Navigation – Plan du site
Fonds d'archives et collections

Le Centre Bermond-Boquié : centre de recherche et d’information sur l’édition francophone pour la jeunesse

Lauriane Labes

Texte intégral

Du Centre d’Information sur la Littérature Jeunesse au Centre Bermond-Boquié

1Le Centre Bermond-Boquié voit le jour en 1999 suite à la donation généreuse de deux critiques littéraires et animateurs d'une émission de radio consacrée à la littérature jeunesse diffusée sur France Culture : « Le livre : ouverture sur la vie ». Monique Bermond et Roger Boquié donnent à la ville de Nantes plus de 24 000 documents collectés durant leur activité de la fin des années cinquante à 1998. Durant toutes ces années, les deux critiques se sont entièrement consacrés à la promotion de la littérature de jeunesse francophone tout comme le fait aujourd'hui le Centre Bermond-Boquié (CBB), successeur du Centre d'Information sur la Littérature Enfantine qui existait au sein de la bibliothèque municipale de Nantes depuis 1977. Le fonds du CBB s’est depuis considérablement enrichi, essentiellement grâce au service de presse des éditeurs et aux nombreuses acquisitions faites chaque année par les bibliothécaires responsables du Centre qui gèrent ce fonds en préservant l’esprit de Monique Bermond et Roger Boquié.
Le Centre Bermond-Boquié regroupe aujourd’hui plus de 40 000 ouvrages dont plus de 2 000 livres de référence représentatifs de l’histoire et de l’évolution de la littérature jeunesse depuis le xixe siècle jusqu’à nos jours.

La diversité du fonds

2Le CBB surprend par la diversité de son fonds. En effet, outre l'abondance des livres issus de la production actuelle, le centre possède plus de 2 000 livres de référence accessibles en salle, consultables sur place et pour la plupart empruntables. Ces derniers sont classés en différentes sections telles que « lectures et société », « contes et auteurs », « histoire de la littérature jeunesse », « illustration » et « bande dessinée ». À cela s’ajoute un fonds de revues professionnelles, dont une grande partie est héritée de la donation. En effet, tous les numéros de Nous voulons lire ! ou du Bulletin de la Joie par les Livres sont conservés en magasin et sont aujourd’hui remplacés en salle par les revues Citrouille, Lecture Jeune ou bien encore les Cahiers Robinson.

3Mais c’est surtout le fonds ancien qui offre les plus belles pièces du Centre et qui rend parfaitement compte de la production littéraire pour la jeunesse en particulier de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1960.

4Le Centre Bermond-Boquié conserve le premier grand album illustré publié en 1919 par la maison d'édition NRF-Gallimard, Macao et Cosmage ou l'expérience du bonheur d'Edy Legrand. Le CBB possède aussi des documents plus anciens comme Le magasin des enfans ou dialogues d'une sage gouvernante avec ses élèves : Dans lesquels on fait penser, parler, agir les jeunes gens suivant le génie, le tempérament et les inclinations de chacun, ect, ect, de Madame Leprince de Beaumont. Ce document de très petit format, le plus ancien du fonds, réédition de 1810, est un véritable trésor qui représente à lui seul un pan important de la littérature jeunesse du début du xixe siècle avec les histoires de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont comme le conte de la Belle et la bête, qui reste aujourd'hui encore une référence de la littérature jeunesse.

5Nous pouvons également trouver dans ce fonds ancien Les cures merveilleuses du docteur Popotame de Léopold Chauveau édité par Les arts et le livre, Paul Duval Libraire-Éditeur, en 1927. Le CBB possède aussi Okhota de Vlad Lebedev édité à Moscou en 1925, ou encore La boîte à joujoux de Claude Debussy, illustrée par André Hellé, qui est une réédition de 1954.

Vlad Lebedev, Okhota, Moscou,1925.

Léopold Chauveau, Les cures merveilleuses du Docteur Popotame, Paris, Les arts et le livre, Paul Duval Libraire-Éditeur, Elbeuf , 1927.

