Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Dossier Ségur

Michel Legrain, La Comtesse de Ségur. Mots, silences et stéréotypes

Isabelle Nières-Chevrel
Référence(s) :

Michel Legrain, La Comtesse de Ségur. Mots, silences et stéréotypes, Paris, Honoré Champion, 2011, 313 p., 18 €

Texte intégral

1Le livre de Michel Legrain, La Comtesse de Ségur. Mots, silences et stéréotypes. Suivi d’un résumé commenté de chacun des ouvrages de la Comtesse (Paris, Honoré Champion, 2011)trouve son point de départ dans un rapprochement entre l’œuvre de la Comtesse de Ségur et le Nouveau Dictionnaire de la langue française de Pierre Larousse (Librairie Larousse et Boyer, 1856 ; abrégé en NDLF), qui aurait été lui aussi rédigé « à l’intention des enfants » (p. 10). Si ce premier dictionnaire de Pierre Larousse fait suite à La Lexicographie des écoles (Vve Maire-Nyon, 1852), on ne peut dire pour autant qu’il s’agisse d’un dictionnaire pour enfants (l’heure n’en est pas encore venue) ; il s’agit plutôt d’un dictionnaire pour tous, pour tous ceux – écoliers, collégiens ou adultes – qui souhaitent accéder à une maitrise satisfaisante de la langue française écrite. Le projet de Michel Legrain est de confronter le lexique qu’utilise l’écrivain et celui que retient le lexicographe, d’analyser d’une part les définitions que Pierre Larousse propose et de signaler d’autre part les évolutions de sens qu’il constate du Second Empire à aujourd’hui.

2Disons-le d’entrée. L’ouvrage n’est pas satisfaisant et il nous laisse sur notre faim. Il mérite pourtant d’être signalé parce qu’il est sous-tendu par une question qui est une vraie question. Plusieurs des romans de Ségur sont encore lus aujourd’hui, par des lecteurs jeunes dont la compétence est moindre que celle des lecteurs de Jules Verne par exemple. La question est celle-ci : jusqu’à quel point et dans quels domaines la langue de Ségur a-t-elle vieilli ? Quels passages nous sont devenus obscurs ? Où les contresens sont-ils aujourd’hui possibles, même pour un lecteur adulte ? Les éditeurs devraient-ils ajouter de temps à autre une note de bas de page ?

3La démarche adoptée par Michel Legrain est curieuse. Les cinq premiers chapitres de son livre (pp. 17-202) sont un relevé des grands thèmes qui constituent l’univers littéraire (romans, mais également textes d’éducation religieuse) de la comtesse de Ségur. Ils mêlent une description thématique qui n’apporte rien de bien neuf et des remarques lexicales souvent intéressantes. Suit un sixième chapitre (pp. 205-219) titré « Quelques locutions figurées passées aux oubliettes » qui dresse une liste d’une quarantaine de termes ou d’expressions devenus désuets, voire incompréhensibles aujourd’hui. Enfin, soucieux de rafraichir la mémoire de son lecteur, l’auteur donne un résumé commenté des ouvrages de la comtesse, où il manifeste d’ailleurs qu’il est un lecteur non dénué de finesse (pp. 223-294). Tous ces chapitres ne débouchent jamais sur la moindre conclusion. Il faut ajouter que l’auteur semble ignorer les travaux récents sur Ségur et que les citations qu’il donne sont souvent fautives.

  • 1 Toutes les références aux romans et saynètes de la Comtesse de Ségur sont données à partir de l’édi (...)

