Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Louise Hamelin Brabant et André Turmel (dir.), Les figures de l’enfance : un regard sociologique

Pascale Garnier
Référence(s) :

Louise Hamelin Brabant et André Turmel (dir.), Les figures de l’enfance : un regard sociologique, Québec, Presses Inter Universitaires, 2012, 348 p., 52 €

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un colloque, « Les enfants d’hier à aujourd’hui : continuité, discontinuité, rupture et traduction », organisé au Québec en 2009 dans le cadre du comité de recherche « sociologie de l’enfance » de l’Association internationale des sociologues de langue française. Par la diversité de ses contributeurs, ce livre témoigne de la dimension internationale de ce colloque et de ce réseau. Il réunit une vingtaine de contributions regroupées en trois parties : regards sur l’enfance ; dispositifs méthodologiques de la recherche sur les enfants et sur les adolescents ; cultures de l’enfance et de l’adolescence : loisirs, consommation et alimentation. Tout en s’écartant de leur ordre de présentation, ce compte-rendu s’attache à mettre en valeur à la fois la richesse de toutes ces différentes contributions et ce qui pourrait être leur parti pris commun.

  • 1 Merleau-Ponty à la Sorbonne, Résumé du cours (1949-1952), Dijon, Cynara, 1988, p. 91. L’éditeur not (...)

2En effet, comme l’annonce la 4e de couverture, « ce livre s’adresse à ceux et celles qui veulent libérer l’enfance des tenailles de l’argumentaire médiatique sur-psychologisé qui, habituellement, tient lieu de référent légitime au discours circulant ». En présentant le passage d’une sentimentalisation à une compassion à l’égard de l’enfance, Régine Sirota souligne que l’investigation des « figures de l’enfance » ne manque pas d’interroger leur diffraction dans les sphères médiatiques et scientifiques. N’est-ce pas le propre des sciences sociales, et tout particulièrement d’un « regard sociologique » que d’être, par vocation, critiques ? L’approche historique soutient et relaie ce regard sociologique en défaisant ce qui, de l’enfance, nous semble « naturel », en nous dévoilant les multiples figures d’une construction sociale qui se voudrait universelle et intemporelle. La mise en perspective historique est bien de celles qui mettent en question des évidences que l’on pense ancrées dans une nature enfantine, dans la certitude d’un devenir « grand » des enfants, dans la spontanéité des relations que les adultes entretiennent avec eux. Plus avant, elle nous aide à comprendre la pression que nous faisons peser sur les enfants : « L’histoire seule peut nous faire sentir à quel point nous sommes les créateurs de la “mentalité infantile”1. »

3Mieux qu’une histoire de l’enfance, le livre propose des histoires de l’enfance. À travers la pluralité des objets qui y sont investis et la multiplicité des temporalités qui sont en jeu, il fait éclater le postulat même d’homogénéité et d’unité qu’elle supposerait. Étudié par Louise Hamelin Brabant et André Turmel, c’est d’abord « l’enfant à risque, vulnérable » qui inaugure cette série de figures, étroitement liée aux différentes formes et définitions du risque au cours du xxe siècle au Québec. Avec « l’enfance en danger », c’est aussi « l’enfance délinquante », qui est investie par Andrée-Anne Lacasse, grâce à une enquête sur les enfants internés à l’hospice Saint Charles de Québec entre 1870 et 1950. C’est encore « l’enfant exposé à la violence conjugale », dont Geneviève Lessard trace la construction à partir des années 1980 en étudiant le développement des recherches dans ce domaine. C’est enfin « l’enfant hospitalisé », la question de sa séparation avec ses parents qui donnent lieu à une histoire des savoirs médicaux et psychologiques que présente Sarra Mougel. Comme en contrepoint de cette série des malheurs de l’enfance, il fallait se saisir d’une autre figure de l’enfance, celle de ses plaisirs. C’est ce que propose Michel Manson en donnant une histoire au bonbon, à partir du xvie siècle ; par où il apparaît que l’investigation historique d’une culture matérielle enfantine, intégrant celle de son lexique et de ses producteurs, constitue une ressource irremplaçable du point de vue des sources que peut mobiliser l’historien. Plus encore sans doute, elle a le mérite de déplacer le regard vers une enfance sans problème, figure peu visible et peu bavarde, selon les époques. Si l’analyse des problèmes de l’enfance contribue effectivement à problématiser l’idée même de l’enfance, s’impose tout autant une histoire matérialisée par des objets qui véhiculent une idéologie d’autant plus forte qu’elle passe inaperçue.

4Avec un changement d’échelle et d’approche, la dimension historique de l’enfance se représente à travers la succession des générations. Antonietta Migliore distingue des rapports et des relations intergénérationnels, les premiers pensés en termes de processus structurels et les secondes étudiées à travers les interactions quotidiennes entre enfants et adultes. Dans cette perspective intergénérationnelle, Aleksandra Pawlowska nous propose une analyse comparative des représentations des modes de garde des jeunes enfants en France et en Pologne, au fil de trois générations ; elle permet de montrer ainsi des solidarités intergénérationnelles confrontées à différentes structures de l’offre de prise en charge de la petite enfance à l’extérieur des familles, variables selon les pays. La sociologie de l’enfance elle-même n’échappe pas à cette mise en histoire. Il s’agit alors, pour Julie Delalande, d’expliciter les obstacles à l’émergence de ce domaine de recherche en France. Mise en regard d’une dévalorisation d’un entre-enfants et des activités autonomes des enfants, la sociologie de l’enfance gagne aussi à être située dans l’histoire de la sociologie et de ses rapports avec les autres disciplines des sciences humaines et sociales. L’analyse que réalisent Manuela Ferreira et Christina Rocha d’une production scientifique dans la sociologie de l’enfance au Portugal entre 1995 et 2005, permet notamment de mettre en évidence la diversité des recherches et les paradoxes qui les traversent. C’est tout particulièrement le cas d’une mise en valeur de « la voix des enfants » qui est nécessairement prise dans un processus de représentation, au sens de symbolisation de la réalité, que soulignent les auteurs, et ajouterai-je, de représentation au sens politique, qu’il s’agisse de parler « pour » les enfants ou de leur donner « la parole ».

