Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Représentations

Fonctions et enjeux du berceau dans la première moitié du xixe siècle

Guillaume Garnier

Résumé

Dans les représentations traditionnelles, le berceau a toujours joué le rôle d’accueil du petit enfant. Associé au bercement, il assure le bien être de l’enfant et le prépare à un sommeil réparateur, nécessaire à son repos et à celui de sa famille. Le berceau joue alors au sens propre, comme au sens figuré, un rôle essentiel de protecteur. Pourtant, en se penchant sur les traités de soins pour les nouveau-nés et les traités d’éducation rédigés par des médecins dans la première moitié du XIXe siècle, on comprend que la place du berceau dans la cellule familiale est source de différents enjeux. La question d’employer un berceau pour faire reposer l’enfant, si elle semble évidente, n’a pas toujours répondu à une volonté d’assurer plus de confort à l’enfant. Elle correspond au contraire à une demande forte de la part des différentes autorités (médecins, théologiens, moralisateurs) de bannir la cohabitation au sein du même lit entre enfants et parents, afin de proscrire les risques d’étouffement et d’infanticide. Pour autant, faire reposer un enfant dans un berceau, nécessite de bien définir les rôles de chacun (mère, nouveau-né, nourrice, père). Il s’agit d’une question essentielle d’éducation.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Illustration, no 29 (1840)
« Voilà le moment (passé minuit), où le calme et la paix règnent véritablement dans les heureux mariages. Mieux vaut tard que jamais. »
Daumier, Les Mœurs conjugales, 1839-1842

©The Metropolitan Museum of Art

1Qui mieux que Daumier pouvait croquer les traits d’une famille dans la première moitié du xixe siècle ? Dans une série de caricatures connue sous le nom de Mœurs Conjugales, Honoré Daumier nous présente avec perspicacité le repos d’un couple et de son enfant. La légende ajoutée par le caricaturiste est très parlante : « Voilà le moment (passé minuit), où le calme et la paix règnent véritablement dans les heureux mariages. Mieux vaut tard que jamais. » Au plus profond de la nuit, le calme règne, les époux dorment, tout comme leur nouveau-né, confortablement installé dans son berceau à distance du bras de sa mère. Sans doute, Honoré Daumier veut-il nous faire comprendre que ce bébé a enfin réussi à trouver son sommeil, ainsi que ses parents par la même occasion. De cette caricature, une représentation classique de la famille ressort, et le berceau joue alors son rôle essentiel d’accueil du sommeil, tout en occupant aussi un rôle protecteur. Ce meuble primordial semble adopter la place qui lui était traditionnellement assignée, c’est à dire dans la chambre parentale. Pourtant, comme nous aurons l’occasion de le rappeler, il pouvait aussi être positionné dans une autre pièce, soit parce que l’enfant avait atteint un âge ne nécessitant plus la proximité avec sa mère, soit car au contraire, il est sous la surveillance d’une nourrice.

  • 1  Dictionnaire de l’Académie Française, Paris, Chez Paul Dupond, Tome 1, 1835, p. 136. On dit aussi (...)
  • 2  Ibid., p. 136.

2Mais c’est bien la proximité de la mère qui est traditionnellement recherchée dans le positionnement du berceau. Le Dictionnaire de l’Académie Française le rappelle en 1835, une mère doit pouvoir allaiter son enfant à tout moment de la nuit, et il s’agit de la fonction principalement rappelée dans la définition du mot « berceau » : « Sorte de petit lit où l’on couche les enfants à la mamelle1. » Par ailleurs, la deuxième fonction qui est attribuée à ce petit meuble tient bien entendu au fait (comme on peut le voir notamment sur la caricature de Daumier), qu’il est « porté sur deux pieds arrondis en forme de croissant, de manière qu’on peut le balancer aisément2. » Irrémédiablement, le bercement apparaît d’une aide indispensable pour assurer un sommeil tranquille à l’enfant. Le berceau est donc un lit pour jeunes enfants que l’on peut déplacer pour garder et surveiller l’enfant durant son sommeil.

  • 3  Le fait de ne pas rencontrer de berceau ne veut pas pour autant signifier que cette fonction n’exi (...)
  • 4  Daniel Roche, Histoire des choses banales, Naissance de la consommation xviie-xviiie siècle, Fayar (...)
  • 5  Michelle Perrot, Histoire de chambres, Paris, Seuil, 2009,p. 140.

