Navigation – Plan du site
Dossier thématique

L'enfant des steppes dans l'imagerie et la littérature soviétique pour enfants (1917-1953)

Daria Sinichkina

Résumé

De la révolution d'octobre 1917 à la mort de Staline en 1953, des considérations de Realpolitik autant que d'idéologie furent projetées sur l'image de l'enfant des peuples allogènes d'URSS. L'épisode internationaliste qui vit naître, dans les magazines, livres et journaux des images d'enfants heureux explorateurs d'un monde nouveau fut rapidement suivi d’une systématisation des représentations : d'indifférenciés, les enfants devinrent « égaux », unis dans le symbole immuable du jeune pionnier, la cravate rouge. Cependant, dans les années 1930 vit le jour une représentation radicalement différente de l'enfant allogène, transformé par la propagande en incarnation cynique et pervertie de l'utopie socialiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Claire Mouradian, « Les Russes au Caucase », in Le livre noir du colonialisme, Marc Ferro (dir.), (...)
  • 2  Alain Besançon, « Nationalisme et bolchévisme », Passé Turco-tatar, présent soviétique, études off (...)
  • 3  Andreas Kappeler, La Russie, Empire Multiethnique, Paris, Institut d'études slaves, 1994, 415 p. ( (...)
  • 4  Ainsi que l'explique Alain Besançon, « L'art bolchévik de gouverner consiste à faire accepter la r (...)

1La langue russe ne connaît pas le terme de « colonisation », ce qui peut sembler paradoxal pour un pays qui a, dès le XVIe siècle, commencé la conquête de territoires voisins afin de s'ériger en Empire. Cependant, si certains aspects de la conquête impériale russe, et notamment celle du Caucase, peuvent être comparés à « l'aventure coloniale européenne1 », l'extension du pouvoir de l'État centralisé sur les multiples ethnies qui peuplent le vaste espace géographique englobant à la fois l'Europe et l'Asie, autant du temps des tsars que de celui de l'URSS, obéit à des logiques très complexes et spécifiques, à une politique nationaliste unique au monde. Contrairement aux empires français, anglais ou espagnol, qui « supposaient un peuple privilégié, des moyens principalement militaires de conquête, des buts limités », l'URSS n'est pas un empire au sens propre du terme, puisque « le pouvoir y est suspendu à l'idéologie qui le légitime2 », et ne s'appuie donc pas sur la promotion dans les faits d'un seul peuple, en l’occurrence le peuple russe. En théorie, l'objectif de l'URSS en termes d'identité nationale fut de former « une nouvelle communauté historique d'hommes : le peuple soviétique ». Ainsi, on a pu parler, tout au long de l'histoire de l'URSS, d'« amitié entre les peuples soviétiques », d'« épanouissement des nations et de leurs cultures » et du « rapprochement et fusion de celles-ci », cette dernière se faisant sur les bases de la même idéologie communiste. La Russie soviétique, véritable « empire multiethnique3 », avait de fait favorisé le développement aussi bien politique que culturel des diverses républiques qui la composaient, sans jamais cependant permettre leur indépendance. La coordination des partis communistes des différentes républiques (dirigés, selon les époques, par les Russes ou les élites locales), dépendait en dernière instance du Centre-Moscou. C'est ainsi que la très particulière idéologie à l'œuvre en URSS, le « patriotisme soviétique », put voir le jour et assurer la cohérence d'un empire dans lequel mûrissaient, depuis le début du XXe siècle, des courants nationalistes parfois très violents4.

  • 5  Gumilev L., Drevnjaja Rus' i velikaja step' (L'ancienne Russie et la grande steppe), 1989.

2La colonisation russe et soviétique, si l'on adopte ce terme, fut dès les premières conquêtes l'objet d'un mythe, dont le processus d'élaboration n'est pas fondamentalement différent de son équivalent européen. Cependant, si le mythe colonial européen s'élaborait sur fond de contrées exotiques et éloignées (l'Asie, l'Afrique, etc.), l'immensité et la diversité géographique russes fournissaient un terrain privilégié au mythe d'exploration de l'inconnu et de la conquête. Dans l'élaboration de ce mythe, la steppe joua un rôle primordial de fascination. Berceau de la culture multiethnique russe, telle que la définissait Lev Gumilev dans un de ses ouvrages phares5, la steppe n'a cessé d'exciter l'imagination des explorateurs, poètes et écrivains. De La Steppe (1888) de Tchékhov à celle de Tchinguiz Aïtmatov, cet espace est l'incarnation paradoxale du plus exotique et du plus familier, véritable tableau vivant du caractère humain autant qu'exutoire de ses craintes les plus intimes.

