Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme

Caroline Gaume
Référence(s) :

Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme, Presses universitaires de Caen, 2010, 389 p., 28 €

Texte intégral

  • 1  L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne. Des origines au fascisme, Presses (...)

1Avec Les enfants de Mussolini, Mariella Colin propose une suite à L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne. Des origines au fascisme1 dans lequel elle concluait que la production du Ventennio (la double décennie du pouvoir mussolinien), forcément soumise à l’idéologie fasciste, devait manquer singulièrement d’intérêt. Le travail de recherche mené depuis, et dont cet ouvrage est le dense aboutissement, met en évidence au contraire la richesse de cet « âge noir ».

2Mariella Colin montre de façon très claire que l’intérêt de l’étude se trouve moins dans la qualité littéraire de la production éditoriale pour la jeunesse, globalement médiocre, que dans ce qu’elle témoigne du rôle central accordé au livre par le régime et de ce qu’enfants et adolescents ont été les cibles privilégiées de la propagande. Si le recours au livre comme moyen de diffusion d’une idéologie est partagé par tous les régimes totalitaires, le cas de l’Italie se signale par son projet anthropologique : l’école, le livre scolaire comme le livre d’agrément, sont vus dès l’origine du régime comme le lieu privilégié de construction de « l’homme nouveau » italien. M. Colin montre comment toutes les formes de la production pour la jeunesse (le corpus étudié est très riche : manuels scolaires, ouvrages de fiction, presse, livres de propagande sont étudiés et pour certains d’entre eux présentés en détail) ont été progressivement instrumentalisées par le régime. La richesse de l’ouvrage tient au fait que cette évolution de la littérature enfantine est constamment mise en rapport avec l’évolution du régime fasciste lui-même et qu’elle est intégrée dans un étude plus large qui embrasse l’institution scolaire, le monde de l’édition et les modalités d’encadrement de la jeunesse.

3L’ouvrage suit un plan chronologique en quatre parties. La première est consacrée à la période 1914-1923 durant laquelle, comme dans tous les pays belligérants, l’enfance est incluse dans la propagande de masse au service d’une cause nationale. La Grande Guerre est, par les thématiques et la rhétorique qu’elle impose, un moment fondateur qui ne cessera d’être exploité par le régime de façon variée. La seconde partie s’attache à la période allant de 1925 à 1929, période de transition pour la littérature de jeunesse et correspondant à la mise en place de la dictature de Mussolini. La troisième partie est dédiée aux années 1930 à 1935, avec l’apparition de la culture fasciste de masse que l’État impose au secteur du livre et de l’enfance. Enfin, la dernière partie, de 1935 à la chute du régime en 1943, est consacrée à la mise aux ordres de toute la production et du monde de l’enfance aux volontés du régime.

4L’ouvrage est enrichi de deux cahiers iconographiques hors-texte : le premier, documentaire, présente un panorama de couvertures d’ouvrages destinés à l’enfance : il est d’autant plus intéressant que non seulement les ouvrages de jeunesse italiens, et plus encore les livres scolaires, souffrent comme partout ailleurs d’un défaut de conservation et d’archivage, mais qu’en outre ils ont subi une campagne de défascisation qui les rend encore plus rares et moins consultables. Le second cahier, dû à Pompeo Vagliani, est plus analytique : quinze illustrateurs du Ventennio y sont présentés, dans de courtes notices accompagnant une sélection de leur production artistique.

