Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Georges Lemoine dans le creuset Delpire

Christine Plu

Entrées d’index

Mots-clés :

album, graphisme
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Georges Lemoine est né en 1935 à Rouen, il devient illustrateur pour les éditions Gallimard en 197 (...)

1Au tout début des années 1970, Georges Lemoine a collaboré pendant plusieurs années comme graphiste auprès de Robert Delpirequand il était directeur d’agence de publicité1. Les archives de l’illustrateur témoignent de cette période d’activité et donnent voir des traits communs aux deux hommes que Lemoine a confirmés, voire amplifiés par la suite comme illustrateur. Mon propos est d’apporter un éclairage indirect sur Delpire éditeur, de mettre en lumière certains aspects de son influence, de son aura artistique, et de repérer ainsi quelques aspects de son goût esthétique.

  • 2  Février 2008 à Rouen.

2Robert Delpire embauche Georges Lemoine, à mi-temps, en 1969 à l’agence Delpire-Advico, située au dernier étage d’une tour, rue Georges Pitard à Montparnasse. Pour cet atelier de graphisme qui associe éditions d’art, typographie et publicité depuis le début des années soixante, il recrute de nombreux artistes pour la création de travaux publicitaires qui constituent son activité principale durant ces années. Lemoine travaillera comme graphiste à l’agence Delpire jusqu’en 1972, et y réalisera encore quelques travaux de commandes quand s’enclenchera sa carrière d’illustrateur. Pour Georges Lemoine, comme pour de nombreux artistes de sa génération, les rencontres avec les figures les plus créatives de l’édition et du graphisme de ces années soixante-dix ont été déterminantes dans leur parcours, leur offrant l’équivalent d’une formation, alors inexistante. Une des caractéristiques du parcours de Lemoine tient à la qualité des rencontres qui ont jalonné son parcours et à sa capacité à en tirer partie pour sa propre évolution artistique : il a croisé et collaboré avec Marcel Jacno, Gérard Blanchard, Claude Bonin, Peter Knapp, Massin, Pierre Marchand et Robert Delpire. Engagé dans la création graphique depuis la fin des années cinquante, Georges Lemoine se définit lui-même à cette période comme « une éponge »2.

3Comme en attestent La terre l’eau le ciel, monographie consacrée à Georges Lemoine et publiée en 1987 chez Gallimard, un entretien daté de février 2008, les archives que l’illustrateur a bien voulu mettre à notre disposition, il est clair que le passage chez Robert Delpire permit à Lemoine, alors âgé de 34 ans, d’opérer une mutation professionnelle qui l’a conduit vers le métier d’illustrateur. Même s’il fut employé exclusivement à des travaux publicitaires, il développa dans ce studio plusieurs facettes de son style d’artiste-illustrateur et fut confirmé dans son envie de travailler pour le livre et l’édition.

4  Pour comprendre ce qui conduisit Lemoine jusqu’à Delpire, il est possible d’interroger son parcours professionnel initial. Il faut tout d’abord signaler l’intérêt que Lemoine porte à Delpire est bien antérieur à 1969 :

« Je ne connaissais pas Delpire personnellement à cette époque mais j’avais déjà repéré ses éditions dès le tout début des années soixante. Je me souviens très précisément avoir vu, rue de la pompe dans le 16è, dans la vitrine d’une petite librairie, plusieurs albums de photographies, les titres je ne m’en souviens plus mais j’ai été attiré par leur beauté et leur qualité graphique. »

5 Georges Lemoine avait déjà une carrière de graphiste reconnu quand il intègre le studio Delpire et plusieurs collaborations déterminantes avaient déjà conduit à développer son propre style. Le premier aspect de style concerne sans doute le goût de la lettre et du beau texte imprimé car Lemoine fut d’abord apprenti-typographe au Centre graphique de la rue Corvisard, puis formé ensuite par Marcel Jacno. Il tente ainsi une première fois une candidature qui échoue : « Avant les années soixante, à l’époque où la rue Georges Pitard n’existait pas, [...] Robert Delpire était déjà dans le processus graphique publicitaire et j’avais montré mon dossier, un book ; on m’a dit qu’il n’y avait rien pour moi et ce qui est amusant, cela a pris dix ans. » Georges Lemoine n’arrive donc pas au hasard ni à défaut chez Delpire, il est depuis une dizaine d’années dans une proximité de goût avec l’éditeur ; l’élégance classique du texte et une évidente innovation dans la mise en texte sont des caractéristiques qui séduisent l’illustrateur.

  • 3  Revue Neuf (revue médicale) (1950-1953).

