Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Keeling Kara K. et Pollard Scott T., Critical approaches to food in children’s literature

Émilie Salvat
Référence(s) :

Keeling Kara K., Pollard Scott T., Critical approaches to food in children’s literature, New York, Routledge, coll. « Children’s literature and culture », n˚ 59, 2009, 276 p., 74,20 €

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif (une vingtaine de contributeurs) présente différents aspects de l’alimentation dans la littérature jeunesse. Les différents thèmes abordés permettent de mieux saisir certains enjeux de l’alimentation et notamment de mettre en évidence la dimension culturelle et politique inhérente à ce thème. La variété des articles est pertinente et riche en termes de données. Cependant, j’émettrais certaines réserves et critiques par rapport à certains articles qui manquent d’analyse et/ou d’illustration et, d’une approche multidisciplinaire.

2Dans un chapitre introductif, Food in Children’s Litterature, Kara K. Keeling et Scott T. Pollard rappellent que les études sur l’alimentation et notamment dans le champ littéraire ont longtemps été marginales. Les premières études sur l’alimentation viennent de l’anthropologie (Claude Lévi-Strauss, Mary Douglas), la sociologie et l’histoire (Fernand Braudel) puis progressivement ce thème est devenu un champ d’étude, notamment littéraire. C’est le cas de l’ouvrage cité, Voracious Children : Who eats Whom in children’s literature de Carolyn Daniel qui démontre que l’alimentation évoquée dans la littérature jeunesse apprend à l’enfant comment devenir humain (« Food events in children’s literature are clearly intended to teach children how to be human », p. 13).

3Ils montrent que l’alimentation est un élément fondamental : en premier lieu pour la vie, puisque c’est une nécessité biologique, mais aussi pour toutes les cultures et tous les peuples notamment à travers leurs productions culturelles et imaginaires (« to the imagination and the imaginary arts », p. 4) – donc aussi dans la littérature, particulièrement pour la jeunesse.

4En ce sens, par l’intermédiaire du récit de L’Odyssée, Kara K. Keeling et Scott T. Pollard expliquent que la présence de la nourriture, les scènes de repas font partie intégrante de l’épopée. Cet exemple, parmi d’autres cités (Les Contes de Canterbury, Gargantua et Pantagruel, Madame Bovary…) illustre le rôle de l’alimentation dans la littérature. L’alimentation est un signifiant culturel et celle-ci est pertinente à analyser dans la diversité littéraire…

5L’ouvrage est ensuite divisé en plusieurs sections : « Reading as Cooking », « Girls, Mothers, Children », « Food and the Body », « Global/Multicultural/Postcolonial Food », « Through Food the/a Self ». L’ensemble des articles recouvre un large éventail de sujets concernant l’alimentation dans la littérature jeunesse.

6Dans un article intitulé Delicious Suplements : Literary Cookbooks as Additive to Children’s texts, Jodie Slothower et Jan Susina étudient les livres de cuisine en tant que livres mais aussi sous l’angle du lien s’établissant entre adulte et enfant. Cet article observe aussi l’influence des « super systèmes commerciaux » qui diffusent des livres comme The Star Wars Cookbook : Wookie Cookies and Other Galactic Recipes ou What’s Cooking ? : A Cookbook for Kids (Ratatouille). Cela développe une nouvelle communauté de jeunes gastronomes liée à certaines références culinaires correspondant à des personnages ou univers fictifs. Comme le souligne Alexandra Zissu (citée p. 32), beaucoup de parents ont remarqué que leur enfant avaient plus d’affinité pour la cuisine en regardant Cartoon Network. Enfin, il y a une correspondance entre cuisiner et lire qui permet symboliquement de considérer ces livres comme une forme de « littérature cannibale » (« a form of literary cannibalism », p. 36). Cet article forme à lui seul la deuxième partie de l’ouvrage ; la signification symbolique de l’objet livre et de la lecture comme incorporation aurait pu être plus approfondie. Cependant, l’analyse de l’influence de la littérature jeunesse et des arts visuels (dessins animés, films) est très étayée.

