Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Dossier Ségur

Sophie Heywood, Catholicism and Chidren’s Literature in France. The comtesse de Ségur (1799-1874)

Rémi Saudray
Référence(s) :

Sophie Heywood, Catholicism and Chidren’s Literature in France. The comtesse de Ségur (1799-1874),Manchester University Press, coll. « Studies in Modern French History », 2011, 240 p., 75 €

Texte intégral

1Il s’agit de la version publique d’une thèse de doctorat présentée à l’université d’Édimbourg. L’étude commence par une introduction exposant les enjeux de ce travail qui se développe ensuite en cinq chapitres formant comme des tableaux à la fois autonomes et complémentaires. Le premier chapitre est une présentation de la biographie de l’auteur ; le second propose une étude des personnages classés en trois types principaux (les nobles, les saints et les délinquants) ; le troisième analyse les relations de l’auteur avec son éditeur et son public ; le quatrième s’interroge sur la place de la comtesse de Ségur dans la « guerre culturelle » qui oppose à cette époque courants libéraux et courants conservateurs ; le dernier chapitre enquête sur la réception de l’œuvre et tente de situer la comtesse de Ségur dans la problématique féministe.

2Sophie Heywood s’intéresse à l’œuvre en tant qu’expression d’un auteur. La problématique est plus historique que littéraire, elle porte essentiellement sur la question de la place et la fonction de la comtesse de Ségur dans l’histoire des mentalités françaises. En cela, Sophie Heywood fait entrer sa recherche dans un type d’études spécifique à la critique anglo-saxonne : la « new biographie ». Cette méthode appartient au champ des études féministes du genre (« gender studies ») ; elle se donne pour but de saisir, à travers le destin de femmes exceptionnelles, les stratégies au moyen desquelles les femmes, au xixe siècle, ont pu transgresser les codes qui leur assignaient une place limitée à l’ordre domestique. Mais Sophie Heywood insiste sur le paradoxe qui fonde sa démarche : la comtesse de Ségur est bien différente des « héroïnes » habituellement choisies pour ce type d’études féministes, car elle peut bien être considérée comme la plus conservatrice des femmes – quoique la critique française se soit attachée, depuis une trentaine d’années, à mettre en lumière la complexité, voire l’ambiguïté des significations de sa création littéraire.

Biographie

3Le premier chapitre, consacré à la biographie semblerait a priori présenter un intérêt limité pour un lecteur francophone, les récits de la vie de la comtesse de Ségur s’étant multipliés, au gré du goût du grand public pour ce type d’ouvrage. Cependant Sophie Heywood aborde cette question selon une problématique qui en renouvelle l’intérêt : non seulement dire qui était Mme de Ségur pour la faire connaître au public anglo-saxon, mais surtout s’interroger sur la question de la construction du mythe de la grand-mère idéale soigneusement élaboré par les premiers biographes (les membres de la famille Ségur, concernés directement par la figure d’aïeule tutélaire qu’ils composaient), mais aussi par Mme de Ségur elle-même, qui donne la place dans son œuvre littéraire à un projet autobiographique.

4La biographie composée par Sophie Heywood se fonde donc à la fois sur des faits et sur des textes, les uns et les autres s’éclairant réciproquement. C’est ainsi par exemple que Sophie Heywood peut établir, en s’appuyant sur la correspondance privée d’Élise Veuillot que le modèle de Mme Fichini est bien la comtesse Rostopchine.
Le chapitre se découpe selon six périodes ou points de vue : l’exil, l’épouse et la mère, l’étrangère, la conversion, la grand-mère. Prenons pour exemple le troisième point : il donne une idée précise du travail de Sophie Heywood. Tout en présentant précisément Eugène de Ségur, Sophie Heywood s’attache à montrer comment l’œuvre et les biographes vont parvenir à effacer l’image du mari. Eugène de Ségur, libéral et libertin, était le seul non-converti du noyau familial, et il était en quelque sorte nécessaire de le faire disparaître pour que la comtesse de Ségur devienne une figure idéale de la maternité, il fallait gommer son statut d’épouse pour ne retenir que « l’idéale grand’mère ». Cette figure symbolise la place dévolue à la femme, dans la société de son temps.

