Navigation – Plan du site
Dossier thématique

De la prise de pouvoir à la prise de conscience : construction et déconstruction de l’idéologie coloniale dans l’œuvre illustrée de François Place

Laurent Bazin

Résumé

Problème complexe dans l’imaginaire collectif, la question coloniale traverse l’œuvre illustrée de François Place : de la fascination pour l’exploration à la découverte à la prise de conscience désenchantée, les différents ouvrages de cet auteur-illustrateur dessinent un cheminement intellectuel et une évolution aux enjeux tant idéologiques que littéraires et graphiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Place François, Atlas des géographes d’Orbae, Tome 3, Paris, Casterman, 2000, p. 58.

« Lorsque le ministre des Nouvelles Colonies l’avait convoqué dans son bureau, quelques trois ans auparavant, il était loin de se douter que cette aventure changerait à ce point sa vie... »1

Dialectique de la colonisation et de l’illustration

1La question coloniale occupe dans l’imaginaire collectif français une position complexe, héritée du long travail de façonnement des esprits conduit depuis plus d’un siècle par l’État autour de leviers idéologiques puissants, au premier rang desquels les thèmes dominants de la mystique républicaine, du rayonnement culturel et de la grandeur de la France dont la combinaison tend à ériger en modèle légitimé le principe d’acculturation. L’identité nationale s’est construite autour de ces postulats véhiculés par l’imagerie d’Épinal et les vignettes de manuels, elle s’en est même nourrie jusqu’en ce début de troisième millénaire encore largement dépositaire de l’héritage idéologique légué par la troisième République. Rien d’étonnant alors que l’hexagone perpétue aujourd’hui encore une vision globalement positive voire positiviste de l’histoire coloniale, à la différence des aires géoculturelles marqués par l’influence anglo-saxonne où l’apologie du colonialisme s’est vue très vite battue en brèche par le contre-discours postcolonial et ses déclinaisons ; et c’est pourquoi on trouve encore si aisément, en littérature générale autant que de jeunesse françaises, une propension à la mémoire nostalgique, au souvenir valorisant voire à l’apologétique tant les mentalités restent aisément tributaires d’une Histoire érigée en passé glorieux.

2Aussi est-il d’autant plus intéressant de trouver chez un même auteur les traces d’un cheminement intellectuel conduisant d’une extrémité du spectre à l’autre à l’échelle d’une production étendue sur plusieurs années. Précisons qu’il ne s’agit pas ici de tenter de rendre compte d’une hypothétique attitude morale que l’auteur, en tant que personne, adopterait pendant sa vie vis-à-vis de l’épineuse question de la colonisation ; mais bien de chercher dans les textes eux-mêmes les traces de la relation complexe qu’ils entretiennent avec la problématique de l’altérité. L’objet de cette étude sera donc d’étudier cette évolution qui se fait jour dans l’œuvre, en mettant en évidence les étapes de ce qu’on pourrait appeler une « conversion » au fil du temps, soit le processus de maturation qui fait passer d’une conception enthousiaste de l’exploration à la prise de conscience des dangers qui y sont liés voire à la dénonciation virulente de ses méfaits. On privilégiera pour ce faire des ouvrages où François Place intervient à la fois comme auteur et comme illustrateur, donc en assumant l’intégralité des modalités de l’instance auctoriale à la différence d’autres œuvres dont il assure seulement l’accompagnement en images.

3Or à peine adopté ce parti-pris de corpus, on ne peut qu’être frappé par l’importance quasi-obsessionnelle qu’occupe dans l’œuvre la thématique de l’exploration des rivages lointains, pays inconnus et terres inexplorées ; on peut même y voir une constante de l’imaginaire d’un auteur hanté depuis l’enfance par les récits de voyages et autres aventures au-delà des mers au point d’en faire l’un des motifs structurants de son œuvre narrative. On trouve ainsi, dans l’ordre chronologique qui met en évidence une évolution dialectique de la relation entre mimesis et fiction :

  • 2 Place François, Le livre des navigateurs, Paris, Gallimard Jeunesse, 1988 ; Le livre des explorateu (...)