6En effet, alors que Lemoine démarrait sa formation, Delpire annonçait une singularité et une modernité déjà avec la revue Neuf « une revue libre, de conception moderne, et de présentation impeccable3 » à l’exemple des appréciations par les lecteurs du n° 1 qui signalent un contenu « admirablement présenté, des photos remarquables et la réalisation du meilleur goût » ainsi qu’une « réalisation de premier ordre, tant pour l’intérêt des textes et illustrations, que pour l’harmonie générale de la présentation et la qualité de l’impression. » Pour qui connait le travail de Georges Lemoine, sa conception de la direction artistique et ses exigences de qualité pour les livres, les partis pris de Delpire semblaient annoncer plusieurs points de convergence : le goût du beau texte, l’innovation dans la création visuelle et la maquette, un jeu allusif avec les signifiants fondé cependant sur la simplicité et l’harmonie.

  • 4  François Vié, Georges Lemoine, La terre, l’eau, le ciel, Gallimard, 1987 (collection« i »).
  • 5  Claude Menuet, dit Massin, (né en1925) est une figure de première importance dans le monde de l’éd (...)
  • 6  Albert Hollenstein, (1930-1974) Graphiste suisse, typographe, éditeur.

7Georges Lemoine se souvient qu’il découvre l’art typographique à la fin des années cinquante, « au moment où les graphistes suisses colonisaient Paris, la presse, la publicité. »4 Deux « écoles », ou plutôt deux influences se côtoient à Paris dans les milieux du graphisme et de la typographie : d’une part les graphistes « classiques » dont l’esthétique d’inspiration latine peut être illustrée par les travaux de Marcel Jacno, et les artistes du prestigieux « Club français du livre » sous la direction artistique de Jacques Daniel, auxquels peuvent être associés Claude Bonin, Massin5, et de l’autre le « gymnase » typographique d’Albert Hollenstein6, maître et ami de Lemoine qui « rassemblait autour de lui tout ce qui comptait de talents et d’individualités ». Georges Lemoine fréquente simultanément les deux univers et il mentionne « la grande indépendance de Robert Delpire ». « Delpire est à part, il mène son affaire de façon très indépendante, il ne vient pas chez Hollenstein, il a ses propres réseaux d’artistes, son nom circule, on voit ses livres, ses éditions. »

  • 7  T.Schreiber, Yougoslavie, « Les guides du Club Méditerranée » Paris, éditions du Trident, 1963 et (...)
  • 8  Claude Bonin est graphiste et directeur artistique de l’OFREP entièrement consacré au syndicat Int (...)

8D’année en année, Georges Lemoine développe pour sa part une imagerie singulière, épurée, simple dans son jeu sur les deux dimensions. Chez Hollenstein, il se lie avec Gérard Blanchard qui grave des linos et qui l’incite à développer ce travail ; il l’engagera par la suite sur plusieurs contrats publicitaires pour la presse féminine et l’édition de guides touristiques7. A partir de cette époque, Georges Lemoine est également employé par Peter Knapp, directeur artistique et photographe, pour des illustrations dans le prestigieux et innovant magazine Elle. Lemoine a également collaboré avec l’agence J-P Monteux, puis a appartenu à l’équipe de Claude Bonin8, à l’OFREP (Secrétariat International de la Laine) au côté de William Klein. Là il apprend déjà du graphiste Bonin qui propose des compositions très modernes, des cadrages et des effets innovants.

  • 9 De plus, Lemoine compose entre 1957 et 1967 quelques linogravures pour les couvertures toilées d’un (...)
  • 10  Lettre de Massin du 20 mars 2003, citée dans Georges Lemoine, illustrer la littérature au XXe sièc (...)
  • 11  Hiroshi Ohchi,« Illustrator Georges Lemoine », Idea, n° 69 (février 1965), volume 12, Internationa (...)
  • 12  Graphis n° 129, Revue internationale d’arts graphiques et d’arts appliqués, Zurich éditeur W. Herd (...)

9La quantité du travail de linogravure effectué par Lemoine à cette époque est considérable. Massin témoigne que le style de Lemoine de l’époque9 était différent des autres « parce que en noir et blanc, justement. Il donnait à ses dessins le caractère de bois gravés. »10 Et dès 1965, la revue japonaise de graphisme Idea fait l’éloge de ses travaux : « [Georges Lemoine] est un excellent artiste graveur et en même temps, il maîtrise les techniques pour mettre en valeur ses travaux à la façon d’un directeur artistique. »11 . En 1967 la revue suisse Graphis lui consacre à son tour un article élogieux. « Le langage formel de ce jeune imagier est d’une simplicité, voire primitivité avenante qui fait songer à un raffinement extrême. […] Ce qu’il aime dans la technique de la gravure, c’est la spontanéité, le hasard, la réduction à l’élémentaire qu’elle impose, l’économie des mots ».12

10Ces collaborations successives avec des directeurs artistiques toujours audacieux dans la recherche de qualité ont contribué à élargir le champ des compétences de Georges Lemoine vers une conception à la fois plus globale et plus technique de l’image. C’est ce graphiste confirmé que Delpire adjoint à son équipe, un artiste du noir et blanc, de la linogravure et des encres, qui se fait remarquer déjà par la simplicité de son style. Georges Lemoine confie :

  • 13  Entretien Rouen 2008.

