Navigation – Plan du site
Dossier thématique

« Cachez ce sang que je ne saurais voir ».
Les images de la guerre d’Algérie dans les albums et les documentaires pour la jeunesse

Eléonore Hamaide-Jager

Résumé

Contrairement à d'autres conflits, la guerre d'Algérie est encore très peu présente dans les ouvrages destinés à la jeunesse. Les auteurs d'albums peuvent y faire allusion dans le texte mais les illustrateurs centrent leurs images sur un univers stéréotypique ou hors du temps et de l'espace, privilégiant l'apaisement des générations et des peuples. Les documentaires ou albums documentaires sont plus nombreux à tenter de représenter l'étrange conflit, entre attentats, règlements de compte et attente. Ils proposent des représentations nourries de recherches historiques ou parfois des photographies qui ont pour mission d'authentifier un récit fictionnalisé, oscillant entre mémoires individuelle et  collective, sans que soit peut-être suffisamment marquée, pour des enfants, la frontière entre ce qui relève du discours historique d'une part et de la fiction, nécessairement réductrice, d'autre part.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir Eléonore Hamaide-Jager, « La représentation des enfants juifs dans la littérature jeunesse » (...)
  • 2  Anne Schneider arrive au même constat dans son article « Nona des sables, un château de cartes mém (...)
  • 3  Michel Marbeau, « L'algérimania éditoriale », L’École des lettres, n°12, 15 avril 2001, p. 69-75.
  • 4  Paris, Didier Jeunesse, 2004.
  • 5  Paris, Thierry Magnier, 2001.
  • 6  Paris, Syros jeunesse, 1994.
  • 7  Sur le contexte idéologique colonial comme vecteur d'écriture de romans d'aventures, voir Sylvain (...)

1M’étant beaucoup intéressée à la représentation de la seconde guerre mondiale dans les albums pour enfants et plus particulièrement à la représentation de la Shoah, j’avais pu faire le constat que si, au début des années 1980, l’extermination était suggérée dans le texte mais totalement absente des images, les années 2000 avaient complètement redistribué la donne : non seulement les déportés sont dessinés dans leur maigreur, mais les violences qui leur sont faites, leurs conditions de survie et de mort aussi1. J’imaginais pouvoir faire un bilan à peu près similaire concernant la représentation de la guerre d’Algérie dans les albums pour enfants, d’autant que l’année 2003 – ayant été déclarée « année de l’Algérie » – avait vu fleurir nombre de romans ou d’essais sur le sujet, pour adultes comme pour adolescents. Mon bilan sera pourtant déceptif2 et je ne parlerai pas, comme Michel Marbeau, d' « algérimania »3 : certes l’Algérie a fait une véritable entrée dans la littérature pour la jeunesse, avec des titres comme Mon miel, ma douceur de Michel Piquemal et Élodie Nouhen4 ou Un train pour chez nous d’Azouz Bégag et Catherine Louis5, qui tend à rendre les saveurs, la lumière et les odeurs du pays. Les albums semblent privilégier les portraits apaisés d’immigrés ou de leur progéniture qui rentrent, le temps d’un été, dans le pays d'origine. Une vision plus juste de la période de la colonisation est mise au jour avec Ameur des arcades de Mouloud Mammeri et Christophe Merlin6, à l'inverse de celle largement diffusée pendant des dizaines d'années dans des centaines de romans qui vantaient l'aventure coloniale7. En revanche, peu d'ouvrages sur cette période historique sur laquelle la France est restée longtemps presque muette, y compris jusque très récemment, dans ses livres d’histoire. Aussi, j’aimerais, à partir de quelques exemples très précis, tenter une interrogation d'un mince corpus composé d’albums et de documentaires. Quelle image est donnée de la guerre d’Algérie dans ces illustrations ? Quel contraste par rapport aux autres guerres ? Y a-t-il de véritables différences entre les illustrations des albums et celles des documentaires ? De manière plus naïve encore, est-il possible de représenter la guerre d’Algérie quand on sait combien ces années touchent à la temporalité passée et à venir des colonisés comme des colonisateurs et à leur humanité, voire leur intégrité physique et morale? Telles sont quelques-unes des questions que je tenterai d’aborder dans cette première ébauche d’analyse de l’illustration du conflit de la décolonisation algérienne.

