Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Andy Arleo, Julie Delalande (dir.), Cultures enfantines, Universalité et diversité

Emmanuel Nal
Référence(s) :

Andy Arleo, Julie Delalande (dir.), Cultures enfantines, Universalité et diversité, PUR, 2011, 468 p., 22 €

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, Paris, Gallimard, Folio, 2010, 224 pages, XIV.

1Et si l’enfance était notre patrie commune ? Saint-Exupéry ne nourrit guère de doutes sur cette possibilité, lorsqu’il parle, dans Pilote de Guerre, de « l’enfance, ce grand territoire d’où chacun est sorti » : « D’où suis-je ? Je suis de mon enfance. Je suis de mon enfance comme d’un pays1 », ajoute-t-il. C’est semble-t-il un peu ce que voudrait suggérer l’ouvrage collectif Cultures enfantines, Universalité et diversité, dont la quatrième de couverture commence par évoquer le terrain familier pour tout voyageur qui se retrouve en présence d’enfants qui jouent, quel que soit l’exotisme de la contrée qu’il traverse. Plus que les jeux, l’esprit du jeu, qui traverse les générations et les cultures, mettrait sur la piste d’un patrimoine de l’enfance, à la fois familier à tous et propre à chaque univers enfantin et qu’il faudrait interroger. Un colloque s’est ainsi tenu, en mars 2007, à l’Université de Nantes, intitulé « Cultures enfantines », et qui est à l’origine de l’ouvrage paru en 2010.

2La première contribution de ce recueil, signée des directeurs de l’ouvrage, le linguiste Andy Arleo et l’anthropologue Julie Delalande – spécialiste de l’enfance – entreprend d’éclairer le lecteur sur les intentions de l’ouvrage, en problématisant le concept de « cultures enfantines », dont il y a déjà matière à discussion pour décider s’il faut l’écrire au pluriel ou au singulier. L’objectif est donc ambitieux : si le fait culturel est partagé, il est par nature pluriel (pratiques, règles, normes, arts…) et complexe, dans son organisation. Or, il s’agit ici de découvrir, pour autant qu’ils existent, d’une part des « universaux ludiques », mais aussi les déclinaisons de cette culture selon des diversités « sexuelles, nationales, régionales… ». La démarche vient considérer à la fois l’un et la valeur du multiple par lequel existe cet « un », et les directeurs de l’ouvrage ont envisagé de la mener comme un « aller-retour », sans doute pour rester dans la métaphore et la suggestion du voyage, qui doit accompagner le lecteur dans son parcours.

3Le sous-titre, « Universalité et diversité » explicite donc la manière d’aborder ces cultures enfantines, mais pourrait aussi venir traduire le nombre et la diversité des auteurs, des disciplines, des angles d’approche proposés, des objets considérés. L’ouvrage, qui totalise 464 pages, recense 43 auteurs et présente 35 contributions, a été structuré en six grandes parties. La première entend étayer la notion de « culture enfantine », la deuxième entreprend de « collecter » des éléments d’un « folklore enfantin universel », la troisième cherche à situer les pratiques enfantines dans la perspective d’une socialisation de l’enfant avec ses pairs et déjà par rapport aux adultes. Les trois dernières parties vont tenter de mesurer comment cette culture restitue une vision du monde enfantine, dans ce que les enfants – et les adolescents – en disent et en reconstituent (quatrième partie), dans la manière dont ils le disent (cinquième partie), pour « conclure » sur le rôle et la portée du regard de l’adulte quant à la reconnaissance de l’enfant comme acteur social.

4Pour permettre au lecteur d’entrer d’ores et déjà un peu dans les strates de ce riche ouvrage, nous proposerons pour chacune des parties quelques éléments de réflexion en fonction des axes les plus significatifs – à notre sens – développés.

  • 2 Pensons ainsi au dessin animé Les mystérieuses cités d’or dont l’intérêt pour ceux qui l’ont vision (...)