3Ces précieux avantages nous amènent à réfléchir sur la place particulière du berceau au sein de la cellule familiale. Au delà de la question matérielle (positionnement du berceau, forme, structure, composition…), son usage implique aussi de définir son rôle et son utilité. L’idée d’employer un berceau pour faire reposer l’enfant, si elle semble évidente, n’a pas toujours répondu à une volonté d’assurer plus de confort à l’enfant. Elle correspond au contraire, à une demande forte de la part des différentes autorités (médecins, théologiens, moralisateurs) de proscrire la cohabitation au sein du même lit entre enfants et parents. Les risques d’étouffement sont bien connus, mais au début du xixe siècle, ils occupent encore une très grande place, notamment dans les traités d’éducation. Dans l’esprit des érudits qui s’intéressent à la question, la présence des berceaux dans les foyers n’est jamais remise en cause, ignorant ainsi toutes les contraintes matérielles pour les ménages d’avoir la capacité financière d’en posséder un. Dans les familles les plus pauvres, le berceau, même rudimentaire est un luxe ignoré, et le petit enfant n’a d’autre lit que celui de ses parents3. Souvent, il n’existe qu’une couchette, donc tout le monde partage la même chaleur, les mêmes puces et les mêmes épanchements. L’étude minutieuse de Daniel Roche à partir des inventaires après décès, a montré que la mention du lit d’enfant est tardive et peu générale, et c’est presque la même chose pour le berceau, « meuble pratiquement inconnu des notaires du Vexin français » au xviiie siècle4. Cette absence n’a pas poussé Daniel Roche à prolonger son intérêt sur ce petit meuble, et il semble en définitive que le sujet n’ait passionné que peu d’historiens. Michelle Perrot a récemment montré de l’intérêt à la cohabitation au sein du même lit des parents et des enfants, souvent considérée comme immorale et répréhensible, mais qui ne peut être évitée tant le mobilier est peu répandu dans certains foyers. S’appuyant sur les visites d’enquêteurs comme le baron de Gérando ou les disciples de Le Play, l’historienne démontre que les prolétaires ne demandaient pas mieux que de posséder un espace suffisant pour permettre une séparation des corps endormis5.

  • 6  Jean-Charles Desessartz, Traité de l'éducation corporelle des enfans en bas-âge, ou réflexions ... (...)
  • 7  Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray, Abrégé de l’Art des accouchements, Paris, Chez Théoph (...)
  • 8  Alfred Donné, Conseils aux familles sur la manière d’élever les enfants, Paris, J. B. Baillière et (...)
  • 9  Claude Martin Gardien, Traité d’accouchements, de maladies des femmes, de l’éducation médicinale d (...)
  • 10  Voir à ce sujet Marie-France Morel « L'amour maternel : aspects historiques », Spirale 2/2001 (no  (...)

4L’objectif de cet article est tout autre, puisqu’il ne s’agit pas de traiter l’aspect matériel du berceau, mais bien de cerner cette « éducation à l’usage du berceau » dont on trouve l’écho dans des traités d’éducation et de conseils aux familles, souvent rédigés par des médecins. Ces derniers ont démontré un intérêt très vif – et qui n’a pas été étudié par les historiens – pour la place du berceau dans les intérieurs français du premier xixe siècle, même s’il faut noter qu’à la fin du siècle des Lumières, la question de l’allaitement et de l’utilisation raisonnée d’un berceau avait gagné les esprits. Sages-femmes et médecins accoucheurs s’étaient arrogé le privilège de définir les soins à apporter aux nouveau-nés, pour leur propre sécurité, mais aussi dans le but de construire une relation mère-enfant pleine de respect et préparatrice à une éducation élémentaire. C’est dans ce contexte particulier qu’ont été rédigés les traités de Jean-Charles Desessartz6, et d’Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray7, qui connurent un vif succès, et qui ne se démentira pas puisqu’ils seront réédités encore dans la première moitié du xixe siècle. Et c’est bien cette époque qui nous intéressera, puisqu’aux rééditions de ces auteurs que nous venons de citer viennent s’jouter d’autres plaidoyers de médecins comme Alfred Donné8 ou Claude Martin Gardien9. Cette période marque irrémédiablement l’affirmation d’une préoccupation pour le bien-être des nouveau-nés et leur accueil dans les foyers, à un moment où la valorisation de la maternité s’amplifie10, même si l’on peut remarquer qu’elle est plus vive pour les familles des classes moyenne et haute de la société. Il semble indéniable que le berceau ait été répandu dans leurs intérieurs, surtout quand l’arrivée d’un nouveau-né nécessite l’emploi d’une nourrice. Cette dernière s’en occupera particulièrement la nuit et elle le trouvera endormi dans son berceau. Dans tous les traités d’éducation et de soin à apporter aux jeunes enfants consultés, il est fait état de la présence d’un berceau. Il est donc temps de comprendre maintenant les enjeux et les débats qui entourent le berceau, les conceptions du petit enfant, et son insertion dans l’espace familial.

