Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fabio Targhetta, Serenant et illuminant. I cento anni della SEI

Michel Manson
Référence(s) :

Fabio Targhetta, Serenant et illuminant. I cento anni della SEI, Torino, SEI, 2008, XV-200 p., 25 pl.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La SEI, qui édite ce livre consacré à son histoire, est la Società Editrice Internazionale. Il y a six chapitres, qui correspondent à un plan chronologique : les origines de la SEI (Don Bosco et les Salésiens, de 1862 au début du xxe siècle), le passage d’une imprimerie de la Bonne Presse à une entreprise éditoriale, fondée le 31 juillet 1908 (débuts du xxe siècle et première guerre mondiale), l’entre-deux-guerres, les années 1950 et 1960, la SEI et l’école de masse, la SEI dans le nouveau millénaire. À la fin, un cahier de 25 pages d’illustrations couleur, avec deux ou trois figures par page, illustrant un texte de Pompeo Vagliani, « Parcours iconographique ». Il n’y a pas de bibliographie à la fin, mais des notes en bas de page renvoyant aux archives et aux publications scientifiques, tant sur la maison d’édition que sur les contextes historiques et religieux, et donnant des renseignements biographiques sur des acteurs importants. Il s’agit donc d’un travail sérieux, de type universitaire. L’auteur veut insérer l’histoire de cette maison d’édition dans la « complexe histoire sociale, scolaire et économique de notre pays » (p. XI). L’enjeu est important, sur le plan de l’histoire des éditions pour la jeunesse : montrer comment une entreprise catholique a réussi à négocier le passage dans la modernité économique tout en gardant une place non négligeable dans le panorama de l’édition pour la jeunesse.

2La fondation en 1908 de la Società Anonima Internazionale per la Diffusione della Buona Stampa (SAID Buona Stampa) s’appuie sur l’œuvre antérieure des Salésiens et sur l’intuition et le travail de Don Bosco lui-même pour la diffusion de la religion catholique. Depuis la création en 1853 de ses Letture Cattoliche, collection mensuelle de publications catholiques pour les artisans, les paysans et les jeunes urbains ou ruraux, il n’a eu de cesse de se donner les moyens d’imprimer puis d’éditer des ouvrages éducatifs, manuels scolaires, dictionnaires, théâtre éducatif, ces livres servant dans les écoles salésiennes. Au début du xxe siècle, les petites entreprises dispersées s’organisent en plus grosses unités : elles prennent conscience qu’il ne faut plus s’isoler de l’évolution de la société italienne civile apparue avec l’unification, et qu’il faut faire cesser la fragmentation territoriale des initiatives d’édition catholique. Ainsi apparaissent de nouveaux pôles d’édition catholique : à Brescia, la maison d’édition La Scuola ; à Milan, Vita e pensiero ; à Alba, la Pia Società San Paolo, entreprises d’échelle nationale complétées par d’autres, d’échelle régionale, à Turin par exemple. Les attaques anticléricales du début du siècle contribuèrent à la modernisation des éditions catholiques. Les Salésiens subissent en fait une entreprise de délégitimation en tant qu’éducateurs de la jeunesse. Par peur d’une loi de séquestre des biens ecclésiastiques, ils décident de s’organiser de façon internationale et conforme au droit public et au financement des banques. En créant la SEI, les Salésiens pouvaient aussi investir un capital qui sauvegarderait le patrimoine de la Congrégation (p. 31). Dans les intentions initiales, la société n’était pas créée pour se substituer à la Libreria Salesiana, mais pour se livrer à des activités parallèles, dont l’expédition du Bollettino Salesiano, publié en neuf langues à 270 000 exemplaires. Ainsi fut créée la SAID Buona Stampa le 31 juillet 1908, avec son siège à Turin, et un capital initial de 400 000 lires, doublé dès 1911, alors que celui de la Paravia, la plus importante maison d’édition scolaire italienne, n’a que 110 000 lires de capital social (p. 35). La SAID prend une position dominante parce qu’elle achète les droits des manuels publiés par la Libreria Salesiana. Entre 1909 et 1923, le secteur scolaire représente près de la moitié de la production de la SAID et il va continuer à croître, couvrant tous les secteurs. On est passé d’un stade artisanal du xixe siècle, très avancé cependant, à un modèle entrepreneurial qui ne s’imposera vraiment qu’au début de l’entre-deux-guerres. Le Catalogue général de la SAID, en juin 1922, compte 52 pages et propose1 300 ouvrages de 500 auteurs (p. 40).

