Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Positionnement et ressources théoriques

La culture matérielle de l’enfance1 : nouveaux territoires et problématiques

Michel Manson et Annie Renonciat

Texte intégral

  • 1 Nous n’emploierons pas l’expression de « culture enfantine » pour désigner une culture en grande pa (...)
  • 2 Voir notamment l’article de Danièle Alexandre Bidon, « Activités … quotidiennes et culture … matéri (...)

1Ce numéro de Strenae, consacré aux objets culturels de l’enfance, offre un ensemble de contributions organisé autour de la notion de « culture matérielle ». Les deux responsables de ce numéro sont bien conscients des difficultés et des débats que cette notion peut susciter2. La première difficulté procède de sa formulation ambiguë et imprécise qui donne à penser que la matérialité constitue la culture en son essence, alors qu’elle ne recouvre que l’une de ses dimensions. Cette ambiguïté devient d’autant plus gênante appliquée à la culture de l’enfance, laquelle est tout particulièrement chargée de représentations.

2C’est pourquoi, si l’expression était plus élégante, l’on donnerait volontiers comme titre à ce numéro : « matérialités de la culture d’enfance ». Cette nouvelle formulation aurait pour avantage de souligner que les discours, œuvres et représentations élaborés pour les enfants et/ou adoptés par eux, passent par des supports et des objets relevant de circuits commerciaux et sociaux, techniques et éditoriaux, qui les véhiculent, en conditionnent la portée et l’efficacité, les nuancent et les infléchissent. Elle soulignerait de même que les objets de l’enfant – jeux, jouets, images, mobilier – ne sont intelligibles qu’inscrits dans des univers socio-historiques, porteurs de discours sur l’enfance qu’ils matérialisent. Cet intitulé inviterait aussi à méditer sur un aspect négligé de ces objets : la dimension culturelle – et pas seulement technique – des matériaux dont ils sont fabriqués, qui touchent si fortement la sensibilité tactile de la jeunesse : livres en tissu ou en carton, meubles en osier, jouets de bois, de fer et de plastique, ours en peluche, sols en linoleum, etc., autant de matériaux en rapport avec les idées qu’une société se fait de l’enfance.

3Cependant, c’est le terme de « culture matérielle » qui semble aujourd’hui pertinent pour nombre d’historiens et de sociologues. Et la diversité des approches des contributeurs de ce numéro prouve son pouvoir à mobiliser et rassembler autour des objets de l’enfance des spécialistes issus de disciplines différentes. Il est donc utile d’en préciser la genèse, d’en explorer quelques territoires et de faire apparaître des outils d’analyse permettant d’appréhender de façon nouvelle cette « culture matérielle de l’enfance ».

La culture matérielle en histoire et dans les sciences sociales : un aperçu

  • 3 Krzysztof Pomian, « Histoire culturelle, histoire des sémiophores », dans Sur l’histoire, Paris, Ga (...)

4L’histoire de la culture matérielle est née de trois disciplines différentes : l’archéologie, qui permet de reconstituer l’histoire des sociétés à partir des traces matérielles et des objets qu’elles ont produits ; l’ethnographie, elle aussi attentive aux productions matérielles des sociétés sans écriture et s’intéressant aux techniques et aux matériaux, et l’histoire inspirée par le marxisme. Sans vrais concepts, fluctuante, cette histoire de la culture matérielle est restée longtemps attachée aux grandes productions des hommes : les textiles, les céramiques, le mobilier et la maison, s’attardant à des collectes minutieuses, à un travail descriptif, et, parfois, cherchant à construire une histoire des techniques et une histoire économique, les objets étant surtout étudiés comme des sémiophores, permettant de saisir des pratiques qui ne s’écrivent pas3.

Origines marxistes de la notion

  • 4 Ce qui suit s’appuie sur Jean-Marie Pesez, « Histoire de la culture matérielle », dans Jacques Le G (...)
  • 5 Fernand Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, 1967, qui deviendra le premier tome de Civ (...)
  • 6 J.-M. Pesez, ibid., p. 200.

