Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Delpire éditeur : œuvre graphique, œuvre photographique

Cécile Boulaire et Annie Renonciat

Texte intégral

1Depuis les tout débuts de sa carrière, l’éditeur Robert Delpire s’est employé à faire connaître les aspects les plus récents et les plus intéressants de la création d’images. Pionnier dans l’édition photographique, il publie dès le début des années cinquante les œuvres de Lartigue, Brassaï, Doisneau, Cartier-Bresson et Frank. Directeur artistique de la revue L’Œil de 1955 à 1962, responsable d’une galerie où sont exposés les grands noms de la photographie et du graphisme à partir de 1963, créateur d’une agence de publicité, producteur de films, commissaire d’expositions en France et à l’étranger puis directeur du Centre national de la photographie à partir de 1982 (où il crée et publie la collection “Photo-Poche”), cet infatigable amateur d’images fut aussi à l’origine du renouvellement graphique et thématique de l’album pour enfants : premier éditeur français de Max et les Maximonstres de Maurice Sendak en 1967, il invente en quelques titres, à travers les collections “Dix sur dix”, “Actibom” et “Multibom”, une nouvelle manière de concevoir la culture visuelle de l’enfance, précédant les audaces d’Harlin Quist et François Ruy-Vidal.

  • 1  Exposition coproduite par les Rencontres d'Arles et la Maison Européenne de la Photographie, avec (...)
  • 2  Ces textes sont issus d'une journée d'études organisée conjointement par Cécile Boulaire (maître d (...)

2Les Rencontres Photographiques en Arles et la Maison Européenne de la Photographie nous ont offert en 2009 une vaste rétrospective de ce parcours d’éditeur, de commissaire d’exposition et de producteur de films1, mais aucune étude approfondie n’a encore été consacrée à ce découvreur et promoteur d’images. Les textes réunis ici2 visent à réparer cette lacune de l’historiographie en évoquant quelques aspects de son œuvre qui nous apparaissent particulièrement révélateurs de la dimension créatrice de son travail. C’est en effet la notion de “création éditoriale” que ce recueil de travaux vise à interroger à travers la personnalité et l’œuvre de Robert Delpire : il s’agit d’examiner – Annie Renonciat s’y attache particulièrement – en quoi la culture visuelle, la passion pour l’image et la volonté de la faire découvrir par des publics divers, la pertinence et l’ouverture des choix d’un éditeur font œuvre ; comment elles se traduisent en termes de catalogue : choix des supports, des artistes et des écrivains ; élaboration des concepts éditoriaux ; éventail des publics visés ; gestion des relations avec les artistes et les auteurs ; parti-pris esthétiques, techniques, textuels, commerciaux ; rapports texte/images, etc.

3La dimension créative de l’œuvre éditoriale de Robert Delpire se caractérise en premier lieu par le caractère “précurseur” ou “pionnier” de sa démarche, souligné ici par tous les auteurs : ses publications marquent un tournant dans le système éditorial français consacré à la photographie, mis en place depuis les années 1930, comme dans celui des publications pour la jeunesse, qui peine à se renouveler après la Seconde Guerre mondiale. L’action de Delpire en faveur de la promotion et de la diffusion de la photographie est évoquée par Laurence Perrigault, qui relate les débuts de Robert Delpire comme rédacteur en chef de la revue Neuf, prémices à une carrière prestigieuse vouée à l’édition photographique que retrace Gaëlle Morel, ponctuée par la création de la collection « Photo Poche » en 1982 et honorée par la direction du Centre National de la Photographie sous le ministère Lang. Ses apports novateurs dans le domaine de l’album pour la jeunesse suscitent aussi l’unanimité. Michèle Piquard en souligne le caractère exceptionnel dans le contexte économique et socio-culturel de l’édition enfantine des années 1950-1970, tourné vers l’industrialisation et la standardisation de la production, et attaché au patrimoine et aux valeurs traditionnelles. En retraçant la constitution des trois collections pour enfants publiées par Delpire, “Dix sur Dix”, “Actibom” et “Multibom”, Cécile Boulaire dégage le processus de création éditoriale qui s’élabore progressivement entre 1956 et 1969, sur le mode de l’intuition et du plaisir, dans une atmosphère d’exigence esthétique, mais aussi de rencontre, d’audace et de créativité. Michel Defourny met l’accent sur trois albums phares qui, chacun à sa manière, révèlent l’inventivité et la liberté de l’éditeur et des artistes dont il se fait complice.

