieurs langues (arabe, russe, français, espagnol, anglais, allemand et suédois) permettant ainsi d’avoir accès à la matière des récits. L’agencement des histoires avec une progression à travers les univers se fait selon une dramatisation (jeux de lumière et d’ombre) avec un impact sur les émotions. Les variations entre scènes ludiques (Zozo la tornade dormant dans l’établi) et les scènes tragiques (mort de Jonathan) retiennent l’attention des spectateurs et modèlent les affects en quelque sorte. La matérialisation du monde enfantin donne accès à la construction d’une émotion puisque l’enfant accompagné d’un ou de plusieurs adultes chemine à travers les scènes pour découvrir les micro-histoires qui s’y cachent. L’enfant est dans un rapport d’immédiateté, mais le fait de palper les objets des histoires structure son expérience. « Ce qui est constitutif de l’émotion, c’est qu’elle saisit sur l’objet quelque chose qui la déborde infiniment. En effet il y a un monde de l’émotion. Toutes les émotions ont ceci de commun qu’elles font apparaître un même monde, cruel, terrible, morne, joyeux, etc., mais dans lequel le rapport des choses à la conscience est toujours et exclusivement magique. Il faut parler d’un monde de l’émotion comme on parle d’un monde du rêve ou des mondes de la folie22. » Le travail sur les passions est essentiel à partir de la confrontation de l’enfant avec les figures matérialisées, qu’il soit spectateur (train à histoires) en passant devant un décor ou alors acteur. Il y a véritablement une structuration des émotions rendue possible par cette culture matérielle. Le fait de palper et d’interagir de manière différente avec le décor et les animations permet de structurer le rêve23. La joie est alors l’émotion qui associe l’enfant à cet univers qu’il redécouvre alors que celui-ci est suggéré dans les histoires que l’adulte lui lit.

  • 24 L’expression suédoise est la suivante : « Och det var där dom första gången såg Katla, drakhonan fr (...)
  • 25 Siegfried Kracauer, Théorie du film, la rédemption de la réalité matérielle, Paris, Flammarion, 201 (...)
  • 26 Jacques Derrida, La voix et le phénomène, Paris, PUF, 1967.

9Les émotions face à la matérialisation d’un monde qu’ils connaissent de manière diffuse rappellent le concept de medium utilisé par Siegfried Kracauer dans ses réflexions sur la cinématographie. Certes, si le décor est figé avec quelques objets palpables pouvant se transformer, la matérialisation du monde d’Astrid Lindgren a une force suggestive en terme de correspondances sensorielles. Le train à histoires avec la présence du son, les maisons s’éclairant, l’enchaînement des saisons et des mondes (trolls, la dragonne primitive Katla à la fin du train à histoires24), l’inversion des échelles (présence d’un rat géant) favorisent l’enthousiasme et le passage d’une émotion forte à une autre. « Sous l’effet du choc qu’il ressent en trempant une madeleine dans sa tasse de thé, le narrateur de Proust se retrouve transporté, corps et âme, en des lieux et des circonstances passés et dans la substance de noms dont beaucoup sont comme des figurations irrésistiblement prégnantes de réalités extérieures. Le terme générique de “correspondances psycho-physiques” recouvre l’ensemble des relations plus ou moins fluides entre le monde matériel et le domaine psychique au sens large du terme, ce domaine qui confine à l’univers matériel et continue d’entretenir avec lui des connexions intimes25. » On retrouve cet aspect-là dans l’animation du décor et la relation entre son, jeux de lumière et mobilité du décor dans le cas du musée Junibacken où la voix d’Astrid Lindgren promène le voyageur dans ces différentes dimensions. La voix garde d’une certaine manière la présence d’Astrid Lindgren et crée une émotion particulière de transmission d’un patrimoine littéraire26. De ce point de vue, Junibacken intègre un hommage à l’œuvre d’Astrid Lindgren qui marque des générations entières de jeunes suédois.

  • 27 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 32.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid., p. 33.
  • 30 Georges Jean, Pour une pédagogie de l’imaginaire, Paris, Casterman, 1991, p. 24.
  • 31 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit. , p. 33.
  • 32 http://www.alvdalen.se/sv/Puffar/Junibacken-har-utstallning-pa-Arlanda-/ [Site consulté le 10 mai 2 (...)