5C’est un décret de Lénine qui créa en 1919 l’« Académie d’histoire de la culture matérielle d’URSS »4. Liée au matérialisme historique, cette approche s’appuyait sur l’archéologie « comme la meilleure voie d’accès à l’histoire de la culture matérielle », l’Académie reprenant les attributions de la Commission archéologique tsariste. L’histoire de la culture matérielle a également bénéficié de la naissance de la sociologie, particulièrement des voies ouvertes par Marcel Mauss, et des progrès de l’archéologie préhistorique. Ce « modèle » a fonctionné dans les pays de l’Est jusqu’à la chute du mur de Berlin, en Pologne notamment, non sans susciter de nombreux débats autour de l’importance prise par la description des objets au détriment du sens. Teresa Wasowicz en a présenté la synthèse dans un séminaire de Fernand Braudel. Celui-ci s’était lancé, pour sa part, dans une relecture de l’histoire économique l’amenant à s’intéresser à la « civilisation matérielle » et à publier en 1979 la première grande synthèse sur l’histoire de la culture matérielle5. En envisageant démographie, alimentation, habitat, mobilier, vêtement, techniques, il soulignait que la vie des masses est faite des objets, des gestes, des techniques qui « absorbent leurs pensées et leurs actes », et ouvrait la porte à une histoire scientifique et autonome de la culture matérielle. Pour Jean-Marie Pesez, « il l’a fait jaillir des tâtonnements de l’histoire, et en face de la stérilité des théories, il l’a plantée, drue et complexe, vivante6. » Par la suite, les historiens de l’histoire culturelle ont fait progresser les recherches dans les secteurs que Braudel avait balisés, et ils en ont ouvert de nouveaux, souvent dans une coopération avec des archéologues et des anthropologues.

Les apports récents de l’histoire culturelle

  • 7 Daniel Roche, Le Peuple de Paris, essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier, 1 (...)
  • 8 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, xviie-xviiie siècle, Paris, Faya (...)
  • 9 Daniel Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, xviie-xixe siècle, Paris, (...)
  • 10  Ibid., p. 184.

6L’histoire culturelle, intégrant certains aspects de l’histoire économique et sociale, incluant ce qu’on a appelé l’histoire des mentalités – devenue celle des représentations sociales –, a permis de comprendre la culture matérielle à partir d’autres paradigmes que ceux de l’économie. Elle a revisité certains objets ou systèmes d’objets : le livre (Roger Chartier), le vêtement (Daniel Roche), l’alimentation (Jean-Louis Flandrin), la maison, le mobilier, le corps (Georges Vigarello), etc. L’itinéraire de Daniel Roche est représentatif de la place de plus en plus importante prise par l’histoire de la culture matérielle dans une histoire culturelle globale. S’intéressant d’abord à la culture du peuple de Paris7, puis aux « manières d’habiter » et au « savoir consommer », il s’attache ensuite au vêtement8 et enfin complète l’étude de la culture matérielle en racontant l’Histoire des choses banales (1997) où le panorama se fait plus large : « Réfléchir à l’historicité de ce qui fait la trame de notre vie ordinaire n’implique pas un matérialisme vulgaire, même s’il s’agit bien, d’une certaine manière, de rematérialiser les principes de notre connaissance et, ainsi, de mieux comprendre notre relation aux choses, notre médiation aux objets et au monde9 ». L’une des bonnes raisons pour le faire, c’est que cette histoire est « un moyen de contribuer à une relecture plus générale de l’histoire économique et sociale », en particulier quand il s’agit de comprendre la naissance de la société de consommation. Si le paradigme de l’histoire économique semble ici conservé, il est complété par une histoire de la consommation, influencée par les travaux du monde anglo-saxon. Cette recherche permet aussi de comprendre les phénomènes relevant de l’appropriation des biens, qui mettent en œuvre la complexité des représentations et permettent d’échapper à un déterminisme économique. L’auteur s’efforce constamment « de repenser le rapport étrange du matériel au sensible et à l’intellectuel10 ».

  • 11 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-xixe siècle, Paris (...)
  • 12 Daniel Roche, Histoire des choses banales, p. 16.
  • 13 Ibid., p. 17.