Dormir dans un berceau : l’image de la sécurité de l’enfant

  • 11  Jean-Charles Desessartz, op. cit. p. 97.

« Il serait difficile de construire pour les enfants une couchette qui réunit plus d’avantages que le berceau dont on se sert communément. L’enfant étendu dans cette espèce de petit tombeau, y est couché commodément et chaudement, à raison de sa forme : et, comme il est d’un volume proportionné à la grandeur et à la grosseur de l’enfant, on le peut transporter et placer partout où l’on veut ; le jour, dans un endroit sombre et propre à exciter et à entretenir le sommeil, et la nuit la nourrice peut le placer à côté de son lit, afin d’être plus à portée de donner sur le champ, les secours dont il a besoin11. »

5Les derniers mots de Jean-Charles Desessartz (1729-1811), médecin français et docteur de la faculté de Paris, connu pour son Traité sur l'éducation corporelle des enfants en bas âge, paru pour la première fois en 1760, mettent en avant la fonction sécurisante du berceau. Lorsqu’il écrit ces lignes dans la seconde moitié du xviiie siècle, il est précurseur dans son domaine. Par exemple, il recommandait l'allaitement des enfants par leurs propres mères (celles-ci avaient à l'époque l'habitude de les confier à des nourrices), et ce pendant douze à quinze mois, d’éviter de serrer leur corps dans des maillots trop étroits, ou de les emprisonner dans des cuirasses à baleine. Aussi, n’est-il pas étonnant de le voir s’intéresser au berceau, à tel point que son traité sera réédité plusieurs fois et qu’il sera repris au début du xixe siècle quand la question des usages du berceau sera au cœur des préoccupations.

  • 12  Louis Henri Parias, Histoire générale de l’éducation en France. De Gutenberg aux Lumières, Paris, (...)
  • 13  Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray, op. cit. p. 10-11.

6Au-delà même de la question du confort de l’enfant, la nécessité de généraliser la présence du berceau dans les foyers français du début du xixe siècle, répond avant tout à la nécessité de préserver la sécurité du nouveau-né, voire d’assurer sa survie. Le berceau permettait de dissiper toute inquiétude quant aux risques d’infanticides, qui étaient souvent dénoncés par certains ecclésiastiques et médecins à la fin de l’époque moderne. Il était très déconseillé, voire interdit aux mères et aux nourrices, de coucher un bébé dans leur lit, de peur de le retrouver étouffé le lendemain matin. L’insistance avec laquelle les autorités civiles et ecclésiastiques rappellent cette interdiction depuis l’Ancien Régime tendrait à prouver qu’il s’agit d’une habitude très enracinée, en dépit des risques évidents qu’elle fait courir aux nourrissons. Dans l’ouvrage collectif dirigé par Louis-Henri Parias, on trouve cette illustration très frappante du nouveau Rituel du diocèse du Mans en 1773, qui prescrit ceci aux curés lors du baptême : « En vue de prévenir un triste accident qui n’est arrivé que trop de fois, avertissez qu’on ne couche point cet enfant dans le même lit avec sa mère, ou sa nourrice, ou autre personne, qu’il n’ait deux ans accomplis12. » Angélique-Marguerite Le Boursier du Coudray, célèbre sage-femme qui s’était engagée dans un tour de France obstétrical durant 25 ans, s’intéresse aussi dans son célèbre Abrégé de l’Art des accouchements, à la question du partage du lit entre la mère et l’enfant, ou plus particulièrement de la cohabitation entre nourrice et nouveau-né. Avant un an, il n’est pas question d’envisager cette situation. L’expérimentée sage-femme détaille avec minutie les risques encourus. En effet, si la nourrice allongée dans le lit met l’enfant de côté pour l’allaiter, le « chatouillement du nourrisson la fait bientôt sommeiller, elle se penche vers lui, elle s’endort, l’enfant n’a pas la force de se défendre ni de la réveiller, il étouffe13. » La position allongée dans le lit des deux protagonistes (de la mère, mais surtout de la nourrice) semble alors incriminée.