4Cette dimension pionnière, assumée mais jamais revendiquée, se distingue des stratégies en vigueur à l’époque dans l’édition pour la jeunesse. Chez Delpire, pas d’études de marché, pas de “collection” au sens d’une standardisation formelle, aboutissant à un produit commercial. La composition des collections, empirique, fait fi d’une éventuelle intuition d’un public potentiel ; elle est un cheminement personnel, qui fonde, sur des critères non financiers, une réelle politique éditoriale. La démarche de Robert Delpire se place résolument du côté de l’offre. Comme le souligne Michèle Piquard, la passion de l’image, l’exigence esthétique et le coup de cœur orientent Robert Delpire vers la photographie ou l’album pour la jeunesse. C’est la rencontre avec un artiste, le désir généré par un projet de livre ou de collaboration, la nécessité de faire découvrir une œuvre, ou à l’inverse le plaisir gratuit d’offrir au lecteur ce qui n’a encore jamais été lu ou vu, qui guident ses choix d’édition.

5De la médecine au journalisme, de la rédaction d’une revue médicale à l’édition photographique et à la publication d’albums pour enfants, les projets s’enchaînent selon une logique qui se comprend a posteriori mais que rien ne laissait présager a priori. Rien de nécessaire dans cette évolution, on le sent bien, et pourtant les collections photographiques doivent bien leur logique au sentiment d’être « à l’étroit » dans le format d’une revue ; les rencontres artistiques nées au sein de la revue Neuf se sont tout naturellement muées en propositions de livres — et il s’est trouvé que ces livres, dans leur poésie graphique, convenaient aux enfants ; le goût de Robert Delpire pour le dessin, que la revue avait spontanément mis à l’honneur presque autant que la photographie, s’il n’a pas fait naître un équivalent français au New Yorker dans lequel travaillent les plus grands, a impulsé la création des premiers albums pour enfants, puis de la collection “Dix sur dix”, qui publiera rien moins qu’André François, Hans Fisher, Maurice Sendak. De manière récurrente, la curiosité pour l’image, graphique ou photographique, le goût des inventions de format et l’attention à la typographie, l’esprit de défi et d’audace qui pousse à essayer (de nouveaux styles, de nouvelles formules, de nouvelles collections), nourrissent ce parcours.

6Ce qui caractérise aussi l’aventure des livres pour enfants chez Delpire, c’est l’ouverture internationale dont l’éditeur, d’emblée, fait preuve : artistes suisse (Fischer), allemands (Zimnik, Halbey), anglais (Symonds), américain (Sendak) signent les albums de la collection “Dix sur dix”, comme si nulle frontière ne s’imposait sur le territoire de l’image et de la fantaisie autorisée à l’enfance. Bien entendu, cette large ouverture doit à l’expérience concomitante de l’édition photographique : Delpire, dans ces mêmes années, édite les Suisses Robert Frank, Werner Bishof et Emil Schulthess, l’Autrichienne Inge Morath, plus tard le Tchèque Koudelka. Une réelle parenté des démarches se lit dans ces trajectoires parallèles d’édition enfantine et photographique : le goût des démarches artistiques singulières, des images dotées d’une esthétique personnelle l’emporte radicalement sur l’allégeance au goût dominant dans l’imagerie enfantine.