7Depuis lors, d’importants travaux ont porté sur l’histoire des goûts et des sensibilités, particulièrement ceux d’Alain Corbin11, et ils ont introduit de nouveaux questionnements dans l’histoire de la culture matérielle. Daniel Roche exprime ainsi cet élargissement de l’horizon : « Si nous admettons que le monde extérieur des objets n’est pas le lieu de notre totale aliénation mais le moyen d’un processus créatif, et que le rapport des individus au social passe par l’objectification, l’histoire des consommations permet de mieux comprendre la continuité du matériel et du symbolique, l’effort d’intelligence et de travail cristallisé qui se conserve dans le moindre objet, l’union des représentations et des réalités12 ». L’histoire cherche ainsi à comprendre, lorsque les capacités productives changent, que les codes d’usage et les sensibilités évoluent, comment « par d’autres consommations ou par l’utilisation différente des choses, les sujets peuvent se construire autrement et réajuster leur rapport à la collectivité13 ». Une telle conception de l’histoire de la culture matérielle semble particulièrement prometteuse pour aborder l’enfance et ses objets. Pour la société contemporaine, les recherches sociologiques relaient celles de l’histoire culturelle et de la consommation.

La culture matérielle et les sciences sociales

  • 14 Notamment Journal of Material Culture, depuis mars 1996 (édité par Sage) ; Material Culture Review, (...)
  • 15 C. Tilley & alii, Handbook of Material Culture, London, Sage, 2006. Dan Hicks, Mary C. Beaudry (éd. (...)

8L’anthropologie, à la suite de l’archéologie, s’intéresse à la culture matérielle, et contribue, dans le monde anglo-saxon comme en France, à renouveler les recherches en ce domaine. Mais celles ci ont pris un essor particulièrement important aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne à tel point qu’on y consacre des périodiques14 et que l’on y rédige des manuels15.

  • 16 Daniel Miller, Material Culture and Mass Consumption, Oxford, Basil Blackwell, 1987.
  • 17 Daniel Miller (éd.), Home Possessions – Material Culture behind Closes Doors, Oxford, Berge, 2001.
  • 18 Jean-Pierre Warnier, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, (...)
  • 19 Céline Rosselin, Marie-Pierre Julien, La culture matérielle, Paris, La Découverte, 2005. Des mêmes (...)

9Daniel Miller a joué un rôle important depuis un quart de siècle dans cette direction, associant l’étude de la culture matérielle à celle de la consommation de masse16. Plus récemment, il s’est intéressé à la culture matérielle dans le cadre familial de la maison, utilisant le concept heuristique de « home possessions »17. En France aussi des publications montrent le regain d’intérêt pour la culture matérielle, avec un travail de théorisation, comme celui de Jean Pierre Warnier, qui met l’accent sur la matérialité des objets en rapport avec les techniques du corps, suivant ainsi les pistes ouvertes par Marcel Mauss et renversant la vision d’une aliénation des hommes par les objets18. Les travaux sont aujourd’hui suffisamment nombreux pour susciter une synthèse récente19. Est-ce que parmi ces travaux certains font une place à la culture matérielle de l’enfance, et qu’apporte cette notion aux recherches d’histoire et de sociologie de l’enfance ?

La culture matérielle de l’enfance : historiographie et nouvelles approches

Place et statut de l’objet dans l’historiographie de l’enfance

  • 20 Alfred Franklin, La vie privée d’autrefois. L’Enfant, la layette, la vie de famille, les jouets et (...)
  • 21 Léo Claretie, Les jouets. Histoire. Fabrication, Paris, ancienne maison Quantin, [1893], IV-325 p., (...)
  • 22 Henri René d’Allemagne, Histoire des Jouets, Paris, Hachette, [1902], 318 p., 103 pl. h.t., 222 vig (...)

10Les historiens n’ont pas négligé l’étude de l’environnement matériel des enfants sans toutefois l’approcher dans une optique culturelle. C’est le cas d’Alfred Franklin qui s’est intéressé dès 1896 à la layette et aux jouets20, ou de Léo Claretie21 et Henri René d’Allemagne, ses contemporains, qui ont jeté les bases d’une histoire des jouets22. Mais leur appréhension des objets relevait de la passion du collectionneur, s’apparentant à un recueil d’anecdotes.

