Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La surprenante imagerie médicale de la revue Neuf

Laurence Perrigault

Entrées d’index

Mots-clés :

photographie, revue
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Robert Delpire, éditeur ou “montreur d’images” », entretien mené par Laurent Boudier, in Le Journ (...)
  • 2 Encart inséré dans le numéro 3 de Neuf, mai 1951.

1Robert Delpire est étudiant en cinquième année de médecine lorsqu’il crée, à 23 ans, une nouvelle revue artistique destinée au corps médical, qu’il intitule Neuf. Delpire a raconté au journaliste Laurent Boudier l’origine de la revue : « À l’époque, j’essayais de faire du journalisme sans y arriver. Or, le directeur de la Maison de la médecine, maison qui était supposée avoir des activités culturelles et n’en avait pratiquement pas, m’a demandé de réfléchir à une revue. Et je me suis retrouvé à créer, avec quelques amis, cette revue Neuf. »1 Neuf connut quatre ans d’existence — de 1950 à 1953 — et neuf numéros. La périodicité était irrégulière, puisqu’il pouvait s’écouler près d’un semestre entre deux publications, les rédacteurs de la revue préférant « laisser sur leur faim [leurs] lecteurs plutôt que d’expédier un exemplaire dont la réalisation matériel ne [les] eut pas satisfaits. »2

2La Revue Neuf était donc initialement réservée au corps médical, une spécificité qui peut s’expliquer par les nombreux échanges qui existaient alors entre la médecine et les arts, notamment littéraires ; de nombreux écrivains avaient ainsi commencé par exercer comme médecins (citons Céline, Segalen) tandis que d’autres — parmi lesquels Cendrars, Breton ou encore Aragon — avaient entamé, sans les terminer, des études de médecine. Preuve des passerelles qui existaient entre ces disciplines, quatre des vingt-cinq professeurs appartenant au Comité de Patronage de la revue Neuf étaient également membres de l’Académie Française. Avant la création de Neuf, une autre revue artistique réservée au corps médical avait d’ailleurs paru pendant dix ans, de 1929 à 1939, sous deux noms différents : d’abord La Revue du Médecin puis Art et Médecine. Si le comité de rédaction de Neuf était essentiellement composé d’internes en médecine, Robert Delpire avait néanmoins souhaité s’adjoindre les services de deux personnes détachées du corps médical : Pierre Faucheux, graphiste, maquettiste et typographe remarquable, inventeur du livre moderne, qui assurait pour Neuf la fonction de conseiller technique, et Michel Ragon, écrivain et spécialiste de la littérature prolétarienne. Neuf afficha d’emblée l’alliance de la littérature et de la médecine puisque c’est Georges Duhamel, ancien médecin devenu lui aussi académicien, qui signa la préface du premier numéro.

  • 3 Revue Neuf n° 2, Noël 1950.
  • 4 Revue Neuf, n° 3, mai 1951.
  • 5 Revue Neuf, n° 4, octobre 1951.
  • 6 Revue Neuf, n° 7, septembre 1952
  • 7 Revue Neuf, n° 5, décembre 1951.
  • 8 Revue Neuf, n° 6, mai 1952.
  • 9 Revue Neuf, n° 8, décembre 1952.
  • 10 Revue Neuf, n° 9, sd.

3Si Georges Duhamel avait formulé le souhait que Neuf devienne une tribune pour les médecins autant que pour les lettrés, force est pourtant de constater que Delpire ne suivit pas longtemps cette ligne éditoriale, s’employant rapidement à évincer les médecins du comité de rédaction. Dans le premier numéro pourtant, les textes de Georges Duhamel, André Breton et Michel Ragon côtoyaient une note sur « le centenaire de la fonction glycogénique », un article psychanalytique ou encore un texte consacré au cinéma comme moyen d’enseignement chirurgical. Mais très vite — à partir du troisième numéro — Neuf abandonne totalement le domaine médical pour s’orienter vers une ligne éditoriale exclusivement artistique. Par ailleurs, après un premier numéro très éclectique, et sans doute pour donner davantage de cohérence à la revue, le choix est fait d’adopter pour chaque numéro un thème conducteur : ce sera d’abord « le Cœur »3 puis « le Jeu »4 « le Sport »5 et le Cirque »6. Le numéro 5 de la revue Neuf est entièrement consacré à l’œuvre de Brassaï7. Le n° 6 aux dessins humoristiques de Mose, Chaval et André François8, le numéro 8 aux Indiens des hautes plaines, avec 28 photographies de Robert Frank et un texte de l’écrivain Georges Arnaud9. Enfin, le dernier numéro de Neuf contient un album pour enfant entièrement conçu par André François : Les Larmes de crocodile10.

