Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Positionnement et ressources théoriques

La culture matérielle enfantine : catégorisation et performativité des objets

Pascale Garnier

Résumé

Pour analyser des objets aujourd’hui plus que jamais polymorphes et polysémiques, ce texte vise à expliciter des positionnements et les ressources théoriques nécessaires à l’investigation d’une culture matérielle enfantine. Cette réflexion théorique porte à la fois sur les processus de catégorisation des objets et la manière dont ils marquent nos classements d’âge, sur la façon de comprendre leur matérialité, en faisant droit à un pluralisme ontologique, et sur leur performativité, en insistant sur les processus interprétatifs auxquels ils donnent lieu. En s’inscrivant dans une démarche pragmatique, l’investigation d’une culture matérielle est amenée à lier étroitement les dimensions technologiques et sémiotiques d’une analyse des objets, en tant qu’ils sont liés à nos expériences ordinaires, toujours inscrites dans une culture.

Haut de page

Texte intégral

« N’importe quel objet, si vous l’étudiez correctement, la société vient avec », A.G. Haudricourt

  • 1  William Corsaro, The Sociology of Childhood, Thousand Oaks, Pine Forge Press, 2005, p. 125.
  • 2  Sharon Brooksham, « The Material Culture of Children and Childhood », dans Journal of Material Cul (...)
  • 3  Voir Pascale Garnier, « Relire Ariès : histoire, sociologie et connaissance ordinaire des enfants  (...)
  • 4  Michel Manson, « Sources et méthodes : l’exemple d’une démarche d’historien du livre de jeunesse » (...)

1Qu’ils soient historiens, sociologues, anthropologues ou ethnologues, les chercheurs ne peuvent s’empêcher d’engager leur sens ordinaire de ce qui convient, « va avec », les enfants pour déterminer les objets qui composent une culture matérielle enfantine. Ainsi procède Corsaro pour dresser une liste d’objets qui en tient lieu de définition : « By childhood material culture, I mean clothing, books, artistic and literacy tools (crayons, pens, paper, paints, etc.) and most especially toys1. » C’est aussi de cette manière qu’a été réalisé un inventaire des objets d’une culture matérielle de l’enfance et des enfants, telle qu’elle est conservée dans les musées anglais2. Dans L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Ariès a d’ailleurs initié cette voie, en esquissant une histoire des choses qui s’associent comme tout naturellement aux enfants : jouets, livres, vêtements... Un « sentiment de l’enfance », pour reprendre les termes d’Ariès, qui ne se confond pas avec l’affection portée aux enfants, s’objective précisément par des objets qui sont spécifiquement destinés aux enfants et dont l’historien peut déployer la généalogie3. C’est dire qu’outre une rigueur méthodologique, la recherche doit être vigilante sur la dénomination et la définition historique des catégories d’objets qu’elle manipule4. Construire des collections d’objets demande ainsi de faire retour sur une connaissance ordinaire des enfants dans un contexte donné, en fonction d’une définition et d’une hiérarchie implicites de ce qui est « culturel ». Les différents types d’objets peuvent donner lieu à des domaines de recherche distincts : littérature enfantine, jouet, vêtement, jeu vidéo, matériel de puériculture… Pourtant, ce découpage ne doit rien à des logiques scientifiques ; il obéit à des logiques sociales qui, de plus en plus, enjambent leurs frontières, en jouant de leur hybridation.

  • 5  Marie Pierre Julien et Céline Rosselin, La culture matérielle, Paris, La Découverte, 2005.

2Reste fondamentale l’opération de rapprochement objet/enfant, opération cognitive circulaire entre la catégorie « objets pour les enfants » et le choix de ses occurrences. D’où notre souci de la mettre au cœur d’une réflexion sur la culture matérielle enfantine, au lieu de prendre cette catégorie des « objets pour les enfants » comme allant de soi. Il s’agit d’analyser les ressorts de ce rapprochement objet/enfant, les processus de catégorisation eux-mêmes, et non pas de proposer une taxonomie savante qui prétendrait s’y substituer. En cela, cette investigation est pragmatique, s’agissant de « suivre les acteurs », et en l’occurrence de construire une théorie de leurs pratiques, comme reprise réflexive de ces opérations ordinaires de catégorisation. Elle écarte donc la visée de concevoir un « système » des objets de l’enfance qui répondrait aux exigences d’une définition préalable ; visée qui conduit à naturaliser l’enfance aussi bien que substantialiser les objets. Il importe au contraire d’expliquer comment fonctionnent nos évidences de sens commun et d’en montrer les enjeux à la fois épistémologiques et culturels. En ce sens, penser la culture matérielle enfantine ne permet pas seulement de sortir les objets d’un oubli ou un manque de considération académique général, du moins en France5. Elle offre l’opportunité d’étudier la dynamique des relations qui se tissent entre cultures, matérialités et enfances, dans les objets eux-mêmes.

  • 6  Voir respectivement : Marta Gutman, Ning Conink-Smith, Designing Modern Childhood. History, Space (...)
  • 7  Voir respectivement : Alison Clarke, « Coming of Age in Suburbia : Gifting the Consumer Child », d (...)
  • 8  Daniel Miller, Stuff, Cambridge, Polity Press, 2010.

3Sans doute, une autre approche de ces rapports entre catégorisation des objets et classements d’âge est tout aussi possible et nécessaire : celle qui consiste à mettre l’accent sur les tensions et débats qu’ils suscitent. C’est d’un point de vue historique, analyser la production d’une normalité et d’une normativité propre à l’enfance, mais aussi étudier des manières de tracer des frontières entre les âges, des opérations de naturalisation, comme de dénaturalisation, des différences d’âges et des catégories d’objets6. C’est aussi, du point de vue des pratiques contemporaines, analyser les multiples polémiques sur les objets qui conviennent ou non aux enfants, qui font l’objet de négociation dans les familles, ou à l’intérieur des groupes de pairs7. Mais, si ce qui donne matière à réflexion est d’abord ce qui fait saillance, ce qui appelle critiques, justifications et mises à l’épreuve, le monde des objets est au premier chef un monde du silence et de l’allant de soi. Aussi, nous avons privilégié ici ce que Miller caractérise comme une modestie et une humilité naturelle des choses, qui guident notre sens commun de ce qui est approprié et nos manières d’agir avec elles, et qui véhiculent une idéologie aussi puissante qu’inaperçue8. En outre, si l’on s’accorde avec Miller pour souligner que les objets « font » les gens, autant qu’ils sont utilisés par eux, ce n’est pas seulement les processus de catégorisation des objets, qu’il s’agit d’expliciter, mais également leur performativité propre. Autrement dit, qu’est-ce que les objets « font » aux enfants ? Cette question théorique et politique, celle de l’emprise des objets sur les enfants, est aussi très pratique : quels sont les ressorts de cette mystérieuse fabrication ?