  • 14  Ibid., p. 11.

7Pour autant, la position assise n’est pas plus sécurisante si l’on en croit toujours Angélique-Marguerite Le Boursier du Coudray. Assise sur son lit avec l’enfant entre ses bras, la nourrice peut aussi bien s’endormir, et l’enfant sera autant en danger. Effectivement, des réflexes tout à fait compréhensibles, ordonneront à une nourrice assise sur son lit et qui s’endormirait, de serrer plus l’enfant de crainte qui lui échappe. L’enfant ainsi plus serré se débat, « la nourrice toujours dans la même prévention, le serre encore davantage, enfin, elle s’endort, l’enfant est trop serré à la mamelle, il ne peut ni crier, ni se débattre, la nourrice à son réveil trouve l’enfant étouffé entre ses bras14. »

  • 15  Alfred Donné, op. cit.. p. 134.

8Pour être complet sur la question, il faudrait aussi évoquer l’analyse d’Alfred Donné, médecin du milieu du xixe siècle, sous-directeur de la bibliothèque de la faculté de médecine et enfin inspecteur général des hôpitaux. Pour lui, les risques auxquels s’exposent les nouveau-nés ne se résument pas à l’étouffement, et ce médecin de rajouter l’évidence des dangers de la cohabitation : « La plus simple prudence exige d’ailleurs, comme on sait, que la nourrice s’abstienne absolument de coucher l’enfant avec elle, le moindre danger étant qu’il ne tombe d’un lit élevé où il n’est pas retenu15. »

  • 16  Michelle Perrot, op. cit.,p. 140.

9Ces différentes accusations ne vont donc pas dans le sens de l’idée de Jean-Louis Flandrin et Philippe Ariès, qui suggéraient que l’usage de faire dormir le nouveau-né dans le lit des parents afin de permettre à l’enfant de prendre le sein quand il le désire, avait pu entraîner une sorte d’infanticide toléré. « Au contraire, séparer le coucher des parents et celui des enfants, est un critère de morale et de décence que guettent les enquêteurs lorsqu’ils pénètrent dans le logis du pauvre, flairant la lubricité dans les promiscuités de la misère16. » C’est ce que soulignent les philanthropes anglais de la London Mission, le baron de Gérando (visiteur du pauvre) ou les disciples de Le Play pour les monographies de famille qu’ils réalisent sous l’égide de la Société d’Économie Sociale. Il semble qu’au xixe siècle, ces différentes attaques aient acquis une très grande influence.

« Quand on voit un enfant rester dans son berceau sans crier et s’y endormir, on peut être sûr que son éducation est bien faite17. »

  • 17  Ibid., p. 18.

10Aussi, ces différentes interdictions répétées, sont des appels non dissimulés à recourir à l’usage d’un berceau pour les jeunes enfants, pour les raisons tout à fait compréhensibles de protection corporelle. Néanmoins, dans les conseils prodigués par les médecins et les sages-femmes, les préceptes entourant l’emploi du berceau engagent aussi le lecteur à modifier ses rapports à l’enfant, dans le cadre d’un processus éducatif qui viserait à mieux définir les rôles de chacun et à construire des habitudes particulières pour l’enfant. En quelque sorte, le berceau serait le garant d’une mise en application stricte d’un nouveau mode éducatif, régissant la vie du bébé et combattant les pratiques inadéquates des nourrices qui le mettent en danger.

  • 18  Marie-France Morel, op. cit., p. 36.

11Mais avant de voir comment cette question a été traitée dans notre corpus, il faut rappeler que si les parents sont particulièrement visés par ces différentes interdictions, ce sont surtout les nourrices qui sont au cœur des réserves des médecins et moralisateurs. Si l’omniprésence de la nourrice dans leurs écrits peut nous étonner, en fait il n’en est rien. Comme nous le montre Marie-France Morel, cette mise à distance de l’enfant, par l’emploi d’une nourrice, n’est pas signe de désamour de la mère pour sa progéniture. S’il peut s’agir d’une pratique déroutante, il faut aussi la replacer dans les mentalités de l’époque. La mise en nourrice, telle qu’elle se pratique dans les grandes villes françaises des xviiie et xixe siècles (qui ne représentent que 10 à 15 % de la population), consiste à envoyer à la campagne, pour y être allaité et élevé, un nouveau-né qu’on ne reverra pas avant un ou deux ans18. Cette pratique est justifiée, soit par les occupations mondaines de la mère dans les milieux favorisés, soit par la nécessité de son travail dans les milieux populaires. À juste titre Marie-France Morel souligne que :

  • 19  Ibid., p. 36.