  • 6  Ouzbékistan, Turkménistan, Kazakhstan, Kirghiztan, Tchétchénie, Azarbaïdjan et Arménie.

3C'est pour cette raison que nous avons décidé de centrer notre recherche sur « l'enfant des steppes », dénomination qui renvoie tout autant à la réalité géographique des républiques du centre et du sud de l'URSS6 qu'aux représentations mythiques de ces mêmes espaces et du mode de vie nomade auquel ces derniers renvoient, du romantisme russe à « l'ethnogenèse » de Lev Gumilev.

  • 7  Françoise Lévèque, Serge Plantureux, Dictionnaire des illustrateurs de livres d’enfants russes et (...)

4En nous appuyant sur les photographies des livres pour enfants rassemblés dans le Dictionnaire des illustrateurs de livres d’enfants russes et soviétiques (1917-1945)7, établi par Françoise Lévèque et Serge Plantureux, ainsi que sur les nombreuses affiches politiques de la période, nous essaierons de voir comment et à quelles fins fut utilisée l'image de l'enfant « asiatique » de la révolution de 1917 à la mort de Staline en 1953. Si l'enfant des steppes est, au même titre que l'enfant russe, au début des années vingt, porteur du bonheur du monde nouveau à explorer, avec le début de la collectivisation et de la politique de déportation stalinienne il devient de manière perverse l'incarnation du monde utopique du bonheur socialiste, tel qu'il est au même moment forgé par la propagande.

L’enfant-roi et l’enfant-pionnier

5Avec le triomphe de la révolution socialiste en 1917 et surtout à partir de la fin de la guerre civile en 1921, l'objectif premier du parti est le ralliement des peuples russe et allogènes à la cause révolutionnaire et socialiste. La presse, l'affiche politique, mais aussi l'imagerie enfantine jouèrent dans ce processus un rôle non négligeable. C'est à ce dernier phénomène qu'il importe de nous intéresser.

6L'initiation des peuples présents sur le vaste territoire de l'ancien empire russe à la nouvelle idéologie passait tout naturellement par l'alphabétisation, des enfants comme des adultes. On procéda ainsi à la lutte contre l'analphabétisme, en créant des écoles en langues maternelles. En 1927, 94% des écoliers kirghizes et près de 96% des Tatars fréquentaient, dans leurs républiques respectives, des écoles primaires en langue maternelle. Dans les écoles primaires de la RSFSR (République socialiste fédérative soviétique de Russie) la classe était faite dans pas moins de 80 langues, en 22 dans la république ouzbèke et en 12 au Daghestan.

  • 8   L’enfant-adulte deviendra dans les années trente un mythe qui atteindra son apogée avec Pavlik Mo (...)

7L'enfant, alter ego de l'adulte, d'après les idées pédagogiques en vogue à l’époque8, est considéré comme un initiateur spontané du communisme et révolutionnaire dans l'âme. Sur fond de l'idéologie socialiste internationaliste de l'époque, le nouvel enfant soviétique, qu'il fût à l'origine tatare, uzbek, kirghize, kazakh, bouriate ou russe, était élevé dans une vision du monde unique, et assimilé au pionnier au foulard rouge, élément unificateur au-delà de toutes les différences ethniques.

  • 9  C'est ce que dira B. Cendrars en 1929 :« Tout le monde sait qu'en Russie, les enfants sont les seu (...)
  • 10  Carole Hardouin-Thouard, L'enfant dans la littérature russe et soviétique, 1914-1953, « Père ou fi (...)