10Marit Törnqvist évoque les ruptures de plan dans la construction du musée, parce qu’elle s’est inspirée de techniques cinématographiques. « J’ai utilisé des techniques cinématographiques en changeant l’échelle du décor et la hauteur et l’orientation des wagons selon les besoins27 ». Elle poursuit en donnant des détails concrets de la construction du train à histoires. « Par exemple, il était important que nous-mêmes, dans la cabine, tout comme Karlsson, volions au-dessus de Vasastan. C’est pourquoi on a construit 240 maisons de taille diminuée à la différence de la maison de Karlsson qui devait être la plus réaliste possible avec tous les objets extraordinaires de Karlsson à taille réelle28. » La matérialisation du décor, les variations d’échelle sont ainsi fondamentales pour structurer les émotions et la visite des adultes et des enfants à travers les histoires. « Lorsque j’ai accompli mes dessins, j’ai toujours été conscient de ne pas trop accentuer les traits des personnages principaux afin de ne pas contredire les interprétations antérieures29. » Les jeux d’ombre et de lumière sont minutieusement choisis afin de laisser une part à l’imaginaire. Nous pourrions parler de « pédagogie de l’imaginaire » selon les termes de Georges Jean : « ce que nous entendons par pédagogie de l’imaginaire n’est pas une pédagogie de l’irréel. Elle se voudrait entraînement dynamique à la perception et à la conscience du réel par toutes les facultés de l’être, lui permettant de ne pas limiter ses relations au monde à la perception immédiate qu’il en a. Et cette pédagogie, nous le verrons, n’existe pas en soi. Elle n’a de sens que dans la mesure où elle invite l’individu à toutes les explorations pratiques et neuves du monde extérieur et intérieur à la conscience30. » Le train à histoires, par sa construction, invite les adultes et les enfants à traverser les âges, les dimensions et d’une certaine manière à explorer le réel. Il y a une véritable inclusion au monde environnant par le biais de l’imaginaire puisque nous pénétrons dans une culture nordique. Le musée a d’ailleurs été construit grâce à l’aide de plusieurs institutions environnantes qui ont pu conseiller Marit Törnqvist. « Tous les artisans-décorateurs possibles ont été contactés, avec entre autres le Stadsteatern, Drottningholm, Dramaten et Filmhuset. Leur expérience m’aida à adapter mes images à deux dimensions à des images en trois dimensions31 ». La construction du musée Junibacken a été possible grâce à la mutualisation de ces expériences. Junibacken a d’ailleurs collaboré avec l’aéroport d’Arlanda pour réaliser une exposition32. Le bateau pirate de Fifi Brindacier a été reproduit, permettant aux enfants de jouer en attendant les différents voyages et aux visiteurs de connaître le musée Junibacken. Dès l’aéroport et l’arrivée en Suède, ce musée est montré comme l’un des lieux à visiter.

La transmission d’un imaginaire national : structuration du territoire enfantin

11Junibacken est un musée à finalité pédagogique intégrant les enfants à des récits importants de littérature pour la jeunesse. Les contes, les histoires et les personnages ont un rôle structurant, certaines activités permettant aux enfants de chanter des classiques. Les jeux autour des récits et la culture matérielle structurent un territoire enfantin qui est à protéger. L’enfant suédois est protégé par la législation et on trouve de nombreux musées ayant cette vocation à divertir et à éduquer les enfants33. Le gouvernement suédois a par exemple proposé une stratégie en 2009-2010 pour renforcer les droits des enfants en accord avec la convention des droits des enfants34. L’article 3.4.2 de cette stratégie rappelle le principe de l’intégrité physique et psychique de l’enfant quel que soit le contexte. L’article 3.4.5 insiste également sur la notion de parentalité (föräldrarskap) et précise que les parents peuvent recevoir un soutien dans la connaissance des droits des enfants. La lutte contre la maltraitance des enfants (avec l’aide de la fondation Allmänna Barnhuset35) est un élément réaffirmé dans les politiques publiques suédoises qui sont régulièrement débattues dans le pays. Il existe un médiateur de l’enfance qui veille justement au respect des principes de la Convention des droits de l’enfant dans l’élaboration des politiques publiques de l’enfance. Plusieurs présentations des droits de l’enfant ont eu lieu au musée Junibacken avec des animations centrées sur les articles de la Convention pour les droits des enfants36. L’actuel médiateur de l’enfance, Fredrik Malmberg, a pour mission d’éclairer les pouvoirs publics sur les stratégies à suivre pour adapter la législation aux principes énoncés dans la convention sur les droits des enfants.