5Mais en même temps, comme Sophie Heywood le démontre dans l’étude de la dernière période de sa vie, en accédant au statut d’auteur – quelque limitée qu’ait été sa visée, puisqu’elle n’est, malgré tout, que la plus illustre représentante d’un courant littéraire très mineur connu sous le nom de « littérature des gouvernantes » – Mme de Ségur est parvenue à s’affirmer comme une femme autonome financièrement (émancipée légalement par son époux, puis libérée par le veuvage), libre de voyager, libre de s’inventer une place nouvelle dans la société. Une femme moderne.

Nobles, saints et délinquants : construction de l’enfance dans l’œuvre de Mme de Ségur

6Le second chapitre commence par une étude du contexte dans lequel est apparu l’œuvre de la comtesse de Ségur. Toutes les conditions sont réunies au milieu du xixe siècle pour que se développe une littérature d’enfance. D’abord parce que la société a pris conscience au cours du siècle des Lumières des besoins spécifiques de l’enfant, d’autre part parce que les progrès dans le niveau de vie des classes moyennes a permis l’apparition d’un formidable marché potentiel que les maisons d’éditions vont s’empresser d’exploiter. Dans le même temps, l’Église s’inquiète de l’influence jugée pernicieuse d’une littérature bon marché ou d’obédience protestante qui touche un public jugé fragile, et craint que les idées révolutionnaires ne se répandent par son canal. C’est pour pallier ce danger que se crée le mouvement des « bons livres » par lequel les catholiques tentent de reprendre leur prérogative traditionnelle sur l’éducation.

7Sophie Heywood pose la question de savoir dans quelle mesure on peut considérer que l’œuvre de la comtesse de Ségur, tout en étant préconisée par le courant réactionnaire, participe de la modernisation de la société. Selon elle, comme Hetzel ou Jules Verne, et bien que représentant un courant politique diamétralement opposé à eux, Mme de Ségur (comme d’autres écrivains catholiques) a joué un rôle dans la transformation de la littérature d’enfance, en particulier parce que les idées de la comtesse de Ségur sur l’éducation sont modernes – au moins selon son point de vue.

8Pour repérer la façon dont l’œuvre s’adapte aux problèmes du temps et évolue selon les besoins qui se font jour en matière de littérature de jeunesse, Sophie Heywood choisit ensuite de définir trois époques dans la production ségurienne, identifiées par trois types littéraires de l’enfant : le noble, le saint et le délinquant.

9Le noble, c’est le héros des Nouveaux contes de fées, de la trilogie de Fleurville. C’est aussi le côté « dix-huitième siècle » de la comtesse de Ségur : on donne en exemple aux lecteurs de jeunes aristocrates qui sont des modèles de vertu chrétienne. Mais Sophie Heywood signale la façon moderne d’utiliser une vieille recette : ces héros nobles sont aussi des personnages réalistes, car l’auteur sait que les leçons de morale n’auront d’effet qu’à la condition que l’histoire soit captivante. Sophie Heywood fait remarquer aussi comment le style est adapté spécifiquement au lectorat : la comtesse de Ségur décide de « parler enfant » et non de parler aux enfants.

10Les livres de la comtesse de Ségur ne comportent pas seulement un discours éducatif, ils comportent également un discours sur l’éducation. Sophie Heywood montre que la comtesse de Ségur préconise une éducation douce, s’opposant systématiquement à tous les châtiments corporels encore très largement utilisés à son époque, encourage l’exercice physique pour les petites filles.