  • 9  Élisabeth Anstett et Marie-Luce Gélard (dir.), Les objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et (...)

4Nous aimerions montrer que, pour comprendre cette efficace propre des objets, il est nécessaire d’articuler étroitement leurs dimensions matérielle et symbolique en regard des processus interprétatifs qu’ils suscitent dans le cours de nos activités ordinaires. De fait, la question d’une culture matérielle enfantine engage directement des choix théoriques relatifs à la fois à la matérialité des objets et à leur valeur sémiotique, qui seront au cœur de notre analyse. Il s’agit ici de traiter de ces choix théoriques, de ceux qu’engage inévitablement toute enquête empirique ; ce qui suppose de prendre la mesure des questions qu’ils soulèvent et des manières de les traiter. Nous présenterons donc tout d’abord une brève mise en perspective chronologique des théories relatives aux différentes manières de penser la culture matérielle à partir des objets de consommation. L’examen des processus de catégorisation des objets pour les enfants constitue l’objet de la seconde partie. En troisième lieu, on s’attachera à défendre un pluralisme ontologique et l’importance des processus interprétatifs pour pouvoir rendre compte des objets, à la fois polymorphes et polysémiques, de notre époque. Nul besoin de répéter que la signification des objets n’est jamais donnée une fois pour toutes, qu’elle varie selon leurs usages pratiques et leurs contextes de production. Mais, de la même manière que l’on peut distinguer a priori, dans une culture donnée, des « objets du masculin », des « objets du féminin » et des « objets neutres »9, il est bien des objets connotés selon l’âge. Aussi, le tout premier parti pris ici est de privilégier l’analyse des objets eux-mêmes, en mettant comme entre parenthèses, leurs conditions de production et leurs usages effectifs.

Les objets et leurs classements : éléments de mise en perspective

  • 10  Voir respectivement : Arjun Appaduraï (dir.), The social life of things. Commodities in cultural p (...)

5On conçoit que l’analyse des objets gagne à s’inscrire dans toutes les étapes d’une « vie sociale », ou d’une « carrière » articulant différents domaines d’investigation : en amont, leur conception, fabrication, commercialisation…. ; en aval, leur biographie, « de l’étal du marchand aux intérieurs des maisons puis aux décharges éventuelles et aux vitrines des musées10 ». Pourtant, l’existence même de ces objets est révélatrice de nos univers culturels. Ils méritent d’être étudiés pour eux-mêmes, avant d’être reconnus (ou non) comme un patrimoine digne d’attention et d’exposition ou comme absorbés dans l’analyse de leurs usages. De fait, l’analyse des objets et de leurs catégorisations constitue une activité particulière qui ne se confond pas avec leurs usages pratiques. Depuis Durkheim et Mauss, la question des catégories fait l’objet d’une attention particulière en sciences sociales ; sans être exhaustif, il s’agit de présenter ici différentes manières de la décliner à partir du domaine des biens de consommation.

Les objets de consommation et leurs classements : Boltanski, Bourdieu et Douglas

  • 11  Luc Boltanski, « Taxonomies populaires, taxonomies savantes : les objets de consommation et leur c (...)
  • 12  Karl Marx, Contribution à la critique de l’économie politique, cité par Boltanski, op. cit., p. 37
  • 13  Sur ces différences, voir Segalen et Bromberger, op. cité et Julien et Rosselin, op. cit.

6« Toute taxonomie engage une théorie », avançait Boltanski en 1970 en étudiant les classements des objets de consommation opérés par les enquêtes quantitatives qui se développaient dans les années 1960. Son analyse dresse avant tout une critique d’une « théorie naturaliste des besoins », mais aussi une critique d’un « manichéisme biologique » hiérarchisant des besoins « réels », nécessaires, ancrés dans l’espèce, et des besoins « artificiels », créés de toutes pièces par la fameuse « société de consommation »11. Le point d’appui de cette critique se réfère alors à Marx : « La production ne produit donc pas seulement un objet pour le sujet, mais aussi un sujet pour l’objet12. ». Selon deux voies différentes, dépendant de traditions académiques et de contextes différents, cette critique est ensuite remise au travail dans les années 1970 : par une sociologie de la culture chez Bourdieu, par une anthropologie des biens de consommation chez Douglas13.

  • 14  Jean Baudrillard, Le système des objets, Paris, Gallimard, 1968, p. 8.
  • 15  Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, Minuit, 1979, p. 562.
  • 16  Mary Douglas et Baron Isherwood, Pour une anthropologie de la consommation. Le monde des biens. Pa (...)
  • 17  Douglas et Isherwood, op. cit., p. 83 et 91.

7Indiquons d’abord leur différence. D’un coté, Bourdieu se livre à l’analyse de distinctions au sein d’un espace social stratifié, où les objets, à la fois classés et classants, vont de pair avec des agents eux-mêmes classés par leurs classements. De l’autre coté, Douglas s’attache à une analyse de la construction cognitive des classements des biens, à partir d’une compréhension anthropologique des objectifs du consommateur. Mais, l’un et l’autre partagent un même parti pris : l’accent mis sur des systèmes que forment des objets. L’objet tire ses propriétés, non pas de lui-même, mais des relations qu’il entretient avec les autres objets. La signification des objets est relative à l’ensemble qu’ils forment dans un cadre donné ; parti pris qui est, d’une autre façon, celui de Baudrillard où le « système des objets » n’est autre qu’un système « parlé », c’est-à-dire un « système de significations plus ou moins cohérent qu’ils instaurent14. » Dans ces trois cas, ce que les objets disent du social procède de leur traitement en tant que « collectif ». En outre, la construction d’un système de significations se fait aux dépens de la matérialité des objets. Soit, chez Bourdieu, par englobement du monde physique dans un monde social : « il n’est aucune de ces propriétés matérielles, s’agirait-il de la taille et du volume du corps […] qui ne fonctionne comme des propriétés symboliques15. » Soit, chez Douglas, par une mise entre parenthèses méthodologique des usages pratiques et de l’utilité des objets de consommation, pour les considérer comme des « services de marquage » : « la fonction essentielle de la consommation est sa capacité à faire du sens. […] Oublions que les produits sont bons pour se nourrir, se vêtir, s’abriter16... ». Enfin, là où Bourdieu insiste sur des « jugements de goût », Douglas insiste de son coté sur la consommation comme espace de « jugements moraux concernant ce qu’est un homme, ce qu’est une femme…[…] La consommation utilise les biens pour rendre clair et visible un ensemble particulier de jugements dans les processus fluides de la classification des personnes et des évènements17. »

Les objets : entre catégories cognitives et jugements moraux

  • 18  Jean Claude Chamboredon et Jean Fabiani, « Les albums pour enfants », dans Actes de la recherche e (...)
  • 19  Mary Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte 1999, p. 115.
  • 20  Mary Douglas, op. cit., p. 115.