12Les musées liés à la littérature pour la jeunesse prennent également part à l’intégration des enfants. En effet, les récits permettent également aux publics de réfléchir à ce que signifient les relations humaines. L’une des questions importantes en Suède reste celle des brimades entre enfants et de l’exclusion d’un enfant au sein d’un groupe (ce qu’on appelle le mobbning37). Les travaux des pédagogues en Suède ont beaucoup évolué sur cette question des tracasseries38 avec des suggestions de mesures à prendre pour repérer ces phénomènes difficilement détectables et supposant une responsabilité des adultes, des professeurs et des directeurs d’établissements scolaires en Suède. Il existe un programme Olweus luttant contre les phénomènes d’exclusion et de tracasserie et impliquant une réflexion collective sur ces aspects-là39. Le fait d’avoir en dehors du milieu scolaire des lieux de socialisation où les enfants peuvent réfléchir collectivement à ces phénomènes est essentiel. En effet, le musée Junibacken fonctionne à la fois comme un reflet ethnographique du quotidien suédois et un lieu où parents et enfants participent à des activités familiales orientées sur les récits de littérature-jeunesse. Les écoles sont régulièrement accueillies dans ce musée car ces références doivent être partagées par tous, il s’agit d’un patrimoine essentiel dans l’apprentissage des valeurs à l’école. Les enfants peuvent ainsi toucher ces questions grâce à une approche expérimentale. Cette approche rappelle des principes énoncés par Freinet avec la notion de tâtonnement expérimental : « Le tâtonnement expérimental, dans son processus, est comme un fil d’Ariane qui nous conduit vers les perspectives où l’organique et le spirituel se confondent40. » La manipulation est un aspect essentiel de la découverte des personnages du musée. Les récits d’Astrid Lindgren sont également une invitation à reconsidérer les relations humaines et à lutter contre l’exclusion de l’enfant. Le fait que tous les enfants suédois partagent ces références est essentiel dans la construction d’une conscience collective imprégnée des valeurs d’égalité.

  • 41 Nous pourrions citer le cas de la commune de Södertälje avec le musée Torekällberget où des espaces (...)
  • 42 Régine Sirota, «Les civilités de l’enfance contemporaine, L’anniversaire ou le déchiffrage d’une co (...)

13La matérialisation des récits de littérature de jeunesse par la construction du musée Junibacken est essentielle pour la construction d’un patrimoine accessible à tous. Astrid Lindgren est devenu un symbole fort de la littérature pour la jeunesse à la fois parce qu’elle a écrit des récits remettant en cause et critiquant l’éducation austère de certains milieux suédois et aussi parce qu’elle reflète le quotidien suédois à la campagne dans les années 1960-1970. Il y a ainsi transmission d’une génération à l’autre d’un patrimoine littéraire et le partage de valeurs et d’une réflexion sur la place de l’enfant en Suède. Les politiques publiques de l’enfance visent à augmenter les dispositifs de protection de l’enfance et insistent en même temps sur la notion de parentalité dans l’éducation des enfants. Les musées de l’enfance sont appelés à se développer en Suède car il est essentiel que, dans leurs loisirs, les enfants puissent avoir accès à ce type d’activités. Les musées suédois intègrent systématiquement des espaces pour les familles et certains écomusées donnent la possibilité aux enfants de s’exprimer directement sur des sujets (protection de l’environnement) à partir d’activités encadrées. Les écoles évoluent en synergie avec ces musées41 et intègrent des visites guidées dans les cours d’instruction civique (Samhällsorientering). Nul doute que ces musées sont efficaces quant à la transmission d’une identité nationale forte grâce à des personnages et à des imaginaires nordiques. Ils permettent également aux adultes de passer du temps avec leurs enfants au sein de cet espace fictionnel constitutif. Les adultes eux-mêmes (parents, grands-parents) se trouvent renvoyés à des narrations de leur enfance et ont ainsi la possibilité de construire ce lien générationnel fort. In fine, ces musées transforment ces récits d’enfance en rituels obligatoires dans la perspective d’une meilleure socialisation42 des enfants en Suède.

Haut de page

Notes

1 http://www.Junibacken.se/ [Site consulté le 10 mai 2012]. Le musée dispose d’une web-TV consultable en ligne avec des animations jeunesse.

2 Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, traduction française d’Isaac Joseph, de Michelle Dartevelle et Pascale joseph, Paris, Éditions de Minuit, 1973, p. 30

3 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, Sagoresan från Junibacken till Nangilima, Slovaquie, TBB, 2006, p. 4. Nous traduisons.

4 Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Aubier, 1958, p. 240.

5 Jean Mesnager, « Lisibilité des textes pour enfants », dans Communication et langages, 1989, nº 79, p. 29.

6 Nicolas Couégnas, « Il était une fois…..l’habitude. L’art de la surprise et de la répétition dans les albums d’enfance », Protée, 38, 2, 2010, pp. 59-68.

7 http://www.astridlindgren.se/mer-fakta/illustratorer/sv-marit-tornqvist

8 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 4.

9 http://www.alv.se/ [Site consulté le 10 septembre 2012].

10 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 16.

11 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 20.

