Navigation – Plan du site
Dossier thématique
De la conception à la distribution

Alexandre Schanne (1823-1887) et l’enfant : de l’art à la fabrication de jouets

Michel Manson

Résumé

Les fabricants de jouets participent à la production des objets de la culture matérielle enfantine. Mes recherches sur l’histoire du jouet ont attiré mon attention sur un fabricant d’animaux jouets du xixe siècle qui a été aussi un artiste, Alexandre Schanne. Cet article vise à reconstituer l’histoire de son entreprise, créée par son père, puis à essayer de comprendre comment sa double formation par les Beaux-Arts et par le dessin industriel a pu faire de lui un fabricant de jouet peu ordinaire, préoccupé par l’adaptation de ses créations au destinataire enfantin, précurseur des jouets d’artistes et des designers de jouets.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres sculpteurs dessinateurs et graveurs (...)

1Nous voudrions évoquer un personnage qui a eu son heure de gloire sous le nom de Schaunard, l’un des artistes évoqué par Henry Murger dans son livre Scènes de la Vie de Bohême. Ces histoires d’artistes pauvres dans le Quartier latin des années 1840 parurent sous forme de chroniques de mars 1845 à avril 1849 dans le Corsaire Satan. Elles donnèrent lieu à une pièce de théâtre grâce au jeune dramaturge Théodore Barrière, pièce créée le 22 novembre 1849 au Théâtre des Variétés. Elles furent transformées en livre, publié par Michel Lévy en 1851, et très souvent réédité. Les adaptations furent nombreuses, dont l’opéra de Giacomo Puccini, La Bohême, en 1896, et celui de Ruggero Leoncavallo en 1897, ainsi que de nombreux films tout au long du xxe siècle. Ainsi apparaît, mis en scène et célèbre, un jeune artiste, musicien et peintre. Pourtant, on n’en connaît que très peu d’œuvres, et il est complètement oublié aujourd’hui, les ouvrages de référence n’en parlant pratiquement pas. Cependant, la notice du Bénézit précise : « Schanne était fils d’un fabricant de jouets du Marais, auquel il succéda après une jeunesse plus désordonnée en apparence que réellement1. » Ainsi, notre artiste est devenu fabricant de jouets. A-t-il utilisé ses compétences artistiques pour améliorer l’esthétique des objets qu’il fabriquait ? Sa production relevait-elle de ce qu’on a appelé alors « l’art industriel » ? Dans la création de jouets, qui font partie de la culture matérielle de l’enfance, comment un fabricant du xixe siècle, artiste en même temps, prenait-il en compte son destinataire, l’enfant ? Pour répondre à ces questions, une enquête était nécessaire, dans les témoignages de l’époque et dans les archives, permettant de restituer l’homme, l’artiste, le fabricant de jouets, de cerner sa place dans les débats sur l’art industriel et peut-être dans l’histoire du design et de la culture d’enfance. Commençons par l’histoire de la fabrique de jouets familiale.

Nicolas Schanne fabricant d’animaux jouets, 1817-1856

  • 2  D’après le témoignage de son fils, Alexandre Schanne, Souvenirs de Schaunard, G. Charpentier & Cie (...)
  • 3  Mariage à Paris, 9e arrondissement ancien, le 25 janvier 1818. D’après un acte de notoriété et un (...)
  • 4  D’abord au 11 rue Jean-de-l’Épine (1825-1829), les Schanne ouvrent une boutique au 48 passage des (...)

2Pour mieux comprendre cette alliance entre l’industrie du jouet et l’art, il nous semble nécessaire de situer Alexandre Schanne par rapport à sa famille et à l’entreprise familiale. Son père, Nicolas, est né à la fin du xviiie siècle en Moselle. Il monte à Paris, appelé par son propre père Pierre, ouvrier fabricant de couleurs qui a fait son apprentissage chez Gaspard François Giroux, mercier marchand de couleurs, père d’Alphonse Giroux dont nous parlerons plus loin. Pierre place son fils apprenti chez un fabricant de jouets, Guibard. En 1817, Nicolas Schanne monte sa propre entreprise, avec un capital important de quinze cents francs2. Il se marie en 1818 avec une parisienne, Catherine Robert, âgée d’une quinzaine d’années3. Le couple habite quelques années 64 rue des Gravilliers, maison du marchand de couleurs où travaillait Pierre Schanne. C’est là que vont naître les deux premiers enfants, Pierre Alexis, en 1821, et notre Alexandre Louis né le 22 décembre 1823. La famille va souvent déménager, tout en restant toujours dans les mêmes quartiers des quatrième et troisième arrondissements4.

  • 5  A. Schanne, op. cit., p. 14, 15.

« Les émeutes qui suivirent la révolution de Juillet, ainsi que l’apparition du choléra en mars 1832, apportèrent un coup terrible au commerce des joujoux […]. Le Passage des Panoramas n’était plus tenable pour ma famille, qui y avait englouti tout l’argent qu’elle avait pu gagner avant la révolution et le choléra […]. La chance voulut qu’il trouve à louer pour son industrie animalière, et au prix de mille francs seulement, trois étages dans une rue qui aurait pu lui servir d’enseigne5. »

  • 6  Au 24 de 1834 à 1851, et au 26 de 1851 à 1862.
  • 7  Pierre Célestin (1825), Alexandrine Célestine (1827), Marie Rose (1829), Jean Marie Auguste (1830) (...)

3La famille se replie donc sur un seul lieu, d’habitat et de fabrique, rue aux Ours6, d’où elle est chassée par les percements de voies nouvelles entrepris par le préfet Haussman. La famille a continué à s’agrandir, avec les naissances de six enfants7. Nicolas Schanne meurt le 15 avril 1856, et est enterré au Père Lachaise.

  • 8  A. Schanne, op. cit., p. 6.
  • 9  Les sources utilisées sont les Almanachs et Annuairesde Paris, qui nous ont aussi fourni les diffé (...)
  • 10  Schanne, Souvenirs, op. cit., p. 16.