 « J’ai fait beaucoup de choses entre temps qui m’ont permis d’être embauché par Delpire. Mais quand il m’a engagé, c’est comme graphiste et non comme illustrateur… J’aspirais à cela mais je ne l’étais pas encore. Je n’étais pas déçu, j’étais tellement heureux d’être là ! » ; il ajoute : « Ce ne sera finalement que courant 69 ; je réalise une sorte de rêve : enfin de travailler avec Delpire, dans sa proximité ! A cette époque-là c’est une grosse agence, presque cent personnes sur les deux derniers étages de cette tour à Montparnasse ». Quant au travail, « la barre était haute mais j’étais très libre »13.

Un contexte dynamique

  • 14 Jean-Louis Besson (1935-2003) Graphiste, illustrateur et auteur illustrateur qui a poursuivi une ca (...)
  • 15  Albert Boton (né en 1932) artiste-typographe, graphiste. Il entre en 1958 dans l’équipe de Hollens (...)

11 Georges Lemoine participe donc entre 1969 et 1972à la création publicitaire et bénéficie de la richesse du creuset de l’agence. Georges Lemoine se souvient du lieu : « il y avait un niveau commercial au 24è étage, au 25è les tables des artistes et typographes et le bureau de Robert Delpire. C’était comme ça : Une grande salle avec plein de tables pour les graphistes, les directeurs artistiques et concepteurs ; une cloison nous séparait des exécutants qui réalisaient à l’encre les travaux. »A l’étage des artistes installés au studio, Robert Delpire réunit autour de lui une équipe de « graphistes avec des spécificités, des complémentarités, donc une addition de gens très talentueux… ». Le bureau de Georges Lemoine voisine celui Hans Troxler, « un graphiste impressionnant, un illustrateur suisse-allemand qui travaille à temps complet » ; puis Jacques Dudilleu, l’ami qu’il a suivi de l’atelier créatif de Prisunic jusque chez Delpire, « un esthète qui faisait des choses très belles » ; Jean-Louis Besson14 « quelqu’un d’important comme illustrateur, pour certaines campagnes publicitaires pendant un an ou deux chez Delpire » ; c’est également l’élégant Albert Boton15, typographe de renom qui occupe l’autre table voisine de Lemoine. Ce contexte se révèle extrêmement stimulant pour l’illustrateur qui se retrouve au cœur d’un groupe de créatifs caractérisant « l’esprit Delpire » : esthétique innovante et modernisme sobre. Au-delà de cet environnement où il travaille à des campagnes publicitaires multiples, Lemoine va recevoir un véritable coup de pouce de la part de Delpire qui lui propose en 1972, d’exposer ses travaux personnels d’illustrations, d’aquarelles et de dessins, dans sa galerie rue de l’Abbaye. Cette exposition est pour lui l’occasion d’une première reconnaissance artistique parisienne. Delpire remplit à son égard une fonction de médiateur et de détecteur de talents. « Il m’a offert une exposition de travaux personnels d’illustration et sans relation avec le studio et la publicité. » Pour Georges Lemoine, le fait d’être exposé à la galerie de L’abbaye contribua à sa notoriété et lui permit de développer des contacts.

12Au-delà de cet environnement créatif, la nature et les travaux réalisés par Lemoine chez Delpire et par la suite, nous donnent des indications sur les caractéristiques de la création dans cette agence et suggèrent une influence sur les différentes facettes de la création chez Lemoine : typographie et graphisme, photographie et mise en page, conception de l’image des livres pour les enfants.

L’esthétique de la lettre

  • 16  Entretien Rouen 2008.

