Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Dossier Ségur

Maialen Berasategui, La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion

Rémi Saudray
Référence(s) :

Maialen Berasategui, La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Mnémosyne », 2011, 220 p., 16 €

Texte intégral

1Le prix Mnémosyne, décerné par l’Association pour le développement de l’histoire et du genre, distingue chaque année sur concours un travail universitaire portant sur l’histoire des femmes et du genre. En 2009, c’est Maialen Berasategui qui a obtenu cette distinction et donc l’opportunité de publier un mémoire de Master 2 rédigé en 2008-2009 sous la direction de Ph. Boutry, à l’université Paris 1–Panthéon Sorbonne.

2En passant dans le domaine public, l’étude a changé de titre : L’art discret de la subversion, voilà qui est plus accrocheur que Construction d’une image et déconstruction d’un parcours, le sous-titre originel du mémoire, qui rendait pourtant mieux compte du propos de Maialen Berasategui.

3Ce travail, situé dans le champ des études de genre, a pour objectif de révéler une image authentique d’une auteure du xixe siècle dont la place est prééminente par la pérennité de son succès et marginale par le genre littéraire auquel elle a confiné son talent. L’étude propose trois perspectives principales : montrer que la comtesse de Ségur est devenue un mythe littéraire, constitué d’un puzzle d’images contradictoires construites à différentes époques ; rendre compte d’un parcours de vie qui donne le contexte dans lequel une femme s’est faite auteure ; analyser la vision du monde exprimée à travers l’œuvre littéraire.

Pour une historiographie ségurienne

4Maialen Berasategui commence par présenter une synthèse des études qui ont été consacrées à la comtesse de Ségur et à son œuvre. Son catalogue ne prétend pas à l’exhaustivité, mais il démontre que notre connaissance de la comtesse de Ségur est constamment orientée par les images de l’auteur qui s’interposent entre l’œuvre et le public. La comtesse de Ségur a successivement été vue comme la grand-mère idéale de tous les petits Français puis comme un marquis de Sade en jupons à proscrire absolument. Toute lecture de l’œuvre est orientée par l’idée que le lecteur se fait de son auteur. Ainsi on a été plus prompt à critiquer le sadisme de Mme de Ségur que celui d’Hector Malot parce qu’elle est une femme ; on s’est d’autant plus intéressé à sa représentation de l’ordre social qu’elle appartient à l’aristocratie. Toute lecture de l’œuvre de la comtesse de Ségur est donc surchargée d’un affect idéologique.

5Maialen Berasategui montre ensuite comment l’œuvre, elle aussi, est passée à travers des figures successives, au gré des adaptations théâtrales et cinématographiques ou des parodies. Ce recensement très complet (mais qui ne vise pas davantage à l’exhaustivité) fournit des éclairages captivants sur certaines œuvres peu connues, ou même tout à fait ignorées. Retenons en particulier d’une part le passage consacré à l’adaptation cinématographique par Jacqueline Audry des Malheurs de Sophie, sortie sur les écrans en 1946, mais dont le tournage avait commencé pendant l’Occupation et d’autre part les lignes consacrées aux différentes parodies de la comtesse de Ségur composées par Cavanna.

  • 1  Claudine Beaussant, « Les choix d’une éditrice » dans Les Cahiers séguriens no 10, La comtesse de (...)

6Si les études séguriennes ont pris un nouveau départ avec les essais de Laura Kreyder (1987) et de Marie-France Doray (1990), avec l’édition des œuvres dans la collection Bouquins (1990), qui proposent des approches plus objectives, Maialen Berasategui remarque avec acuité que l’actuelle édition de référence des études séguriennes construit elle aussi une image de la comtesse de Ségur, puisque le corpus de l’œuvre est à la fois élargi du côté de la correspondance avec l’éditeur, et amputé des œuvres religieuses. Cette analyse se trouve confirmée par les confidences que livre Claudine Beaussant dans la dernière parution des Cahiers séguriens1.

  • 2  Elle n’oublie pas cependant  de mentionner l’important essai de Pierre Bleton La vie sociale sous (...)