6Dernièrement le CBB a acquis auprès de la librairie ancienne parisienne Thierry Corcelle, La civilité puérile et honnête expliquée par l'oncle Eugène écrit et illustré par Maurice Boutet de Monvel et publié par Plon en 1890, ainsi que Voyages et glorieuses découvertes des grands navigateurs et explorateurs français d'Edy Legrand paru en 1921.

Edy Legrand, Voyages et glorieuses découvertes des grands navigateurs et explorateurs français,Tolmer, Paris,1921.

La mise en valeur de la littérature jeunesse

7Détenir de tels objets, témoins de la dimension patrimoniale du livre pour enfants, nécessite de mettre en place des animations culturelles qui visent à les faire connaître à un public le plus large. En effet, si la vocation initiale du centre est de faire connaître la littérature jeunesse à tous les types de public, il est majoritairement fréquenté par des chercheurs, des bibliothécaires ou des étudiants. Les nombreuses actions culturelles menées par le CBB visent à mettre en valeur le fonds du Centre et attirer un nouveau public, autre que celui rencontré habituellement.

8Les responsables du CBB tentent à travers ces actions culturelles de faire connaître le fonds ancien du Centre mais aussi de promouvoir la littérature jeunesse actuelle. Ainsi « Picoti Picota des histoires comme ça » présente à tous les publics curieux de connaître l'actualité en littérature jeunesse, des albums à lire aux tout-petits. Quant aux « Matinées du CBB », proposées une fois par trimestre, elles permettent de présenter au public, à travers un thème précis, la diversité de la production à une époque donnée. Les matinées qui se sont tenues au mois de mai 2011 traitaient, par exemple, de la différence entre les filles et les garçons dans la presse enfantine de la fin du xixe au début des années 19601. Les dernières matinées se sont déroulées dans le cadre de l'exposition « Rock et littérature » que propose la Bibliothèque municipale du 18 novembre 2011 au 25 février 2012. Dans ce contexte, le CBB propose de présenter des livres édités par Harlin Quist qui, associé à François Ruy-Vidal, bouleversera le livre d’image en créant des nouvelles formes et couleurs héritées du mouvement rock des années 1960.

9Au mois de mars 2012, le CBB proposera des matinées consacrées aux Albums du Père Castor à l'occasion desquelles Michèle Noret, libraire spécialisée dans les livres anciens pour enfants, proposera une intervention. Le « Père Castor » est une des figures marquantes de la littérature jeunesse et le CBB possède un fonds représentatif de la production de l’éditeur. Lors des matinées, les documents sont sortis du magasin et exposés afin qu’ils puissent être consultés par le public présent. C'est une occasion d’approcher de près des ouvrages rares et précieux.

Livrjeun

10Par ailleurs, pour renforcer son action de promotion de la littérature jeunesse le Centre Bermond-Boquié s’est engagé, suite à la donation, à poursuivre le travail entrepris par Monique Bermond et Roger Boquié dans les années 1970. Il s'agissait de constituer une base de données, la base Livrjeun2, qui, aujourd’hui, propose plus de 25 000 fiches critiques d’ouvrages pour la jeunesse. Tous les mois, une sélection des nouveautés et les actualités de la littérature jeunesse sont présentées. Le site Livrjeun abrite également les observations et les analyses faites dans le cadre du projet « Entrée en histoire » mené par une des bibliothécaires du Centre Bermond-Boquié. Ce projet monté en 2009 consiste à se rendre dans les écoles maternelles et proposer une lecture individuelle aux enfants. Cet atelier permet d'analyser et de comprendre ce qui anime l'enfant au contact du livre. Les observations faites par les bibliothécaires sont ensuite analysées par la psychologue Sophie Marinopoulos.

Le Centre Bermond-Boquié comme centre de formation

11Après plus de 10 ans d'existence, le CBB est devenu un centre de référence et reconnu dans le cadre de formations. Pour la première fois cette année il a ainsi été demandé au CBB d’être jury dans les examens de fin d’année de l’école d’art Pivot située à Nantes. Il a été convenu que la connaissance des bibliothécaires du CBB en termes d’illustration constituait un atout majeur pour l’école et l’évaluation de ses élèves.

