Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Recherches et formation en littérature : état des lieux et perspectives : colloque du 22 juin 2011, Bibliothèque Nationale de France.

Florence Gaïotti

Notes de l’auteur

Ce compte-rendu a été rédigé avec l’aide de Éléonore Hamaide, de Mathilde Lévêque et de Isabelle Nières-Chevrel.

Texte intégral

1Le colloque qui s’est tenu le 22 juin 2011 à la BNF a été organisé par la Bibliothèque nationale de France-Centre national de la littérature pour la jeunesse-La Joie par les livres, l’université de Cergy-Pontoise-IUFM/Centre de recherche textes et francophonie, avec le concours de l’AFRELOCE. Il a rassemblé de nombreux chercheurs et médiateurs du livre pour la jeunesse ainsi qu’un public important d’auditeurs pour la plupart partie prenante dans la recherche, la formation ou la médiation de la littérature pour la jeunesse.  Il a été ouvert par Denis Bruckman (BNF), Max Butlen (université de Cergy-Pontoise-IUFM) ; l’introduction a été assurée par Emmanuel Fraisse (université Paris 3), qui a souligné l’importance de la recherche en littérature de jeunesse et la nécessité d’un dialogue entre littérature de jeunesse et littérature générale en terme de recherche.

2Il s’est articulé autour de trois enquêtes qui ont tenté de faire une synthèse des recherches dans le champ de la littérature pour la jeunesse (Marie-France Bishop et Pierre-Louis Fort), des propositions de formation universitaire (Christine Mongenot) et des pratiques et usages de cette littérature dans le monde scolaire (Sylvie Ahr et Patrick Joole). D’autres chercheurs étaient conviés à réagir à ces enquêtes, à les analyser ou à préciser certains aspects. D’autres interventions ont permis de présenter des outils de recherche (présentation de la Revue Strenae par Cécile Boulaire) ou d’exposer des modalités de recherche ou les formations proposées dans des universités étrangères : Daniel Delbrassine (université de Liège) pour la Belgique a rappelé le système de formation ; Hans Heino Ewers de l’université Goethe (Frankfurt-am-Main) a fait état de la recherche en Allemagne et Margaret Higonnet de l’université du Connecticut a notamment présenté de nombreux sites internet concernant la littérature de jeunesse.

3La première enquête se voulait dans la lignée des travaux de synthèse effectués précédemment par Jean Perrot (Revue Argos, 2002), par Francis Marcoin (Le Français Aujourd’hui, n°149, 2005) ou encore par Mathilde Levêque et Matthieu Letourneux (« État des lieux de la recherche  2006 », La Recherche en Littérature générale et comparée en France en 2007, sous la direction d’Anne Tomiche, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007). Trois points forts se dégagent de cette enquête : une augmentation quantitative, une diversité des chercheurs et enfin un foisonnement des genres et des thèmes. L’enquête a permis également de souligner le développement spectaculaire de travaux de recherche dans le champ de la littérature de jeunesse depuis 2002 (près de 140 thèses soutenues entre 2002 et 2010, avec un pic de 30 thèses en 2008). L’enquête fait aussi apparaître la multiplication des manifestations scientifiques (colloques et journées d’études), des publications dans des revues ainsi que des publications d’ouvrages. La recherche en littérature de jeunesse a pu aussi trouver une place dans cinq projets soutenus et financés par l’Agence Nationale de la Recherche (le projet ANR « Mame », coordonné à l’université de Tours par Cécile Boulaire est le seul qui se consacre entièrement à la littérature pour la jeunesse). Les trois chercheurs qui ont été invités à réagir à l’enquête ont adopté des perspectives différentes : Brigitte Louichon (université Montesquieu-Bordeaux IV-IUFM d’Aquitaine) a rappelé son parcours personnel de chercheuse (en littérature, didactique de la littérature et en littérature de jeunesse autour de la  mémoire et du patrimoine) pour ensuite présenter le Master professionnel (édition scolaire, parascolaire et de jeunesse) qu’elle a mis en place à l’IUFM d’Aquitaine-Bordeaux IV en 2010. Marie-Emmanuelle Plagnol (UPEC) a également évoqué son parcours qui prend appui sur l’étude du théâtre d’éducation de Mme Genlis et qui lui a permis d’articuler les champs de la littérature pour adultes et pour enfants. Enfin, Francis Marcoin (université d’Artois) a préféré développer une réflexion sur les objets de la recherche aujourd’hui et s’interroger sur les sujets ou objets dont on ne parle pas ou que l’on ne traite plus actuellement. Francis Marcoin a insisté sur le fait qu’il ne faudrait pas attendre dix ans pour faire un bilan de la recherche : il explique que les chercheurs devraient se donner les moyens de se réunir collectivement pour faire le point plus régulièrement. Le débat a également porté sur la question d’engagement dans des travaux de recherche et sur le problème des débouchés.

