Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Federico Pagello, Grattacieli e superuomini. L’immagine della metropoli tra cinema e fumetto

Emmanuel Rubio
Référence(s) :

Federico Pagello, Grattacieli e superuomini. L’immagine della metropoli tra cinema e fumetto, Le Mani, 2010, 248 p., 13, 60 €

Texte intégral

1Avec Grattacieli e superuomini. L’immagine della metropoli tra cinema e fumetto, Federico Pagello se confronte à trois objets bien distincts : les bandes dessinées de super-héros, leurs adaptations cinématographiques, et la ville – New York, essentiellement – qui fait l’arrière fond de ces productions.

2Considérant les premières, il y lit la mise en scène de l’inconscient collectif de la société américaine au xxe siècle, et sait habilement, par leur réinscription dans le développement de la culture populaire depuis le xixe siècle, poser une perspective benjaminienne : l’ascension jouissive du super-héros, de ce point de vue, répond à la saisie globale, par le panorama, de la grande ville dans laquelle l’individu perd inextricablement pied. L’exceptionnel volatile se présente ainsi comme l’héritier des figures qui ont su guider le public dans l’exploration de la ville moderne – à commencer par celle du détective –, à moins qu’elles ne lui en donnent l’illusion consolatrice. L’histoire du genre se déploie dès lors depuis 1938 et le Golden Age (qui voit la naissance de Superman, puis de Batman…) jusqu’à la relecture critique du graphic novel de ces dernières années, en passant par les charmants névrosés version Marvel des années soixante, et révèle une faille grandissante, depuis l’utopie originelle de la grande puissance vers l’auscultation des traumatismes vécus tout au long du siècle. Le super-héros, qui se confondait avec la verticalité des gratte-ciel dans le rêve d’une unité vécue entre ville, peuple et idéologie, entre progressivement dans une relation plus complexe, où l’exclusion comme la scission schizoïde tiennent toute leur part.

3Mais c’est avec le cinéma que s’affirme vraiment ce décalage qu’explore l’ouvrage et dont il tire toute sa force. À considérer Superman (Donner, 1978) comme ouverture de la saison la plus accomplie des super-héros sur grand écran, il faudra bien reconnaître en effet que notre héros, pour une fois, vient avec un certain retard – tant par rapport aux bandes dessinées en question, dont la forme classique semble alors définitivement passée de mode, qu’au regard du destin de New York, qui subit depuis quelques années une crise économique et sociale de première ampleur. La métropole, décidemment, a déjà été emportée par la catastrophe. Le film, dans de telles circonstances, ne doit pas seulement gérer une transposition médiatique difficile (comment, dans la ville réelle, inscrire nos gentilshommes en collants ?). Il lui faut encore réactiver le mythe moderne tout en ayant conscience de son caractère illusoire. La comparaison avec le regard de l’architecte Rem Koolhaas dans Delirious New York (1978) et sa tentative de revivifier la modernité architecturale en dehors de sa foi première, relève dans ce cadre d’une intuition particulièrement intéressante, et le même Koolhaas permet à Pagello de penser le rapport viscéral de New York à la catastrophe, toujours évitée pour Superman, toujours déjà là pour Batman. C’est d’ailleurs là une des qualités de notre auteur que de croiser constamment les regards, les sphères d’analyse, en confrontant les spécialistes du genre à la théorie architecturale ou l’histoire de l’économie culturelle (des comics et de Hollywood) comme à la critique philosophique sociale – celle-ci offrant elle-même souvent des regards contradictoires. La problématique générale s’enrichit assurément d’une telle focalisation multiple, dont un compte-rendu ne saurait guère donner la mesure.

