Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Dossier Ségur

Présentation des Cahiers séguriens

Isabelle Nières-Chevrel

Texte intégral

  • 1 Les Actes furent publiés sous le titre La Comtesse de Ségur et ses alentours dans les Cahiers Robi (...)
  • 2 Société des amis de la Comtesse de Ségur, 3, rue l’abbé Roger Derry, 61270 Aube
  • 3 Elle est présente dans plusieurs bibliothèques parisiennes. La Bibliothèque nationale de France la (...)

1Les Cahiers séguriens sont nés du colloque qui s’est tenu à l’Université de Haute-Bretagne – Rennes 2 en 1999, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de la Comtesse de Ségur1 : « On ne va pas se quitter comme ça ! ». Rémi Saudray et Laura Kreyder se sont mis à rêver d’un lieu qui permettrait de prolonger le colloque et d’accueillir les recherches à venir sur et autour de la comtesse de Ségur. C’est ainsi qu’ils en sont venus à créer, avec l’appui de la Société des Amis de la Comtesse de Ségur2, Les Cahiers séguriens, avec l’ambition de faire paraître un numéro par an. Rémi Saudray s’est trouvé très vite coordinateur éditorial et responsable de publication. Lourde tâche, parfois ingrate. Mais l’abondance et la qualité des travaux réunis depuis douze ans méritent que Strenae attire l’attention sur cette revue encore trop peu connue et (trop) discrètement diffusée3.

2L’idée est de construire chaque numéro autour d’une œuvre de la Comtesse de Ségur (jusqu’au numéro 9, exclusivement des romans). Dès le second numéro, le dossier s’enrichit de « Notes et documents » qui permettent d’accueillir des notes et des articles n’ayant pas nécessairement un lien avec le dossier, des documents inédits, des comptes rendus critiques, voire des mots croisés qui requièrent une connaissance impeccable de l’œuvre ségurienne (votre servante est particulièrement médiocre dans cet exercice). Les numéros 4, 5 et 6 reçoivent le soutien des Affaires Culturelles de Basse-Normandie, les numéros 8 et 9 du Crédit Mutuel de Basse-Normandie et du Centre national du livre (CNL). La revue compte près de 40 contributeurs à ce jour.

  • 4 Le premier numéro a paru sous le titre Les Cahiers de la Comtesse.
  • 5 Gérard Gengembre signe un rapide compte rendu des trois premiers numéros dans Romantisme (2004, vol (...)
  • 6 Marie-Christine Vinson signe un long compte rendu dans la Revue d’Histoire littéraire de la France(...)

3Le premier numéro paraît en 2000. Il est consacré à L’Auberge de l’ange gardien4.Il est suivi par un dossier construit autour du Général Dourakine, le roman qui lui fait suite (2001, no 2). On saute les trois romans suivants, François le bossu (sans doute parce que ce roman avait fait l’objet d’une étude lors du colloque de Cerisy organisé par Francis Marcoin en 1989 et d’une autre à l’occasion du tout récent colloque qui s’est tenu à Rennes en 1999) et, pour des raisons que j’ignore, Un bon petit diable, Jean qui grogne et Jean qui rit, pour proposer dans le numéro suivant, La Fortune de Gaspard (2002, no 3)5. Rémi Saudray ne résiste pas alors au plaisir malicieux de choisir une « couverture en or » pour cette livraison. Suivent Quel amour d’enfant ! en 2003 (no 4), Le Mauvais génie en 2004 (no 5), Diloy le chemineau en 2006 (no 6), Après la pluie le beau temps en 2007 (no 7)6, le dernier roman que publie Ségur.