  • 23 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960, 2ème édition (...)
  • 24 Dominique Julia, Egle Becchi (éd.), Histoire de l'Enfance en Occident. 1. De l’Antiquité au xviie s (...)

11Avec Philippe Ariès23, l’enfant entre dans les nouveaux objets de la recherche historique, épistémologiquement situé dans une histoire des mentalités, ce qui conduit à supposer que la culture matérielle n’est pas au centre de cette histoire, même s’il prend en compte des représentation d’objets, notamment du costume. Les jouets n’interviennent qu’en tant qu’accessoires de jeu, mais ne sont pas pensés. Après Philippe Ariès, les historiens de l’enfant et de l’enfance ont fait une place nouvelle – quoique très modeste – à leurs objets, comme en témoigne pour la France l’ouvrage dirigé par Dominique Julia et Egle Becchi dont un chapitre est consacré au jouet24.

  • 25 Karin Calvert, Children in the House. The Material Culture of Early Childhood, 1600-1900, Boston, N (...)
  • 26 Ibid., p. 15.
  • 27 Pascale Garnier, Ce dont les enfants sont capables. Marcher, xviiie siècle, travailler, xixe siècle (...)
  • 28 Joanna Sofaer Derevenski, Children and Material Culture, London & New York, Routledge, 2000.

12C’est néanmoins dans les pays anglo-saxons que la notion de culture matérielle de l’enfance apparaît. Dans l’ouvrage de Karin Calvert, Children in the House. The Material Culture of Early Childhood, 1600-190025, elle figure explicitement dans le titre, sans être pour autant conceptualisée. La démarche de l’auteur se résume à prendre en compte les objets – berceaux, meubles, vêtements, jouets – dans une recherche historique également attentive aux sources textuelles et iconographiques. En utilisant lettres, journaux, autobiographies, manuels de puériculture, portraits et objets, l’auteur vise simplement à des descriptions détaillées de la vie quotidienne des enfants d’Amérique aux xviie, xviiie et xixe siècles, différenciées suivant les classes sociales et le genre. À propos de la culture matérielle, elle se limite à constater : « Adults designed, produced, and purchased the material goods used by children, structured their time and their environnement, and defined the recognized stages of development and the appropriate image for each stage26 ». Elle perçoit bien que cet environnement matériel des enfants n’est pas seulement adressé à des enfants dont les besoins et les caractéristiques seraient bien connues, mais contribue à créer l’enfance et les compétences enfantines telles qu’on les imagine à une époque donnée. C’est ce que montrera Pascale Garnier dans sa thèse en analysant les débats sur les capacités des enfants depuis le xviiie siècle27. Plus récemment, l’ouvrage dirigé par Joanna Sofaer Derevenski, Children and Material Culture, nous offre un panorama de recherches archéologiques concernant les enfants de la préhistoire, de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge anglo-saxon28. Nous retrouvons là l’usage consacré de la notion de culture matérielle, avec cependant la volonté nouvelle de créer une Histoire archéologique des enfants et de l’enfance.

  • 29 Voir Michel Manson, Jouets de toujours, de l’Antiquité à la Révolution, Paris, Fayard, 2001.
  • 30 Voir par exemple Michèle Piquard, L’édition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980, Villeurbanne (...)
  • 31 Michel Manson, « Jouets du commerce et consommation enfantine dans la presse française de 1760 à 18 (...)
  • 32 Annie Renonciat (éd.), L'image pour enfants : pratiques, normes, discours (France et pays francopho (...)
  • 33 « Pour une histoire du bonbon comme révélatrice de la culture gourmande de l’enfance occidentale, x (...)
  • 34 Financée par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre d’un appel à projets concernant l’enf (...)
  • 35 Ainsi, dans ses 10èmes journée de sociologie de l’enfance à Lisbonne (27-28 juin 2011), intitulées (...)