4Dès ses débuts, Nicolas Schanne travaille durement, aidé par sa femme et un garçon âgé de quatorze ans, Pierre Rénier, qui sera le fidèle ouvrier de la famille, encore en service en 1870. Les succès commerciaux viennent assez vite, grâce à une innovation technique et esthétique due à Nicolas Schanne. Son fils, dans ses Souvenirs, évoque « l’heureuse idée qu’il eut le premier à Paris de remplacer sur ses animaux en carton, la peinture et le velouté en les couvrant de véritables peaux avec laine et poil8 ». Les publicités de l’Almanach du Commerce de 1823 à 1834 citent ses « animaux veloutés laine et poil ». Dulac nous apprend qu’« il est le seul dans ce genre qui fabrique chiens, chats, etc., le tout velouté, laine et poil à prix fixe » (1824). Faure-Finant ajoute les moutons et précise que cette technique imite le naturel (Bazar parisien, 1825). Nous sommes là devant les jouets animaux ayant précédé les peluches, avec un désir de réalisme mais aussi, en conséquence de l’usage des poils et de la laine, une certaine douceur apportés à des jouets qui, avant cette invention, étaient surtout en carton bouilli et en bois. Les publicités des années suivantes mentionnent les chiens, chats, moutons, lapins, et à partir de 1836 on précise que certains animaux sont « sur soufflets et planches et à roulettes en cuivre ». À partir de 1844 et jusque dans les années 1850, la production d’animaux est complétée par celle des poupées9. Grâce à cette innovation, Nicolas Schanne se trouve en possession de 42 000 francs en écus et il songe à s’acheter une ferme dans sa région, vieux réflexe paysan qui investit dans la terre et non dans le commerce. Sa femme ne veut pas quitter Paris, et l’argent sert à se procurer d’un côté la fabrique rue Montmartre, de l’autre la boutique du Passage des Panoramas. Les Souvenirs d’Alexandre Schanne, et surtout les actes d’état civil de la famille, nous renseignent sur une partie des réseaux professionnels et familiaux de Nicolas. Son fils nous dit que les meilleurs clients de l’entreprise étaient Deschevailles et Giroux10.

  • 11  Fonds de commerce de jouets Rheinbolt & Cie (1802-1820), puis de Wittorf et Caillez Frères (1820-1 (...)
  • 12  Marié le 17 février 1848 avec Alexandrine Célestine Schanne.
  • 13  Il a déposé un brevet d’invention pour l’articulation des têtes de poupées en porcelaine le 23 mar (...)
  • 14  De Château-Thierry (Aisne), de l’est de la France comme les Schanne, ce qui rajoute le réseau des (...)
  • 15  Celui-ci est né à Algrange, en Moselle, à quelques kilomètres du village d’origine des Schanne. (...)
  • 16  Ainsi, on apprend, par la faillite en 1832 de la société Deblois & Deschevailles, que leur employé (...)
  • 17  En 1827, un inventaire évalue l’actif de la société Deblois-Deschevailles-Caillez à 309 496 F., ce (...)

5Ce dernier, Alphonse Giroux (1776-1848), marchand de jouets, de papeterie de luxe, de livres illustrés, de mobilier et d’objets de décoration, de matériel de dessin et de peinture, est le fils de celui qui a formé Pierre Schanne, et ses magasins du 7 rue du Coq-Saint-Honoré sont fréquentés par les familles royales, l’aristocratie et la bourgeoisie. Quant à Joseph Perrière Deschevailles (1793-1847), il a un fonds de commerce de jouets en gros 11 rue Bourg-l’Abbé, en société de 1827 à 1834 et seul jusqu’en 184711. Sa veuve forme une société avec Alexandre Dehors, en 1853-1854, qui n’est autre qu’un gendre de Nicolas Schanne12, fabricant de poupées, jusqu’à sa mort en 188913. On constate que ce milieu de fabricants de jouets est très novateur, fertile en inventions et lié au monde des horlogers qui sont les mécaniciens de précision de l’époque, ayant fourni à la révolution industrielle nombre d’inventeurs de machines et d’ingénieurs. Or, Alexandre Dehors est le fils d’un horloger14, Frédéric Gabriel Schanne (1832-1870), beau-frère de Dehors est lui aussi un horloger, ainsi que le mari de Marie-Rose Schanne (1829-1881), Nicolas Frédérick (1820-1868)15. Ces horlogers « mécaniciens » sont donc aptes à faire des mécanismes à l’intérieur des jouets et leur présence dans le réseau des fabricants de jouets n’est donc pas un hasard. On voit aussi que les origines provinciales continuent à jouer un rôle à Paris, favorisant des alliances matrimoniales, fournissant des apprentis, des ouvriers, des associés16. Ces deux clients de Nicolas Schanne, Alphonse Giroux et Deschevailles, sont de très grosses entreprises de commerce du jouet17, et la famille Schanne a réussi sa percée dans le milieu des fabricants, s’élargissant en faisant participer les enfants et leurs conjoints à l’entreprise. L’emprise familiale ne cessera pas quand le chef de la famille et le patron de l’entreprise disparaît en 1856. Mais, pendant toute cette période de travail et de prospérité, que faisait Alexandre Schanne ?

Alexandre Schanne, artiste et bohême, 1838-1856

  • 18  A. Schanne, Souvenirs …, op. cit., p. 8. Théodore Frère est devenu un peintre orientaliste très ré (...)

6Dès l’enfance, Alexandre Schanne montre un goût affirmé pour les activités artistiques. Il aimait beaucoup lorsqu’il avait de six à onze ans, aller voir peindre Théodore Frère (1814-1886), le fils du marchand de musique en face de leur boutique du Passage des Panoramas. Théodore avait un atelier aménagé chez son père et il sera plus tard, nous dit Schanne avec un humour un peu corrosif, un « peintre de talent et très apprécié pour ses vues du Nil et des sables d’Égypte avec pyramides obligées18 ». À cette époque, ajoute-t-il, « je m’exerçais déjà à dessiner avec du charbon sur les dalles du passage, et avec du blanc que je savais me procurer, sur les volets des boutiques fermées ». Il fréquente aussi le personnel du Théâtre des Variétés, et les comédiens et comédiennes qui étaient souvent des clients de son père lui demandent parfois de faire de la figuration. Autre souvenir d’enfance : vers 1830, il prenait dans les marchandises de son père des marionnettes qu’on faisait mouvoir avec un fil attaché à la jambe, et il s’installait devant la terrasse du café des Variétés pour gagner quelques pièces et aller s’acheter des gâteaux. Edme Alexis Alfred Dehodencq (1822-1882), le fils du patron, deviendra comme Théodore Frère un peintre orientaliste, et il sera élève de Léon Coigniet en même temps qu’Alexandre Schanne.

  • 19  Schanne, Souvenirs …, op. cit., p. 19.