7Ce sont cette liberté et cette ouverture qui feront de l’agence Delpire un creuset pour toute une génération de graphistes et d’artistes, une pépinière d’où sortiront quelques-uns des plus grands talents de cette longue décennie. Georges Lemoine, devenu un des illustrateurs majeurs de sa génération, en est un parfait exemple, auquel s’intéresse ici Christine Plu. Tous témoignent de l’émulation qui règne alors au sein de l’agence, dans laquelle Robert Delpire étonne ses collaborateurs par la sûreté de son coup d’œil, l’intuition dont il fait preuve dans ses choix très personnels.Ainsi que l’écrit Gaëlle Morel, “Delpire établit le choix des images selon des critères esthétiques subjectifs, affirmant le point de vue fondamental de l’éditeur dans la conception des ouvrages. Michel Defourny évoque à juste titre la discrétion de l’éditeur dans cette démarche, qui a révolutionné le secteur de l’album pour enfant “sans faire de bruit, sans théorie, sans fanfaronnade, sans polémique …”. Il est bon de le rappeler, car le regard rétrospectif de la critique a interprété en termes de provocation et de scandale la nouveauté et l’originalité des choix de Delpire. Isabelle Chevrel démontre ici les ambiguïtés de cette lecture en étudiant la réception de l’album prétendument “maudit” devenu classique incontestable, Max et les Maximonstres. Ses conclusions la conduisent à reconsidérer l’image mythique d’un éditeur provocateur et à s’interroger sur les raisons d’être de la légende d’une réception controversée.

8Pour autant, l’absence de polémique ne signifie pas retrait. Gaëlle Morel, au sujet de la collection “Photo Poche”, parle au contraire d’“une forte volonté didactique d’initier une réflexion sur l’image”. Annie Renonciat souligne également l’ambition de Delpire : « montrer toutes sortes d’images, et par tous les moyens, à tous les publics, sans exception : amateurs, grand public, étudiants, enfants. Tel a été probablement le moteur d’une vie vouée à la promotion et à la diffusion des artistes. » L’apparente modestie de l’éditeur révèle en réalité une forte volonté d’initier un nouvel art de regarder, non par des discours, mais à travers des livres qui seraient eux-mêmes les agents de ce renouvellement du regard.

  • 3  François Vié, « Trente ans d’albums : une aventure et plusieurs révolutions », La Revue des livres (...)
  • 4  Véronique Vienne, Etapes, n° 132, mai 2006 ; Michel Wlassikoff Histoire du graphisme en France. Pa (...)
  • 5  Martin Parr, Gerry Badger. Le Livre de photographies : une histoire. Volume I. Paris : Phaidon, 20 (...)
  • 6  Il manque à ce recueil d'articles une étude de l'inclassable collection « Documents », lancée par (...)

9Par cet ensemble d’exigences esthétiques touchant à la personnalité des artistes, à l’originalité et à la perfection des images, à la qualité de leur reproduction – qu’elles soient photographiques ou dessinées, destinées à l’édition ou à la publicité –, Robert Delpire a élaboré une véritable politique éditoriale qui, sans ignorer certaines manifestations ou événements temporaires (expositions, festivals, etc.), s’est construite indépendamment de l’actualité et s’est maintenue dans la durée. Ces différentes caractéristiques ont joué un rôle majeur dans la légitimation de la création graphique et photographique au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Gaëlle Morel souligne à cet égard que sa démarche fut “emblématique du processus de légitimation culturelle de la photographie en France”. François Vié, cité par Michèle Piquard, témoigne pour sa part que Delpire donna “une noblesse et un statut à la création graphique3”. Les récents hommages décernés à l’ensemble de son œuvre, qu’elle soit graphique4, photographique5 ouéditoriale, abondent tous dans ce sens. Cinquante ans après la publication des Américains de Frank, tout le monde s’accorde à considérer que Robert Delpire a profondément marqué une génération d’éditeurs6.

  • 7  Le film s’intitule finalement Robert Delpire, le Montreur d’images.