13En France, les travaux des années 1970-2000 ont jeté les fondements d’une histoire de la culture matérielle de l’enfance utilisant, comme le voulait Daniel Roche, les sources économiques et sociales et les sources culturelles d’une histoire des représentations29. De même, l’histoire des livres pour enfants émerge dans les mêmes années à travers de nouveaux questionnements et méthodologies qui n’étaient guère présentes dans l’histoire de la littérature « enfantine » telle qu’elle se pratiquait jusque là. Le livre pour enfant devient, comme le jouet, un objet culturel de l’enfance qu’il faut cerner dans sa totalité, texte-image-support, dans ses dimensions éditoriale et économique30, dans ses enjeux éducatifs, dans une histoire nouvelle de la consommation enfantine31. L’image pour enfant n’est plus seulement regardée comme l’expression du génie des artistes mais comme un produit, au sein de contraintes et d’influences multiples, liées à ce destinataire spécifique qu’est l’enfant, ou plus exactement à ses représentations sociales dominantes32. Récemment, un nouvel objet a rejoint les deux précédents dans cette histoire, le bonbon, objet symbolique d’une culture gourmande de l’enfance, qui participe à une alimentation ludique33. Ces approches monographiques d’objets culturels de l’enfance doivent maintenant s’organiser dans une vision plus large de la culture d’enfance. Y contribue une recherche en cours sur « Les biens de l’enfant dans l’espace familial34 ». Pratiques de consommation et de marketing, pratiques éducatives, culture ludique, décor et design de la chambre d’enfant sont les domaines explorés dans cette recherche. Quelques-unes des pistes défrichées sont présentées, parmi les diverses contributions, dans le présent numéro de Strenæ. Ici, histoire culturelle, histoire de l’art et de la littérature et sciences sociales, en particulier la sociologie de l’enfance35, se conjuguent pour apporter données et éclairages inédits sur le domaine. Le spectre est large, mais il est significatif de l’apport heuristique de la notion de culture matérielle de l’enfance.

Perspectives et territoires ouverts dans ce numéro

14Les articles qui suivent explorent certains aspects théoriques, apportent des données empiriques de terrain, éclairent certains mode de conception et de production de biens destinés à l’enfant, dans le passé et aujourd’hui, envisageant un large éventail d’objets depuis le berceau, étudié par Guillaume Garnier, jusqu’aux jeux vidéos que rencontrent les enquêteurs dans les chambres d’enfants contemporaines. Dégageons quelques lignes de force de ces contributions.

15Les auteurs insèrent l’étude de la culture matérielle de l’enfance dans une analyse qui prend en compte les rapports dialectiques reliant la matérialité des objets et les diverses dimensions culturelles qui leur donnent sens. Leurs travaux se démarquent par là même de la pure dimension descriptive de nombre des recherches passées sur la culture matérielle, en ne séparant pas l’étude des objets de celle de leurs réseaux de signification. Pour Antoine Dauphragne, il faut s’intéresser à « l’ambivalence de ces objets [de l’enfance], entre dimension d’usage et signification symbolique ». Selon lui, les recherches récentes sur la culture ludique ont montré que « la fonction et l’usage de l’objet ludique apparaissent indissociables de sa charge symbolique, de sa valeur fictionnelle et de son mode de médiatisation ».

16En s’attachant à expliciter positionnements et ressources théoriques nécessaires à l’investigation de la culture matérielle de l’enfance, Pascale Garnier souligne aussi que la démarche pragmatique d’investigation doit lier étroitement les dimensions technologiques et sémiotiques d’une analyse des objets, ceux-ci renvoyant à nos expériences ordinaires, toujours inscrites dans une culture.
Ainsi s’élabore une réflexion théorique permettant d’appréhender de façon nouvelle la culture matérielle de l’enfance et de mettre en lumière des phénomènes récurrents, spécifiques et constitutifs.

17Dans les études qui suivent les stratégies mises en œuvre dans l’adaptation ou la production d’un objet à destination de l’enfance, déjà bien étudiées par les historiens des livres et des jouets, apparaissent sous de nouveaux éclairages, qui englobent en amont les conditions de la production et en aval celles de la distribution. Dans l’étude sur Alexandre Schanne, Michel Manson étudie le passage de l’activité artistique bohême de ce fils d’un fabricant de jouets au xixe siècle, à une activité de créateur et de directeur de l’entreprise paternelle. Cette transition a été rendue possible par la conjonction de critères esthétiques issus de sa formation aux beaux-arts, de la dimension fonctionnelle acquise dans son apprentissage de l’art industriel et de sa perception des goûts de l’enfance.