  • 8  À titre de comparaison pour la suite de mon étude, j’ai répertorié cinq albums récents sur ce suje (...)
  • 9  Jean-Pierre Mercier, « Miloula, Zo'hio, Baba Diene et autres négrillons. Images du Noir dans la li (...)

2En 1988, Jean-Pierre Mercier achevait sa synthèse sur « l’image du Noir dans la littérature enfantine de 1850 à 1948 » par un bilan assez négatif. Il signalait combien l’Africain est d’abord un colonisé, appelé « nègre » quel que soit son pays d’origine, sans que jamais ne soit mentionné l’esclavage8. Le cannibalisme a, en revanche, une place de choix et, à cette occasion, Jean-Pierre Mercier rappelle que ce n’est pas l’apanage d’obscurs ouvrages, mais d'opus reconnus tels Le voyage de Babar de Jean de Brunhoff : « Graphiquement, leur représentation est immuable, un visage entouré de cheveux crépus, de gros yeux ronds, dans un visage rond lui aussi, barré d’une bouche rouge et une grande bouche blanche9. »

  • 10  Yvan Von Arx, « Littérature pour la jeunesse et altérité », Parole, 1/2006, p. 19.
  • 11  Jean-Robert Henry, « Littérature de jeunesse et décolonisation », in Nicolas Bancel (dir.), De l’I (...)

3Même si les choses semblent avoir évolué, Yvan von Arx remarque que même si, après les guerres d’indépendance, la description des anciens peuples colonisés offre plus d'objectivité, parallèlement à la volonté humaniste reconnaissant à chacun le droit d’exister dans sa spécificité, certains ouvrages tendent néanmoins à valoriser les aspects les plus exotiques de l’autre, voire à figer l’autre dans une image passéiste de bon sauvage. Il note surtout que « la littérature est une tradition occidentale et la très large majorité de la production, aussi celle qui parle des autres, est imaginée dans les pays dits « développés »10. » Dans le contexte post-colonial, de nombreux ouvrages narrent les « aventures » de personnages qui participent à des actions caritatives, tandis que « l’autre » est représenté dans un environnement « traditionnel » et dépendant de la protection bienveillante de la mission occidentale. Ce n’est pas très éloigné du constat dressé par Jean-Robert Henry11 à propos des romans. Le chercheur fait ainsi une remarque qui corrobore le décalage entre l’événement historique et son traitement littéraire effectif : dans les romans de la collection « Signe de piste » notamment, la menace anticoloniale est une thématique encore présente après le déclenchement de la guerre d’Algérie. On rappellera aussi que ce n’est qu’en 1999 que la France a reconnu l’état de guerre en Algérie dans les années cinquante qui n’était qualifié que du terme, très flou, d'« événements ».

Une illustration nourrie de mémoire officielle et familiale

4Un des premiers albums à parler de l’Algérie en entrelaçant mémoire individuelle et mémoire collective s’intitule Nona des sables. Écrit en 1996 par Françoise Kérisel, une « pied-noir », il a la particularité d’être un objet-livre, confrontant le lecteur aux cartes postales (fac-similés de véritables cartes anciennes) que la fillette du livre découvre en même temps que lui dans sa quête de l’histoire de sa famille, une famille d’immigrés. À la faveur de la mention des nombreuses cartes, reçues par Jeanne, la sœur de Nona, elle-même l’arrière grand-mère de Manuela, la narratrice fait un constat qui nous intéresse particulièrement : « Dans la famille, on ne parle pas des amours de Jeanne. Ni de ses galops au désert. Ni de la guerre d’Algérie. Les pieds-noirs ont des trous de mémoire. » Et un peu plus loin dans le texte, en consultant d’autres cartes postales, comme autant d’images de l’Algérie.

  • 12  Françoise Kérisel, Nona des sables, Paris, Ipomée-Albin Michel, 1996, p. 29-32. Je souligne.

Voici quelques cartes encore, laides au recto, méchantes au verso. Jean, Léopold… Mêmes signatures. Ce sont elles qui ont rendu Nona malade ? Ou peut-être cette photographie de 1959 : « Petit cireur de godillots » ? 1959 : c’est la guerre entre la France et l’Algérie qui ne veut pas rester française. On en parle au collège. Manuela et Samira veulent tout savoir. – Oui, je me suis battu, répond Medhi interrogé, puis il se tait. Manuela et Samira aiment les histoires d’amour, pas la guerre. Pas les massacres d’hier, pas les attentats d’aujourd’hui, des deux côtés de la mer12.

