Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Julie Gouraud et Saint-Domingue : du roman familial au roman pour enfants

Michel Manson

Résumé

Le roman de Julie Gouraud, Les Deux enfants de Saint-Domingue, paru dans la « Bibliothèque Rose illustrée » en 1874, est soumis à une analyse attentive pour déceler ce qui provient des stéréotypes de la littérature coloniale pour enfants sur l’esclavage, sur les noirs et le système des plantations, et ce qui provient de l’histoire de la mère de l’auteur, créole échappée enfant de la révolte de 1791. Documents d’archives, ouvrages de l’époque sur Saint-Domingue sont mis à contribution, et le roman est comparé aux autres livres pour enfants évoquant Saint-Domingue et sa révolution. Le résultat est une vision nuancée de la façon dont un auteur pour enfant mêle son roman familial et les attendus d’un genre.

Haut de page

Texte intégral

Couverture du livre de Julie Gouraud, Les deux enfants de Saint-Domingue, Bibliothèque rose illustrée, Hachette, Paris, 1874.

1Lorsque paraît en 1874, dans la « Bibliothèque Rose illustrée » d’Hachette, Les Deux enfants de Saint-Domingue, son auteur, Julie Gouraud a soixante-quatre ans, et elle est un auteur pour enfants reconnu, ayant publié déjà trente ouvrages dont neuf depuis dix ans dans la même collection prestigieuse. Aucun de ses ouvrages antérieurs ne s’occupait directement des colonies, mais d’histoires d’enfants et de familles. Pourquoi ce choix et ce titre mettant en avant la colonie perdue de Saint-Domingue ? L’aventure coloniale française est plutôt au point mort en 1874, avant la reprise de la colonisation des années 1880. Haïti, république indépendante forgée par la révolte des esclaves de Saint-Domingue, est en pleine anarchie. Apparemment, rien dans l’actualité ne semble avoir eu un rôle déterminant dans l’écriture de ce livre. Cependant, Julie Gouraud est la fille d’une créole de Saint-Domingue, Josèphe Désirée Tiphaine, et celle-ci est morte à Paris vingt-et-un ans plus tôt. Mais alors, pourquoi avoir attendu si longtemps pour évoquer la terre natale de sa mère ? Comment Julie Gouraud présente-t-elle aux enfants de la troisième République cette ancienne colonie, ses habitants, ses paysages, sa faune et sa flore ? Laisse-t-elle filtrer des images ou des émotions qui lui viendraient de sa mère ? Comment reconnaître les traces de ce roman familial dans un roman pour enfant qui doit lui-même être situé par rapport à la littérature coloniale pour la jeunesse ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous aborderons ce que le roman dit de l’histoire de la colonie, que nous confronterons aux livres des historiens du XIXe siècle, éclairés par les recherches historiques récentes. Ensuite, nous présenterons la vision de ce paradis perdu que Julie Gouraud offre aux enfants. Enfin, nous montrerons comment l’auteur et son illustrateur, Émile Bayard, font percevoir à leurs jeunes lecteurs les Créoles et les Noirs.

La révolte de 1791 : de l’Histoire aux romans

2La révolte des noirs en 1791 est l’événement clé de l’histoire de Saint-Domingue et de ses colons. Il est fondateur aussi dans l’histoire de la mère de Julie Gouraud comme dans les livres écrits sur Saint-Domingue au XIXe siècle.

La révolte de 1791 dans le roman de Julie Gouraud

3Le roman commence par un court chapitre intitulé « Surprise et Terreur (1791) » (p. 1-10). C’est le seul qui se passe, au début, à Saint-Domingue. L’incipit met en place le drame : « M. Philibert, riche colon de Saint-Domingue, était seul dans son cabinet à une heure avancée de la nuit, occupé à mettre en ordre des papiers d’affaires, lorsque Guillaume, mulâtre dévoué, ouvrit mystérieusement la porte et se jeta aux pieds de son maître en lui disant : “Partez, partez : le massacre des blancs aura lieu dans quelques heures. Tout est prêt. Le sang va couler dans l’île entière. Maître, croyez-moi. Je risque ma propre vie en vous apportant cette fatale nouvelle … Est-ce trop pour vous témoigner ma reconnaissance ?” ». Et son maître s’exclame : « Est-ce possible ? J’ai toujours si bien traité mes nègres ! » (p. 2).

Guillaume aux pieds de M. Philibert

Toutes les illustrations sont de Émile Bayard

4Tout est dit, et tout reste obscur. La suite du chapitre montre Louis Philibert réveillant sa femme Marie et ses deux enfants, Louis (six ans) et Joséphine (cinq ans). Dans leur fuite vers le port, ils sont accompagnés de la vieille nourrice Noémi qui s’occupe de Louis, et de Sylvia, la fille de Noémi, qui est avec les parents et Joséphine, tous guidés par le mulâtre Guillaume. Et c’est l’erreur de navire dans la nuit, la petite fille avec ses parents montant à bord d’un navire français, le Jean Bart, la nourrice et le petit garçon fuyant sur un vaisseau anglais, le Centaure. Le roman développera par la suite les destins séparés du frère et de la sœur.

  • 1 Il faut attendre le deuxième chapitre, p. 14, pour que Saint-Marc, lieu de naissance de sa mère, so (...)

5Julie Gouraud indique l’année de la révolte dans le titre du chapitre, le lieu n’est pas précisé1, aucune action de la révolte n’est décrite en ce début, mais plusieurs fois dans le roman il sera question de « massacres ». D’abord, l’hypothèse qu’émet M. Forbes, sur le navire anglais : « Les nègres ont sans doute tué les blancs » (p. 9), phrase à laquelle fait écho celle de la petite Joséphine qui explique à ses camarades de pension pourquoi elle est à Bordeaux : « Parce que vilains nègres vouloir tuer nous » (p. 21). Quand Mlle Zoé Dumont, l’institutrice de Joséphine, demande à la marchande de poissons Cadette si on ne pourrait pas héberger les parents et l’enfant, elle précise qu’ils « ont été obligé de fuir pour ne pas être égorgés par les nègres » et Cadette s’exclame : « – Seigneur Dieu ! Ils ont l’âme aussi noire que la peau, ces méchants nègres ? »

6Dans le deuxième chapitre, celui de l’arrivée à Bordeaux des Philibert, l’auteur revient sur la révolution : « Quelques jours plus tard, le massacre de Saint-Domingue était connu du monde entier » (p. 12). Et on apprendra plus tard que le mulâtre Guillaume avait bien sauvé la famille Philibert, au prix de sa vie. Il avait été tué par le nègre Dessaline qui « lui reprocha d’avoir arraché une victime à sa fureur, et plongeant un poignard dans la poitrine du fidèle serviteur, lui dit : Tu es digne de mourir comme eux. » Et l’auteur intervient ensuite par une courte mise au point historique : « Dessaline devenu célèbre, à cause de la part active et sanglante qu’il prit à la révolution, savait lire et écrire, connaissances inconnues parmi ses semblables et qui, jointes à sa grande énergie, lui firent jouer le principal rôle dans la conspiration. Nous ne nous arrêterons pas plus longtemps sur ce triste drame » (p. 13). Il n’est sans doute pas anodin que Julie Gouraud fasse du fondateur de la république d’Haïti, Jean-Jacques Dessalines (1758-1806), le meurtrier d’un mulâtre fidèle à son maître colon. L’histoire de la révolte de 1791 est aussi celle de ses conséquences, la vie des colons exilés en France et l’état de leurs finances.