5Cette voix des enfants et des jeunes est précisément au centre de l’approche clinique que propose Laurence Gavarini en l’abordant à travers un dispositif de groupes de parole au collège et au lycée. C’est leur dimension instituante et performative qui est ici soulignée, quand ce dispositif n’est pas seulement conçu comme une technique de recueil de données, mais vaut en lui-même comme lieu et moment où les Sujets adolescents peuvent se dire. Cette démarche est également celle mise en œuvre par Aurélie Maurin pour étudier la construction d’un soi intime et d’un soi social dans les espaces-temps informels des institutions éducatives. Dans le registre d’une recherche ethnographique, Cornelia Schneider met à son tour en question les conditions de production d’un « enfant-acteur », en étudiant les relations de sympathie et antipathie qui se tissent entre le chercheur et des jeunes en situation de handicap. D’une autre manière, elle pointe vers les ressources, les conditions et les définitions de ce qu’être « adulte » veut dire pour le chercheur.

6Par où, il s’avère qu’analyser différentes figures de l’enfance, en produire une connaissance rapprochée, c’est d’abord déconstruire de manière critique les images simplificatrices qui en sont véhiculées aujourd’hui, notamment dans le domaine de la consommation. C’est à ce travail que s’attache la contribution de Nicoletta Diasio, à partir de l’alimentation, montrant notamment comme les jeunes se lient et se délient de leur enfance à travers leur circulation dans différents cercles sociaux. L’alimentation constitue aussi le thème de l’analyse du développement des travaux réalisés sur la socialisation alimentaire en rapport avec une demande sociale de connaissance sur ce sujet que propose Anne Dupuy. Elle sert de support à l’exploration d’une culture matérielle enfantine réalisée par Gilles Brougère, où les rapports entre jeu et alimentation sont abordés à partir des enjeux d’une traduction de l’anglais fun food en « ludo-aliment ». Nathalie Roucous et Vincent Berry partent également d’une étude sur l’alimentation enfantine pour montrer comment une culture enfantine se situe au point d’articulation entre une « société de consommation » produite par les adultes et une « société entre enfants ». Cette analyse d’une « enfance en tension » rejoint d’une autre manière les différentes déclinaisons des représentations de la petite enfance par Isabelle Danic, à travers les discours adressés aux enseignants et aux parents.

7Mais, parents et enseignants partagent-ils les mêmes représentations de l’enfance ? C’est aussi la question que pose indirectement la contribution de Dominique Ottavi, s’agissant d’examiner un nouveau mythe autour de l’enfant, l’école et la famille, l’idéal d’une « communauté éducative », que l’auteur critique sur le plan des principes. Enfin, si longtemps subordonnée à une sociologie de l’école et une sociologie de la famille, une sociologie de l’enfance s’émancipe en marquant la place et le rôle des groupes de pairs, ne faut-il pas penser aujourd’hui l’émergence d’une quatrième sphère relative aux mutations du loisir adolescent ? C’est l’hypothèse que pose l’étude de Anne Barrère en montrant les rapports entre le développement d’une culture numérique et les nouvelles épreuves qui s’imposent aux adolescents. En tout cas, une leçon semble se dessiner clairement au fil de ces contributions : celle de l’emprise d’un monde marchand, source à la fois d’opportunités et de contraintes pour les jeunes, qui met à l’épreuve aussi bien les transmissions familiales que les traditions scolaires. Elle milite de fait pour « suivre » ces consomm-acteurs à travers leur circulation dans des espaces-temps hétérogènes que représentent la famille, l’école, les loisirs et les groupes de pairs, ressaisir leurs efforts pour faire tenir les situations et, tout autant, s’en constituer partie prenante.

  • 2 Idem, p. 90.

8Au final, au-delà des figures de l’enfance elles-mêmes, le livre reconduit aux figures des adultes qui les mettent en scène ou qui les (re/dé)-construisent ; regard par l’autre bout de la lorgnette, réflexivité inscrite au cœur des sciences sociales, y compris quand elle porte sur les modèles théoriques et des méthodologies utilisés. À partir d’une approche historique, l’ouvrage souligne au bout du compte et, pour le dire autrement, un « jeu de miroir » et un « rapport circulaire » entre l’enfant et l’adulte sur lesquels insistait Merleau-Ponty : « Il faut savoir peu à peu dégager ce qui vient de nous et ce qui est de lui. En somme, le rapport observation et action, théorie et pratique n’est jamais un rapport de pure connaissance, mais un rapport d’existence ; avec une critique suffisante, on peut espérer constituer un savoir réel2. » Grâce à la pluralité et l’intérêt des contributions de ce livre, l’optimisme du philosophe s’avère ici justifié.

Haut de page

Notes

1 Merleau-Ponty à la Sorbonne, Résumé du cours (1949-1952), Dijon, Cynara, 1988, p. 91. L’éditeur note qu’il s’agit des textes rédigés par les auditeurs de ces cours et en partie publiés dans le Bulletin de psychologie et approuvés par le philosophe.

2 Idem, p. 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Garnier, « Louise Hamelin Brabant et André Turmel (dir.), Les figures de l’enfance : un regard sociologique », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://strenae.revues.org/708

Haut de page

Auteur

Pascale Garnier

Université Paris Nord 13, EXPERICE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org