5Ainsi, la guerre est bien suggérée dans l'album comme quelque chose qu’on aborde hors-texte. Son existence est signalée et l’école est chargée de transmettre cette guerre aux collégiens, au même titre que les autres conflits. Parmi les proches pourtant, l’événement est confirmé sans être intégré à l’histoire familiale. Cela a eu lieu, mais les générations suivantes ne savent pas comment, tout juste pourquoi, « l’Algérie ne veut pas rester française ». Au même titre que certaines histoires d’amour d’une grand-tante, dont la narratrice est pourtant friande, la guerre d’Algérie n’est pas dicible. Histoire familiale et histoire nationale sont niées. Seule une date ressort du texte de l’album, 1959. Elle ne représente rien pour les enfants lecteurs. Certes, le texte rappelle que la guerre d'indépendance a commencé, sans préciser qu'elle a débuté en 1954. 1959 est aussi un tournant dans le conflit puisque c'est l'année du référendum lancé par De Gaulle pour le droit à l'autodétermination du peuple algérien, qui creuse le fossé entre les Français de métropole, les Algériens et les Français d'Algérie lesquels se sentent trahis et abandonnés.

6Les images qui illustrent ces quelques phrases proposent une histoire parallèle. Les cartes postales sont autant de clichés, à tous les sens du terme, des enfants algériens exerçant des petits métiers. À mi-chemin entre les descriptions anthropométriques souvent racistes des chercheurs du XIXe siècle et les jeux de sept familles (avec description des petits métiers d’antan, ici lavandière, charmeur de serpents, tisseuse, cireur de chaussures, porteur d’eau, vendeur d’oranges…), ces photographies renvoient à un monde qui n’existe plus et que la fillette cherche à convoquer auprès de son arrière grand-mère comme autant d’indices qui lui permettront de se représenter un pays qu’elle ne connaît pas. Quand le collège est mentionné, une image de classe volontairement floutée et déformée rend compte de la disparition de ce monde mais rappelle là encore que seule l’école, qui a été un des terreaux de la colonisation, reste le lieu de la transmission d'une mémoire en cours de pacification. Il n’en demeure pas moins que la guerre reste dans les mots et cet album n’en offre aucune image et ne fait que la mentionner, sans donner plus d’indices à la compréhension de cette période.

7Un second album inscrit la guerre d’Algérie de manière plus prégnante au centre de l'intrigue. Dans ce livre illustré par Olivier Balez, écrit par Thierry Lenain, à partir de sa propre histoire, Wahid, publié en 2003, c’est encore l’histoire familiale qui permet d’évoquer la guerre d’Algérie, cette fois de manière plus frontale. Wahid, c’est le nom du petit garçon de Thierry Lenain, qui apparaît sous son véritable prénom, et de sa compagne, dont les pères ont fait la guerre d’Algérie comme adversaires. La première double page est construite autour de deux bandes horizontales parallèles, qui présentent deux pays et deux hommes : quelques éléments d’architecture et de végétation situent l’histoire en bord de mer pour l’Algérie et dans le Nord de la France avec les corons. Le texte, très sobre, s'efface devant  l’illustration qui souligne le lien très fort qui peut exister entre un territoire et un homme, mais aussi entre deux hommes vivant dans deux pays différents, la France et l'Algérie des années 1950.

  • 13  Thierry Lenain, Olivier Balez, Wahid, Paris, Albin Michel jeunesse, 2003, p. 8-9.

8La double page suivante joue à la fois sur la continuité et sur l’opposition. Le texte conserve le parallélisme instauré en premier lieu « Depuis longtemps, depuis qu’elle était France, le France appartenait aux Français. Depuis de longues décennies, depuis qu’elle avait été colonisée, l’Algérie était française elle aussi13. » L’illustration conserve la ligne d’horizon (qui court d’ailleurs dans tout l’album) mais réserve cette fois une page par pays. La continuité se fait par les personnages au niveau de la pliure où les aplats de couleur faits à l’ordinateur s’inversent autour d'une palette jouant sur les nuances de vert et bleu. Si la convivialité se lit sur les deux illustrations, le texte en revanche souligne la rupture, l’Algérie, pays colonisé est française mais présente un tout autre visage. L'illustrateur a le mérite de dépeindre les deux pays, et non pas la seule Algérie, au travers de leurs clichés : sur la page de gauche, la colonne Morris, le bistrot parisien et l'élégance des parisiennes, sur la page de droite, les palmiers, la casbah et les femmes voilées.

