Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nelly Chabrol Gagne, Filles d’albums. Les représentations du féminin dans l’album

Anne Larue
Référence(s) :

Nelly Chabrol Gagne, Filles d’albums. Les représentations du féminin dans l’album, Le Puy-en-Velay, L’atelier du poisson soluble, 2011, 240 p., 38 euros.

Texte intégral

1Ce n’est pas parce que les écrivaines et illustratrices sont souvent femmes que les codes de l’album d’enfance et de jeunesse, ce doux produit apparemment si anodin de l’édition, font la part belle au refus du sexisme ; au contraire, les albums en question continuent à être, malgré de très remarquables hapax, d’un sexisme forcené, ce que dénonce ici avec vigueur l’essai de Nelly Chabrol Gagne, Filles d’albums.

2Ce livre est doublement bienvenu : pour la qualité de son analyse, la précision de ses références, l’enjeu de sa recherche, d’une part ; et aussi en tant qu’outil pour les éducatrices/éducateurs. Il est étonnant de voir comment, d’emblée, les « grands jalons » de la toute nouvelle histoire de l’album d’enfance et de jeunesse, encore à peine esquissée, sont déjà fortement masculinistes. Chacun/chacune s’accorde déjà à qualifier de « chef-d’œuvre » Babar ou Max et les maximonstres, sans laisser aucune place, à côté, à Rose Bombonne ou à Julie qui avait une ombre de garçon. Je sais, pour avoir testé dans mon enseignement une parité rigoureuse (et non pas approximative) combien il est encore difficile de s’y tenir, combien le tsunami masculiniste l’emporte encore, comme le plus commun des préjugés.

3Au moment où, en fait, s’élabore un corpus de référence, car je crois que nous sommes dans l’élaboration de ce moment, dans cette phase de construction euphorique et essentielle, il importe plus que jamais de ne pas être sexiste. Si le sexisme continue à sévir dans notre société, les tenants ordinaires du patriarcat, ceux qui le mènent jour après jour sur son petit « bonhomme » de chemin parviendront-ils à endurer la mésestime dont ils seront accablés ? Tel est l’enjeu, aussi bien, pour les créatrices et créateurs, les enseignants/enseignantes et tous/toutes les acteurs/actrices de la vie sociale et culturelle : pouvoir continuer à se regarder dans la glace, comme on dit, sans y voir un monstre ordinaire. Que sera l’humanité si une moitié d’elle même refuse son estime à l’autre moitié ? Ce n’est pas rien, comme le note Nelly Chabrol Gagne en dernière ligne de sa conclusion.  Il n’est plus temps de dire, en réponse apaisée à une prétendue « guerre des sexes », « on les aime bien, les hommes, au fond ». Les victimes du sexisme de certain/certaines n’hésitent désormais pas à faire la part des choses, et à trier sur le volet ceux et celles qui méritent leur estime et ceux et celles qui ne la méritent pas. C’est, je crois, un grand pas en avant collectif : apprendre à détester, et à le dire quand c’est détestable. C’est triste à dire, mais la plupart des albums de jeunesse sont détestables. C’est ce que montre, preuves à l’appui, l’auteure de Filles d’albums.

4Alors, écrivains/écrivaines, éditeurs/éditrices, illustrateurs /illustratrices, voulez-vous ne pas être détestés ? Avec Filles d’albums, vous savez ce qui vous reste à faire. Et tant pis pour le prétendu « goût du public » (que vous formez en réalité aux normes de la domination patriarcale, à votre corps défendant) et tant pis pour le prétendu « marché ».

5Cet essai arrive, historiquement, au bon moment : au moment où l’intérêt envers l’histoire de l’album commence à s’affirmer. À ce titre, il prend une place constitutive dans la bibliographie des chercheurs/chercheuses en la matière. Il oriente d’emblée la recherche sur la littérature de jeunesse vers ce qui à mon sens fait son véritable intérêt, par rapport aux rassotages mausolesques sur les vieilles gloires panthéonisées par les époques traditionnelles, racistes, sexistes et courtes de vues. Je déplore pour ma part que la « recherche en littérature », en France, se résume trop souvent à des palabres fatiguées qui ne font qu’entretenir sans réflexion les gloires désuètes élaborées par le XIXe siècle, siècle très féministe comme on sait... Avec la littérature de jeunesse, on est en présence d’un « matrimoine » plus qu’un patrimoine, ce qui permet un décalage dans nos habitudes. Impossible dès lors  de reproduire à l’identique les petites façons de faire ordinaire du patriarcat.