8La fin de la guerre civile marque la naissance d'une situation paradoxale : l'enfant devient, dans la nouvelle société soviétique, un « roi9 », sur lequel est concentrée toute l'attention de l'État et du Parti, car il est le futur combattant du socialisme. Cependant, cet intérêt porté à l'enfant n'est justifié que par sa fragilité et donc sa perméabilité au sortir de quatre années de guerre civile. Il est très facile de façonner une conscience communiste chez un enfant de ce type, sans passé conséquent ou dont le passé a été ravagé, d'où les immenses moyens mis en œuvre pour l'alphabétisation et l'endoctrinement des « masses enfantines10». Dans les années vingt, la presse communiste devient nationale et les développements de l'enseignement permettent de diffuser la même idéologie léniniste à tous les enfants de la jeune URSS : à partir de 1921, à Alma-Ata, est édité, en khazakh, le journal Leninchil jas (La jeunesse léniniste), à partir de 1925, à Tachkent, en uzbek, paraît Ech lenintchi (Le jeune léniniste), à partir de 1927, en mordvien, est édité le journal La voix du komsomol.

9L'enfant soviétique représenté est celui dans lequel le petit lecteur peut d'une part se reconnaître, d'autre part déceler les signes d'appartenance à un groupe structuré, celui des pionniers. De fait, le pionnier, nouvel enfant porteur d'avenir et garant de la réussite de la révolution, n'a aucun trait « national » particulièrement souligné (fig. 1, 2, 3) :

Fig. 1 : Le jeune communiste, 1923, n°1-2.

Fig. 2 : Les jeunes camarades, Journal pour enfants bi-hebdomadaire, 1922, n°2-3.

Fig. 3 : Le chef d’équipe, 1924 (premier périodique destiné aux pionniers).

10tout, depuis son uniforme jusqu'aux traits assez flous qui permettent d'esquisser son physique, vise à souligner la commune appartenance des enfants soviétiques à un monde nouveau, dans lequel tous les liens avec les traditions anciennes sont rompus. Les nouveaux parents de ces enfants sont le Parti et Lénine, leur nouvelle maison l'URSS et leur nouvelle histoire – le futur à construire.

11La nouvelle de Tchingiz Aïtmatov, Le premier instituteur (1962), fournit un bon exemple de la nouvelle éducation dispensée à la jeune génération. L’action se déroule en Kirghizie où, en plein milieu de la guerre civile, un soldat de l'armée rouge revient dans son village natal, envoyé par le parti pour y construire une école. Les enfants ont classe, souvent contre la volonté de leurs parents, dans une maison construite à la hâte, presque sans matériel, mais avec le portrait de Lénine sur le mur. Les anciennes valeurs de la communauté majoritairement paysanne n’ont pas de place dans une éducation socialiste, présentée comme universelle. Cela ne signifie pas que l’esthétique populaire est désormais méprisée par les artistes de la révolution : au contraire, en inscrivant la communauté de pionniers nouvellement construite dans un contexte esthétique plus ou moins traditionnel, l’idéologie socialiste s’insère dans les schémas et systèmes de pensée d’une société qui vit encore aux normes du passé.

12L’utilisation du lubok (équivalent russe de l’image d’Épinal), est particulièrement éclairante (fig. 4).

Fig.4 « Les pionniers autour du feu », V.M.Kostjanicin, Le journal du Travailleur, Moscou, 1928.

  • 11  Cette expression (en russe « lampočka Iljiča ») est apparue à la suite de la visite de Lénine dans (...)
  • 12  « Paysannes, paysans, vieillard et enfants du village sont tous autour du feu. La voix du pionnier (...)

13Les pionniers rassemblés autour du feu, cette version villageoise de la « lampe d’Ilitch »11 représentent une alternative socialiste aux anciennes veillées, tandis que le message accompagnant l’illustration comporte des éléments de comptine populaire12.

L’enfant soviétique à la découverte des enfants du monde

14L'unité, en réalité illusoire, de tous les enfants soviétiques, en théorie en marche vers le même idéal (on a vu le rôle de l'école, de la presse communiste, des organisations de jeunesse) est réaffirmée face à la communauté de tous les enfants du monde, destinés à s'unir à l’instar des « prolétaires de tous les pays ». Les livres pour enfants promeuvent une sorte d'internationalisme enfantin, qui doit fondre en un seul tous les peuples de l'URSS. Ainsi, l'enfant soviétique, qu'il soit russe ou tatar, verra de la même façon le petit Noir, le petit Chinois ou le petit Indien, comme autant d'enfants qui lui ressemblent mais qui n'ont pas la chance de vivre dans le pays du bonheur socialiste. Le pionnier est placé en haut de l’échelle de l’évolution des enfants du monde entier, de la même façon que le prolétaire soviétique surplombe ses semblables étrangers. Le livre pour enfants reproduit, dans ses illustrations, cette métaphore voulue explicite (fig. 5).

