Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Congo belge et littérature de jeunesse dans l'entre-deux-guerres

Laurence Boudart

Résumé

Méconnue de la critique, la littérature coloniale belge pour la jeunesse de langue française ouvre néanmoins des perspectives intéressantes quant à l'histoire du fait colonial mais aussi, plus largement, à tout le questionnement identitaire induit par le rapport à l'autre et à l'ailleurs. C'est dans ce contexte que nous étudions trois ouvrages majeurs de la période de l'entre-deux-guerres : Tante Julia découvre le Congo (Roger Ransy, 1932), Jeannot gosse d’Afrique (Jeanne Maquet-Tombu, 1935) et Bamboula le petit homme noir (Franz Hellens, 1942, adapté de Bass-Bassina-Boulou, 1922). Nous veillons à montrer par quels moyens ces récits coloniaux pour l'enfance constituent un lieu privilégié où l'on peut, soit rallier, soit questionner l'idéologie.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Belgique, Congo belge

Chronologique :

entre-deux-guerres
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Carion, « L’Afrique de Bob Morane », dans Pierre Halen, Jánoz Riesz (Éd.), Textyles Hors s (...)
  • 2  Pierre Halen déplore que « ni la littérature coloniale ni ensuite la littérature congolaise et plu (...)
  • 3  Cf. Pierre Halen, « Les douze travaux du Congophile: Gaston-Denys Périer et la promotion de l’afri (...)
  • 4  Je citerai quelques-unes de ses contributions ici. Pour plus d’exhaustivité, s’en remettre à sa pa (...)
  • 5  Marc Quaghebeur (Éd.), Papier blanc, encre noire, 2 vol., Bruxelles, Éditions Labor, 1992.
  • 6  Pierre Halen, Jánoz Riesz (Éd.), Textyles Hors série, Images de l'Afrique et du Congo-Zaïre dans l (...)
  • 7  Fondée par Sœur Bibiane Tshibola et Marc Quaghebeur. La dernière livraison, le nº11, date de juin (...)

1À l’exception de Tintin au Congo et, dans une moindre mesure, de son compatriote Bob Morane1, les lectures critiques portant sur la littérature coloniale belge pour enfants écrite en français, brillent par leur absence. Pendant longtemps, son pendant « pour adultes » n’a guère intéressé les spécialistes, qui ont négligé la production coloniale2. Parmi les premiers promoteurs de l’écriture coloniale, un nom doit cependant être cité, celui de Gaston-Denys Périer, qui fait figure de médiateur culturel enthousiaste3. C’est lui qui, en 1922, lancera la première « Société des amis de l’art congolais » et qui sera à l’origine de la création du Prix triennal de littérature coloniale cette même année. Il est également l’auteur de plusieurs anthologies et monographies sur le sujet. Plus près de nous, Pierre Halen (Université Paul-Verlaine de Metz) apparaît aujourd’hui comme le plus éminent spécialiste en la matière4. Citons également le double volume collectif Papier blanc, encre noire5(1992), le numéro spécial que la revue belge Textyles6 a consacré en 1993 aux représentations de l’Afrique, du Congo et du Zaïre dans les lettres belges et la revue thématique Congo-Meuse. Revue des lettres belges et congolaises en langue française, créée en 19977.

  • 8  Pierre Halen, Catherine Gravet, « Littérature viatique et coloniale », dans Christian Berg, Pierre (...)
  • 9  Vanesa Gemis, « Du Katanga à Boitsfort : Roger Ransy et le double « voyage » de l’écriture », Sext (...)

2En littérature, les années de l’entre-deux-guerres constituent un terrain particulièrement fécond, en raison de la diversité des tendances, genres et types d’écriture qui foisonnent alors. Accentuée par des facteurs externes que j’aurai l’occasion d’expliquer, la littérature coloniale reflète elle aussi cette diversité. À travers l'exploration de trois œuvres, j’exposerai ce qu’il en est dans le domaine particulier de la production pour la jeunesse : Tante Julia découvre le Congo, de Roger Ransy (1932), Jeannot gosse d’Afrique, de Jeanne Maquet-Tombu (1935) et Bamboula le petit homme noir, de Franz Hellens (1942, adapté de Bass-Bassina-Boulou, 1922). Les deux premières œuvres ont en commun d’avoir été écrites par des anciennes coloniales et, selon Pierre Halen, elles ont eu du succès auprès de la jeunesse belge de l’époque8. De plus, comme le souligne Vanessa Gemis « l’entre-deux-guerres marque en Belgique l’efflorescence des lettres féminines » et « les femmes de lettres coloniales sont […] perçues comme de précieuses collaboratrices susceptibles d’enrichir le patrimoine colonial belge. »9 Quant à Hellens, s’il n’a jamais mis les pieds au Congo, il apparaît comme un écrivain majeur de cette période.

3Dans le cadre de cette contribution, je me bornerai à ces trois œuvres, qui offrent un panorama de la pratique littéraire pour enfants à thématique coloniale dans les années de l’entre-deux-guerres. Après une mise en situation, je présenterai ces trois ouvrages en tentant de déterminer s’ils s’inscrivent dans la mouvance coloniale de l’époque ou si, au contraire, ces récréations ont permis d’offrir aux jeunes lecteurs belges un discours alternatif.