8Tout l’intérêt de cette approche anthropologique vient de ce lien étroit qu’elle tisse entre jugements moraux, catégories cognitives et objets. Là où une approche de la « distinction sociale » étudie la diversité d’une offre de produits pour les enfants afin de montrer une pluralité de « définitions sociales de l’enfance », comme l’ont fait dès les années 1970 Chamboredon et Fabiani avec les « albums pour enfants »18, l’approche anthropologique des biens de consommation s’attacherait à ce qui fait de certains livres, des objets qui sont précisément pour les enfants. C’est à travers de tels objets qu’une culture de l’enfance est concrétisée, acquiert stabilité et consistance, devient visible et convaincante et que cette catégorie qu’est « l’enfance » est distinguée des autres, entre flou et rigueur des classements d’âge. En même temps, ce couplage enfant/objet a d’emblée une dimension morale, s’agissant de dire ce qui est « pour » (et non pas « contre ») l’enfant, qui lui convient, comment il faut le traiter, ce qui le différencie des adultes, comme ce qu’il partage avec eux. L’opération de rapprochement des objets qui « vont avec » l’enfant, et réciproquement, des enfants qui « vont avec » l’objet, s’inscrit d’emblée dans deux registres : descriptif et normatif, jugement de fait et jugement de valeur, qui est également ordre de grandeur politique. Comme y insistera ultérieurement Douglas, en mettant l’accent sur les relations entre opérations cognitives et vie sociale, c’est dans la mesure où les classifications sociales sont naturalisées qu’elles constituent le principe stabilisateur des institutions. D’où son insistance sur l’emprise des classifications, non seulement dans la vie quotidienne mais aussi dans la recherche scientifique : « Nos esprits sont désormais sur des rails. Comment pouvons-nous penser notre situation en société sans utiliser les classifications établies au sein de nos institutions ? Les divers spécialistes des sciences sociales en sont eux-mêmes profondément imprégnés19. » D’où encore l’idée d’une certaine performativité de nos catégories cognitives : « Les catégories stabilisent les flux de la vie sociale et créent même, jusqu’à un certain point, les réalités auxquelles elles s’appliquent20. » D’où enfin le lien étroit qu’elle établit entre classification et identité des êtres, à travers l’idée de ressemblance et de sentiment de similarité, partant d’opérations de classification élémentaire et de principes de tri.

Retour à la matérialité des objets, mise en valeur du corps

  • 21  L’expression est de François Dagognet, Les dieux sont dans la cuisine. Philosophie des objets et o (...)
  • 22  Daniel Miller, Material Culture and Mass consomption, Oxford, Blackwell, 1987.
  • 23  On cherchera en vain dans le Handbook of Material Culture, édité par Tilley en 2007, une entrée co (...)

9Reste que, selon cette approche, l’objet est pour ainsi dire « allégé », opérant sous forme de mots, d’images, de taxonomies21 ; ce qui va de pair chez Douglas avec une définition de la culture par « le partage des noms appris et hiérarchisés ». On comprend alors que, comme par réaction à cette position, l’approche de la culture matérielle par Miller à partir des années 1980 renoue, dans la sphère des objets de consommation, avec ce qu’avait précisément mis entre parenthèses l’analyse de Douglas, c’est-à-dire les « usages pratiques » des biens de consommation et, tout spécialement, leur appropriation singulière et contextualisée22. Chez Miller, contre une vision réductrice du consommateur, le néologisme « objectification », combinant les concepts d’aliénation et de médiation, inspiré de la dialectique hégélienne, signifie une dialectique entre pouvoir des objets et appropriation par des personnes et le caractère intrinsèquement contradictoire, tragique même, de la culture matérielle. Ce lien étroit qui lie, dans la « tradition anglo-saxonne », les travaux sur la culture matérielle et ceux portant sur sur la consommation de masse est d’ailleurs marqué dans les études en sociologie de l’enfance, mais sans doute aux dépends de ce que Douglas analysait en termes de jugements moraux liant catégories de biens et classification des personnes, en particulier les classements selon l’âge23.

  • 24  Notons que c’est aussi le cas de la sociologie des sciences et des techniques développée par Bruno (...)
  • 25  Marie Pierre Julien, op. cit., p. 88. Sur cette réhabilitation de la matérialité des objets et leu (...)
  • 26  Maurice Merleau Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1978, p. 161 (première é (...)
  • 27  Maurice Merleau Ponty, Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1991, p. 162-163 (première édi (...)

10D’une autre manière en France, la mise en valeur de la matérialité des objets, des manières de (se) faire avec les objets, a conduit, comme par un mouvement de balancier, à sous-estimer à son tour, avec la question de la catégorisation des objets, l’intérêt et la place d’une approche sémiologique24. Ainsi, au sein du groupe Matière à penser, avec le parti pris d’une réhabilitation du corps et de la matière contre un sémiotisme, l’investigation des objets n’a de sens que dans l’action : « Les objets appartiennent à un univers de l’indicible25. » De fait, tous les objets supposent a priori un engagement corporel, « c’est par les objets qu’il y a des corps », insistait Merleau Ponty, et réciproquement : « mouvoir son corps c’est viser à travers lui les choses, c’est le laisser répondre à leur sollicitation qui s’exerce sur lui sans aucune représentation26. » Mais, dès qu’il s’agit de rendre compte de cette « intentionnalité motrice pure », la valeur-signe des objets reste incontournable, en premier lieu à travers les mots qui servent à les désigner. En effet, la saisie de l’être en action ne peut être que seconde, retour réflexif et/ou observation extérieure, comme le soulignait encore Merleau Ponty : « un immédiat perdu, à restituer difficilement, portera, si on le restitue, le sédiment des démarches critiques par lesquelles on l’aura retrouvé, ce ne sera donc pas l’immédiat27. »

  • 28  Christian Bromberger, « Technologie et analyse sémantique des objets : pour une sémio-technologie  (...)

11De fait, même si les objets matériels sont placés au cœur de l’investigation, langage et image sont omniprésents dans le travail de recherche et, soulignons-le, ne peuvent pas ne pas l’être. Pour juste qu’elle soit, la critique d’un sémiotisme qui réduirait les objets à des signes au détriment de leur matérialité, reste à nos yeux prisonnière d’une pensée du signe ordonnée par le couple signifiant-signifié ou sens-référence. Il s’agit donc d’intégrer, sans les confondre, des analyses de type technologique et sémiologique des objets, de travailler dans la direction d’une « sémio-technologie », pour reprendre ici le terme de Bromberger28. En somme, le problème n’est pas de choisir entre la matérialité de la culture et son symbolisme. Il est de penser le positionnement théorique, sémiotique et ontologique, qui permet leur articulation.