4Il faut donc « rebondir » sur le livre de Michel Legrain pour le prolonger et pour en dégager ce qui en constitue malgré tout l’intérêt.
Il va de soi que les domaines lexicaux qui ont le plus vieilli sont ceux qui relèvent d’un univers quotidien qui a disparu. On peut rappeler les tissus évoqués pour décrire le trousseau de la poupée dans Les Petites Filles modèles (t.1, p. 161-162)1, les remèdes pour soigner plaies et bosses (du cédrat pour mettre sur les plaies du poulet noir – Les Malheurs de Sophie, t. 1, p. 284). Sont restées proches de nous tous ces choses bonnes à manger dont Ségur se plait à dresser des listes qui mêlent le toujours connu et l’oublié (« échaudés, croquignole, sucre candi »). La « pomme d’api » ne survit que par la grâce d’une comptine.

5Michel Legrain attire notre attention sur l’intérêt qu’il y a à confronter le lexique d’un écrivain aux dictionnaires de son temps. C’est bien sûr la meilleure manière d’éviter les pièges de la lecture. Par confusion avec « un chaud lapin », nous pourrions nous étonner de voir Diloy qualifier le comte d’Alban de « fameux lapin », alors que l’expression signifie simplement alors soit un homme rusé, soit un « homme brave et résolu » – ce qui est l’acception retenue dans ce passage (Diloy le chemineau, t. 3, p. 862).
Mais les dictionnaires sont surtout un excellent outil pour situer les niveaux de langue d’un écrivain par rapport aux usages de son temps. Consulter à notre tour les dictionnaires de Pierre Larousse et d’Émile Littré confirme l’intérêt que Ségur porte à la langue orale. Elle met en scène pour ses jeunes lecteurs « de bonnes familles » les codes sociaux induits par les usages de la langue. Michel Legrain rappelle le célèbre débat lexical dans Les Malheurs de Sophie.

« Lambert. – […] Demain, j’irai au marché, à la ville ; peut-être trouverons-nous un bourri.
Paul. – Un bourri ! qu’est-ce c’est que ça, un bourri ?
Lambert. – Tiens, vous qui êtes si savant, vous ne savez pas cela ? Un bourri c’est un âne.
Sophie. – C’est drôle, un bourri ! Je ne savais pas cela, moi non plus.
Lambert. – Ah ! voilà, mademoiselle ! on devient savant à mesure qu’on grandit. […]
Le lendemain, les deux enfants entendent au loin un âne qui brait.
Sophie. – Oh ! maman, permettez-moi d’aller voir si c’est Lambert avec le bourri.
Madame de Réan. – Le bourri ? qu’est-ce que c’est que cette manière de parler ? Il n’y a que les gens de la campagne, qui appellent un âne un bourri.
Paul. – Ma tante, c’est Lambert qui nous a dit qu’un âne s’appelait un bourri ; il a même été étonné que nous ne le sachions pas.
Madame de Réan. – Lambert parle comme les gens de la campagne, mais vous qui vivez au milieu de gens plus instruits, vous devez parler mieux . »
(t.1, p. 345)

6Ségur exploite quelques fautes de langue. Un charretier s’étonne du flot verbal d’une Mme Mac’Miche en courroux : « Et pourquoi qu’elle m’agonisait de sottises ? » (Un Bon Petit Diable, t. 2, p. 1148). Le NDLT indique comme populaire le terme agonir au sens d’« accabler d’injures », et précise « Ne pas dire agoniser ». Ce qui prouve bien que la faute est courante !

7Michel Legrain nous met sur la piste d’un régionalisme, et sans doute y en a-t-il d’autres. Pour s’excuser d’avoir donné une correction à Félicie d’Orvillet, Diloy explique à M. de Castelsot : « Je n’avais pas tout à fait ma tête ; j’avais bu un coup de fil en quatre… » (Diloy le chemineau, t. 3, p. 726). Il faut attendre la 22e acception que Littré donne du terme fil pour lever le mystère : « Populairement. Du fil en quatre, de l’eau-de-vie très forte, et, en général, tout ce qu’il y a de plus fort ». Le Trésor de la langue française (TLF)ajoute une précision « Régionalisme (notamment en Normandie) », qu’il accompagne d’une citation prise dans Maupassant.

