Navigation – Plan du site
Dossier thématique

L’apologie de la politique coloniale française dans la littérature pour la jeunesse avant 1914 : un soutien sans limites ?

Bernard Jahier

Résumé

Si la littérature pour la jeunesse se charge, à partir de 1871, de diffuser et d’exalter les thèmes patriotiques activés par le souvenir traumatisant de la guerre de 1870, elle ne manque pas non plus de faire l’apologie de la politique d’expansion coloniale qui se met en place dans les années 1880. Approuvant largement ces conquêtes territoriales qui viennent compenser la perte de l’Alsace-Lorraine, la littérature pour la jeunesse privilégie principalement la mission « civilisatrice » de la France, sans négliger pour autant l’intérêt économique et financier de la colonisation. Ces romans de jeunesse présentent peu de restrictions, sinon limitées voire ambiguës, à l’approbation très majoritaire qu’ils apportent à la politique coloniale de la troisième République. En cela, ils ont contribué, pendant plusieurs générations, à conditionner les jeunes esprits et participé à l’adhésion de l’opinion publique à la politique impérialiste de la France.

Haut de page

Texte intégral

Agrandir Original (jpeg, 188k)Plat de couverture de Jean-Baptiste Blanchard au Dahomey, 1895.

1Au lendemain de la défaite de 1871 et du traumatisme national qui s’en est suivi, la littérature pour la jeunesse, dans un très grand nombre de ses productions, s’est mise au service d’une propagande patriotique animée par le souvenir douloureux de la guerre franco-prussienne, et l’espoir d’une revanche reportée de génération en génération. Cet espoir s’incarnant de manière privilégiée dans la reconquête des provinces perdues d’Alsace et de Lorraine.

2Lorsque, au début des années 1880, sous l’impulsion déterminante, mais non unique, des gouvernements de Jules Ferry, la France s’engage dans une politique extrêmement active de conquêtes coloniales, la littérature pour la jeunesse lui emboîte le pas, sans abandonner pour autant, bien au contraire, les thèmes patriotiques liés directement au souvenir de la guerre de 1870 et de ses conséquences funestes.
Tout se passe alors comme si la propagande patriotique, voire nationaliste, trouvait un nouveau souffle dans les conquêtes coloniales : désormais, l’exaltation de la patrie ne va plus se limiter à la reconquête de la « ligne bleue des Vosges », mais nécessiter d’approuver, sans retenue ni scrupule, l’annexion de nouveaux territoires africains et asiatiques.

3Il suffit d’observer la succession des principaux titres qui paraissent en l’espace de moins de trente ans, de Jean Casteyras d’Adolphe Badin (1886) aux Merveilleuses aventures de Dache, perruquier des zouaves de Paul de Sémant (1911) pour avoir une première mesure de l’abondance et de la variété des livres destinés à la jeunesse qui vantent l’entreprise coloniale. Si l’on ajoute que cette production suit, en quelque sorte pas à pas, les étapes et les péripéties des différentes conquêtes, on aura une idée de l’intérêt porté par les auteurs de jeunesse à la politique coloniale de la France, et aux enjeux qu’elle représente durant cette période, tant sur le plan intérieur qu’au niveau international.

  • 1  Cette caractéristique, qui explique aussi en grande partie l’absence de grandes œuvres littéraires (...)

4Ce n’est pas non plus l’aspect le moins intéressant de cette production romanesque que d’être destinée au lectorat jeune, ou populaire, à une époque où la littérature « adulte » et « sérieuse » se désintéresse presque totalement des affaires coloniales1.

  • 2  Nous renvoyons ici pour l’essentiel aux analyses de Raoul Girardet in L’Idée coloniale en France d (...)

5Il est à remarquer en premier lieu que, dans sa quasi-totalité, la littérature pour la jeunesse ne cherche pas à se faire l’écho de la polémique qui agite les milieux politiques dans les années 1880 et qui oppose deux formes de patriotisme2 : celui qui voit dans l’expansion coloniale une forme nouvelle et inespérée de revanche et celui qui la considère comme un renoncement honteux à l’idéal patriotique. Face à ces querelles qui ne vont durer qu’un temps, la littérature pour la jeunesse considère manifestement dans son ensemble que l’expansion coloniale est une réalisation hic et nunc de la revanche tant attendue et qu’elle va permettre à la France de retrouver une grandeur et une puissance bien mises à mal par la défaite et l’humiliation de 1871.