4Le livre, dans sa seconde moitié, procède dès lors à des études de cas, passant en revue les principaux films du genre depuis les séries animées des année 1940 – qui servent d’équivalent originel aux comics du Golden Age – jusqu’à nos jours, en comprenant quelques séries télévisées. Loin de niveler cette production, l’auteur y décèle à chaque fois les choix mis en œuvre, sait prendre en compte les idiotismes de tout un chacun (Hulk, pour ne citer que lui, suppose un rapport pour le moins agressif à l’architecture), respecter l’époque de production, la croiser avec celle de la bande dessinée originale, et opère finalement de savoureuses distinctions. À partir de la fissure originelle, on pourra ainsi apprécier l’alternative entre un traitement nostalgique et une reprise ironique, voire camp du héros, cette dernière version aggravant les effets de discordance – à moins encore que l’on ne verse tragiquement dans le religieux ostentatoire : le héros de Superman returns est si éloigné de la ville qu’il ne peut plus jeter sur elle qu’un regard dominant, panoramique jusqu’à l’absence de médiation. Car c’est le lien intime entre métamorphoses du super-héros et mutations de la ville que l’ouvrage tisse avec le plus de soin, faisant du premier le véritable révélateur de la seconde. À chaque fois, la ville change elle aussi, de l’imagerie art-déco à la ville générique, et l’on goûtera avec le même plaisir, pour le seul exemple de Gotham City, l’alternative entre le carnaval insensé de Tim Burton et la ville ossifiée de Christopher Nolan – que l’auteur relie à l’histoire architecturale des métropoles américaines. Les deux réalisateurs tiennent d’ailleurs un rôle d’importance. Le premier, par le choix du studio et de la reconstitution totale du décor, permet assurément l’équivalent cinématographique de l’« espace total » de la vignette dessinée – tandis que le choix d’une ville hétérogène, véritable pot-pourri esthétique, dessine l’inoubliable figure de la dissolution de l’utopie américaine. Nolan, quant à lui, à force d’interroger la délicate frontière entre justice et vengeance, brosse un tableau sans concession des années Bush. De telle sorte que les deux réalisateurs peuvent passer pour produire l’exact équivalent du travail de révision critique du super-héros accompli dans le domaine de la bande dessinée par Frank Miller et Alan Moore quelques années plus tôt.

5Le traitement réservé à la trilogie de Sam Raimi consacrée à Spider-Man peut laisser plus dubitatif, au vu des films eux-mêmes comme de l’adéquation retrouvée qu’ils supposeraient : on voit mal au juste ce qui, historiquement, permettrait un retour à l’équation originelle. Autrement plus convaincantes de ce point de vue, restent les comparaisons avec la « ville générique » de Koolhaas (pour Les Quatre Fantastiques), la « ville panique » de Virilio (pour Miller), l’exploration des non-lieux à la Augé, et l’analyse d’une ville qui, à force d’être globalisée, traversée d’innombrables flux médiatiques, déterritorialisée, n’offre plus de repères possibles. Les rapprochements avec les constats de Fredric Jameson sur l’impossibilité de cartographier l’espace contemporain (La totalité comme complot), et à travers lui des efforts antérieurs de Kevin Lynch (L’image de la cité), sont particulièrement éclairants.

6 La Mega City de Matrix, dans cette perspective, fait évidemment figure de modèle, et conclut presque un ouvrage qui ne se limite guère aux exemples que nous pouvons reprendre ici. Le tournage, nous rappelle Federico Pagello, se fit dans une Sydney dont on eut bien soin de gommer, a posteriori, tous les repères (à commencer, peut-on supposer, par son célèbre opéra). Ce qui nous donnera l’occasion d’une suggestion plus personnelle : et si la recherche effrénée de bâtiments iconiques – dont on a voulu bien souvent, à commencer par Charles Jencks, caractériser notre époque (The Iconic Building) –, et si l’obsession pour le fameux effet Bilbao, qui permit à Frank Gehry et à son musée Guggenheim de faire apparaître une ville sur la carte, devaient relever de cette reterritorialisation sans cesse tentée par le héros contemporain ? Le dialogue avec Koolhaas, on le voit, pourrait se prolonger, qui dessinerait le portrait du starchitect en super-héros (à moins que ce ne soit le bâtiment lui-même : ne vient-on pas de coller, pour la Cité de la Mode et du Design à Paris, le masque du Frelon Vert (Green Hornet) sur d’anciens docks du xiiie arrondissement ?)… Le star-architecte hollandais, depuis la parution du livre, a d’ailleurs bel et bien rencontré Batman. Et l’on s’en réjouirait plus encore si l’album Batman, Death by Design (Kidd, Taylor, 2012) n’avait répondu à la disparition des bien-aimés landmarks (Pennsylvania Station, World Trade Center) par une position si littéralement réactionnaire.

7Naturellement, ce ne sont là que quelques sequels possibles, que notre ouvrage a le mérite (ou non) de susciter… Et l’on peut gager en tout cas que Grattacieli e superuomini. L’immagine della metropoli tra cinema e fumetto, qui pourrait avec profit faire l’objet d’une traduction, saura intéresser aussi bien les amateurs d’architecture que les fans de comics et autres spécialistes de culture populaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Rubio, « Federico Pagello, Grattacieli e superuomini. L’immagine della metropoli tra cinema e fumetto », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 28 août 2014. URL : http://strenae.revues.org/705

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org