3Par ailleurs, la maison d’édition catholique fait preuve de nationalisme depuis la conquête de la Lybie, créant une collection de biographies de soldats et d’officiers, Pro Aris et Focis, louant, pour leur vertu chrétienne, ceux qui donnent leur vie pour la patrie. L’éditeur se situe bien dans la ligne de loyauté prise par le monde catholique lors du premier conflit mondial. Comme l’ensemble de l’édition italienne, la SAID subit fortement les conséquences économiques de la Grande Guerre. Elle doit aussi changer de nom, pour éviter l’homonymie avec l’œuvre créée par Benoit XV en 1915, l’Opera Nazionale Buona Stampa. Le 1er juillet 1919, elle prend donc le nom de Società Editrice Internazionale, SEI, qui est aussi la devise Serenant et Illuminant (p. 53).

4La SEI connaît après-guerre sa seconde période expansionniste, malgré la conjoncture défavorable. L’expansion suit les deux voies empruntées avant-guerre : la croissance du réseau des libraires distributeurs et le renforcement des droits éditoriaux. La SEI devient en 1920 le représentant exclusif de l’Institut Géographique De Agostini de Novare, et, la même année, de la maison A. Mame et fils (représentation exclusive pour toute l’Italie sauf Rome). En 1921, mêmes accords d’exclusivité avec la librairie-édition de Francesco Ferrari de Rome, et avec Vita e Pensiero. Pour mener à bien cette politique expansionniste en pleine période de conjoncture défavorable, le directeur de la SEI, Giuseppe Caccia, doit demander des fonds aux Salésiens. La reprise rapide de la firme est en partie due à Caccia qui, depuis 1910 et pendant 50 ans en sera le vrai moteur. La production éditoriale s’accroit, la SEI s’équipe de nouvelles machines et agrandit ses locaux. Caccia a augmenté la part du scolaire au détriment du religieux parce que commercialement plus productive, donnant une coloration plus « laïque » à la firme de l’entre-deux guerres. Ce fut la réussite de la SEI que de sortir des écoles confessionnelles pour conquérir le marché plus large des écoles de l’état sans abandonner les finalités et les valeurs religieuses et morales de ses origines (p. 68).

5La SEI doit affronter la plus fasciste des réformes, celle de l’école par le ministre Giovanni Gentile1, réforme qui impose une refonte complète des manuels scolaires, mais elle réussit pourtant à émerger très rapidement de cet océan de difficultés.
Dans le début des années vingt, deux nouveaux collaborateurs sont appelés à devenir importants, tous deux engagés dans la littérature de jeunesse : Giuseppe Fanciulli (1881-1951) et Renzo Pezzani (1898-) (p. 74-79). L’implication de plus en plus grande de la firme dans la littérature de jeunesse vient de la nécessité, après l’introduction en 1929 du livre unique d’état pour les écoles élémentaires, de diversifier sa production.
Rappelons qu’à l’origine de la firme se trouvaient déjà les Letture cattoliche, qui au bout d’un siècle, en sont au fascicule 1 223, complétées par une collection à la fin du xixe siècle, Letture amene ed educative, pour donner au jeune écolier des récits, de petits romans, des textes éducatifs. Parmi les auteurs de cette collection, Ugo Mioni (1870-1935) qui écrivit plus de 400 récits et romans pour enfants et cherche un compromis entre le roman d’aventures de type Salgari et une approche méfiante envers le monde moderne et le genre aventureux. On peut citer aussi des noms qui ne sont pas exclusivement liés à la SEI : Amilcare Marescalchi, Luigi Ugolini, Joseph Spillmann, Vincenzo Fontanarosa, Dino Provenzal (p. 97). Notons aussi la collaboration de Francesca Fiorentina (pseudonyme de Francesca Castellino) fondatrice avec son mari de l’illustré pour enfants « Cuor d’oro ». Elle devient directrice de la collection Il fiore, pour les fillettes. La littérature de jeunesse à la SEI augmente, et elle n’est pas épargnée par la volonté de célébrer patriotiquement les fastes et grandeurs du régime fasciste. Olga Visentini (1893-1961) est particulièrement impliquée dans ce nationalisme fasciste. Par contre, Milly Dandolo (1895-1946) est moins imprégnée de thèmes patriotiques ou nationalistes : elle écrit des fables et du fantastique, et utilise des thèmes religieux, toujours avec une grande exigence pédagogique. La SEI développe aussi le théâtre pour enfants, dans la lignée de don Bosco qu’on considère comme l’un de ses principaux théoriciens (p. 99).