  • 3  R. Girardet, op. cit., p.106.

6Dans Les Enfants de Marcel, que G. Bruno publie en 1887, l’auteur souligne à dessein le lien réparateur qui s’établit entre ces événements funestes et la compensation offerte aux vaincus par l’existence, présente et future, de terres coloniales. Le sergent Marcel hérite en effet en 1875 d’une exploitation agricole fondée en Algérie par son beau-frère et qui porte le nom hautement symbolique de « Petite-Alsace ». Comme l’a pertinemment analysé Raoul Girardet, « c’est dans l’action colonisatrice et non dans le triomphe de la Revanche que se clôt […] le drame de la défaite et celui de l’exode : implicitement, mais en toute clarté, la naissance d’une “nouvelle France” au-delà de la Méditerranée apparaît bien ici comme une “réparation”, comme une “compensation” à l’amputation du territoire3. »

  • 4  Les Aventures de Sidi-Froussard, publié en 1891 chez Firmin-Didot, dans la série des « Romans patr (...)
  • 5  G. Le Faure, op. cit., p. IV.

7Au fil des années, à mesure que les conquêtes vont se multiplier, ces idées de réparation, ou de compensation, vont avoir tendance à s’estomper au seul profit de la glorification de la puissance française enfin retrouvée, ou en voie de l’être. Dans la préface qu’il rédige en 1890 pour Les Aventures de Sidi-Froussard de Georges Le Faure4, Paul Bonnetain résume clairement l’enjeu de la politique coloniale de la France : « Quand il sera devenu évident pour le moins éclairé des électeurs que notre pays se suiciderait lentement en renonçant à sa politique traditionnelle d’expansion hors d’Europe, le France, plus forte que jamais, sera prête à reconquérir sa suprématie dans le monde5. »

8Une dizaine d’années plus tard, Eugène Josset, dans un livre de lectures moins connu que ceux de G. Bruno, À travers nos colonies, conçu comme un véritable catéchisme colonialiste, pourra dresser le bilan des conquêtes réalisées depuis 1880, et inciter la jeunesse française à s’établir dans les colonies pour permettre à la France de « conserver son rang dans le monde » :

  • 6  E. Josset, À travers nos colonies, Paris, Librairie Armand Colin, 3e édition, 1903, p. 330. L’aute (...)

« La troisième République, qui nous a donné en moins de vingt années la Tunisie, le Soudan, la Côte d’Ivoire (…), a ouvert un champ immense et varié, égal à six ou sept France, à l’activité des jeunes gens entreprenants et laborieux. Qu’ils aillent aux colonies6 ! »

  • 7  Voir en particulier le long article de dix pages, « De France à Madagascar », publié sous la signa (...)
  • 8  Ét. Grosclaude, Un Parisien à Madagascar – Aventures et impressions de voyage–, Hachette et Cie, t (...)
  • 9  Et. Grosclaude, op. cit., p. VIII et IX.

9Dans le contexte de cette apologie univoque de l’expansion coloniale, il est significatif que la littérature pour la jeunesse ignore les critiques ou les oppositions qui se sont manifestées à l’occasion de certaines entreprises. Deux exemples majeurs de cette discrétion : la conquête du Tonkin qui, on le sait bien, précipita la chute de J. Ferry en 1885, et celle de Madagascar en 1895 qui souleva au Parlement de très vives oppositions, suscitées davantage, il est vrai, par la conduite des opérations que par la contestation de l’entreprise elle-même. Or, de nombreux ouvrages et la plupart des périodiques pour la jeunesse, même les plus modérés dans la propagande nationaliste, comme le Magasin d’éducation et de récréation7, célèbrent et justifient la conquête de la « Grande Île ». En ce domaine, la palme revient certainement au livre documentaire d’Etienne Grosclaude, Un Parisien à Madagascar8, qui, dans une préface de dix pages fait l’apologie des conquêtes coloniales, au nom de l’esprit d’aventure, égratignant au passage le souvenir de Voltaire responsable, aux yeux de l’auteur, du « défaitisme français ». La plupart des thèmes développés à l’époque en faveur de la colonisation s’y trouvent rassemblés : « les qualités de notre race » (esprit aventureux, énergie, témérité, endurance, sobriété, droiture …), l’ostension des grandes figures patriotiques des débuts de la troisième République, L. Gambetta, J. Ferry et P. Bert, « l’inoubliable phalange de nos intrépides explorateurs », la défense de « nos intérêts commerciaux » et, last but not least, l’émulation suscitée par la concurrence anglaise9. Là encore, le texte s’achève sur un appel lancé à la jeunesse entreprenante.