18L’enquête d’Inès De La Ville, d’Anne Krupicka et de Cécile Cristau sur le travail actuel de création de chambres d’enfants par la maison Gautier révèle tout à la fois les nouvelles conditions de production d’objets à destination de l’enfance et les modalités de prise en d’un destinataire hybride, la dyade parents-enfants. À elle seule, la conception d’une chambre d’enfant mobilise dès la phase de création les compétences du chef de produit de la marque, d’un directeur de marketing, de plusieurs designers et même des responsables de l’agencement des magasins et de leur décoration, les conditions de distribution étant ainsi prises en compte. Les entretiens auprès de tous ces acteurs ont été complétés par l’étude des catalogues, sites web et articles de presse. Il s’agit là d’une approche particulièrement intéressante et novatrice dans le domaine du marketing des produits pour enfants.

19Gilles Brougère utilise pour sa part le terme d’« adresse » à l’enfant pour explorer ce phénomène, ce qui le conduit à mettre en lumière les rhétoriques à l’œuvre dans cet « adressage » qui vise aussi à séduire, dans certains cas, les parents. La tension originelle, qui traverse toute l’histoire de la culture de l’enfance, entre les deux pôles du divertissement et de l’éducation, prend des aspects contemporains que l’auteur étudie. Montrant que la rhétorique du fun l’emporte aujourd’hui largement sur celle de l’éducation, il en analyse les outils et les modalités de déploiement entre le cute et le cool. Christophe Premat évoquant de son côté des « musées » consacrés en Suède aux personnages d’Astrid Lindgren, constate que le divertissement compose avec une rhétorique éducative ancrée sur le symbole national qu’est devenu Fifi Brindacier. Cette dimension éducative est l’une des caractéristiques de la culture matérielle de l’enfance, qui imprègne jusqu’aux objets en apparence fonctionnels, comme le montre Guillaume Garnier à propos du berceau.

20Plusieurs auteurs attirent notre attention sur la dimension fictionnelle de la culture matérielle de l’enfance, et ses liens étroits avec les phénomènes de transmédiatisation qui caractérisent la culture de masse contemporaine. Antoine Dauphragne, met l’accent sur le rôle stratégique de la fiction qui imprègne les objets ludiques contemporains : « Ils sont porteurs d’une histoire, d’un univers, voire d’un monde imaginaire qui entretient l’illusion de sa complétude ». L’utilisation de personnages, soulignée par Gilles Brougère, relève de cette particularité, de même que le scénario, outil essentiel tout au long du processus d’une conception de mobilier évoqué par Inès de La Ville, Anne Krupicka et Cécile Cristau. Cette dimension est également fondatrice des « musées » suédois déjà cités ou les enfants sont guidés par un « train à histoire » dans un univers qui matérialise et enchante un imaginaire.

21Ces fictions s’inscrivent dans une culture transmédiatique où règnent le phénomène de la licence et les mécanismes des produits dérivés, qu’étudient Gilles Brougère et Antoine Dauphragne. Ce sont là des caractéristiques d’une société de consommation, laquelle, dès le xixe siècle, a multiplié et diversifié les objets destinés à la jeunesse. Dans cette surabondance d’une consommation de masse, les objets culturels de l’enfance circulent avec une grande rapidité, rendant prépondérantes les logiques symboliques, fictionnelles et médiatiques qui s’inscrivent sur des supports aussi différents que les vêtements, l’alimentation, les films, les livres, les jouets, les images, les jeux, le mobilier, etc. Chaque type de support induit sa propre logique dans l’utilisation du référent fictionnel, comme on le voit bien avec ceux qui diffusent des représentations de Titeuf ou d’Hello Kitty. Ainsi, la circulation transmédiatique n’apparaît pas, pour nos auteurs, comme une banalisation sans signification d’images de personnages et d’univers, mais comme un processus dynamique qui sans cesse transforme et réinvente ces univers fictionnels. Investis de fictions enfantines, ces objets de l’enfance suscitent aussi discours et images et participent des systèmes de représentations des sociétés.