4La deuxième enquête s’est intéressée aux formations dispensées en France. Christine Mongenot est partie d’un rappel du contexte institutionnel (professionnalisation des universités / IUT / Centres de formation des bibliothécaires / Masters littéraires avec spécialisation jeunesse) mais aussi du rappel des contextes locaux (tradition d’enseignement dans certains IUT/présence d’un patrimoine local...). Les résultats de cette enquête mettent en avant la diversité des formations proposées et des perspectives professionnelles, ce qui pose le problème de la nature de l’objet enseigné et étudié et du risque de la trop grande spécialisation (différente forcément pour un enseignant, pour un médiateur culturel ou pour les personnes engagées dans les métiers du livre).
La fin de la matinée a permis à certains chercheurs de présenter les formations en littérature de jeunesse, notamment le fonctionnement du Master à distance proposé par l’université du Maine, le Master de création éditoriale générale et de jeunesse à Clermont-Ferrand (responsable: Nelly Chabrol-Gagne), ou encore le Master Lettres spécialité Métiers de la littérature de jeunesse à Lille 3 (responsable: Laurent Déom).

5La troisième enquête portait plus précisément sur les usages de la littérature de jeunesse dans le cadre scolaire. Sylviane Ahr et Patrick Joole ont rappelé la présence de la littérature de jeunesse à travers les programmes (premier et second degrés) mais aussi sa disparition dans les programmes du second degré à partir de 2008. Le manque de connaissances dans le domaine de la littérature de jeunesse d'une partie des enseignants les pousse à se centrer sur des titres qui semblent fonctionner, à partir de leurs recherches sur internet, sans que l'approche littéraire ne soit prise en compte. Les deux chercheurs signalent l'abondance de titres d'albums et de romans, constituant des « classiques contemporains ». Les contes sont présents essentiellement grâce à Grimm et Perrault. En revanche, la poésie et le théâtre demeurent les parents pauvres de ces usages. La plupart des ouvrages utilisés en classe font partie de la liste ou sont choisis pour leur appareillage pédagogique. Si les textes humoristiques et les policiers ont une place de choix, certains genres, pourtant appréciés des élèves, n'apparaissent pas comme l’heroïc fantasy. La littérature de jeunesse est encore considérée comme une passerelle vers la « vraie littérature » et la lecture cursive très largement privilégiée. La lecture à haute voix, les lectures en réseaux ou encore les carnets de lecteurs sont des pratiques marginales ou ignorées dans le secondaire.

6Claude Poissenot (Université de Nancy 2) a eu une position très militante en affirmant qu'il fallait s'interroger sur les pratiques réellement personnelles dans les bibliothèques quand tout le travail éducatif mise sur le soutien à la lecture au détriment du lecteur. Les 11-17 ans sont parfaitement représentatifs du passage de la culture de l'imprimé à la culture de l'écran. Pendant cette période, la venue en bibliothèque se réduit et la lecture qui, pour les jeunes de 11 ans, pointe à la 5e place dans la hiérarchie de leurs loisirs occupe la 11e place à 17 ans.

7Max Butlen a animé une discussion autour de la place et de l'usage de la littérature de jeunesse à l'école et en bibliothèque. Catherine Tauveron (université de Rennes 2) est revenue sur la lecture en réseaux qu'elle a formalisée dans plusieurs de ses articles (notamment dans le numéro37 de la revue Repères, 2008) en déplorant qu'elle soit, dans la pratique des enseignants, souvent réduite à un groupement thématique qui oublierait la construction d'une culture proprement littéraire, d'une volonté de résolution de problèmes de compréhension et d'interprétation ou de constructions génériques et symboliques. Quid du réseau comme posture de lecture particulière ? Sans doute la difficulté première rejoint un des fils conducteurs de la journée, à savoir la nécessité d'avoir des enseignants formés à la littérature de jeunesse. Jean-François Massol (université Stendhal-Grenoble 3) a développé sa réflexion à partir l'analyse de l'enquête menée en 2006 sur la lecture de littérature de jeunesse en collège et la mise en écho avec un autre état des lieux déjà proposé en 1993. Il a ainsi montré la stabilité des corpus, avec une grande présence des classiques de la littérature de jeunesse, en adéquation avec l'une des missions de l'enseignant, selon les sondés, de transmettre un patrimoine culturel. Christine Péclard (Bibliothéques de la ville de Paris) a estimé, quant à elle, que la lecture plaisir, qui était l'apanage des bibliothèques était aujourd'hui récupérée par l'école et milite en faveur d’un partenariat plus fort entre enseignants et bibliothécaires.