La publicité

  • 11 Revue Neuf, n° 2, op. cit., p. 19.
  • 12 Apollinaire, « Le Musicien de Saint Merry », Calligrammes, Paris, Gallimard, coll. la Pléiade, 1956 (...)

4Pour financer une revue à tirage limité (parce que réservée au corps médical), aussi richement illustrée, avec un papier de qualité garantissant une bonne reproduction des images, il était nécessaire de trouver des moyens financiers conséquents. Certes, Neuf n’avait pas pour objectif de faire des bénéfices : dans la préface au deuxième numéro de la revue, Robert Delpire citait le clarinettiste Mezz Mezzrow : « si tu ne peux pas te faire de fric, fais-toi des amis »11. Il n’empêche, il fallait de l’argent pour réaliser une revue de qualité telle que la rêvaient ses rédacteurs, et cet argent, la publicité pouvait l’apporter — d’autant qu’elle continuait de jouir d’un certain prestige depuis l’époque où Apollinaire avait mis au défi ses contemporains de rivaliser avec les étiquettes des parfumeurs12. Par la suite, de Mac Orlan à Fargue en passant par Cendrars, les artistes avaient été nombreux à faire l’éloge de la publicité, qui devenait un support possible pour leurs créations artistiques — et qui devait bientôt permettre à l’équipe réunie autour de Delpire de réaliser une revue artistique digne de ce nom.

  • 13 Françoise Denoyelle, La Lumière de Paris (tome 2 : Les Usages de la photographie, 1919-1939), Éditi (...)

5Les rédacteurs de Neuf pouvaient compter sur le secteur pharmaceutique pour financer leur entreprise : comme l’a bien montré Françoise Denoyelle dans Les Usages de la photographie13, de tous les annonceurs, les spécialités pharmaceutiques étaient en effet historiquement les plus anciennes et les laboratoires pharmaceutiques demeurèrent après la Seconde Guerre Mondiale les principaux clients des agences publicitaires. Cela explique que les annonces des produits pharmaceutiques aient longtemps compté parmi les plus novatrices : la concurrence était rude, les moyens financiers engagés importants, et les agences étaient incitées à créer des publicités capables de se démarquer de celles de leurs concurrents. Preuve de ces ressources : la revue Art et Médecine, évoquée plus haut, avait été entièrement financée par les laboratoires pharmaceutiques du Docteur Débat.

6Les annonceurs, conscients de la concurrence engagée et sachant les médecins constamment sollicités, rivalisaient de créativité, indifférents au coût de ces luxueuses publications. Alors que les articles de la revue Neuf étaient — sauf rares exceptions — édités en noir et blanc, les annonceurs s’offraient des publicités couleur en pleine page qui leur permettait de mieux se faire voir. C’était le cas par exemple des publicités des laboratoires Delagrange. Il s’agissait également de retenir l’attention du lecteur, en créant par exemple des publicités en lien avec les thèmes abordés dans Neuf. Ainsi, dans le numéro consacré au sport, les laboratoires Robert et Carrière avaient commandé au photographe Visharad une publicité sur laquelle figuraient différentes postures de yoga. De même, dans le dernier numéro de Neuf, consacré au récit pour enfants d’André François Les Larmes de crocodile, le laboratoire Krotoff avait eu l’idée d’utiliser un crocodile pour vanter son produit Oxyplastine, pourtant plus connu pour soigner les fesses irritées des bébés que les peaux épaisses des reptiles…

7Très vite, Delpire eut l’idée d’augmenter les recettes publicitaires de la revue en améliorant la qualité artistique des annonces publiées. Reprenant à son compte le conseil de Cendrars, qui recommandait aux industriels de faire faire leur publicité par les poètes, il offrit aux annonceurs la possibilité de faire appel aux artistes liés à la revue pour concevoir leurs images publicitaires. Celles-ci, estampillées Neuf, étaient réalisées par Mose (dessinateur) ou Facchetti (photographe). On peut évaluer l’impact des photographies de Neuf en comparant deux publicités publiées dans la revue pour le même produit : « Citronéma », la deuxième publicité étant produite par Neuf.