7Dès l’arrivée à Bordeaux de la famille Philibert, le problème des colons en France est posé : « La présence d’une négresse, le bruit du massacre de Saint-Domingue, qui commençait à se répandre, tout désigne les voyageurs comme étant des colons, et ils inspirent un vif intérêt. » (p. 12). La plupart des colons ayant fui la révolution ont tout perdu. À son arrivée en France « M. Philibert ne possédait alors que le peu de valeurs qu’il avait sauvées et le chargement du Jean Bart. C’était encore beaucoup, et il aurait pu faire quelque entreprise commerciale (…) » (p. 13). La famille, après Bordeaux et un séjour dans un port de Bretagne, part en Espagne, à Saint-Sébastien, fuyant la Terreur. Quatre ans après la révolte de Saint-Domingue, elle songe à retourner en France, à Paris, le Directoire ayant ramené la sécurité et la confiance. « D’ailleurs nos exilés n’ignoraient pas que plusieurs familles créoles de leur connaissance y avaient vécu pendant la Terreur sans être inquiétées, et sans même attirer l’attention » (p. 81). De plus, à Paris, « on vendrait là, plus aisément qu’ailleurs, les bijoux et l’argenterie sauvés du grand désastre de Saint-Domingue » (p. 82).

8Les Philibert quittent Saint-Sébastien pour Paris, au printemps 1796, et, à peine arrivés, ils rencontrent deux sœurs créoles, Mmes Dupont, ayant connu le père de Mme Philibert et vivant à Paris depuis quinze ans. Elles décident d’héberger la famille, et elles, qui vivaient très frugalement, mettent les petits plats dans les grands : « On eût dit que les indemnités des colons étaient largement réglées et que la fortune allait entrer dans ce ménage si restreint » (p. 90). Il y a là une claire allusion à la pauvreté de nombreux colons exilés, auxquels l’État français versait de chiches indemnités, souvent insuffisantes pour vivre décemment. La petite Joséphine montre des dispositions pour le dessin et les parents s’en réjouissent : « ils ne comptaient plus sur les plantations et sur les nègres pour assurer le bien-être de cette enfant chérie ; l’éducation et les talents seraient du moins un trésor à l’abri du caprice de la fortune » (p. 99).
Pour en savoir plus, puisque l’auteur ne veut pas s’arrêter à ce triste drame, il est nécessaire de recourir aux historiens.

La révolte de 1791 et les historiens du XIXe siècle

  • 2 Jean Philippe Garran de Coulon, Rapport sur les troubles de Saint-Domingue, fait au nom de la Commi (...)

9Dès la révolte de 1791, les acteurs et observateurs se mettent à en écrire l’histoire. En pleine révolution française, on ne s’étonnera pas que les analyses et interprétations des événements apparaissent souvent diamétralement opposées, et les débats de l’Assemblée nationale en témoignent au premier chef, ainsi que les articles dans la presse de la métropole et de Saint-Domingue. Un premier essai de mise à plat des événements a été réalisé par la « Commission des colonies, des Comités de salut public, de législation et de marine réunis », dans un rapport en deux volumes rédigés par le député Jean-Philippe Garran de Coulon (1748-1816) et publiés en l’an V et en l’an VI (1797-1798)2.

  • 3 Dalmas, Histoire de la Révolution de Saint-Domingue depuis le commencement des troubles, jusqu’à la (...)
  • 4 Ibid., p. 6.
  • 5 Ibid., p. 10.
  • 6 Ibid., p. 17.
  • 7 Ibid., p. 125.

10L’ouvrage de Dalmas3 serait en partie antérieur, puisque l’auteur dit l’avoir écrit en 1793-1794 aux États-Unis et l’avoir repris ensuite au XIXe siècle. Il offre une justification économique et politique de l’esclavage, une vision raciste stéréotypée du « nègre », une attaque royaliste des droits de l’homme et de tout régime autre que la monarchie. La position de l’auteur sur l’esclavage est particulièrement retorse : « À Dieu ne plaise qu’on prétende justifier ici, par l’exemple de tant de nations, un ordre des choses que la nature désavoue, lors même que la politique et la nécessité l’exigent. Mais en reconnoissant que l’esclavage est un malheur, il convient de remarquer que ce malheur est relatif, et ne peut être justement apprécié qu’autant qu’on a égard aux temps, aux lieux et aux circonstances. La manière de voir et de sentir de l’Européen n’est point applicable au nègre, qui, pour vivre en société, semble avoir besoin de l’esclavage. Au surplus, l’abolition de la servitude a-t-elle rendu plus heureux et plus libre le peuple en faveur duquel elle a été opérée ? »4. Il attaque les amis des Noirs qui auraient dû s’indigner de l’esclavage en Afrique et préparer sa disparition par la morale et l’instruction. Pour l’auteur, la faute des troubles et de la révolte incombe aux idées révolutionnaires de 17895. Dans son tableau de l’île, l’auteur ne manque pas d’accuser aussi les créoles, car, si les Européens qui vont là-bas s’enrichissent, les créoles se ruinent. Le créole est léger, frivole, c’est « toujours un enfant », mais par contre il est bon, reconnaissant, il soulage les malheureux et souvent s’apitoie sur les nègres des plantations au point de voir « la bonté dégénérer en faiblesse et devenir un abus »6 alors que les châtiments les plus cruels donnés aux noirs étaient le fait des Européens. Damas donne la chronologie de la révolte, dont le plan a été élaboré le 14 août lors d’une cérémonie vaudou. Elle éclate le 20 août et s’étend autour du Cap les trois jours suivants. Au quatrième jour de la révolte, « tous les blancs de six paroisses étoient ou fugitifs, ou prisonniers, ou égorgés. Cent sucreries avoient été la proie des flammes ; et vingt mille nègres, naguère paisibles et soumis, changés en autant de cannibales, menaçoient le Cap du même sort »7.