Brève mise en contexte

  • 10  Pour plus de détails sur les relations entre la Belgique et le Congo, Guy Vanthemsche, La Belgique (...)

4Le Congo devient une colonie en 1908, quand le roi Léopold II en cède la propriété à la Belgique10. Officiellement, il n’existe donc pas de politique coloniale d'État avant la deuxième décennie du xxe siècle. Dans un premier temps, l’ascendance belge sur le territoire africain est principalement économique et la Belgique n’encourage guère l’établissement massif de ses nationaux auquel elle préfère une émigration de qualité. Les autorités civiles appuient, y compris financièrement, l’activité des missions auxquelles elles confient un rôle important dans l’éducation et la santé. Dans son ensemble, qu’il s’agisse de la classe politique ou de l'opinion publique, le Belge se montre sceptique face à l’aventure coloniale, qu’il considère au mieux inutile et, au pire, téméraire. Les séjours dans la colonie, en particulier avant la première guerre mondiale, se limitent à des missions à terme et rares sont les familles qui s’y installent. La reprise du Congo par l’État belge en 1908 signifie aussi une « reprise en main », tant économiquement que moralement. À partir des années 1920, la production minière décolle, entraînant de nouveaux besoins en main d’œuvre, ce qui contraint les entreprises à encourager l’installation des populations locales dans les bassins miniers et à renforcer le système de protection sociale offert aux ouvriers congolais, avec des services à la charge des sociétés. Cette attitude paternaliste s’étend à l’administration coloniale qui s’efforce de renforcer le réseau médical et éducatif élémentaire. C’est aussi à cette période que l’on commence à stimuler l’installation de familles, pour des missions plus ou moins longues, dans la colonie.

  • 11  Dans La politique coloniale (1934), Ryckmans écrit : « Les Congolais doivent être les premiers à b (...)
  • 12  Pierre Halen, Le petit belge avait vu grand. Une littérature coloniale, Bruxelles, Éditions Labor, (...)
  • 13  Cf. postface de Pierre Halen, Barabara, Bruxelles, Nord, Luc Pire, coll. Espcace Nord, 2010 p. 265 (...)

5Les modalités du projet colonial rapidement passées en revue ne sont pas sans influencer la production littéraire. Débarrassée des images héroïques de la conquête, délivrée de la tentation désuète de l’exotisme, la littérature produite dans l’entre-deux-guerres s’inscrit dans un mouvement plus vaste de réorientation de la politique coloniale, qui se traduit par un « rapprochement » vers les populations indigènes. Désormais, on s’efforce d’offrir une image plus réelle du Congo, de ses habitants et du projet colonial. Pierre Ryckmans, gouverneur général au Congo belge et au Ruanda-Urundi de 1934 à 1946, apparaît comme une figure emblématique11 de ce courant que Pierre Halen12 a nommé « colonialisme de service », en opposition avec, d’une part, la tendance « impérialiste » et, de l’autre, « africate ». Empreint d’idéalisme, Ryckmans estime que le rôle du colonisateur ne peut être que transitoire et doit permettre une évolution plus ou moins rapide vers une nation africaine. Auteur d’une seule œuvre littéraire, le recueil de nouvelles Barabara (1947)13, Ryckmans laisse à la postérité une quinzaine de publications sur l’idée et la gestion coloniale, dont le célèbre Dominer pour servir (1931), dont le titre programmatique résume les idéaux qui déterminent son action.

Tante Julia découvre le Congo14

  • 14  Contient des illustrations du peintre belge Allard l'Olivier (1883-1933), connu pour ses productio (...)
  • 15  L'auteure ne peut se débarrasser complètement de quelques stéréotypes à la vie dure, comme l'indol (...)

6Dans une introduction, l’auteure avertit « les lecteurs en général et les coloniaux en particulier, que ce livre n’est pas un reportage, pas plus qu’un roman ». En puisant dans sa biographie, elle souhaite faire œuvre utile en éveillant la curiosité des écoliers, à qui on aurait trop dépeint le Congo comme un repaire de bêtes et d’hommes sauvages. Voulant faire table rase de ces clichés15, elle aspire à « montrer le Congo tel qu’il est, tel qu’il est devenu, grâce aux efforts persévérants des Belges, un pays où l’on peut mener une vie facile, voire agréable. » (p.8)

  • 16  Écrire sous un pseudonyme masculin ou neutre est monnaie courante chez les femmes de lettres colon (...)
  • 17  Cf. V. Gemis, op. cit. p. 168.
  • 18  Créée en 1924, l’UFC vise à favoriser « l’entr’aide [sic] morale et matérielle entre toutes les fe (...)

7Issue de la bourgeoisie industrielle verviétoise, catholique, Fernande Ransy (1894-1986), qui écrit sous le pseudonyme16 de Roger Ransy à partir de 193017, suit au Katanga son mari, ingénieur de l’Union minière, où le couple vivra de 1919 à 1929. De cette époque date son entrée en écriture, avec des saynètes et des revues qu’elle propose au public local. Son engagement théâtral témoigne de sa participation à la vie sociale des colons, bien qu’elle ne partage pas totalement les activités typiquement féminines, comme celles promues par l’Union des femmes coloniales18. De retour en Europe, elle poursuit son travail d’écriture où l’expérience coloniale demeure une source d’inspiration.