12Les bibliothécaires du CBB interviennent également dans les Centres de formation de jeunes éducateurs de la ville de Nantes ainsi qu'à l'IUT de la Roche-sur-Yon. Elles proposent de répondre aux questions des étudiants sur l'histoire de la littérature jeunesse, sur la production actuelle et le rôle du bibliothécaire face à un tel fonds. Le CBB assure également des formations à la demande de l’éducation nationale et d’associations orientées vers la lecture pour les enfants.

Le Centre Bermond-Boquié et le fonds de revues anciennes pour la jeunesse : l'exemple de la colonisation

Le Petit français illustré, n° 106 du 7 mars 1891

13Le fonds de revues anciennes du Centre Bermond-Boquié est un trésor encore méconnu. Ce dernier a été constitué à partir d'un fonds ancien déjà existant à l'époque du CILE et auquel se sont rajoutés divers dons et acquisitions faits depuis 1999. Le fonds est donc composite et disparate, ne répondant pas à une logique de collection précise. Il permet toutefois de rendre compte d'un certain état d'esprit qui domine à une époque passée. Il est intéressant de voir de quelle manière est traitée la colonisation alors que l’on s’adresse à de jeunes esprits, futurs espoirs d'une France affaiblie par la défaite de 1870.

14À travers des reportages, des nouvelles et des histoires illustrées, les représentations des colonies sont très variées.
Les périodiques qui ont servi de support à cette étude sont tous de type instructif et didactique. Le corpus se compose d'exemplaires du Petit français illustré, du Journal de la jeunesse, de Mon journal mais également de Saint-Nicolas, de la Revue Mame, du Musée des enfants et de l'Ami de la Jeunesse.

Le Petit français illustré, n° 10 du 3 février 1900

Mon Journal, n° 6 du 15 mars 1889

15Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la presse enfantine connaît un essor considérable. À la même époque, la France élargit ses colonies à travers le monde et le sentiment d'infériorité très présent après la défaite de 1870 accroît cette volonté d’élargir son territoire. La presse enfantine est un excellent moyen de communication pour cette nouvelle société colonisatrice à la recherche de puissance.
Durant cette période, qui s'étend de la défaite de Sedan en 1870 au début des années 1900, la France étend son territoire un peu partout dans le monde à commencer par l'Afrique du Nord et l'Algérie, qui est colonisée depuis 1830. C'est également à partir de cette date que la France implante ses comptoirs en Afrique noire.

16Cet ailleurs fascine, intrigue les Français et la presse participe largement à assouvir cette curiosité nouvelle : la presse enfantine publie, au sein même des revues, de nombreux reportages sur des animaux sauvages tels que les reptiles ou les félins. On trouve également de nombreux reportages sur les populations.

17En 1895, le Journal de la Jeunesse propose ainsi un reportage sur « l'art capillaire chez les sauvages ». L'article agrémenté de magnifiques gravures loue l'extrême complexité des coiffures indigènes. Toutefois, aucune population précise n'est décrite et sont désignées comme « sauvages » et préhistoriques les populations de Nouvelle Calédonie, de « Tahiti », du Pérou, mais aussi les Chinois, les Japonais et enfin les habitants de l'Afrique noire.

Coiffures du centre de l'Afrique, Journal de la jeunesse, Deuxième semestre 1895

18Liés aux événements historiques et militaires, les reportages coïncident avec un moment particulier de la colonisation française. Ces derniers rappellent qu'une des principales missions de la colonisation est la recherche de ressources naturelles exploitables, au profit de la France.

19L'Ami de la jeunesse et des familles, journal protestant, publie de nombreux reportages présentant les nouvelles possessions françaises entre 1880 et 1881. Le reportage « Tahiti, terre française » qui paraît dans un numéro d'octobre 1880 annonce la prise de pouvoir de la France sur l'île après l'abdication le 29 juin 1880 du roi de Tahiti qui cède à la France son royaume et les îles qui en dépendent. L'Ami de la jeunesse publie alors plusieurs reportages sur Tahiti, elle-même protestante depuis le début du XIXe siècle. Dans le numéro du 10 octobre 1880, le journal propose « une autre gravure à cause de l’intérêt nouveau que prend pour nous cette île ». Les renseignements géographiques et historiques fournis dans la suite du reportage mettent en avant les nombreuses ressources de l’île : « Tahiti est couverte de cocotiers, de palmiers, de bananiers, d’arbre à pain ». L’auteur du reportage évoque également la population « qui était simple, naïve, innocente, elle fut malheureusement vite corrompue par le contact des Européens, qui leur importèrent l’eau-de-vie et les vices de la civilisation ». En conclusion, l’auteur écrit :