6L’auteure traque impitoyablement les clichés dans les moindres recoins où, telles des bêtes repues et toujours en éveil, ils se tapissent en espérant qu’on ne les verra pas. La nouvelle née ? Connaît pas. C’est toujours, dans la majorité des albums, le beau petit mâle florissant, reflet indirect du « ah, pourvu que ce soit un garçon », qui continue à sévir. Au passage, l’analyse écornifle tout un faisceau d’idées reçues qui collent étroitement à ce paradigme : la grossesse heureuse et top secrète, l’amour et la fraîcheur limpide, l’enfance idéale, et mille petites choses dans les postures sur les dessins, les détails de la représentation qui induisent la domination du « féminin ». L’enquête se poursuit avec une question essentielle : les petites filles représentées sont de moins en moins modèles, mais est-ce porteur d’espoir ? Autrement dit, assiste-t-on au retour rampant du patriarcat par la petite porte ? Les attaques frontales contre le sexisme sont-elles efficaces ? L’analyse de l’ambivalence entre un contexte éditorial porteur et le retour des vieilles badernes est ici très fine. L’auteure remarque que les fillettes d’album ne sont ni pirates ni mousquetaires, et qu’il reste difficile pour elle de voir élargir véritablement leur horizon. Bref, on en est au stade où les rôles restent figés, la différence étant (et elle est de taille) qu’à présent, les stéréotypes nous sautent enfin à la figure, et on ose les récuser. Il y a du progrès.

7Nelly Chabrol Gagne cherche ensuite désespérément des jeunes filles aux « talents hauts ». La maison d’édition Talents hauts, encore une étoile qui brille dans notre nuit trop noire ! En étudiant des figures (Antigone, Juliette…) elle met en évidence un choix d’héroïnes marquées par la négativité. À quoi pensent les jeunes filles dans les albums ? À l’amour hétérosexuel (l’amour homosexuel reste sans « voix »), et à un destin qui, quelles que soient les éventuelles incursions dans un espace de liberté, reste furieusement tracé dans le cadre des normes établies. On n’en sort pas !

8Les femmes. Les mères. Les femmes seules. Les mères seules. Nelly Chabrol Gagne débusque et rabroue là encore le sexisme ordinaire, et toujours propose un appel d’air, une porte de sortie. Au sujet des vieilles, elle épingle notamment le préjugé d’un renouvellement mécanique de « la vie », après la mort de l’aïeule, par le retour aux stéréotypes de la société. On croirait Le Roi Lion, c’est à vomir. Le vieux veuf attend la visite de ses enfants et bientôt un nouveau petit. La maladie d’Alzheimer  se trouve haussée au rang de mal représentatif de notre société vieillissante ; les vieilles l’ont en majorité… Vieilles, mais pas ridées, selon l’impératif de rester toujours jolies, les vieillardes des albums ont le choix entre la mort vite remplacée par un bébé ou l’impératif de transmission ; parfois les deux…

9Le dernier chapitre de l’essai, « Les oubliées et les rescapées », montre comment la grande Histoire a été formatée par et pour les hommes, n’ayant toléré que très peu de rescapées de cette grande machine idéologique. Comment sont traitées, dans les albums, ces rares figures ? Mal ! Émilie du Châtelet est montrée comme bourrelée de passions, jalouse et suicidaire ; idem pour Frida Kahlo, malade, invalide ; et que dire de Berthe Morisot, réputée avoir conduit sa double vie d’artiste et de mère avec une égale réussite ! Histoire de n’offenser personne, sans doute ? J’ajouterais volontiers que Frida Kahlo (et pas seulement dans l’album de jeunesse) est toujours représentée comme une héroïne négative, qui semble « payer » son talent de peintre par une vie très malheureuse, entre maladie et tromperies d’amour. Quelque chose dans ce genre de « légende » semble dire : « fille, tu veux être peintre ? D’accord, mais tu souffriras dans ton corps et ton mari te trompera ! » (On n’a pas déjà entendu ça quelque part ? Au jardin d’Eden, je crois ?).

10Après le livre de Nelly Chabrol Gagne, il n’est plus possible de ne pas prendre conscience de l’effroyable sexisme des albums. C’est le but de ce livre que de produire une prise de conscience – il se peut que le sens critique s’éclipse dès qu’il est question des mignons petits enfants ou du souci didactique, dont l’auteure montre dans son introduction qu’il est là, toujours présent, quoique prétendant avancé plus masqué que jadis. Des images, des couleurs, et nous voilà leurrés/leurrées ! Nous ne le serons plus, dès lors.

11Que faire, maintenant ? Mon unique regret est que l’ouvrage ne propose pas un corpus opérationnel, disons une première esquisse pour nous faire sortir de l’ornière. On reste un peu sur sa faim, surtout si on savait déjà à quel point la littérature est sexiste (et pas seulement la littérature dite d’enfance et de jeunesse). On aimerait à présent une sorte de pendant de ce premier essai, celui qui analyserait avec le même sérieux les chefs-d’œuvre de la littérature de jeunesse libre et non-sexiste. Histoire de promouvoir, à côté des « chefs-d’œuvre » masculins qui déjà commencent à s’ancrer dans leur place au nom de la tradition patriarcale masquée, quelques « chefs-d’œuvre » de talent où s’allieraient liberté de penser contre les normes sexistes en vigueur et la reconnaissance. Ce serait déjà intéressant de se demander pourquoi, systématiquement, on écarte volontiers les albums non-sexistes, comme ceux d’Adela Turin, de ce nouveau panthéon en cours de construction. On leur trouve des défauts, des imperfections, que sais-je… c’est considéré comme moins bien. Vraiment ? Préjugés pas morts.