13Si Lemoine a une formation de typographe (traçage de lettres et mise en texte), il n’avait pas créé d’alphabet ni de lettres avant sa collaboration avec Delpire chez lequel : « Je crois, il y avait une dynamique, un élan qui m’a lancé sur la lettre comme création graphique. » avoue-t-il. Une des caractéristiques de l’éditeur – que cela soit dans le domaine de l’édition ou de la publicité – est en effet le soin qu’il accorde de la lettre, comme Lemoine le souligne : « Delpire, c’est son esthétique, une qualité de typographie. Je n’avais jamais vu un travail éditorial comme cela. C’était si différent de ce qui se faisait, même sur le plan des caractères. Elzevir, Didot, Baskerville, Bodoni, des caractères latins, classiques élégants, c’est ce qui m’a séduit tout de suite (comme on tombe amoureux) ».16

  • 17 La terre l’eau le ciel, op.cit.
  • 18  Agenda Philip, 1969.

14 Lemoine se souvient de l’activité du studio : « Nous inventions des alphabets. Albert [Boton] mettait au point le caractère Eras, magnifique caractère d’inspiration latine dessiné par lui, à présent diffusé dans le monde entier »17. Albert Boton créa chez Delpire plusieurs autres caractères typographiques. De son côté, Lemoine travailla à des alphabets et des jeux de création typographique, comme en témoignent ses variations pour une des campagnes de la Banque Nationale de Paris et la multiplicité des abécédaires et alphabet qu’il déclinera sur les dépliants publicitaires de différentes marques. Un des agendas créés par Lemoine est d’ailleurs construit sur l’histoire de l’écriture.18

  • 19  Les feuilles, Imprimerie Marchand, 1978, (Alphabet).
  • 20  Georges Lemoine fait, entre autres, référence aux albums « Actibom ».

15Lemoine développera par la suite des d’alphabets artistiques comme cet alphabet « feuilles », paru dans le magazine 100 idées et plusieurs fois réédité19 et il laissera paraître sa prédilection pour le texte et les écritures dans la diversité de ses créations pour la presse et l’illustration des livres, dont le livre-abécédaire Souvenirs de voyage et la petite histoire de l’écriture dans Dessine moi l’alphabet préfacé et édité par Massin. De plus, les travaux de l’illustrateur, qui dit son admiration pour les collections Actibom et des pochettes documentaires Multibom, témoignent du goût des lettrines20 et des motifs typographiques classiques revisités à chaque occasion jusqu’au cœur des illustrations les plus récentes.

  • 21  Les neuf vies du magicien de Dyane Wynne Jones chez Gallimard folio junior en 1998 ou Petit cœur d (...)

16Autre aspect remarquable à associer au passage Lemoine dans l’univers de Robert Delpire, c’est la place qu’occupe la photographie dans son travail. Ce sont les livres de photographies qui avaient attiré Georges Lemoine sur Delpire dès la fin des années cinquante (« Au début, Delpire, c’était LA photographie essentiellement ») et c’est au cours des années « Delpire-Advico », en 1970, que Lemoine achète son premier appareil photo à Albert Boton. Georges Lemoine commence à photographier avec le goût des cadrages et le souci d’une esthétisation des choses simples jusqu’à ce que la photographie intervienne de plus en plus systématiquement dans sa création d’illustrateur. Parfois, pour accompagner les thématiques de la mémoire et du temps ou pour ancrer la référence aux lieux, Lemoine travaille à partir de clichés photographiques : au cours des phases préparatoires des illustrations, il prend des vues ou s’inspire de photographies (livres, cartes postales chinées dans les brocantes) qui participent à des degrés divers à la création des illustrations21.

  • 22  « Jean-Claude Courteau et Gérard Rondeau mirent avec une grande générosité leurs précieux et parfo (...)

17 Les photos servent de références à de nombreuses planches de livres : photos de reportages22 pour La petite marchande d’allumettes ou images d’archives anciennes, historiques ou privées, traitées à l’aquarelle dans Oradour la douleur. Dans Le Chant de Pâques, l’éditrice préfèrera travailler à partir des photos préparatoires de l’illustrateur que sur ses croquis, et les prises de vues de Lemoine dialoguent avec ses croquis et ses textes dans ses livres de promeneur édités par les villes comme Amiens, Rouen ou Les Parures du fleuve (Saintes et Cognac). Et là encore, le regard de Lemoine semble en familiarité avec l’esthétique visuelle qui a guidé l’éditeur de « Photo poche » ou de la plus ancienne collection « Le Génie du lieu » : l’usage du noir et blanc, une esthétisation du réel par le détail et l’intérêt pour l’architecture.

  • 23  Le foulard dans la nuit (Sorbier 2000) Le prince heureux (Gallimard 2002), Rimbaud, les poings dan (...)
  • 24  Georges Lemoine : illustrer la littérature au XXe siècle, op.cit.