7Après avoir été enfant élève dans une petite école du faubourg Montmartre, notre futur artiste ne fréquente plus que des cours du soir. Il contribue à l’entreprise familiale en portant les commandes chez Deschevailles ou Giroux, et en allant chercher des roulettes en cuivre pour les pattes des gros animaux chez les fabricants du faubourg Saint-Antoine. Son père voulut lui donner un métier et l’envoya « aux cours des Arts et métiers. Là, on enseignait, un jour le dessin de figure et d’ornement, le lendemain la géométrie et le dessin mécanique, suivi le surlendemain du lavis appliqué aux différents ordres d’architecture19».

8Alexandre Schanne a sans doute une quinzaine d’années lorsqu’il entre, après examen, dans cette prestigieuse école, aujourd’hui le Conservatoire national des arts et métiers. Il est donc sur la voie d’une formation technique pouvant aboutir au métier d’ingénieur. Et il semble doué, en tout cas pour le dessin industriel : « Je mordais surtout au dessin mécanique », nous dit-il, ajoutant :

  • 20  Schanne, op.cit., p. 20-21.

« mon professeur, l’ingénieur Armengaud, m’envoya un matin chez un lamineur de la rue Fontaine-au-Roi pour croquer, d’après nature, une des premières machines à vapeur que l’on ait vu fonctionner dans Paris. Il fut si satisfait du lavis que je rapportai, qu’il écrivit immédiatement à mon père lui demandant s’il pouvait payer demi-pension à l’école de Châlons-sur-Marne20

  • 21  A. M. Lautour, « Armengaud (Jacques Eugène) », dans Dictionnaire de Biographie française, publié s (...)

9Le père ne veut pas payer pour un enfant sans le faire pour ses frères et sœurs, et Schanne n’alla pas à Châlons. Mais il est tout à fait important qu’il ait été introduit dans le monde de la production industrielle et des machines et que ses talents de dessinateur industriel aient été remarqués par Jacques Eugène Armengaud (1810-1891)21, sorti de l’école des Arts et Métiers de Châlons et professeur de dessin de machines au CNAM, auteur avec son frère de manuels de dessin industriel. Depuis 1829, il a dirigé une publication périodique, Recueil des machines, instruments et appareils, à laquelle le lavis d’Alexandre Schanne pouvait sans doute contribuer. Schanne a donc entrepris une formation de dessinateur industriel. Mais il l’abandonne pour revenir à la voie plus traditionnelle de formation artistique, l’atelier d’un peintre, et cela grâce aux conseils qu’un gardien-chef du musée du Louvre a donnés à son père.

  • 22  Schanne, op. cit., p. 23.
  • 23  Annuaire des artistes français, 2e année, 1833, M. Guyot de Fère, Paris, 1834, p. 28.
  • 24  Schanne, Souvenirs …, op. cit., p. 125.

10Alexandre commence par l’atelier de Frédéric Henri Schoppin (1804-1880), prix de Rome en 1831, élève de Gros et d’Horace Vernet, exposant au Salon à partir de 1835, peintre de genre et d’histoire. Curieusement, ce premier professeur l’envoie aux cours de dessin de la rue de l’École-de-Médecine, école royale gratuite créée en 1766 pour les ouvriers de la ville de Paris se destinant aux professions mécaniques, ce qui le ramène à sa première formation « professionnelle ». Alexandre Schanne fréquentait les cours du matin et dessinait d’après l’antique au Louvre les après-midi. Il alla aussi suivre les cours de dessin, le soir, donnés par M. Mulard aux Gobelins. « On y dessinait une semaine d’après le plâtre, et l’autre d’après nature (modèle homme)22 ». François Henri Mulard (1769-1850), élève de David, peintre d’histoire, était « directeur de l’école du modèle vivant23 » dans la Manufacture royale des Gobelins. C’est en suivant ces cours des Gobelins que Schanne rencontra une partie de ceux qu’on appela « Buveurs d’eau », dont les frères Bisson, qui l’introduiront dans le cénacle d’Henry Murger. Schanne vit alors comme un artiste, et, en 1841, à dix-huit ans, il a son atelier 19 rue du Fouarre. Son voisin Léon Noël, dessinateur lithographe aux prétentions de poète dramatique, donne des soirées et Schanne y rencontre Henry Murger, âgé d’une vingtaine d’années. Nous sommes en 1842, Schanne déménage pour s’installer dans l’hôtel de Sens, rue du Figuier-Saint-Paul, dans l’actuelle bibliothèque Forney. Pour payer sa crémaillère, la fête donnée à Murger et ses amis pour son installation, il fait pour soixante francs le portrait d’un bourgeois. À cette époque, il espérait encore devenir peintre d’histoire et il avait toute une collection « d’oripeaux de théâtre » en guise de costumes historiques. Mais dès cette époque il était aussi musicien, possédant un piano Erard de 1782, et c’est en musicien qu’il est campé par Murger dans les Scènes de la vie de Bohême. Il s’était mis à la musique en 1839, à seize ans, d’abord comme choriste d’opéra avec une voix de basse, apprenant ensuite le piano, le trombone (il jouait dans plusieurs fanfares) et l’alto, instrument avec lequel il participait aux Quatuors de l’Île-Saint-Louis dont parle Champfleury (qui y jouait le premier violon). Pourtant, Schanne continue à se former à la peinture, et il entre comme élève dans l’atelier de Léon Cogniet. Ce n’est pas le lieu ici de raconter les fréquentations d’Alexandre Schanne dans le milieu des artistes dont certains se retrouvent croqués par Henry Murger dans son livre, que complètent et corrigent les Souvenirs de Schanne, ouvrages auxquels nous renvoyons le lecteur. Mentionnons seulement qu’Alexandre Schanne déménage à nouveau pour prendre, en commun avec le paysagiste Jules Rozier (1821-1882), un atelier rue de la Vieille-Estrapade, se rapprochant ainsi du Quartier Latin. Plus tard, il partagera son logement et atelier avec Murger, au 50 rue de la Harpe. Dans la vie de bohême qu’il mène, il n’a pas toujours à manger, car les petits travaux artistiques ne rapportent pas suffisamment. Mais, contrairement à certains de ses camarades de misère, il a une famille, et il avoue plaisamment : « Le parti que je pris fut d’aller manger le fricot de la famille, comptant bien donner un petit coup de pioche dans le terrain argentifère de la rue aux Ours. Mais je n’osai rien demander, ne trouvant ni mon père ni ma mère d’humeur assez accommodante24 », ce qui montre que ses parents n’appréciaient guère sa vie d’artiste.