8Moins repéré encore me semble être l’usage que Ségur fait des idiolectes, dont l’argot des internats dans Les Deux Nigauds. Le NDLF donne capon et caponner (« faire le capon, montrer de la lâcheté ») comme « populaire ». Littré en précise l’emploi dans les collèges : « Capon : Poltron, et aussi, au collège, celui qui, dans une punition collective, dénonce un camarade ; Caponner : terme populaire […] au collège, dénoncer un camarade pour échapper à une punition collective.»
Ce qui nous donne cet échange « — Ah çà ! Vas-tu fouiner, capon ? — Je ne fouine pas, je ne capone pas. » (t. 2, p. 407), fouiner signifiant « fuir, s’esquiver » (Larousse et Littré), et cet autre : « À la porte, le pion ! À la porte ! Une danse au pion ! une danse à son capon » (t. 2, p. 449). Au mot danse, le NDLF signale le sens figuré de « correction » et l’expression donner une danse est indiquée comme familière. Cette acception est ignorée du Littré. Le TLF la donne comme argotique et populaire et en décline les combinaisons « donner, allonger, coller, filer, flanquer une danse à quelqu’un ».

9Littré connaît et décrit deux jeux violents, la passade et la presse, que le NDLF ignore dans cette acception. Voici le 7e sens que Littré donne du terme passade : « Terme de natation. Action par laquelle un nageur en enfonce un autre dans l’eau et le fait passer sous lui. Donner une passade ». Et voici ce qu’écrit Ségur :

« – Une passade à Gargilier ! » dit un troisième.
Innocent s’enfonçait, se débattait, revenait sur l’eau, cherchait à reprendre sa respiration, replongeait de nouveau ; à la quatrième passade, il était haletant, il étouffait ; il faisait des efforts inouïs pour pousser un cri, un seul, espérant être entendu de ses amis, mais on le lui en donnait pas le temps. […] Enfin, à une dernière passade, Innocent ne revint plus sur l’eau ; il flottait au fond, ayant perdu connaissance »
(t. 2, p. 468).

10Quant au jeu de la presse (que le TLF ignore lui aussi dans cette acception), il est comme le premier temps du martyre d’Innocent. Un grand élève profite de l’absence du maître d’étude et, au signal convenu, « toute la grande classe se rua sur la malheureux Innocent, l’entraîna dans une encoignure, et là commença ce que les collégiens appellent la presse ou la poussée » (t. 2, p. 405). Littré nous décrit ainsi le « jeu » (7e sens du terme presse) : « Jeu d’écoliers qui, pendant l’hiver, se serrent les uns contre les autres dans un angle d’un bâtiment, si bien que les plus rapprochés du mur sont obligés de monter par-dessus leurs camarades pour s’échapper ». L’issue que Ségur donne à ce jeu est moins optimiste.

11On trouve enfin deux dépréciatifs absents du TLF comme du NDLF et du Littré : pestard (Les Deux Nigauds, t. 2, p. 407 ; Le Dîner de Mademoiselle Justine, t. 2, p. 996) et pauvrard (Le Mauvais Génie, t. 3, p. 597). La langue d’un écrivain outrepasse celle des dictionnaires. Ségur est toujours très friande des inventions de la langue orale.

  • 2 Le TLF donne cette définition « Histoire inventée pour mystifier quelqu’un » et emprunte son exempl (...)

12Michel Legrain éclaire une des créations onomastiques de Ségur (on la sait remarquable dans ce domaine). Il nous rappelle que le patronyme du second mari de Mme Fichini – qui n’est ni comte ni Blagovski (Les Vacances, t. 1, p. 514) – est forgé sur le mot blague dont le sens ancien signifie « hâblerie, mensonge » (NDLF) sans implication d’une valeur comique2. Mais son approche des usages littéraires que Ségur fait de la langue ne va guère au-delà. Or c’est dans les explorations de la langue que ne niche pleinement le travail de l’écrivain.