  • 19  « Si chaque pays n'avait pas ses inconvénients, [...] la terre serait un paradis. » (p. 71).
  • 20  « Ils s'offrent fréquemment les termites comme plat de résistance. […] les blancs ne savourent-ils (...)

8Julia, personnage qui donne son nom au livre, incarne le type de la vieille fille ; elle vit avec sa sœur, son beau-frère et ses neveux en Belgique. À l’annonce de Jacques Bernier d’un départ imminent de la famille pour le Congo, Julia proteste : « ce n’est pas à quarante-deux ans qu’on commence à courir le monde, pour risquer d’être dévorée par des nègres ou des lions » (p. 11). Elle ne se défera de l’image de la célibataire acariâtre, emplie de clichés exotisants qu’à la toute fin de l’histoire, quand l’amour la transfigurera. La figure de Julia permet de concentrer les idées du Belge que l’aventure coloniale rebute. À l'inverse, les parents s'efforcent de minimiser les désagréments inhérents à la vie africaine19 ou les différences culturelles20. L’habituelle candeur des enfants sert également à dénoncer quelques images exotiques. Ainsi, Jotte promet-elle à ses poupées de leur ramener en guise de souvenirs « une tête de lion ou bien d’éléphant », tandis que Jean-Pierre, le cadet, « se demande comment on le reconnaîtra comme un explorateur s’il n’a pas sur la tête son beau casque blanc tout neuf » (p. 26).

  • 21  Comme au chapitre « Msiri le tyran et Bodson le héros », p. 161-167.
  • 22  Voir Halen, op. cit., 1993, p. 344-345.

9En une vingtaine de chapitres, la narration alterne digressions didactiques et épisodes d’aventures dont la littérature pour la jeunesse est friande. Les enfants y affrontent les dangers mais sans préjudice majeur, notamment grâce aux engins modernes que l'Europe a exportés en Afrique et qui aident l'homme blanc à vaincre les forces de la nature. À aucun moment, le noir n’endosse le rôle de protagoniste, sauf s’il s’agit de cruels épisodes passés21. La plupart des rares contacts entre blancs et noirs se limitent à un rapport de subordination et la vie des adultes et des enfants se déroule entre coloniaux qui évoluent en cercle fermé, ce qui est d'autant plus vrai pour la femme. Malgré une apparente émancipation par les lettres, Roger Ransy ne porte en effet pas de message féministe22 et perpétue l'idée du cantonnement au rôle de mère et d’épouse.

  • 23  Cf. Pierre Halen, op. cit., 1993, p. 296.

10Le mouvement de colonisation féminine au Congo atteint précisément son apogée dans l’après-guerre et participe d’un élan plus large de stabilisation de la présence belge. Confinée au domaine domestique, la femme blanche passe l’essentiel de son temps en bavardages, réceptions, voire en activités sportives, charitables ou culturelles (p. 49). Or, l'auteure s'en défend : « La vie de maman n'est pas oisive. Quoiqu'on en dise, une épouse et une mère n'est jamais inactive à la colonie. » (p. 99). Outre les soins apportés au jardin23, « les courses de ménage, la surveillance des domestiques absorbent sa matinée. La sieste nécessaire, la lecture, les sports ou les visites, qui sont plus souvent une corvée obligatoire qu'un agrément, prennent le reste de la journée jusqu'à la rentrée du mari. » (p. 100) Cette transposition de la vie bourgeoise de la métropole dans la colonie assure la sauvegarde du mode de vie et du prestige européens. L'homme veille à maintenir son épouse dans ce rôle : « les tracas d'un gros ménage, l'entretien et l'éducation de ses enfants absorbent [Germaine]. […] S'il lui reste des loisirs, son mari, égoïste comme tous les hommes, aime, lorsqu'il rentre le soir, trouver sa femme à la maison... » (p. 145-146).

11Quand ils ne sont pas des héros en herbe, les enfants partent à la découverte de la nature. Les excursions familiales sont l’occasion d’explications ethnologiques, menant à la même conclusion : les Belges ont créé ce progrès impressionnant, engrangé en quelques décennies à peine. Car, malgré une nature avantageuse, les Africains se montrent incapables d'en tirer parti. Ainsi, lors d’une promenade, la famille Bernier découvre-t-elle, « aux abords des mines exploitées par les blancs, les restes des travaux indigènes qui, d'ailleurs, avaient guidé les premières prospections. Depuis une époque très reculée, les noirs connaissaient la richesse métallifère de la région et l'exploitaient à leur manière. » (p. 109)