12À la fin de son livre, Nelly Chabrol Gagne exhorte avec vigueur les créatrices/créateurs à une prise de conscience dans leur travail même. À quoi bon avoir du talent si c’est pour véhiculer les préjugés ? À quoi bon si on est incapable de produire des représentation où l’ « activation fantasmatique » (E. Chirouter) ne peut jamais être féminine ? Attention Album ! le mot d’ordre d’Adela Turin, commenté dans l’introduction, reste plus que jamais d’actualité aujourd’hui. L’auteure, dans sa conclusion, en appelle, en somme, à la responsabilité des artistes, fût-ce devant la toute-puissance financière et les impératifs éditoriaux, sans compter le soi-verdict du public qu’on a en réalité formaté en amont. Toute une éducation reste à faire.

13Pour nous, chercheur/chercheuses, il importe extrêmement à ce stade d’être vigilants/vigilantes sur le réflexe masculiniste que toutes et tous nous entretenons souvent malgré nous. Les albums de jeunesse sont un lieu de création graphique qui, pour être minoré par « l’art contemporain », fidèle à sa tradition aristocratique des « œuvres », n’en est pas moins sensible et reconnu par le peuple ; il serait dommage que quelque chose d’aussi beau et d’aussi réellement créatif soit gâché par le sexisme et la bêtise. C’est un enjeu humanitaire général.

14Le foisonnement de la documentation de Nelly Chabrol Gagne a une visée essentiellement dénonciatrice. Selon ses propres mots, quand on cherche des albums simplement corrects idéologiquement, il faudra encore « patienter ». Il est somme toute extrêmement triste qu’on en soit encore là. Pauvre France ! Est-ce mieux en Grande-Bretagne, en Scandinavie ou ailleurs ? On se le demande.

15Une dernière question : le constat pessimiste de Nelly Chabrol Gagne est-il légèrement exagéré ? Elle note par exemple que les parcours transgenre dans l’album de jeunesse restent « quasiment inexistants », ainsi que « celles et ceux qui mettent du jeu dans le genre auquel la société les a assigné-e-es ». Oui, elle a raison, ces parcours sont quasi-inexistants. Mais si nous tentons, en tant que pédagogues, de les chercher, de les débusquer dans l’ombre des bibliothèques, de les analyser, de les valoriser, de les rééditer – et avec eux, les parcours « féminins » intéressants et atypiques – au lieu de ressasser notre discours bien rodé sur Babar ou Max et les maximonstres, si nous cessons de gober les déjà-panthéonisées références « incontournables », peut-être reste-t-il en nous un espoir de ne pas « reproduire » à notre tour les invariants impensés du patriarcat. Nous avons aussi, en tant que passeur/passeuses et promotrices/promoteurs de la littérature de jeunesse, une responsabilité, comme les artistes. Par exemple celle de ne pas hurler avec les loups ou louves, et de ne pas trouver nul ou non avenu, d’emblée, un album féministe – j’en reviens à Adela Turin, taxée sans réfléchir, par beaucoup, de « didactisme », pourquoi tant de haine? Est-ce qu’inversement on reproche à Petit Ours brun d’être didactique ? Ce genre de jugement, prétendu libre, est en réalité asymétrique sans le savoir. Comme par hasard, ce sont toujours les albums féministes qui se trouvent dans son collimateur, et non pas les ignominies ordinaires, comme le très très mignon Petit Ours brun avec sa famille idéale et mièvre. Reproche-t-on à cet ours de soutenir une « thèse » ? Et pourtant, quand maman ourse, la mère parfaite, fait de la pâtisserie pour son chéri, n’est-on pas en présence d’une soutenance de thèse patriarcale, encore une, toujours la même de surcroît ?

16Place aux tentatives des Éditions des femmes, dans les années soixante-dix, qui ont marqué leur époque comme le note Isabelle Nières-Chevrel dans son Introduction à la littérature de jeunesse. Place à Nicole Claveloux, à Christian Bruel et tant d’autres. Place à Talents Hauts, qui publie par exemple Contes d’un nouveau genre – ça change !  Place à iXe, les nouvelles éditions promues volontairement en temps de crise par Oristelle Bonis, et dont on attend impatiemment les futurs albums de jeunesse. Et honneur à l’atelier du Poisson soluble qui a publié cet essai, Filles d’albums, avec un soin extrême dans la présentation, la typographie, les illustrations. Un vrai corpus d’albums de jeunesse est en train d’être élaboré. L’enjeu est grand. Ne le laissons pas construire par ceux qui ne méritent pas notre estime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Larue, « Nelly Chabrol Gagne, Filles d’albums. Les représentations du féminin dans l’album », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://strenae.revues.org/556

Haut de page

Auteur

Anne Larue

Université Paris 13

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org