« Nous avons du mal à comprendre comment les parents pouvaient accepter l’envoi au loin de leur bébé dès sa naissance, tout en s’attachant néanmoins à lui, et comment les enfants d’autrefois vivaient, au retour en ville, le traumatisme de la séparation avec la nourrice. Ce que nous observons dans les témoignages, ce sont les sacrifices financiers faits par de nombreux parents modestes pour payer les mois de nourrice et leur attachement réel à ceux de leurs enfants qui reviennent de nourrice. Il faut alors comprendre que la mise en nourrice n’est pas vraiment une mise à l’écart des nourrissons, mais un modèle d’élevage à la campagne, particulièrement « moderne » pour l’époque19. »

12Dès lors, les médecins qui adressent des conseils aux familles pour bien élever leurs enfants, insistent particulièrement sur la redéfinition des rôles et des fonctions de la nourrice. Ces dernières ne doivent plus suivre des pratiques séculaires et ignorantes, et sont pressées d’acquérir des méthodes répondant plus au besoin de l’enfant. Sans aucun doute, la lecture de l’Abrégé de l’Art des accouchements d’Angélique-Marguerite Le Boursier du Coudray reflète indéniablement le mépris de la sage-femme envers l’inexpérience des nourrices.

  • 20  Marie-France Morel, op. cit.,p. 33.

13Ces dernières, mais aussi les parents, doivent comprendre l’importance d’optimiser la présence du berceau dans les foyers. Son usage cohérent, permettra bien entendu d’éviter tout risque de mort prématurée, mais aussi d’imposer un rythme particulier de sommeil au nouveau né, souvent source de désagrément. Et une des causes du sommeil segmenté de l’enfant est son besoin véritable ou soupçonné, de téter. Pour Jean-Charles Desessartz et Aldred Donné, il n’est pas nécessaire d’allaiter le bébé à chaque fois que ce dernier semble le réclamer en pleurant excessivement. Effectivement, une grande partie des traités du début du xixe siècle, insiste pour revisiter les habitudes traditionnelles qui entourent les soins au nourrisson. Non pas qu’il faille le délaisser, mais au contraire assurer une régulation de l’attention qui lui est portée, d’autant plus qu’elle est souvent jugée comme excessive. Comme le signale Marie-France Morel, les soins quotidiens aux nourrissons dont la plupart ont perduré sans grands changements dans les campagnes jusqu’au début du xxe siècle, sont longs et contraignants : nourrir au sein à la demande, endormir en berçant, changer et laver les couches souillées…20, tous ces soins mangeurs de temps incombaient bien entendu aux femmes et aux nourrices.

  • 21  Alfred Donné, op. cit., p. 135.
  • 22  Ibid., p. 183.

14Laisser l’enfant dans le berceau lui permettrait alors d’apprendre la solitude, au moins de lui fixer des habitudes claires et précises, et d’éviter que se forme une réelle dépendance de l’enfant envers ses parents ou sa nourrice. L’enjeu est de taille, et si l’on en croît Jean-Charles Desessartz et Aldred Donné, il s’inscrit dans la durée. Si les parents cèdent aux premiers désirs de l’enfant, ce dernier ne pourra bientôt plus rester dans son lit, il ne dormira plus que sur sa nourrice (généralement celle qui intervient lorsque l’enfant pleure) et les besoins répétés qu’il exprime de prendre le sein, ne deviennent qu’une sorte de prétexte pour obtenir qu’on s’occupe de lui21. Recourir à un endormissement dans le berceau, permet de maîtriser irrémédiablement le temps de sommeil de l’enfant, mais aussi de lui assurer une qualité de repos essentielle à son développement. Alfred Donné reprend ainsi l’exemple classique d’un enfant qui avait été jusqu’à cinq mois habitué à dormir dans les bras de sa nourrice ; il ne les quittait pour ainsi dire plus, et une partie des nuits se passait à le bercer pour l’endormir, à le replacer dans son berceau, où il se réveillait bientôt, et il fallait le reprendre pour recommencer le même manège sans interruption jusqu’au jour. Dès lors, « L’enfant ne jouissait jamais d’un sommeil paisible, ni d’un complet repos, était fatigué et ne profitait pas comme il aurait dû le faire, sa santé d’ailleurs était bonne et ne demandait pas de ménagements particuliers22. »

  • 23  Ibid., p. 184.