« Ce n’est pas seulement là une acquisition de territoire, c’est un point commercial important et qui est destiné à le devenir d’avantage par suite du percement de l’isthme de Panama. Tahiti sera l’étape forcée de la navigation à voiles et à vapeur de toute la côte orientale de l’Amérique avec l’Australie. »

L'Ami de la jeunesse, n° 18 du 25 septembre 1880

20L'exploitation des ressources est à nouveau mentionnée dans un reportage paru le 10 septembre 1881, dans L’Ami de la Jeunesse, à propos du Sénégal qui, bien qu’il ne devienne officiellement colonie française qu'en 1895, est depuis plusieurs siècles soumis à l’autorité française. Il est ici question des ressources souterraines et commerciales qui permettraient la construction d'un chemin de fer reliant les différentes colonies. On peut lire en conclusion :

« Puisse ce projet civilisateur s’accomplir en paix ! Depuis longtemps nos missionnaires sont à l’œuvre au Sénégal. Les esclaves fugitifs recueillis par eux pourront bientôt retourner vers leurs compatriotes, afin de leur faire connaître les bienfaits de l'Évangile ».

  • 3 « La France à Madagascar », in Le journal de la jeunesse, Second semestre 1895.

21C'est la question de l'île de Madagascar qui intéresse particulièrement le Journal de la Jeunesse. Très impliqué dans les questions politiques, ce journal, édité de 1872 à 1914, publie de nombreux articles relatifs aux conquêtes coloniales. Dès 1895, il propose des articles sur Madagascar, île dont la France prend progressivement possession. Louis Rousselet, écrivain et photographe passionné par l'Inde, signe ici un long reportage à suivre sur Madagascar. Il y développe des points historiques et géographiques, en fonction de l’avancée des troupes françaises sur l’île. « Nos lecteurs ont pu lire dans notre Chronique les progrès de la marche des troupes françaises sur la route de Tananarive. Nous voudrions leur donner ici quelques renseignements plus précis sur les divers points de cette route ainsi parcourue »3. Chaque reportage, constitué de cette manière, présente au lecteur une description précise des différents lieux et paysages mais également un point d'actualité sur l'avancée des troupes françaises.

« Le palais de la reine à Tananarive », Le Journal de la Jeunesse, Deuxième semestre 1895

« La grande rue de Tananarive », Le Journal de la Jeunesse, Deuxième semestre 1895

Le petit français au cœur des colonies

22Pour imprégner l'imaginaire des jeunes lecteurs de l’esprit colonisateur le moyen le plus efficace est probablement de créer des histoires qui mettent en scène de jeunes héros français au cœur même des colonies. Le jeune lecteur s’identifie au héros et assimile l’image des colonies diffusée à travers cette dernière.

  • 4 Mon Journal est un mensuel crée par Hachette qui paraît de 1881 à 1925. Il s’adresse aux filles et (...)
  • 5 Mon Journal, n°9, 15 juin 1889.

23Dans Mon Journal4, plusieurs histoires illustrées mettent en scène de jeunes Français qui se retrouvent confrontés aux populations indigènes. La première, intitulée « L’aventure incroyable du Petit mousse Corentin Guyader »5, met en scène un jeune mousse qui, par un hasard malchanceux se retrouve propulsé au milieu d’une tribu indigène effrayante, habitants d'une « île verdoyante ». Ces derniers, qualifiés de « vilains nègres » ou « troupes de sauvages aussi noirs que l’oiseau était blanc », prennent le jeune mousse avec eux afin d’en faire leur roi. Bien que le jeune héros soit effrayé par la situation, on ressent la volonté de montrer au lecteur que le Blanc est toujours supérieur au Noir. Il s’avère au final que l'aventure du jeune mousse n’est qu’un « vilain songe » traduisant la peur de l’autre et de ses coutumes. Le lecteur face à de telles différences doit souhaiter conquérir les terres à coloniser afin de civiliser les indigènes.