7Une troisième section, « Girls, Mothers, Children » analyse la notion de genre et les relations intergénérationnelles autour de l’alimentation. Holly Blackford (Recipe for Reciprocity and Repression : The Politics of Cooking and Consumption in Girls’Coming-of-Age Literature ) analyse les représentations de la cuisine dans la littérature destinée aux filles et surtout le rapport entre mère et fille à travers différents exemples comme la série de Laura Ingalls Wilder, Little House (La Petite maisons dans la prairie), le roman de Lucy M. Montgomery Anne of Green Gables (La Maison aux pignons verts), Little Women (Les Quatre filles du docteur March) de Louisa M. Alcott, etc. Elle montre comment la cuisine peut à la fois acculturer les filles car elle les prépare à un rôle, mais peut aussi être un marqueur de la rébellion, comme pour Jo March. De même, la figure de la mère est paradoxale : à la fois mère nourricière (« divine sacrificial objects », p. 43) et mauvaise mère (« evil witches », p. 43).
Lisa Rowe Fraustino (The Apple of Her Eye : The Mothering Ideology Fed by Best-selling Trade Picture Books), quant à elle, analyse plus précisément le rôle de la « bonne mère », en montrant comment elle est étroitement associée à la subsistance, au mythe culturel de la bonne mère, ce qui par les illustrations et des récits transmet ou renverse l’idéologie dominante.
Cette section très synthétique, peut-être trop, propose donc de s’intéresser à la question du lien mais surtout de la représentation des rôles sexués, notamment celui de la femme, à travers l’alimentation.

8Une quatrième partie s’intéresse au rapport entre corps et nourriture. Que cela soit Leona W. Fisher et son analyse de Nancy Drew, la représentation du mangeur dans la littérature jeunesse du xixe siècle par Jacqueline M. Labbe ou l’appétit vorace étudié dans The Boy Hero par Jean Webb, ces différents articles s’intéressent aux représentations de l’alimentation et surtout du corps.
Entre conservatisme lié à une période historique (la littérature jeunesse du xixe siècle, ou des années trente) et conformisme lié à certains modèles culturels, certains personnages sont considérés comme corrompus selon leur corporalité et leur consommation ; la consommation traduit une attitude morale, la graisse devient associée à un caractère. La grosseur, l’obésité sont mises en opposition avec le corps athlétique et surtout les qualités et attitudes positives, modèle du héros.
Ces stéréotypes du corps et des attitudes jugées positives ou négatives se retrouvent aussi aujourd’hui comme dans le personnage d’Augustus Gloop dans Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl, ou Dudley Dursley dans Harry Potter de J.K. Rowling. Toutefois, certains récits comme Fat Boy de Catherine Forde portent un autre regard sur cette question.
Cette section bien développée met en évidence un autre aspect de l’alimentation dans la littérature jeunesse : celui du corps et surtout des représentations d’un individu par rapport à ses pratiques alimentaires. Certains stéréotypes sont construits à partir de l’alimentation et ont des conséquences.

9La partie intitulée « Global/Multicultural/Postcolonial Food » est composée de plusieurs articles consacrés à la littérature jeunesse de l’empire britannique, et plus largement du monde anglo-saxon, et son influence avec le colonialisme. Le premier article – The Raters of Everything : Etiquettes of Empire in Kipling’s Narratives of Imperial Boys, de Winnie Chan, – s’intéresse aux ouvrages de Kipling et au symbole de l’empire dans ceux-ci (comme The Jungle Books). Ensuite, viennent différents articles analysant la littérature jeunesse et différentes cultures.

10Lan Dong analyse l’alimentation et les habitudes alimentaires en tant que construction identitaire et porteuse de sens surtout dans la littérature jeunesse des Américains d’origine asiatique (Eating Different, Looking Different : Food in Asian American Childhood). Karen Hill McNamara analyse dans « The Potato Eaters : Food Collection in Irish Famine Literature for Children » l’ensemble des récits irlandais évoquant la famine du xixe siècle. Elle montre que de nombreuses histoires pour enfant mettent en scène cette période et expliquent aussi comment l’aide alimentaire était disponible mais n’est jamais arrivée à bon port. Genny Ballard, quant à elle, a analysé certains livres illustrés de la littérature jeunesse latino et latino-américaine. Ces livres développent le sujet de la cuisine en lien avec la condition des filles (The Keys to the Kitchen : Cooking and Latina Power in Latin(o) American Children’s Stories). Enfin, Richard Vernon s’intéresse à la littérature jeunesse brésilienne, notamment à l’écrivain Monteiro Lobato, qui à travers ses récits a contribué à une littérature subversive prônant par exemple la liberté individuelle (Sugar or Spice ?, The Flavor of Gender Self-Identity in an Example of Brazilian Children’s literature).
Cette section met en évidence la diversité culturelle de l’alimentation et ces significations culturelles ; section très développée mais qui axe les analyses surtout sur les littératures américaines ou exportées dans ce continent au travers de l’histoire de l’Empire Britannique ou de l’Amérique.