11Certains de ses amis ont dressé de lui des portraits qui méritent d’être cités. Commençons par celui de Champfleury, publié en 1859 :

  • 25  Champfleury, Souvenirs des funambules, Michel Lévy, Paris, 1859, chapitre XXIV, « Portrait de Scha (...)

« L’occasion est trop belle pour que je ne donne pas ici le portrait d’un ami qui ne m’a guère quitté depuis dix ans, qui s’est jeté avec moi corps et âme dans la musique, dans la faïence, dans les chansons populaires, dans la peinture naïve. Joignez à cela un vif sentiment de la littérature, une ardente curiosité pour la médecine, une sensibilité toute allemande qui ferait croire qu’il a un harmonica dans le cœur, une vive supériorité sur les femmes, des mélodies franches et mélancoliques à la fois, une grande gaité de caractère, un certain laisser-aller dans la toilette, un nez remarquable, et vous aurez mon ami Schanne tout entier, quittant le chevalet pour le piano et se demandant à toute heure du jour : “ suis-je peintre ou musicien ? ”. De l’art il n’a pris que le dessus du panier, il a laissé les inquiétudes, les soucis, les tristesses, les amertumes, qui sont au fond. Tel est mon brave ami Schanne qui doit certainement une partie de sa gaîté à l’influence permanente des polichinelles suspendus au plafond de son père, fabricant de joujoux rue aux Ours25 ».

12Dans un croquis plus tardif, Georges Montorgueil est moins élogieux :

  • 26  Georges Montorgueil, Henri Murger, romancier de la bohême, Grasset, Paris, 1929, p. 112-113.

« Grand, brun, des petits yeux, un nez énorme qui, camard de face était aquilin de profil, Schanne était d’une inaltérable bonne humeur. Vrai gamin de Paris, flâneur, naïf, il débitait avec un inébranlable sérieux, d’une voix de basse profonde, des histoires cocasses. Il n’était pas le moins réussi des pantins de la boutique de jouets de la rue aux Ours que tenait son père. Dans ce milieu candide, il avait puisé le côté bouffon et gentiment puéril de personnages à ressort qu’on pouvait remonter, comme les lapins mécaniques jouant du tambour qui étaient, avec les animaux en peaux, la spécialité de la maison Schanne. Ses parents eussent souhaité qu’il se disposât aux affaires. C’était trop tôt. Il avait une gourme à jeter. Musard et badaud, il préférait faire le rapin en compagnie de la jeunesse qui fréquentait les cours de dessin d’où devaient sortir la plupart des buveurs d’eau26. »

  • 27  Jules Levallois, Milieu d’un siècle. Mémoires d’un critique, La Librairie illustrée, Paris, 1896. (...)

13Jules Levallois est encore moins flatteur, trouvant Schanne « modérément spirituel et très infatué de lui-même », jugement que Marius Boisson entérine, ajoutant : « Bon garçon et joyeux compère, Schanne n’eut guère de valeur comme artiste27 ».

14Champfleury comme Montorgueil tracent leur portrait de Schanne en reliant son physique et son caractère au métier de son père et au monde de l’enfance. Il est comme un pantin ou une marionnette, il est candide comme un enfant, puéril comme les jouets qu’on leur fabrique. Ainsi, dans ce système de représentation, l’innocence de l’enfant et la frivolité des jouets ne peuvent que laisser leur empreinte sur les adultes qui conçoivent, fabriquent et vendent ces objets culturels de l’enfance.

  • 28  Ibid., p. 281.
  • 29  Ibid., p. 309.
  • 30  Ibid., p. 329.
  • 31  Déclaration le 23 septembre 1856 (son père est mort le 15 avril). Archives de Paris, DQ7.10729, n° (...)
  • 32  Lors de la naissance le 4 mai 1860 d’une nièce, Adèle Frédérique Courgenouil, fille de sa sœur Vic (...)

15Comme Schanne le dit lui-même, le sommet de sa carrière de peintre a été son tableau Portrait de Madame Pierre, reçu au Salon de 185028, et, comme compositeur de musique, la publication de plusieurs romances. Après la période de la Bohême, Alexandre Schanne a continué à fréquenter artistes, écrivains, musiciens, appartenant même un moment au groupe des « réalistes », avec Courbet, Champfleury, Daumier, Corot, Jules Vallès, etc., se réunissant à la brasserie Andler, rue Hautefeuille. Après bien des changements d’adresse, Schanne revient « rue de la Harpe, ou devait se terminer ma vie de liberté, avant que je ne rentrasse au bercail industriel de la famille29 ». La vie d’artiste, avec ses joies et ses amertumes, s’est terminée « le jour où il me fallut prendre la suite des affaires de mon père30 ». Mais lorsqu’il fait en 1856 la déclaration de succession de son père, il se déclare encore artiste peintre, et il habite au 9 rue des Fossés-Saint-Jacques, alors que sa sœur Alexandrine Célestine, mariée à Alexandre Dehors, est dite commissionnaire en marchandises31. De même, en 1860, il se déclare encore « peintre artiste » et habite rue de la Harpe32. Quand donc Alexandre Schanne est-il devenu un véritable fabricant de jouets, et est-ce que sa formation artistique lui a servi dans ce nouveau métier ?

Alexandre Schanne, un artiste fabricant de jouets, 1856-1887

  • 33  Les Annuaires du Commerce mentionnent la raison sociale « Schanne aîné » jusqu’en 1870 et « Veuve (...)
  • 34  Jusqu’en 1859 l’entreprise reste au 26 rue aux Ours, mentionnée comme « fabrique de poupées et d’a (...)
  • 35  C’est d’abord au 7 de la rue du Grand Chantier qui deviendra le 19 de la rue des Archives.
  • 36  Sur l’acte de décès de son beau-frère Nicolas Frédérick, le 14 juillet 1868.
  • 37  Catherine Robert meurt le 19 mai 1872 et sur l’acte de décès son fils apparaît comme fabricant de (...)
  • 38  C’est lui qui sera témoin sur l’acte de décès de Frédéric Gabriel Schanne le 31 janvier 1870. Arch (...)
  • 39  Dans l’acte de mariage du 19 juillet 1880 de sa nièce Pauline Catherine Victorine Dehors dont la m (...)