10Car, si la politique coloniale se décide entre les élus plus ou moins chenus du Parlement, c’est à la jeunesse que s’adresse l’appel du large. C’est pourquoi, avec une constance remarquable, les ouvrages destinés à la jeunesse présentent les conquêtes coloniales comme autant d’occasions pour elle de satisfaire son goût de l’aventure et de l’entreprise, tout en retrouvant ainsi une confiance en soi qui risque fort d’avoir été ébranlée par les événements de l’Année terrible. Ainsi la littérature pour la jeunesse, et même d’enfance, se trouve-t-elle investie d’une véritable mission politique et sociale, individuelle et collective qui doit servir les intérêts de la patrie. Cet objectif est clairement fixé, par exemple, à l’ensemble des Voyages excentriques de Paul d’Ivoi dans le Catalogue d’étrennes de la librairie Furne pour 1898 :

  • 10  Cité par Marielle Mouranche in Les livres pour l’enfance et la jeunesse de 1870 à 1914, thèse dact (...)

« S’il est vrai que l’avenir de l’expansion coloniale de la France dépende surtout d’un changement dans l’éducation de ses enfants, on peut dire que l’auteur des Voyages excentriques aura bien mérité de son pays en développant chez ses jeunes lecteurs le goût des expéditions lointaines, en éveillant chez eux cet esprit d’initiative […] qui sont les premières causes du succès de nos voisins d’Outre-Manche10. »

  • 11  Citons en particulier les couvertures de Jean le Conquérant et de François François d’Edgar Montei (...)
  • 12  Edgar Monteil, Jean le Conquérant, p. 386-387.

11Cet enthousiasme conquérant s’incarne donc logiquement dans des personnages jeunes, adolescents, auxquels le lecteur s’identifie aisément et qui constituent à ses yeux autant de modèles enviables, qu’il s’agisse des personnages d’Edgar Monteil (François François, Jean le Conquérant), d’Adolphe Badin (Jean Casteyras) ou de F. Méaulle (Paul Gonzales dans L’Homme aux yeux de verre). Souvent, et dans ces cas le lien se fait plus étroit, plus pédagogique, entre les visées coloniales, l’exaltation de la Patrie et le rôle déterminant de l’Armée, le jeune héros est un militaire, comme Jean-Baptiste Blanchard, enrôlé dans l’infanterie de marine (A. Badin), le sergent Simplet (Paul d’Ivoi) ou Georges Cardignac chez le Capitaine Danrit (dans Petit Marsouin). Les avancées territoriales se cristallisent en même temps dans un symbole emblématique dont l’éloge est ressassé à longueur d’ouvrages, le drapeau tricolore, qui flotte sur le plat illustré d’un grand nombre de ces livres11, visualisant et exaltant la présence française sur les cinq continents : « Que la France prenne tout, qu’elle subjugue ces peuples, que le drapeau aux trois couleurs flotte sur le monde entier… », s’écrie l’un des personnages de Jean le Conquérant12.

  • 13  R. Girardet, op. cit., p.132.

12Comme Raoul Girardet l’avait déjà analysé en son temps, il est clair que « l’entreprise coloniale […] a contribué à redonner à la nation la confiance en elle-même ; elle lui a permis de retrouver la foi dans sa force, dans son énergie, dans ses facultés créatrices13 », et pour sa part, la littérature pour la jeunesse a largement contribué à cette action.

13Mais elle ne s’en tient pas là. Si les objectifs de conquête politique et militaire renouent avec la grande épopée révolutionnaire et napoléonienne comme avec la première expansion coloniale, – celle qui avait assuré la possession du Canada, de la Louisiane et d’une partie de l’Inde –, l’accent est mis avant tout, dans le discours politique, comme dans les ouvrages de jeunesse, sur la mission civilisatrice de la France qui se doit d’apporter aux peuples l’héritage des Lumières : la liberté, l’éducation, le respect des droits de l’homme, sans oublier les innovations scientifiques et techniques indissolublement liées à l’idée de progrès. C’est le programme que résume, par exemple, Louis Boussenard dans Les Robinsons de la Guyane dès 1882 :

  • 14  Cité par Hélène Fagot in L’idée coloniale dans la littérature enfantine tendant la période 1870-19 (...)