18D’autre part, si Georges Lemoine avait déjà eu une activité de directeur artistique avant d’intégrer l’agence « Delpire Advico », ses travaux des années 1969 à 1972 manifestent une progression dans la composition et le travail de maquette. L’agence lui confie des revues dont il assure la mise en page, pour lesquelles il conçoit des publicités : « On me donne les éléments et je réalise ». Cette facette du travail de conception et de graphisme publicitaireexplique cette volonté constante de réaliser les projets de bout en bout. Il met ses capacités de maquettiste au service des livres dont il réalise les illustrations23 ; il conçoit certaines maquettes ou, pour le moins, collabore avec les maquettistes des maisons d’éditions. Sa conception globale du livre guide de façon significative son travail d’illustrateur24 : sa série d’illustrations élaborée dans un « chemin de fer », se fonde sur une rythmique à l’échelle du livre dans sa totalité. C’est l’occasion pour lui de défendre une conception élégante de la mise en page qui privilégie les jeux de marges et de cadres en faisant une large part au blanc, une composition de double pages parfois esthétisantes qui n’hésitent pas à explorer de nouvelles formes entre équilibre et déséquilibre.

Un tremplin vers l’illustration

19Comme graphiste publicitaire, Georges Lemoine investissait l’espace plan de la page avec une véritable modernité dans ces compositions comme en témoignent ses linogravures des années soixante. A partir des années Delpire, il s’empare de cet espace à deux dimensions pour construire l’image à partir des blancs et des cadrages ; il tend à accentuer l’économie des effets, ce qui aboutit à une perpétuelle recherche de symbolisation. Mais cette construction des images évolue au fur à et mesure qu’il s’engage plus personnellement dans les images. « A cette époque là, j’ai jugé à quel point l’illustration c’était important pour Delpire, parce qu’il y avait donnait à André François toutes les travaux d’illustration publicitaire pour Citroën, le plus gros client ». Il réalise ainsi, auprès des illustrateurs du studio Delpire, quelle créativité et quelle liberté le travail d’illustrateur peut permettre.

  • 25  La terre, l’eau, le ciel, op.cit..
  • 26  Préface de C’est le bouquet, de Claude Roy, Gallimard,Folio junior, 1979.

20Lemoine va modifier certains choix techniques qui vont se révéler déterminants pour la suite : « J’utilisais les encres de couleurs, mais plus pour longtemps. Alain le Foll m’avait conseillé de les abandonner au profit de la véritable aquarelle. Je suivis ce conseil et, de si loin, je l’en remercie encore. Ce fut comme une naissance ».25Pour comprendre la portée de cet « excellent conseil », il faut signaler la grande admiration que Lemoine porte à Alain Le Foll, l’illustrateur de C’est le bouquet ! de Claude Roy et de Sindbad le marin réécrit par Bernard Noël : le style baroque de ce dernier conjugue l’esprit pop art des années soixante à une grande élégance de composition. Il décrit son passage à l’illustration : « J’ai appris à simplifier mon expression, à respecter une hiérarchie dans la composition de mes dessins pour qu’ils soient immédiatement lisibles. Ce fut l’apprentissage d’une certaine forme de rigueur. »26 Les principes de Le Foll peuvent sembler s’appliquer également à la création de Lemoine.

  • 27  Etienne Delessert, (né en 1941), graphiste publicitaire puis illustrateur d’origine suisse (Lausan (...)
  • 28  Ce livre sera édité en France, sous le titre Petit Lord Blink et son château de glace, en 1982 che (...)
  • 29  Georges Lemoine réalise des crèches de Noël, des images d’illustrations diverses comme les signes (...)

21Un premier album pour la jeunesse est proposé à Lemoine en 1971 par Etienne Delessert27, auquel il voue une grande admiration. Ce travail d’illustration, édité à New York en 1971, Little Lord Blink and his castle 28 de Geoffrey Charlton Perrin, est effectué à l’encre de couleur, très inspiré de l’esthétique des années soixante-dix du Push Pin. Son imaginaire léger et lumineux et sa composition graphique simple et raffinée sont remarqués dès cette date. Puis Lemoine conçoit quelques premières illustrations pour la jeunesse aux éditions Bayard Presse29 : des crèches de Noël pour le magazine Pomme d’Api, qui feront l’objet d’une édition sous forme de livre à découper, puis diverses illustrations pour des articles dans Astrapi et Okapi.

22Par la suite, Lemoine opte de plus en plus souvent pour l’aquarelle. Il libère son trait au profit de la surface ; l’espace de la page est révélé par une utilisation subtile de la couleur et son style s’affirme. Il réalise alors de nombreuses illustrations pour les magazines Elle, Marie-Claire et 100 idées, en cette époque d’explosion éditoriale de la presse féminine.