11L’apparition du second type de caractère, le saint, est liée à la volonté (instillée par la critique de Louis Veuillot parue dans L’Univers en décembre 1859) de toucher un public plus large, appartenant à la moyenne bourgeoisie (le prix élevé de ces romans ne pouvant laisser croire qu’ils avaient pour objectif de toucher un public vraiment populaire). Mémoires d’un âne, Pauvre Blaise, Jean qui grogne et Jean qui rit, la Sœur de Gribouille, L’Auberge de l’Ange-Gardien et Le Général Dourakine : autant de titres où la comtesse de Ségur montre qu’elle a su évoluer vers des héros qui appartiennent au peuple des petites gens. L’enfant saint – Sophie Heywood fait un rapprochement inattendu et très éclairant entre l’idiot Gribouille et Bernadette Soubirous la visionnaire – est le porte-parole de l’auteur, il donne un exemple qui a pour fonction de convertir les protagonistes du roman (par exemple Jules de Trénilly) et, par-delà, ses petits lecteurs.

12Dans la dernière période apparaît le type du délinquant, qui exprime l’inquiétude du courant catholique ultramontain – et donc l’influence grandissante de Mgr de Ségur sur la production de sa mère – devant l’évolution de la société, le tournant libéral pris par la politique impériale, les changements liés à l’industrialisation, et peut-être, paradoxe inattendu, à la propagation de l’instruction dans toutes les classes de la société. À cette époque, l’enfant fait peur aux conservateurs. L’image de Gavroche sur les barricades vient recouvrir celle de l’ange aux boucles blondes et aux yeux limpides. L’exemple de La Fortune de Gaspard permet à Sophie Heywood de montrer à quel point la comtesse de Ségur se méfie de l’attrait de l’argent, dénonce les valeurs matérialistes qui, selon elle, sont les ferments de la Révolution. Gaspard, qui n’est pas tout à fait un délinquant (comme le sera Alcide du Mauvais génie, lui aussi entièrement possédé par son désir de jouissance matérielle) est au dénouement du livre sauvé par l’exemple d’une figure de l’enfant saint, Mina Frölichein, parfaite catholique.

Les tribulations d’un auteur : écriture, censure et lectorat à l’époque du Second Empire

13Le troisième chapitre, consacré à un portrait de la comtesse de Ségur en tant qu’auteur, commence par dresser un état des lieux du contexte politique dans lequel se développe la littérature d’enfance à l’époque du Second Empire. Un contexte qui donne à la fois de formidables opportunités de développement à l’industrie du livre et qui en même temps exerce une censure extrêmement vigilante sur les auteurs. La comtesse de Ségur s’est-elle aisément soumise à cette censure, ou bien a-t-elle tenté de s’en affranchir ? C’est l’étude de ses relations avec son éditeur et de la réception de son œuvre qui permet à Sophie Heywood d’éclairer cette question.

14Après avoir fait un rapide historique de la maison Hachette, Sophie Heywood définit sa politique éditoriale. D’abord pour rappeler que le monopole conquis par cette maison sur les librairies de gare fut tout de même limité par le fait que cette distribution ait été assimilée à celle du colportage, soumise à la plus stricte censure, puisque le colportage est a priori soupçonné d’être le lieu de transmission des idées subversives et révolutionnaire. La maison Hachette, pour se mettre à l’abri de toute interdiction, se conforme donc à des règles similaires à celles qui régissent le plus important éditeur catholique du temps, la maison Mame. En outre, comme la comtesse de Ségur s’adresse notamment aux petites filles, un lectorat, qui, selon les idées de l’époque, doit être particulièrement protégé (c’est bien le point de départ de Flaubert dans Madame Bovary de montrer quelle influence néfaste peuvent avoir les romans sur les sensibilités fragiles des jeunes filles) sa production devait être scrupuleusement censurée.

  • 1 . Sophie Heywood souligne très judicieusement le fait que Mme de Ségur se présente dans sa fameuse (...)

15Sophie Heywood montre comment la comtesse de Ségur parvint à s’affirmer en dépit de ces circonstances (auxquelles s’ajoute le fait qu’elle était un auteur débutant, et non un écrivain confirmé) comme un auteur à part entière – sans discrimination liée à son statut de femme1. Très à propos, Sophie Heywood cite la critique du Journal des demoiselles qui montre que – comme l’avait prévu le comité de lecture de la maison Hachette — les scènes de violence liées au caractère de Mme Fichini ont choqué. Sophie Heywood insiste sur le fait que toute une partie de la création ségurienne (notamment parce qu’elle est nourrie par des souvenirs d’enfance) n’a rien de conventionnel, et qu’elle a pu heurter l’esprit bien-pensant, avec ses accès de violence ou sa liberté de ton (à en juger selon les critères de l’époque) dans sa représentation des relations sentimentales. Et d’un autre côté que cette production peut exprimer des idées ultramontaines et conservatrices qui s’opposeront au tournant libéral que prendra la politique impériale.