8La table ronde finale, animée par Jean Perrot, a proposé un éclairage international sur la recherche et la formation. Daniel Delbrassine (université de Liège) a expliqué les spécificités de la formation des futurs enseignants en Belgique. Hans Heino Ewers (université Goethe, Frankfurt-am-Main) qui dirige l’Institut de recherches en littérature de jeunesse a pris ensuite la parole en français pour expliquer que la domination des recherches anglo-saxonnes (notamment par le biais de l’association internationale IRSCL) ne doit pas effrayer les chercheurs européens. Expliquant les limites de ces recherches qui manquent souvent de relief et de perspective, Hans Heino Ewers a appelé à renforcer les échanges entre chercheurs européens et à mettre en place un véritable réseau européen de recherche en littérature pour la jeunesse. Enfin Margaret Higonnet (université du Connecticut) a donné un éclairage sur cette recherche anglo-saxonne qui dispose d’outils de diffusion tout à fait intéressants dont voici quelques exemples :

  • http://www.euppublishing.com/​journal/​ircl
    La revue de l’IRSCL (International Research Society for Children’s Literature) est depuis 2009 disponible via le site de l’éditeur Edinburgh University Press. Intitulée International Research in Children’s Literature, elle est un outil  bibliographique essentiel pour les chercheurs en littérature de jeunesse, en particulier pour son orientation théorique et comparatiste. On regrettera que l’accès à cette revue ne soit pas entièrement libre et gratuit.

  • http://jeunessejournal.ca/​index.php/​yptc
    Jeunesse: Young people, Texts, Cultures, revue interdisciplinaire de l’université de Winnipeg, est encore moins facile d’accès et plus coûteuse. La page d’accueil, en proposant des souscriptions entre 50 et 75 $, ne donne guère envie d’accéder plus avant au contenu de la revue, qui paraît pourtant très intéressante.

  • http://www.lib.latrobe.edu.au/​ojs/​index.php/​tlgThe Looking Glass, autre revue anglophone canadienne, créée en 2001, propose de « New Perspectives on Children’s Literature ». Cette fois-ci, la curiosité du chercheur est satisfaite! Les articles sont disponibles gratuitement, en format html. Et c’est tant mieux.

  • http://www.winchester.ac.uk/​academicdepartments/​EnglishCreativeWritingandAmericanStudies/​publications/​write4children/​Pages/​Write4Children.aspx
    L’université de Winchester, en Grande-Bretagne, propose également une revue, Write4Children, créée en 2009. Les articles en pdf sont accessibles librement. Cette revue comporte des articles et des discussions visant à fournir un forum international et des débats pour une recherche universitaire et pédagogique de haute qualité scientifique en matière d’écriture et de littérature pour enfants, à inciter des articles et des discussions sur des sujets controversés dans ces champs de recherches, tels que les questions de races, genres, sexualité, drogue, sexe etc.

  • http://www.paperschildlit.com/​index.php/​papersPapers: Explorations into Children’s Literature, revue créée en 1990, est depuis 2009 en accès libre et gratuit sur le web. Cette revue est publiée par l’université Deakin et l’Australasian Children’s Literature Association for Research (ACLAR). Il s’agit de la première revue scientifique australienne consacrée à la littérature de jeunesse, d’une grande qualité. Elle est consacrée à la littérature de jeunesse australienne, mais pas seulement, accueillant des contributions internationales et incluant des articles qui développent des perspectives historiques, théoriques, des comptes rendus bibliographiques. Deux numéros sont publiés chaque année.

9La journée se clôt sur une intervention de synthèse d'Isabelle Nières-Chevrel. Elle rappelle la lente progression de cette recherche, les difficultés face au manque de reconnaissance institutionnelle et l’isolement des rares chercheurs qui ont ouvert la voie au tout début des années soixante-dix – au nombre desquels elle se place ainsi que Jean Perrot. Un des effets de Mai 1968 fut de faire, pour un temps, de la littérature de jeunesse une contre-culture. Le recrutement massif d’enseignants dans ces mêmes années par les universités, qui constituaient un vivier potentiel de nouveaux chercheurs, a par ailleurs permis à des champs nouveaux – dont la littérature de jeunesse – de trouver un espace (travaux de Jean Delabroy, Élisabeth Gardaz, Paul Lidsky sous la direction de Marc Soriano), mais sans continuation dans la durée. Isabelle Nières-Chevrel est revenue également sur les travaux initiés à partir d’autres disciplines comme la sociologie (Chamboredon, Fabiani, Marie-José Chombart de Lauwe) ou les langues étrangères (Monique Chassagnol, Mariella Colin) et, une décennie plus tard, par Ségolène Le Men, Annie Renonciat, Michel Manson ou Francis Marcoin. Le passage des Écoles normales aux IUFM en 1991 a contribué à créer un nouveau potentiel de chercheurs.

10Point de triomphalisme cependant. La recherche dans ce domaine est encore fragile : manque flagrant de professeurs spécialistes pour encadrer masters et thèses, résultats encore très inégaux des travaux scientifiques, risque d’une recherche trop étroitement professionnalisante ou directement applicable (l’idée d’une recherche sans enjeu immédiat évoquée le matin par Cécile Boulaire est importante), manque de visibilité enfin de l’ensemble des travaux. De réels échanges, des initiatives de collaboration et une communication critique semblent nécessaires, voire indispensables pour éviter l’isolement et assurer à ce champ de recherche une véritable autorité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Gaïotti, « Recherches et formation en littérature : état des lieux et perspectives : colloque du 22 juin 2011, Bibliothèque Nationale de France. », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://strenae.revues.org/666

Haut de page

Auteur

Florence Gaïotti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org