Publicité Citronéma, Revue Neuf, n° 3

Publicité Citronéma, Revue Neuf, n° 3

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

Publicité Citronéma, Revue Neuf, n° 6

Publicité Citronéma, Revue Neuf, n° 6

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

8Nous ne nous attarderons pas sur la place que la publicité devait occuper par la suite dans la carrière de Robert Delpire : rappelons simplement qu’après avoir ouvert, au début des années soixante, une agence de publicité, Delpire révolutionna la conception de la photographie publicitaire en faisant travailler les plus grands photographes de l’après-guerre : Henri Cartier-Bresson, Marc Riboud, William Klein, Sarah Moon ou encore Helmut Newton, pour n’en citer que quelques-uns.

L’ethnographie

  • 14 Minotaure, Skira et Tériade, 1933-1939. N° 1 à 13.
  • 15 Documents, Magazine illustré dirigé par Georges Bataille, 1929-1930.
  • 16 Didier Ottinger, « Isolateur et court-circuit », in Les Temps Modernes, décembre 1998 - janvier-fév (...)

9 Neuf pouvait donc compter sur la publicité pour être financé : il restait à fixer la ligne éditoriale de la revue. Publié cinq ans après la fin de la guerre, Neuf s’inscrivait dès son premier numéro dans la lignée des revues d’avant-garde qui s’étaient multipliées durant l’entre-deux-guerres, et notamment de la plus prestigieuse d’entre elles : Minotaure14. Lorsqu’en 1933 Albert Skira et Edouard Teriade avaient décidé de créer cette luxueuse revue, ils avaient longuement hésité sur la direction à lui faire prendre : prolonger la voie tracée par Georges Bataille dans la revue Documents15 ou s’inspirer des revues surréalistes parues dans les années vingt. Si Breton et ses amis étaient finalement parvenus à évincer Georges Bataille de la nouvelle revue, Minotaure consacra néanmoins l’assimilation des thèses de Documents par le surréalisme.16Consciemment ou non, Neuf allait à son tour osciller entre ces deux modèles, même si elle semblait davantage revendiquer l’influence surréaliste, comme en témoigne la présence, dès le premier numéro, d’André Breton parmi les rédacteurs de la revue. Ancien étudiant en médecine, Breton accepta en effet de rédiger une Note sur les masques à transformation de la cote pacifique Nord-Ouest —qui avaient la particularité de posséder un élément capable de pivoter sur lui-même. Un très beau masque haïda appartenant à sa collection personnelle et photographié par Facchetti faisait la couverture du premier numéro de Neuf.

Couverture du premier numéro de Neuf

Couverture du premier numéro de Neuf

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

  • 17 Minotaure, n° 2, juin 1933.

10D’emblée, Neuf mit en avant l’ethnographie, comme l’avait fait auparavant Minotaure, qui avait su ce faisant assimiler les thèses de Documents. En 1929, le sous-titre de Documents annonçait en effet l’ethnographie parmi les différentes rubriques qui devaient composer la revue (Documents, Doctrines, Archéologie, Beaux-Arts) ; pour ce faire, Documents fit appel à plusieurs ethnologues, collaborateurs réguliers de la revue, parmi lesquels Paul Rivet, André Schaeffner ou encore Marcel Griaule. Skira et Tériade avaient à leur tour inclus la rubrique « ethnologie » dans le sous-titre de Minotaure, et affirmé, dans une note éditoriale : « parmi les disciplines actuelles, l’ethnographie est, sans contredit, une des plus importantes [...]. Elle fournit d’indispensables matériaux à ces deux grands instruments de la connaissance humaine : sociologie et psychologie, en même temps qu’elle est un des ferments les plus actifs de l’esthétique moderne »17. Mais en pratique, cet intérêt s’émoussa vite, puisque après le remarquable numéro deux de la revue, entièrement consacréà la mission ethnographique Dakar-Djibouti, aucun article ne fut plus consacré à l’ethnologie, Minotaure se définissant dès lors essentiellement comme une revue d’art.