16Alexandre Schanne ne semble pas avoir pris immédiatement la succession de son père à la tête de l’entreprise familiale33. De 1856 à 1872, c’est sa mère qui dirige l’entreprise, mais Alexandre y a sans doute travaillé très tôt après la mort de son père, en logeant d’abord dans le Quartier Latin, puis en venant s’installer complètement au siège de la fabrique et en même temps domicile familial. Celui-ci déménagera cinq fois jusqu’en 187134, date à laquelle il s’installe rue des Archives35 où Alexandre vivra jusqu’à sa mort en 1887. Dès 186836 et à nouveau à la mort de sa mère en 1872, il se dit fabricant de jouets37. En 1870, il travaille bien rue de la Perle, avec Pierre Rénier, l’ouvrier de son père38. Pourtant, curieusement, il se déclarera en 1880 « artiste musicien39 ». Nostalgie de l’époque révolue de sa jeunesse et de son insouciance, alors qu’il doit assumer la responsabilité de la fabrique et du commerce de jouets ?

  • 40  Schanne, Souvenirs, op. cit., p. 185.

17Alexandre Schanne est en effet le seul patron de l’entreprise de 1872 à 1887, pendant quinze ans. Avant cela, quel était son rôle dans la fabrication des poupées et des jouets ?
Il participait à l’entreprise, ne serait-ce qu’en s’occupant des expéditions de marchandises. Par exemple, une caisse de jouets était en route pour l’Algérie, sur le paquebot l’Atlas, parti de Marseille, vers 1863. Le navire n’arriva jamais, et il avait à son bord la « Musette » des  Scènes de la Vie de bohême40.

  • 41  Henri Nicolle, Les Jouets. Ce qu’il y a dedans, E. Dentu, Paris, 1868, in-8°, 67 p.
  • 42  H. Nicolle, op. cit., p. 16.

18Un deuxième élément nous introduit bien plus profondément dans la pratique d’Alexandre Schanne dans les années 1860. À l’occasion de l’Exposition universelle de 1867 à Paris, et de sa section de bimbeloterie et jouets, Henri Nicolle publie une série d’articles qui sont réunis en un modeste volume en 186841. Le deuxième article, sur « Le jouet de luxe », commence avec Schanne. L’auteur rappelle son appartenance à la Bohême « dont Mürger devint l’historien ». Il signale ses dons artistiques si divers (musique, écriture, peinture, sculpture). « Il était un matin sorti de la boutique de jouets de son père ; un soir, les circonstances de la vie l’y ramenèrent […] et c’est M. Schanne qu’on vient trouver lorsqu’il s’agit d’un jouet qui demande quelque science42 ». En effet si, par exemple, il s’agit de faire un jouet représentant un char antique tiré par des bœufs, il faut faire des recherches, et Schanne va alors consulter le Dictionnaire des Antiquités Romaines d’Anthony Rich. Pour mieux étayer sa démonstration sur le travail de l’artiste devenu fabricant de jouets, Nicolle développe un exemple particulièrement significatif. Lorsque Napoléon III publia son Histoire de Jules César en 1865-1866 (3 volumes), cela mit à la mode l’Antiquité romaine et l’usage des éléphants de guerre. Alexandre Schanne décide alors d’en faire un jouet. Nicolle détaille les étapes de cette conception. « L’éléphant encore, ce n’est pas tout que d’en aller faire, au Jardin des Plantes, une maquette d’après nature ; Schanne y emploiera huit ou quinze séances et rapportera une cire qu’un Mène ne dédaignerait pas ». D’abord, donc, un travail d’artiste, et ici de sculpteur, avec la réalisation d’une maquette en cire qui permettra de faire un moule en plâtre pour réaliser le corps en carton. Mais ce n’est pas tout : « le joujou exige des réalités et veut que l’animal soit recouvert d’une vraie peau ». Or celles qu’utilise la maison Schanne ne conviennent pas, il faut faire des recherches. Finalement, « la peau du gant de Suède appliquée alla à miracle, la peinture se chargea de figurer les rugosités de l’épiderme. » Jusque-là, le Schanne artiste a réussi un bel objet, conforme à la nature. Mais est-ce un jouet ? Cette sculpture d’éléphant, reproduite en série, est-elle adaptée à l’usage de jouet d’enfant ? Nicolle pose cette question et y répond :

  • 43  H. Nicolle, op. cit., p. 16-17. C’est nous qui soulignons.

« Mais ainsi réussi, ce n’est point un jouet ; le jouet doit conserver son caractère joujou. Allons, maître sculpteur, dût le cœur te saigner, tu n’es ici qu’un fabricant, exécute-toi. Voici le pinceau et le pot à couleur ; un barbouillage à ce bout du nez, du rouge au coin de l’œil et dans la gueule, le sacrifice sera fait, et c’est à ce prix qu’on obtient le joujou qui réjouit les enfants43. »

  • 44  Annie Renonciat, « Les couleurs de l’édition au xixe siècle : “Spectaculum horribile visu” ? », da (...)
  • 45  Ibid., p. 38.
  • 46  Ibid., p. 46-47.

19Une première remarque surgit à la lecture de ce texte : il nous fait connaître les représentations qu’on se fait des enfants destinataires, de leur rapport à la couleur, avec l’utilisation de la notion de barbouillage. Annie Renonciat a montré44 que les discours élitaires associent la couleur à la « puérilité » des livres et des bonbons pour enfants et au « mauvais goût » des classes populaires45. Les pédagogues des années 1880 qui élaborent un discours sur l’esthétique des couleurs pour l’enfant, excluent « les couleurs vives, primaires et contrastées, dites “criardes”, le “barbouillage infect”, le “bariolage”, que l’on abandonne aux images d’Épinal et aux imprimés populaires »46. Cette exclusion des années 1880 témoigne de l’usage antérieur des couleurs criardes et du barbouillage, mais cet usage se justifiait alors par la certitude que l’on avait que c’était cela qui plaisait aux enfants. Alexandre Schanne, malgré ses convictions d’artiste des beaux-arts, était donc obligé en tant que fabricant de jouets de se plier aux « goûts » supposés de sa clientèle.

  • 47  Stéphane Laurent, Chronologie du design, Flammarion, Paris, 2008 (1ère éd. 1999), p. 5.
  • 48  Comte Léon de Laborde, De l’union des arts et de l’industrie, Imprimerie impériale, Paris, 1856, 2 (...)
  • 49  Le Beau dans l’Utile. Histoire sommaire de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie (...)
  • 50  Montorgueil, op. cit., p. 52.
  • 51  Stéphane Laurent, L’art utile. Les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième R (...)