7Maialen Berasategui pointe le désintérêt des historiens à l’égard d’une d’œuvre pourtant riche d’un matériau qui reste à exploiter2 : « que ce soit en histoire sociale, culturelle, religieuse, des représentations, de l’éducation ou encore des relations internationales, les sujets ne manquent pas » (p. 49). Mais la réflexion des historiens est limitée par la relative pauvreté des sources, et Maialen Berasategui souligne avec à propos qu’il reste encore beaucoup à découvrir pour connaître objectivement la vie de Mme de Ségur, qui a été étudiée jusqu’à présent principalement selon deux perspectives subjectives par nature : d’une part les témoignages des enfants de la comtesse de Ségur, qui fondent une légende de l’auteur et d’autres part la recherche dans l’œuvre d’éléments autobiographiques. Notre connaissance de l’auteur sera renouvelée quand les chercheurs auront pu exploiter le fonds des lettres de la comtesse de Ségur qui existent encore (elles apparaissent au fil des ventes d’autographes) ; quand la personnalité et la carrière d’Eugène de Ségur sera connue ; quand le côté Rostopchine enfin méthodiquement exploité nous fera comprendre en quoi l’origine russe de la comtesse de Ségur a pu déterminer sa façon de penser le monde dans lequel elle a vécu.

8Du côté de l’œuvre, Maialen Berasategui remarque qu’ « il y a relativement peu de travaux consacrés à la domesticité, aux classes populaires et aux hommes » (p. 51). Ce constat est objectif et il tient, comme l’a montré ce premier chapitre, au poids du « mythe comtesse de Ségur » sur le choix des objets d’études, qui fait que la trilogie de Fleurville (ce gynécée aristocratique) est la partie de l’œuvre qui a toujours été privilégiée par la critique. Elle souhaite que l’œuvre religieuse ne soit plus négligée. Nous ne suivons pas Maialen Berasategui en revanche lorsqu’elle propose (comme le fait également Sophie Heywood) de compléter notre connaissance de l’œuvre de la comtesse de Ségur en retrouvant des textes parus dans La Semaine des Enfants sous un pseudonyme. Cette idée suggérée par Claudine Beaussant dans une note de l’édition Bouquins (p. lxxvi) nous semble absolument contredite par la lettre à l’éditeur no 50 dans laquelle Mme de Ségur affirme à Émile Templier qu’elle ne connaît pas le directeur du périodique qu’elle « n’a aucune affaire à traiter avec lui ».

Une auteure à succès

9Maialen Berasategui ne croit pas au mythe de la grand-mère qui se met à publier par le fait d’un concours de circonstance. Elle pense tout au contraire que la comtesse de Ségur est devenue écrivain par l’effet de sa propre volonté. Mais parce que cet écrivain est une femme, et que le destin social d’une femme à cette époque est d’accomplir une carrière familiale, la comtesse de Ségur est amenée à imaginer des stratégies qui lui permettent d’accomplir une seconde carrière, professionnelle celle-ci, sans se heurter à l’opposition de sa famille et du milieu auquel elle appartient. « Au fil du temps, elle parvient à s’imposer comme une femme de lettres sans toutefois jamais avoir revendiqué une quelconque opposition à la norme » (p. 63).

10Le chapitre entreprend donc de décrire précisément la place de la création littéraire dans le milieu familial de la comtesse de Ségur. Le choix d’un éditeur laïc, auquel la comtesse de Ségur sera toujours fidèle, montre que l’œuvre s’inscrit dans un projet qui n’est pas identique à celui de ses fils. Maialen Berasategui tient en effet une thèse à peu près opposée à celle de Sophie Heywood, qui considère que Mme de Ségur est un prolongement dans la littérature d’enfance de l’œuvre commune du clan Ségur-Veuillot : la promotion des idées ultramontaines. L’enjeu du chapitre est plutôt de montrer à l’inverse comment Mme de Ségur aura su utiliser la position de force que lui donnent et sa situation d’épouse du président du conseil d’administration d’une compagnie ferroviaire avec laquelle Louis Hachette veut s’associer, et son statut de mère de Mgr de Ségur, personnalité dont l’influence est majeure.

11L’ensemble du chapitre propose donc d’expliquer la carrière d’écrivain de la comtesse de Ségur comme une succession de résolutions dialectiques : la comtesse de Ségur se soumet à la censure familiale, mais c’est pour s’imposer à sa famille dans son statut d’écrivain ; elle se soumet à la censure de son fils Gaston, mais c’est pour imposer à son éditeur une œuvre religieuse ; elle parvient à se faire reconnaître de l’ami Veuillot comme écrivain, mais c’est seulement parce qu’elle se présente comme le symbole de la maternité ; elle ne réussit pas à signer des contrats vraiment lucratifs avec son éditeur, mais c’est pour mieux lui imposer ses protégés – par exemple ses filles ; la comtesse de Ségur ne parvient pas à contrôler l’illustration de ses romans, contrairement à ce qu’elle fera pour son adaptation de la Bible, mais c’est parce qu’il s’agit d’une œuvre mineure à ses yeux. Le chapitre se termine par une étude de la censure exercée sur l’œuvre par l’éditeur.