4Que faire ensuite ? Revenir « en boucle » aux premières publications, modifier l’orientation initiale ? Il y a alors comme une hésitation. En 2008, Alain Lanavère est le seul signataire de Promenades à Fleurville (no 8), quatorze études consacrées pour l’essentiel à la trilogie Les Petites Filles modèles, Les Vacances et Les Malheurs de Sophie, comme l’annonce le sous-titre de cette livraison, mais sans s’interdire un article sur « Cadichon picaro » et une étude transversale des premiers pas de Ségur dans la veine comique. Mais il est impossible d’en rester là, et c’est en 2010 la publication d’une livraison intitulée La Trilogie (no 9), pour laquelle Rémi Saudray prend bien soin de nous rappeler qu’il ne s’agit pas là d’une dénomination d’époque. La préparation du numéro suivant se révèle difficile à mener si bien que le numéro, prévu initialement pour paraître en 2011, sort en septembre 2012 (no 10). Sous le titre La Comtesse de Ségur et Dieu, cette livraison interroge la dimension religieuse de l’œuvre romanesque et attire l’attention sur cette partie de l’œuvre qui est tombée dans l’oubli, en republiant le Livre de messe des petits enfants (Douniol, 1858). On le voit, la diversité des apports de ces dix numéros est grande. Il faut tenter d’en donner un aperçu.

Ségur à l’œuvre

5La part belle est évidemment faite à l’œuvre elle-même avec des approches thématiques et des analyses littéraires. Plusieurs articles portent de manière plus spécifique sur la question des formes romanesques : le roman discursif (1), l’art de finir un roman (2), une tentative de typologie des romans séguriens (7). Trois articles mettent l’accent sur la place de la langue orale de Ségur, l’un sur la langue bien pendue de Mlle Primerose (7), un autre au titre réjouissant « Histoires de dindons et noms d’oiseaux ou Comment on s’injurie chez Mme de Ségur » (5) et une étude qui s’interroge sur le français massacré de Mr. Georgey : au bout du compte, que Ségur souhaite-elle nous faire entendre dans la bouche de cet Anglais? (5).

  • 7 Olivier Piffault (éd.), Babar, Harry Potter & Cie. Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui(...)

6Une étude des différents états de texte de La Fortune de Gaspard nous fait entrer dans les coulisses des rapports (parfois difficiles) entre la romancière et son éditeur (3). François Labadens et Rémi Saudray offrent une double analyse du manuscrit de Diloy le chemineau (6), mais le « clou » de leur collaboration est un article touffu (rançon d’une écriture à quatre mains ?) – mais, à mes yeux, capital – sur la genèse de la « Trilogie » (9). Deux pages du manuscrit des Malheurs de Sophie ont été reproduites dans le catalogue qui accompagnait l’exposition que la BNF a consacrée en 2008 aux livres pour enfants7. L’article de François Labadens et Rémi Saudray vient prolonger la notice rédigée par François Labadens pour ce catalogue et nous fait entrevoir la genèse imbriquée (et donc fort compliquée) des trois premiers romans de Ségur que sont Les Petites Filles modèles, Les Vacances et Les Malheurs de Sophie. Avoir l’occasion de jeter un coup d’œil dans l’atelier de l’écrivain, c’est d’entrevoir combien est simpliste l’idée que nous nous faisons de la création littéraire.

7Louis Hachette donne à sa collection « La Bibliothèque rose illustrée » une dénomination qui souligne les deux innovations esthétiques qu’il y introduit : passer d’une percaline noire à une percaline « framboise » et proposer des romans qui seront abondamment illustrés. Cette entreprise de séduction contribue à donner pour longtemps un statut nouveau à l’illustrateur. Les meilleurs deviennent des « co-auteurs », inventifs et inspirés, de l’œuvre qui sera publiée. C’est à l’évidence le cas, pour les romans de Ségur, avec Émile Bayard et Horace Castelli. Deux articles sont consacrés aux illustrations d’Après la pluie le beau temps par Émile Bayard (7), un à celles d’Horace Castelli pour Diloy le chemineau (6), un à l’analyse comparée de l’illustration de L’Auberge de l’Ange gardien par Foulquier et par quatre illustrateurs du xxe siècle (1). Il reste à faire ! Un autre dossier est lui aussi encore largement à explorer, celui de l’accueil critique des romans de Ségur. On trouve dans le numéro 8 des commentaires de contemporains (élogieux ou critiques) sur Nouveaux Contes de fées et sur La Sœur de Gribouille, une remarque incidente sur Mémoires d’un âne et Pauvre Blaise (« cette fade homélie en roman ») et une attaque en règle des Vacances qui porte certes sur la manière qu’eut le Maréchal de Ségur de marquer dans son rêve la dalle qu’il souhaitait pouvoir retrouver, mais également sur les hardiesses de langue de Mme de Ségur :