Un double processus de catégorisation : types et univers d’objets

  • 29  Jean Baptiste Grize, 1996, « Savoirs théoriques et savoirs d’action : point de vue logico-discursi (...)
  • 30  Olivier Houdé, Catégorisation et développement cognitif, Paris, PUF, 1995.

12Cette catégorie de pensée, « les objets pour enfants », n’a pas de fondement scientifique ; elle procède avant tout de ce que Grize nomme, en suivant Passeron, des « modèles déictiques » de raisonnement, exigeant une activité interprétative de ses destinataires relative à un contexte donné. Elle fait partie de ces « savoirs pratiques », renvoyant à des raisonnements inférentiels, « faits de bric et de broc », composés avec des éléments hétérogènes, combinatoires qui empruntent à « plusieurs référentiels différents29 ». Aussi, au lieu de tenter de donner une définition formelle de ce qu’est un « objet pour l’enfant » ou d’en multiplier des exemples, il s’agit d’en analyser les différents processus de catégorisation. Nous partirons ici des travaux de Houdé qui distinguent deux manières de catégoriser et étudient leur développement chez l’enfant30.

Catégoriser par propriétés ou par types

  • 31  La question de ce qui constitue un « usage ordinaire » des objets se lie à celle de la sécurité, t (...)

13Privilégiée en sciences sociales, à travers des relations d’équivalence ou de similarité, la première manière de catégoriser repose sur l’idée de substituabilité des éléments d’une même catégorie. On peut alors distinguer un processus de catégorisation formelle, fondé sur la définition de propriétés ou d’attributs communs à l’ensemble des éléments d’une catégorie (tradition de la logique dite « classique » qui court d’Aristote à Piaget), d’un processus de catégorisation qui s’appuie sur un gradient de typicalité des éléments de la même catégorie (conception développée par Rosch, à partir notamment des « ressemblances de famille », chez Wittgenstein). C’est ce qu’illustre, par exemple, la définition de la culture matérielle enfantine donnée par Corsaro : parmi tous les objets de l’enfant qu’il énumère, les jouets sont à ses yeux les plus « typiques » de la catégorie, ils représentent tout spécialement une culture matérielle enfantine. Dans cette perspective, un même type d’objet peut être spécifiquement décliné selon les âges de leur destinataire en rapport avec ce pour quoi l’objet est « fait-pour ». Cette visée de l’usage n’est pas forcément réduite à des usages ordinaires, notamment quand il s’agit d’intégrer dans l’objet des éléments relatifs à la sécurité31.

  • 32  Daniel Cefaï, « Type, typicalité, typification », Raisons pratiques, 5, 1994, 105-128.

14Opérant une synthèse entre identification et recognition, une typicalité de sens commun est profondément liée à nos expériences pratiques. Elle a un caractère d’immédiateté et d’instantanéité, et va de pair comme le souligne Cefaï avec une « attente de remplissement » liée à la trame et au contexte de nos activités quotidiennes32. Dans ce sens, les objets peuvent être doublement qualifiés : soit par des « propriétés », des normes, des standards conventionnels, qui les identifient de manière formelle ; soit par un « faire avec » dans lequel ils s’inscrivent dans le cours de nos activités ordinaires. Les objets « pour » l’enfant se caractérisent par leur spécificité, c’est-à-dire des objets qui, en premier lieu, sont typiquement pour les seuls enfants, et en second lieu, qui sont adaptés spécifiquement aux enfants pour donner prise à leur activité.

Catégoriser de proche en proche

  • 33  Mandler, cité dans Houdé, op. cit., p. 61, je souligne.

15La seconde manière de catégoriser procède par contiguïté, de proche en proche, entre les éléments d’une catégorie procédant d’un même « schéma » : « Un schéma est organisé sur la base des expériences passées avec les objets, les scènes ou les évènements et comporte une série d’attentes quant à l’apparence, à la fonction des choses et à leur ordre d’occurrence. Les parties, ou unités d’un schéma consistent en une série de variables, ou cases (slots), qui peuvent être remplies, ou particularisées, dans une situation donnée par des valeurs qui ont une plus ou moins grande probabilité d’occurrence33 ». Selon Mandler, ces schémas peuvent être évènementiels ou situationnels, là où d’autres auteurs les caractériseront comme des « collections » (classes collectives) ou des « scripts » (scénarios). En tout cas, selon un principe de contiguïté, la relation d’appartenance des éléments est partitive, voire métonymique, autorisant à prendre une partie pour le tout et différentes formes de substitutions possibles. Cette forme de catégorisation est la première développée par les enfants et contribue à ordonner et signifier des univers différents : par exemple, pour les collections, « les animaux de la ferme » seront distingués des « animaux de la jungle » ; pour des séquences d’action ou des scripts : « ma journée à la maternelle » et « Star Wars ». Aussi bien le monde d’Harry Potter que celui du skateboard représentent des univers peuplés d’objets qui tirent leur sens non pas d’eux-mêmes mais de leur univers de référence, par circularité entre le principe de rassemblement des objets et leur appartenance. D’où aussi des redoublements ou des entrecroisements, possibles et impossibles, entre ces univers, des effets de familiarité ou au contraire d’incongruité, d’invraisemblance ou de « fun » qui tiennent des rapprochements entre différents univers de référence, de leurs extensions ou de leurs mises en tension.

Une double manière de catégoriser

16Au total, un même objet peut donc être catégorisé de plusieurs façons en même temps. L’une comme exemplaire d’un type d’objet : par exemple, un lit qui peut être plus ou moins « lit », c’est-à-dire se prêter à ce qu’on peut ordinairement « faire avec » un lit et présenter tout ou partie des propriétés habituelles d’un lit et être spécifiquement adapté à l’enfant, en premier lieu par sa taille, voire par son grandissement possible. L’autre manière de le catégoriser le rend partie prenante d’un ou de plusieurs univers particuliers (par exemple, un « lit-pour-une-chambre-d’enfant » qui peut être également un « lit-princesse » ou un « lit-voiture », intégrés dans l’univers Disney). Chaque objet peut se présenter ainsi comme un montage composite empruntant à différents référentiels, de manière complémentaire ou concurrente. Aussi la manière de rapprocher enfant et objet est double : d’un coté, par le type d’objet et ses déclinaisons ; de l’autre, par le ou les univers auxquels il réfère ; ces deux formes de catégorisation pouvant créer ou non de la redondance.

  • 34  Gilles Deleuze, Le pli, Paris, Minuit, 1988, p. 95-96.
  • 35  Maurice Merleau Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 399, je souligne.