13Je me contente de développer trois exemples. Dans Les Bons Enfants, Élisabeth annonce l’histoire qu’elle va raconter :

« Je vais vous raconter une visite au Jardin des Plantes. Vous savez tous que le Jardin des plantes réunit en son sein…
Sophie. – Ah ! ah ! ah ! dans son sein ! Comme si un jardin avait un sein !
Élisabeth, riant. –Dans ses entrailles, si tu aimes mieux. »
(t. 2, p. 285)

  • 3 On en vient à se demander si Michel Legrain n’aurait pas travaillé à partir d’une version ultérieur (...)

14Michel Legrain commente le passage en prenant appui sur le premier sens du mot sein que donne le NDLF : « Partie du corps humain depuis le bas du cou jusqu’au creux de l’estomac » ; il en néglige le second « Chacune des mamelles de la femme : donner le sein à son enfant », ce qui l’amène à conclure : « Il y a donc dans l’œuvre de la comtesse un interdit jeté sur la sexualité » (p.177)3. Or, c’est très exactement l’inverse que Ségur fait ici. Elle a créé dans Les Bons Enfants un double d’elle-même qui a pour mission de couper la parole, de plaisanter, de critiquer et de moquer, une sorte de « Sophie de Ségur en enfance ». Cette Sophie seconde fait surgir dans l’échange l’acception la plus intéressante, celle qui intéresse d’autant plus les enfants que les adultes en réprouveraient l’emploi.

15Les jeux polysémiques peuvent être infiniment plus subtils sous la plume de Ségur. Dourakine raconte en ces termes sa colère contre Moutier :

« L’attendre ! me suis-je dit, je t’en souhaite ! Moi général, attendre un sergent ! Non, mille fois non. Ah ! il me plante là ! (J’étais en colère, vous savez.) Il me fait croquer le marmot à l’attendre ! »
(L’Auberge de l’Ange gardien, t. 2, p. 583).

  • 4 « L’Ogre et le Petit Poucet, Les Cahiers séguriens, no 1, 2000, pp.23-27.

16Michel Legrain nous apprend que croquer le marmot, expression oubliée, signifie : « attendre longtemps et impatiemment » (NDLF), mais il ne va pas plus loin. Ce n’est pas par paresse d’écriture que Ségur utilise ce cliché. J’ai eu l’occasion de montrer dans une étude de L’Auberge de l’Ange gardien4 que cette tournure lexicalisée s’inscrivait dans une des thématiques majeures du roman, qui fait de Dourakine tout à la fois un ogre et un pauvre enfant perdu. Ségur connaît sa langue française et elle sait parfaitement quel jeu d’équivoque elle introduit ici.

17On peut s’étonner enfin que Michel Legrain, qui s’interroge sur la lisibilité des œuvres de Ségur, soit si vite passé sur le versant « étranger » de l’œuvre. Il signale le rendu graphique de l’accent italien de Paolo dans François le bossu, de l’accent alsacien de M. Frölichein dans La Fortune de Gaspard, de l’accent anglais de Mr. Georgey dans Le Mauvais Génie, dont il souhaite ne pas trop voir ce qu’il peut avoir de suspect. Ségur prête en effet à Mr. Georgey un accent qui me semble largement destiné à dissimuler la « féminisation » des personnages masculins et tout particulièrement du jeune Julien :

  • 5 Je corrige l’erreur de l’édition Bouquins qui donne « prendre » là où le texte original donne « emp (...)

« Vous, Madme Bonarde, pas gronder Juliène : Juliène il était une honnête pétite, une excellente pétite [...] Madme Bonarde, jé voulais emporter Juliène avec les turkeys. Il était un honnête garçone ; j’aimais les honnêtes garçones »
(t. 3, 592)5.