  • 18 La place importante accordée dans la revue à la photographie peut expliquer cet intérêt. Dès 1926, (...)
  • 19 Revue Neuf, n° 1, p, 31

11Il n’en fut pas de même pour Neuf, qui ne cessa tout au long de son existence de s’intéresser à l’ethnologie et à l’ethnographie18. Dès le premier numéro, un court article illustré, intitulé « La Croisière noire de la santé », retraçait l’itinéraire parcouru par la mission OCEM-Laforge à travers les territoires de l’Afrique Occidentale Française ; cette mission s’était donné pour but de tester un matériel sanitaire mobile qui devait permettre à des villages africains reculés de bénéficier périodiquement d’un dispensaire. Dans ce même numéro Marcel Lemaire, chirurgien de la première Expédition Polaire Française — dirigée par Paul-Emile Victor — donnait sur quatre pages ses « impressions sur le Groenland ». Deux photographies en pleine page de Jean-Jacques Languepin, photographe alpiniste, accompagnaient son texte. Bien qu’écrit par un chirurgien, le texte de Marcel Lemaire n’était pas médical, ce dernier souhaitant avant tout « donner quelques caractéristiques essentielles géographiques sur le Groenland, ethnologiques sur les esquimaux »19. Mais Lemaire n’était pas ethnologue et l’on devine parfois dans ses propos l’idéologie de la France coloniale : ainsi lorsqu’il affirme que « la colonisation a été incontestablement profitable à la race esquimaude ».

  • 20 « Sacrifices humains du Centre-Amérique », Documents, n° 4, deuxième année, 1930, p. 205.

12Le deuxième numéro de Neuf proposait un nouveau récit d’expédition : celui de Jacques Oudot, chirurgien de l’expédition Française à l’Himalaya en 1950. Là encore, ni récit médical (le Dr Oudot avait pourtant dû amputer sans anesthésie les doigts et orteils gelés de deux alpinistes de l’expédition), ni exaltation de l’exploit sportif réalisé par l’équipe, qui venait de réussir pour la première fois l’ascension de l’Annapurna, un sommet situé à plus de 8000 m d’altitude. Si le Dr Oudot publiait dans Neuf, c’était pour rendre compte de la vie des villageois au Népal et au Tibet — notons que les membres de l’expédition étaient les premiers Européens à pénétrer dans le Népal central. Trois photographies, cette fois prises par Marcel Ichac, cinéaste et alpiniste français, illustraient le texte. Dans ce même numéro de Neuf, Benjamin Péret signait un article sur « les sacrifices humains dans l’ancien Mexique » — un thème qui avait fait vingt ans plus tôt l’objet d’un article dans la revue Documents, écrit par Roger Hervé et intitulé « Sacrifices humains du Centre-Amérique »20. Certaines illustrations étaient communes aux deux revues, celles de Neuf parurent en couleur.

Illustration accompagnant l’article sur les sacrifices humains dans l’Ancien Mexique, Revue Neuf, n° 2

Illustration accompagnant l’article sur les sacrifices humains dans l’Ancien Mexique, Revue Neuf, n° 2

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

13Dans le troisième numéro, consacré à la thématique du jeu, le docteur Robert Gessain, médecin-anthropologue de la première Expédition au Groenland avec Paul-Emile Victor et futur directeur du Musée de l’Homme, publia un article, richement illustré de photographies à caractère ethnographique, intitulé « les esquimaux aiment s’amuser ». Cet article précédait un texte de Paul-Émile Victor consacré aux jeux de ficelle, dans lequel l’explorateur rappelait l’importance pour l’ethnographe d’étudier les jeux, susceptibles d’apporter des éléments importants sur lesquels baser l’étude des migrations.

14A partir du quatrième numéro, Neuf cessa de rapporter des récits d’expédition mais continua d’élargir l’horizon de ses lecteurs en publiant plusieurs reportages photographiques de qualité. Le premier, de Georges Rodger, allait marquer l’histoire de la photographie : intitulé Au Pays des Noubas, il avait été réalisé au Sud Soudan, Rodger ayant obtenu des autorités soudanaises l’autorisation de séjourner dans un village de noubas — il fut ainsi le premier occidental à photographier le rituel de ces tribus.