Fig. 5 : L’internationale des enfants, éditions d’État, 1926.

15La représentation des enfants de couleur vise donc, paradoxalement, à étouffer toute volonté d'indépendance nationale de la part des peuples allogènes en Union soviétique. L’institution des pionniers fournit aux enfants soviétiques, sinon une nouvelle nationalité, du moins l’assurance d’appartenir à un groupe soudé, uni par des valeurs auxquelles les enfants étrangers n’ont pas encore accès. À l’intérieur du système de pensée communiste de ces années, les seuls « enfants des steppes » possiblement représentés sont non-soviétiques (fig. 6).

Fig.6 : A.Barto, Les petits frères, illustrations de G.Ečeistov, Moscou, 1929.

16Pour ce qui est des livres d'enfants de cette époque, ils poursuivent un double objectif : celui de représenter le réel tel qu'il est et celui d'explorer le monde, en premier lieu l'immense URSS. La vie réelle est à l'honneur dans l'édition du livre pour enfants Vorobej (Le Moineau), fondée en 1923. Ainsi que le souligne Marina Tsvetaïeva en 1931:

  • 13  Marina Tsvetaïeva, Sur le nouveau livre russe pour enfants, 1931, in Œuvres, t.2, Moscou, 1988.

« certes, il y a des moutons, dans la nouvelle littérature pour enfants, mais – de vrais moutons: ils broutent les pâturages du Turkestan et leur laine reste en paquets, au lieu d'avoir été frisée dans un salon de coiffure... le principal en effet, c'est le mouton vivant13 ».

  • 14  S.Polockij, Naša knižka o tom, u kogo kakoj dom, 1926.

17D'autre part, on étudie les différentes coutumes des peuples, mais aussi les différents visages des enfants de l'Union soviétique14. Les enfants deviennent ainsi leur propre objet d'étude, chose possible uniquement dans une optique d'étude socialiste du réel. En effet, ils doivent prendre conscience de leurs différences en même temps que de leur appartenance à l'Union soviétique, par le biais, éventuellement, des avantages qu'offre cette dernière (fig. 7).

Fig. 7 : École bouriate, illustration de A.Jakobson, Bouriatie, 1931.

18Dans cette optique de découverte du réel, comme nous l'avons souligné, il s'agit de connaître les coutumes nationales des peuples et de montrer les avantages du nouveau système socialiste. Finalement, dès les premières années l’on peut suivre l'évolution de l’esthétique du livre pour enfants vers la définition de l’art socialiste promue par Staline :

  • 15  Le lubok vu plus haut peut être perçu comme une mise en pratique de ce mot d’ordre.

« la culture prolétarienne dont le contenu est socialiste, prend des formes et des modes d'expression différents selon les divers peuples qui participent à l'œuvre d'édification socialiste, selon les différences de langue, de genre de vie, etc. Prolétarienne dans son contenu et nationale dans sa forme, telle est l'universelle culture humaine vers laquelle le socialisme est en marche15. »

Les enfants modèles du « patriotisme soviétique » : vers l’uniformisation des représentations

19Avec les changements de politique nationale qui surviennent dès le milieu des années vingt, en premier lieu la formation de l’URSS, de fait système de subordination des républiques jusque là indépendantes au Centre-Moscou, l’indifférenciation ethnique cède la place à une politique volontariste d’uniformisation, cette dernière faisant ressortir les différences entre les Russes et les représentants des autres ethnies. La nationalité devient alors un facteur presque aussi discriminant que l’origine sociale, l’URSS de Staline empruntant à l’Empire des tsars des éléments clés de sa politique nationale. Dans le processus d’élaboration du « patriotisme soviétique », l’enfant sert d’outil idéologique puissant.