23Lemoine admet que son esthétique d’alors ne convenait pas aux types de livres de jeunesse qu’avait édité précédemment Delpire. Cependant certaines de ses créations pour la publicité dégagent une poésie, une forte capacité d’évocation, sous une naïveté apparente, un humour léger. Toutes ces qualités seront bientôt mobilisées par Massin et Pierre Marchand pour les nouvelles collections des éditions Gallimard.

24Dans ces années-là, Lemoine oscille donc entre l’illustration et le travail de graphiste typographe. « C’était un désir d’aller vers l’illustration. Ma dualité de gémeaux me tiraille toujours entre les deux. Le graphisme c’est la précision, l’adresse, la méticulosité, la création aussi ; mais dessiner des lettres et des alphabets demande de la précision. Et cela me correspond. Et de l’autre côté m’envoler, m’échapper vers des choses moins formelles : le rêve, les oiseaux, les fleurs, les petits personnages…Mais cela je le mettais aussi dans les travaux publicitaires »

  • 30 77 De tout cœur préfacé par Claude Roy et Plein soleil préfacé par Jean Baudrillard proposent des v (...)

25Cette ambivalence entre la rigueur technique et la fantaisie visuelle rapprocha assez logiquement Delpire et Lemoine qui partagent un goût commun pour le jeu avec les codes iconiques : sous les formes de la série ou de la variation, à partir de détails par la mise en valeur d’une sorte de signalétique rêveuse – cœur, oiseau, arbre, astres – qui laissent apparaitre un attachement pour les motifs graphiques simples liés à l’imaginaire. Ce qui s’exprime par exemple dans certaines collections de Robert Delpire comme « Le détail des choses »30 se retrouve dans le jeu opéré avec les codes visuels spécifiques de Lemoine, que l’on identifie dans ses carnets personnels comme dans les illustrations : jeu d’ombres, plans rapprochés sur des traces ou des petits éléments naturels (feuilles, insectes, coquillages).

26Enfin Robert Delpire en tant que novateur et pionnier de l’album contemporain a plus largement influencé de nombreux autres artistes et éditeurs sur le plan de sa conception des livres pour la jeunesse. Il est considéré comme un des précurseurs du renouveau de l’illustration en France par Patrice Couratin ou François Ruy-Vidal qui ont témoigné très tôt de l’importance du premier éditeur français de Maurice Sendak, d’Alain Le Foll et d’André François, « nouveaux créateurs d’images, associés à l’évolution de la notion d’enfance » qui « inaugurent le renouveau de l’édition enfantine en France». Comme le font apparaitre les styles des illustrateurs que Delpire a édités, la conception de l’illustration pour enfants exclut tout compromis vers une simplification du message et les formes sont conçues avec la double exigence d’être accessibles et intelligentes. Si les dessins de Georges Lemoine sont épurés et simples, ils n’en conservent pas moins une grande complexité par l’art de l’allusion, l’usage de symboles et leur interaction plurielle avec les œuvres littéraires qu’ils viennent illustrer.

  • 31  André Farkas (1915-1999), dit André François, d’origine roumaine, s’installe dans les années trent (...)
  • 32  Alain le Foll (1934 -1981).
  • 33  La Maison qui s’envole de Claude Roy, Gallimard folio junior (numéro 1) en 1977, avant de travaill (...)

27En effet, selon ce que Delpire défendait à l’époque, il n’y a pas de facilité de la création pour enfants mais une approche artistique de qualité tout simplement. Dans cette agence, Georges Lemoine côtoie à cette époque, mais sans développer aucune collaboration avec eux, Claude Roy, André François,31Alain Le Foll,32 qui ne travaillent pas au studio mais y livrent leurs travaux fréquemment. Il les admire mais reste le plus souvent sur sa réserve. « Venant de l’extérieur, […] ceux à qui Delpire fait appel pour les grands projets. Je parlais un peu avec Le Foll mais il m’impressionnait beaucoup et je n’ai pas trop osé aller vers lui. » Il lui faudra attendre son entrée aux éditions Gallimard pour fréquenter André François et collaborer avec Claude Roy en 1975 sur le premier volume de folio junior, La maison qui s’envole33. Il est probable que la proximité avec les grands collaborateurs éditoriaux de Delpire a fortement stimulé Lemoine dans son cheminement vers l’illustration littéraire.