  • 8 Ibid., p. 137.

11Charles Malo ne décrit pas le processus qui amène à la révolte, s’intéressant plus aux réactions des blancs devant les événements et les textes de la Révolution en métropole. Il insiste sur la cruauté des « nègres » lors de la révolte : « ils firent un massacre général des blancs ; ils ne laissèrent la vie à quelques femmes, que pour les réserver à un sort plus cruel encore »8.

  • 9 Antoine Métral, Histoire de l’insurrection des esclaves dans le nord de Saint-Domingue, Paris, chez (...)
  • 10 Ibid., p. 10.
  • 11 Ibid, p. 11.
  • 12 Ibid., 24.
  • 13 Ibid., p. 26.
  • 14 Ibid., p. 46.

12Les historiens de la première moitié du XIXe siècle s’étendent principalement sur la révolte du nord, autour du Cap, là où tout a commencé, et un livre y est même entièrement consacré par Antoine Métral9, qui présente ainsi l’événement : « Ce fut au mois d’août de l’année 1791 qu’éclata cette insurrection, qui offrit un de ces étranges spectacles, rare dans l’histoire du genre humain. Jamais on ne vit d’un seul coup-d’œil tant de feu, de sang et de ruines, avec des vertus tendres et des crimes féroces »10. Très justement, il remarque que « Cette calamité fut accompagnée d’un grand effroi, parce qu’elle avoit été imprévue, et qu’il n’étoit pas au pouvoir des hommes de l’arrêter quand elle parut »11. L’auteur souligne que la tendresse qui unissait certains esclaves à leurs maîtres a permis d’en sauver plusieurs, et ce passage s’applique bien à l’histoire racontée par Julie Gouraud : « Ceux dont l’enfance avait été soignée par de courageuses nourrices ne périrent point ; ils échappèrent au fer des conjurés par une tendresse contractée au berceau »12. La fuite éperdue des familles est aussi bien évoquée : « Ce fut un spectacle bien digne de compassion, de voir ensuite de voir les routes encombrées d’enfans, de femmes, de vieillards, et de tous ceux qui fuyoient en désordre avec leur bagage le fer et la flamme de l’insurrection »13. L’auteur s’insurge contre la traite, « ce marché lamentable du genre humain »14, et il dresse un portrait nuancé et plutôt positif de Biassou et de Toussaint-Louverture.

  • 15 Ch. Malo, op. cit., p. 142. Pour Y. Farraudière, op. cit., p. 118, c’est au cours de l’année 1792 q (...)
  • 16 Denis Laurent-Ropa, Haïti, une colonie française, 1625-1802, p. 184, donne 1 000 blancs tués, 200 s (...)

13Charles Malo fait une allusion à l’extension de l’insurrection, en dehors de la région du nord : « La révolte qui jusque-là ne s’était guère manifestée que dans le nord, éclata bientôt dans les provinces de l’ouest »15, c’est-à-dire autour de Port-au-Prince. Saint-Marc se trouve dans l’Artibonite et n’est pas citée, et les travaux contemporains n’en disent pas plus. Charles Malo fait un bilan des deux premiers mois de cette révolte (« on assure que ») : deux mille blancs massacrés, 180 plantations de sucre, 900 de café, de coton et d’indigo détruites, 1 200 familles chrétiennes réduites à la pauvreté et à la charité publique, et plus de dix mille insurgés morts16.

  • 17 Y. Farraudière, op. cit., p. 105, qui renvoie aux colloques de 1986 et 1997 aux Antilles, pour les (...)

14On comprend le choc psychologique que cette révolte a provoqué, et cela explique que les livres pour enfants reviennent tous sur cet événement qui remodela les vies des colons survivants et offre aussi aux écrivains un lot de drames, d’horreurs et de dévouements admirables. Mais l’histoire de l’événement lui-même est difficile à écrire, car « il existe une mythologie de la révolte de 1791 (…) un événement devenu repère pour les peuples issus de l’esclavage, parce que considéré comme le début du processus de leur libération »17.

Les romans et récits pour enfants sur Saint-Domingue avant 1874

  • 18 Pierre Philippe Baignoux et M. A***, Amélina, Godefroy et Augustin ou les trois époques d’Haïti, To (...)
  • 19 Ibid., p. 173-174.
  • 20 Ibid., p. 176.
  • 21 Ibid., p. 212.
  • 22 Ibid., p. 213.
  • 23 Ibid., p. 217.
  • 24 Ibid., p. 217.

15Les romans et récits historiques pour enfants sur Saint-Domingue sont très peu nombreux avant 1874. Alexandre Duboy raconte en 1843 « deux épisodes de l’Histoire de Saint-Domingue », Godefroy et les flibustiers et Augustin, ou la Révolte des Noirs18. Seule l’histoire d’Augustin nous intéresse ici, car elle commence en juillet 1790 avec le retour d’Augustin Brianchet qui a fait ses études en France. Augustin n’a plus sa mère, laquelle était bonne pour les esclaves alors que l’intendant engagé par son père les brutalise avec cruauté. Son père se dit trop bon pour pouvoir se faire obéir des esclaves, d’où la nécessité d’un intendant plus sévère. Son fils lui fait remarquer que ce n’est pas le moment d’être trop dur avec eux : « les nègres demanderont les mêmes privilèges que réclament aujourd’hui les mulâtres ; et s’ils ne peuvent les obtenir que pas la violence, n’est-on pas en droit de craindre qu’ils ne se portent aux derniers excès ? »19. Son père défend le système et la nécessité des punitions : « que sont les nègres, sinon des enfants sur lesquels il faut tenir continuellement la verge levée, pour les maintenir dans la subordination ? »20. L’auteur expose très correctement les divers intérêts en jeu, par le biais de personnages représentant les diverses tendances et, par des situations vécues, il rend concrète l’exaspération des noirs et leur désir de liberté. Il s’agit ici d’une position catholique, incarnée dans l’histoire par l’abbé Richomme, premier instituteur d’Augustin, et caractérisé par « son zèle et son dévouement pour la cause des esclaves »21, ce qui n’empêche pas de leur prêcher la résignation22. Augustin « Ainsi que beaucoup de ses compatriotes, [il] éprouvait quelque difficulté à concilier les intérêts des colons avec la liberté que les partisans de l’émancipation des noirs demandaient pour leurs clients »23. L’abbé Richomme appelle de ses vœux cette émancipation mais pense qu’il faut la préparer : « il serait aussi imprudent de leur rendre la liberté, sans les y avoir préparés, que d’ouvrir les cages d’une ménagerie de bêtes féroces »24. La révolte d’août 1791 survient alors, et l’auteur nous montre de l’intérieur un groupe de nègres marrons, leurs sentiments, leur désir de vengeance. L’auteur en donne le bilan, en utilisant les chiffres de Charles Malo, dont il plagie le texte.