4des ouvrages à dimension encyclopédique où le voyage planétaire est emblématisé à travers de grandes figures historiques présentées en parangons de la conquête2;

  • 3 Place François, Le livre des géants, Paris, Casterman, 1992.

5un récit alternant entre une vision historiciste du monde (l’Angleterre victorienne à l’âge d’or de l’expansion coloniale) et un ailleurs mythique (le pays des géants)3;

  • 4 Place François, Atlas des géographes d’Orbae, Tomes 1-2-3, Paris, Casterman, 1996-1998-2000.

6un ensemble de récits regroupés sous une forme ostensiblement encyclopédique alors même qu’ils décrivent des univers imaginaires inventés de toutes pièces4.

7Les fils conducteurs qui articulent ces différents récits entre eux sont de deux ordres : d’un point de vue thématique, c’est le motif de l’exploration sous toutes ses formes, de la découverte d’un nouveau monde aux métamorphoses qui s’ensuivent ; d’un point de vue esthétique c’est le recours systématisé à la description ethnographique, les mots comme les images étant mis au service d’une reconstitution figurative de l’univers et de la civilisation représentés. Cette dimension quasi-anthropologique, rehaussée par le goût de la description, la précision du trait et la recrudescence des détails caractéristique de l’œuvre illustrée de Place, est d’autant plus intéressante qu’elle constitue une sorte de transcription en abyme de l’entreprise coloniale : faire œuvre d’ethnographe c’est en effet, d’une certaine façon qui a d’ailleurs longtemps caractérisé l’histoire de la discipline en France, s’efforcer de canaliser l’altérité du monde exploré en en modélisant l’étrangeté dans les schèmes rassurants de l’expérience occidentale ; c’est donc tout aussi bien, sans toujours s’en rendre compte, en revenir à le coloniser (conceptuellement ou visuellement), ce que l’ethnologue comme l’illustrateur font chacun à leur manière en coulant les modalités de la différence dans les formes maîtrisées de l’inventaire, du catalogue et de la planche à dessin.

Première époque : l’enfance fascinée

  • 5 Cité in Bon François, François Place illustrateur, Paris, Casterman, 2000, p. 23.

« Quelque chose qui soit pour moi, juste en un dessin, tout le rêve qu’on a aux voyages de Dumont d’Urville. »5

8C’est avec cette ambivalence constitutive d’une approche ethnocentriste de l’exploration que s’ouvrent les premiers ouvrages de François Place, placés sous le sceau d’une entreprise certes bénévolente dont on ne peut contester l’intention éducative mais qui, probablement à son insu, sacrifie néanmoins souvent au réductionnisme ethnographique « à l’européenne ». Tout se passe comme si le jeune auteur (ce sont ses premiers livres signés de son seul nom propre), tout enflammé à l’idée de partager son enthousiasme pour la littérature d’aventures et les récits de voyage, allait concentrer dans ses premières créations les rêveries idéalisées d’une enfance fascinée par le départ en mer et la conquête d’horizons lointains. Ainsi s’enclenche une apologie des grandes figures mythiques du voyage, de la découverte et même de la commercialisation, dans un programme de colonisation que la série des titres sous-entend implicitement : les navigateurs, puis les explorateurs et enfin les marchands, soit le mouvement de marées successives par lesquelles une civilisation est amenée à en recouvrir une autre à coups d’itinéraires, de cartographies et d’actes de négoce.

9On ne saurait pour autant suspecter l’auteur d’intentions négationnistes quant aux méfaits de la colonisation. En témoigne par exemple une petite note dans le lexique explicatif qui clôt le Livre des explorateurs, l’ouvrage le plus représentatif de la série, sur une présentation en demi-teintes puisque la valorisation de l’action positive des colons sur la nature est tempérée par le constat que la culture ainsi instaurée peut se faire au détriment du facteur humain :

  • 6 Place François, Le livre des explorateurs, Paris, Gallimard Jeunesse – Découverte Cadet, rééd.1996, (...)