28Au moment où Lemoine travaille chez Delpire, ce sont les commandes publicitaires qui occupent exclusivement son studio. Lors d’une première approche biographique de la carrière de l’illustrateur, la rencontre de Lemoine avec Delpire m’était apparue comme un « rendez-vous manqué », dans la mesure où l’éditeur avait alors arrêté son activité éditoriale. Il apparaît en définitive que le passage de Georges Lemoine dans le creuset Delpire a contribué à faire du graphiste un illustrateur en lui confirmant les spécificités de son style. Paradoxalement, l’éditeur Robert Delpire a contribué à faire de Georges Lemoine un illustrateur de livres sans jamais lui demander d’en réaliser un pour lui.

29Peu de temps après avoir quitté le studio, Lemoine intègre l’équipe d’illustrateurs recrutés par Massin pour la réalisation des couvertures de la collection de poche Folio que Gallimard lance en 1972. Après l’illustration d’un premier documentaire pour la jeunesse et de travaux pour la collection Mille soleils, Lemoine rejoint, toujours chez Gallimard, l’équipe de Pierre Marchand pour les débuts du département jeunesse.

  • 34  Entre autres plusieurs prix nationaux, la médaille d’argent de la 7ème biennale des arts graphique (...)
  • 35  « La première véritable exposition complète de cet artiste illustrateur qui, après André François (...)

30L’œuvre graphique et plastique de Georges Lemoine a été consacrée par plusieurs prix importants dès 197634, mais le plus prestigieux est incontestablement le prix Honoré obtenu en 1981, qui lui permet d’exposer au « Graphic Center » à Paris35. Ainsi, les années passées à l’agence Delpire-Advico marquent une avancée technique, un palier professionnel. Elles lui ont apporté un second souffle et l’ont confirmé dans son envie de travailler selon une certaine exigence esthétique en assumant des propositions artistiques plus personnelles. L’illustrateur a trouvé chez l’éditeur des principes et un goût de la composition qui correspondait à sa recherche esthétique.

31L’image du creuset me semble convenir pour rendre compte de ce que furent pour Georges Lemoine « les années Delpire ». Lemoine fut stimulé la personnalité rigoureuse d’humaniste du directeur de l’agence Delpire-Advico, par son goût pour la typographie, son attention à la mise en page, par le classicisme et la modernité sobre de ses publications. Georges Lemoine affirme : « Delpire c’est le synonyme d’image pour les gens de sa génération. […] Pour moi, travailler avec Robert Delpire est un peu le point d’orgue de mon parcours de graphiste ».

Haut de page

Notes

1  Georges Lemoine est né en 1935 à Rouen, il devient illustrateur pour les éditions Gallimard en 1972 et participe depuis à l’essor et à la créativité de l’édition pour la jeunesse en illustrant de grands textes littéraires : les contes d’Andersen, les nouvelles de Le Clézio, Tournier, Yourcenar entre autres...

2  Février 2008 à Rouen.

3  Revue Neuf (revue médicale) (1950-1953).

4  François Vié, Georges Lemoine, La terre, l’eau, le ciel, Gallimard, 1987 (collection« i »).

5  Claude Menuet, dit Massin, (né en1925) est une figure de première importance dans le monde de l’édition,. Graphiste, maquettiste, typographe, photographe, directeur artistique et écrivain, il est à l’origine de nombreuses mises en pages et de formes de couverture d’édition française, notamment des collections Gallimard à partir de 1960.

6  Albert Hollenstein, (1930-1974) Graphiste suisse, typographe, éditeur.

7  T.Schreiber, Yougoslavie, « Les guides du Club Méditerranée » Paris, éditions du Trident, 1963 et 1965.

8  Claude Bonin est graphiste et directeur artistique de l’OFREP entièrement consacré au syndicat International de la laine et au label « Woolmark ».

9 De plus, Lemoine compose entre 1957 et 1967 quelques linogravures pour les couvertures toilées d’une édition pour la jeunesse chez GP et pour un Club de lecture (IV, 5-6). C’est Massin, rencontré au cours d’une des conférences de Blanchard chez Hollenstein, qui lui propose d’utiliser cette technique pour l’illustration d’un premier livre pour la jeunesse chez Gallimard, en 1968. Il confie à Georges Lemoine le roman Le Lion aux portes de la ville, dans la « Bibliothèque blanche » une collection de livres brochés destinés à la jeunesse ; les illustrations en linogravure de Lemoine évoquent de façon stylisée les peintures motifs grecs antiques. » Voir Christine Plu, Georges Lemoine, illustrer la littérature au XXe siècle, Doctorat de l’université de Rennes 2 en littérature française générale et comparée (Université de Haute Bretagne,), 2005.

10  Lettre de Massin du 20 mars 2003, citée dans Georges Lemoine, illustrer la littérature au XXe siècle.

11  Hiroshi Ohchi,« Illustrator Georges Lemoine », Idea, n° 69 (février 1965), volume 12, International Advertising Art, Tokyo, Japon.