  • 25 Jules Lacroix de Marlès, Histoire descriptive et pittoresque de Saint-Domingue : Haïti, par M. de M (...)
  • 26 Marlès, op. cit., p. 4-5.
  • 27 Marlès, op. cit., Chapitre XVI, p. 207-215.
  • 28 Marlès, op. cit., p. 211.
  • 29 Ibid.
  • 30 Marlès, op. cit., p. 213.

16Un ouvrage beaucoup plus conséquent est publié en 1845 par la maison Mame, à Tours, celui de Jules Lacroix de Marlès25. Un cadre fictionnel usé jusqu’à la corde (une famille presque ruinée qui se retire dans son château à la campagne, et les histoires racontées par un voisin grand voyageur) permet de présenter aux jeunes lecteurs descriptions et récits historiques concernant Saint-Domingue, comme si c’était un récit de voyage truffé de notes de lecture. Le fils de la famille Duménil, âgé de 18 ans, est fort curieux de cette île où le chevalier de Gange a été, mais son père le prévient : « Les choses ont bien changé de face depuis que le chevalier a quitté ce pays ; la révolte des nègres a tout bouleversé, et ce serait peu la peine de traverser les mers pour voir une république noire »26. Un chapitre est consacré à la révolution de Saint-Domingue27, et s’inscrit dans l’historiographie catholique : c’est la faute aux révolutionnaires français et à un  complot : « une vaste conspiration s’ourdissait dans l’ombre. Les mulâtres avaient fait appel aux noirs, et ceux-ci y répondirent »28. Les noirs sont présentés sans aucune indulgence « semblables à des animaux féroces »29, et avec le même bilan que Charles Malo. Ces chiffres ne pouvaient qu’impressionner les enfants lecteurs, lesquels risquaient d’être convaincus que « de vaines théories philanthropiques tarirent la source de nos richesses coloniales »30. Cependant, l’auteur rend un vibrant hommage à Toussaint-Louverture qui défendit la colonie alors même que les commissaires français faisaient tout pour la perdre.

  • 31 Dans Les conteurs en famille, Paris, Vermot, 1860, p. 6-20.

17S’intéressant plus au vécu des noirs et des blancs, une nouvelle de Michel Möring, « L’esclave de Saint-Domingue », est publiée en 1860, illustrée par A. Hadamard31. L’histoire est présentée comme véridique, par une aïeule née à Saint-Domingue et qui s’est donc retrouvée en France après la révolte des Noirs. On y voit l’amitié d’un jeune esclave, Dodo, et d’une jeune mulâtresse, Mika, un colon, M. d’Albane, qui possède cinq cents nègres mais qui est bon et les traite bien.

18Il est veuf, avec une petite fille de neuf ans pour laquelle il veut acheter une petite esclave. Mika vient se vendre pour procurer de l’argent à son père qui, ruiné par la maladie et la mort de sa femme, ne peut plus commercer. Mika devient l’amie dévouée d’Éliane, dont elle transforme la vision :

Éliane et Mika, frontispice

  • 32 Ibid., p. 15.
  • 33 Ibid., p. 18.
  • 34 Ibid, p. 20.

19« Grâce à son influence et à ses bonnes paroles, Éliane, élevée dans les idées qu’avaient malheureusement alors les possesseurs d’esclaves aux colonies, avait fini par être touchée de pitié pour le sort des pauvres nègres ; elle s’efforçait de les protéger, d’adoucir leur condition, de faire alléger leurs durs travaux et de les soustraire à des châtiments rigoureux »32. La révolte éclate soudain, mais tout de suite l’auteur atténue la responsabilité des noirs : « une révolte terrible a été organisée parmi les nègres (…) Ah ! c’est que les pauvres nègres ont bien souffert ! … »33. Dodo vient les sauver, et les deux fillettes se retrouvent avec leurs pères dans un navire qui s’éloigne. L’auteur précise bien le fait historique : le jour où le père de Mika, enrichi grâce à elle, vient la chercher, « éclata à Saint-Domingue, en 1791, la première révolte des nègres »34. L’auteur efface la cruauté des noirs révoltés, qu’il excuse presque, et il gomme aussi la situation difficile des colons ruinés réfugiés en France. Par contre, il condamne l’esclavage et montre des relations affectives fortes entre noirs et colons, surtout dans le cercle familial, comme Julie Gouraud.

  • 35 V. Denancé, La famille de Martel le Planteur, épisode de la révolution de Saint-Domingue, Limoges, (...)
  • 36 Denancé, op. cit., p. 6.
  • 37 Ibid., p. 7.
  • 38 Ibid., p. 32-33.
  • 39 Ibid., p. 80.
  • 40 Ibid., p. 100.

20Le petit livre de V. Denancé, s’inscrit, en 1865, dans les productions pour la jeunesse catholique35. Dès le début, le ton est donné : les esclaves de M. Martel rient et chantent en travaillant car le propriétaire « … ne voyait point en eux un bétail noir, mais des créatures faites comme lui à l’image de Dieu. La couleur de la peau ne les lui faisait pas confondre avec les bêtes »36. De fait «  les nègres étaient là des serviteurs zélés et dévoués »37. M. Martel est indigné par les colons, « leurs habitudes despotiques et cruelles envers leurs esclaves », et il est prêt à affranchir les siens et à les salarier38. Malgré les passages qui font le point sur la situation politique et les factions, l’histoire se déroule comme un roman d’aventures, avec fuite de la famille en chaloupe, bataille de corsaires anglais et de navires français. La famille Martel arrive à la Havane où l’on évoque la révolte de Saint-Domingue : « on dit que les blancs, transportés de je sais pas quel délire, non content d’avoir repoussé les hommes de couleur, se sont montrés si cruels envers les noirs, affranchis ou esclaves, que ceux-ci sont en pleine révolte et commettent des atrocités »39. L’absence de racisme se note dans la scène suivante : le jeune Zim, noir qui a accompagné Auguste en mer vers Saint-Domingue, vient d’arriver à La Havane et madame Martel lui « tendit sa main blanche. Zim la prit entre les siennes noires comme de l’ébène, fléchit le genou et la porta à ses grosses lèvres »40. Comme chez Julie Gouraud, les contacts entre les peaux noires et blanches marquent le refus du racisme et la reconnaissance de l’autre comme personne.

Julie Gouraud et la vision d’un paradis perdu

21Le roman laisse deviner cette île qui se transforme en paradis perdu.

La flore, la faune et les paysages : exotisme littéraire où souvenirs maternels ?