9Suivent deux doubles pages qui se centrent sur le conflit. Néanmoins, Olivier Balez cherche à traduire la violence par un langage graphique très sobre. Toutes les indications architecturales ou temporelles sont ici gommées au profit de la peinture de l’instant qui précède l’assaut. Trois ou quatre couleurs seulement suffisent à rendre compte de la situation, la disposition des masses colorimétriques suggère que les personnages, diamétralement éloignés sur la page, vont se réunir pour combattre. L’absurdité de la situation est davantage soulignée par le texte qui sous-entend que les protagonistes du conflit sont enrôlés dans une guerre qui les dépasse, avec la répétition de la même phrase impersonnelle : « Habib voulut reprendre son pays aux Français. On lui donna un fusil. Maurice ne savait rien de l’Algérie. Mais on lui dit : «  Va défendre la France ! » Et à lui aussi on donna un fusil. »

10Une dernière double page inscrit le conflit au cœur de l'album : les soldats sont autant de silhouettes identiques. La prise de position de l’illustrateur s’affiche sobrement dans le sens de lecture de l’image, de droite à gauche, sens de l’écriture arabe, à l’inverse du sens de lecture occidentale, cependant, je ne pense pas qu’ici cette référence soit beaucoup exploitée. À ce sens de lecture est d'ordinaire associée une situation de rupture, comme peut l’être une guerre. Les soldats courent vers la mort, ou au moins l’horreur : on sait que la guerre d’Algérie, beaucoup plus que les autres conflits, a laissé des séquelles mentales, notamment par l’usage massif de la torture, mentionné dans le texte. Les infirmiers aux visages anonymes et similaires sortent aussi par la gauche de la double page. Le blanc central symbolise bien sûr les éclairs des armes mais ce blanc laisse également une place aux suggestions des lecteurs et au silence longtemps dominant, à la difficulté enfin d'illustrer ce blanc historique et de faire « des images ». Il revient à chacun d’imaginer l’horreur des conflits dont le texte rend compte, en la rapprochant, à tort sans doute, de n’importe quelle autre guerre, je reviendrai un peu plus loin sur cette donnée. « Ce fut la guerre. Il y eut des tués, des torturés, des blessés ». La réciprocité déjà mentionnée traverse toujours le texte quand Thierry Lenain émet une hypothèse « Habib tira peut-être sur Maurice. Maurice tira peut-être sur Habib ».

11La représentation de la guerre n’est pas du tout référencée. L’illustration tend à jouer sur les contrastes de couleurs, très vives voire criardes, au détriment des motifs. Le rythme des pages, les répétitions et les jeux d’opposition doivent rendre compte de l’anonymat des soldats et de l’absurdité d’une guerre, où qu’elle se déroule. La double page suivante reprend la structure parallèle déjà aperçue en ouverture de l'album. « Enfin, la guerre finit. La France resta aux Français… l’Algérie revint aux Algériens ». La guerre a eu lieu certes mais l’illustration semble en apparence montrer un retour à la situation d’origine. Pourtant il n’y a plus continuité entre les deux pages. La palette graphique est toujours complémentaire, mais les deux univers sont bien séparés. Le temps qui a passé est accentué par des changements architecturaux de part et d’autre, tandis que les modes vestimentaires ont également un peu évolué.

12Si cet album en donne davantage à voir que Nona des sables, le conflit reste une parenthèse, hors du temps et hors d’une spatialisation dont la spécificité fut justement la méconnaissance de l’armée française des lieux et une nouvelle manière de faire la guerre, rythmée par les attentats que l'album de Françoise Kérisel évoque, en lien avec l’actualité de 1996. Le statut spécifique des harkis n’est pas du tout évoqué. L’album a le mérite de mettre un nom sur un conflit mais reste très vague sur la situation historique précise, les enjeux sont résumés de manière sommaire. Dans cette prise de distance et la fin apaisée qui s’explique par la naissance d’un enfant tenant des deux cultures, il faut néanmoins souligner combien est rare cette capacité à reconstruire une mémoire commune des événements qui soit lisible et acceptable tant par les Français que par les Algériens d’aujourd’hui.

  • 14  Sur le sujet et un essai de classement des œuvres en diverses catégories, voir Anne Schneider, La (...)
  • 15  Voir dans des genres très différents Ruth Vander Zee, Roberto Innocenti, L’Étoile d'Erika, Toulous (...)