12  Graphis n° 129, Revue internationale d’arts graphiques et d’arts appliqués, Zurich éditeur W. Herdeg, the graphic press, pages 20- 29, volume 23, (1967).

13  Entretien Rouen 2008.

14 Jean-Louis Besson (1935-2003) Graphiste, illustrateur et auteur illustrateur qui a poursuivi une carrière chez Gallimard au service des documentaires comme des fictions.

15  Albert Boton (né en 1932) artiste-typographe, graphiste. Il entre en 1958 dans l’équipe de Hollenstein, parmi de nombreux autres caractères il conçoit dans les années soixante l’alphabet « Eras ». Directeur artistique chez Delpire de 1968 à 1981, puis indépendant, il conçoit des logos d’entreprises et de marques (La Redoute, Lesieur, etc. Il a enseigné à l’ENSAD (Arts décoratifs) et l’Atelier National de Création Typographique à Paris.

16  Entretien Rouen 2008.

17 La terre l’eau le ciel, op.cit.

18  Agenda Philip, 1969.

19  Les feuilles, Imprimerie Marchand, 1978, (Alphabet).

20  Georges Lemoine fait, entre autres, référence aux albums « Actibom ».

21  Les neuf vies du magicien de Dyane Wynne Jones chez Gallimard folio junior en 1998 ou Petit cœur d’Elizabeth Brami chez Casterman en 1999 ; tous deux intègrent de façon significative des photos anciennes chinées.

22  « Jean-Claude Courteau et Gérard Rondeau mirent avec une grande générosité leurs précieux et parfois terribles documents photographiques à ma disposition. » postface de l’album, Nathan, 1999.

23  Le foulard dans la nuit (Sorbier 2000) Le prince heureux (Gallimard 2002), Rimbaud, les poings dans mes poches crevées (Gallimard 2008) et les livres de promeneur à partir de 2001.

24  Georges Lemoine : illustrer la littérature au XXe siècle, op.cit.

25  La terre, l’eau, le ciel, op.cit..

26  Préface de C’est le bouquet, de Claude Roy, Gallimard,Folio junior, 1979.

27  Etienne Delessert, (né en 1941), graphiste publicitaire puis illustrateur d’origine suisse (Lausanne). Il collabore avec l’éditeur Harlin-Quist en 1967-68 et Gallimard à partir des années soixante-dix. Directeur de collection chez Grasset pour Monsieur Chat entre 1982 et 1984, il reçoit le « prix Graphique Enfance » de la foire de Bologne en 1988 pour « Chanson d’hiver » et se consacre à l’édition à New York (USA) depuis.

28  Ce livre sera édité en France, sous le titre Petit Lord Blink et son château de glace, en 1982 chez Gallimard-Tournesol.

29  Georges Lemoine réalise des crèches de Noël, des images d’illustrations diverses comme les signes du zodiaque, des calendriers dans les revues des éditions Bayard Presse.

30 77 De tout cœur préfacé par Claude Roy et Plein soleil préfacé par Jean Baudrillard proposent des variations sur les motifs du cœur et du soleil (rayonnement) au travers des objets du quotidien et du folklore.

31  André Farkas (1915-1999), dit André François, d’origine roumaine, s’installe dans les années trente à Paris. Illustrateur et humoriste pour des affiches, des revues internationales et des livres, il édite Les larmes de crocodile chez Robert Delpire.

32  Alain le Foll (1934 -1981).

33  La Maison qui s’envole de Claude Roy, Gallimard folio junior (numéro 1) en 1977, avant de travailler pour trois autres livres Les Animaux très sagaces, Désiré bienvenu, La Cour de recréation et un livre d’art édité en 1987, Le Pays derrière l’horizon.

34  Entre autres plusieurs prix nationaux, la médaille d’argent de la 7ème biennale des arts graphiques de Brno en Tchécoslovaquie pour l’ensemble de son œuvre en 1976, le prix graphique à Bologne.

35  « La première véritable exposition complète de cet artiste illustrateur qui, après André François et Topor, a reçu cette année l’Honoré 81, prix créé à la mémoire de Honoré Daumier et destiné à récompenser un graphiste pour l’ensemble de son œuvre. » « Georges Lemoine ou la lettre honorée », Caractère n° 71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Plu, « Georges Lemoine dans le creuset Delpire », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/79 ; DOI : 10.4000/strenae.79

Haut de page

Auteur

Christine Plu

docteur en littérature générale et comparée, Université de Cergy-Pontoise (IUFM), CRTF (Littérature française, transmission littéraire et dialogues interculturels, LTDI)

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org