12Lorsque Maialen Berasategui étudie la question de la censure éditoriale, on peut regretter que la démonstration n’aille pas jusqu’à montrer précisément en quoi le discours de la comtesse de Ségur pouvait choquer les codes idéologiques de son époque. Cette lacune s’explique sans doute par un défaut de méthode : pour définir la norme de ce qui acceptable dans la littérature d’enfance, Maialen Berasategui ne s’appuie que sur deux sources : d’une part l’opinion d’Émile Templier, que nous ne connaissons qu’en creux, à travers les réponses que lui fait la comtesse de Ségur, et l’opinion de Théodore Barrau, directeur de La Semaine des Enfants, que nous ne connaissons qu’à travers trois courtes lettres – et encore pouvons nous constater que ce qui choque Barrau ne choque pas Templier. Un petit reproche factuel : Maialen Berasategui affirme (p. 80) que l’édition en feuilleton de L’Auberge de l’Ange-Gardien expurge le roman des passages incriminés par Barrau, ce que nous ne croyons pas exact.

Ultraconservatrice ou « ultramontaine » ? Construction d’un imaginaire politique

13Maialen Berasategui commence par corriger une idée qui lui paraît préconçue : la prééminence donnée à la noblesse, et donc le conservatisme de Mme de Ségur. Elle signale que cette idée tient à la célébrité du monde du château de Fleurville qui a tendance à faire oublier les nombreux héros populaires qui habitent le reste de l’œuvre et que, par ailleurs, l’aristocratie se mélange très facilement à la bourgeoisie. L’énumération des familles qui passent de l’opulence à la pauvreté, et à l’inverse, de personnages qui parviennent à l’aisance, voire à la fortune après avoir connu une enfance difficile nous convainc que le monde ségurien, loin d’être figé selon un ordre immuable des classes sociales, permet à chaque individu de trouver sa place en fonction de son mérite. À une restriction près : seuls les garçons sont aptes à se déclasser vers le haut, et leur accession à la richesse ne se fait en réalité qu’au prix de l’expression de la soumission à un bienfaiteur qui prend souvent la figure d’un père adoptif. Maialen Berasategui repère la « dialectique de l’ascension sociale » qui constitue une figure essentielle de l’idéologie ségurienne : « Chaque ascension sociale est précédée d’une déclaration d’intentions de la part de celui qui va en bénéficier et qui doit se dire persuadé que l’ambition est inutile. Ce discours, véritable manifeste de pureté, est destiné à séduire celui par qui l’ascension sociale arrive. » (p. 102). On reconnaît dans ce rituel un des mythes du paternalisme, idéologie qui fonde le discours progressiste de la comtesse de Ségur.

14L’action du roman ségurien se situe très rarement à Paris, jamais dans une grande ville, et presque toujours à la campagne ou dans un bourg. Maialen Berasategui en déduit que la comtesse de Ségur ne conçoit jamais les rapports sociaux en termes de luttes de groupes humains, mais toujours en termes de relations entre des individus. L’analyse fine de différents romans permet de monter que loin de penser que la lutte contre la pauvreté revienne essentiellement aux aristocrates, dont l’action tient essentiellement à des actes de charité individuelle, la comtesse de Ségur pense que c’est la bourgeoisie et les industriels qui peuvent être les plus grands leviers de progrès, parce que se sont eux qui disposent des capitaux les plus importants, et qu’ils sont les pourvoyeurs d’emplois. Mais ces nouveaux notables n’agiront que poussés par leur conscience morale. Le paternalisme a donc un préalable : la rechristianisation des élites. Maialen Berasategui en déduit que la comtesse de Ségur est incapable de concevoir que le progrès social puisse venir d’une action de l’État ou d’une mutualisation des secours, autrement dit, qu’elle est incapable de pressentir les transformations réelles qui vont advenir.

