Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mariella Colin (éd.), Transalpina. La littérature de jeunesse italienne du xxe siècle

Michela Toppano
Référence(s) :

Mariella Colin (éd.), Transalpina. La littérature de jeunesse italienne du xxe siècle, n0 14, 2011, 233 p., 18 €

Entrées d’index

Géographique :

Italie

Chronologique :

xxe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Transalpina est entièrement consacré à la littérature italienne pour l’enfance et la jeunesse du xxe siècle et rassemble des articles de chercheurs français et italiens. Si les études dans ce domaine ne se sont développées que récemment en Italie, en France la littérature italienne pour l’enfance et la jeunesse est encore moins connue : excepté Mariella Colin, coordinatrice de ce numéro, et Sylvie Martin-Mercier, peu de chercheurs en ont fait leur objet d’études. Cette publication permet donc d’approfondir la connaissance d’une production considérée souvent comme marginale dans le cadre de l’italianisme français et non seulement français. Le numéro affiche une grande ambition dès le titre, puisqu’il voudrait fournir un aperçu de la littérature de jeunesse italienne du xxe siècle. On aurait pu craindre des lacunes regrettables, à l’intérieur de cette périodisation si large, ou le pêle-mêle, face à la diversité des démarches (thématiques, génériques ou historiques). Mais ces risques on été écartés. Pratiquement toute la période annoncée dans le titre a été prise en compte et la pluralité d’approches ne compromet pas la cohérence du numéro. Cette publication présente donc un intérêt certain à plusieurs points de vue.

2Premièrement, ces travaux permettent de reconstruire les étapes fondamentales d’une « histoire de la littérature italienne pour l’enfance et la jeunesse » au xxe siècle, avec ses évolutions, ses ruptures et ses tendances de long terme. Deuxièmement, à travers l’approfondissement de personnalités ou d’œuvres singulières, certains articles mettent en relief le rôle des principaux auteurs italiens pour la jeunesse (comme Gianni Rodari, Roberto Piumini, Beatrice Masini) ou nous font découvrir la contribution apportée à la littérature pour l’enfance par des auteurs pour adultes, comme Tommaso Landolfi ou Dino Buzzati. Enfin, plusieurs articles révèlent la complexité des rapports que cette production entretient avec la société italienne de l’époque et avec le parcours personnel des différents auteurs. Ces rapports sont visibles à travers la présence, dans les textes, de thématiques centrales dans la société italienne à des périodes charnière du xxe siècle (la science, dans la première décennie du siècle, ou la représentation de la petite fille, à partir des années 1980) ; à travers des spécificités nationales qui caractérisent certains secteurs de la production italienne pour l’enfance (comme les albums) ; à travers les liens avec l’expérience, existentielle ou sociale, des auteurs (comme en témoigne le traitement des lieux chez Gianni Rodari).

3Un premier groupe d’articles montre bien comment l’histoire de la littérature pour l’enfance du xxe siècle est marquée par une prise de conscience progressive de la spécificité des exigences et de la psychologie de l’enfant. Cette sensibilité se répercute sur la forme et sur les thématiques choisies par les auteurs, qui s’éloignent de plus en plus des stéréotypes, des formes expressives conventionnelles, de la poétique des bons sentiments et du moralisme conservateur du début du siècle. On assiste ainsi à un processus de légitimation d’une production destinée à l’enfance au sein du champs culturel et éditorial, à la naissance d’une tradition et d’un genre spécifique associant une recherche esthétique et thématique exigeante au plaisir du récit et du jeu. Cependant, cette évolution n’est pas linéaire : elle connaît des retours en arrière et des moments d’arrêt en relation avec le contexte historique et national.