Photographie de Georges Rodger sur les Noubas, Revue Neuf, n° 4

Photographie de Georges Rodger sur les Noubas, Revue Neuf, n° 4

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

15Le second reportage, réalisé par Henri Cartier-Bresson, était intitulé « La Maison du muscle à Téhéran » . Il s’agissait d’une série de photographies réalisées au cours de son séjour en Iran, en 1950. Enfin, le numéro 8 de la revue Neuf, consacré aux Indiens des hauts plateaux, contenait vingt-huit photographies du jeune photographe Robert Frank.

Photographie Henri Cartier-Bresson, « la maison du muscle à Téhéran », Revue Neuf, n° 4

Photographie Henri Cartier-Bresson, « la maison du muscle à Téhéran », Revue Neuf, n° 4

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

Reconnaissance de la photographie

16Ces trois reportages en témoignent : si Neuf s’inspira largement des revues pluridisciplinaires d’avant-guerre, elle fut cependant pionnière dans la mise en valeur de l’image photographique – et de ses auteurs. Il faut se souvenir qu’à l’époque, c’est aux écrivains qu’il revenait de garantir la qualité d’une revue – pas aux photographes. En ce sens, Neuf n’échappa pas à la règle, puisqu’elle sut attirer les écrivains les plus prestigieux, parmi lesquels André Breton, Jean-Paul Sartre, Benjamin Péret, Pierre Mac Orlan, Henri Michaux, Jean Cocteau ou encore Jacques Prévert, auxquels vinrent s’ajouter les écrivains prolétariens invités par Michel Ragon : Tristan Rémy et Marc Bernard. La littérature aurait donc dû en toute logique occuper la première place de Neuf : c’était sans compter sur Robert Delpire, qui préféra donner à la photographie, dans les pages de la revue qu’il dirigeait, ses lettres de noblesse.

  • 21 André Breton, Le Surréalisme et la peinture, Gallimard, 1965, p. 32.

17L’idée qu’il avait fallu attendre la création de Neuf pour mettre en avant les photographes peut surprendre, puisqu’une vingtaine de revues littéraires — le plus souvent issues des avant-gardes — avaient régulièrement publié des images photographiques depuis l’entre-deux-guerres. André Breton n’avait-il pas lui-même exprimé le souhait, dès les années vingt, que « tous les livres valables cessent d’être illustrés de dessins pour ne plus paraître qu’avec des photographies »21 ? Et en effet, les photographes furent nombreux qui gravitèrent autour du surréalisme. Cela ne doit pourtant pas nous tromper quant à la place accordée à la photographie au sein du mouvement : si elles illustraient régulièrement les articles publiés dans les deux premières revues surréalistes — La Révolution Surréaliste et Le Surréalisme au service de la Révolution — la plupart des photographies reproduites n’étaient pas créditées. Les photographes peinaient alors à acquérir le statut d’auteur et leurs images étaient souvent perçues comme de simples documents. Il fallut attendre la création de Minotaure pour voir d’autres photographes que Man Ray enfin promus au rang d’artiste — mais là encore, il restait dans les pages de la revue de nombreuses photographies non créditées. Rappelons que lorsqu’André Breton retraça avec André Parinaud en 1952 l’histoire complète du surréalisme, il éluda totalement la photographie ; seul Man Ray fut cité régulièrement, mais toujours en qualité de peintre, jamais en tant que photographe.

18Neuf pour sa part afficha très tôt sa préférence pour la photographie : après trois courts articles consacrés à Raoul Dufy, Henri Matisse et Marc Chagall, la peinture fut en effet totalement évincée de la revue, au profit de l’image argentique — qui bénéficia dans les pages de la revue d’une considération similaire à celle qu’avait eue la peinture dans les revues d’avant-garde. La mise en page de Neuf confirme l’intérêt de Delpire pour cet art que Bourdieu, dix ans plus tard, devait qualifier de « moyen » : les photographies, systématiquement créditées, étaient imprimées en pleine page, sur papier couché. Lorsque Neuf publie dans le deuxième numéro trois photographies d’Izis, un encart noir, quelques pages plus loin, vient rappeler qu’il en est l’auteur. Surtout, Delpire publie deux numéros spéciaux : le premier — le numéro 5 — est entièrement consacré à l’œuvre de Brassaï — l’accent étant mis sur son œuvre photographique, le second, le numéro 8, concerne les Indiens des Hauts plateaux : il est composé de 28 photographies faites par un jeune photographe encore inconnu : Robert Frank: ce même photographe qui allait bientôt révolutionner le monde de la photographie, en publiant, aux Editions Delpire, Les Américains, en 1958.

