Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Viviane Alary, Nelly Chabrol-Gagne (dir.), L’album. Le parti pris des images

Clémentine Beauvais
Référence(s) :

Viviane Alary, Nelly Chabrol-Gagne (dir.), L’album. Le parti pris des images, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2012, 280 p., 49 €

Entrées d’index

Mots-clés :

album, esthétique, image, théorie
Haut de page

Texte intégral

1« La rencontre coruscante de l’image et du texte baptisée iconotexte », comme l’exprime élégamment Laurence Olivier-Messonnier (p. 55), constitue l’objet d’étude de cet ouvrage universitaire touffu et, malgré la diversité historique, géographique et méthodologique de ses chapitres, idéologiquement harmonieux. S’il y a un parti pris dans ce Parti pris des images, c’est, comme la poésie de Ponge à laquelle il fait délicatement allusion, la conviction qu’il existe, au-delà de la séduisante immédiateté de l’album, des clivages et des ambiguïtés particuliers à ce mode d’expression depuis son émergence jusqu’à son actuelle « postmodernité ». Il n’est pas question dans ce livre de détailler plus que nécessaire la relation du texte à un potentiel lectorat d’enfants ; si la question émerge épisodiquement, elle est loin d’être au cœur de l’analyse, et de nombreux chapitres l’esquivent ou s’appuient sur des textes au lectorat incertain, inconnaissable ou indésirable. Si cette « mort du lecteur » est peut-être à déplorer, c’est le seul bémol dans cet ouvrage symphonique, qui offre une étude sophistiquée, rigoureuse et étonnamment vaste de cette forme artistique.

2Après une étude terminologue charnue du mot « album » par Isabelle Nièvres-Chevrel, Cécile Boulaire introduit ce qui constituera le fil d’Ariane de l’ouvrage : le conflit, inhérent à l’album, du mot et de l’image. On assiste, dans cet art, à la lutte de deux narrateurs, ou d’un narrateur-hydre, peut-être, dont les deux têtes, visuelle et verbale, se contredisent et se contrecarrent pour entrouvrir, au bénéfice des jeunes et des moins jeunes lecteurs, de nombreux interstices interprétatifs. Ce « trou » dans l’album – dans les meilleurs albums, devrait-on préciser – est un espace de tension, de frottement, d’incertitudes. C’est lui qui permet à Laurence Olivier-Messonnier de proposer une relecture audacieuse et convaincante de Bécassine comme discours patriotique subversif. Dans cet argumentaire, comme dans ceux de nombreux autres chapitres, le concept de liminalité apparaît en filigrane : à l’incertaine rencontre du mot et de l’image correspond l’univers du rêve, du lapsus, de la folie, ces états de l’esprit où langage verbal et symboles visuels ne se recouvrent plus exactement. Une belle étude comparative du travail de Stéphane Girel et Georges Lemoine, par Christine Plu, donne ainsi à voir ce qui, dans l’illustration, représente justement l’invisible – la profonde complexité de l’esprit humain fait image. C’est toujours un espace frontière, où texte et image, bien que complices, n’adhèrent pas tout à fait l’un à l’autre et jouent de leurs références à d’autres mondes et d’autres modes. L’« intertextualité et intericonicité » de l’album est ainsi présentée par Nathalie Froloff, dont l’analyse de la série à succès des P’tites Poules est aussi divertissante qu’elle est consciencieuse et précise. On découvre dans ces chapitres un mode d’expression artistique qui rit parfois de ne pas exactement savoir ce qu’il est, et pour qui.

3Ces tâtonnements, cette incommunicabilité, ce sont aussi ceux de l’enfance, de ce temps ou de cet espace où signifiant et signifié peinent à s’enclencher. Malgré quelques chapitres consacrés aux interactions, parfois malheureuses, entre contenus de l’album « pour adultes » et « pour enfants », le lecteur restera peut-être sur sa faim par l’absence d’analyse consistante de cette liminalité si propre à l’album. Quand celle-ci est étudiée, cependant, elle l’est brillamment : Christine Pérès et Catherine d’Humières, toutes deux à travers des exemples tirés de l’édition espagnole, explorent l’inconfortable adaptation pour enfants d’œuvres habituellement destinées aux adultes. De son étude de versions « albumisées » et donc infantilisées de classiques de la littérature « adulte », Christine Pérès conclut ce qui semble pouvoir s’appliquer le plus souvent à ce type de transfert : on y sert à l’enfant un hors-d’œuvre littéraire qui peut être de qualité, criblé d’ouvertures incitatives à la lecture de ces classiques, mais pas toujours une expérience de lecture per se, trouvant en elle-même sa fin. Catherine D’Humières compare habilement troncature et réécriture, deux choix narratifs et éditoriaux distincts pour les adaptations de classiques, en s’appuyant sur diverses rééditions pour enfants de Don Quichotte. Des deux, c’est la réécriture qui trouve grâce aux yeux de l’auteure, qui en présente une défense convaincante : en ayant conscience de l’album comme tout, comme fusion du texte et de l’image, la réécriture est plus à même de proposer une nouvelle vie aux classiques, exploitant avec plus de radicalité les possibilités verbales et visuelles de ce format. On aimerait voir se refléter, dans ces différentes facettes de la relation complexe de l’enfant à l’adulte développées ici et là, une analyse plus unie, plus à même d’être théorisée, même si l’ouvrage, par sa nature, ne s’y prête pas aisément.