20Ce texte montre aussi qu’Alexandre Schanne est un « dessinateur industriel » et peut-être un « ancêtre des designers » de jouets : il est en effet un artiste qui contribue à l’appareil industriel, car il est un « fabricant », créant « des objets à la fois novateurs et esthétiques », selon les termes de Stéphane Laurent pour qui le design est « la réalisation d’une forme certes belle et originale mais respectueuse de contraintes et de paramètres de toutes sortes, à la fois commerciaux, culturels, techniques et fonctionnels47 ». On sent qu’Henri Nicolle regrette que Schanne ne s’en tienne pas à « l’art pour l’art » et soit obligé, en tant que fabricant, de s’adonner à « l’art utile », adapté aux goûts de sa clientèle, en l’occurrence les enfants. Nous connaissons la virulence de ce débat en France, marqué par des publications importantes précédant le texte de Nicolle, l’ouvrage de Léon de Laborde en 185648, et le rapport sur l’exposition des arts décoratifs de 186549. Et nous savons que ce débat avait touché le cénacle des « Buveurs d’eau », puisque l’ami de Schanne Joseph Desbrosses, sculpteur, admis à l’atelier de David d’Angers, réalisait pour assurer ses revenus « des travaux d’art commerciaux, dont il rougissait comme d’une trahison faite à l’art pur : sujets de pendule ou d’orfèvrerie, modèles de décoration pour le plâtrier Romagnesi50 ». Par sa formation au dessin industriel aux Arts et Métiers, et la fréquentation des ouvriers et industriels condisciples de ses cours de dessin rue de l’École-de-médecine et aux Gobelins, Alexandre Schanne était au cœur du problème de « l’art utile ». Pour Stéphane Laurent, les artistes industriels ont notamment pour débouchés les industries d’art51. Peut-on mettre l’industrie du jouet au rang des industries d’art ? Sans aucun doute pour les jouets de luxe comme ceux que fabriquait Alexandre Schanne, et qu’Henri Nicolle range bien dans cette catégorie. L’artiste a bien la double préoccupation du designer : améliorer l’esthétique des objets produits, et en faire des objets « fonctionnels », c’est-à-dire ici de bons jouets avec lesquels les enfants ont plaisir à jouer. Nous retrouvons ce dessein et la qualité du dessin – ce qui est proprement le design – dans un autre témoignage sur Schanne, celui de Paul Arène.

  • 52  Paul Arène, Paris Ingénu, G. Charpentier, Paris, 1882, p. 194-204.

21Paul Arène (1843-1896), grand poète félibrige, mais aussi journaliste et chroniqueur, attentif à la vie parisienne, a publié un article, « Voyage au pays des joujoux » qu’il reprend dans son livre Paris Ingénu (1882)52. Nous ne savons pas dans quel périodique et à quelle date l’article est publié, mais Schanne était installé rue des Archives, donc Paul Arène lui a rendu visite entre 1875 et 1882, lorsqu’il était le patron de l’entreprise, à la différence de l’époque d’Henri Nicolle. Voici ce témoignage :

« Tout à coup, rue des Archives, une enseigne m'arrêta : Maison Schanne fondée en 1817, animaux, laines et poils, bergeries et écuries fines. – Mais c'est mon vieux Schanne, cela ! Schanne le musicien, compagnon d'aventures de Murger et de Champfleury, pour tout dire en un mot le Schaunard de la Vie de Bohême, alors bourgeois de Paris et commerçant notable. L'atelier de Schanne était une idylle, et Théocrite s'y serait plu : des chiens, des moutons, des ânes, des vaches, des chèvres ! Les murs résonnaient d'échos bucoliques ; dès la porte, on se sentait devenir berger. M. Schanne modelait lui-même ses sujets en cire, ce qui exigeait un art tout particulier. Il allait traiter l'animal en écorché, pour qu'une fois la toison, si c'était un mouton, le veau mort-né, si c'était un cheval ou une vache, ajustés et collés sur le moulage en carton, on sentît par dessous la saillie des os et le jeu des muscles ».

22Le travail de l’artiste, en amont de la fabrication des jouets, est bien souligné ici, dans la préoccupation esthétique du designer. Mais Paul Arène ajoute une précision qui nous intéresse particulièrement parce qu’elle concerne la clientèle enfantine de Schanne :

« Schanne avait sur le jouet une esthétique et toute une philosophie que Schaunard n'aurait pas renié. Il nous disait : “L'enfant né bon et doux, qu'aime-t-il ? Que demande-t-il ? Des chiens, des moutons qui sont bons et doux comme lui. Il ne veut pas d'animaux féroces. J'ai essayé un jour de fabriquer des lions et des tigres, mais je n'en ai pas vendu un seul. L'humanité vaut mieux qu'on ne croit ; le jouet m'a réconcilié avec elle !” »

  • 53  Jocelyn de Noblet, Design, le geste et le compas, France Loisirs & éditions Aimery Somogy, Paris, (...)
  • 54  J. de Noblet, op. cit., p. 36.

23On sait que la conception de l’enfance des fabricants de jouets participe à la création des produits qu’ils proposent à leur clientèle, et le marketing d’aujourd’hui tend à rationaliser ce qui n’était alors qu’instinctif. Mais, de la part de Schanne, il s’agit là du souci d’adapter ses créations au goût des enfants, senti comme une contrainte à laquelle il se soumet, ce qui l’apparente à nos modernes designer de jouets. Ce design n’est pas industriel, car il ne produit pas un objet technique rationnel, et il procède du dessin d’art plus que du dessin industriel. Il ne relève pas non plus de l’art décoratif, mais plutôt d’un design artisanal, où l’utilisation du moule permet la reproduction en séries.
La forme de l’objet artisanal conjugue des « contraintes fonctionnelles avec des expressions culturelles particulières53 », et la culture ludique a ses traditions et ses contraintes que le fabricant de jouets, même novateur, ne peut ignorer. Sur la forme extérieure du jouet ne pèsent que de faibles contraintes, mais son usage culturel le place « dans un champ d’identification fort54 ».

  • 55  Annie Renonciat, « L’art pour l’enfant : actions et discours du xixe siècle aux années 1930 », dan (...)