4L’article de Luciana Pasino ouvre la voie décrivant l’évolution de la poésie pour les enfants du début du xxe siècle jusqu’à la période fasciste. Le début du xxe siècle marque une rupture par rapport à la période précédente : la poésie pour enfants s’affranchit du modèle et du langage des classiques de la littérature italienne – qui étaient à l’honneur notamment dans le contexte scolaire – grâce à deux types d’influences. D’une part, le poète symboliste Giovanni Pascoli – qui a établi, dans sa réflexion théorique, un lien étroit entre âme enfantine et création poétique – a fourni le modèle pour une poésie plus proche de la sensibilité magique et animiste des enfants, privilégiant le rapport à la nature et un langage simple. D’autre part, le futuriste Aldo Palazzeschi et les réalistes toscans inspirent un filon reflétant la nature impertinente de l’enfance, exploitant la parodie, le comique, les jeux de mots, le détournement ludique des modèles littéraires classiques. Ce renouveau est favorisé par la conception de pédagogues comme Giuseppe Lombardo Radice. Sa vision de la spécificité de l’enfance (fondée sur la créativité et la spontanéité) influence le contenu des programmes scolaires qu’il rédige pour la réforme de Giovanni Gentile de 1923 dans les premières années du fascisme. Cependant, cet élan est arrêté par l’introduction du livre unique d’État en 1929 et par le durcissement des contraintes idéologique du régime pendant les années suivantes. Les poètes confirmés délaissent alors la poésie pour les enfants. Les auteurs qui s’y consacrent prolongent de façon peu originale et édulcorée le filon pascolien ; d’autres se plient aux injonctions du régime et produisent une poésie de célébration, imprégnée de rhétorique patriotique et guerrière. Il faudra attendre l’après-guerre pour voir se profiler de nouvelles tendances.

5Franco Cambi souligne justement le changement intervenu dans les années cinquante, notamment grâce à l’œuvre de Gianni Rodari, qui renouvelle radicalement les thématiques, les formes et les visées de la poésie pour l’enfance. Cette dernière se fait porteuse d’un message universel supposé être plus proche de la sphère enfantine, fondé sur les valeurs de la solidarité et du pacifisme. Mais G. Rodari place surtout au cœur de la poésie l’aspect ludique, qui se manifeste à travers le jeu avec les formes et la langue, et la place laissée à la fantaisie et à l’imagination. Après G. Rodari, les poètes confirmés, qui s’étaient détournés de ce genre pendant le fascisme, reviennent à cette production. C’est le cas d’Alfonso Gatto, de Nanni Balestrini, d’Andrea Zanzotto. Ainsi, la poésie pour l’enfance devient à nouveau créatrice et novatrice : les bases d’une tradition littéraire véritable sont jetées. Ce renouveau est accompagné du développement de la critique consacrée à la littérature et la poésie pour les plus jeunes, dont le pionnier a été encore une fois Gianni Rodari avec sa Grammatica della fantasia (1973). Il est en outre renforcé par l’ouverture vers d’autres traditions nationales, comme le nonsens anglais ou le haiku japonais.

6Les années cinquante ont donc préparé l’essor définitif de la production pour l’enfance et la jeunesse qui se manifeste dans les années soixante-dix et que décrit Pino Boero. Se plaçant dans le sillage de Gianni Rodari, de nombreux auteurs parviennent à concilier plaisir du récit, attention à la psychologie de l’enfant ou de l’adolescent et engagement social. Marcello Argilli, Alberto Manzi, Lucia Tumiati abordent des thématiques sociales liées au contexte italien (les luttes sociales, les drames collectifs comme l’inondation du Polesine) ou à un contexte plus large (les tensions Est-Ouest, le racisme, l’écologie). À cette époque débutent également Roberto Piumini et Bianca Pitzorno, qui écrivent encore aujourd’hui. En outre, les années 1970 sont marquées par d’importants événements éditoriaux, comme la fondation de la maison Emme Edizioni, qui a profondément innové dans le domaine des albums, ou par le développement de l’Editoriale Libraria de Trieste, qui publie en 1978 Kromo Camillo de Carlo Tullio Altan, l’un des dessinateurs italiens contemporains les plus populaires.