17D’un point de vue théorique, l’attention portée à la pluralité de ces opérations de catégorisation fondées sur le sens commun de nos activités ordinaires, permet de passer d’une logique d’attribution à une logique de prédication : « elle n’inclut pas un prédicat sans lui donner la valeur d’un verbe, c’est-à-dire l’unité d’un mouvement en train de se faire34. » Ainsi, au lieu de réduire les objets à des attributs des enfants, à la manière de propriétés qui leur seraient inhérentes, il est possible de mettre l’accent sur la dynamique de leurs rapports qui procède de nos expériences de sens commun. De ce point de vue, le couplage enfant/objet fait jouer une « attente de remplissement » intégrée dans les objets, comme l’indiquent à la fois les analyses de Céfaï et de Mandler. Ancrée dans nos expériences ordinaires, cette attente se rapporte à la manière dont, dans un « monde culturel », précise Merleau Ponty, « chacun de ces objets porte en creux la marque de l’action humaine à laquelle il sert35. » Nous montrerons maintenant que cette « attente de remplissement » va également de pair, dans le registre sémiotique, avec des opérations interprétatives intimement liées à nos expériences culturelles.

Matières à signifier et à produire des enfants

  • 36  Umberto Eco, Lector in fabula ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, G (...)
  • 37  Umberto Eco, op. cit., 1985, p. 66, je souligne.
  • 38  François Cheng,  Vide et plein. Le langage pictural chinois, Paris, Seuil, 1991, p. 57.
  • 39  Umberto Eco, op. cit., 1985, p. 72.

18Le parti pris ici de privilégier une analyse des processus de catégorisation des objets montrant leur ancrage dans nos schémas expérientiels, permet de lier directement leur signification à l’action elle-même. C’est s’appuyer sur la théorie des interprétants de Peirce, théorie pragmatique et triadique du signe : « Comprendre un signe, c’est apprendre ce qu’il faut faire pour produire une situation concrète où l’on puisse obtenir l’expérience perceptive de l’objet auquel le signe se réfère. […] Il est vrai que les signes ne nous donnent pas le contact avec l’objet concret, parce qu’ils ne peuvent que prescrire la façon de réaliser ce contact36. » Pour Eco, comme pour Peirce, un signe n’est pas seulement un mot ou une image, mais une proposition, un livre entier, une architecture, etc. Considéré en tant que signe, au même titre qu’un texte, l’objet est un « tissu d’espaces blancs, d’interstices à remplir », qui donne lieu à une « initiative interprétative » à la mesure du non-dit à actualiser37. Là aussi, le plein de l’objet ne va pas sans un vide destiné à être rempli : « Partout, le Plein fait le visible de la structure, mais le Vide structure l’usage38. » Chez Peirce, le principe d’une sémiosis illimitée va de pair avec une pragmatique où l’interprétant logique final est « l’habitude, comme résultat », que Eco associe à sa manière à une encyclopédie culturelle partagée, c’est-à-dire à un consensus au sein d’une communauté, restant soumis à débats, révision et contrôle. L’accent est donc placé sur l’interprétation, l’analyse des procédés de construction de l’intention du texte pour un « Lecteur modèle », qui ne se confond pas avec un lecteur empirique, et sur différents niveaux de coopération textuelle, en particulier d’inférences de scénarios communs et intertextuels. Eco insiste sur une performativité du texte à l’égard de ce Lecteur modèle : « L’auteur présuppose la compétence de son Lecteur modèle et en même temps, il l’institue. […] Un texte repose donc sur une compétence, mais de plus il contribue à la produire39. »

La production de compétences enfantines

19Dans ce sens, les objets ne sont pas simplement « destinés », comme de l’extérieur, aux enfants ; ils les intègrent comme en creux dans leur matérialité et l’ensemble des représentations qu’ils spécifient. Les objets ne se contentent pas de s’adapter aux enfants, à des caractéristiques et des besoins spécifiques qui leur préexisteraient. Pas plus les objets ne se contentent de véhiculer des images, des discours, formes d’expression et de persuasion, ou des définitions de l’enfance. Plus radicalement, ils performent, actualisent, ce que sont les enfants et ce qui leur convient. Non seulement l’objet présuppose, fait fond sur des compétences de l’enfant mais, en même temps, il les institue, contribue à les produire. Par cette performativité, l’objet « fait » l’enfant, aussi sûrement que l’enfant (se) fait avec l’objet. La perspective pragmatique lie étroitement la signification des choses aux sollicitations qu’elles nous offrent pour nos activités selon une « attente de remplissement », pour reprendre à nouveau les termes de Cefaï, liée à nos expériences ordinaires. C’est dans un même « mouvement vers l’existence » que l’enfant et l’objet, la matière et le symbole s’actualisent ensemble (ce que tente d’illustrer la figure 1, où une double figure d’enfant se détache sur fond d’un objet et réciproquement).

Couplage objet/enfant : une double actualisation

Couplage objet/enfant : une double actualisation

Figure 1

Pluralisme ontologique et interprétation

  • 40  Voir respectivement : Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, (...)
  • 41  Isabelle Stengers et Bruno Latour, « Le Sphinx de l’œuvre », dans Étienne Souriau, op. cit., 2009, (...)

20Cette double réalité qui advient simultanément représente ce que Simondon caractérise comme une « adaptation-concrétisation », une « actualisation » qui porte à la fois sur l’objet technique et son milieu. Dit autrement chez Souriau, le processus d’« instauration » est celui d’un « accomplissement » d’une réalité, à la fois matérielle et sémiotique40. L’idée d’un « multiréalisme », de « voix polyphoniques de l’existence » comme la caractérise Souriau, ouvre à des ontologies à géométrie variable. Elle donne lieu à plusieurs modes d’être de l’enfant et de l’objet, représentation et matière, et non seulement au fait de dire différentes choses à leur sujet. La question fondamentale est ici de demander à chaque mode d’existence qu’elle est sa propre manière de « faire réalité »41. C’est précisément cette ouverture ontologique qui peut donner à penser les rapports qui se tissent entre des manières de signifier et des matérialités à géométrie variable, à des objets plus ou moins « allégés », taxonomies, images, mots, comme les appelle Dagognet.

  • 42  Gilles Brougère, « La ronde de la culture enfantine de masse », dans Gilles Brougère (dir.) La ron (...)
  • 43  Gilles Brougère, Jouer/apprendre, Paris, Economica, 2005.
  • 44  Umberto Eco, Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs, Paris, Grasset, 1994, p. 128.
  • 45  Voir respectivement : Laurent Galien et Gilles Brougère, « La grande dérive post-moderne du jouet  (...)
  • 46  Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échec, Paris, Éd. EHESS, 2011. Sans développe (...)