13Il faut se contenter pour les albums de ces deux propositions. D’autres albums, au total, peut-être une petite dizaine abordent l’histoire de l'Algérie mais sous d’autres angles14, la plupart du temps à partir du parcours d’immigrés qui racontent leur pays aux petits-enfants qui ne le connaissent pas, ou à travers le regard de ces petits Français qui vont sur la terre de leurs ancêtres et mettent une réalité sur les récits de ces derniers. Il faut se rendre à l’évidence : les auteurs et illustrateurs d'albums n’ont pas encore su trouver la manière d’aborder la guerre d’Algérie. Il n’est rien d’étonnant à cela quand on considère qu’il a fallu près de cinquante ans pour que la seconde guerre mondiale et plus particulièrement la Shoah trouvent une terre d’élection dans l’album15. Les romanciers se sont davantage emparés de la période historique. Les effets de la guerre de décolonisation sur la société française, les effets de la décolonisation sur les pays nouvellement indépendants sont peu pris en compte.

Images et imagerie d'un discours historique dépassionné

  • 16  Paris, Autrement jeunesse, 2002.
  • 17  Anne Schneider, « La guerre d'Algérie racontée aux enfants », in Beïda Chikhi et Marc Quaghebeur ( (...)

14La place de la guerre d’Algérie dans quelques documentaires permet néanmoins de proposer d’autres raisons à cette absence. Plusieurs documentaires offrent une illustration très conséquente. En quoi l’illustration documentaire se distingue-t-elle alors de l’illustration dans les albums ? Comment l’Algérie est-elle représentée ? Les auteurs et illustrateurs cherchent-ils une plongée dans une autre époque quand les albums semblaient sans cesse faire le lien entre hier et aujourd’hui ? À travers quelques exemples, eux aussi peu nombreux, je vais tenter de poursuivre mon voyage à travers les illustrations de l’Algérie en guerre. Deux documentaires assez différents dans leur approche retiendront plus particulièrement mon attention : Midi pile l’Algérie de Jean-Pierre Vittori et Jacques Fernandez et Quand ils avaient mon âge : il y avait parfois des nuages sur Alger... (Alger 1954-1962) de Gilles Bonotaux et Hélène Lasserre16. Ces deux documentaires ont la particularité de s’inscrire dans des collections qui se sont déjà arrêtées sur d’autres périodes historiques troublées. L’ouvrage de Gilles Bonotaux et Hélène Lasserre appartient à une collection qui s’est intéressée à la première et à la seconde guerre mondiale, aux vacances (à partir des premiers congés payés), à la télévision, à la Belle époque et aux divers membres de la famille (papa, maman, papy, mamie). Sous une forme qui s’apparente parfois à la bande dessinée avec ces cases qui s’enchaînent, les auteur et illustrateur passent en revue les diverses années et délimitent plusieurs périodes de la guerre d’Algérie. Anne Schneider va jusqu'à parler de « sur-historicité » ou encore d'« inflations d'indications de dates et de lieux, toujours les mêmes »17 dans le paratexte des documentaires destinés à la jeunesse. Présenté dans l’ordre chronologique, l'ouvrage de Bonotaux et Lasserre souligne mieux que les albums évoqués jusqu’ici la spécificité de cette guerre qui se passe sur le terrain certes, contre un ennemi local qui connaît parfaitement le territoire, mais qui touche aussi les civils et le cœur des villes avec les séries d’attentats.

15Le texte est suffisamment long pour nuancer ce que les seules images ne permettraient pas de clarifier : la liesse de la foule qui cache des désaccords profonds, la victoire des uns qui annonce aussi la mort des autres. Ainsi, hormis la couleur des drapeaux, qu’est-ce qui différencie deux illustrations ? Rien, sinon le texte : la première représente le putsch des quatre généraux, en 1961, qui veulent que l’Algérie reste française, la seconde montre l'enthousiasme des quartiers algériens en mars 1962 quand un cessez-le-feu leur fait croire à l’indépendance du pays, alors que les attentats se poursuivent pourtant et que la déclaration d’indépendance ne sera proclamée qu’en juillet, après huit ans de guerre. Toutes les catégories sociales et toutes les positions sont représentées sans parti-pris. Si l’amitié et les jeux des quatre garçons dépassent le conflit dont ils ne comprennent évidemment pas toute la portée, l’illustrateur tente de montrer combien le lieu d’habitation est un indice assez fort de la posture familiale : seul un des quatre garçons habite dans la casbah, et vit avec le passage quotidien des patrouilles chargées d’arrêter les poseurs de bombe, quand la tension croissante dans le quartier, à majorité européenne, Bab-el-oued, est exacerbée par l’explosion de la bombe.