  • 41 Placé dans le chapitre II, p. 23-25, ce passage est manifestement « didactique », fait pour répondr (...)
  • 42 Matthieu Letourneux, Le roman d’aventures, 1870-1930, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2 (...)

22Quand la petite Joséphine se trouve à Bordeaux, « elle sauta de joie en voyant des oiseaux d’Amérique » et son père lui explique que « ces oiseaux ont été apportés en France » (p. 14). Et c’est toujours par la bouche de la petite fille que l’évocation de son pays survient, quand elle demande à Sylvia, la négresse qui s’occupe d’elle : « Dis-moi pourquoi tout le monde est blanc ici ? Pourquoi le soleil n’est pas si chaud ? Va me chercher une sapotille ; allons dans la campagne cueillir des bouquets d’estragonia, ces jolies touffes roses que j’aime tant. » (p. 16). Pour renseigner le jeune lecteur sur Saint-Domingue, sa faune et sa flore, Julie Gouraud place dans la bouche de Mlle Zoé Dumont, l’institutrice de Joséphine, une vraie petite leçon adressée à ses élèves41. Elle vante la nature de l’île, la beauté de ses fleurs (estragonia, poincillade jaune ou rouge, roses, jasmins, orangers) qui embaument la campagne, ses arbres (cocotiers, frangipaniers et leurs fleurs odorantes, tamarins). Les oiseaux aussi sont superbes, en particulier les oiseaux-mouches, les colibris. Mais elle ajoute qu’il y a aussi des inconvénients : les moustiques qui nécessitent les moustiquaires, les très nombreux serpents, les crocodiles qui s’attaquent à l’homme. Joséphine approuve : « oui, oui, nègre mangé comme ça » (p. 25). Et l’enfant, « un peu vexée d’entendre ainsi révéler les inconvénients de son pays » ajoute « mais le sucre pousse dans les champs et nous avons des pois d’Amérique » (p. 25). Cette présentation ne correspond pas à un exotisme littéraire stéréotypé, mais participe d’un « dépaysement », qui « renvoie plutôt à un écart par rapport à ce qui est connu », comme dans les romans d’aventures42. Le climat reste l’élément le plus caractéristique : celui de France, celui d’Angleterre semblent froids et humide à côté du climat de Saint-Domingue. Ainsi Louis, qui a plus de vingt ans et se trouve aux Indes, ne souffre pas de la chaleur, car « L’enfant de Saint-Domingue ne considère pas le soleil comme un ennemi » (p.186).

Une culture et un mode de vie différents : civilisation ou barbarie ?

23Tout surprend la petite Joséphine quand elle arrive en France. La culture matérielle y est très différente de son île natale, ne serait-ce qu’à cause du climat. « L’enfant créole n’ignorait pas qu’on fait du feu à la cuisine : la cheminée de l’appartement lui avait causé une grande surprise. La pelle, les pincettes et le soufflet surtout étaient devenus des joujoux ; mais le poêle de la classe fut une autre merveille » (p. 18).

24L’enfant a aussi des surprises culinaires, car, comme le dit explicitement l’auteur « la nourriture des colonies diffère sensiblement de la nôtre. Le laitage et le bouillon que prennent nos enfants français sont remplacés par un morceau de pain et du café noir » (p. 21). La mère de Joséphine ne peut se faire à la cuisine française : « elle continuait à vivre comme à Saint-Domingue : à midi, le riz à l’eau, des viandes froides fort épicées et de la volaille. Les pois rouges seuls manquaient » (p. 22). Mais la famille va s’installer dans un hameau au bord de la Gironde, vivant des produits de l’élevage et de la pêche. Joséphine apprécie la nourriture locale : « La bouillie de maïs n’était pas sans rapport avec certain plat de Saint-Domingue, et en tout cas le gratin avait toute son approbation » (p. 36). Les différences des plantes cultivées n’impliquent pas le rejet d’une agriculture au profit de l’autre : « Le soleil vint dorer les moissons et mûrir le raisin. Alors Josette ne regretta plus rien. Sans doute c’était amusant de voir couper les cannes à sucre, mais le temps de nos moissons a ses fêtes » (p. 43).

25La fillette créole est aussi porteuse de la culture de Saint-Domingue fortement imprégnée de la culture africaine. Ainsi, dans ses débuts à la pension de Bordeaux, « elle proposa à ses amies de leur chanter une chanson nègre » (p. 21). Et plusieurs fois dans le roman Joséphine chante des chansons de son île. Les jeux aussi ont leurs particularités. Ainsi le cheval bâton : « frère et moi aimer beaucoup monter à cheval sur canne à sucre ; nous arrêter souvent pour sucer cheval » (p. 22).

  • 43 M. Letourneux, op. cit., « Entre civilisation et sauvagerie : une initiation problématique », pp. 2 (...)

26On sent cependant poindre une vision de la colonie comme un territoire sauvage, selon le stéréotype des romans d’aventures43. Au bout de quelques temps passés à la pension de Bordeaux, Joséphine a changé : « Déjà l’heureux effet de la vie commune se faisait sentir. Ce n’était plus l’enfant de Saint-Domingue qui vit en liberté, affranchie de toutes les règles de la civilisation » (p. 33).

Julie Gouraud, les Créoles et les noirs : au-delà des stéréotypes ?

La fillette créole : la mère de Julie Gouraud ?

  • 44 « Joséphine, que nous appellerons souvent Josette » (p. 14). L’auteur ne justifie pas l’usage des d (...)
  • 45 Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la pa (...)
  • 46 D’après une demande d’aide faite à Tours, A.D. 37, 4 M 543.

27Joséphine44, dans le roman, a cinq ans au moment de la révolte et de sa fuite. Josèphe Désirée Tiphaine, la mère de Julie Gouraud, née le 5 février 1784 à Saint-Marc, a sept ans et demi en août 1791. Les deux prénoms sont proches et permettent d’avancer que Julie Gouraud voulait évoquer sa mère dans ce personnage. Mais celui-ci était doté d’une famille, d’un frère aîné, alors que Josèphe Tiphaine avait perdu ses parents lorsqu’elle avait deux ans : d’abord sa mère, Dhertille Madeleine Moisan Dudeau, décédée le 29 juin 1786, puis son père, Adrien Tiphaine, mort le 7 décembre de la même année. Les grands-parents maternels de Julie Gouraud n’étaient pas de « riches colons », mais des petits blancs, sans doute même assez pauvres. Adrien Tiphaine était tailleur d’habits. La petite orpheline est recueillie par Joseph Franchinet Villeneuve, âgé de 56 ans en 1786, entrepreneur de travaux publics, ayant construit en 1773 le théâtre de Saint-Marc dont il deviendra  trésorier et directeur jusqu’en 178645 ; il est propriétaire de quatre maisons. Il n’avait pas de plantation et ne peut être assimilé à un « riche colon », malgré une aisance certaine. C’est avec lui que la fillette fuit Saint-Domingue, arrive à Nantes en mai 1792 ; ils s’installent la même année à Tours 46. Rien ne prouve qu’ils soient partis en 1791, car l’Artibonite, région de Saint-Marc, ne semble pas encore touchée par la révolte, et on peut imaginer leur départ dans les premiers mois de 1792. Dans les sources consultées, nulle trace d’un frère. Mais, à 7 ans et demi ou 8 ans, la petite Josèphe a vécu suffisamment à Saint-Domingue pour en avoir conservé des souvenirs, plus ou moins déformés et retravaillés, qu’elle a pu transmettre à sa fille. Est-ce à sa mère que pensait Julie Gouraud en écrivant « Saint-Marc s’effaça promptement de l’imagination de Joséphine » (p. 15) ?