11Une dernière partie – Through Food the/a Self examine comment L’alimentation construit ou déconstruit l’identité de l’enfance. James Everett ouvre cette section avec une analyse de l’orange, notant l’ambivalence de ce fruit, symbole de la fuite et de la perte à travers plusieurs récits comme Jane Eyre de Charlotte Brontë ou Life on the Mississippi de Mark Twain (Oranges of Paradise : The Orange as Symbol of Escape and Loss in Children’s Literature). Elizabeth Gargano, elle, s’intéresse à l’idéologie autour de l’alimentation à travers A Wrinkle in Time de Madeleine L’Engle. Robert M. Kachur analyse Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl comme étant un récit biblique ; symboliquement les personnages et épreuves seraient des analogies de cette religion : Charlie le fils comme le Christ, la rivière de chocolat l’interdit etc.( A consuming Tradition : Candy and Socio-religious Identity Formation in Roald Dahl’s Charlie and the Chocolate Factory).

12Dans Prevailing Culinary, Psychological, and Metaphysical Conditions : Meatballs and Reality, Martha Satz analyse à son tour, l’aspect symbolique de l’alimentation dans le livre Cloudy With a Chance of Meatballs de Judi Barrett ; la structure même du récit entremêle le réel et l’imaginaire. Il apparait une dialectique entre l’alimentation perçue comme plénitude, amour dans l’imaginaire et lâcher prise, maîtrise dans le réel. Enfin, pour le dernier article de l’ouvrage – « The Attack of the Inedible Hunk ! » : Food, Language, and Power in the Captain Underpants Series –, Annette Wannamaker analyse l’utilisation controversée de l’alimentation dans la série Captain Underpants de Dav Pilkey.
Dernière section de l’ouvrage, celle-ci semble plus fourre-tout que les autres ; il n’y a pas de réel lien entre les différents articles. Malgré l’abondance d’exemples et de références, dans cette section en particulier, on a du mal à cerner ce qu’apportent ces analyses et quels sont les buts recherchés.

13En conclusion, on regrettera que certains articles soient plus descriptifs qu’analytiques ; par ailleurs il aurait été encore plus intéressant d’analyser de façon pluridisciplinaire ces différents thèmes. L’ouvrage ne propose en effet aucune approche sociologique ni anthropologique, alors que pour analyser cet acte social et culturel ainsi que ses représentations/significations, elles auraient été essentielles (ici, presque tous les chercheurs appartiennent à la même discipline). Par ailleurs on peut constater un léger déséquilibre, surtout dans deux sections, où un autre agencement des articles aurait permis plus de clarté. De même, une conclusion de l’ouvrage aurait été utile pour faire du lien entre ces différentes analyses littéraires.
En outre, il n’y a presque pas d’illustrations alors que dans la littérature pour la jeunesse, les illustrations mettant en scène des pratiques alimentaires peuvent aussi accentuer ou ajouter une signification au texte. Certains chercheurs prennent en compte les illustrations, mais elles n’apparaissent pas dans le volume ; quelques exemples auraient parfois permis d’étayer les articles.
De plus, cet ouvrage a pour but de montrer la diversité culturelle des productions littéraires évoquant l’alimentation ; pourtant les analyses se bornent surtout à analyser ce thème en Amérique du nord et du Sud ; on ne retrouve l’Europe qu’à travers les pays anglo-saxons, de même les pays d’Asie et le Moyen-Orient sont évoqués à partir des migrants alors qu’il serait pertinent aussi de s’intéresser à l’alimentation dans la littérature jeunesse au-delà du point de vue anglo-saxon.
Malgré ces différentes réserves, cet ouvrage donne des pistes de lecture (des bibliographies très complètes) et des pistes de compréhension pour mieux appréhender la prédominance et les significations (culturelles, historiques, sociales, politiques) de ce thème dans cette vaste littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Salvat, « Keeling Kara K. et Pollard Scott T., Critical approaches to food in children’s literature », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/726

Haut de page

Auteur

Émilie Salvat

Docteur en sociologie, laboratoire CERMAHVA – Université François Rabelais, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org