L'aventure incroyable du petit mousse Corentin Guyader, Mon Journal, n° 9 du 15 juin 1890

24Ces histoires permettent également de rappeler les victoires de la France sur les pays colonisés. Ainsi en 1890, toujours dans Mon Journal, une histoire illustrée met en scène Pinson, enfant de troupe au 10eme régiment de zouaves. Cela se passe « il y a bien longtemps, quand le 10eme zouaves faisait campagne en Algérie. Les Arabes, qui sont nos amis aujourd’hui,– vous avez pu le voir à l’Exposition –, se battaient alors comme de vraies panthères du désert. » Pinson, jeune garçon fort courageux n’hésitera pas à s’opposer aux troupes arabes en les dupant et en se grimant afin de libérer son colonel prisonnier. Devenu la fierté du régiment, le jeune Pinson est médaillé et deviendra plus tard colonel. Dans cette histoire, le jeune Pinson représente la France glorieuse triomphant d'une Algérie dominée. On incite les enfants à agir comme lui et à devenir de bons soldats.

Pinson, enfant de troupe au 10eme zouaves, Mon Journal, n° 5 du 15 février 1890

  • 6 «Dans la France lointaine »,  in Saint-Nicolas, 11 septembre 1889.

25À ces mises en scène fantastiques et exagérées s’ajoutent des récits6 beaucoup plus réalistes, mais non moins moralisateurs, comme l’histoire d’une petite française, Geneviève, dont le père diplomate est envoyé en Inde. Cette dernière découvre avec étonnement un autre pays qui est pourtant français. « Pondichéry est une de nos colonies ou possessions dans l’Inde et nous y retrouverons le drapeau français comme la protection française ». Le plus intéressant dans cette histoire est la rencontre de Geneviève avec une petite indienne, Djemmy. Les deux fillettes qui forment « les deux types les plus opposés qu’il fût possible de rencontrer » sont confrontées à l’image de l’autre. Le dialogue qui s’engage entre les deux enfants mélange innocence, idées reçues et admiration. « – Est-ce aussi parce que l’on veut conserver ta peau neuve qu’on ne la nettoie pas ? » « – Ma peau, dit Djemyy fièrement, c’est celle de ma race et nous la trouvons plus belle et d’une nuance moins fade que votre pâleur européenne ». Au final, elles échangent leurs costumes mais admettent qu’ils ne leur vont pas.

Dans la France lointaine, Saint-Nicolas, 1889

26L’image de l’autre et la façon dont on appréhende l'altérité sont une dominante dans les revues enfantines.

L’image de l'autre

  • 7  La revue Saint-Nicolas est éditée par Delagrave de 1880 à 1915.

27Ainsi, dans un numéro de Saint-Nicolas7 datant du 9 janvier 1890, le narrateur converse avec un vendeur de sucreries d'origine africaine. Ce dernier est caricaturé aussi bien pour son physique que pour sa façon de parler. « Par l’entrebâillement apparaissait une tête noire crépue et une face luisante, éclairée par deux boules noires et brillantes, entourées de blanc, qui tournaient avec rapidité dans leurs orbites, tandis qu’un large sourire découvrait deux rangées de dents, d’un ivoire éclatant ». Il est clair que cette rapide description caricaturée a pour intention de faire rire le jeune lecteur. On tourne en dérision le physique de l’autre. On s’attaque également à sa façon de parler « Bôun-bôun, monseigneur ! Esselent bôun-bôun ! Noir savoir que petits enfants de monseigneur régaler leurs petits amis, et venir dire à monseigneur qu’il a bien bôunes sozes pour eux… ».

28Un récit de voyage publié le 6 juin 1891 dans le Petit français illustré, appelé « Les jongleurs arabes » évoque également le physique des habitants de la ville algérienne de Tlemcen. « Dans la ruelle, en face d’un café, opérait une troupe d’artistes africains, bronzés et malpropres à souhait » ou encore « roulant des yeux ou le blanc apparaît terriblement ».

Jongleurs arabes, Le Petit français illustré, n° 119 du 6 juin 1891

  • 8 «Les buffles de l’Afrique», Mon Journal, 15 mars 1889.