10En hommage à tous les artistes qu’il a eu le bonheur de rencontrer et d’éditer, Delpire voulait intituler Mille mercis le documentaire que lui a consacré sa compagne Sarah Moon à l’occasion des Rencontres d’Arles7. Les études réunies ici nous conduisent à présenter en retour ce découvreur et promoteur de talents comme l’un des plus remarquables « éditeurs-artistes » du XXe siècle.

Nos remerciements les plus chaleureux vont à Robert Delpire qui nous a reçues à de nombreuses reprises, lors de la préparation du colloque qui a donné lieu à ce recueil de textes, et nous autorise à reproduire dans ce dossier thématique de nombreuses pages extraites des revues et albums qu’il a publiés.
Cécile Boulaire et Annie Renonciat

Haut de page

Notes

1  Exposition coproduite par les Rencontres d'Arles et la Maison Européenne de la Photographie, avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès, Picto et Circad. Le catalogue est paru sous forme de trois volumes du format de la collection Photopoche : Delpire & Cie : Tome 1, Édition ; Tome 2, Graphisme et publicité ; Tome 3, Expositions et films. Paris : Delpire, 2009.

2  Ces textes sont issus d'une journée d'études organisée conjointement par Cécile Boulaire (maître de conférences à l'Université François Rabelais de Tours) et Annie Renonciat (professeur à l’INRP/ Centre d’étude de l’écriture et de l’image, Université Paris 7-Denis Diderot) le 15 mars 2008 à l'Institut National d'Histoire de l'Art, Paris.

3  François Vié, « Trente ans d’albums : une aventure et plusieurs révolutions », La Revue des livres pour enfants, n° 98-99, septembre 1984.

4  Véronique Vienne, Etapes, n° 132, mai 2006 ; Michel Wlassikoff Histoire du graphisme en France. Paris : Carré /Les Arts décoratifs, 2005.

5  Martin Parr, Gerry Badger. Le Livre de photographies : une histoire. Volume I. Paris : Phaidon, 2005.

6  Il manque à ce recueil d'articles une étude de l'inclassable collection « Documents », lancée par Robert Delpire en 1968. Dans une pochette de papier aux couleurs vives, l'éditeur réunissait des documents eux-mêmes reproduits sur des papiers de couleur, de la carte ou du calque. Fac-simile de plans, de portraits, de documents officiels, reproductions de textes et d'images voisinaient autour d'un thème historique : « Les Croisades », « Austerlitz », « 1789 », « Molière »… Pensée comme support d'une découverte active de l'Histoire, favorisant la connaissance par l'analyse des documents plus que par l'inculcation d'une doxa livresque, la collection aurait voulu s'adresser aux enfants et à leurs maîtres. Mais la radicalité de la présentation, la richesse des documents réunis, la confiance dans la curiosité enfantine mais aussi dans la capacité des pédagogues à “remettre de l'ordre” dans les découvertes des enfants ne purent rivaliser avec l'embarras que la collection suscitait. Les libraires ne savaient où ranger ces pochettes trop grandes et plates, ni à qui en conseiller l'achat ; les bibliothécaires étaient incapables de gérer le prêt de documents constitués de dizaines de feuilles volantes ; et les enseignants reprochaient aux documents de n'être pas reproductibles, car imprimés sur du violet ou du rouge… La collection n'eut pas de suite. Pourtant la proposition, audacieuse, était d'une richesse que n'atteindrait ensuite que la collection « Découvertes » lancée en 1986 par Pierre Marchand.

7  Le film s’intitule finalement Robert Delpire, le Montreur d’images.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Boulaire et Annie Renonciat, « Delpire éditeur : œuvre graphique, œuvre photographique », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://strenae.revues.org/70 ; DOI : 10.4000/strenae.70

Haut de page

Auteurs

Cécile Boulaire

Maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, équipe INTRU

Articles du même auteur

Annie Renonciat

Professeur des universités, Responsable du Pôle scientifique Histoire et Patrimoine de l’Éducation, INRP Rouen. Membre du CERILAC (Centre d’étude et de recherche interdisciplinaire Lettres, Arts Cinéma), université Paris 7- Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org