16La torture, le statut des harkis, le départ des pieds-noirs sont mis en scène. L’illustration ici n’est pas aussi subtile que dans les albums, elle a davantage valeur de sage illustration du texte et d’effet de réel. Elle a pourtant le mérite de prendre en charge cette dimension collective en refusant de se centrer sur un seul personnage. Si les événements sont assez bien explicités, le lecteur reste néanmoins quelque peu à distance.

  • 18  Jean-Pierre Vittori, Jacques Ferrandez, Midi pile, l'Algérie, Rue du monde, coll. « Histoire d’his (...)
  • 19 Op. cit., p. 31.

17Dans Midi pile, l'Algérie de Jean-Pierre Vittori et Jacques Fernandez18, quatre amis (encore une fois !) ont élu pour quartier général une carcasse de vieille voiture. Un homme semble s’y installer et les garçons entendent bien l’en déloger à coups de pierre. Au moment où ils s’apprêtent à donner l’assaut, le grand-père d’un des protagonistes arrive dans sa tenue d’apparat et salue l’étranger. Tous deux ont combattu en Algérie et l’étranger, « un appelé du contingent » a laissé la vie sauve au grand-père, fellagha, « pas contre tous les Français, contre la France qui occupait [s]on pays depuis si longtemps19 ».

  • 20  Jacques Ferrandez, Carnets d'orient, tome 6, La guerre fantôme, Paris, Casterman, 2002.

18L’auteur du texte est un journaliste, historien, ancien appelé d’Algérie. L’illustrateur est né en Algérie et est connu pour ses bandes dessinée dont La guerre fantôme20 qui offre une image très réaliste des « événements », entre torture, attentats et corps déchiquetés… Ici, la guerre est surtout montrée sous sa facette d’emprise morale. Alors que le récit se déroule dans la France du début du XXIe siècle, les illustrations donnent une part sensiblement supérieure aux années 50 : six illustrations pour le présent, huit pour le passé. Sur six d’entre elles apparaissent des militaires, deux seulement laissent voir la vie algérienne quotidienne. Le texte se veut précis, avec les termes de « fellaghas », de « harkis », avec la mention de la torture. L’illustration laisse pourtant davantage entrevoir l’attente et la peur des combattants appelés : aucune scène n’est représentée avec des morts. L’exil des Français d’Algérie a donné lieu à beaucoup de témoignages dans les communautés, mais il ne prend place que tardivement dans les collections pour la jeunesse sous la forme de la reconstruction d’une mémoire collective.

19Midi pile, l’Algérie offre un concept documentaire un peu différent du précédent : parallèlement au récit fictif et à l’illustration sont insérées de petites photographies d’époque,  chargées de cautionner le récit et de donner un fondement historique et chronologique à la re-création fictive. Néanmoins la difficulté vient sans doute de la lecture de ces images photographiques, qui demandent une capacité très grande à décrypter des images prises dans un contexte de guerre et sont mises en parallèle  d'images illustrées. Dans l'ouvrage Photographier la guerre d'Algérie qu'ils ont dirigé, Laurent Gervereau et Benjamin Stora insistent, contrairement à l'idée reçue, sur l'abondance des archives photographiques de l'armée française, environ 100 000 clichés, mais aussi sur la guerre des images et, partant, de propagande qui en découle. Benjamin Stora va même plus loin :

  • 21  Benjamin Stora, « France : images vues, perdues, retrouvées », in Laurent Gervereau et Benjamin St (...)

La plupart des photos ne se donnent pas comme des images de guerre. Il s'agit surtout de projections de paix, d'opérations de pacification. Dans une guerre qui ne dit pas son nom, où l'ennemi algérien est invisible, les documents photographiques, hormis quelques atrocités, cachent la crudité des faits, oscillent entre le rêve colonial d'une vie tranquille et le cauchemar qui surgit au coin de rues ou de broussailles. Plus que des icônes, les images exposées traduisent un quotidien en temps de guerre, avec des visages d'Algériens, de Français, de soldats appelés, de suspects, qui portent tous les symptômes de la victime, sans bourreau apparent. À voir ces images, il n'y a pas de responsables, de coupables, l'amnésie « se voit » dans les photos21.