24Artiste issu d’une bourgeoisie artisanale, Schanne crée des modèles que lui-même et son ouvrier fabriquent. Il est, en France, un précurseur des partisans de « l’art pour l’enfant », tendance qui émerge à la fin du siècle et se développe au début du xxe siècle55. Il est aussi un précurseur dans la création de « jouets d’artistes », chemin qui va être peu après exploré par Caran d’Ache (1858-1909) ou André Hellé (1871-1945).

  • 56  De 1880 à 1887, l’année de sa mort, il déclare aux services des impôts un chiffre d’affaires de 15 (...)

25Pour conclure, Alexandre Schanne apparaît à la croisée de plusieurs mondes, entre l’artisanat et l’industrie, entre la bohême artistique et le commerce, entre les beaux-arts et le design, entre le monde des adultes et celui des enfants. On se doute cependant que son enthousiasme n’allait pas au commerce, et, célibataire, sans héritier, son affaire n’aura pas de suite ; elle a plutôt diminué en importance sous sa direction, car il abandonne la commission et l’importation56. S’il n’est pas devenu un gros industriel, il n’était pas pour autant un petit artisan. Finalement, c’est à travers sa pratique de designer qu’il a réussi à concilier son goût pour l’art et sa profession de fabricant. Mais c’est dans cette tension créative entre ces deux mondes que se situent la singularité et l’intérêt de ce personnage, qui méritait d’être sorti de l’oubli. Son histoire et celle de son entreprise nous ont fait prendre conscience de l’importance de l’industrie du jouet au xixe siècle, offrant la possibilité à un inventeur de créer une entreprise familiale qui a perduré plus de soixante-dix ans. Nous avons aussi découvert que des animaux jouets de luxe avaient précédé les peluches, offrant aux enfants douceur du toucher et réalisme de la forme. Cependant, les peluches s’attacheront peu au réalisme et beaucoup plus à la douceur. Nous avons aussi compris, à travers l’exemple d’Alexandre Schanne, que les fabricants de jouets du xixe siècle se préoccupaient de leur destinataire, essayant d’offrir à l’enfant des objets qui lui plaisent, qui l’attirent, et qui remplissent leur fonction ludique.

Haut de page

Notes

1  E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres sculpteurs dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays par un groupe d’écrivains spécialistes français et étrangers, t.12, Gründ, Paris, 1999, p. 377. Son nom est mal orthographié (Schann au lieu de Schanne) et ses dates de vie ne sont pas données dans cette notice.

2  D’après le témoignage de son fils, Alexandre Schanne, Souvenirs de Schaunard, G. Charpentier & Cie, Paris, 1887, p. 6.

3  Mariage à Paris, 9e arrondissement ancien, le 25 janvier 1818. D’après un acte de notoriété et un acte de décès.

4  D’abord au 11 rue Jean-de-l’Épine (1825-1829), les Schanne ouvrent une boutique au 48 passage des Panoramas (1828-1834), et changent ensuite de domicile pour le 158 rue Montmartre, de 1831-1834.

5  A. Schanne, op. cit., p. 14, 15.

6  Au 24 de 1834 à 1851, et au 26 de 1851 à 1862.

7  Pierre Célestin (1825), Alexandrine Célestine (1827), Marie Rose (1829), Jean Marie Auguste (1830), Frédéric Gabriel (1832) et Victorine Agathe (1833).

8  A. Schanne, op. cit., p. 6.

9  Les sources utilisées sont les Almanachs et Annuairesde Paris, qui nous ont aussi fourni les différentes adresses de la maison Schanne. Sébastien Bottin, Almanach du commerce de Paris, t. 1 (an VI, 1797-1798) à 41 (1838) ; Almanach-Bottin du Commerce de Paris (1839-1856). Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000  adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin Didot, Paris, 1857-1908. Henry Dulac, Almanach des adresses de tous les commerçants de Paris, C.L.F. Panckoucke, Paris, 1818-1826. M.A. Deflandre, Répertoire du commerce de Paris ou Almanach des commerçans, banquiers, négocians, manufacturiers, fabricans et artistes de la capitale…, Paris, 1828. Pointel et Cambon, Le Parfait indicateur, ou Almanach de Paris et de la banlieue contenant (…) et plus de quarante mille adresses Négocians, Banquiers, Fabricans et Marchands, Paris, 1830. Faure-Finant, Bazar parisien, ou choix raisonné des produits de l’industrie parisienne, Paris, 1825.

10  Schanne, Souvenirs, op. cit., p. 16.

11  Fonds de commerce de jouets Rheinbolt & Cie (1802-1820), puis de Wittorf et Caillez Frères (1820-1825), de Caillez frères et Deblois (1826-1828) et enfin à une société avec Deblois, Deschevailles et Caillez (1827-1834)

12  Marié le 17 février 1848 avec Alexandrine Célestine Schanne.

13  Il a déposé un brevet d’invention pour l’articulation des têtes de poupées en porcelaine le 23 mars 1866. Il meurt le 21 août 1889.

14  De Château-Thierry (Aisne), de l’est de la France comme les Schanne, ce qui rajoute le réseau des origines régionales à celui des professions.

15  Celui-ci est né à Algrange, en Moselle, à quelques kilomètres du village d’origine des Schanne.

16  Ainsi, on apprend, par la faillite en 1832 de la société Deblois & Deschevailles, que leur employé Théophile Deaubonne, nommé gardien judiciaire des scellés, est originaire de Génicourt, dans l’Oise, commune d’origine de Victoire Rousselle, la mère de la femme de Deschevailles, Françoise Delondre. Archives de Paris, D6U1-213, scellés du 1er septembre 1832 après faillite de la maison Deblois-Deschevailles.

17  En 1827, un inventaire évalue l’actif de la société Deblois-Deschevailles-Caillez à 309 496 F., ce qui est considérable dans le domaine du jouet parisien.

18  A. Schanne, Souvenirs …, op. cit., p. 8. Théodore Frère est devenu un peintre orientaliste très réputé, installé à la cour d’Égypte.

19  Schanne, Souvenirs …, op. cit., p. 19.

20  Schanne, op.cit., p. 20-21.

21  A. M. Lautour, « Armengaud (Jacques Eugène) », dans Dictionnaire de Biographie française, publié sous la direction de J. Balteau, M. Barroux, M. Prevost, t. 3, Paris, Letouzey & Ané, 1939, p. 730.