6Le problème du ralliement au fascisme est complexe. Le pouvoir impose certains choix et décisions pénalisantes et impopulaires, mais par ailleurs il ne lésine pas sur les aides économiques aux maisons qui s’alignent sur ses positions. Dès lors il est difficile de distinguer la fascisation de façade de la réelle adhésion au fascisme. La signature des Accords du Latran et la sanctification de don Bosco (1934) ont impliqué une rencontre entre le monde catholique, le fascisme et le capitalisme industriel. Il y eut cependant quelques frictions entre la SEI et le régime qui prouvent que le ralliement était économique et non idéologique. Jusque dans les années 1930, la SEI s’en sort bien, malgré le retour d’une situation économique difficile et les rumeurs d’une nouvelle réforme scolaire qui l’oblige à renouveler son catalogue en 1940-1942. Les bombardements de Turin en 1943 et le débarquement des Alliés entraînent de tels dommages matériels et commerciaux que le constat, en 1946, c’est qu’il manque les deux tiers de la production et que le domaine scolaire risque de passer à la concurrence moins touchée. Mais la SEI se ressaisit, accentue sa spécialisation scolaire, augmentant sa production de 217,7 % de 1945 à 1950. Et cela d’autant plus que le marché se libère, avec une pléthore de manuels pour le primaire et une baisse pour le secondaire. Même les livres imprimés sous le fascisme continuent à avoir cours. En 1955, 103 éditeurs sont présents sur le marché de l’école élémentaire contre 31 dans les années 1920 (p. 116). Les éditeurs catholiques sont bien placés dans ce marché, qu’ils contrôlent en grande partie. La SEI n’hésite pas à faire de la publicité dans le périodique des enseignants laïcs les plus opposés à l’école privée catholique. Par contre, le livre religieux subit une baisse considérable des ventes. La SEI décide d’investir dans les moyens audio-visuels et les films éducatifs et ce secteur va devenir l’un de ses points forts : dans le milieu des années 1980, la SEI est la seule marque en état de fournir des ordinateurs et des logiciels didactiques. Elle crée une nouvelle société, la Tecnosei. Le combat constant de la SEI pour dominer le secteur scolaire n’empêche pas la maison d’édition de continuer à s’intéresser à la littérature de jeunesse. Son catalogue Ore serene de 1951 comporte 350 volumes répartis dans neuf collections, dont Il Graal ; Biografie ; Italia ; Viaggi ; Meraviglie ; Piccole storie ; Canti Eroici. Ce secteur connaît plus tard de nouveaux développements, avec de nouvelles collections, I nuovi adulti, avec fictions italiennes ou étrangères, L’altra infanzia, racontant l’enfance de personnalités connues, Dalla parte degli animali, monographies illustrées pour enseigner le respect de la nature, et La quinta stagione, pour les jeunes adultes. Avec la crise des années 1970, les Salésiens sont obligés de renforcer les fonds propres de la firme, pour éviter une fusion avec les autres éditeurs catholiques. Mais la firme est obligée de faire des économies draconiennes : elle liquide son secteur des périodiques, licencie le personnel, rogne sur la qualité des papiers, ferme des librairies, etc. Le redressement est net, dès la fin des années 1970, mais cette expansion commence à se ralentir dans les années 1990. Baisse démographique des effectifs scolaires, achat des petites maisons d’édition scolaires par de grosses firmes capables de faire du dumping, nécessité de se débarrasser d’une partie des tâches de fabrication, tout cela entraine une nouvelle restructuration de la SEI qui, en 1993, passe de 440 à 296 employés. S’étant défait de sa partie industrielle, la SEI est devenue une maison d’édition, qui continue à occuper une place notable dans le marché du livre scolaire et religieux, dans les produits informatiques et dans le débat culturel.

7Le texte final de Pompeo Vagliani (p. 189-200) est issu d’une exposition qui a eu lieu à Turin au Palazzo Barolo de décembre 2008 à avril 2009 et qui a été dotée d’un catalogue : Serenant et illuminant : i grandi libri illustrati per l’infanzia della SEI. 1908-2008, par la Fondazione Tancredi di Barolo.
La firme possède son Archivio Disegni, où se trouvent plus de 50 000 œuvres de 250 illustrateurs. Cette richesse documentaire permet d’envisager de nouvelles recherches sur l’illustration des livres de jeunesse et des manuels scolaires en Italie, aux xixe et xxe siècles.