5La première guerre mondiale et l’immédiat après-guerre sont, plus que la marche sur Rome, un moment fondateur pour l’instrumentalisation de la littérature enfantine. Le conflit est une guerre totale à laquelle n’échappe pas l’enfance, en Italie comme dans les autres nations engagées. La guerre fait irruption dans la culture littéraire mais aussi matérielle de l’enfance : par l’écrit, l’enfance est associée au conflit et la guerre lui est rendue familière, expliquée et mise en scène, et M. Colin met en valeur l’évolution des thématiques et de la rhétorique guerrières. Pendant la phase de neutralité de l’Italie – qui n’entre en guerre aux côtés de l’Entente qu’en mai 1915 – la production garde un ton léger, à l’exception de celle influencée par les interventionnistes qui exploitent le thème de l’irrédentisme italien (les terres irrédentes sont les terres peuplées d’Italiens mais soumises à l’autorité austro-hongroise) : la guerre est une guerre pour rire ; elle est vue par la presse enfantine comme un jeu et traitée sur un ton burlesque, voire parodique, qui témoigne à la fois de la méconnaissance de la réalité du conflit par les civils et de la censure exercée pour masquer celle-ci. À mesure que la guerre se poursuit, l’enfant de spectateur devient acteur de la guerre, héros va-t-en-guerre, sur un ton optimiste ou plus grave chez les auteurs féminins, à l’instar de ce qu’on peut lire alors dans la production française destinée à l’enfance. L’année 1917 marque un tournant : échecs militaires et difficultés des combattants ne peuvent être davantage occultés et la production témoigne de ce changement : le ton se fait plus émouvant mais aussi plus réaliste ; le topos de l’enfant-héros est renforcé par la dénonciation de la cruauté des adversaires. La célébration de la victoire implique aussi l’enfance. Les enfants sont associés à sa commémoration, et la guerre est vue, dans les ouvrages de fiction comme dans la presse, comme une expérience sacrée : la grandeur des soldats-héros, la légitimité du conflit, le mythe de la victoire mutilée et le patriotisme trouvent leur place dans une production florissante. De larges résumés et extraits des œuvres accompagnent cette analyse ; on peut retenir l’exemple des œuvres de Olga Visentini, futur auteur fasciste prolifique dont on suit la carrière tout au long de l’ouvrage. Mais la littérature de guerre ne recouvre pas alors toute la production : le courant symboliste et crépusculaire et le courant comique, influencé par la littérature anglaise, donnent naissance à une abondante production de qualité.

6Mais ce qui est mis en évidence est l’importance accordée à la littérature enfantine dans la réforme de l’éducation primaire élaborée par Gentile en 1923, soutenue à la fois par les milieux catholiques, universitaires et intellectuels, mais pervertie ensuite par les fascistes. D’une grande modernité, elle met en œuvre une pédagogie idéaliste qui donne toute sa place à la littérature enfantine : création de bibliothèques de classe, guides de sélection d’ouvrages, épreuve sur ce sujet aux concours de recrutement des instituteurs, élaboration de livres scolaires conformes aux objectifs pédagogiques mais à l’abri des soubresauts politiques.

7Ce malentendu entre pédagogues idéalistes et Mussolini est rapidement éclairci : pour les fascistes, après 1925, l’école est vue comme un moyen plutôt que comme une fin. L’institution scolaire est progressivement fascisée : sélection des enseignants, adoption de rites politiques nouveaux, fin des activités créatives, exaltation du sentiment national et patriotique. Les manuels scolaires connaissent une évolution semblable, et sont écartés ceux qui ne sont pas conformes aux idéaux du régime : le décret sur le livre unique d’État, qui sera imposé en 1930, signe la mort de la réforme de Gentile. Le glissement de l’éducation des enfants à l’éducation de la Nation est manifeste. Parallèlement, l’encadrement de la jeunesse connaît une forte accélération : l’Opera Nazionale Ballila se veut à partir de 1926 comme l’école du fascisme, prenant en charge l’éducation religieuse, physique et la formation idéologique des garçons de 8 à 18 ans, cependant que les jeunes filles deviennent des Petites et Jeunes Italiennes. La jeunesse, comme le démontre M. Colin, est autant une métaphore du régime qu’un instrument à son service, et l’école est ainsi dépouillée de son monopole sur l’éducation par ces organisations d’encadrement de la jeunesse (en sont aussi privées, en matière d’éducation religieuse, les associations catholiques alors démembrées).

  • 2  p. 119.