12L'admiration des enfants devant les prouesses de leurs compatriotes ne semble pas gagner les autochtones : « le nègre ne se fatigue pas les méninges. Il a fini par s'habituer à l'extraordinaire... et ne cherche plus à comprendre... tout cela, conclut l'indigène, ce sont des choses de blancs !... » (p. 134). Aveu d'une déception mais aussi proclamation d'un ethnocentrisme centré sur le triomphe obligé de la civilisation, l'unique digne de ce nom, dont les preuves sont tangibles: « Il y a dix ans, la brousse… sans village, sans route… aujourd’hui à côté des plus gigantesques réalisations de l’Afrique, une ville de deux mille Européens, sans compter dix mille noirs au moins… » (p. 152). Tel un deus ex machina, le Belge a créé du néant ou du chaos un univers ordonné et matériellement accompli. Tout vise d’ailleurs à être à l'image de la Belgique : la « réplique de la statue de Léopold II à Bruxelles » (p. 55), la chambre de Jean-Pierre qui est « comme à la maison » (p.67) – ce qui provoque la déception du gamin qui rêvait de « dormir sous une tente, dans un lit de camp, comme les explorateurs » (p. 67), l'école locale, tenue par des sœurs, avec « ses salles de classe riantes, claires, bien aérées, les murs décorés au pochoir, les pupitres vernis et tout neufs, la vaste salle de gymnastique » (p. 77), l'hôpital européen, à la « blancheur immaculée [avec] des infirmiers noirs, dans leurs longues blouses blanches » (p. 77), les « cultures maraîchères [avec] tous les légumes d'Europe » (p. 80). Et évidemment, on y célèbre le 21 juillet comme en Belgique, avec son Te Deum à la cathédrale, ses défilés militaires et son hymne national (p. 135-143).

  • 24  Pierre Halen, op. cit., 1993, p. 344-345.

13Un rencontre fortuite entre Tante Julia et un fermier isolé en brousse précède de peu le happy end final. Larivière est le type même du colon opiniâtre, « arrivé au Congo vingt ans plus tôt, il a quitté le service du Gouvernement pour exploiter des terrains complètement incultes mais situés au bord de l’eau, et dont la nature lui paraissait favorable à la culture » (p. 197). Son expérience matérialise la propagande officielle : par le truchement d’une nature généreuse mais mal exploitée, le Congo offre des opportunités de réussite personnelle à qui veut bien s’y risquer. Jusqu’à ce moment de l’histoire, Julia symbolise quant à elle les idées préconçues et les réticences ressenties par de nombreux Belges. Mais le contact réel avec la colonie la transforme en une vraie épouse de colon, au sens premier du mot. Offrant une deuxième clé de lecture, Pierre Halen voit en Julia, « au départ vieille fille timorée et enfermée dans ses clichés exotiques », « la Métropole qui reconnaît la valeur du colonial (et de la colonie) et qui s’unit enfin à lui. »24

Bamboula le petit homme noir

  • 25  Réédité en 1992 par l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Bruxelles, dans sa (...)
  • 26  Cf. Robert Frickx, op. cit., p. 5.
  • 27  Pierre Halen, « Ode à Bass Bassina Boulou », Francofonía, 14, 2005, p. 17.
  • 28  Cf. Joachim Schultz, « Bass-Bassina-Boulou de Franz Hellens: un Pinocchio africain? », Textyles, n (...)

14Bamboula le petit homme noir est un conte d’une quarantaine de pages, écrit par Franz Hellens(1881-1972) et illustré par Elisabeth Ivanovsky. Publié en 1942 par Desclée de Brouwer, il s’inspire du roman Bass-Bassina-Boulou25que le même auteur aurait rédigé pendant l’été 192026. De l’œuvre initiale, Hellens tirera quatre adaptations : trois pour enfants - Histoire de Bass-Bassina-Boulou racontée pour les enfants (1936), Histoire d’une poupée noire (1936) et Bamboula le petit homme noir (1942) – et un poème, Ode à Bass Bassina Boulou, dans le recueil L’âge mûr (1961). Dans l’œuvre prolifique et variée de Hellens, Bass-Bassina-Boulou est pourtant loin d’être une pièce majeure mais elle apparaît au moment où l’auteur, bouleversé par l’expérience de la guerre, cherche à renouveler ses formes d’écriture et d’inspiration27. Jusque là, il a surtout publié des contes fantastiques situés dans sa Flandre d’origine. Bass Bassina Boulou paraît donc en 1922, soit quelques mois après le polémique Batouala de René Maran, le premier « véritable roman nègre ». Le livre de Hellens, et les adaptations pour la jeunesse qui en dérivent, s’inscrit dans un courant artistique tout autre que celui de la littérature coloniale dont j’ai traité précédemment et dont les motivations ont beaucoup plus à voir avec le renouveau culturel de l’après-guerre qu’avec des préoccupations idéologiques. À l’époque, les romans d’aventures exotiques ou coloniaux, la découverte de l’art africain et les discours sur le primitivisme et les mentalités des enfants connaissent une certaine vogue28, ils vont influencer une génération d’artistes décidés à rompre avec le monde qui a engendré l’horreur de la guerre.

  • 29  Voir Documents secrets (1905-1956). Histoire sentimentale de mes livres et de quelques amitiés, Pa (...)
  • 30  « Il était une fois un petit homme noir... » ouvre la narration (p. 2).