29L’image négative de l’autre passe aussi par la diffusion d’idées reçues comme on peut le voir dans un reportage sur les buffles de l’Afrique paru dans Mon Journal le 15 mars 18898. L’histoire met en scène un officier français parti à la chasse aux buffles en Afrique centrale. Le groupe de tireurs est confronté à la charge d’un troupeau, tout le monde s’enfuit sauf un homme : « Un nègre, pris à l’improviste, s’était jeté à plat ventre ; tous les buffles avaient passé sur lui ». Une situation à laquelle personne ne survivrait, et pourtant l’auteur conclut son histoire par : « Il paraît que les nègres de l’Afrique centrale ont le crâne très dur ».

30La dévalorisation de l’autre passe également par la critique des coutumes. Dans ce même reportage du Petit français illustré sur des jongleurs arabes, l’auteur ne supporte pas la musique du spectacle qu'il considère comme « un de ces vacarmes plus ou moins rythmés que les Arabes appellent de la musique ».

31Mon Journal, en novembre 1889, propose un reportage sur les enfants du Tonkin. Illustrations à l’appui, l’auteur du reportage décrit l’aspect vestimentaire des jeunes enfants et les coutumes singulières. On peut ainsi constater, à plusieurs reprises, des comparaisons entre les coutumes tonkinoises et les coutumes françaises. Dans tous les cas, la coutume tonkinoise est dévalorisée.

Enfants tonkinois, Mon Journal, n° 2 du 15 novembre 1889

Quelques fois ils portent deux touffes qui leur pendent sur les temps de chaque côté, comme des oreilles d’épagneul. Voilà, je pense, une mode de coiffure qui ne vous plairait pas beaucoup. […] Quand les parents veulent témoigner quelque tendresse à un enfant, ils approchent leur visage du sien et le flairent, comme un chien fait pour son petit. N’est-ce pas que vous aimez mieux les bons baisers de vos mamans ?

32Par ailleurs, ce long reportage – plus de quatre pages - est abondamment illustré par de magnifiques gravures, très réalistes. En général, les images qui accompagnent les textes mettent en scène l’autre de façon caricaturée. Les traits paraissent parfois monstrueux et accentuent à l’extrême les différences physiques.

Tirailleurs tonkinois, Mon Journal, n° 2 du 15 novembre 1889

 L'exposition universelle de 1889

  • 9 Le Petit français illustré, 1889.
  • 10 Mon Journal, n°10, 15 juillet 1889.

33« On ne saurait trop recommander aux écoliers, de profiter de cette occasion si rare pour aller prendre à l'Exposition des leçons de choses aussi variées qu'attachantes9 » lit-on dans le Petit Français illustré du 25 mai 1889.
L'exposition universelle de 1889 est considérée comme l'apogée de la culture coloniale en France. Les colonies étaient présentes lors des expositions précédentes de 1867 et 1878 mais celle de 1889 est réellement placée sous le signe des possessions françaises. On lit dans Mon Journal du 15 juillet 188910 : « Il faut traverser la mer et aller très loin pour visiter les colonies. Ce n'est pas commode ! Eh bien, on a fait venir les colonies à Paris ! »

  • 11 Le Petit français illustré, n°13, 25 mai 1889.

34L'événement se déroule sur l'Esplanade des Invalides habitée de mai à octobre 1889 par des palais exotiques et des villages reconstitués. Le Petit français illustré11 présente ainsi les choses :

  • 12 Ibid.

La majeure partie de cet emplacement est occupée par nos colonies et par les pays soumis au protectorat de la France. C'est là que s'élèvent le palais de l'Algérie, le palais tunisien, le palais Annamite et le palais cochinchinois. On y voit reproduits très exactement un village sénégalais, un village de la Nouvelle-Calédonie, un village cochinchinois et un village de l'archipel indien. Le Tonkin et l'Annam sont frères, pour ainsi dire, aussi se trouvent-ils réunis sous le même toit.12

Le Petit français illustré, n° 14 du 1er juin 1889

Le Petit français illustré, n° 15 du 8 juin 1889

35Mon Journal s'adresse aux jeunes enfants de cinq à dix ans : l’illustration y est donc abondante.
Le reportage, très illustré est réalisé de façon à ce que l'enfant saisisse parfaitement l'intérêt de l'exposition. Cette dernière est visitée par deux enfants, Jean et Yvonne qui
, accompagnés de leur papa, découvrent toutes les richesses des colonies. Le récit ne manque pas de mettre en avant l'artisanat produit par les colonies et les populations colonisées présentes pour l'occasion. Tous les pays sont observés et analysés par les enfants.