16La comtesse de Ségur est parvenue à associer de façon particulièrement habile les deux enjeux apparemment contradictoires de la Bibliothèque rose : produire une littérature moralisante et qui soit donc acceptée par la censure, produire une littérature distrayante et qui se vende donc bien. Et son talent en fit l’auteur qui tirait toute la collection, ce qui lui donnait une certaine forme d’autorité sur l’éditeur. De plus, la célébrité de son nom, auréolé d’une noblesse antique et de ferveur catholique (elle est la mère de Mgr de Ségur) offrait une sorte de garantie de moralité au public qui servait les intérêts de la librairie.

17Sophie Heywood dresse le portrait d’un éditeur tout puissant qui s’efforce d’exploiter son auteur en exigeant une production toujours plus importante, d’un auteur qui s’efforce d’exploiter son éditeur en augmentant régulièrement ses exigences de rétribution, qui s’efforce aussi constamment d’avoir la maîtrise totale de sa création, mais qui doit régulièrement se soumettre (notamment à propos de l’illustration) aux choix de l’éditeur. Même si les relations entre Émile Templier et Mme de Ségur évoluent vers une cordialité de plus en plus amicale, le rapport de force ne disparaît jamais, et s’exprimera même de plus en plus fortement parce que la comtesse de Ségur tend à exprimer un message de moins en moins conforme au discours attendu.

18Sophie Heywood montre que le conflit à propos de l’illustration de sa Bible d’une grand’mère n’a rien d’anecdotique, qu’il exprime en fait des divergences profondes entre le projet de la comtesse de Ségur et celui de son éditeur. Du côté de l’auteur la volonté d’une œuvre missionnaire d’évangélisation des masses populaires, selon les principes ultramontains – les illustrations doivent exprimer un sentiment religieux –, du côté de l’éditeur la volonté de publier une œuvre destinée à la bourgeoisie aisée – dont les illustrations auraient une valeur documentaire.

19Les cas de La Fortune de Gaspard (seul livre dont le sujet ait été proposé par l’éditeur) et de Après la pluie le beau temps permettent également de montrer comment la censure de l’éditeur s’exerce pour exiger de la comtesse de Ségur un discours qui ne puisse choquer les sensibilités républicaines.

La guerre culturelle

20 Ce chapitre se donne pour but d’apprécier quel rôle la comtesse de Ségur a tenu dans la stratégie du mouvement ultramontain. Pour le discerner, Sophie Heywood commence par faire un état rapide de la situation de la religion catholique en France au tournant du xixe siècle. Elle rappelle que dans le conflit tantôt sourd tantôt ouvert qui oppose depuis la Révolution les catholiques et les anticléricaux, nous sommes à un moment de renouveau catholique très actif. Mais en même temps, elle montre combien les catholiques sont loin de présenter un front uni : les gallicans s’opposent aux ultramontains, et parmi les ultramontains, il existe une dissension entre les libéraux et les partisans intransigeants du pape, dont les champions sont Eugène Veuillot du côté des laïcs et Mgr de Ségur du côté des prélats. À travers la question plutôt anecdotique des relations entre les Veuillot et les Ségur, Sophie Heywood tente de saisir l’esprit d’un des mouvements idéologiques qui définissent le Second Empire.