  • 16  A.Barto, La petite fille barbouillée, Moscou, 1930.

20Le début des années trente est caractérisé par un durcissement des programmes pédagogiques et politiques. L'enfant doit suivre un parcours unique, guidé par des parents symboliques issus de l'État. Les personnages de livres pour enfants sont tenus d’être soit des enfants modèles qu’il faut imiter, soit des enfants « anti-héros du communisme », comme Devočka čumazaja16 d'Agnia Barto, qui servent de contre exemple. On observe une tendance générale dans les arts plastiques, qui passent tous sous la coupe du « réalisme socialiste », à une représentation utopique de l'enfance. L'enfant des républiques soviétiques est, lui, désormais vu sous le prisme du folklore, qui sert à l’élaboration d'une utopie particulière.

  • 17  Comme l'explique Alain Besançon, la formulation de la doctrine du « patriotisme soviétique » corre (...)
  • 18   Diffusion en Tatarstan du livre de Polejaieva Nous travaillons, qui décrit des petits Russes.

21L'enfant-modèle soviétique, représenté de manière uniforme, est le plus souvent stigmatisé dans des petits personnages typiques (des Stiopka, des Van’ka, des Pavlik, etc...), et ouvertement russifié17. L'on diffuse ainsi, traduits en tatare, des livres dans lesquels sont représentés des enfants apparemment russes, en gommant toute spécificité nationale de l'enfance tatare18. Si, dans les premières années qui suivirent la révolution, l'heure était encore à la découverte des allogènes, il n'est plus question désormais d’accepter telles quelles les autres ethnies dans la communauté soviétique. C'est la russification et acculturation que l'on vise dans les régions peuplées d'ethnies diverses, par exemple en Sibérie :

  • 19  V. Gorbačeva, M. Federova, Les peuples du grand Nord, Arts et Civilisation en Sibérie, Parkstone P (...)

« Durant l'année scolaire, les enfants des groupes nomades ou des villages isolés sont séparés de leur familles et regroupés dans des établissements multiethniques encadrés par des russophones, au sein desquels ils se voient interdire l'usage de leur langue maternelle. L'éducation qui leur y est procurée est radicalement différente de l'éducation traditionnelle. Au sortir des internats, des générations d'autochtones se trouveront en rupture avec leurs parents, leur milieu d'origine, inaptes à reproduire le mode de vie de leurs ancêtres et donc à vivre de manière autonome dans la taïga ou dans la toundra... En l'espace de quelques années, des savoir-faire précieux, des connaissances transmises de génération en génération depuis des siècles et plus, se trouveront anéantis19. »

  • 20  « Sur le nouveau livre russe  pour enfants » (1931), in M.Tsvetaïeva, Œuvres, t.2, Moscou, 1988.

22Marina Tsvétaïeva elle-même souligne: « Les thèmes des livres pour enfants – au fond, il y en a trois. La nature (bêtes, oiseaux, paysages – de Russie surtout), le folklore (contes, légendes, et coutumes de tous les peuples – ceux de la Russie surtout) et le monde contemporain, - ou, si vous voulez, la technique20. »

L’enfant asiatique, pierre de touche de l’utopie socialiste

23L'affiche politique prend le relais du livre pour enfants pour exprimer les tendances de l'époque et le passage plus ou moins subtil de « l'amitié entre les peuples soviétiques » à « l'amitié envers le grand peuple russe ». On y trouve aussi des images d’enfants. Il est intéressant de voir comment ces derniers sont dépeints à la fois en pionniers et en représentants de leurs cultures natales, fortement empreintes de folklore.

24L'enfant ici encore est un adulte en miniature, censé incarner la culture de son peuple et le ralliement volontaire de ce dernier au « grand peuple russe » (fig. 8, 9).