Colonisation
C’est l’exploitation des terres découvertes par les nouveaux arrivants : les colons.
Elle se fait le plus souvent au détriment des populations indigènes qui sont réduites en esclavage ou mises sous tutelle.6

10Mais cette notice, reléguée en toute fin de volume, est tempérée en cours d’ouvrage par des choix narratifs qui induisent une valorisation positive des personnages érigés en sujets de la quête. On peut citer par exemple le récit de l’exploration conduite par Fernando de Soto sur le Mississipi, où l’instance énonciative assume clairement un positionnement axiologique en faveur des explorateurs :

  • 7 Idem, p. 36. On trouve un exemple similaire dans Le livre des navigateurs qui s’apitoie sur le sort (...)

Dans les marécages de Floride, caïmans et serpents venimeux ne sont pas les seuls dangers auxquels les Espagnols doivent faire face : ils sont en butte aux attaques meurtrières des Séminoles, maîtres dans l’art de l’embuscade.7

  • 8 Cf. par exemple Le livre des explorateurs, op. cit. p. 31 et 35 ou encore Le livre des navigateurs, (...)
  • 9 C’est le nom du dernier chapitre du Livre des explorateurs, op. cit., p. 72-73.
  • 10 « L’Australie est déclarée « Terra Nullius » (terre inoccupée) alors que les Aborigènes y vivent de (...)
  • 11 Idem. Le même phénomène irrigue Le livre des navigateurs, où la survalorisation des marins explorat (...)

11C’est tout le paradoxe d’un texte qui, par certains aspects, n’est pas insensible aux travers de la conquête8 mais qui, par décision actancielle en amont du projet éditorial, institue en sujet premier du récit la figure de l’explorateur érigé en héros de l’aventure humaine. La série des chapitres confirme cette hiérarchie originelle instituée par le parti-pris narratif entre celui qui se déplace (et partant transfigure) et celui qui reçoit (donc est revisité) : « un Grec chez les Barbares », « un franciscain chez les Mongols », « deux religieux français chez les lamas tibétains », « un missionnaire au cœur de l’Afrique inconnue » etc. On est bien dans l’épopée mystique d’un Occident parti à la rencontre des Terrae Incognitae9 du globe ; le vieux continent part à la rencontre de nouveaux mondes qu’il fait accéder à l’existence par un tour de passe phénoménologique : les terres restent « inconnues » aussi longtemps que l’Europe ne les pas encore identifiées et le colonisé n’existe que dans la vision de son explorateur. Place a certes conscience du risque, qu’il évoque dans une vignette en marge de l’épopée de Robert Burke10 ; mais de façon significative le chapitre est exclusivement dédié à « l’exploit » du héros dont est ici valorisée, par-delà le courage et l’énergie, la capacité performative à faire venir au monde l’Australie par la traversée qu’il en effectue, reliant « la côte sud à la côte nord, seule en contact avec le reste du monde »11.

  • 12 Le livre des explorateurs, op. cit., p. 34-35.

12Le même phénomène se retrouve de façon exemplaire dans le chapitre consacrée à la conquête du Chili12. Le texte qui décrit l’expédition de Valdivia dans la Cordillère exemplifie le rôle de pionnier alloué à des conquistadors entraînant derrière eux la masse indistincte d’une civilisation qui s’ignore en tant que telle mais que l’arrivée des Européens va faire entrer dans l’histoire occidentale :

Cent cinquante Espagnols, plus de dix mille porteurs indiens, des artisans de tous corps de métier, des centaines de lamas, de chevaux, de mules, du bétail en abondance, des porcs, de la volaille etc. ; l’exploration, la conquête et la colonisation avancent du même pas !

13Mais c’est surtout l’image qui illustre le mieux ce saisissant raccourci de la chronologie historique : on y voit, sur fond de montagnes enneigées, une immense colonne venue du fond de l’horizon et s’avançant vers le devant de la scène où trônent les conquistadors à cheval tandis que les autres participants de l’équipée sont relégués dans un arrière-plan si éloigné par la perspective qu’on ne les distingue pas. On ne saurait mieux dire tout à la fois le mouvement même de l’Histoire (de l’informe des civilisations dites primitives à la formalisation par l’Europe conquérante) et celui de la création (de la page blanche à la figuration) : une fois encore illustration et colonisation sont confondues dans un même mouvement d’appropriation de l’altérité.