  • 47 Balzac, Lettres à l’étrangère, t. I, 1850, p. 278 : « Vous redevenez grande dame, créole indolente  (...)

28La mère de Julie Gouraud ressemblait-elle à la petite Joséphine décrite par son frère Louis : « ses cheveux sont noirs comme les miens ; elle a aussi les yeux noirs ; ses joues ne sont pas roses, mais on voit bien qu’elle n’est pas malade. (…) Joséphine est vive, toujours de bonne humeur. (…) Elle a bon cœur » (p. 65) ? Est-ce un stéréotype ou un témoignage sur le comportement de sa mère quand Julie Gouraud écrit : « Marie Philibert, indolente comme le sont la plupart des créoles » (p. 3), « l’indolente créole » (p. 33-34) ? Elle est aussi décrite comme « pâle et languissante » (p. 12). Quant à la petite fille : « La grâce naturelle aux créoles est déjà remarquable chez l’enfant que Sylvia tient par la main et dont les yeux noirs et la chevelure d’ébène attirent l’attention. » (p. 12). En fait, Julie Gouraud se conforme à un stéréotype très clair, caractérisant justement le tempérament propre aux créoles par ces deux termes : « l’indolence et la grâce » 47, complétés par la pâleur et l’aspect languissant, traits que nous retrouvons dans des œuvres littéraires d’avant 1874. Mais l’auteur insiste aussi sur les qualités humaines des créoles : « Le cœur des créoles est ainsi fait ; point de calcul, point d’intérêt propre ; on donne d’abord à celui qui n’a pas et les comptes se règlent ensuite » (p. 89).

29Si la mère de Julie Gouraud lui a raconté des faits de son enfance, peut-être le souvenir d’une poupée en faisait-il partie. Dans le roman, M. Philibert décide de mettre sa fille dans « une pension tenue par Mmes Dumont », à Bordeaux. « La nouvelle pensionnaire fit son entrée en compagnie d’une grande popote [poupée négresse des colonies] habillée avec l’élégance qu’exigeait cette première entrevue. […] Josette et sa popote furent entourées, caressées par toutes les nouvelles amies » (p. 17-18).

La nouvelle pensionnaire fit son entrée …

  • 48 Mémoires d’une poupée, contes dédiés aux petites filles, par Mlle Louise d’Aulnay, Paris, Ébrard, 1 (...)

30 Cet épisode nous inciterait à penser que nous sommes bien là dans le roman familial, car le premier livre de Julie Gouraud, Mémoires d’une poupée, paru en 1839, comporte déjà un épisode voisin. La poupée Vermeille, qui raconte ses mémoires, en voyage aux eaux à Aix-la-Chapelle, est volée à sa petite propriétaire par une « Américaine », Mathilde de Coriolis, en fait une créole, qui doit partir en pension, à Paris, le lendemain 48. La fillette avoue son larcin, rend la poupée à Juliette, et, après bien des péripéties, la poupée, partie en voyage, fera naufrage dans les îles, comme un retour au paradis perdu de la mère de l’auteur. On peut supposer que Josèphe Désirée Tiphaine, âgée de moins de huit ans, avait sauvé sa poupée du désastre de 1791, et qu’elle a été mise en pension à son arrivée en France. En tout cas, le terme « popote » n’a jamais le sens de poupée en français, et pourrait être un mot créole. Pour montrer que la fillette s’est bien intégrée dans la culture française, alors qu’elle se trouve avec ses parents en Espagne, on apprend qu’elle a une « poupée française (la popote était reléguée dans une malle) » (p. 77).

Nourrices, domestiques, esclaves : un regard attendri ?