4Au-delà de questions liées à l’ontologie de l’album, l’ouvrage impressionne par sa prolifération quasi encyclopédique d’exemples historiquement, géographiquement et génériquement divers. Les analyses ne sont jamais anecdotiques, mais elles s’ancrent souvent dans des contextes particuliers pour mettre en lumière, une à une, les multiples facettes de ce mode d’expression si pluriforme. Éclairant aussi, au passage, les différences socioculturelles qui présentent des explications possibles aux préférences nationales pour tel ou tel usage de l’album : ainsi Catherine Renaud nous initie à la divergence entre surréalisme français et hyperréalisme scandinave, pour mieux nous inviter à en envisager de possibles syncrétismes. Aucune insularité dans ces chapitres très conscients de la transnationalité de l’album, de sa diffusion, de sa traduction, et de sa lecture. Au cœur du « tour du monde » de Michel Defourny, qui présente une critique idéologique d’albums engagés qu’il appelle « îlots de résistance », des encarts comparatifs entre leur traduction et adaptation française et la version originale approfondissent l’analyse et la rattachent au monde de l’édition, avec ses exigences et ses caprices.

5D’excellentes études partent de cette forte conscience de la matérialité et de la production de l’album : Florence Gaiotti s’attaque notamment au paratexte, ce seuil d’interprétation exploité avec tant de jubilation par les concepteurs d’albums malgré la frilosité, parfois, des éditeurs. On pourra déplorer, toutefois, la timidité de l’ouvrage quant au futur numérique de l’album. Un seul chapitre, par Gilles Rouffineau, y est consacré. Par son approche surtout historique, il peine à proposer une ouverture assez théorisée pour offrir des réponses sur le long terme à ce nouveau grand bouleversement que constitue l’album à l’écran. L’iPad et autres tablettes tactiles et sensibles à l’inclinaison, qui proposent déjà une offre conséquente d’albums tout spécialement conçus pour ces supports, auraient mérité ici au moins une mention. Il est moins question d’ordinateurs pour l’avenir de l’album, comme semble le penser Rouffineau, que de ces nouveaux supports mobiles, facilement tenus et manœuvrés par une nouvelle génération d’enfants-lecteurs. Les éditrices, dans l’introduction, affirment peut-être trop hâtivement que ce type de réflexion est « rare dans l’univers de l’album » (p. 12). Ce domaine d’étude est en réalité florissant chez les anglo-saxons. Cependant, c’est une lacune minime dans ce livre qu’il reste très difficile d’attaquer pour non-exhaustivité.

6L’ouvrage couvre certes un nombre impressionnant d’aspects de l’album, mais il est important de préciser qu’il concerne principalement les exemples les plus prestigieux – l’on pourrait même dire, parfois peut-être, élitistes – du médium. Bien qu’il ne soit pas toujours question d’albums inconnus ou introuvables, les œuvres choisies sont rarement très grand public. Le message est clair : il s’agit ici d’une analyse principalement esthétique d’un médium dont on évacue, en n’en parlant pas, les représentants les plus largement distribués et présents à l’esprit de tout enfant, parent ou libraire à qui l’on mentionne le mot « album ». Il est évident qu’une telle approche aurait donné naissance à des ramifications plus sociologiques de ce mode d’expression, et on n’en regrette pas nécessairement l’absence, mais alors que s’égrènent les chapitres analysant les œuvres de grands auteurs et illustrateurs, on est en droit de questionner l’absence d’autres éminences de l’album grand public, en particulier anglo-saxons. Kitty Crowther, Claude Ponti, Rascal et quelques autres font figure d’exceptions, mais restent confortablement ancrés dans une esthétique très « École des loisirs » (maison qui voit son catalogue amplement référencé) qui ne reflète pas tout à fait le spectre des possibilités du médium jusque dans ses confins les plus commerciaux. Là encore, lacune tout à fait excusable dans un ouvrage déjà imposant.

7Dernière réussite à mentionner – et pas des moindres – dans ce livre universitaire : sa réjouissante beauté en tant qu’objet-livre. L’album, qu’il soit jeunesse ou livre d’artiste, est bien entendu une expérience multisensorielle – un livre que l’on soupèse, que l’on effleure, dont on tourne et corne les pages, dont on se gorge des couleurs. Et cette collection, pertinemment, adopte les caractéristiques esthétiques de ce qu’elle se propose d’étudier. Le livre est lourd, plaisamment grand, le papier brillant, les images extrêmement bien imprimées, les couleurs vibrantes. Le travail éditorial, on le devine, a été colossal, non seulement quant au texte mais quant à l’image dans son ensemble. On doit à l’album, ce « beau livre », un livre d’analyse également beau, et Le parti pris des images remplit tout à fait ce critère. Comparé aux nombreux ouvrages qui se bornent à reproduire pour le seul besoin de compréhension de l’analyse de petites vignettes en noir et blanc des images qu’ils explorent, on sent dans cette collection-ci que les images sont souvent là « pour rien », « pour faire joli », dans le sens le plus jubilatoire de l’expression : parce que l’on ne peut se préoccuper d’albums sans le parti pris qu’il existe une valeur intrinsèque, une expérience esthétique immédiate, dans l’impression, la coloration, la juxtaposition, la mise en page de l’image et du texte. Cette célébration du médium comme objet de beauté visuelle et tactile ne fait qu’ajouter au plaisir du texte, et c’est cet effort éditorial si réussi qui mérite de servir de point d’orgue à ce compte-rendu de lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Beauvais, « Viviane Alary, Nelly Chabrol-Gagne (dir.), L’album. Le parti pris des images », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/704

Haut de page

Auteur

Clémentine Beauvais

Doctorante, Université de Cambridge, Faculty of Education

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org