  • 13 Bhabha Homi, Les lieux de la culture – Une théorie post-coloniale, Paris, Payot, 1997, chapitre 3, (...)

14On retrouve ainsi, bien que de façon latente, l’une des constructions discursives favorites du colonialisme telles qu’identifiées par la théorie postcoloniale, à savoir « la construction idéologique de l’altérité »13 qui en constitue le levier favori : la culture du colonisé est structurellement constitutive de l’identité culturelle du colonisant qui s’en nourrit au nom d’une prééminence de la capacité de conceptualisation. Emblématique à cet égard, la couverture de l’édition originale rehausse le personnage représenté en l’extrayant de l’à-plat de la page par un effet de profondeur qui lui confère une sorte de dimension supplémentaire par rapport aux vignettes schématisées de l’arrière-plan : le découvreur de mondes est ici celui qui les éveille, leur donne vie et relief, donc les conceptualise en tant que sujets – bref celui qui fait naître à la civilisation bêtes et bons sauvages dans le regard qu’il porte sur eux et le récit qu’il en consigne. C’est ce que suggère en case 6 de la même couverture un portrait caractéristique du voyageur en ethnologue, à la façon d’un Humboldt auquel sera justement consacré un chapitre valorisant son pouvoir de systématisation :

  • 14 Place François, Le livre des explorateurs, op. cit., p. 47.

À son retour Humboldt, vénéré par la communauté scientifique européenne, publie de nombreux ouvrages, dont un remarquable tableau des Amériques réunissant pour la première fois toutes les données disponibles sur un continent.14

15Un croquis de singe dessiné par Humboldt est d’ailleurs inséré au milieu des compositions de Place, marquant ainsi la continuité des démarches dans le temps mais aussi dans l’esprit : l’illustrateur et l’ethnologue sont non seulement des avaleurs d’espace mais aussi des croqueurs de mondes qui phagocytent le réel au gré de leurs croquis ; apprivoisant l’altérité en la représentant, ils l’inscrivent dans les cases épistémologiques du savoir occidental, ce qui revient au fond à modéliser l’étranger pour mieux le coloniser.

Intermède : la conscience malheureuse

  • 15 Place François, Le livre des géants, op. cit., 74.

« Un silence vertigineux de révolte, d’horreur et de douleur m’enveloppa. »15

  • 16 Idem, p. 14.
  • 17 Idem, p. 18.

16Au terme de cette première période le jeune auteur-illustrateur a donc tout à la fois réalisé un rêve d’enfance – à savoir, précisément, donner forme à ses rêveries d’enfance en faveur de l’aventure et de l’exploration – et, simultanément, commencé de toucher du doigt quelques paradoxes de la représentation dans les rapports ambigus qu’elle entretient avec la différence. Pour aller plus loin dans la réflexion et prendre conscience des dérives inhérentes aux processus d’acculturation, il va falloir mettre à distance l’héritage héroïque de l’imaginaire colonial et, pour ce faire, en exposer la cruauté latente : c’est à cette tâche qu’est dédié l’album des Derniers Géants. À la différence des trois ouvrages précédents, on quitte ici l’univers pseudo-mimétique de la didactisation encyclopédique ; s’y substitue un récit d’aventures dans la lignée des lectures de jeunesse d’un auteur qui, comme son personnage, « rêvait de mondes perdus, d’îles oubliées, de terres inconnues »16. Mais le livre n’est pas seulement un vibrant hommage aux Melville, Stevenson et autres Jules Verne, puisqu’il ajoute à la narration romanesque une réflexion spéculaire sur le statut même de la représentation, esthétique autant qu’ethnologique ; présenté dès la première image muni d’un carton à dessin puis, dans la suivante, au milieu d’une bibliothèque remplie d’ouvrages et de souvenirs de voyage, le narrateur est présenté en « voyageur scientifique »17, mi-savant mi-aquarelliste et, à ce titre, peut raisonnablement passer pour un portrait de l’artiste en anthropologue appelé à faire connaître au monde les terres inconnues de la fiction.