15Dans Bass-Bassina-Boulou, Hellens imagine l’histoire d’un fétiche africain qu'il a découvert chez un brocanteur. Pour lui, la statuette symbolise le rêve, l’innocence, la pureté libre de péché. Figure panthéiste, elle cristallise également le mystère éternel de la vie et de la mort, dans une approche primitive qui a séduit Hellens au début des années 192029. Parmi les adaptations pour enfants, Bamboula le petit homme noir centrera mon attention. Le conte30 narre les aventures de Bamboula, une statuette sculptée dont le « maître […] qui aimait trop le vin » (p. 2) périt par le feu. Recueilli par un « grand nègre », Bamboula devient une idole dans un temple rempli de serpents, élevés pour effrayer la population locale. Comme « Bamboula commençait à s’ennuyer dans sa cabane » (p. 15), son fidèle compagnon le chien Wa-Wa décide de l’emmener découvrir « les belles choses [qu’il] ne connaî[t] pas encore ». (p. 17). Lors d’un feu de brousse, il est emporté par « un grand homme noir » (p. 23), puis offert à « un chef nègre couvert d’anneaux, de plumes et d’autres ornements » (p. 24). Bamboula devient alors la mascotte de Mara, l’épouse du chef cruel. Une nuit, une troupe de négriers arabes tuent le chef et emportent avec eux Mara, Bamboula, Wa-Wa et d’autres animaux. Séparés de la jeune femme, « le négrillon » et son chien s'enfuient et décident de construire un radeau en compagnie d'autres villageois. Installés dans leur embarcation de fortune, tous finissent par rentrer dans leur pays.

  • 31  Contrairement au fétiche de la version initiale pour adultes, qui termine sa vie brûlé dans un dép (...)

16L’histoire proposée aux enfants par Hellens contient plusieurs éléments propres aux fables : les animaux sont omniprésents et, comme les objets, ils acquièrent des qualités humaines (parole, prise de décision), les hommes se différencient en bons et méchants. La statuette traverse plusieurs épreuves avant de pouvoir regagner, saine et sauve, son village31. Les aventures de Bamboula sont racontées par un narrateur omniscient mais selon la perspective du « négrillon » et tous les éléments proviennent directement de l’environnement africain, à l’exception de Bouchon de carafe, objet offert par le maître d’école à Bamboula, « un petit morceau de verre qu’il avait reçu lui-même d’un homme blanc qui était venu dans le pays » (p. 6). Prenant le parti de l’anti-exotisme, « Hellens a peint, pour ainsi dire, un tableau inverse de l’Afrique coloniale » : les héros y sont tous noirs, y compris le chien. Créé de toutes pièces par un Hellens qui n’a jamais foulé le continent noir, l’univers africain se dévoile aux enfants tel qu’un être primitif est supposé le percevoir. Loin des descriptions anthropologiques ou ethnographiques des romans coloniaux, le jeune lecteur découvre, en même temps que le héros, le fonctionnement du monde et des éléments qui le composent, avec une certaine dose d’ingénuité.

17Cette association du conte au primitivisme s’accentue encore par les illustrations d’Élisabeth Ivanovsky (1910-2006). D’origine russe, Ivanovsky s’est initiée au dessin avant son installation en Belgique en 1932, où elle poursuit sa formation à la célèbre école bruxelloise de La Cambre. C’est de cette époque que date sa rencontre avec Hellens, dont elle illustrera aussi L’Histoire de Bass-Bassina-Boulou (1936) et l’Histoire d’une poupée noire (1936). Dessinatrice pour la jeunesse, elle collabore également à des ouvrages pour adultes. Exécutées dans une quadrichromie combinant noir, jaune, orange et bleu vif, les illustrations de Bamboula participent de ce même mouvement primitif et transposent à merveille l’écrit en discours graphique.

Jeannot gosse d'Afrique

  • 32 Cf. V. Gemis,op. cit., p. 157.

18Fille du peintre Léon Maquet, Jeanne Maquet-Tombu (1893-1978) est docteur en histoire de l'art et archéologie. Connue comme pastelliste, elle s'installe au Congo en 1930 avec son mari, Marcel Maquet, qui sera nommé gouverneur de la province de Léopoldville en 1943. Socialement active, elle est membre de l'Union des femmes coloniales et sera un temps présidente de la section lettres du Lyceum Club de Belgique32. Son intérêt pour l'art africain l'amène à créer, en 1935 à Léopoldville, l'association des « Amis de l'art indigène », puis l'année suivante le « Musée de la vie indigène ». Outre l'art plastique, elle s'intéresse à l'écriture et, en 1936, son œuvre Le siècle marche sera récompensé par le Prix triennal de littérature coloniale.

  • 33  Le volume dont nous indiquons les références est la deuxième édition de 1950.
  • 34  Cf. V. Gemis, op. cit., p. 158.
  • 35  Ce que la mère considère comme une chance inouïe: « Petit gosse d’Afrique, quelle est ta richesse, (...)
  • 36  La narration est empreinte d’éléments biographiques : la pratique de la peinture, le nom du mari, (...)