31Au début du livre, l’auteur choisit d’évoquer les rapports entre les colons et les hommes de couleur, mulâtres et nègres, sous l’angle du « paternalisme », de la bonté des maîtres. L’esclavage n’est pas alors remis en cause. M. Philibert a un « mulâtre dévoué », prêt à risquer sa vie pour lui, parce que le blanc l’a élevé enfant, et Louis connaît donc sa « nature généreuse » (p. 2). D’autre part, « il a toujours si bien traité » ses nègres. Malgré tout, il faut s’en méfier : « il se rappela qu’en 1722 les nègres s’étaient soulevés, et que son père lui avait souvent dit qu’à partir de ce moment il ne fallait plus compter sur la soumission des esclaves. » Pas un mot n’est dit sur le travail dans la plantation, ce sont les esclaves domestiques qui sont évoqués. Noémi, la vieille nourrice de Marie Philibert, qui a élevé les deux enfants Louis et Joséphine. Sylvia, la fille de Noémi, « partageait ses soins près de Mme Philibert » (p. 3). Lorsque la famille Philibert se trouve en France, Julie Gouraud, pour exprimer sa position par rapport aux noirs, réfracte les regards des Français sur les « nègres » des colonies. À Bordeaux, aucune remarque, comme si la jeune Sylvia ne suscitait aucun étonnement. Mais il n’en est pas de même lorsque la famille va s’installer dans un petit port de pêcheur. La brave famille qui loue sa maison, et tout le hameau, plaignent le sort des étrangers exilés,  « mais lorsque Sylvia apparut sur le siège de la voiture, il y eut une surprise voisine de l’effroi. Cadette ignorait l’existence de cette fille ; elle fut atterrée. Avoir une négresse à la maison ! Attirer par là tous les regards ! Exciter peut-être la méfiance ! Cadette se monta l’imagination au point de craindre que la frayeur ne tarit le lait de ses vaches » (p. 34-35). Cette réaction de peur face à un être inconnu dont la couleur le range du côté des forces « obscures », n’est pas exprimée en termes de racisme, et l’auteur va montrer comment, en apprenant à connaître l’autre, racialement différent, les préventions et superstitions peuvent tomber. « Sylvia étant descendue du siège devint l’objet de l’attention générale. Sa jeunesse, le madras élégamment noué sur sa tête, sa jolie tournure adoucirent les premières impressions ; et lorsque Joséphine, dans la joie d’être à la campagne, sauta au cou de sa bonne, il y eut un apaisement dans les esprits » (p. 35). Apaisement tout momentané : « Sylvia inspirait toujours un sentiment de répulsion. Cadette avait beau dire que cette vilaine figure ne l’effrayait plus, personne ne voulait le croire » bien que Sylvia ait tout fait pour se rendre utile. « Cette pauvre noire était infatigable : elle taillait et cousait à ravir, blanchissait le linge dans une perfection qui faisait envie aux voisines. Tant de soins ne la dispensaient pas de jouer avec tite maîtresse » (p. 40). Et puis, un jour, Sylvia sauve un petit garçon de huit ans de la noyade : « La mère de l’enfant, incapable en ce moment de distinguer la couleur des joues de Sylvia, l’embrassa, et toutes les laveuses suivirent son exemple » (p. 41). Dès lors, on admira la négresse, qui rendait mille services aux voisines, en particulier pour soigner les malades : « L’affection remplaça l’antipathie » (p. 42). Et ce retournement « s’étendit à tous ceux de sa couleur ; on ne vit plus en eux la race ignorante et cruelle qui avait massacré les blancs de Saint-Domingue. “Certainement, disait l’orateur du village (il y en a toujours un), ils ont été poussés à la révolte par les mauvais traitements. N’est-il pas odieux d’être vendus comme de vils troupeaux ? Vous voyez bien qu’il y a parmi les nègres de belles âmes, et qui sont des hommes comme nous” » (p. 42). Julie Gouraud délivre ainsi aux enfants lecteurs un message condamnant l’esclavage et le racisme. Sa foi catholique la pousse à proclamer bien haut le devoir de charité des riches envers les pauvres, et elle en donne un exemple avec les Forbes, qui ont recueilli Louis et Noémi. À leur retour des Indes, dans leur château de Green Hill, nous apprenons que la châtelaine, très catholique, s’occupe des pauvres et « Louis Philibert recevra donc encore de belles leçons de charité » (p. 51). L’auteur fait alors un parallèle avec la conduite que doivent avoir les colons envers leurs esclaves : « S’il ne voit pas sa mère soigner et consoler de pauvres esclaves, il verra la porte de Green-Hill s’ouvrir aux malheureux Irlandais, que la faim chasse de leur pays » (p. 51-52). Lorsque Louis décrit à Helena, sa sœur, Joséphine et son bon cœur, il illustre ce fait : « Lorsque nous rencontrions de petits nègres, elle leur donnait toujours quelque chose. Si une pauvre négresse pleurait, elle me disait : Allons le dire à maman, elle la consolera » (p. 65). La position de Julie Gouraud face à l’esclavage n’apparaît donc pas très claire. D’un côté, elle semble le condamner, par la bouche d’un « orateur de village », de l’autre, cela lui semble un état de fait qu’il faut accepter tout en faisant son maximum pour que les nègres ne soient pas malheureux et qu’ils soient soignés. Louis explique à sa camarade anglaise comment le sucre est produit à partir des cannes à sucre, et il ajoute : « Les nègres s’amusent beaucoup pendant ce travail. Autrefois j’en étais content ; maintenant qu’ils ont tué tout le monde, ils peuvent bien rire ou pleurer. Oh ! les monstres » (p. 66). Par contre, dès qu’on entre dans la famille et les esclaves domestiques, le ton change. Helena demande à Louis s’il aime Noémi : « Je crois bien ! C’est la nourrice de maman ; sans elle je serais mort. – Je l’aime aussi parce qu’elle vous a sauvé la vie (…) » (p. 66). Comme avec Sylvia, les mérites personnels de Noémi font oublier la race, alors que le groupe indistinct des nègres est vite assimilé à un rassemblement de monstres. Inversement, les domestiques noirs sont présentés comme très attachés à leur maîtres et maîtresses. Quand Louis part au collège, laissant Noémi à Green Hill, celle-ci a beaucoup de chagrin et de larmes, et, pour la consoler, Helena lui parle créole : « Il y eut à partir de ce jour-là des tirades de baragouin que Mme Forbes tolérait par charité » (p. 73).

Helena Forbes et Noémi

32 De son côté, Joséphine, à Paris, évoque son frère Louis et « La vieille Noémi n’était pas oubliée. “Elle aura eu bien soin de son fils blanc ; allez, mère ; ne nous a-t-elle pas préservés déjà de mille dangers ?” » (p. 130-131).

33Les préjugés contre les noirs surgissent parfois sous la plume de l’auteur, surtout lorsqu’il s’agit de s’attaquer à leurs superstitions, que la catholique ne peut tolérer. « L’ignorance a rendu les nègres très superstitieux. Il n’en est pas un, en effet, qui n’interprète les songes de la façon la plus niaise ; et les dames créoles ne sont pas tout à fait exemptes de cette faiblesse » (p. 78).

34L’illustrateur du roman, Émile Bayard, rend cette attitude ambiguë à l’égard des noirs. D’un côté, il montre qu’il existe de la tendresse entre les blancs et les noirs, comme dans la représentation d’Helena et de Noémi :

35et dans le baiser que le jeune homme sauvé enfant par Sylvia lui fait quand ils se retrouvent :

36D’autre part, il grossit les traits négroïdes de Sylvia dont Joséphine a peint le portrait :

37et surtout, il représente la brave servante des sœurs Dupont, obligée d’égorger le perroquet à cause des voisins, comme une négresse terrifiante, le couteau à la main :

38Sans doute n’avons nous pas toutes les réponses aux questions que nous nous sommes posées. Si le roman de Julie Gouraud ne semble pas à première vue être un roman colonial, puisqu’il se déroule essentiellement ailleurs que dans la colonie, il contient de nombreux éléments concernant l’histoire de Saint-Domingue, son climat et sa faune, les caractéristiques de ses habitants créoles et noirs. Tout cela est esquissé, mais les passages dispersés, mis bout à bout, constituent un regard sur cette île, sur l’esclavage, sur les sentiments humains des acteurs de la colonisation. Ce regard dépend pour une part de la mère de l’auteur, et pour une autre de ses convictions catholiques, les deux sources se mêlant de façon inextricable. L’ouvrage nous interroge ainsi, profondément, sur la façon dont les auteurs de livres pour enfants du XIXe siècle ont transmis leurs croyances, leurs préjugés, leurs connaissances sur cet Autre, souvent de couleur, que les colonisateurs ont soumis, par conquête ou par esclavage.