Fig. 8 : Affiche de 1935, « Merci au cher Staline pour notre enfance heureuse »

Fig.9 : Affiche de 1951, « Sous l’égide du grand Staline – en avant vers le communisme ! »

25Les enfants vêtus de costumes nationaux sur les affiches politiques transmettent un message des plus paradoxaux : alors qu’est forgé progressivement le « patriotisme soviétique », dont le point d’ancrage est l’histoire et la culture russe, on ne trouve aucune marque de la culture traditionnelle russe, les seuls éléments de folklore présents renvoyant aux cultures des républiques du sud de l’URSS. L’on peut supposer que la représentation des enfants des « steppes » dans leur costume national souligne leur « asiatisme » par rapport aux autres enfants « occidentalisés » et « civilisés », et donc intégrés au système communiste. Ces « enfants-folklore » ont en quelque sorte repris le flambeau des petits Noirs et Chinois des années vingt (d'ailleurs le livre de Bartko est réédité, avec des dessins beaucoup plus évocateurs), ce qui sous-tend la nécessité de la lutte contre les éléments « arriérés » de ces peuples et ethnies. La réalité historique ne tardera pas à confirmer ces allusions esthétiques, des populations entières, parmi lesquelles les Tatars de Crimée, les Tchétchènes, les Ingouches, les Kurdes d'Azerbaïdjan, les Meskhets, seront bientôt déportées sur ordre de Staline.

26C'est au moment de la collectivisation qui détruit définitivement aussi bien les campagnes russes que la steppe des nomades que la figure de l'enfant au physique non-russe est utilisée pour construire une utopie en images inverse de la réalité. En 1935, année qui marque l'apogée de l'attention portée à l'enfance, du thème de l'enfance heureuse que Staline offrait aux adultes aussi bien qu'aux enfants, paraît la photo célèbre de Staline avec la petite Gelia Markizova (fig. 10), bouriate d'origine, sous le slogan « enfance heureuse ».

Fig. 10 : Staline et Engelsina (Gelia) Markizova (1935).

27L'enfant, dans cette campagne, est un véritable instrument de propagande, de construction d'une sorte de réalité parallèle, et ce pour plusieurs raisons. L'origine ethnique de la petite fille, dans une époque où le « patriotisme soviétique » est triomphant, est ouvertement mise en évidence. Le visage de la petite Gelia n’a de signification que pour autant qu’il est non-slave : l’enfant est photographié comme « représentant » de son ethnie, certes élevé dans le monde socialiste, mais néanmoins différent. Contrairement aux éventuelles représentations d’enfants mongols ou bouriates dans les livres pour enfants des années vingt, destinées à un lectorat enfantin qui devait se reconnaître dans le pionnier au foulard rouge et considérer les coutumes traditionnelles de sa tribu comme du folklore, les photographies de 1935 visent un public adulte, que l’image d’enfant doit rassurer. Le physique mongol et l’utilisation du folklore prennent ici un sens radicalement nouveau : ils sont symboles des minorités exclues de facto de la nouvelle culture politique en formation, nourrie autant des idées socialistes que du patriotisme impérial. L'image de l'enfance (cyniquement appelée « heureuse ») joue sur l'innocence intrinsèque de cette dernière pour promouvoir une action qui, elle, est criminelle, à savoir la collectivisation forcée. L'utilisation du folklore participe à créer l’union illusoire des différents peuples sous le bras protecteur de Staline. Pire, l’enfant lui-même est presque aussitôt conçu comme symbole : lorsque l’on ordonne de remplacer les photographies de Gelia par ceux de Mamlakat Nahtangova (fig. 11), jeune kolkhozienne stakhanoviste au physique semblable, l’on décide de faire passer la première petite fille pour une version plus jeune de Mamlakat, Staline demeurant quant à lui inchangé!

Fig.11 : Staline et Mamlakat Nahtangova (1935).

28L’explication est simple : le père de Gelia est très rapidement fusillé, sa mère est envoyée au Goulag, la petite fille est enregistrée dans un orphelinat sous un nouveau nom de famille. Plus la réalité de l’enfance de Gelia s’éloignait de l’utopie idyllique véhiculée par les photographies et les slogans de 1935, plus son image pouvait servir à des fins de propagande, l’identité perdue de l’enfant dans la réalité étant compensée par une autre, construite de toutes pièces à des fins politiques, l’effet des photographies ayant été assuré précisément grâce à l’individualisation de la petite fille aux côtés de Staline.

  • 21  « Gruzin, Estonec, Russkij i Uzbek / My vse odna semja / I on, i ty, i ja, / Artek, Artek! » Paul (...)