Robert Frank, Pérou, 1948, Revue Neuf, n° 8

Robert Frank, Pérou, 1948, Revue Neuf, n° 8

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

  • 22 Michel Ragon, D’une Berge à l’autre : pour mémoire 1943-1953, Paris, 1999, Collection le Livre de p (...)

19Mais revenons à Neuf : Michel Ragon a rappelé que Robert Delpire avait d’emblée eu dans l’idée de publier une revue dans laquelle la photographie, en noir et en couleurs, serait reine.22 Pour ce faire, il commença par faire appel à des photographes reconnus, qui exerçaient déjà durant l’entre-deux-guerres : Lucien Lorelle, fondateur du groupe des XV, Pierre Boucher, créateur d’Alliance photo, Paul Facchetti ou encore Denise Bellon. Peu de photographes ayant gravité autour du surréalisme, donc, hormis Brassaï et Cartier-Bresson, mais il faut rappeler qu’après la guerre, la plupart d’entre eux avaient quitté la France ou abandonné la photographie : c’était le cas notamment de Man Ray, d’André Kertész, de Dora Maar, d’Eli Lotar, de Jacques-André Boiffard. Robert Delpire offrit surtout à des photographes comme Robert Doisneau, Izis ou encore Willy Ronis la possibilité de s’éloigner momentanément des pages des magazines d’actualité qui accueillaient habituellement leurs images pour collaborer à Neuf. Ces trois photographes — aujourd’hui qualifiés d’humanistes — devaient l’année suivante exposer avec Brassaï et Cartier-Bresson au MoMA de New York… Si l’on veut mieux comprendre la ligne éditoriale de Neuf concernant la photographie, il est nécessaire de rappeler qu’en 1950, lorsqu’est publié le premier numéro de la revue, il n’y a pas encore eu de véritable rupture esthétique dans la photographie d’après-guerre : la génération de photographes cités plus haut ayant choisi de prolonger la voie tracée pendant les années trente par Brassaï, Cartier-Bresson ou Kertesz. En ce sens, le huitième numéro de Neuf allait marquer une véritable rupture, puisque Robert Delpire confia l’intégralité de l’illustration de la revue à Robert Frank, un jeune photographe qui n’avait pas trente ans et qui, surtout, n’avait encore jamais publié… Avec William Klein, Robert Frank devait être à la photographie, dans les années cinquante, ce que la Nouvelle Vague allait bientôt être au cinéma.

De la Revue Neuf aux Éditions Delpire

20La mise en valeur des images photographiques impliquait on l’a vu la suppression de nombreuses rubriques à l’intérieur de la revue : au fur et à mesure que paraissaient les numéros disparaissaient les articles concernant la médecine, la peinture, la musique, les récits de voyage… Très vite, Neuf n’eut donc plus grand chose à voir avec une revue pluridisciplinaire. A partir du numéro 4 — consacré au sport — Delpire a l’idée de tirer 2000 exemplaires en supplément du tirage habituel strictement réservé au corps médical, afin de le vendre en librairie. Le numéro suivant — sur Brassaï — connaît également un tirage à part : la couverture est en toile et l’ouvrage comporte huit photographies supplémentaires — qui viennent remplacer les publicités pharmaceutiques. La revue cesse dès lors d’être une revue pour devenir prétexte à de véritables livres, et Robert Delpire abandonne progressivement son rôle de rédacteur en chef pour devenir éditeur.