19Publié en 1935 par l'Office de publicité, Jeannot gosse d'Afrique sera réédité quinze ans plus tard33. Bien que dépourvu d'indications concernant son public cible, le roman a été adopté par le ministère de l'Instruction publique comme lecture scolaire34. Le premier élément frappant concerne la couverture : on y voit un enfant blanc, au casque colonial trop grand qui lui masque les yeux, devenir le centre des regards curieux et admiratifs des visages noirs qui l'entourent ; les références à la passion que le bambin éveille auprès des Congolais sont d’ailleurs légion dans le livre. L’histoire tourne en effet autour de Jeannot, enfant blanc né et élevé dans la colonie35, qui, à la fin « quitt[e] la terre natale pour sa mère patrie » (p. 138). La préface de Pierre Ryckmans inscrit d’emblée cet ouvrage dans la tendance du Dominer pour servir du plus idéaliste Gouverneur général du Congo belge. Pour la narratrice36, la naissance de son enfant en terre africaine agit comme une révélation, une « conversion » : « Jamais plus je ne pourrai porter sur la vie d’Afrique un jugement impartial » (p. 14).

  • 37  Des exemples de ces occupations parsèment le texte, comme ici : « Tandis que nos maris voyagent da (...)

20Les activités de la mère, rythmées par les besoins de son fils, montrent au lecteur le quotidien de la colonie – le travail des boys, les visites, les expéditions nombreuses en brousse – mais aussi, grâce à des descriptions sensorielles empreintes de lyrisme, les couleurs, les odeurs et les bruits de l’Afrique. La formation de peintre de l’auteure transparaît à souhait dans les tableaux des paysages congolais, riches en nuances chromatiques et foisonnant de détails, qui scandent le récit. Menant en apparence une vie de coloniale typique, consacrée à son mari et son jeune enfant37, la narratrice avoue cependant son « sentiment complexe » à l’égard de la « vie d’Europe – étonnamment raffinée, compliquée, incompréhensible parfois, vue d’Afrique » (p. 26). Les loisirs européens trop outranciers (tennis, tir à l’arc, natation), ne la convainquent guère ; elle leur préfère la découverte du pays.

21La communion ressentie pour le pays qui l’accueille lui fait douter des soi-disant bienfaits de la colonisation : « Domptée, la forêt, naguère si inviolée encore et comme d’un autre âge ! […] J’aurais pu déplorer cette profanation. Mais voilà : je ne me pique pas d’idées profondes, ni surtout bien arrêtées, et depuis mon arrivée au Congo, je n’ai pu encore discerner si la civilisation est ou non un bien ! » (p. 40). De plus, les méthodes de l’administration belge peinent à susciter sa totale adhésion. Jeanne Maquet-Tombu profite du récit pour glisser ses convictions sur les enjeux de la colonisation, qui ne peut se faire qu’avec et pour les Congolais, dans le respect de leur patrimoine identitaire : « Quant aux Togbo, il [le mari] en est positivement emballé. Un peuple d’agriculteurs ! L’avenir du territoire ! Des traditions restées intactes ! » (p. 45) Elle prophétise un enseignement « tôt ou tard s’adressant aux Noirs [qui] se différenciera profondément de ce qu’il est chez nous, pour mieux s’adapter au milieu. » (p. 101)

  • 38  « Notre admiration vaut à l’artiste [...] la commande de deux objets du même goût. Il ne nous en c (...)
  • 39  Les références abondent, par exemple le chapitre « un dimanche parmi d’autres » (p. 116).

22Les occasions ne lui manquent d’ailleurs pas de regretter l’assimilation aux coutumes européennes : « Beaucoup d’entre eux sont malheureusement habillés à l’européenne, mais, presque toujours, un détail dénote le primitif » (p. 46). Ce qu’elle semble le plus déplorer, c’est le manque d’esthétique des importations européennes, auxquelles elle préfère grandement le charme des objets locaux : « Plus pratiques, certes, et plus confortables que les minuscules sièges indigènes ; mais quelle plate laideur, quelle pauvreté d’invention dans ces meubles standardisés ! » (p. 100). Son intérêt pour la culture indigène se dénote dans l’emploi de mots en langue vernaculaire, qu’une note de bas de page explique, dans les références à l’artisanat38, au folklore et aux coutumes39. La curiosité de l’écrivaine pour l’ailleurs colonial dépasse le cadre matériel pour atteindre les habitants et elle dédie un chapitre au « Coin des boys » (p. 78-83), puis un autre « In memoriam » à Ignace, un boy décédé prématurément (p. 125-131).

  • 40  Halen, op. cit., 1993, p. 249-250.

23Motif colonial, la route monopolise également un chapitre, « Le film de la route », dont le style approche la poésie. Selon Halen, « la route va constituer le principal vecteur d’acculturation : les voies automobiles, ferroviaires ou aériennes permettent la mise en œuvre, c’est-à-dire, entre autres, la « mise en exploitation ». »40 Pour Maquet-Tombu, plus que l’expression du progrès, la route facilite la découverte de l’autre, la communication. Mais à nouveau, un doute l’envahit sur les avantages de la civilisation : « Eux tous – les sages – qui cheminent leur vie au lieu de la courir – nous les surprenons dans les mille détails de leurs occupations simples et naturelles. […] Jamais de hâte, tout se fait cependant… » (p. 93-94). Le monde moderne, toujours plus rapide, ne pervertirait-il pas l’essence profonde de l’humanité ? Telle est l’interrogation que semble se poser inlassablement l’auteure, qui rhétoriquement questionne : « Est-ce donc vraiment qu’en civilisant les Noirs, nous leur donnerions plus qu’ils ne perdent ? » (p. 94)