15L’analyse s’intéresse ensuite à la question des relations entre individus et entre les nations par delà les frontières de la société française. Maialen Berasategui ne renouvelle pas sur ce point notre la vision de la comtesse de Ségur : elle montre, comme on s’y attendait, que la comtesse de Ségur exalte la supériorité des Français sur le reste de la terre. Elle insiste néanmoins sur le fait qu’en dépit de ce préjugé asséné avec constance, la comtesse de Ségur croit en l’égale dignité des êtres humains, et peut donner le statut de héros à un étranger. La comtesse de Ségur serait donc patriote, mais ni xénophobe, ni raciste.

16L’enquête présente des développements d’historienne, bien documentés par des références toujours intéressantes et éclairantes sur la question des nationalismes. Maialen Berasategui met en évidence l’ambiguïté du discours de la comtesse de Ségur qui présente la Pologne comme une nation catholique et donc héroïque, mais ne peut se départir de ses préjugés russes à l’encontre des Polonais ; si elle est une propagandiste virulente de la défense du pouvoir temporel du pape, elle n’ignore pas la sensibilité romantique du nationalisme italien.

17La dernière partie du chapitre offre des perspectives peut-être plus nouvelles en enquêtant sur les positionnements politiques des différents membres de la famille Ségur ; elle s’intéresse aussi largement à l’évolution des idées de la comtesse de Ségur après la chute du Second Empire. Maialen Berasategui soutient qu’identifier la sensibilité politique de la comtesse de Ségur en étudiant le discours de Mgr de Ségur est un raccourci trompeur. Les déclarations légitimistes au moment de la Commune lui apparaissent comme une évolution ultime, car la comtesse de Ségur n’a jamais auparavant eu de nostalgie de la monarchie, de l’Ancien Régime et des Bourbons. Tout au contraire, elle lui paraît foncièrement attachée à certains principes de la Révolution issus de l’esprit des Lumières. Catholicisme social, respect des droits individuels et de la liberté, autant de principes qui lui apparaissent comme le fondement des idées politiques de la comtesse de Ségur.

Une foi peu orthodoxe

18Pour étudier la question de la religion de la comtesse de Ségur, Maialen Berasategui commence par une enquête biographique. Mais cette enquête est limitée par le manque de matériau nouveau à exploiter. On regrette donc de ne faire qu’une découverte (mais quelle découverte !), celle d’une lettre inédite datée du 24 mai 1869 avec un codicille du 29 mars 1872 par laquelle la comtesse de Ségur transmet à son fils Gaston ses dernières volontés. Lettre d’amour dans laquelle la comtesse de Ségur déclare : « c’est à toi que je dois le bonheur de toute ma vie de femme ». Mais aussi : « Si tes frères et sœurs avaient tous été ce que tu es pour moi, j’aurais été trop heureuse. Olga entre autre, m’a causé bien des peines […] ». Non que cette lettre (dont la première page est reproduite dans le cahier iconographique) apporte des informations sur la question de la religion, mais est très éclairante sur la question des relations familiales, un sujet qui fera le thème du prochain numéro des Cahiers séguriens.

19Quoique Maialen Berasategui n’apporte, selon nous, aucun élément vraiment nouveau, son enquête propose une synthèse intéressante et bien documentée à propos de l’influence de Gaston de Ségur sur sa famille. Retenons l’idée selon laquelle la religion ne s’est jamais présentée à la comtesse de Ségur comme une évidence. Maialen Berasategui montre que, tant à l’époque de sa jeunesse auprès de la comtesse Rostopchine qu’à partir de la vocation religieuse de son fils aîné, la comtesse de Ségur a vécu la religion comme une occasion de débats et de controverses.

20L’enquête qui suit sur l’œuvre littéraire nous fait donc réfléchir à propos du réseau de contradictions qui apparaît dès lors qu’on pose la question de savoir dans quelle mesure le roman ségurien est un roman chrétien.
Maialen Berasategui montre que si tous les héros de la comtesse de Ségur ont un destin qui les amène à incarner un idéal chrétien, le plus souvent en fondant une famille chrétienne, cet idéal n’apparaît pas comme la reproduction d’un schéma déjà existant, mais comme une aventure personnelle, un trajet initiatique : bien des héros séguriens n’arrivent au bonheur que par le biais d’une conversion aux valeurs chrétiennes. C’est que les éducateurs (famille naturelle ou famille d’adoption) se révèlent incapables, le plus souvent, d’éduquer chrétiennement les enfants. Cette critique de l’éducation amène à une idée surprenante : la comtesse de Ségur traiterait son lecteur de façon démagogique (une idée répétée p. 154, 155), puisque le héros s’affirme comme modèle pour le lecteur en raison de ses qualités naturelles, ou de son aptitude à tirer une leçon de son expérience, et non par sa docilité aux leçons données par les parents. D’ailleurs, les seuls adultes qui aient une influence positive sur les enfants sont toujours des personnages marqués par leur originalité, leur marginalité, voire leur asocialité. L’idéal chrétien est donc bien un absolu, un horizon vers lequel tend le personnage en devenir, et non âge d’or originel qu’il conviendrait seulement de reproduire.