7Dans cette histoire de la production pour l’enfance et la jeunesse, certaines œuvres et certains auteurs marquent des jalons importants. Ainsi, à la fin du fascisme, des signes de nouveauté apparaissent notamment chez des auteurs pour adultes comme Tommaso Landolfi et Dino Buzzati. Brigitte Poiterenaud-Lamesi montre que le roman de Tommaso Landolfi, Il principe infelice (1943) se présente comme une parodie de genres pour la jeunesse (la fable, le roman d’initiation) et synthétise des exigences complexes : le merveilleux est associé à une enquête sur le mécanisme du rêve et sur travail du désir qui n’est pas étrangère à une réflexion autobiographique. Stefano Lazzarin, pour sa part, se penche sur La famosa invasione degli orsi in Sicilia (1945). Il souligne la complexité du texte, qui mélange plusieurs genres (appartenant à la littérature écrit ou orale) et associe écriture et images, à l’intérieur du cadre prédominant du conte de fées illustré. Par ailleurs, l’élément féerique n’exclut pas des motifs fantastiques. Cette pluralité de formes est mise au service d’un message qui s’adresse en même temps aux enfants et aux adultes : le roman se présente en effet comme l’expression de la nostalgie du paradis perdu et comme l’expérience de sa récupération miraculeuse grâce à la féerie.

8L’excursion de ces auteurs pour adultes dans le domaine de la littérature pour l’enfance semble un premier signe de légitimation de ce genre dans le champ plus vaste de la littérature générale. Après eux, la personnalité « révolutionnaire » de Gianni Rodari sanctionne définitivement la dignité et la spécificité littéraire de la poésie et de l’écriture narrative pour les jeunes lecteurs. Sylvie Martin Mercier présente cet auteur, parmi les plus connus, sous une lumière nouvelle à travers un angle d’attaque original : la géographie dans les textes rodariens. L’analyse fait émerger trois approches des lieux et de l’espace. Dans une première phase de la production de Rodari, jusqu’aux année 1950, les lieux sont traités de manière réaliste et investis d’une signification idéologique qui renvoie à l’engagement social et politique de l’auteur pendant ces années. Une deuxième approche se superpose en partie à la première, puis la remplace. Les lieux sont transfigurés par l’imagination : Rodari revisite la géographie terrestre, cosmique ou mythologique de façon humoristique, il la désacralise, il joue avec les toponymes pour exploiter leur valeur phonique. Enfin, certains lieux présentent une valeur mémorielle : le lac d’Orta ou la ville de Rome appartiennent à la biographie de Rodari et sont utilisés comme matériau pour construire une œuvre poétique dans laquelle l’émotion du souvenir peut s’exprimer avec discrétion. Bien que les lieux soient plus évoqués que décrits dans le détail, ils acquièrent ainsi une force évocatrice et une fonction structurante dans la poétique rodarienne.

9Enfin, Lise Chapuis consacre son article à Roberto Piumini et Beatrice Masini, deux auteurs qui sont devenus des classiques contemporains et qui présentent plusieurs traits communs. Tous deux écrivent pour toutes les tranches d’âge (y compris pour les adultes, en ce qui concerne Roberto Piumini). Ils associent inventivité et gravité. Le plaisir du récit va de pair avec la mise en scène de thèmes complexes : les aléas de la construction de la personnalité des jeunes et des enfants, notamment à travers les deuils et les conflits, des sujets de société comme l’écologie ou le conditionnement médiatique. La variété thématique s’accompagne d’une grande attention prêtée à la forme et à la recherche expressive : Roberto Piumini fait alterner prose et poésie et mélange les genres, alors que Beatrice Piumini se plaît à varier les techniques narratives et les points de vue au sein de la même œuvre. Mêlant merveilleux et goût du réel, ils exploitent le langage non seulement comme outil de communication mais aussi comme objet à explorer par le jeu afin d’en dégager le potentiel créatif. Ces deux auteurs, reconnus dans le champ culturel et éditorial, proposent ainsi une littérature pour l’enfance qui ne cède pas à la facilité et révèle les mêmes soucis de qualité que la littérature pour adultes.