  • 2  PierreCaspard (dir.), La presse d’éducation et d’enseignement xviiie siècle -1940, Répertoire anal (...)
  • 3  Giorgio Chiosso (dir.), Tipografi e editori scolastico-educativi dell’Ottocento, Milano, Editrice (...)
  • 4  Fabio Targhetta, La capitale dell’impero di carta. Editori per la scuola a Torino nella prima metà (...)
  • 5  Mais une récente recherche financée par l’Agence Nationale de la Recherche, sur la Maison Mame à T (...)
  • 6  Livio Sossi, EL : Metafore d’infanzia. Evoluzione della letteratura per ragazzi in Italia attraver (...)

8L’ouvrage de Fabio Targhetta s’insère dans un ensemble de travaux sur l’histoire de l’édition et en particulier sur l’édition scolaire. Les chercheurs italiens se sont inspirés de l’exemple donné par Pierre Caspard et son équipe du Service d’Histoire de l’éducation à l’ex-INRP2, avec des corpus de manuels scolaires et de périodiques d’éducation et d’enseignement, mais ils se sont penchés plutôt sur les éditeurs et les imprimeurs, avec l’entreprise TESEO3. Les monographies d’éditeurs scolaires et de livres de jeunesse sont aussi plus nombreuses en Italie qu’en France. On doit du reste au même auteur, Fabio Targhetta, un livre sur les éditeurs turinois de livres scolaires de la première moitié du xxe siècle4. Ces recherches sur les maisons d’édition permettent d’aborder l’histoire de la littérature de jeunesse sous un angle qui n’a pas été assez travaillé dans les recherches françaises5, comme le montre, par exemple, le petit livre de Livio Sossi6. Ce qu’on pourrait regretter, à la lecture de Serenant et illuminant, c’est la centration de l’auteur sur l’édition scolaire au détriment de la littérature de jeunesse. Très peu est dit sur les auteurs, sur les titres importants, et finalement, la production de la SEI en ce domaine n’est pas pesée par rapport aux autres maisons d’éditions, ce qui laisse le lecteur sur sa faim. Le texte de Pompeo Vagliani corrige un peu les choses, et laisse entrevoir des richesses, des circulations d’auteurs et d’illustrateurs entre les maisons d’édition, avec la Bemporad par exemple, qu’il serait passionnant de comprendre.

9Quoiqu’il en soit, ce travail est une pierre importante dans la construction d’une histoire de l’édition de livres scolaires et de littérature de jeunesse en Italie, et sa lecture apporte non seulement des informations de première main, mais ample matière à réflexion.

Haut de page

Notes

1  Voir Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme, Presses universitaires de Caen, 2010, compte-rendu dans Strenae, 3, 2012.

2  PierreCaspard (dir.), La presse d’éducation et d’enseignement xviiie siècle -1940, Répertoire analytique, INRP-CNRS, 1981-1991.

3  Giorgio Chiosso (dir.), Tipografi e editori scolastico-educativi dell’Ottocento, Milano, Editrice Bibliografica, 2003. (601 notices), et Giorgio Chiosso (dir.), TESEO’900. Editori scolastico-educativi del Novecento, Milano, Editrice Bibliografica, 2008, 713 p. + cédérom.

4  Fabio Targhetta, La capitale dell’impero di carta. Editori per la scuola a Torino nella prima metà del Novecento, Turin, SEI, 2007, 274 p. Compte-rendu de Michel Ostenc, dans Archives de sciences sociales des religions, 142 (avril-juin 2008), consultable en ligne : http://assr.revues.org/16053

5  Mais une récente recherche financée par l’Agence Nationale de la Recherche, sur la Maison Mame à Tours, débouche sur un livre qui va dans ce sens : Cécile Boulaire (dir.), Mame : Deux siècles d’édition pour la jeunesse, Presses Universitaires de Rennes/ Presses Universitaires François Rabelais – Tours, 2012, 563 p.

6  Livio Sossi, EL : Metafore d’infanzia. Evoluzione della letteratura per ragazzi in Italia attraverso la storia di una Casa Editrice, Trieste, Einaudi Ragazzi, 1998, 163 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson, « Fabio Targhetta, Serenant et illuminant. I cento anni della SEI », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/724

Haut de page

Auteur

Michel Manson

Université Paris Nord 13 – Experice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org