21Le rapprochement entre enfant et objet est doublement signifié et matérialisé : non seulement à travers les signes dont il est paré, en particulier les images, marques et licences à travers lesquelles l’objet est intégré dans des « univers immersifs » d’une culture enfantine de masse42, mais aussi par l’enfant qu’il intègre en creux à travers les activités auxquelles il appelle. De multiples interprétations sont toujours possibles, mais « il n’est pas vrai que tout se vaut » souligne Eco, dans la mesure où toute interprétation dépend d’un arrière-plan culturel et linguistique. Cette interprétation est nécessairement contextuelle et relative à une définition de la situation par ses protagonistes. Ainsi, penser des objets pour les enfants, oblige à redoubler tout le sérieux des objets par la frivolité et la fantaisie du jeu à travers le changement de cadre qu’il opère43. C’est précisément la plasticité des objets, leur ouverture variable aux interprétations qui est en cause dans le jeu. L’initiative interprétative dont parle Eco, varie selon ce que l’objet donne à remplir en creux ; elle est également cadrée par une définition de la situation : « nous sommes amenés à mêler fiction et réalité, à lire la réalité comme une fiction et la fiction comme une réalité. Certaines de ces confusions sont innocentes et agréables, d’autres absolument nécessaires, et d’autres enfin tragiquement préoccupantes44. » Aux dynamiques transmédiatiques, changements de matérialité et de dimension des supports, procédés de « dérivation réciproque », de traduction d’un support matériel à l’autre (jouet, cartes à jouer, jeu vidéo, images, littérature…), qui peut jouer à différents niveaux d’intertextualité, s’ajoute une imbrication de la fiction et du jeu45. La notion de « cadre », empruntée à Russel, via Bateson et Goffman, apparaît ici indispensable pour définir la fiction et, en même temps, pour ouvrir à l’analyse des narrativités entrecroisées et des ontologies à géométrie variable que réclament des objets polymorphes et polysémiques46.

Conclusion : ce que l’analyse des objets peut nous apprendre

  • 47  Olivier Assouly, « Le design comme esthétique de la réception », dans Brigitte Flamand (dir.), Le (...)
  • 48  Marion Colas-Blaise, « Les âges de la vie chez Julien Gracq. Le jeu, l’enfance et le mythe : enjeu (...)

22En tant qu’objets de consommation, soumis à des logiques marchandes, les objets sont en eux-mêmes des concrétisations et des témoins irremplaçables des processus d’hybridation culturelle, voire de globalisation, qui traversent l’univers de l’enfance. Les objets sont le plus souvent composites, assemblages hétérogènes renvoyant à différents référentiels, mais aussi à des destinataires différents pour un même objet : parents et enfants. Ils rendent visible un éclatement et un mélange des hiérarchies culturelles traditionnelles, effaçant les différences de dignité des objets les uns par rapport aux autres ; ils consacrent peu ou prou une « autorité de la distraction », si on entend par distraction, une manière de se rapporter au monde, non pas une activité47. Ces hybridations culturelles caractérisent également les classements d’âge : une logique de privation, au sens d’une exclusivité de certains types d’objets selon l’âge, s’infléchit en une logique d’adaptation-concrétisation d’un même type d’objet variable selon les âges. En s’incarnant dans des objets, ces classements d’âge sont également au cœur des relations entre enfants et adultes et, par définition, constitutifs d’une culture des pairs. La distribution des objets selon l’âge constitue un enjeu crucial des rapports sociaux que reste impuissant à stabiliser tout le travail de normalisation des différences d’âges, construction de conventions opérant à partir de logiques marchandes et civiques. Ici, les objets sont toujours matière à relancer des critiques, matière à conflits d’interprétation, matière à de nouvelles épreuves de réalité qui permettent d’y mettre un terme nécessairement provisoire, toujours contestable : « Ce que l’exploitation stratégique des représentations de l’âge contribue à mettre en scène, c’est moins la labilité du sens que sa relance indéfinie et la promesse toujours différée »48. En outre, parce qu’ils imbriquent dimensions matérielle et symbolique, les classements d’âge incarnés dans des objets sont au cœur d’une fabrique culturelle des individus.

  • 49  Dan Cook, The commodification of childhood. The children’s clothing industry and the rise of the c (...)
  • 50  Voir respectivement Corsaro, op. cit., et Alan Prout (dir.), The Body, Childhood and Society, Lond (...)

23Dans le domaine des biens de consommation, le travail de Cook insiste bien sur le développement au cours du xxe siècle d’une logique marchande qui entend se placer du point de vue des enfants, de manière à les séduire et les capter par des objets49. Il montre aussi la production marchande d’un enfant « acteur », et pas seulement un changement des représentations de l’enfance. Nous avons cherché à expliciter ici comment une performativité des objets opère à travers des « attentes de remplissement » qu’ils présentent comme en creux et comment elle va de pair avec la production de compétences enfantines. Nous avons également donné une place centrale aux processus interprétatifs dans la mesure où tout véritable corps à corps avec l’objet suppose sa lecture : impossible de faire l’économie des mots ou des images, des représentations au sens large. En outre, si le travail théorique intègre la place du jeu et de la fiction, c’est bien en termes de changement de « cadre » et d’interprétations qu’elle peut être marquée. Par là, l’investigation de la culture matérielle enfantine se trouve bien à la croisée de différentes conceptions d’une sociologie de l’enfance : qu’il s’agisse de mettre en valeur les opérations de « reproduction interprétative » à travers lesquelles les enfants s’approprient la culture des adultes, selon Corsaro, mais aussi d’insister sur la matérialité des « hybrides » à travers lesquels est produite « l’agency » des enfants selon Prout50. Elle demande également de conjuguer les ressources des différentes disciplines en sciences humaines et sociales.

24Loin de se construire de manière abstraite, comme désincarnée, l’analyse des objets gagne toujours à être mise en regard de nos expériences ordinaires : elle pointe toujours vers un faire, vers des objets dans l’action, bien avant que les objets ne soient pris dans des usages et des pratiques, celles des enfants et celles des adultes. Réciproquement, l’investigation des pratiques enfantines gagne à pointer vers les objets qui servent à caractériser, ordonner, hiérarchiser les univers culturels où elles s’inscrivent. Parler de pratiques met en question une division trop simpliste entre l’engagement des corps et leur retrait. C’est être attentif à la diversité des modalités et des gradients d’engagement corporel auquel invitent des objets de résistances différentes et des modalités de pratique différentes. La matérialité des objets n’est pas un point de départ mais un point d’arrivée, le terme d’un mouvement qu’il reste possible d’esquiver, notamment en changeant de cadre, en évitant un corps à corps avec les objets au profit d’une « distraction » toute symbolique. D’où, à nouveau, l’importance centrale que nous donnons à la question de l’interprétation des objets, non pas pour minorer leur matérialité mais pour comprendre celle-ci comme un révélateur et un enjeu de nos manières de « faire pour » les enfants.