21Elle commence son analyse par une enquête détaillée sur la personnalité de Gaston de Ségur. Elle fait le portrait de l’enfant doux chéri par sa mère, de l’adolescent efféminé qui déçoit les ambitions de son père, et montre comment la vocation religieuse (qui doit beaucoup à l’influence de la grand-mère Rostopchine) métamorphose cet être falot en une personnalité charismatique qui prend un ascendant irrépressible sur toute sa famille – à l’exception du comte de Ségur, qui considère ses trois fils, tous engagés dans le mouvement ultramontain, comme des fanatiques, et qui ne supporte pas Louis Veuillot. Sophie Heywood explique comment la vocation missionnaire de Gaston détermine une nouvelle stratégie familiale. Gaston de Ségur, aidé par ses frères Anatole et Edgar, a l’ambition de faire de la famille Ségur une arme de la reconquête par l’Église du pouvoir temporel. Convaincu que c’est l’adhésion de l’aristocratie aux idées des Lumières qui a rendu possible la Révolution, il a la volonté de refonder sa dynastie sur les valeurs du Grand Siècle et prépare la restauration d’une monarchie légitimiste. Mais, bien conscient que la société de son temps est profondément transformée par les effets de l’industrialisation, il est aussi convaincu que le combat des idées ne pourra être gagné que par le parti qui réussira à gagner les masses populaires.

22  Ensuite Sophie Heywood analyse les relations qui unissent la comtesse de Ségur à Louis Veuillot. Elle montre comment Veuillot s’agrège à la famille Ségur (il appelle Mme de Ségur « Maman Ségur ») et à quel point en retour Mme de Ségur s’enthousiasme pour le journaliste célèbre et adhère à sa vision conservatrice de la société. Sophie Heywood montre finement comment la correspondance entre Veuillot et Mme de Ségur permet à celle-ci de révéler un talent littéraire qui ne se découvre ni dans la partie connue de sa correspondance, ni dans son œuvre publiée : un goût pour le style piquant.

23Sophie Heywood explique comment la sympathie réciproque de Mme de Ségur et de Louis Veuillot permet la création informelle d’une sorte de cellule de combat ultramontaine – Veuillot les nomme « les Bacquois », car ils habitent tous autour de la rue du Bac à Paris. Ils se réunissent tous les mardis chez Mme de Ségur, profitant de l’absence du comte de Ségur, qui est à un dîner d’affaires hebdomadaire. Cette soirée chez Mme de Ségur offre une occasion parfaite à Louis Veuillot pour propager ses idées. Sophie Heywood montre aussi par des exemples précis à quel point Mme de Ségur a pu être un appui inconditionnel pour Louis Veuillot lorsque celui-ci est attaqué par les catholiques libéraux. Le zèle veuillotiste de Mme de Ségur a d’ailleurs pu parfois embarrasser Mgr de Ségur dans ses manœuvres diplomatiques pour gagner le clergé sulpicien aux idées ultramontaines.

24Sophie Heywood nous permet de comprendre pour quelle raison Mme de Ségur a écrit à la fin de l’année 1858 Le Livre de Messe des Petits-Enfants : c’est sa participation au combat que le parti ultramontain (et tout particulièrement Mgr de Ségur) mène depuis plusieurs années pour l’adoption de la liturgie romaine, un point essentiel pour marquer l’abandon des conquêtes du Concordat et les particularités gallicanes.

25La place de Mme de Ségur dans cette guerre culturelle – pour laquelle elle s’enthousiasme d’autant plus facilement qu’elle lui donne l’occasion d’exprimer son tempérament fougueux – a évolué. Sophie Heywood explique que son statut de femme la confine d’abord à un rôle d’arrière-garde : elle est « Maman Ségur », une matriarche qui a pour fonction d’accueillir et de réconforter les combattants. Mais cette fonction subalterne évolue d’une façon inattendue. C’est que la jeunesse est un enjeu majeur pour les catholiques. L’action missionnaire est tout particulièrement tournée vers l’enfance et la jeunesse. Parmi les catholiques, les ultramontains se montrent très dynamiques. Mgr de Ségur a publié de nombreux opuscules destinés à l’édification des enfants, son frère Anatole a publié des fables, Louis Veuillot a lui-même tenté avec son frère Eugène de lancer un périodique pour enfants. La contribution de Mme de Ségur à la diffusion des idées ne pouvait donc être tenue pour mineure. Et d’ailleurs, Louis Veuillot en viendra à considérer sa vieille amie comme l’auteur le plus important parmi les Ségur – et il vit juste, puisqu’elle la seule dont l’œuvre soit encore lue.