Conclusions

24Au terme de cette rapide approche la production littéraire coloniale belge en langue française, dédiée à la jeunesse de l’entre-deux-guerres se dégagent quelques conclusions. Le corpus étudié offre une vision contrastée des différentes tendances en présence concernant les enjeux et les perspectives de la présence coloniale. Tante Julia découvre le Congo reflète la dépendance métropolitaine. Le quotidien qui y est décrit témoigne d’une reproduction de la vie identitaire belge au Congo, sans relation d’échange avec les populations locales. Signe d’un état d’installation beaucoup moins instable qu’avant la guerre, le discours de Roger Rancy s’inscrit dans la mouvance qui vise à stabiliser la présence belge et son prestige, pour un enrichissement à sens unique. Par contre, les incursions de Maquet-Tombu dans le quotidien des Africains témoignent d’une prise en compte de l'autre, avec son lot de questionnement sur l'acculturation, où le colonial est tiraillé entre une polarité européenne dont il ne peut se défaire et un effet de magnétisme exercé par le Congo et ses habitants. Il en découle une espèce de négociation constante entre ces deux ascendances, qui ne peut se résoudre, comme dans le roman, que par le déchirement du retour vers la mère patrie. D'un point de vue technique, cette implication plus grande se traduit aussi par une narratrice personnage, à l'inverse du narrateur omniscient de Tante Julia. Quant au conte de Hellens, on peut déplorer, à l’instar de Joachim Schultz (p. 177), que cette dernière version pour enfants de l’histoire de Bass-Bassina-Boulou s’éloigne fortement de la première conception voulue par Hellens. Cependant, de celle-ci, il conserve le mérite d'ouvrir une fenêtre sur l'Afrique différente de celle des romans coloniaux, une image censée être intérieure, bien que son auteur doive se contenter d’une approche indirecte mais qui se révèle être peut-être plus dépourvue de préjugés que les expériences directes des coloniaux. Cristallisé autour du personnage du fétiche, le conte introduit le jeune lecteur dans une découverte du primitivisme et de ses manifestations artistiques.

25Bien qu’elle soit marquée par l’idéologie et la propagande coloniale, la littérature pour la jeunesse que nous avons étudiée s’autorise quelques écarts, que l’on n’observe pas dans d’autres ouvrages destinés aux enfants comme les manuels scolaires. Face à ceux-ci qui ressassent d’année en année les mêmes poncifs non dénués de patriotisme, la production littéraire offre une vision plus complexe et nuancée des rapports entre la Belgique et sa colonie, face auxquels le jeune lecteur peut plus librement se positionner.

Haut de page

Notes

1  Jacques Carion, « L’Afrique de Bob Morane », dans Pierre Halen, Jánoz Riesz (Éd.), Textyles Hors série, Images de l'Afrique et du Congo-Zaïre dans les lettres belges de langue française et alentour, Bruxelles, Textyles-Éditions, Kinshasa, Éd. du Trottoir, 1993.

2  Pierre Halen déplore que « ni la littérature coloniale ni ensuite la littérature congolaise et plus généralement africaine, ne furent jamais vraiment reconnues en Belgique. » (in « Petite introduction à la littérature congolaise des Belges », La revue nouvelle, nº1-2/janvier-février 2005, p. 62-63).

3  Cf. Pierre Halen, « Les douze travaux du Congophile: Gaston-Denys Périer et la promotion de l’africanisme en Belgique”, dans Pierre Halen, Jánoz Riesz (Éd.), Textyles Hors série, Images de l'Afrique et du Congo-Zaïre dans les lettres belges de langue française et alentour, Bruxelles, Textyles-Éditions, Kinshasa, Éd. du Trottoir, 1993, p. 139-150.

4  Je citerai quelques-unes de ses contributions ici. Pour plus d’exhaustivité, s’en remettre à sa page personnelle www.univ-metz.fr/recherche/labos/.../page_Halen-Pierre.pdf.

5  Marc Quaghebeur (Éd.), Papier blanc, encre noire, 2 vol., Bruxelles, Éditions Labor, 1992.

6  Pierre Halen, Jánoz Riesz (Éd.), Textyles Hors série, Images de l'Afrique et du Congo-Zaïre dans les lettres belges de langue française et alentour, Bruxelles, Textyles-Éditions, Kinshasa, Éd. du Trottoir, 1993.

7  Fondée par Sœur Bibiane Tshibola et Marc Quaghebeur. La dernière livraison, le nº11, date de juin 2010.

8  Pierre Halen, Catherine Gravet, « Littérature viatique et coloniale », dans Christian Berg, Pierre Halen, Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830-2000), Bruxelles, Éditions Le Cri, coll. Histoire, p. 530.

9  Vanesa Gemis, « Du Katanga à Boitsfort : Roger Ransy et le double « voyage » de l’écriture », Sextant. Revue du groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes et le genre, nº 25, 2008, pp. 157-170.