15Ce comportement ne doit pas durer, et les parents doivent alors prendre la situation en main. Le problème n’est pas irrémédiable, et il faut juste le courage aux parents d’appliquer avec sévérité une méthode toute simple. Il faut alors coucher le soir l’enfant dans son berceau tout éveillé, et, bien assuré qu’il ne lui manque rien, qu’il n’éprouve aucune incommodité, les parents doivent supporter ses cris sans se détourner de leur résolution. L’impatience et le désespoir de l’enfant ne dureront pas longtemps, et il s’endormira bientôt. La même pratique devra être renouvelée pendant quelques jours et cela suffira pour remettre tout en ordre23.

Berceau et bercement

  • 24  Jean-Charles Desessartz, op. cit.,p. 97.
  • 25  Ibid.,p. 98.
  • 26  Claude Martin Gardien, Op. cit., p. 39.
  • 27  Ibid.,p. 39-40.

16On assiste aussi au début du xixe siècle de la part des médecins, à un véritable plaidoyer contre la pratique excessive du bercement. S’il s’impose d’une utilité non négligeable pour les parents ou les nourrices afin d’affirmer leur autorité, il peut au contraire amener à d’autres habitudes désagréables. Pour Jean-Charles Desessartz, le fait de bercer un enfant est une facilité dont « la plupart des nourrices abusent au grand détriment du nourrisson, dans la vue de l’endormir plus promptement ; et c’est un des abus du berceau que nous nous proposons de combattre24 ». Les nourrices seraient ainsi persuadées  que le fait d’agiter le berceau lorsque l’enfant s’éveille à une heure incommode est une méthode excellente. Cette méthode ne produirait pas les effets escomptés. Les « esprits grossiers, esclaves de la routine ne verraient que les effets les plus frappants25 », sans en démêler les causes profondes qui font sans nul doute du tort aux enfants. Claude Martin Gardien, médecin accoucheur est lui aussi très virulent sur la question. Le mouvement d’oscillation imprimé au berceau est considérable et très nuisible. Le sommeil provoqué par ces bercements tiendrait plus d’un état comateux (à cause d’une quantité de sang plus grande qui se porte au cerveau) que d’un sommeil normal26. Claude Martin Gardien va même rejoindre Desessartz et comparer ce type de sommeil, à celui que l’on procure à une poule, en la tournant après lui avoir mis la tête sous une de ses ailes27 ». Mieux vaudrait chanter des berceuses que de bercer les bébés.

  • 28  Adolphe Pinard, La puériculture du premier âge, Paris, Armand Colin, 5e édition, 1912, p. 53.
  • 29  Catherine Rollet, Marie-France Morel, Des bébés et des hommes. Tradition et modernité des soins au (...)

17L’argumentaire de nos médecins est vigoureux et largement tranché. Le débat sur le bercement tourne court à la fin du xixe siècle puisque l’injonction de ne plus bercer les enfants, au nom de leur santé va finir par s’imposer : « Le meilleur berceau est celui que l’on ne peut pas bercer », explique le docteur Pinard à la fin du siècle28, mettant provisoirement fin à deux siècles de controverses29.

Le berceau : des enfants sans danger ?

  • 30  Angélique–Marguerite Le Boursier du Coudray, op. cit., p. 11.

18Par ses fonctions, mais aussi à travers sa symbolique, le berceau rassure, l’enfant y est protégé. Angélique-Marguerite Le Boursier du Coudray, fervente défenseuse du berceau, tient aussi à souligner que l’enfant n’y est en sécurité que si l’attitude des nourrices est irréprochable. Elle note ainsi que si le berceau est à proximité du lit de la nourrice, cette dernière ne doit tenter en aucun cas d’allaiter l’enfant sans le sortir du berceau : « Si la nourrice se penche sur le berceau, qui est ordinairement à côté de son lit pour donner à téter à l’enfant, il y aura encore plus de danger ; cette attitude est bien propre à endormir la nourrice, aussi a-t-on observé que c’est de cette manière que les enfants sont étouffés le plus ordinairement30. » La sage-femme affirme donc que des enfants auraient été étouffés par des nourrices et des mères penchées sur le berceau pour les allaiter, sans que cela soit une volonté de « se débarrasser » rapidement de l’allaitement pour mieux se rendormir. Au contraire, il semblerait que la plupart d’entre elles soient de tendres mères qui n’hésitaient pas à se lever, malgré le froid (et qui voulaient justement éviter que leurs enfants prennent froid) et malgré les douleurs qu’une telle position impliquait. La solution est pourtant simple, puisque la nourrice ne peut la nuit, inviter l’enfant dans son lit (qu’elle soit assise ou couchée) et ne peut l’allaiter dans le berceau, il faut habituer l’enfant à téter le soir avant le coucher de la nourrice, et laisser l’enfant la nuit dans son berceau, sans l’allaiter, même s’il pleure. Ainsi, il prendra l’habitude de ne plus se réveiller et les accidents seront évités. Ces préceptes seront d’ailleurs réaffirmés par Alfred Donné quelques années plus tard.