Haut de page

Notes

1  William Corsaro, The Sociology of Childhood, Thousand Oaks, Pine Forge Press, 2005, p. 125.

2  Sharon Brooksham, « The Material Culture of Children and Childhood », dans Journal of Material Culture, 2009, Vol 14 (3), p. 365-38

3  Voir Pascale Garnier, « Relire Ariès : histoire, sociologie et connaissance ordinaire des enfants ». Actes du Colloque Pour un nouveau bilan de la sociologie de l’éducation, Paris, AISLF-INRP, 1993 et Ce dont les enfants sont capables. Marcher xviiie, travailler xixe, nager xxe, Paris, Métailié, 1995.

4  Michel Manson, « Sources et méthodes : l’exemple d’une démarche d’historien du livre de jeunesse », Strenae, 1, 2010 (en ligne : http://strenae.revues.org/139)

5  Marie Pierre Julien et Céline Rosselin, La culture matérielle, Paris, La Découverte, 2005.

6  Voir respectivement : Marta Gutman, Ning Conink-Smith, Designing Modern Childhood. History, Space and the Material Culture of Children, London, Rutgers University Press, 2008 ; Pascale Garnier, op.cit., 1995 et « L’enfant et le sport : classements d’âge et pratiques sportives », dans Régine Sirota (dir.), Éléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, PUR, 2006, p. 205-214. Pour un travail empirique, à partir d’un corpus d’objets, voir Pascale Garnier, « Hybridation culturelle et classements d’âge », Communication aux 10e rencontres du groupe Sociologie de l’enfance, AISLF, Lisbonne, juin 2011 (à paraître).

7  Voir respectivement : Alison Clarke, « Coming of Age in Suburbia : Gifting the Consumer Child », dans Marta Gutman, Ning Conink-Smith, op. cit., p. 253-269 ; Patricia Passuth, « Age Hierarchies within Children’s Groups. », dans Sociological Studies of Child Development, 2, 1987, p. 185-203.

8  Daniel Miller, Stuff, Cambridge, Polity Press, 2010.

9  Élisabeth Anstett et Marie-Luce Gélard (dir.), Les objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et production sociale des identités sexuées, Paris, A. Colin, 2012.

10  Voir respectivement : Arjun Appaduraï (dir.), The social life of things. Commodities in cultural perspective. Cambridge University Press, 1986 ; Christian Bromberger et Martine Segalen, « L’objet moderne : de la production sérielle à la diversité des usages », dans Ethnologie française, XXVI (1), 1996, p. 5-16, cité page 6.

11  Luc Boltanski, « Taxonomies populaires, taxonomies savantes : les objets de consommation et leur classement », Revue française de sociologie, 1970, XI, p. 34-44.

12  Karl Marx, Contribution à la critique de l’économie politique, cité par Boltanski, op. cit., p. 37.

13  Sur ces différences, voir Segalen et Bromberger, op. cité et Julien et Rosselin, op. cit.

14  Jean Baudrillard, Le système des objets, Paris, Gallimard, 1968, p. 8.

15  Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, Minuit, 1979, p. 562.

16  Mary Douglas et Baron Isherwood, Pour une anthropologie de la consommation. Le monde des biens. Paris, Éd. Regard, 2007 (première édition, 1979), p. 85.

17  Douglas et Isherwood, op. cit., p. 83 et 91.

18  Jean Claude Chamboredon et Jean Fabiani, « Les albums pour enfants », dans Actes de la recherche en sciences sociales, 13-14, 1977.

19  Mary Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte 1999, p. 115.

20  Mary Douglas, op. cit., p. 115.

21  L’expression est de François Dagognet, Les dieux sont dans la cuisine. Philosophie des objets et objets de la philosophie, Tours, Synthelabo, 1996.

22  Daniel Miller, Material Culture and Mass consomption, Oxford, Blackwell, 1987.

23  On cherchera en vain dans le Handbook of Material Culture, édité par Tilley en 2007, une entrée consacrée aux enfants ou à l’enfance et, réciproquement, dans le Handbook of Childhood Studies, édité en 2009 par Qvortrup, Corsaro et Honig une entrée consacrée à la culture matérielle.

24  Notons que c’est aussi le cas de la sociologie des sciences et des techniques développée par Bruno Latour, voir pour un travail récent, « Prendre le pli des techniques », Réseau, 163, 2010, p. 14-31, et ce qui a été nommé les sociologies de l’action, où le rôle des objets dans l’action et la coordination des actions est central. Soit comme point d’appui à l’exercice du jugement en situation chez Luc Boltanski et Laurent Thévenot, De la justification, Paris, Gallimard, 1991, soit plus spécifiquement dans un régime d’action dit de « familiarité », analysé par Laurent Thévenot, dans « Essai sur les objets usuels », Raisons Pratiques, 4 , 1993, p.  85-111 et dans « Le régime de familiarité », Genèse, 17, 1994, p. 72-101. Ce rôle est étudié dans le monde professionnel par Nicolas Dodier, « Les arènes des habiletés techniques », Raisons Pratiques, 4, 1993, p. 115-139. Chez Francis Chateauraynaud et Christian Bessy, Expert et faussaires, Paris, Métailié, 1995, l’analyse des opérations d’authentification des objets permet de proposer un modèle sociologique de la perception, comme « art de la prise », émergeant entre le travail de qualification des objets (repères) et les corps à corps (plis) que forment objets et personnes.

25  Marie Pierre Julien, op. cit., p. 88. Sur cette réhabilitation de la matérialité des objets et leur importance dans les processus de production des « sujets », voir les travaux de Jean Pierre Warnier (dir.), Les paradoxes de la marchandise authentique. Imaginaire et consommation de masse, Paris, L’Harmattan, 1994 ; Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF, 1999 ; Marie-Pierre Julien et Jean-Pierre Warnier (dir.), Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, l’Harmattan, 1999. Voir aussi sur cette valeur accordée au corps : Nicoletta Diasio, « La liaison tumultueuse des choses et des corps : un positionnement théorique », dans Marie Pierre Julien et Céline Rosselin (dir.), Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS, 2009, p. 21-83.

26  Maurice Merleau Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1978, p. 161 (première édition, 1945), je souligne.

27  Maurice Merleau Ponty, Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1991, p. 162-163 (première édition, 1964). Près de vingt ans après, cette idée de « critique » rectifie la perspective adoptée dans la Phénoménologie de la perception qui notait : « Il n’est pas facile de mettre à nu l’intentionnalité motrice pure : elle se cache derrière le monde objectif qu’elle contribue à constituer » (p. 161). D’où à la fois l’importance des « choses dites » et leur insuffisance : « Le langage est une vie, est notre vie et la leur. […] C’est l’erreur des philosophies sémantiques de fermer le langage comme s’il ne parlait que de soi : il ne vit que du silence…» (op. cit., 1991, p. 167). C’est ce paradoxe qui appelle selon nous une théorie pragmatique du signe.