« Il ne suffit plus aujourd’hui d’arracher à la terre ses secrets, de défricher, de planter et de recueillir. Notre mission est plus haute. Il est d’autres broussailles qu’il nous faut saper, d’autres marais que nous devons assainir […]. À l’œuvre, Français de l’Équateur ! En avant pionniers de la civilisation ! Improvisons ici un coin de France, conquérons pour notre Patrie des hommes et de la terre, sauvons de l’anéantissement cette race indienne qui s’éteint, et collaborons de toutes nos forces à la prospérité de notre France équinoxiale14 ! »

14L’accent sera le même, trente ans plus tard, chez Emile Hinzelin dans Cœurs d’Alsace et de Lorraine, avec une tonalité certes moins laïque mais tout aussi républicaine :

  • 15  Emile Hinzelin, Cœurs d’Alsace et de Lorraine, Paris, Delagrave, s.d. [1913], p.70.

« C’est à elle (la France) qu’est échue la noble mission d’émanciper les peuples, de les ramener dans la voie du progrès et de la liberté, parce qu’elle est et restera l’élue de Dieu, la tête de l’humanité15. »

  • 16  Cité par R. Girardet, op. cit., p. 103.

15La conquête coloniale devient ainsi un combat qui sert à la fois la patrie et la civilisation. En cela, les auteurs pour la jeunesse ne font que reproduire et diffuser la doxa coloniale de la troisième République telle qu’elle a été définie, en particulier, par Jules Ferry dans son fameux discours à la Chambre du 28 juillet 1885, – discours qui ne souleva à peu près aucune opposition, hormis celle de Clémenceau : « Il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures16. »

  • 17  A.M. Rossi et F. Méaulle, L’Homme aux yeux de verre, aventures au Dahomey, Tours, Alfred Mame, 189 (...)
  • 18  E. Josset, op. cit., p.252.

16Cette théorie, qui ne se contente pas d’impliquer la supériorité absolue de la civilisation européenne, mais qui nie l’existence même d’autres civilisations, est reprise, quasi unanimement, comme une sorte de présupposé tacite par les auteurs de jeunesse avant 1914. Cet ethnocentrisme revendiqué et assumé est de surcroît renforcé par la conviction cocardière et chauvine que la France occupe la première place au sein des nations occidentales et que, par conséquent, son action colonisatrice ne peut être que bénéfique et même souhaitée, en raison de ses qualités humaines exceptionnelles (voir supra les propos de Hinzelin). Ainsi peut-on entendre un habitant du Dahomey, converti à l’islam, se réjouir d’être tombé sous la domination française : « Puisqu’il était dans les desseins d’Allah que notre race tombât en asservissement, nous le remercions d’avoir choisi nos vainqueurs parmi les plus doux, les plus justes des hommes17. » À quoi E. Josset fait écho en ajoutant que « la France sait se faire aimer des peuples chez lesquels elle s’établit18. »

  • 19  Cité par R. Girardet, op. cit., p. 84.

17Les apports positifs de la colonisation deviennent alors évidents, comme J. Ferry l’avait déjà proclamé en 1885 : « Est-ce que quelqu’un peut nier qu’il y a plus de justice, plus d’ordre matériel et moral, plus d’équité, plus de vertus sociales, dans l’Afrique du Nord depuis que la France a fait sa conquête19 ? » G. Bruno, deux ans plus tard, semble se souvenir de ces propos dans Les Enfants de Marcel :

  • 20  G. Bruno, Les Enfants de Marcel, Paris, Eug. Belin, 1887, p. 233.

« Aujourd’hui la côte d’Afrique, au lieu d’être un repaire de brigands, s’est transformée en un grand centre de commerce, où toutes les nations viennent s’alimenter. Les terres incultes et fiévreuses y deviennent saines et fertiles ; l’Algérie, plus grande que notre pays natal, se peuple chaque jour. Tu vois…que la France, en colonisant l’Algérie, a rendu et rend encore un grand service à la civilisation20. »

18Eugène Josset, en 1903, s’inscrit dans la même perspective, en précisant encore davantage la mission visiblement supérieure dont la France a le « devoir » de s’acquitter :

  • 21  E. Josset, op. cit., p. 92. Dans le paragraphe suivant, l’auteur évoque encore « la grandeur du de (...)