5La première partie « Réflexions sur la notion de cultures enfantines. Définitions, contenus » propose de différencier, notamment à travers la contribution de Gilles Brougère, la culture enfantine en tant qu’elle vient des enfants eux-mêmes et celle qui est pensée par les adultes à destination des enfants, dans un phénomène de « culture de masse » dont il trouve des illustrations à travers des programmes de télévision emblématiques comme les Pokémons ou les Power Rangers ou encore le manga Yu-gi-oh. Le point commun de ces références serait qu’elles connaissent un succès et une réappropriation par les enfants en ce qu’elles restituent quelque chose de leurs jeux favoris : collection, échange, cartes, déguisements. Cela pose ainsi la très intéressante question de la participation des enfants à cette culture de masse, et loin de simplement adopter ce qu’on leur présente, ils en font ressortir ce qu’ils veulent y trouver. Dans une optique – certes élargie – il n’aurait pas manqué d’intérêt sans doute de voir comment la culture enfantine, pour une génération donnée, peut émerger aussi rétrospectivement : avec le recul, certains adultes n’hésitent pas, par exemple, à identifier un dessin animé comme représentatif de leur enfance2. Le temps passant, les enfants peuvent conserver les mêmes jeux tout en les faisant évoluer ; c’est l’un des enseignements du texte d’Isabelle Danic, qui fait apparaître, à partir d’observations menées à Rennes, comment les générations successives d’enfants font évoluer les jeux et pratiques dont ils ont hérité. La contribution de Carole H. Carpenter vient alors identifier et recenser un certain nombre de caractéristiques de cette culture dynamique et néanmoins universelle : répétition, oralité, mimétisme…

6La deuxième partie, « Collecter un folklore enfantin universel. Jeux chantés, musicaux » met l’accent sur la musicalité des jeux et contribue à étayer la diversité annoncée dans le titre de l’ouvrage. Francis Corpataux en propose une typologie sur la base d’études menées dans treize pays répartis sur plusieurs continents. Il est intéressant de voir qu’ici, il est question de « folklore », qui désigne à la fois un savoir direct (la tradition propre à un groupe) et un savoir indirect (ce qu’on sait ou que l’on reconstitue des pratiques d’un groupe). S’il est souvent associé à des choses légères voire futiles, le folklore trouve toute sa place dans cette étude : sa musicalité, notamment, se manifeste dans les jeux chantés, les comptines (Anne Bustarret), les tape-mains (Carole Chauvin) et amène aussi à penser une gestuelle enfantine chez les enfants sourds-muets : la musicalité peut passer par une rythmique du geste, et la contribution de Marion Blondel amène à réfléchir sur l’accessibilité des cultures enfantines aux enfants atteints de handicaps. Ces derniers développent donc de fait d’autres pratiques qui participent et enrichissent ces cultures, décidément trop vastes pour être circonscrites.

7« La sociabilité enfantine des plus jeunes aux plus âgés : opposition/rapprochement avec le monde des adultes » est l’objet de la troisième partie, et l’occasion d’une étude diversifiée tant au niveau de sa méthode que de ce qu’elle considère. La crèche brésilienne d’A.C.C. Delgado est le support d’une étude pour laquelle les enfants se développent très tôt en interaction avec la société environnante, dont ils adopteraient les paradigmes pour chaque sexe. En abordant le rôle de la musique « pop » chez les préadolescentes, Catherine Monnot met en avant l’aspect transitionnel de cet univers de chanson chez les jeunes filles, qui leur fait rompre avec la comptine pour se projeter dans une identité qui cherche avant tout à se démarquer pour se trouver. Mais ce thème de la sociabilité enfantine ne pouvait manquer d’envisager la manière dont elle se développait pour les enfants souffrant de différents types de handicaps. C’est l’objet de l’article de Cornélia Schneider, qui identifie les moments où se joue la construction de cette sociabilité entre pairs : la récréation, les sorties et les anniversaires.

8La quatrième partie s’intitule « Comment les enfants perçoivent et disent le monde » et peut amener le lecteur à retrouver des interrogations nées avec des romans comme Les enfants de Timpelbach ou Sa majesté des Mouches : qu’est-ce que les enfants conserveraient ou reproduiraient s’ils devaient penser une organisation sociale, voire politique ? En jeu, une conception de la justice, mais aussi de l’utilisation des espaces, avec le sens qu’on y accorde, notamment, à faire émerger. C’est ce qu’entreprennent d’explorer Amy B. Shuffelton, dans un article qui évoque une activité périscolaire menée aux États-Unis sous le nom du « Village » et Claire B. Callagher, qui rapporte la création et la maquette d’une ville imaginaire par un groupe de 21 enfants de 7 à 11 ans. Si les contributions suivantes de Laetitia Peifer et de Micaela Rossi explorent un « dire » des enfants sur le monde, avec des développements tout à fait intéressants sur la mise en récit par les enfants eux-mêmes et les définitions qu’ils élaborent à partir de leur compréhension des choses, les autres contributions de cette partie, en dépit de leur intérêt, y trouvent peut-être plus difficilement leur place.