10  Pour plus de détails sur les relations entre la Belgique et le Congo, Guy Vanthemsche, La Belgique et le Congo, Bruxelles, Éditions Complexe, 2007 et Jean Stengers, Congo. Mythes et réalités, Bruxelles, Éditions Racine, coll. Racine en poche, 2007.

11  Dans La politique coloniale (1934), Ryckmans écrit : « Les Congolais doivent être les premiers à bénéficier de notre présence au Congo. Nous avons l’obligation stricte de garantir aux indigènes une somme de bienfaits telle que les maux inhérents à l’occupation européenne soient largement compensés. » (cité par Jacques Vanderlinde, Préface à Barabara, Bruxelles, Luc Pire, coll. Espcace Nord, 2010, p. 9.)

12  Pierre Halen, Le petit belge avait vu grand. Une littérature coloniale, Bruxelles, Éditions Labor, coll. Archives du futur, 1993, p. 20.

13  Cf. postface de Pierre Halen, Barabara, Bruxelles, Nord, Luc Pire, coll. Espcace Nord, 2010 p. 265. Le livre aurait été terminé dès 1934.

14  Contient des illustrations du peintre belge Allard l'Olivier (1883-1933), connu pour ses productions africanistes, que les limites de cet article ne nous permettent pas d'analyser. Voir Sabine Cornelis, « L’Image et les Artistes », dans Papier blanc, encre noire, vol. 1, p. 219-224.

15  L'auteure ne peut se débarrasser complètement de quelques stéréotypes à la vie dure, comme l'indolence du nègre (p. 126) et sa paresse au travail (p. 133).

16  Écrire sous un pseudonyme masculin ou neutre est monnaie courante chez les femmes de lettres coloniales belges. Citons les exemples de Marc Augis (Simone Dever), Lucifer (Hélène Migeon) et Milou (Marie-Louise Delhaise-Arnould) (Cf. V. Gemis, op. cit., p. 157).

17  Cf. V. Gemis, op. cit. p. 168.

18  Créée en 1924, l’UFC vise à favoriser « l’entr’aide [sic] morale et matérielle entre toutes les femmes coloniales », objectif défini dans les « Statuts », que publie son organe de diffusion, le Bulletin de l’Union des femmes coloniales (nº1, janvier 1924). Roger Ransy ne rejoindra l’association qu’en 1938, soit près de 10 ans après son retour en Belgique (cf. V. Gemis, op.cit.).

19  « Si chaque pays n'avait pas ses inconvénients, [...] la terre serait un paradis. » (p. 71).

20  « Ils s'offrent fréquemment les termites comme plat de résistance. […] les blancs ne savourent-ils pas les escargots et les cuisses de grenouille? » (p. 76).

21  Comme au chapitre « Msiri le tyran et Bodson le héros », p. 161-167.

22  Voir Halen, op. cit., 1993, p. 344-345.

23  Cf. Pierre Halen, op. cit., 1993, p. 296.

24  Pierre Halen, op. cit., 1993, p. 344-345.

25  Réédité en 1992 par l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Bruxelles, dans sa collection « Histoire littéraire », avec une préface de Robert Frickx.

26  Cf. Robert Frickx, op. cit., p. 5.

27  Pierre Halen, « Ode à Bass Bassina Boulou », Francofonía, 14, 2005, p. 17.

28  Cf. Joachim Schultz, « Bass-Bassina-Boulou de Franz Hellens: un Pinocchio africain? », Textyles, nº6, novembre 1989, p. 172. L’ouvrage de Hellens aurait connu un succès rapide, ce dont attesterait la traduction presque immédiate en allemand et en russe.

29  Voir Documents secrets (1905-1956). Histoire sentimentale de mes livres et de quelques amitiés, Paris, 1958, p. 109.

30  « Il était une fois un petit homme noir... » ouvre la narration (p. 2).

31  Contrairement au fétiche de la version initiale pour adultes, qui termine sa vie brûlé dans un dépotoir parisien.

32 Cf. V. Gemis,op. cit., p. 157.

33  Le volume dont nous indiquons les références est la deuxième édition de 1950.

34  Cf. V. Gemis, op. cit., p. 158.

35  Ce que la mère considère comme une chance inouïe: « Petit gosse d’Afrique, quelle est ta richesse, à toi, qui ne t’en doutes pas ! » (p. 55)

36  La narration est empreinte d’éléments biographiques : la pratique de la peinture, le nom du mari, Marc, à la même étymologie que Marcel (Maquet).

37  Des exemples de ces occupations parsèment le texte, comme ici : « Tandis que nos maris voyagent dans le nord du territoire, Mme Féraudy et moi sommes restées au poste, à causer, coudre, broder et, surtout, à gâter Jeannot. » (p. 44)

38  « Notre admiration vaut à l’artiste [...] la commande de deux objets du même goût. Il ne nous en coûtera que quelques francs, et nous aurons protégé les Arts ! » (p. 75)

39  Les références abondent, par exemple le chapitre « un dimanche parmi d’autres » (p. 116).

40  Halen, op. cit., 1993, p. 249-250.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Boudart, « Congo belge et littérature de jeunesse dans l'entre-deux-guerres », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/606 ; DOI : 10.4000/strenae.606

Haut de page

Auteur

Laurence Boudart

Universidad de Valladolid

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org