  • 18 Idem, p. 68.
  • 19 Idem, p. 34.
  • 20 Idem, p. 40.
  • 21 Idem, p. 24.
  • 22 Idem, p. 34.
  • 23 Idem, p. 42.
  • 24 Idem, p. 48.

17Car le pays découvert par Archibald Leopold Ruthmore, « découvreur et porte-parole des Géants des Hautes Vallées »18, n’est pas seulement l’un des espaces de la planète restés inexplorés ; c’est d’abord et avant tout un « pays fabuleux »19, un lieu de légendes qui se donne à voir sur le mode de la représentation iconique et de la lecture des signes : ainsi lorsque les gravures dessinées sur la dent de géant révèlent la carte du pays inconnu ou que le corps des géants s’avère être un tissu de signes, autrement dit un texte qu’il convient de « connaître et comprendre »20. Appelé à en être l’explorateur et le dépositaire, Ruthmore intervient donc à la fois en lecteur et en illustrateur qui multiplie les retranscriptions des terres et des êtres rencontrés : « couvrant mes carnets d’aquarelles minutieuses »21, « notant ici les dimensions fabuleuses d’un squelette à demi-découvert, dessinant ailleurs quelque point de vue pittoresque dont je devais à tout prix fixer le souvenir »22. Il leur fait alors quitter leur statut de rêveries imaginaires pour les faire rentrer dans une typologie qui leur donne sens : après avoir « entrepris une sorte de dictionnaire bilingue »23, l’ethnographe s’empresse de « baptiser »24 toutes les espèces qu’il rencontre, puis de coucher sur le papier son aventure en regroupant en mots les êtres qu’il rencontre ; en somme il les inscrit dans l’ordre du langage au risque de les y fixer – cette fois encore, (d)écrire, c’est aussi bien coloniser.

  • 25 Idem, p. 65.

18La leçon sera brutale, tant pour le personnage au regard dessillé qui accède brutalement au statut de conscience malheureuse que pour le lecteur de jeunesse guère habitué à une mise en scène aussi tragique du désenchantement du monde. Revenu au pays autrefois imaginaire et désormais civilisé puisqu’il est devenu un ouvrage parmi d’autres dans les rayonnages de la bibliothèque du savoir occidental25, l’anthropologue-illustrateur découvre les corps de ses anciens amis livrés à l’exploitation sans vergogne des colonisateurs de toutes sortes :

  • 26 Idem, p. 76.

Il y avait là de faux savants, de vrais bandits et des trafiquants de toutes sortes. Chacun espérait tirer profit de ces dépouilles auprès de quelque lointain musée.26

19Premier constat, donc, qui marque une maturation réelle par rapport aux précédents ouvrages : le même mouvement qui a permis au Vieux Continent de sillonner le globe à la découverte de terres nouvelles a, sans doute, permis de dilater à l’extrême le champ d’application de la civilisation occidentale, mais simultanément causé la destruction corrélative de cultures autres dont les acteurs premiers auront été contraints de devenir, au pire, des esclaves et au mieux des pièces de musée.

20Le second constat est plus latent, mais pas moins redoutable : découvrant le pouvoir redoutable des mots et des images, l’auteur-illustrateur prend conscience qu’il ne suffit pas de dédier ses talents de créateur au service de ses rêveries d’enfance : mettre en signes l’imaginaire, c’est courir le risque de réduire la motivation symbolique des univers mythiques en les ramenant à l’arbitraire du système de signification occidental. C’est ce que suggère la vision extrême du voyageur confronté à la tête coupée du géant dont il a fait entre-temps un héros de récit et qu’il a, par ce fait même, condamné à devenir un signe parmi d’autres, arbitraire donc sécable, partant décapité. Archibald Leopold Ruthmore ne s’en remettra pas en tant que sujet : la dernière page le prive d’ailleurs de son statut d’instance narrative et le ravale au rang de « il » déchu de sa fonction auctoriale en même temps que débarrassé de sa légitimité scientifique. Il est devenu conteur, mais a cessé d’être un explorateur et les récits qu’il propose aux enfants réunis autour de lui sur la jetée parlent d’un imaginaire débarrassé des scories de la colonisation.