36Ce dossier sur la colonisation dans les revues enfantines, et les nombreuses images qui l'accompagnent, permettent de mettre en valeur une infime partie des trésors conservés par le Centre Bermond-Boquié. De ce lieu consacré à la littérature enfantine la richesse peut susciter de nouveaux travaux de recherche et porter témoignage de l'histoire de la littérature enfantine et de son développement exceptionnel ces dernières années.

Haut de page

Notes

1 http://livrjeun.bibli.fr/opac/doc_num.php?explnum_id=53

2 http://www.livrjeun.tm.fr/

3 « La France à Madagascar », in Le journal de la jeunesse, Second semestre 1895.

4 Mon Journal est un mensuel crée par Hachette qui paraît de 1881 à 1925. Il s’adresse aux filles et aux garçons de 5 à 10 ans.

5 Mon Journal, n°9, 15 juin 1889.

6 «Dans la France lointaine »,  in Saint-Nicolas, 11 septembre 1889.

7  La revue Saint-Nicolas est éditée par Delagrave de 1880 à 1915.

8 «Les buffles de l’Afrique», Mon Journal, 15 mars 1889.

9 Le Petit français illustré, 1889.

10 Mon Journal, n°10, 15 juillet 1889.

11 Le Petit français illustré, n°13, 25 mai 1889.

12 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Vlad Lebedev, Okhota, Moscou,1925.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Léopold Chauveau, Les cures merveilleuses du Docteur Popotame, Paris, Les arts et le livre, Paul Duval Libraire-Éditeur, Elbeuf , 1927.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-2.png
Fichier image/png, 137k
Légende Maurice Boutet de Monvel, La civilité puérile et honnête expliquée par l'oncle Eugène, Plon, Paris, 1890.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Edy Legrand, Voyages et glorieuses découvertes des grands navigateurs et explorateurs français,Tolmer, Paris,1921.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Le Petit français illustré, n° 106 du 7 mars 1891
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Le Petit français illustré, n° 10 du 3 février 1900
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Mon Journal, n° 6 du 15 mars 1889
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Coiffures du centre de l'Afrique, Journal de la jeunesse, Deuxième semestre 1895
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende L'Ami de la jeunesse, n° 18 du 25 septembre 1880
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende « Le palais de la reine à Tananarive », Le Journal de la Jeunesse, Deuxième semestre 1895
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende « La grande rue de Tananarive », Le Journal de la Jeunesse, Deuxième semestre 1895
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende L'aventure incroyable du petit mousse Corentin Guyader, Mon Journal, n° 9 du 15 juin 1890
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Pinson, enfant de troupe au 10eme zouaves, Mon Journal, n° 5 du 15 février 1890
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Dans la France lointaine, Saint-Nicolas, 1889
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Jongleurs arabes, Le Petit français illustré, n° 119 du 6 juin 1891
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Enfants tonkinois, Mon Journal, n° 2 du 15 novembre 1889
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tirailleurs tonkinois, Mon Journal, n° 2 du 15 novembre 1889
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Le Petit français illustré, n° 14 du 1er juin 1889
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Le Petit français illustré, n° 15 du 8 juin 1889
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/598/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lauriane Labes, « Le Centre Bermond-Boquié : centre de recherche et d’information sur l’édition francophone pour la jeunesse », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://strenae.revues.org/598 ; DOI : 10.4000/strenae.598

Haut de page

Auteur

Lauriane Labes

Ancienne stagiaire du Centre Bermond-Boquié ; diplômée du Centre d'Études Supérieures de la Renaissance, Master Professionnel  « Patrimoine écrit, édition numérique », Université François Rabelais, Tours.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org