28  Christian Bromberger, « Technologie et analyse sémantique des objets : pour une sémio-technologie »,

L’homme,  janvier-mars, XIX (1), 1979, p. 105-140. Phillip Vannini (dir.), Material culture and technology in everyday life. Ethnographic approaches, New York, P. Lang, 2009, s’efforce aussi de lier analyse technologique et sémiologique, en s’appuyant sur une théorie pragmatique du signe, mais sans ouvrir la question ontologique des modes d’existence des objets en lien avec des manières de signifier ; question fondamentale au centre de la réflexion de Marc Augé, Le dieu objet, Paris, Flammarion, 1988.

29  Jean Baptiste Grize, 1996, « Savoirs théoriques et savoirs d’action : point de vue logico-discursif », dans Jean Marie Barbier (dir.) Savoirs théoriques et savoirs d’action, Paris, PUF, pp. 119-129, p. 126.

30  Olivier Houdé, Catégorisation et développement cognitif, Paris, PUF, 1995.

31  La question de ce qui constitue un « usage ordinaire » des objets se lie à celle de la sécurité, tout spécialement s’il s’agit de prévoir l’imprévisible, des appropriations des objets qui les détournent, volontairement ou non, de leurs usages ordinaires. « Loin de se résumer à leur fonction d’usage ou à leur fonction de signe, les objets résistent », insistent Antoine Hennion et Sophie Dubuisson, Le design : l’objet dans l’usage. La relation objet-usage-usager dans le travail de 3 agences, Paris, Presses de l’école des Mines, 1996. Ils citent notamment le designer d’un « vélo pour enfant » : « une voiture, c’est fait pour rentrer dans un arbre » (je souligne). Cette question des usages ordinaires est, d’une autre manière, celle du jeu, comme l’indique Laurent Thévenot: « avec le jeu, on atteint les limites du dispositif d’extraction des propriétés des objets », op. cit., p. 199.

32  Daniel Cefaï, « Type, typicalité, typification », Raisons pratiques, 5, 1994, 105-128.

33  Mandler, cité dans Houdé, op. cit., p. 61, je souligne.

34  Gilles Deleuze, Le pli, Paris, Minuit, 1988, p. 95-96.

35  Maurice Merleau Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 399, je souligne.

36  Umberto Eco, Lector in fabula ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Grasset, 1985, p. 52 et 53. Une discussion critique des processus interprétatifs est présentée dans Umberto Eco, Interprétation et surinterprétation, Paris, PUF, 1996.

37  Umberto Eco, op. cit., 1985, p. 66, je souligne.

38  François Cheng,  Vide et plein. Le langage pictural chinois, Paris, Seuil, 1991, p. 57.

39  Umberto Eco, op. cit., 1985, p. 72.

40  Voir respectivement : Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989 (première édition, 1958) et Étienne Souriau, Les différents modes d’existence, Paris, PUF, 2009 (première édition, 1943).

41  Isabelle Stengers et Bruno Latour, « Le Sphinx de l’œuvre », dans Étienne Souriau, op. cit., 2009, p. 1-75. Plus que sur le nombre de modes d’existence distincts (phénomène, modes réiques, imaginaire, virtuel, surexistence…), Souriau insiste sur l’idée de « trajet » qui conduit de l’un à l’autre. En sociologie, on peut rapprocher cette idée d’actualisation, avec celle d’« épreuve » et la pluralité des modes d’existence, avec celle de « degré de réalité de la réalité » : « la réalité souffre d’une espèce de fragilité intrinsèque, en sorte que la réalité de la réalité doit sans arrêt se trouver renforcée pour perdurer. », Luc Boltanski, De la Critique, Paris, Gallimard, 2009, p. 61.

42  Gilles Brougère, « La ronde de la culture enfantine de masse », dans Gilles Brougère (dir.) La ronde des jeux et des jouets, Paris, Autrement, p. 5-21.

43  Gilles Brougère, Jouer/apprendre, Paris, Economica, 2005.

44  Umberto Eco, Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs, Paris, Grasset, 1994, p. 128.

45  Voir respectivement : Laurent Galien et Gilles Brougère, « La grande dérive post-moderne du jouet », dans Inès De la Ville (dir.), L’enfant consommateur. Variations interdisciplinaires sur l’enfant et le marché, Paris, Vuibert, 2005, p. 215-232 ; Inès De la Ville et Laurent Durup, « Achieving a Global Reach on Children’s Cultural Markets. Managing the Stakes of Inter-Textuality in Digital Cultures », dans R. Willett, M. Robinson et J. Marsh (dir.), Play, Creativity and Digital Cultures, London, Routledge, 2008 ; Antoine Dauphragne, Le sens de la fiction ludique : jeu, récit et effet de monde, Strenae, 2, http://strenae.revues.org/312.

46  Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échec, Paris, Éd. EHESS, 2011. Sans développer ici une discussion méthodologique, indiquons que l’analyse des objets commence par leur mise en séries, selon Bromberger, op. cit. Ces séries constituent un espace de variations dont la « grammaire » est à construire. Dans la mesure où il y a circularité entre le choix des objets et leur catégorisation, entre la construction du corpus et son analyse réflexive, ce mode d’investigation appelle une méthodologie qualitative, comparative et continue, qui peut s’inspirer de Barney Glazer et Anselm Strauss, La découverte de la théorie ancrée. Stratégie pour la recherche qualitative, Paris, Colin, 2010 (première édition, 1967).

47  Olivier Assouly, « Le design comme esthétique de la réception », dans Brigitte Flamand (dir.), Le design. Essais sur des théories et des pratiques, Paris, Institut français de la mode. Regard, 2007, p. 259-276, p. 267.

48  Marion Colas-Blaise, « Les âges de la vie chez Julien Gracq. Le jeu, l’enfance et le mythe : enjeux et stratégies », dans Ivan Darrault-Harris et Jacques Fontanille (dir.), Les âges de la vie. Sémiotique de la culture et du temps, Paris, PUF, 2008, p. 79-104, p. 101.

49  Dan Cook, The commodification of childhood. The children’s clothing industry and the rise of the child consumer, Durham London, Duke University Press, 2004.

50  Voir respectivement Corsaro, op. cit., et Alan Prout (dir.), The Body, Childhood and Society, London, Macmillan Press, 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couplage objet/enfant : une double actualisation
Légende Figure 1
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/761/img-1.png
Fichier image/png, 4,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Garnier, « La culture matérielle enfantine : catégorisation et performativité des objets », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://strenae.revues.org/761 ; DOI : 10.4000/strenae.761

Haut de page

Auteur

Pascale Garnier

Université Paris 13, EXPERICE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org