26Sophie Heywood pose la question de savoir dans quelle mesure Mgr de Ségur a pu influencer la création de la comtesse pour exprimer ses propres idées. Elle souligne que, paradoxalement, sa censure est beaucoup moins sévère que celle de l’éditeur : quoique Mme de Ségur ait l’habitude de soumettre ses manuscrits à ses enfants, jamais ceux-ci ne lui reprochent les accès de sentimentalité ou de violence (Mgr de Ségur l’encourage même à faire fusiller Alcide du Mauvais génie !), en revanche il exerce une censure vétilleuse sur ses adaptations des Écritures, qui montre que cette partie de l’œuvre revêt une importance capitale pour Mgr de Ségur dans l’offensive de conversion de la jeunesse.

27Sophie Heywood signale aussi que Louis Veuillot peut avoir eu une influence déterminante dans le choix de héros tels que Gribouille ou Blaise, Pauvre Blaise étant une sorte d’apologue illustrant parfaitement ses idées sur la fonction de l’aristocratie dans la société française. D’ailleurs, Sophie Heywood conclut ce chapitre en montrant comment les textes du clan Ségur/Veuillot renvoient les uns aux autres et comment ces auteurs se rendent utiles les uns aux autres dans les relations avec les éditeurs, dans leur conquête de succès commercial.

Filles modèles et femmes divines : lire la comtesse de Ségur

28Ce dernier chapitre pose la question du féminisme de la comtesse de Ségur. Une question particulièrement complexe, que Sophie Heywood éclaire par une enquête extrêmement attentive et nuancée. Elle commence par noter que l’œuvre de la comtesse de Ségur s’est ancré dans un public essentiellement féminin – qui n’était d’ailleurs pas la visée originelle de l’auteur. Elle souligne ensuite que l’image qu’on se fait de cette œuvre s’est cristallisée autour du type de « la petite fille modèle ». En tant qu’auteur spécifiquement féminin et en tant que créatrice du mythe de la petite fille bourgeoise, pieuse et obéissante, la comtesse de Ségur est en quelque sorte le parangon – et l’ultime survivante – de la « littérature de gouvernante ». Or les auteurs de ce genre littéraire (en France, Julie Gouraud, Zénaïde Fleuriot, Victorine Monniot, etc.) sont dans une situation paradoxale : certes, ce sont des femmes qui conquièrent un statut social hors du cercle domestique, mais en même temps elles sont dénigrées en tant que productrices d’une littérature très mineure, sentimentale et moralisatrice, qui assigne aux filles un rôle limité aux sphères de la maternité et de l’éducation.

29Dans le cas particulier de Mme de Ségur, si la question du discours sur les femmes gagne encore un degré dans la complexité, c’est que depuis les années 1980, le personnage emblématique de sa création n’est plus « la petite fille modèle », mais « la petite fille moderne », cette Sophie qui bouscule les conventions.

30Sophie Heywood démine le débat en montrant qu’il est nécessaire de commencer par une réévaluation des auteurs de la littérature de gouvernante. Elle montre que la littérature de gouvernante a connu un renouveau au milieu du xixe siècle. Le mouvement des « bons livres » démode des auteurs qui ont dominé le marché de la littérature d’enfance. Des auteurs nouveaux s’affirment. Les nouvelles « gouvernantes » sont des auteurs ouvertement catholiques qui élaborent des stratégies différentes pour échapper aux sarcasmes dont étaient habituellement victimes les « gouvernantes ». Mme de Ségur a construit de façon très calculée l’image de l’auteur qu’elle a voulu donner au public. Pour échapper au stéréotype de la vieille fille ou du bas-bleu, elle se présente toujours sous la figure idéalisée d’une grand-mère consacrant sa vie à ses petits-enfants et n’écrivant que pour eux.