« […] pauvres mères, qui prenez tant de soin pour donner à vos enfants un langage élégant, que deviendrez-vous lorsque vous les entendrez se servir des expressions : une niaiserie pommée, godiche, sac à papier, un fichu poltron, et qu’ils répondront à vos réprimandes : « Maman, tous ces mots-là sont dans un livre écrit par une comtesse, et elle les met dans la bouche de Messieurs qui sont de la plus haute société » (p. 126).

Ségur et ses alentours

8Les Cahiers séguriens font une place à la tribu Ségur avec des documents le plus souvent en lien avec le roman analysé. On trouve deux extraits de lettres inédites de la comtesse à sa petite-fille Élisabeth Fresneau où la grand-mère critique en règle la Russie et les Polonais (2), un article consacré aux lettres que Catherine Rostopchine écrit à son petit-fils Gaston de Ségur entre 1840 et 1855 (2), des extraits de deux livres de son fils Anatole sur la condition militaire (5), une lettre inédite à son fils Gaston, qui est alors en pension à Fontenay-aux-Roses, une note sur Mgr de Ségur et enfin un article sur le désastreux destin de Camille de Malaret (7). Le réel n’a tenu aucune des promesses de la fiction.

9La contextualisation autobiographique, catholique, sociale et politique fait l’objet de plusieurs études : L’Aigle et l’entour immédiat des Nouettes (9), l’image de la Russie dans la France du Second Empire (2), la conquête de l’Algérie (5), les zouaves pontificaux (7). Il n’est pas surprenant que ce soit la livraison consacrée à La Fortune de Gaspard  qui ait le plus développé ce type d’approches : Lucas et le monde agricole, l’alphabétisation, le monde de l’usine et celui du château, le modèle possible du personnage de M. Féréor (3). Sophie Heywood resitue la littérature d’enfance dans le discours catholique au xixe siècle (10).

  • 8 Le rapprochement avec Jean Valjean n’est pas dit, mais il est évident que « Le Forçat » de Comédies (...)

10La recontextualisation interne au champ littéraire est de deux types. Plusieurs articles mettent en parallèle le travail de Ségur avec celui d’un autre écrivain : George Sand (3), Louisa May Alcott (4), Hector Malot (5). Laura Kreyder éclaire le repas de noces qu’offre le général Dourakine à la fin de L’Auberge de l’Ange gardien en puisant dans les chroniqueurs gastronomiques de l’époque, en empruntant une remarque à Zola et en faisant un détour par Flaubert avec le repas de noces d’Emma Bovary et le dîner de la Vaubyessard. Reste la vertigineuse question de l’intertextualité, du substrat littéraire que met en œuvre cette romancière, grande lectrice. Ségur indique que Nicholas Nickleby de Dickens est sa source dans Un bon petit diable tout comme Mémoires d’un Sibérien de Rufin Piotrowski pour le récit du prince Romane dans Le Général Dourakine – qui fait l’objet d’un article dans la livraison consacré à ce roman (2)8.

  • 9 Le recueil sera réédité par Hachette jusqu’en 1900. Il fut également publié en 1857 au Havre par le (...)