21Le passage de la revue Neuf à la création de la maison d’édition Delpire a marqué l’histoire du livre photographique en France. Jusqu’alors, les photographes travaillaient essentiellement pour la presse, la mode ou la publicité — rarement pour l’édition. S’il arrivait qu’un éditeur publie occasionnellement un livre de photographies, aucun ne s’était encore spécialisé dans cette discipline. Surtout, les photographes bénéficiaient rarement d’une reconnaissance artistique, laquelle revenait de droit à l’écrivain qui préfaçait leur ouvrage : sur la couverture du célèbre Paris de nuit de Brassaï, par exemple, le corps de la police de caractère utilisé pour écrire son nom est moitié moins grand que celui qui a servi pour le nom de Paul Morand — on pourrait multiplier les exemples. Les alliances réussies entre un écrivain et un photographe étaient rares, et c’était surtout les revues qui se chargeaient d’accueillir les échanges les plus fructueux entre la littérature et la photographie. Avec la création des Éditions Delpire, tout évolue très vite : Delpire publie plusieurs ouvrages photographiques, certains en format poche — ceux de la collection « HUIT ». Il reprend à son compte le principe de la préface et adjoint aux photographes qu’il publie les noms d’écrivains prestigieux : en 1954, Jean-Paul Sartre préface D’une Chine à l’autre, de Cartier-Bresson et Antonin Artaud Les Danses à Bali, du même photographe ; la même année, Montherlant préface Séville en fête, de Brassaï. Mais désormais, ce sont les photographes qui sont mis en avant : la typographie est la même pour le photographe et pour l’écrivain, et c’est le nom du photographe qui est d’abord indiqué. Dans les années qui suivront, Delpire publiera notamment les photographies de Robert Doisneau, d’Ylla, de Werner Bischof ou encore de Robert Frank. A cette époque, quelques éditeurs suivent le chemin de Delpire : les Editions Artaud s’orientent vers le livre d’art et les Éditions du Seuil confient à Chris Marker la direction de la collection de guides de voyage « Petite planète ». Ces trois éditeurs devaient dominer le marché naissant du livre photographique jusqu’au début des années soixante, date à partir de laquelle les livres de photographies allaient se multiplier – sans que la qualité soit toujours au rendez-vous. Toutefois — si l’on excepte le New York de William Klein que Chris Marker était parvenu à faire publier au Seuil — Delpire fut le seul à publier systématiquement des monographies, affirmant ainsi le statut d’auteur du photographe, encore trop souvent assimilé à un simple illustrateur. Delpire remporta en 1955 la première édition du prix Nadar décernée par les Gens d’images : c’était le début d’une longue aventure d’édition photographique, qui dure encore aujourd’hui.

Arts mineurs : dessins humoristiques et livres pour enfants

22Si cette communication est essentiellement axée sur la photographie, nous ne saurions conclure sans évoquer, même brièvement, la présence du dessin humoristique et de l’illustration destinée à la jeunesse dans les pages de la revue. Si l’on excepte l’article que Jacques Prévert avait consacré dans Documents au dessinateur Pierre-Henri Cami, jamais jusqu’alors le dessin humoristique n’avait été jugé digne d’avoir sa place dans une revue artistique. Delpire choisit pour sa part d’ouvrir régulièrement les pages de sa revue à trois dessinateurs : Mose, Chaval et André François, allant jusqu’à leur consacrer un numéro spécial dont Jacques Prévert trouva le titre : Manigances.

Dessin humoristique d’André François, Revue Neuf, n° 6

Dessin humoristique d’André François, Revue Neuf, n° 6

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

23Plus surprenant : pour le n° 9 — forcément attendu — de la revue Neuf , qui devait être aussi le dernier numéro, Robert Delpire offrit à ses lecteurs « un livre d’enfant » en couleurs : Les larmes de crocodile, d’André François.

Couverture du neuvième numéro de Neuf, dessin André François

Couverture du neuvième numéro de Neuf, dessin André François

Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.

24 Un livre de jeunesse dans une revue parrainée par plusieurs membres de l’Académie Française et destinée avant tout au corps médical : un choix évidemment audacieux, qui explique l’avertissement publié par Delpire dans les premières pages de la revue, où il invitait les lecteurs qui n’y auraient pas trouvé leur compte à se jeter sur les montages astucieux de Trez et Dejoux. Le choix de Delpire s’avéra toutefois judicieux, comme le prouvent les nombreuses communications de ce colloque qui font référence à ce chef-d’œuvre d’André François.