18Michel Legrain écrit : « L’Anglais porte de l’intérêt au petit Julien, lui manifeste de la tendresse, veut l’emmener vivre chez lui. Ce comportement et la façon dont la comtesse nous le décrit seraient aujourd’hui à tout le moins ambigus ; Il n’y a sans doute pas la moindre malice chez la comtesse lorsqu’elle relate les propositions de M. Georgey (p. 155). Est-ce bien certain ? Ségur connaît parfaitement son français et n’ignore pas la différence entre « emmener » et « emporter ». Je suis tentée pour ma part de penser que le français fautif prêté à M. Georgey sert à dissimuler–donner à lire quelque chose qui est de l’ordre du désir.

19Il ne mentionne enfin que rapidement quelques-uns des termes russes que Ségur fait figurer dans Le Général Dourakine. Or, au-delà de l’effet d’exotisme, il y a pour les lecteurs – les enfants comme les adultes – un bonheur à ces mots opaques qui sonnent d’une autre musique, alors même que Ségur en éclaire le sens par une note de bas de page.

  • 6 Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet, n0 13, 2012, pp. 165-181.
  • 7 Se fiant à l’édition Bouquins, qui est fautive, elle en fait un mot féminin, alors que Ségur donne (...)
  • 8 Il en fait la source russe de Quelle Âme divine ! (1904-1905) : « Saint-Pétersbourg s’est évidemmen (...)

20Patricia Richard-Principalli a tout récemment consacré un article à « Aragon, lecteur de la Comtesse de Ségur6 ». Elle montre que le terme Touloupe7 (qui désigne, nous dit Ségur, une « Pelisse en peau de mouton que portent les paysans ; le poil est en dedans, la peau en dehors ; l’été on le remplace par le cafetane en drap » ; Le Général Dourakine, t. 2, p. 750) est venu, du lointain de l’enfance, féconder la construction du personnage de Simon Richard, celui qui revient de Sibérie, dans La Semaine sainte (1959) de Louis Aragon. Louis Aragon est né en 1897. Il dit avoir lu Le Général Dourakine à l’âge de six ans8. À plus de cinquante ans de distance, le mot touloup (qu’il transcrit sans e) était toujours là, dans un repli de sa mémoire.

21On le voit. Le livre de Michel Legrain a le mérite d’ouvrir des pistes. Mais le travail sur la langue et sur l’écriture de Ségur reste encore largement à faire.

Haut de page

Notes

1 Toutes les références aux romans et saynètes de la Comtesse de Ségur sont données à partir de l’édition Comtesse de Ségur (Robert Laffont, 1990, trois volumes, coll. « Bouquins ») établie par Claudine Beaussant.

2 Le TLF donne cette définition « Histoire inventée pour mystifier quelqu’un » et emprunte son exemple à la correspondance de Flaubert.

3 On en vient à se demander si Michel Legrain n’aurait pas travaillé à partir d’une version ultérieure (et censurée) du Nouveau Dictionnaire de la langue française de Pierre Larousse.

4 « L’Ogre et le Petit Poucet, Les Cahiers séguriens, no 1, 2000, pp.23-27.

5 Je corrige l’erreur de l’édition Bouquins qui donne « prendre » là où le texte original donne « emporter ».

6 Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet, n0 13, 2012, pp. 165-181.

7 Se fiant à l’édition Bouquins, qui est fautive, elle en fait un mot féminin, alors que Ségur donne le terme comme masculin.

8 Il en fait la source russe de Quelle Âme divine ! (1904-1905) : « Saint-Pétersbourg s’est évidemment présenté à mon esprit parce que je venais de lire le premier roman qu’on m’eût donné, à savoir Le Général Dourakine » (Je n’ai jamais appris à écrire ou les incipits, Genève, Skira, 1969, coll. « Les Sentiers de la création », p. 16).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Nières-Chevrel, « Michel Legrain, La Comtesse de Ségur. Mots, silences et stéréotypes », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 31 août 2014. URL : http://strenae.revues.org/736

Haut de page

Auteur

Isabelle Nières-Chevrel

Professeur émérite de Littérature générale et comparée (Université de Haute-Bretagne. Rennes II - CELAM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org