12 Astrid Lindgren, Fifi Brindacier, l’intégrale, traduit du suédois par Alain Gnaedig, Paris, Hachette, 2007.

13 Le nom traduit en français est Pettson et Picpus. Pettson et Picpus, réalisation Albert Hanan Kaminski, Paris, Éditions Montparnasse, 2003.

14 Martin Heidegger, Sein und Zeit, trad. de l'allemand par Rudolf Boehm et Alphonse de Waehlens, Paris, éditions Gallimard, 1964, p.92.

15 Élisabeth Chapuis, Fulvia Rosemberg, Hélène Gratiot Alphandéry, « Le théâtre pour enfants », dans Enfance, 1973, nº 26, p.17.

16 Guillaume Soulez, « Télé notre regard », dans Communications, 2004, vol. 75, p. 236.

17 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 32.

18 Christophe Premat, « Noël ou la mise en scène de la communauté villageoise dans Les cahiers bleus de Zozo la tornade d’Astrid Lindgren », dans Danièle Henky, Robert Hurley (dir.), Présent(s) de Noël en littérature de jeunesse contemporaine, Montréal, éditions Novalis, 2010, pp. 81-100.

19 Vladimir Jankélévitch, Le sérieux de l’intention, Paris, Flammarion, 1983.

20 Johann Huizinga, Homo ludens : essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1988.

21 Voir à ce sujet, Christophe Premat, Françoise Sule, « Literature re-members History : the Algerian war in Un regard blessé of Rabah Belamri and La Malédiction of Rachid Mimouni », Juin 2009, présentation au colloque « What’s culture got with it ? » de l’Institut nordique des études africaines.

22 Jean-Paul Sartre, Esquisse d’une théorie des émotions, éditions Hermann, 1965, p. 56.

23 Jean-Paul Sartre, ibid., p. 62.

24 L’expression suédoise est la suivante : « Och det var där dom första gången såg Katla, drakhonan från urtiden » traduit par « Et c’était là qu’ils virent pour la première fois Katla, la dragonne des temps primitifs ». Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit. , p. 32.

25 Siegfried Kracauer, Théorie du film, la rédemption de la réalité matérielle, Paris, Flammarion, 2010, p. 119.

26 Jacques Derrida, La voix et le phénomène, Paris, PUF, 1967.

27 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit., p. 32.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 33.

30 Georges Jean, Pour une pédagogie de l’imaginaire, Paris, Casterman, 1991, p. 24.

31 Marit Törnqvist, «Förord», dans Astrid Lindgren, Marit Törnqvist, op. cit. , p. 33.

32 http://www.alvdalen.se/sv/Puffar/Junibacken-har-utstallning-pa-Arlanda-/ [Site consulté le 10 mai 2012].

33 Le parc naturel Kolmården dispose d’un mini-musée Bamse où l’ours Bamse et les personnages des histoires de Bamse sont représentés. Il y a également un théâtre de marionnettes évoquant ce classique de la littérature jeunesse suédoise. Voir http://www.kolmarden.com/ [Site consulté le 10 mai 2012].

34 Regeringens proposition 2009/10:232 Strategi för att stärka barnets rättigheter i Sverige, 23 juin 2010.

35 http://www.allmannabarnhuset.se/ [Site consulté le 10 mai 2012].

36 http://www.barnombudsmannen.se/i-media/pressmeddelanden/2003/5/barnens-rattigheter-i-centrum-pa-junibacken/ [Site consulté le 10 mai 2012].

37 Le terme anglais passé dans l’usage en France est « bullying » (NDLR).

38 http://www.forskning.se/nyheterfakta/teman/mobbning/tiofragorochsvar/hjalperantimobbningsprogrammenmotmobbning.5.303f5325112d7337692800015909.html [Site consulté le 10 mai 2012].

39 http://www.olweus.se/ Un rapport présenté par l’agence suédoise de l’enseignement (Skoleverket) avait alarmé les autorités suédoises en 2009 sur les conséquences de ce phénomène à l’école.

40 Célestin Freinet, Œuvres pédagogiques II, Paris, Le Seuil, 1994, p. 224.

41 Nous pourrions citer le cas de la commune de Södertälje avec le musée Torekällberget où des espaces pour enfants sont intégrés à des maisons anciennes reconstituant la ville au début du xxe siècle.

42 Régine Sirota, «Les civilités de l’enfance contemporaine, L’anniversaire ou le déchiffrage d’une configuration», dans Éducation et sociétés, nº 3, 1999, p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « L’univers d’Astrid Lindgren à portée de main », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 22 août 2014. URL : http://strenae.revues.org/797 ; DOI : 10.4000/strenae.797

Haut de page

Auteur

Christophe Premat

Chercheur associé au centre Émile Durkheim (Sciences Po Bordeaux) et responsable de la coopération linguistique et éducative à l’Institut français de Suède

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org