8La littérature enfantine passe progressivement sous la coupe du fascisme, et les paliers de cette évolution sont liés au caractère de plus en plus totalitaire du régime. Si les thèmes liés à l’histoire du début du régime (comme les récits du squadrisme) sont nouveaux, celui de la Grande Guerre est réactivé comme facteur de légitimation du régime, dans la construction d’une mémoire nationale revisitée. La littérature de guerre appartient à la stratégie culturelle du régime. Au milieu d’auteurs mineurs, M. Colin sait montrer que cette littérature de l’âge noir n’est pas si univoque avec l’exemple de Piccolo Alpino, de Salvatore Gotta, roman d’aventures dans une version guerrière et nationale qui « malgré son appartenance au climat idéologique de l’époque est devenu un « classique » de la littérature de jeunesse italienne2 » et connaît une trentaine de rééditions de 1926 à 1989.

9Autre thème majeur de la période, la construction mythique du personnage de Mussolini (fils du peuple, combattant, héros fondateur du fascisme puis homme providentiel) devient la matrice des ouvrages offerts aux enfants au point de devenir un genre de prédilection des auteurs pour l’enfance, sous le registre du fabuleux pour les plus petits, de l’aventure et de l’épique pour les plus grands.

10Les années trente sont le moment de l’achèvement de la construction d’un État totalitaire dans lequel l’individu n’appartient qu’à la masse, et dans lequel l’État est tout. Inspirée des techniques initiées dans l’Allemagne nazie par Goebbels, la propagande de plus en plus invasive s’enrichit d’un programme anthropologique : l’homme nouveau, pour refonder la nation italienne. Ce thème devient dominant dans la pédagogie, les nouvelles générations doivent être façonnées et une fois encore, le mythe de la Grande Guerre est réutilisé : la guerre régénératrice qui a vu son aboutissement dans le fascisme trouve sa place dans les livres scolaires et d’agrément. Le culte de la personnalité, l’encadrement renforcé de la jeunesse, avec la création des Fils et des Filles de la Louve qui permet d’intégrer les plus jeunes en les plaçant sous la protection paternelle de Mussolini, renforcent le poids de la propagande.

11La volonté d’éducation fasciste de masse conduit à une soumission toujours plus grande de l’institution scolaire à l’idéologie du régime. L’imposition du livre unique d’État témoigne de cet état de fait : intellectuels de renom et écrivains participent à cette entreprise qui, en modulant le message selon les âges, insinue l’idéologie fasciste sans laisser la moindre place à la critique. Le livre unique bouleverse aussi le monde de l’édition : M. Colin montre à travers tout son ouvrage quelle a été l’attitude des éditeurs, entre refus, adaptation et soumission au régime, comme c’est le cas pour l’éditeur anciennement socialiste Mondadori.

  • 3  p. 242.

12Dans ce contexte de fascisation croissante des contenus, l’édition enfantine italienne ne fait que survivre, avec de rares et fades ouvrages non fascistes. La « jeune littérature fasciste » qui s’affirme alors est peu convaincante d’un point de vue littéraire mais elle permet de comprendre « comment le fascisme veut s’emparer de l’imaginaire des enfants3 ».

13Paradoxalement, subsistent quelques espaces de liberté : la collection Scala d’Oro, qui présente les chefs-d’œuvres de la littérature universelle sous des formes adaptées aux différents âges de l’enfance, et la presse enfantine, qui est portée par le médium nouveau qu’est la bande dessinée. La publication des comics américains en Italie suscite la création des fumetti italiens, production de masse qui explosera au moment de l’embargo sur les productions américaines.

14Les dernières années du régime sont celles d’un contrôle de plus en plus étroit du livre et de l’école. Isolé sur la scène internationale, le régime exalte le nouvel empire, présenté comme l’accomplissement du destin de la nouvelle Italie. La littérature coloniale réapparaît alors sous deux formes qui laissent peu de place au romanesque ou à l’exotisme : romans de la conquête qui célèbrent le succès militaire, et romans de la colonisation qui exaltent les capacités de bâtisseurs des Italiens.