21Dans une seconde étape l’analyse pose la question selon une problématique plus directement rattachée aux « gender studies » : examiner comment les rôles sont répartis selon la discrimination du genre. Aux garçons, qu’ils soient des « leaders » hyper-virils ou des « martyrs » stoïques, appartient la capacité d’évoluer à travers le monde dans lequel ils vivent et de faire évoluer ce monde. Les héroïnes, à l’opposé, appartiennent presque toujours à un milieu bourgeois ou aristocratique, et par conséquent leur itinéraire romanesque pose davantage la question de ce qu’elles doivent être que de ce qu’elles doivent faire. En somme, « Les filles évoluent en vase clos, et leur principal devoir est de conformer leur être à leur rôle social jusqu’à ce que, parvenues à un certain degré de perfection, elles soient en mesure de former de nouvelles filles » (p. 184). L’étude approfondit l’analyse de deux exemples : Gizelle de Gerville et Félicie d’Orvillet, deux personnages dont les problématiques sont analogues. En revendiquant par individualisme l’autonomie et la satisfaction de leurs désirs, elles construisent leur malheur. Pour y échapper, il leur faudra comprendre (converties l’une par une tante expérimentée, l’autre par une jeune cousine pleine de maturité) les « stratégies familiales et sociales » (p. 174) qui permettent aux femmes d’accéder à l’autonomie et à une forme de pouvoir réel par leur statut de mère, noyau de la famille catholique.

22La dernière partie de l’essai renoue de façon plus serrée avec la question de la religion de la comtesse de Ségur, puisque Maialen Berasategui s’y intéresse à l’œuvre de catéchèse. Pour préalable elle s’intéresse au discours religieux présent dans l’œuvre romanesque. Elle montre que « le bon Dieu » y a plus de place que Dieu, et la sainte Vierge peut-être plus de place que le bon Dieu. Elle reconnaît dans cette piété mariale l’influence ultramontaine.

23Maialen Berasategui replace la publication de l’Évangile d’une grand’mère dans un contexte de lutte idéologique contre les courants rationalistes,mais elle montre aussi que la culture de la controverse qui est inséparable du sentiment religieux chez la comtesse de Ségur la conduit à concevoir son enseignement religieux comme un espace de débat : les personnages des petits-enfants qui questionnent la grand’mère et cette grand’mère elle-même expriment à plusieurs reprises leur incompréhension devant les mystères de la foi.

Un essai riche de promesses

24La lecture de cet essai nous a convaincu que Maialen Berasategui a entamé une relation de longue haleine avec la comtesse de Ségur. Elle conclut son étude par cette observation : « Lire la comtesse de Ségur aujourd’hui, c’est accepter de se perdre dans un monde inconnu, parfois merveilleux, souvent cruel, et en revenir très étonné d’avoir survécu » (p. 202) ; non seulement Maialen Berasategui a survécu, mais elle doit y retourner, car il lui reste, pensons-nous, à nous faire découvrir mieux encore les territoires dont elle a fait la carte.

Haut de page

Notes

1  Claudine Beaussant, « Les choix d’une éditrice » dans Les Cahiers séguriens no 10, La comtesse de Séguret Dieu, p. 86-88.

2  Elle n’oublie pas cependant  de mentionner l’important essai de Pierre Bleton La vie sociale sous le second Empire, un étonnant témoignage de la comtesse de Ségur,Paris, Éditions ouvrières, 1963.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Saudray, « Maialen Berasategui, La comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://strenae.revues.org/738

Haut de page

Auteur

Rémi Saudray

Professeur de lettres, coordinateur éditorial et responsable de la publication des Cahiers séguriens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org