11C’est avec la littérature pour l’enfance et la jeunesse que les choses se compliquent. La quête de rapprochements qu’entreprend Alain Lanavère sous le titre Promenades à Fleurville (8) n’est pas sans écueils. La tentation est grande de voir du « pré-Ségur » partout. Comment s’assurer que l’intertexte est bien dans la mémoire (consciente ou mal consciente) de l’écrivain et non pas seulement dans celle du lecteur ? La comtesse de Ségur demande à son éditeur de lui envoyer une édition du Comte de Monte-Cristo dont elle fera lecture le soir à ses « deux grandes petites filles » (13 juin 1868). Il est donc parfaitement légitime d’interroger les réemplois qu’elle pourrait en avoir fait pour son propre compte (7). Alain Lanavère est fondé à regarder du côté du Robinson suisse que Ségur donne comme lecture à Camille dans Les Petites filles modèles. Mais certains de ses rapprochements convaincraient davantage s’il n’avait considéré comme quasi indifférent de s’appuyer sur l’édition Mame de 1861 – alors qu’il s’agit d’un texte traduit – sans s’être préalablement interrogé sur l’édition dans laquelle Ségur a pu connaître le roman de Wyss. La traduction de Frédéric Muller que Mame réédite en 1861 date de 1842 ; elle n’est donc pas à exclure, mais elle n’est pas la plus probable. On peut écarter la traduction qu’Isabelle de Montolieu publie à Paris en 1814 ; Sophie a alors 15 ans ; elle n’est plus d’âge à ce qu’on la lui achète. Par contre Gaston a 17 ans, Anatole 14, Edgar 12 lorsqu’Élise Voïart publie sa propre traduction (Didier, 1837). Comme Mme de Montolieu, elle juge nécessaire de motiver le départ familial, mais, au projet d’installation en Australie de Mme de Montolieu, elle substitue l’appel d’un « oncle d’Amérique ». Mathilde Lévêque montre qu’on a tout lieu de penser que c’est là que Ségur a trouvé l’argument pour le départ en Amérique à la fin des Malheurs de Sophie (9). C’est donc sur cette traduction qu’il eût été préférable de mener les confrontations terme à terme entre Les Vacances et Le Robinson suisse. Jacques Chupeau est un bon connaisseur de la littérature de jeunesse qui précède ou accompagne les années d’écriture de Ségur et il s’attache à relier son invention à cet entour (sans négliger de remonter jusqu’à Mme de Genlis) (1). C’est dans la même optique que Rémi Saudray réédite Douze histoires pour les enfants de quatre à huit ans publié « par une mère de famille » chez Hachette en 18579 (9).

12La limite de ces quêtes intertextuelles est bien sûr que le lecteur ne reconnaît que ce qu’il connaît. Or la familiarité que Ségur entretient avec un siècle de littérature pour la jeunesse (de ses propres lectures d’enfance à celle de ses enfants, puis de ses petits-enfants) passe de loin ce que le plus savant d’entre nous peut connaître. Que de titres sont aujourd’hui totalement oubliés. Nous ne pouvons qu’avancer à tâtons, et avec prudence.

  • 10 Ferdinand E.A. Gasc, Histoires amusantes et instructives, or Selections of complete stories from th (...)

13Ségur fut traduite d’abondance en espagnol et en italien, mais elle ne le fut guère en anglais. Il est donc précieux d’apprendre que quatre chapitres des Malheurs de Sophie furent publiés, l’année même de la parution du roman en France, dans un manuel destiné à l’apprentissage du français par des petits Anglais (9)10.