15A contrario, le régime ne parvient pas à faire de la participation de l’Italie à la guerre d’Espagne une entreprise populaire, l’opinion est peu mobilisée et les références au conflit, intégrées dans les publications destinées à la jeunesse, disparaissent rapidement. De la même façon, la politique raciale, lancée à la fois par volonté d’imitation de l’Allemagne et par souci de donner une cohérence au tournant totalitaire du régime, ne trouve qu’un relatif écho dans la production enfantine. Des campagnes de « bonification » de la littérature sont engagées et conduisent à l’exclusion des auteurs et éditeurs juifs et plus largement des auteurs étrangers, et seule la presse illustrée met en scène des stéréotypes antisémites.

  • 4  p. 309

16L’importance accordée par le régime à la jeunesse et à la littérature de jeunesse ne faiblit pas et se renforce à la veille de la guerre : la réforme scolaire de 1939 lie l’école et les organisations de jeunesse (passées directement sous le contrôle du parti) dans un même projet pédagogique. Elles sont considérées comme formant ensemble un instrument unitaire d’éducation fasciste. Le colloque organisé à Bologne en novembre 1938 sous l’égide du ministère de la culture populaire et de l’éducation nationale aboutit, dans cet objectif, à la définition du modèle idéal du livre fasciste pour la jeunesse qui porterait « l’empreinte éthique et artistique de [l]’Italie impériale et Mussolinienne4 ». Parce qu’elle est trop strictement encadrée, malgré l’institution de prix littéraires spécifiques, cette littérature fasciste idéale n’existera pas.

17Les années de guerre mettent un coup d’arrêt aux réformes scolaires et à la diffusion de nouveaux programmes et méthodes pédagogiques. Le second conflit mondial ne se lit guère dans les productions éditoriales : les défaites comme la nature du conflit échouent à créer une mystique guerrière et les populations y adhèrent peu, malgré le contrôle et censure de la production qui se maintiennent jusqu’à la chute brutale du régime. La fin de la dictature, en 1943, se traduit par un retour aux valeurs libérales et à l’idéalisme pédagogique de Gentile et, partant, aux manuels scolaires antérieurs au fascisme. Mais alors que l’école, le monde de la presse et celui de l’édition pour la jeunesse, sont totalement désorganisés par le conflit, la campagne de défascisation des manuels scolaires menée alors permet de mesurer leurs qualités formelles mais aussi, évidemment, leur asservissement à l’idéologie fasciste.

  • 5  p. 347.

18En conclusion, M. Colin souligne que le travail d’analyse de la production « abondante et multiforme » destinée à la jeunesse italienne dans le cadre de la politique scolaire et culturelle du Ventennio permet de comprendre, parce que cette production est un observatoire privilégié, comment le fascisme a diffusé son idéologie en créant des formes textuelles et iconographiques qui ont modelé « les consciences et l’imaginaire d’une nation, non seulement par l’endoctrinement mais aussi par la séduction5 ». Elle montre en outre que le rapport du régime à l’enfance a contribué à modeler le discours adressé à l’ensemble de la population, par le recours aux images et son appel à des sentiments élémentaires : l’éducation politique des masses a été semblable à celle donnée aux enfants, les plaçant ainsi au cœur du projet fasciste.

19Le travail de Mariella Colin, à la fois extrêmement clair et détaillé,  se situe à la croisée de deux disciplines : aux historiens, il apportera une illustration nouvelle du processus d’embrigadement de l’enfance et de la jeunesse par la littérature ; aux littéraires, il permettra de mieux de mieux appréhender les contextes idéologiques et institutionnels qui conditionnent la production et la diffusion de la création littéraire.

Haut de page

Notes

1  L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne. Des origines au fascisme, Presses Universitaires de Caen, 2005.

2  p. 119.

3  p. 242.

4  p. 309

5  p. 347.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Gaume, « Mariella Colin, Les enfants de Mussolini. Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 19 avril 2014. URL : http://strenae.revues.org/687

Haut de page

Auteur

Caroline Gaume

Agrégée d’histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org