Deuxième époque : le regard militant

« Il était loin de se douter que cette aventure changerait à ce point sa vie... »

  • 27 Cf. Bazin Laurent, « Un univers dans une coquille de noix : pulsion microcosmique et topographie de (...)

21Telle serait alors l’évolution naturelle de l’œuvre passée au crible d’une dialectique entre réalité et imagination : après trois livres dédiés à l’apologie des figures historiques ayant marqué de leur empreinte l’exploration de la planète, puis un intermède opposant l’univers du mythe au principe de réalité (avec la victoire douloureuse de ce dernier), les trois ouvrages suivants marqueront cette fois la toute-puissance du rêve, dans le projet d’ensemble autant que dans les récits qui le constituent. Sans doute est-on encore dans une promotion de la découverte, mais c’est cette fois la fiction elle-même qu’il s’agit ici d’explorer avec la rencontre proposée de vingt-six terres d’autant plus inconnues qu’elles constituent chacune une invention en forme de variation sur les lettres de l’alphabet. Et de même retrouve-t-on toujours l’approche encyclopédique des choses, avec un dispositif illustratif complétant chaque histoire avec des planches caractéristiques des albums ethnographiques ou autres carnets d’explorateurs ; mais là encore c’est pour mieux densifier l’univers ainsi représenté et lui conférer la profondeur de l’imaginaire plutôt que l’illusion de réalité27. Ainsi, non seulement le regard du créateur ne peut-il plus être suspect de colonisation idéologique par appropriation du différent par le déjà connu, mais c’est très exactement l’inverse qui se produit : la pensée se décentre à ce point qu’elle perd très vite tout repère et s’égare dans un dédale de peuples et de cultures qu’il lui revient d’appréhender sans pouvoir y appliquer les schèmes usuels d’intellection de la culture occidentale. Il ne s’agit donc plus de s’approprier un monde nouveau en le réduisant aux principes constitutifs de l’ancien, mais au contraire de donner vie à un univers résolument différent dans la diversité de ses pays comme dans la variété de ses territoires.

  • 28 Place François, Atlas des géographes d’Orbae, Tome 1, op. cit., p. 73.
  • 29 Idem, p. 35.

22Ainsi l’Atlas des géographes d’Orbae peut bien prendre l’allure d’une immense encyclopédie illustrée en hommage aux défricheurs de mondes ; il n’en reste pas moins que son organisation thématique autant que formelle est mise au service d’une déconstruction généralisée de la logique coloniale auquel l’ouvrage substitue une anthropologie constructiviste de l’altérité. Ce renversement est sensible dès la construction des images, retournées dans leur organisation par rapport aux compositions du Livre des Explorateurs : à l’illustration analysée plus haut qui voyait la survalorisation du processus de colonisation par une distribution des plans au bénéfice des conquistadors (dominateurs au premier plan) et au détriment des indigènes (invisibles dans le lointain), s’oppose par exemple une représentation inverse qui fait des Espagnols de minuscules figurines indiscernables sur le fleuve par opposition à la cité indienne qui domine de toute sa puissance le sommet de la montagne à l’arrière-plan28. Le récit redouble ce retournement figuratif par une chute inattendue qui n’est pas sans évoquer les nouvelles de Cortazar : si les Aztèques parviennent à se défaire sans coup férir des conquistadors, c’est parce que les seconds ont été contre toute attente rêvés par les premiers. La leçon est vertigineuse : les univers fictifs sont ici plus réels que le réel lui-même et c’est au moment où l’on se voyait déjà en train de maîtriser par la parole les territoires païens du rêve qu’on se découvre le rêve d’un autre, à l’instar du moine prosélyte croyant avoir convaincu l’auditoire du Pays de Baïlabaïkal et réalisant soudain qu’il est le double du chamane déchu dont il devra endosser le manteau magique29.

  • 30 Place François, Le livre des explorateurs, op. cit., p. 65.
  • 31 Place François, Atlas des géographes d’Orbae, Tome 3, op. cit., p. 55.
  • 32 Idem, p. 65.