29Après la guerre, la tentative utopique de créer « un peuple soviétique unique dans l'histoire de l'humanité » et de fonder le mythe de « fusion de tous les peuples », pour contrer les velléités d'indépendance des peuples allogènes se prolongea dans la littérature pour enfants, les chants et comptines, les manuels de pionniers (l’un des derniers fut publié en 1987). Paul Thorez se souvient des chansons du camp de pionniers Artek: « Géorgien, Estonien, Russe et Uzbek, / Nous sommes tous une seule famille / Et lui, et toi, et moi, / Artek, artek21! » L’on y perçoit, sans doute, une sorte de retour au léninisme des premières années, du moins dans la forme. L’auteur s'empresse d’ajouter:

  • 22  op.cit. p. 102.

« Qui ne disait mot de son origine ethnique ne pouvait être que russe. Être russe allait de soi en quelque sorte et si je m'étonnais d'entendre mes camarades, quand c'était le cas, confondre souvent dans leurs propos « Russie » et « URSS », « russe » et « soviétique », je ne m'offusquais pas. Je voyais l'Union comme une marmaille bariolée et exotique assemblée autour du grand frère russe, et cette image n'avait rien de péjoratif pour personne22. »

30Au cœur de ce « patriotisme soviétique » triomphant, il n'y a plus de place ni pour la découverte des cultures de peuples allogènes (promouvant l’indifférenciation de tous les enfants soviétiques tant qu’ils sont pionniers), ni pour l'utilisation abusive des images d'enfants au physique non russe au service de la propagande. Dans les faits comme dans les représentations, les générations d'enfants au sortir de la guerre sont encore moins marquées que celles de leurs parents par les traditions issues du monde ancien. L'assimilation est de fait totale à cette ambiguë nationalité soviétique, qui nivelle les cultures par le socialisme avant que n'éclatent, rapidement après la mort de Staline, les premiers conflits de revendications nationalistes.

Haut de page

Notes

1  Claire Mouradian, « Les Russes au Caucase », in Le livre noir du colonialisme, Marc Ferro (dir.), Robert Laffont, Paris, 2003.

2  Alain Besançon, « Nationalisme et bolchévisme », Passé Turco-tatar, présent soviétique, études offertes à Alexandre Benningsen, Ch.Lemercier-Quelquejay et alii (éd.), Éditions de l'Écoles des hautes études en sciences sociales, Civilisations et Sociétés, 1986, p. 445.

3  Andreas Kappeler, La Russie, Empire Multiethnique, Paris, Institut d'études slaves, 1994, 415 p. (traduit de l'allemand par Guy Imart).

4  Ainsi que l'explique Alain Besançon, « L'art bolchévik de gouverner consiste à faire accepter la russification qui accompagne la soviétisation, au nom de l'internationalisme prolétarien et de la légitimité socialiste du pouvoir, puis de la faire accepter une deuxième fois comme un sacrifice qu'il faut offrir à la grandeur ou à la survie de la nation. » Alain Besançon, op.cit., p 447.

5  Gumilev L., Drevnjaja Rus' i velikaja step' (L'ancienne Russie et la grande steppe), 1989.

6  Ouzbékistan, Turkménistan, Kazakhstan, Kirghiztan, Tchétchénie, Azarbaïdjan et Arménie.

7  Françoise Lévèque, Serge Plantureux, Dictionnaire des illustrateurs de livres d’enfants russes et soviétiques (1917-1945), Bibliothèque de l’Heure Joyeuse, 1997.

8   L’enfant-adulte deviendra dans les années trente un mythe qui atteindra son apogée avec Pavlik Morozov, dont les « exploits » seront chantés à travers le pays, en premier lieu par Gorki.

9  C'est ce que dira B. Cendrars en 1929 :« Tout le monde sait qu'en Russie, les enfants sont les seuls profiteurs de la révolution, les seuls. Tout leur appartient, le pays, les villes, les trains, les avions, l'avenir... », in Le livre d'enfants en URSS, 1929. Renvoyons aussi à la chanson de Edwin Gernle, publiée dans sa brochure Communist Youth Mouvement, traduit en russe en 1925 (Moscou, Molodaja Gvardija) : « Enfants de l'Union! Vous êtes plus heureux que d'autres / Dans le rouge pays libre des soviets ! »

10  Carole Hardouin-Thouard, L'enfant dans la littérature russe et soviétique, 1914-1953, « Père ou fils de l'homme », Paris, L’Harmattan, 2008.