22  Schanne, op. cit., p. 23.

23  Annuaire des artistes français, 2e année, 1833, M. Guyot de Fère, Paris, 1834, p. 28.

24  Schanne, Souvenirs …, op. cit., p. 125.

25  Champfleury, Souvenirs des funambules, Michel Lévy, Paris, 1859, chapitre XXIV, « Portrait de Schann », p. 221-222. La dédicace de l’ouvrage est « À mon ami Schann ». Pour l’amitié de Champfleury et de Schanne, voir Antonin Lugnier, Au temps de la bohême. Schaunard [Alexandre Louis Schanne, 1823-1887]. Lettres à Champfleury, « La Région illustrée », Saint-Étienne, 1935, gr. in-8°, 29 p.

26  Georges Montorgueil, Henri Murger, romancier de la bohême, Grasset, Paris, 1929, p. 112-113.

27  Jules Levallois, Milieu d’un siècle. Mémoires d’un critique, La Librairie illustrée, Paris, 1896. Marius Boisson, Les compagnons de la vie de bohême, éditions Tallandier, Paris, 1929, cités par Jacques Porot, Alexandre Schanne et Schaunard : la bohême et les jouets, chez l’auteur, 1989, p. 39 (ronéoté).

28  Ibid., p. 281.

29  Ibid., p. 309.

30  Ibid., p. 329.

31  Déclaration le 23 septembre 1856 (son père est mort le 15 avril). Archives de Paris, DQ7.10729, n° 1082.

32  Lors de la naissance le 4 mai 1860 d’une nièce, Adèle Frédérique Courgenouil, fille de sa sœur Victorine Agathe.

33  Les Annuaires du Commerce mentionnent la raison sociale « Schanne aîné » jusqu’en 1870 et « Veuve Schanne » en 1871-1872..

34  Jusqu’en 1859 l’entreprise reste au 26 rue aux Ours, mentionnée comme « fabrique de poupées et d’animaux », puis elle s’installe passage Molière au 12, en 1860-1861, au 4 en 1862-1864. En 1865, on la trouve au 5 rue des Haudriettes dans le même immeuble que son gendre Frédérick, horloger, alors que sa fille et son gendre Dehors sont au numéro 8. Puis ce sera au 9 rue de la Perle de 1866 à 1870.

35  C’est d’abord au 7 de la rue du Grand Chantier qui deviendra le 19 de la rue des Archives.

36  Sur l’acte de décès de son beau-frère Nicolas Frédérick, le 14 juillet 1868.

37  Catherine Robert meurt le 19 mai 1872 et sur l’acte de décès son fils apparaît comme fabricant de jouets alors qu’il n’est qu’employé dans la déclaration de succession du 18 novembre 1872. Archives de Paris, V4E 2705 et DQ7. 13010, n° 895. La déclaration de succession rétablit la véritable hiérarchie entre lui et sa mère.

38  C’est lui qui sera témoin sur l’acte de décès de Frédéric Gabriel Schanne le 31 janvier 1870. Archives de Paris, V4E 294 et V4E 310.

39  Dans l’acte de mariage du 19 juillet 1880 de sa nièce Pauline Catherine Victorine Dehors dont la mère est Alexandrine Célestine Schanne. Archives de Paris, V4E 2782.

40  Schanne, Souvenirs, op. cit., p. 185.

41  Henri Nicolle, Les Jouets. Ce qu’il y a dedans, E. Dentu, Paris, 1868, in-8°, 67 p.

42  H. Nicolle, op. cit., p. 16.

43  H. Nicolle, op. cit., p. 16-17. C’est nous qui soulignons.

44  Annie Renonciat, « Les couleurs de l’édition au xixe siècle : “Spectaculum horribile visu” ? », dans Romantisme, n° 157, 2012-2013, p. 33-52.

45  Ibid., p. 38.

46  Ibid., p. 46-47.

47  Stéphane Laurent, Chronologie du design, Flammarion, Paris, 2008 (1ère éd. 1999), p. 5.

48  Comte Léon de Laborde, De l’union des arts et de l’industrie, Imprimerie impériale, Paris, 1856, 2 vol. gr. In-8°. Voir le compte rendu d’Auguste Vallet de Viriville, dans la Bibliothèque de l’École des Chartes, 1857, t. 18, p. 378-380, celui de Gustave Planche, très critique, « L’Art et l’Industrie (de l’Union des arts et de l’industrie, de M. Léon de Laborde) », dans la Revue des Deux Mondes, deuxième période, tome 10, 1857, pp. 185-210, celui de Maxime  du Camp, « De l’union des arts et de l’industrie », dans Revue de Paris, 37, 1857, p. 384-405. Sur ce débat suscité par Léon de Laborde, voir Georges Maag, « “Les machines ne sont rien sans l’art”. De l’union des arts et de l’industrie, du comte de Laborde, et les réactions de la presse », in Romantisme, 1983, n° 41, p. 41-56. De façon plus générale : Jean-Pierre Leduc-Adine, « Les arts et l’industrie au XIXe siècle », dans Romantisme, 1987, n° 55, p. 67-78.

49  Le Beau dans l’Utile. Histoire sommaire de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie, suivie des rapports du jury de l’Exposition de 1865, Paris, Union centrale, 1866, 507 p.

50  Montorgueil, op. cit., p. 52.

51  Stéphane Laurent, L’art utile. Les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième République, L’Harmattan, Paris, 1998, et Les arts appliqués en France. Genèse d’un enseignement, éditions du CTHS, Paris, 1999.

52  Paul Arène, Paris Ingénu, G. Charpentier, Paris, 1882, p. 194-204.

53  Jocelyn de Noblet, Design, le geste et le compas, France Loisirs & éditions Aimery Somogy, Paris, 1988, p. 22.

54  J. de Noblet, op. cit., p. 36.

55  Annie Renonciat, « L’art pour l’enfant : actions et discours du xixe siècle aux années 1930 », dans L’Image pour enfants : pratiques, normes, discours (France et pays francophones, xvie-xxe siècles), numéro spécial de La Licorne (n° 69, 2003, p. 200-217), sous la direction d’Annie Renonciat.

56  De 1880 à 1887, l’année de sa mort, il déclare aux services des impôts un chiffre d’affaires de 15 000 F., d’après J. Porot, op. cit., p. 25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson, « Alexandre Schanne (1823-1887) et l’enfant : de l’art à la fabrication de jouets », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 21 avril 2014. URL : http://strenae.revues.org/792 ; DOI : 10.4000/strenae.792

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org