22Les objets et lieux du quotidien, berceau, pupitre, et chambres d’enfants, ont donné lieu à des enquêtes sur l’histoire des représentations menées par Guillaume Garnier dans les textes des médecins et des éducateurs, par Françoise Le Bouar à partir d’un texte de Walter Benjamin, et par Oriol Vaz dans la peinture espagnole. Ces recherches montrent que ces objets et ces lieux, loin d’aliéner l’enfant, constituent des espaces et des supports de construction d’identité. Ainsi, le berceau offre au bébé un espace à soi qui lui permet d’échapper au lit familial fusionnel ; le pupitre de l’adulte ou de l’enfant, qui peut devenir « édicule », et prendre des formes très diverses depuis le xive siècle dans les représentations figurées, semble être plus un mobilier rêvé qu’un meuble véritable. Quoi qu’il en soit, il nous introduit dans une réflexion sur le rapport de l’enfant à l’espace, à un lieu « du dialogue avec soi-même … signe tangible d’une émancipation ». Mais cet espace est l’aboutissement d’une longue conquête historique, dégageant progressivement une pièce entière pour l’enfant, selon une chronologie différente suivant les pays. Oriol Vaz étudie ici l’exemple de l’Espagne. Même si le peintre Goya a pu imaginer dès la fin du xviiie siècle tout un décor de tapisseries destinées à une chambre d’enfants princiers, sous les regards des peintres, que l’auteur analyse finement, cette pièce demeure longtemps froide et impersonnelle, obéissant à des codes culturels et sociaux qui laissent peu de place à l’enfance. Ce n’est qu’au début du xxe siècle qu’on y voit vivre de véritables enfants et encore cette conquête ne concerne, semble-t-il à ce moment-là, que la Catalogne.

23Ces quelques remarques n’épuisent pas les richesses méthodologiques et les idées qui surgissent de la confrontation de recherches venues d’horizons théoriques très différents. Mais, nous espérons avoir convaincu le lecteur que la culture matérielle de l’enfance est un terrain d’aventures dans lequel il serait bon que beaucoup de chercheurs nous rejoignent.

Haut de page

Notes

1 Nous n’emploierons pas l’expression de « culture enfantine » pour désigner une culture en grande partie élaborée par les adultes. C’est à dessein que nous utilisons « de l’enfance » qui préserve cette ambiguïté.

2 Voir notamment l’article de Danièle Alexandre Bidon, « Activités … quotidiennes et culture … matérielle ? », Questes, no 15, coordonné par Irène Fabry et Cécile Le Cornec, sur « Les activités quotidiennes », septembre 2008.

3 Krzysztof Pomian, « Histoire culturelle, histoire des sémiophores », dans Sur l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 1999, p. 200 sqq.

4 Ce qui suit s’appuie sur Jean-Marie Pesez, « Histoire de la culture matérielle », dans Jacques Le Goff, Roger Chartier, Jean François Revel, La Nouvelle Histoire, Paris, 1978, réédité en 1988 par les éditions Complexes (nouveau tirage en 2006, p. 1991-227), repris dans Jean-Marie Pesez, Archéologie du village et de la maison rurale au Moyen-Âge, Lyon, CIHAM/Presses universitaires de Lyon, 1998.

5 Fernand Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, 1967, qui deviendra le premier tome de Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, t. I, Les structures du quotidien : le possible et l’impossible, Armand Colin, 1979.

6 J.-M. Pesez, ibid., p. 200.

7 Daniel Roche, Le Peuple de Paris, essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier, 1981.

8 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, xviie-xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989.

9 Daniel Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, xviie-xixe siècle, Paris, Fayard, 1997, Introduction, « Culture et civilisation matérielle », p. 9.

10  Ibid., p. 184.

11 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-xixe siècle, Paris, 1982 ; Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, 1994, réédition, Flammarion, coll. « Champs », 2000. Voir Alain Corbin, Historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000.

12 Daniel Roche, Histoire des choses banales, p. 16.

13 Ibid., p. 17.

14 Notamment Journal of Material Culture, depuis mars 1996 (édité par Sage) ; Material Culture Review, Cape Breton University (Canada), qui prend la suite de Material History Review.