11  Cette expression (en russe « lampočka Iljiča ») est apparue à la suite de la visite de Lénine dans le village de Kašino en 1920, à l’occasion de l’inauguration d’une centrale électrique locale. Initialement, le concept de « lampe d’Ilitch » renvoyait à l’électrification de la Russie, en premier lieu des campagnes.

12  « Paysannes, paysans, vieillard et enfants du village sont tous autour du feu. La voix du pionnier résonne, Ses yeux brillent, tous écoutent exaltés son message. Illuminée du feu rouge, sonnante de vérité, partout, partout s'infiltre la parole d'Iliytch. Et partout, fidèles à leurs promesses, dans les champs et les montagnes, les pionniers allument le feu léniniste! »

13  Marina Tsvetaïeva, Sur le nouveau livre russe pour enfants, 1931, in Œuvres, t.2, Moscou, 1988.

14  S.Polockij, Naša knižka o tom, u kogo kakoj dom, 1926.

15  Le lubok vu plus haut peut être perçu comme une mise en pratique de ce mot d’ordre.

16  A.Barto, La petite fille barbouillée, Moscou, 1930.

17  Comme l'explique Alain Besançon, la formulation de la doctrine du « patriotisme soviétique » correspondait à la double nécessité d'établir la stabilité de la nouvelle URSS composée de multiples ethnies en majorité désireuses d'indépendance et d'y procéder en sauvant l'élément russe, central dans la genèse du parti. Le nationalisme grand-russien qui en résulta, associé à l'esprit de « l'amitié entre les peuples », donna le « patriotisme soviétique », qui fit que tous les enfants de l'URSS appelaient l'URSS leur « Patrie », sous entendant, pour chacun, son village natal. Plus loin, A.Besançon précise : le « patriotisme soviétique » fut l'expression ad extra du nationalisme russéen tant qu'adjuvant et moteur de la communisation. Toute avancée du communisme s'accompagne d'une avancée de russisme. ». Alain Besançon, op.cit.

18   Diffusion en Tatarstan du livre de Polejaieva Nous travaillons, qui décrit des petits Russes.

19  V. Gorbačeva, M. Federova, Les peuples du grand Nord, Arts et Civilisation en Sibérie, Parkstone Press, New York, 2000, p. 52.

20  « Sur le nouveau livre russe  pour enfants » (1931), in M.Tsvetaïeva, Œuvres, t.2, Moscou, 1988.

21  « Gruzin, Estonec, Russkij i Uzbek / My vse odna semja / I on, i ty, i ja, / Artek, Artek! » Paul Thorez, Les enfants modèles, Paris, Gallimard, 1984, p. 102.

22  op.cit. p. 102.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le jeune communiste, 1923, n°1-2.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 2 : Les jeunes camarades, Journal pour enfants bi-hebdomadaire, 1922, n°2-3.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 3 : Le chef d’équipe, 1924 (premier périodique destiné aux pionniers).
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig.4 « Les pionniers autour du feu », V.M.Kostjanicin, Le journal du Travailleur, Moscou, 1928.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 5 : L’internationale des enfants, éditions d’État, 1926.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig.6 : A.Barto, Les petits frères, illustrations de G.Ečeistov, Moscou, 1929.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 7 : École bouriate, illustration de A.Jakobson, Bouriatie, 1931.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 8 : Affiche de 1935, « Merci au cher Staline pour notre enfance heureuse »
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig.9 : Affiche de 1951, « Sous l’égide du grand Staline – en avant vers le communisme ! »
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 10 : Staline et Engelsina (Gelia) Markizova (1935).
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig.11 : Staline et Mamlakat Nahtangova (1935).
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/568/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daria Sinichkina, « L'enfant des steppes dans l'imagerie et la littérature soviétique pour enfants (1917-1953) », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/568 ; DOI : 10.4000/strenae.568

Haut de page

Auteur

Daria Sinichkina

École Normale Supérieure

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org