  • 31  Étienne Tourtelle, Jean-Noël Hallé, Traité d’hygiène, Paris, Gautret, 1838, p. 367.

19Dans la première moitié du xixe siècle, les hygiénistes rentrent eux aussi dans le débat de l’utilité du berceau et des précautions qu’il faut prendre pour préserver la qualité du développement physiologique de l’enfant. La première règle, valable aussi pour les lits d’adultes, concerne le lieu de disposition du berceau. Il doit être aéré pour éviter un air corrompu et vicié. Cela implique d’éviter de l’installer dans des pièces trop petites ou bien encore dans des alcôves pourtant très réputées à la fin du xviiie siècle. Quant à la qualité du lit, les exigences ne sont en soi pas inaccessibles. Tourtelle et Hallé recommandent, en 1838, de coucher durement les enfants sur un matelas et même sur une paillasse, plutôt que sur un lit de plume ou de laine. Effectivement, un lit dur donne de la force et de la vigueur, alors qu’un lit mou affaiblit et énerve31.

  • 32  Claude Martin Gardien, Traité d’accouchements, op. cit., p. 40.

20Enfin, il ne faut pas oublier que l’usage du berceau doit aussi être mesuré. Claude Martin Gardien rappelle qu’il faut lever plusieurs fois par jour le nouveau-né, et de plus en plus longtemps, à mesure qu’il devient plus fort puisqu’il aura besoin de moins de sommeil. Par ailleurs, il faudra veiller à être bien attentif si quelque circonstance oblige les nourrices à laisser l’enfant dans le berceau alors qu’il ne dort pas. Pour ne pas confondre la position du sommeil et celle de veille, et aussi pour faciliter son éveil, il faudra « lui soulever la tête et la poitrine avec un oreiller ; cette solution lui facilitera ses mouvements, il dirigera ses yeux avec plus d’aisance vers les objets qui peuvent l’égayer ; s’il se salit, les excréments s’étendront moins, à cause de l’inclinaison de la partie inférieure du corps, et il en sera par conséquent beaucoup moins incommodé32. »

21Objet d’enjeux et de débats, le berceau remporte tout de même l’unanimité pour son utilité et ses bienfaits éducatifs. Pourtant, de terribles faits divers viennent nous rappeler que l’enfant y reste tout de même vulnérable. Un terrible accident par imprudence met en cause le manque de surveillance d’un enfant dans son berceau :

  • 33  Journal de l’Instruction primaire, n° 10, octobre 1855, p. 329.

« La rue de Villiers, à Bruxelles a été, le mardi 16 octobre, le théâtre d’un triste événement. Les époux Jacobs, demeurant au no 10 de cette rue, étaient sortis, laissant seuls deux enfants, l’un âgé de 4 à 5 ans, l’autre de 2 ans à peine. Celui-ci était dans son berceau. Le premier voulut, en l’absence de ses parents, s’emparer d’allumettes chimiques, placées par précaution sur un rayon assez élevé, mais qu’il parvint cependant à atteindre en grimpant sur une commode. Quelques instants après, il mettait, en jouant, le feu au berceau de son jeune frère, dont le corps était bientôt à demi dévoré par d’horribles brûlures. Transporté expirant à l’hôpital Saint-Pierre, le pauvre enfant n’a pas tardé à y rendre le dernier soupir33. »

22Fait-divers horrible, mais néanmoins isolé, cette mésaventure ne nous fera pas oublier le bonheur de voir son enfant couché dans un berceau :

  • 34  Jules Petit-Senn, Poésies, Genève, Librairie Jullien Frères, 1851, p. 177.