Haut de page

Notes

1 Il faut attendre le deuxième chapitre, p. 14, pour que Saint-Marc, lieu de naissance de sa mère, soit cité.

2 Jean Philippe Garran de Coulon, Rapport sur les troubles de Saint-Domingue, fait au nom de la Commission des Colonies, des Comités de salut public, de législation et de marine réunis, Paris, Imprimerie nationale, an V, t. I, 367 p., an VI, t. II, 625 p.

3 Dalmas, Histoire de la Révolution de Saint-Domingue depuis le commencement des troubles, jusqu’à la prise de Jérémie et du Môle par les Anglais, suivie d’un Mémoire sur le rétablissement de cette colonie par M. Dalmas, Paris, Mame frères, 1814, t. I, XVI, 352 p.

4 Ibid., p. 6.

5 Ibid., p. 10.

6 Ibid., p. 17.

7 Ibid., p. 125.

8 Ibid., p. 137.

9 Antoine Métral, Histoire de l’insurrection des esclaves dans le nord de Saint-Domingue, Paris, chez F. Scherff, Rey et Gravier, Delaunay, et à Genève, chez Manget et Cherbuliez, 1818, 100 p.

10 Ibid., p. 10.

11 Ibid, p. 11.

12 Ibid., 24.

13 Ibid., p. 26.

14 Ibid., p. 46.

15 Ch. Malo, op. cit., p. 142. Pour Y. Farraudière, op. cit., p. 118, c’est au cours de l’année 1792 que « la révolte s’est muée en véritable insurrection armée s’étendant dans l’ouest et se consolidant dans le sud ».

16 Denis Laurent-Ropa, Haïti, une colonie française, 1625-1802, p. 184, donne 1 000 blancs tués, 200 sucreries et 2000 caféières détruites (cité par Y. Farraudière, op. cit., p. 118). Au bout de quelques semaines, on comptait près de 100 000 insurgés (C. L. R. James, Les jacobins noirs. Toussaint Louverture et la révolution de Saint-Domingue, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 (1ère éd. 1938), p. 118).

17 Y. Farraudière, op. cit., p. 105, qui renvoie aux colloques de 1986 et 1997 aux Antilles, pour les débats des historiens sur ces évènements.

18 Pierre Philippe Baignoux et M. A***, Amélina, Godefroy et Augustin ou les trois époques d’Haïti, Tours, Pornin, 1843, 387 p., qui réunit « Amélina, ou la conquête des Espagnols », par M. Baignoux ; « Godefroy et les flibustiers » et « Augustin, ou la Révolte des Noirs », par M. A***. L’anonymat semble levé car paraît en 1846 chez le même éditeur : Alexandre Duboy, Godefroy et Augustin, ou deux épisodes de l’Histoire de Saint-Domingue, avec une notice sur la découverte de cette île, Tous, Pornin, 1846, in-12, 263-XXIV p.

19 Ibid., p. 173-174.

20 Ibid., p. 176.

21 Ibid., p. 212.

22 Ibid., p. 213.

23 Ibid., p. 217.

24 Ibid., p. 217.

25 Jules Lacroix de Marlès, Histoire descriptive et pittoresque de Saint-Domingue : Haïti, par M. de Marlès, Tours, Mame, 1845, 288 p., Bibliothèque de la Jeunesse chrétienne, rééditions en 1850, 1852, 1858, 1862, 1869.

26 Marlès, op. cit., p. 4-5.

27 Marlès, op. cit., Chapitre XVI, p. 207-215.

28 Marlès, op. cit., p. 211.

29 Ibid.

30 Marlès, op. cit., p. 213.

31 Dans Les conteurs en famille, Paris, Vermot, 1860, p. 6-20.

32 Ibid., p. 15.

33 Ibid., p. 18.

34 Ibid, p. 20.

35 V. Denancé, La famille de Martel le Planteur, épisode de la révolution de Saint-Domingue, Limoges, Martial Ardant frères, [1865], in-12, 124 p.

36 Denancé, op. cit., p. 6.

37 Ibid., p. 7.

38 Ibid., p. 32-33.

39 Ibid., p. 80.

40 Ibid., p. 100.

41 Placé dans le chapitre II, p. 23-25, ce passage est manifestement « didactique », fait pour répondre aux questions que les jeunes lecteurs se posent sur Saint-Domingue. Mais il est loin des développements plus nombreux que l’on trouve dans les autres livres pour enfants de Duboy, de Marlès, de Möring, de Denancé.

42 Matthieu Letourneux, Le roman d’aventures, 1870-1930, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2010, p. 78.

43 M. Letourneux, op. cit., « Entre civilisation et sauvagerie : une initiation problématique », pp. 223-273. La colonie est un espace qui échappe à la civilisation (p. 253).

44 « Joséphine, que nous appellerons souvent Josette » (p. 14). L’auteur ne justifie pas l’usage des deux prénoms de la fillette.

45 Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue. Nouvelle édition entièrement revue et complétée sur le manuscrit accompagné de plans et d’une carte hors-texte suivie d’un index des noms de personnes. Par Blanche Maurel et Etienne Taillemite, Paris, Société française d’Histoire d’Outre-Mer, 2004 (1ère éd. 1958), p. 849, 881-885.

46 D’après une demande d’aide faite à Tours, A.D. 37, 4 M 543.

47 Balzac, Lettres à l’étrangère, t. I, 1850, p. 278 : « Vous redevenez grande dame, créole indolente ». Goncourt, Journal, 1865, p. 135 : « Mme Chasseloup-Laubat : des ombres prud’honiennes, mêlées à une grâce de créole ». Citations dans le Trésor de la Langue française.

48 Mémoires d’une poupée, contes dédiés aux petites filles, par Mlle Louise d’Aulnay, Paris, Ébrard, 1839, in-18, XVI-252 p., fig. Le vol, chapitre VII. La pension, chapitre VIII.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Couverture du livre de Julie Gouraud, Les deux enfants de Saint-Domingue, Bibliothèque rose illustrée, Hachette, Paris, 1874.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Guillaume aux pieds de M. Philibert
Crédits Toutes les illustrations sont de Émile Bayard
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Mika et Dodo
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Éliane et Mika, frontispice
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende La nouvelle pensionnaire fit son entrée …
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Helena Forbes et Noémi
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/517/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Manson, « Julie Gouraud et Saint-Domingue : du roman familial au roman pour enfants », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://strenae.revues.org/517 ; DOI : 10.4000/strenae.517

Haut de page

Auteur

Michel Manson

Université Paris Nord 13, EXPERICE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org