10D’autres articles sont consacrés à des thèmes ou à des genres spécifiques, qui permettent de mettre en relief le lien entre littérature pour l’enfance et contexte social, national ou biographique. Nous avons déjà décrit la manière dont Sylvie Martin-Mercier souligne l’influence de l’engagement social et de la mémoire biographique dans la géographie rodarienne. L’article de Giulia Pezzuolo analyse des romans « futuristes », publiés dans le quinze premières années du xxe siècle, qui mettent en scène la science et ses acquis au moment de l’essor industriel italien. Ces œuvres se font porteuses d’un discours antimoderniste : certains auteurs critiquent les résultats désagréables des avancées de la science et de la technologie ; d’autres déplorent plutôt le fait que le progrès scientifique se produit au détriment du progrès moral. Dans tous les cas, la critique ne frappe pas la science en elle-même, mais la manière dont elle se développe et s’impose. Tout en étant méfiants vis-à-vis de la modernité, ces auteurs exploitent néanmoins le merveilleux de la science dans un but ludique, pour captiver le jeune lecteur. Mais la présence de l’irréel est légitimée dans la mesure où il est subordonnée à une visée éducative : la représentation négative de la science sert en effet à confirmer la primauté d’autres valeurs et d’autres qualités de l’âme, comme la bonté, l’altruisme ou la solidarité. Cette représentation critique de la modernité révèle le malaise ressenti par ces intellectuels italiens, de formation essentiellement littéraire, face aux évolutions déroutantes de la société de l’époque.

11La problématique de la représentation de la petite fille dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse est abordée par Susanna Barsotti à travers l’œuvre de Bianca Pitzorno. Cette dernière est la première à introduire une nouvelle image de la petite fille, au moment même où la présence des femmes dans le monde politique et social devient de plus en plus sensible. Influencée par le modèle d’Astrid Lindgren, B. Pitzorno abandonne définitivement la figure de l’héroïne subordonnée au protagoniste masculin, se distinguant exclusivement par sa capacité de supporter des tragédies larmoyantes et par son esprit de sacrifice. Les jeunes protagonistes des romans de B. Pitzorno sont des petites filles rebelles, indépendantes, qui luttent pour s’émanciper des contraintes et des abus de pouvoir (familiaux, sociaux, générationnels ou de genre), elles dévoilent les hypocrisies et les conventions néfastes pour le développement de la personnalité des individus. Pour ce faire B. Pitzorno aborde les relations enfants-famille, enfants-adultes dans leur nature conflictuelle, contradictoire et parfois trouble, sans aucune volonté d’édulcorer la réalité.

12Enfin, Laura Finocchiaro Chimirri nous offre un aperçu sur la production d’albums pour enfants d’âge préscolaire. Après avoir tracé un panorama rapide de l’histoire de l’illustration italienne pour l’enfance depuis l’après-guerre jusqu’à nos jours, elle se concentre sur les illustrateurs contemporains qui ont crée des personnages très populaires auprès des tout-petits : Carlo Tullio Altan, Nicoletta Costa et Agostino Traini. Grâce à leur talent, ils sont devenus des artistes incontournables pour les principales maisons d’édition spécialisées, qui ont contribué au succès de leurs personnages par des stratégies éditoriales et commerciales sophistiquées. À partir de l’analyse de leurs albums, Laura Fournier Finocchiaro a identifié des constantes, thématiques, idéologiques et formelles, qui paraissent, à ses yeux, typiquement « italiennes ». Ces dessinateurs gardent en mémoire les références de l’histoire de l’art italien, privilégient les animaux anthropomorphiques, le goût du jeu plutôt que la visée pédagogique, ils renoncent à la tentation de briser la logique de l’enfance par l’insertion d’un discours adulte et préfèrent laisser la place au point de vue magico-animiste de l’enfant. C’est là une différence par rapport à la production française, à l’orientation pédagogique plus marquée. Cette spécificité pourrait-elle expliquer la difficulté de pénétration de ces albums italiens en France et vice-versa, à laquelle Laura Finocchiaro fait allusion par ailleurs dans son article ?

13Les contributions de ce numéro abordent des enjeux qui dépassent largement la seule production pour l’enfance et la jeunesse, tout en respectant les spécificités du genre : des études historiques, des analyses thématiques, les modalités de la constitution d’un canon et de l’institutionnalisation d’un genre longtemps considéré comme marginal. Dans leur ensemble, ces travaux montrent bien qu’il existe désormais, en Italie, une tradition de la production pour l’enfance de qualité dans les secteurs les plus variés. Cette tradition est alimentée et rénovée par des générations d’auteurs qui se succèdent et se relaient au sein d’un champs littéraire et plus largement artistique désormais reconnu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michela Toppano, « Mariella Colin (éd.), Transalpina. La littérature de jeunesse italienne du xxe siècle », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 21 avril 2014. URL : http://strenae.revues.org/730

Haut de page

Auteur

Michela Toppano

Université d’Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org