« Sur les rêves de l’avenir,
Oui, mon âme en riant s’élance ;
Je vois mon bonheur à venir
Dans ce berceau que je balance34. »

23C’est ce que nous rappellent ces quelques vers de Jules Petit-Senn extraits du poème « Chant d’une mère au berceau de son enfant » en 1851.

Haut de page

Notes

1  Dictionnaire de l’Académie Française, Paris, Chez Paul Dupond, Tome 1, 1835, p. 136. On dit aussi berceau à barattin, bercelonnette ou berceaunette.

2  Ibid., p. 136.

3  Le fait de ne pas rencontrer de berceau ne veut pas pour autant signifier que cette fonction n’existait pas : on peut supposer qu’on utilisait les hottes à vendange, suspendues, ou quelques planches grossièrement assemblées. Pour autant, chaque milieu, chaque région, produit ses modèles, ses éléments décoratifs, ses symboles protecteurs qu’ils soient en bois, en osier ou en fer. Les berceaux traditionnels se passaient de génération en génération, berceaux en bois dans lesquels l’enfant est solidement attaché, décorés de motifs géométriques au fort pouvoir protecteur. Voir Catherine Rollet, Les enfants au xixe siècle, Paris, Hachette Littérature, 2001, p. 92.

4  Daniel Roche, Histoire des choses banales, Naissance de la consommation xviie-xviiie siècle, Fayard, 1997, Chapitre, « Meubles et objets », p. 183.

5  Michelle Perrot, Histoire de chambres, Paris, Seuil, 2009,p. 140.

6  Jean-Charles Desessartz, Traité de l'éducation corporelle des enfans en bas-âge, ou réflexions ..., Paris, 2e édition, De Laurens, An VII de la République.

7  Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray, Abrégé de l’Art des accouchements, Paris, Chez Théophile Barrois, 1785.

8  Alfred Donné, Conseils aux familles sur la manière d’élever les enfants, Paris, J. B. Baillière et fils, Paris, 1864.

9  Claude Martin Gardien, Traité d’accouchements, de maladies des femmes, de l’éducation médicinale des enfants, Paris, Tome 4, 1807.

10  Voir à ce sujet Marie-France Morel « L'amour maternel : aspects historiques », Spirale 2/2001 (no 18).

11  Jean-Charles Desessartz, op. cit. p. 97.

12  Louis Henri Parias, Histoire générale de l’éducation en France. De Gutenberg aux Lumières, Paris, Tome II, G.-V. Labat Editeur, 1981, p. 69.

13  Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray, op. cit. p. 10-11.

14  Ibid., p. 11.

15  Alfred Donné, op. cit.. p. 134.

16  Michelle Perrot, op. cit.,p. 140.

17  Ibid., p. 18.

18  Marie-France Morel, op. cit., p. 36.

19  Ibid., p. 36.

20  Marie-France Morel, op. cit.,p. 33.

21  Alfred Donné, op. cit., p. 135.

22  Ibid., p. 183.

23  Ibid., p. 184.

24  Jean-Charles Desessartz, op. cit.,p. 97.

25  Ibid.,p. 98.

26  Claude Martin Gardien, Op. cit., p. 39.

27  Ibid.,p. 39-40.

28  Adolphe Pinard, La puériculture du premier âge, Paris, Armand Colin, 5e édition, 1912, p. 53.

29  Catherine Rollet, Marie-France Morel, Des bébés et des hommes. Tradition et modernité des soins aux tout-petits, Paris, Albin Michel, 2000, pp. 173-202.

30  Angélique–Marguerite Le Boursier du Coudray, op. cit., p. 11.

31  Étienne Tourtelle, Jean-Noël Hallé, Traité d’hygiène, Paris, Gautret, 1838, p. 367.

32  Claude Martin Gardien, Traité d’accouchements, op. cit., p. 40.

33  Journal de l’Instruction primaire, n° 10, octobre 1855, p. 329.

34  Jules Petit-Senn, Poésies, Genève, Librairie Jullien Frères, 1851, p. 177.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration, no 29 (1840) « Voilà le moment (passé minuit), où le calme et la paix règnent véritablement dans les heureux mariages. Mieux vaut tard que jamais. » Daumier, Les Mœurs conjugales, 1839-1842
Crédits ©The Metropolitan Museum of Art
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garnier, « Fonctions et enjeux du berceau dans la première moitié du xixe siècle », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://strenae.revues.org/771 ; DOI : 10.4000/strenae.771

Haut de page

Auteur

Guillaume Garnier

Universités de Poitiers et de Genève, Chercheur associé au CRIHAM

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org