23On ne saurait mieux dire que l’univers d’Orbae, loin d’être une extension de notre monde, en est plutôt un miroir déformant, voire un double inversé à la figuration d’autant plus exubérante qu’elle est chargée de magnifier les pouvoirs de l’imaginaire. Dès lors, là où les précédents livres illustraient l’emprise de la civilisation européenne sur les mondes restés inexplorés, la nouvelle trilogie met en scène la victoire des sociétés dites primitives sur les tentatives impérialistes des grandes nations de la conquête coloniale. Obsessionnel au cours des trois tomes de L’Atlas, ce motif narratif est illustré de façon emblématique par l’épisode du Désert d’Ultima, qui constitue une réécriture ironique du chapitre « La croisière jaune » du Livre des explorateurs : au raid du Groupe Chine sur les pistes caravanières du désert de Gobi, salué alors comme une « véritable épopée des temps modernes »30, s’oppose cette fois le rallye initié par douze pays souhaitant s’approprier les « Terres Nouvelles » d’un « continent récemment découvert »31 et faisant du résultat de cette course l’enjeu de cette appropriation. Cette transparente allégorie de l’épopée coloniale où s’affrontent des nations archétypales de l’Europe impérialiste tourne à la déroute pour les aspirants-conquérants : tous les concurrents abandonnent les uns après les autres et il n’est pas jusqu’au vainqueur potentiel, la Foudroyante, qui ne doive renoncer devant une mystérieuse conjugaison des éléments naturels qui se liguent contre sa progression. Ce retournement inattendu qui va dans le sens inverse de l’Histoire est puissamment synthétisé dans une page illustrée32 aux allures de bande dessinée ou d’histoire sans paroles, résumant en quelques vignettes lapidaires le mouvement parabolique qui organise le déclin de l’Occident : l’Europe positiviste, incarnée par un héros qu’on croirait sorti de chez Jules Verne comme pour mieux consacrer le triomphe de la civilisation mécaniste sur les espaces barbares, se découvre ultimement ravalée au rang de totem, métamorphosé en un grand scarabée vaguement kafkaïen que les sorciers s’empressent d’intégrer à leur mythologie qui en fournit dès lors le sens second.

  • 33 Idem, p. 23.
  • 34 Idem, p. 122.

24On assiste en somme à un rééquilibrage des valeurs après le constat désenchanté des Géants : inscrit sous les auspices de l’anthropologie interculturelle, L’Atlas promeut une vision postcoloniale de l’humain au nom du droit à la différence et de la reconnaissance de l’altérité. Le phénomène semble d’ailleurs se faire de plus en plus insistant au fil de l’œuvre, dont de nombreux récits sont placés sous le signe du choc des cultures et de la suprématie des grands anciens sur la modernité. C’est le cas par exemple du marchand d’esclaves Joao, devenu fou à vouloir tromper la vigilance du Roi noir du Pays de la Rivière rouge : victime d’un sortilège rituel le premier se retrouvera privé de la parole « à baragouiner des phrases sans queue ni tête en triturant les pages d’un vieux livre décomposé », tandis que le second reste à jamais « le maître du discours »33. C’est également le cas des orgueilleux soldats vêtus de bleu débarqués au Pays des Yaléoutes à l’instar des soldats français parvenus en Nouvelle France : croyant triompher sans peine du peuple indigène par la seule force intimidante de leurs fusils, ils se feront laminer par un torrent de glace déclenché par le vieux chef local invoquant « la parole des oiseaux »34. Dans l’un et l’autre cas la parole magique est une protection sans failles contre le discours rationnel des colonisateurs ; le langage a changé de bord et sert désormais les puissances du rêve et de l’imaginaire.