31La question de savoir comment l’œuvre de la comtesse de Ségur a été reçue par son lectorat est à la fois fondamentale et insoluble, à cause de l’absence quasi complète de documents sur lesquels fonder l’analyse. Mais on peut du moins s’efforcer de percevoir quelles étaient les visées des œuvres destinées aux filles à cette époque. Sophie Heywood montre que la lecture était présentée comme une activité sérieuse (souvent menée sous la direction de la mère ou de la gouvernante). Elle montre que, parce que les « bons livres » avaient une fonction d’éducation morale et spirituelle, les auteurs utilisaient avant tout le canal de l’émotivité. D’où l’accusation de mièvrerie qu’on a souvent portée plus tard sur ces œuvres. Mais gagner les cœurs était l’une des stratégies essentielles du renouveau catholique, et les larmes étaient le gage de l’efficacité du discours.

32À la fin de sa carrière, la comtesse de Ségur donne elle-même sa vision de la gouvernante à travers le personnage de Cunégonde Primerose d’Après la pluie le beau temps, une vieille fille qui s’occupe de l’éducation de sa cousine Geneviève. Mlle Primerose entend bien faire de Geneviève l’égale de son cousin Georges, elle montre qu’une fille peut être plus instruite qu’un garçon (elle excepte le latin) et qu’elle peut valoir bien davantage. Cependant le destin de Geneviève (et c’était aussi celui de Sophie, quand bien même elle serait la première des « petites filles modernes ») tient dans le mariage et la maternité. Sophie Heywood démontre par cet exemple que la comtesse de Ségur, comme les autres femmes qui ont écrit pour les enfants à son époque, n’entre pas dans les catégories du féminisme. Il n’y a chez elles aucune volonté de subvertir la répartition conventionnelle du rôle social accordé à la femme. Leur volonté de régénérer le catholicisme dans la société française les amène à créer une littérature spécifiquement féminine, car on considérait que le renouveau chrétien passerait par les femmes. Elles s’affirment en tant qu’auteures et fondent le concept de lectorat féminin, ce qui renvoie au féminisme. Mais en même temps elles renforcent la ségrégation des genres.

Un essai magistral

33Cette étude a le double inconvénient d’un prix prohibitif et de réclamer un certain niveau de compréhension de l’anglais écrit. On doit souhaiter qu’une traduction abordable en soit rapidement disponible. C’est en effet un travail d’un intérêt majeur, destiné à devenir une référence incontournable de la bibliographie ségurienne. Basé sur une érudition remarquable qui se réfère tant aux chercheurs anglo-saxons qu’aux chercheurs francophones, présentant nombre de découvertes obtenues à l’occasion de recherches pointilleuses dans des domaines encore incomplètement explorés (archives de l’Institut Catholique, Bibliothèque nationale, etc.), le livre de Sophie Heywood atteint sans nul doute son objectif : faire découvrir un mythe de la littérature française au public anglo-saxon. Mais le livre va beaucoup plus loin que l’ambition annoncée, puisqu’il propose une nouvelle lecture de l’œuvre, une nouvelle vision de l’auteur. Comme le remarque Sophie d’Heywood dès le début de son travail, chercher la vérité de Mme de Ségur est une entreprise vaine, car l’identité d’un auteur est multiple. La comtesse de Ségur de Sophie Heywood n’est donc qu’une des comtesses de Ségur possibles. Mais il sera désormais impossible de prétendre connaître vraiment la comtesse de Ségur sans avoir lu le livre de Sophie Heywood.

Haut de page

Notes

1 . Sophie Heywood souligne très judicieusement le fait que Mme de Ségur se présente dans sa fameuse lettre de protestation à l’éditeur (lettre n11) sur la censure de plusieurs épisodes de son premier roman comme un « auteur », gommant son identité sexuelle pour mieux affirmer le respect qui est due à liberté créatrice (« L’auteur étant homme, peut faillir, le droit de remontrance est sans doute acquis à l’éditeur qui règne en despote sur ses Auteurs […] »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Saudray, « Sophie Heywood, Catholicism and Chidren’s Literature in France. The comtesse de Ségur (1799-1874) », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 15 avril 2014. URL : http://strenae.revues.org/741

Haut de page

Auteur

Rémi Saudray

Professeur de lettres, coordinateur éditorial et responsable de la publication des Cahiers séguriens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org