Ségur après Ségur

14La comtesse de Ségur occupe une place ambiguë dans la culture française. Si, au moins, elle n’avait été ni aristocrate ni catholique, elle aurait pu entrer sans trop de souci au Panthéon scolaire entre Victor Hugo, Jules Verne et Hector Malot ! Un monument à sa mémoire est érigé dans le jardin du Luxembourg en 1910. Les Cahiers séguriens reproduisent le discours que prononce Jules Lemaitre et la charge que rédige à cette occasion le critique Jean Ernest-Charles (5). Ce contraste entre révérence et rejet est un des traits de la réception française de Ségur au xxe siècle. Les Cahiers séguriens exhument un pastiche de Paul Reboux dans À la manière de … (Grasset, 1925) (6), ce qui constitue un indice de sa présence dans la mémoire des adultes. À propos des rééditions pour les enfants, une étude s’alarme des pratiques de récriture dans ce secteur de l’édition (« Passe encore d’abréger, mais fallait-il récrire ? ») (6).

  • 11 Georges Dottin, l’auteur de l’article, renvoie à une anecdote déchirante qui se situe sur un trotto (...)

15L’œuvre de Ségur a le statut de lecture d’enfance chez Gide (qui désavoue le jeune lecteur qu’il fut) et Jean Cocteau (5). Elle se prolonge dans l’œuvre adulte chez Pierre Herbart (5)11, José Cabanis (6) et André Mauriac (10). Le Général Dourakine fut un déclencheur d’écriture pour Louis Aragon enfant (2) ; Les Malheurs de Sophie furent un viatique pour Vladimir Nabokov, le lien avec le monde de l’enfance et de la Russie perdues, « l’équivalent de la madeleine de Proust » écrit Laura Kreyder (3).

16L’œuvre de la Comtesse de Ségur est une œuvre considérable, dont on ne se débarrasse pas si facilement ! Un jour viendra où l’on entreprendra enfin une édition critique et savante de ses romans. Ce jour-là, les chercheurs trouveront un nombre considérable d’informations dans les Cahiers séguriens.

Haut de page

Notes

1 Les Actes furent publiés sous le titre La Comtesse de Ségur et ses alentours dans les Cahiers Robinson (Presses de l’Université d’Artois) no 9, 2001.

2 Société des amis de la Comtesse de Ségur, 3, rue l’abbé Roger Derry, 61270 Aube

3 Elle est présente dans plusieurs bibliothèques parisiennes. La Bibliothèque nationale de France la répertorie non pas sous son titre mais à l’entrée-auteur « Association des amis de la Comtesse de Ségur ». Elle est en vente au Musée Ségur à Aube et à la Librairie de Thierry Corcelle (29, rue de Condé, Paris 6e).

4 Le premier numéro a paru sous le titre Les Cahiers de la Comtesse.

5 Gérard Gengembre signe un rapide compte rendu des trois premiers numéros dans Romantisme (2004, vol. 34, no 126).

6 Marie-Christine Vinson signe un long compte rendu dans la Revue d’Histoire littéraire de la France, 2010, no 1.

7 Olivier Piffault (éd.), Babar, Harry Potter & Cie. Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, Bibliothèque nationale de France, 2008, pp. 66-67.

8 Le rapprochement avec Jean Valjean n’est pas dit, mais il est évident que « Le Forçat » de Comédies et Proverbes est une réponse aux Misérables.

9 Le recueil sera réédité par Hachette jusqu’en 1900. Il fut également publié en 1857 au Havre par les soins de l’imprimeur Alphonse Lemale qui en donnera de son côté cinq rééditions entre 1860 et 1875.

10 Ferdinand E.A. Gasc, Histoires amusantes et instructives, or Selections of complete stories from the best French authors, chiefly contemporary, who have written for the young, with English notes, London, Bell and Daldy, 1859.

11 Georges Dottin, l’auteur de l’article, renvoie à une anecdote déchirante qui se situe sur un trottoir de Léningrad en 1935 et que Pierre Herbart raconte dans La Ligne de force (Folio Gallimard, 1980, p. 64-65).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Nières-Chevrel, « Présentation des Cahiers séguriens », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/735 ; DOI : 10.4000/strenae.735

Haut de page

Auteur

Isabelle Nières-Chevrel

Professeur émérite de Littérature générale et comparée (Université de Haute-Bretagne. Rennes II - CELAM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org