25On mesure le chemin parcouru depuis les ouvrages didactiques du début. Les mêmes figures emblématiques qui étaient autrefois érigées en modèles de l’aventure (le navigateur, le conquérant, le marchand) se retrouvent brocardées pour leur incapacité à comprendre la différence radicale de l’autre rencontré ; aux tentatives de lecture analytique que les premiers textes s’efforçaient d’appliquer aux mondes explorés, les inventions ultérieures opposeront l’opacité chatoyante d’un système de signes symboliques qu’il ne s’agit plus de comprendre et encore moins d’expliquer, mais bien d’accepter voire de s’y laisser envoûter. L’avantage ainsi donné aux mythes sur les codes signifie au fond la capacité de ce que Lévi-Strauss aurait appelé la pensée sauvage à imposer au rationalisme européen sa propre grille de lecture du monde ; ce dont il est alors question, au terme d’un itinéraire qui a fait basculer le sens de l’histoire occidentale, c’est le choix de l’imagination comme premier levier capable d’appréhender la différence des cultures et l’irréductibilité des différences. La réponse n’est donc pas seulement idéologique, elle est encore esthétique : parier le paradigme mythologique contre le réductionnisme ethnocentriste, tel serait ultimement le projet proposé par l’artiste pour tenter de recevoir – sans l’altérer – le mystère de toute altérité.

Haut de page

Notes

1 Place François, Atlas des géographes d’Orbae, Tome 3, Paris, Casterman, 2000, p. 58.

2 Place François, Le livre des navigateurs, Paris, Gallimard Jeunesse, 1988 ; Le livre des explorateurs, Paris, Gallimard Jeunesse, 1989 ; Le livre des marchands, Paris, Gallimard Jeunesse, 1990.

3 Place François, Le livre des géants, Paris, Casterman, 1992.

4 Place François, Atlas des géographes d’Orbae, Tomes 1-2-3, Paris, Casterman, 1996-1998-2000.

5 Cité in Bon François, François Place illustrateur, Paris, Casterman, 2000, p. 23.

6 Place François, Le livre des explorateurs, Paris, Gallimard Jeunesse – Découverte Cadet, rééd.1996, p. 74.

7 Idem, p. 36. On trouve un exemple similaire dans Le livre des navigateurs qui s’apitoie sur le sort de Magellan « pillé sans vergogne par quelques indigènes » (Le livre des navigateurs, rééd. 1990, p. 47).

8 Cf. par exemple Le livre des explorateurs, op. cit. p. 31 et 35 ou encore Le livre des navigateurs, op. cit., p. 39.

9 C’est le nom du dernier chapitre du Livre des explorateurs, op. cit., p. 72-73.

10 « L’Australie est déclarée « Terra Nullius » (terre inoccupée) alors que les Aborigènes y vivent depuis 40 000 ans ». Idem, p. 66.

11 Idem. Le même phénomène irrigue Le livre des navigateurs, où la survalorisation des marins explorateurs exemplifie le « formidable exploit » (p. 19) que constitue la découverte de nouveaux mondes en passant totalement sous silence la présence de ceux qui y vivaient déjà (p. 18, 22, 29, 32, 34…).

12 Le livre des explorateurs, op. cit., p. 34-35.

13 Bhabha Homi, Les lieux de la culture – Une théorie post-coloniale, Paris, Payot, 1997, chapitre 3, p. 121 sqq.

14 Place François, Le livre des explorateurs, op. cit., p. 47.

15 Place François, Le livre des géants, op. cit., 74.

16 Idem, p. 14.

17 Idem, p. 18.

18 Idem, p. 68.

19 Idem, p. 34.

20 Idem, p. 40.

21 Idem, p. 24.

22 Idem, p. 34.

23 Idem, p. 42.

24 Idem, p. 48.

25 Idem, p. 65.

26 Idem, p. 76.

27 Cf. Bazin Laurent, « Un univers dans une coquille de noix : pulsion microcosmique et topographie de l’imagination dans L’Atlas des géographes d’Orbae de François Place », in Lire le récit bref, Publije, Juin 2011, http://publije.univ-lemans.fr/Vol2/accueil.html

28 Place François, Atlas des géographes d’Orbae, Tome 1, op. cit., p. 73.

29 Idem, p. 35.

30 Place François, Le livre des explorateurs, op. cit., p. 65.

31 Place François, Atlas des géographes d’Orbae, Tome 3, op. cit., p. 55.

32 Idem, p. 65.

33 Idem, p. 23.

34 Idem, p. 122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Bazin, « De la prise de pouvoir à la prise de conscience : construction et déconstruction de l’idéologie coloniale dans l’œuvre illustrée de François Place », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://strenae.revues.org/530 ; DOI : 10.4000/strenae.530

Haut de page

Auteur

Laurent Bazin

Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org