  • 22  Anne Schneider, « La guerre d'Algérie racontée aux enfants », art. cit., p. 300.
  • 23  Isabelle Bournier, Jacques Ferrandez, Des hommes dans la guerre d'Algérie, Paris, Casterman, 2010.

20Les photographies de Midi pile, l'Algérie proposent une narration indépendante, qui n'est pas en lien direct avec les événements de la fiction, laquelle interroge sur le mode de lecture à adopter pour ce docu-fiction. Selon Anne Schneider, « l'on confère au discours historique une valeur de vérification ou de collaboration au discours personnel, voire d'illustration ou, plus gênant d'ornementation, comme si l'un prenait le pas sur l'autre et s'effaçait devant l'autre ». Elle conteste surtout « le discours historique à valeur illustrative [qui] est incomplet et demande à être augmenté de nombreux éléments; celui-ci ne rend pas compte de la complexité du conflit22 ». Cet ouvrage tentait en son temps de synthétiser certains des enjeux de ce conflit, en centrant le récit sur la possibilité d'apaisement ; je proposerai de le lire en parallèle avec un autre documentaire auquel a participé Jacques Ferrandez, qui offre aussi une double documentation, illustrée et photographique. Le récent Des hommes dans la guerre d'Algérie23 est construit autour de cinq chapitres, remontant aux origines de la guerre jusqu'à ses répercussions au XXIe siècle. Chaque double page se centre sur une question : « Combattre un ennemi invisible », « Abandonner les harkis », « Rapatrier les pieds-noirs », « Garder la mémoire, écrire l'histoire », etc. Toutes les questions semblent traitées mais la longueur et la densité du texte suggèrent davantage une lecture sélective que la lecture intégrale et chronologique du dispositif de Midi pile, l'Algérie. Le texte est beaucoup plus abondant que dans les autres documentaires, toujours accompagné d'une partie témoignage très référencée, avec le nom de l'auteur et la source (nom du livre, date de publication et éditeur), un mémento centré sur des dates ou des chiffres. L'illustration est au service du texte mais renvoie à un hors-texte puisque toutes les illustrations sont tirées d'ouvrages précédents de Jacques Ferrandez, principalement ses Carnets d'Orient. Finalement, ces documentaires invitent toujours à poursuivre la lecture, historique ou fictionnalisée, d'une complexe guerre d'Algérie, qui se laisse difficilement saisir.

21Ce travail mériterait évidemment un approfondissement dans la mesure où il exigerait une comparaison plus poussée avec d’autres corpus (autres conflits coloniaux, eux aussi sous-représentés comme la guerre d'Indochine ou dans les années à venir, littérature de jeunesse algérienne sur le sujet, aujourd'hui quasi inexistante). Si la guerre d'Algérie est très présente dans les romans pour adultes et progressivement dans les romans pour enfants ou adolescents, elle n'a pas encore été suffisamment appréhendée graphiquement. La faible collecte d’albums souligne combien la guerre d’Algérie est encore une guerre invisible, ce qui correspond bien à une réalité dans la mesure où les conflits tournaient à une guerre de position et aux attaques aveugles des bombes. Néanmoins, il y a bien une partition dans ces ouvrages : ce qui est de l’ordre du témoignage trouve place, même sous une forme fictionnalisée, dans les albums qui privilégient la mise en place d’une transmission et la vision d’une concorde possible au-delà des conflits. Au documentaire revient une vision plus exhaustive du conflit, par l’apport d’éléments historiques pointus et nuancés. Les deux genres de texte se rejoignent néanmoins sur le choix de ne pas montrer : les illustrateurs n’ont pas encore trouvé comment représenter la guerre d’Algérie pour les enfants.

Haut de page

Notes

1  Voir Eléonore Hamaide-Jager, « La représentation des enfants juifs dans la littérature jeunesse » au colloque de Lacaune Les enfants de la Shoah, leurs enfants et les enfants de leurs enfants, Actes du colloque Les enfants de la Shoah, Jacques Fijalkow (dir.), co-édition Max Chaleil-Éditions de Paris, 2006, p. 147-160 et « La Shoah, un sujet galvaudé ? », Parole, 1/10, p. 4-7.