9Les deux dernières parties vont inviter plus directement la focalisation de l’adulte. La cinquième, « De l’oral à l’écrit : la culture enfantine dans la littérature », explore une question qui naît au fur et à mesure de la lecture : que retenons-nous, une fois adultes, de notre propre culture d’enfant ? La mise en roman de souvenirs d’enfance peut y aider et l’exemple choisi par Louis Pergaud fait ainsi référence à la guerre des boutons ; peut-être qu’une contribution sur l’œuvre de Marcel Pagnol, parfois oubliée, sur le sujet, aurait aussi trouvé sens et place dans cet axe d’étude. L’objet de la sixième partie, « le regard de l’adulte sur l’enfant » est surtout de nous amener à envisager comment se positionner par rapport à cette culture, à la fois en veillant à ce que certains éléments, comme des jeux violents (Dominique Ottavi), ne viennent pas nuire aux enfants, et en même temps à préserver les espaces et les temps qui « font » les cultures enfantines ; l’étude australienne de Gwenda B. Davey et de Judy McKinty qui attire l’attention sur des « lieux privilégiés des enfants » est à ce titre tout à fait instructive.

10Plus que des actes, ce livre peut à bon droit impressionner le lecteur par son épaisseur et sa densité. Dans leur conception de l’ouvrage, les auteurs se sont livrés à un travail éditorial et pédagogique à l’évidence conséquent, puisqu’ils l’ont fondé sur une véritable problématique, et ont tiré parti du colloque pour rassembler dans ces pages les contributions d’une grande variété de spécialistes de plusieurs pays, et avec elles, de quoi restituer une partie de ces « cultures enfantines ». L’ensemble de l’ouvrage est donc bien riche et présente peut-être le défaut de sa qualité, selon que l’on soit initié aux disciplines et aux méthodes qui en découlent, plus sensibles à certains objets d’étude qu’à d’autres. La perspective privilégiée – assez naturellement – pour pénétrer dans cet univers de sens est celle du jeu, mais elle en appelle sans doute bien d’autres, dont certaines esquissées au long de l’ouvrage, comme celle des rites de l’enfance, et des modèles adultes retrouvés dans les cultures enfantines, par exemple.

11Si d’emblée le sous-titre « Universalité et diversité » peut amener le lecteur à se montrer circonspect, laissant penser à une démarche qui se voudrait globale, pendant et après la lecture, on comprend que cette « universalité » se conçoit davantage comme la description d’un phénomène que comme la prétention de le traiter de manière exhaustive, ce que les auteurs prennent bien garde de préciser. Ils reconnaissent toute la difficulté qu’il y a à rendre compte de la complexité de cultures si diverses et qui sont le fait d’une enfance elle-même universelle et toujours particulière ; Barbara le chantait « les enfants ce sont les mêmes, A Paris ou à Göttingen ». Les mêmes, mais aussi et pourtant tous différents : on ne sortira pas ici de ce paradoxe, mais on le comprend peut-être mieux.

Haut de page

Notes

1 Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, Paris, Gallimard, Folio, 2010, 224 pages, XIV.

2 Pensons ainsi au dessin animé Les mystérieuses cités d’or dont l’intérêt pour ceux qui l’ont visionné dans les années 80 ne se dément pas, allant même jusqu’à susciter des pétitions pour une suite. Ceux qui l’ont signée étant pourtant désormais réputés « adultes ». Cela montrerait, dans la lignée de cette première partie, qu’il n’y a pas de rupture systématique et totale entre la culture enfantine et la culture adulte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Nal, « Andy Arleo, Julie Delalande (dir.), Cultures enfantines, Universalité et diversité », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/716

Haut de page

Auteur

Emmanuel Nal

Université de Tours et Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org