25Robert Delpire dit de lui-même qu’il n’est pas un éditeur au sens classique du mot mais un montreur d’images. Il aurait pu reprendre à son compte les mots de Jacques Prévert : « j’accorde autant d’importance, et même beaucoup plus, aux petites choses sans importance écrites pour les enfants qu’aux grandes choses définitives écrites pour d’importants adultes. » La revue Neuf a permis à Delpire de commencer à explorer des domaines habituellement tenus à l’écart de la culture, tels la photographie, le dessin d’humour ou la littérature jeunesse. Récemment interrogé sur Roman Cieslewicz, Delpire regrettait que les illustrateurs soient toujours aussi mal servis par rapport à leurs confrères photographes. Il oubliait de préciser le rôle important que lui-même avait joué dans cette revalorisation de l’image photographique. La création de la collection Photo-poche — la plus vendue dans le monde — a contribué à cette valorisation : gageons que Poche illustrateur contribuera à son tour à mieux faire connaître des illustrateurs que Delpire a contribué — et d’abord dans les pages de Neuf — à faire non seulement connaître mais aussi reconnaître.

Haut de page

Notes

1 « Robert Delpire, éditeur ou “montreur d’images” », entretien mené par Laurent Boudier, in Le Journal des Arts - n° 136, 9 novembre 2001.

2 Encart inséré dans le numéro 3 de Neuf, mai 1951.

3 Revue Neuf n° 2, Noël 1950.

4 Revue Neuf, n° 3, mai 1951.

5 Revue Neuf, n° 4, octobre 1951.

6 Revue Neuf, n° 7, septembre 1952

7 Revue Neuf, n° 5, décembre 1951.

8 Revue Neuf, n° 6, mai 1952.

9 Revue Neuf, n° 8, décembre 1952.

10 Revue Neuf, n° 9, sd.

11 Revue Neuf, n° 2, op. cit., p. 19.

12 Apollinaire, « Le Musicien de Saint Merry », Calligrammes, Paris, Gallimard, coll. la Pléiade, 1956, p. 188.

13 Françoise Denoyelle, La Lumière de Paris (tome 2 : Les Usages de la photographie, 1919-1939), Éditions l’Harmattan, 1997.

14 Minotaure, Skira et Tériade, 1933-1939. N° 1 à 13.

15 Documents, Magazine illustré dirigé par Georges Bataille, 1929-1930.

16 Didier Ottinger, « Isolateur et court-circuit », in Les Temps Modernes, décembre 1998 - janvier-février 1999, n° 602, p. 76.

17 Minotaure, n° 2, juin 1933.

18 La place importante accordée dans la revue à la photographie peut expliquer cet intérêt. Dès 1926, Marcel Mauss introduisait dans son cours d’ethnologie à Paris-I-Sorbonne l’idée que le procédé photographique devait permettre de collecter des données visuelles et de mémoriser ainsi de multiples détails relatifs aux faits observés : « on ne fera jamais trop de photos ». (Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, 1926, consultable en ligne : http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/manuel_ethnographie/manuel_ethnographie.html)

19 Revue Neuf, n° 1, p, 31

20 « Sacrifices humains du Centre-Amérique », Documents, n° 4, deuxième année, 1930, p. 205.

21 André Breton, Le Surréalisme et la peinture, Gallimard, 1965, p. 32.

22 Michel Ragon, D’une Berge à l’autre : pour mémoire 1943-1953, Paris, 1999, Collection le Livre de poche p. 224

Haut de page

Table des illustrations

Titre Publicité Citronéma, Revue Neuf, n° 3
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Publicité Citronéma, Revue Neuf, n° 6
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Couverture du premier numéro de Neuf
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Illustration accompagnant l’article sur les sacrifices humains dans l’Ancien Mexique, Revue Neuf, n° 2
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Photographie de Georges Rodger sur les Noubas, Revue Neuf, n° 4
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Photographie Henri Cartier-Bresson, « la maison du muscle à Téhéran », Revue Neuf, n° 4
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Robert Frank, Pérou, 1948, Revue Neuf, n° 8
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Dessin humoristique d’André François, Revue Neuf, n° 6
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Couverture du neuvième numéro de Neuf, dessin André François
Crédits Avec l’aimable autorisation de Robert Delpire.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/73/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Perrigault, « La surprenante imagerie médicale de la revue Neuf », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://strenae.revues.org/73 ; DOI : 10.4000/strenae.73

Haut de page

Auteur

Laurence Perrigault

Docteur de l'Université de Rennes 2, membre du CELAM.  Enseignante à l'IUT de Paris 8 et à l'INSA

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org