2  Anne Schneider arrive au même constat dans son article « Nona des sables, un château de cartes mémorielles », in Philippe Clermont, Enseigner la littérature de jeunesse. Culture(s), valeurs et didactique en question, Strasbourg, CRDP Alsace, coll. « Guides pratiques », 2008, p. 230 : « Il existe peu d'écrits pour les enfants sur la période coloniale française en Algérie. Quelques ouvrages, de bandes dessinées ou documentaires pour la plupart, ont été publiés récemment, mais les œuvres de fiction, a fortiori les albums à destination du jeune public, restent rares. »

3  Michel Marbeau, « L'algérimania éditoriale », L’École des lettres, n°12, 15 avril 2001, p. 69-75.

4  Paris, Didier Jeunesse, 2004.

5  Paris, Thierry Magnier, 2001.

6  Paris, Syros jeunesse, 1994.

7  Sur le contexte idéologique colonial comme vecteur d'écriture de romans d'aventures, voir Sylvain Venayre, La Gloire de l'aventure, Paris, Aubier, 2002.

8  À titre de comparaison pour la suite de mon étude, j’ai répertorié cinq albums récents sur ce sujet : Alan Mets, John Cerise, Paris, L'École des loisirs, 1995 ; Yves Pinguilly et Zaü, L’esclave qui parlait aux oiseaux, Voisins-le-Bretonneux, Rue du monde, 1998 ; Gilles Rapaport, Un homme, Paris, Circonflexe, 1999 ; Patrick Chamoiseau et William Wilson, Le commandeur de pluie, Gallimard jeunesse, coll. « Giboulées », 2002 ; Ellen Levine et Kadir Nelson, Henry et la liberté, Paris, Toucan jeunesse, 2007.

9  Jean-Pierre Mercier, « Miloula, Zo'hio, Baba Diene et autres négrillons. Images du Noir dans la littérature enfantine de 1850 à 1948 », in Notre Librairie, n ° 91, Paris, Clef, 1988, p. 103.

10  Yvan Von Arx, « Littérature pour la jeunesse et altérité », Parole, 1/2006, p. 19.

11  Jean-Robert Henry, « Littérature de jeunesse et décolonisation », in Nicolas Bancel (dir.), De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l'appui », 2003, p. 311-324.

12  Françoise Kérisel, Nona des sables, Paris, Ipomée-Albin Michel, 1996, p. 29-32. Je souligne.

13  Thierry Lenain, Olivier Balez, Wahid, Paris, Albin Michel jeunesse, 2003, p. 8-9.

14  Sur le sujet et un essai de classement des œuvres en diverses catégories, voir Anne Schneider, La littérature de jeunesse migrante, Paris, L'Harmattan, à paraître en 2012.

15  Voir dans des genres très différents Ruth Vander Zee, Roberto Innocenti, L’Étoile d'Erika, Toulouse, Milan jeunesse, 2003 et Gilles Rapaport, Champion, Paris, Circonflexe, 2005.

16  Paris, Autrement jeunesse, 2002.

17  Anne Schneider, « La guerre d'Algérie racontée aux enfants », in Beïda Chikhi et Marc Quaghebeur (dir.), Les écrivains francophones interprètes de l'Histoire : entre filiation et dissidence, Bruxelles, Peter Lang, 2006, p. 295.

18  Jean-Pierre Vittori, Jacques Ferrandez, Midi pile, l'Algérie, Rue du monde, coll. « Histoire d’histoire », 2001.

19 Op. cit., p. 31.

20  Jacques Ferrandez, Carnets d'orient, tome 6, La guerre fantôme, Paris, Casterman, 2002.

21  Benjamin Stora, « France : images vues, perdues, retrouvées », in Laurent Gervereau et Benjamin Stora (dir.), Photographier la guerre d'Algérie, Paris, Marval, 2004, p. 105.

22  Anne Schneider, « La guerre d'Algérie racontée aux enfants », art. cit., p. 300.

23  Isabelle Bournier, Jacques Ferrandez, Des hommes dans la guerre d'Algérie, Paris, Casterman, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléonore Hamaide-Jager, « « Cachez ce sang que je ne saurais voir ».
Les images de la guerre d’Algérie dans les albums et les documentaires pour la jeunesse », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 21 août 2014. URL : http://strenae.revues.org/637 ; DOI : 10.4000/strenae.637

Haut de page

Auteur

Eléonore Hamaide-Jager

Université d’Artois, EA 4028 « Textes et cultures »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org