15 C. Tilley & alii, Handbook of Material Culture, London, Sage, 2006. Dan Hicks, Mary C. Beaudry (éd.), The Oxford Handbook of Material Culture Studies, Oxford, Oxford University Press, 2010.

16 Daniel Miller, Material Culture and Mass Consumption, Oxford, Basil Blackwell, 1987.

17 Daniel Miller (éd.), Home Possessions – Material Culture behind Closes Doors, Oxford, Berge, 2001.

18 Jean-Pierre Warnier, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

19 Céline Rosselin, Marie-Pierre Julien, La culture matérielle, Paris, La Découverte, 2005. Des mêmes auteurs : Le sujet contre les objets … tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS, 2009.

20 Alfred Franklin, La vie privée d’autrefois. L’Enfant, la layette, la vie de famille, les jouets et les jeux, Paris, Plon, 1896.

21 Léo Claretie, Les jouets. Histoire. Fabrication, Paris, ancienne maison Quantin, [1893], IV-325 p., 13 pl.h.t.

22 Henri René d’Allemagne, Histoire des Jouets, Paris, Hachette, [1902], 318 p., 103 pl. h.t., 222 vignettes in texte.

23 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960, 2ème édition Le Seuil, 1973.

24 Dominique Julia, Egle Becchi (éd.), Histoire de l'Enfance en Occident. 1. De l’Antiquité au xviie siècle ; 2. Du xviiiesiècle à nos jours, Paris, éd. du Seuil, 1998, 2e éd.

25 Karin Calvert, Children in the House. The Material Culture of Early Childhood, 1600-1900, Boston, Northeastern University Press, 1992.

26 Ibid., p. 15.

27 Pascale Garnier, Ce dont les enfants sont capables. Marcher, xviiie siècle, travailler, xixe siècle, nager, xxe siècle, Paris, Éditions Métaillé, 1995.

28 Joanna Sofaer Derevenski, Children and Material Culture, London & New York, Routledge, 2000.

29 Voir Michel Manson, Jouets de toujours, de l’Antiquité à la Révolution, Paris, Fayard, 2001.

30 Voir par exemple Michèle Piquard, L’édition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2004.

31 Michel Manson, « Jouets du commerce et consommation enfantine dans la presse française de 1760 à 1860 : de l’information au débat », chapitre 5 de L’Enfant consommateur. Variations interdisciplinaires sur l’enfant et le marché, coordonné par Valérie-Inès de La Ville, Paris, Vuibert, 2005, p. 91-103.

32 Annie Renonciat (éd.), L'image pour enfants : pratiques, normes, discours (France et pays francophones, xvie-xxe siècles), Poitiers (MSH), La Licorne, 2003.

33 « Pour une histoire du bonbon comme révélatrice de la culture gourmande de l’enfance occidentale, xvie-xxe siècles », dans Gilles Brougère et Valérie-Inès de La Ville (dir.), On ne joue pas avec la nourriture ! Enfance, divertissement, jeu et alimentation : entre risques et plaisirs, Les Cahiers de l’Ocha, no 16, décembre 2011, p. 24-34.

34 Financée par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre d’un appel à projets concernant l’enfance, cette recherche est pilotée par l’Université Paris 13 (laboratoire EXPERICE), en association avec le Musée National de l’Éducation (CNDP) et l’Université de Poitiers (laboratoire CEREGE).

35 Ainsi, dans ses 10èmes journée de sociologie de l’enfance à Lisbonne (27-28 juin 2011), intitulées « La sociologie de l’enfance à l’épreuve de ses nouveaux objets », le Comité de Recherche Sociologie de l’enfance de l’Association internationale des sociologues de langue française, a fait place à une atelier sur  « La sociologie de l’enfance à l’épreuve de la culture matérielle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson et Annie Renonciat, « La culture matérielle de l’enfance : nouveaux territoires et problématiques », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://strenae.revues.org/750

Haut de page

Auteurs

Michel Manson

Professeur émérite de l’Université Paris 13, laboratoire EXPERICE.

Articles du même auteur

Annie Renonciat

Professeur des universités ENS Lyon – Musée national de l’Éducation/CNDP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org