« Nous, citoyens français, qui reprenons l’œuvre de Rome dans l’Afrique du Nord, nous prétendons civiliser avec plus d’humanité […]. L’indigène le plus misérable de nos colonies est un être pensant et souffrant comme nous […]. S’il nous est inférieur comme intelligence, notre devoir est de lui inculquer nos idées, dans la mesure du possible, de le rendre meilleur, de l’élever jusqu’à nous, en un mot de le civiliser21. »

  • 22  A.M. Rossi et F. Méaulle, op. cit., p. 269.
  • 23  E.J osset, op. cit., p. 201.

19Ce texte capital, dont il faut rappeler qu’il est destiné comme celui de G. Bruno aux enfants des écoles, illustre parfaitement le mélange d’idéal humaniste et de condescendance intolérable dont se réclame, si l’on peut dire dans le meilleur des cas, la politique coloniale de la troisième République. Une partie importante de cette action consiste à sortir les peuples « des ténèbres de l’ignorance22 », en espérant qu’« un jour viendra où les noirs apprécieront comme nous les plaisirs de l’étude23. »

20Cela étant, beaucoup de textes insistent principalement sur les transformations techniques et économiques opérées par la colonisation : la construction des routes, l’assainissement des zones insalubres, l’amélioration quantitative et qualitative des modes de culture, l’aide sanitaire apportée par la médecine occidentale et l’introduction du chemin de fer, instrument de progrès et agent du nouvel impérialisme européen, dont on peut lire cet éloge chez Adolphe Badin :

  • 24  Adolphe Badin, Jean Casteyras, aventures de trois enfants en Algérie, Hetzel et Cie, Magasin d’Édu (...)

« Rien ne fera mieux toucher du doigt aux indigènes les bienfaits et la supériorité de notre civilisation ; rien ne leur montrera plus clairement l’inanité de leurs préjugés et n’aura plus sûrement raison de leurs dernières répugnances à se laisser unifier24. »

  • 25  G. Bruno, op. cit., p. 256-257.
  • 26  Ad. Badin, op. cit., p. 251.

21Mais c’est encore le livre de G. Bruno, Les Enfants de Marcel, qui résume le mieux le sentiment de fierté et de supériorité qu’éprouvent les colons européens en contemplant l’œuvre accomplie depuis leur arrivée. La mise en valeur de la « Petite Alsace », grâce à une « ténacité héroïque » a transformé le désert « en véritable jardin ». « Au lieu de cette maison, de ces champs de blé, de ces vignes, il n’y avait rien du tout », s’exclame le vieux domestique qui fait visiter le domaine au sergent Marcel qui lui répond : « Je suis fier, en songeant que c’est un Français…qui a transformé en vergers les marais stagnants dont le pays était couvert25. » Accomplies par des Français, ces réalisations sont encore plus appréciables. D’autres ouvrages, surtout ceux consacrés à l’Afrique du Nord, insistent de leur côté sur la transformation, ou la création, des cités. Ainsi en est-il de Boufarik, « ce joli village, si prospère et si coquet [qui] était jadis l’un des plus malsains de l’Algérie, au point qu’on l’avait surnommé le « Cimetière des colons26 ». 

  • 27  Ad. Badin, op. cit., p.  315.

22Si l’action civilisatrice de la colonisation se mesure souvent à l’aune des progrès techniques et scientifiques, celle-ci culmine néanmoins, aux yeux de beaucoup, dans le respect des droits humains, avec cette contradiction rarement entrevue, jamais dénoncée, entre les principes revendiqués et les faits. Ainsi peut-on lire que la présence française en Algérie a aboli le racisme et la discrimination, comme un guide se plaît à le rappeler devant la porte de la Kasbah qui est désormais « grande ouverte », alors que « juifs, chrétiens, musulmans, tout le monde peut pénétrer librement […] dans l’ancienne résidence des puissants Deys d’Alger27. »

  • 28  V.Tissot et G. Maldague, La Prisonnière du Mahdi, Hachette, s.d. [1891], Bibliothèque des Écoles e (...)

23Mais c’est, de très loin, la question de l’esclavage qui mobilise l’attention de presque tous les auteurs pour la jeunesse dans leur volonté de célébrer l’action civilisatrice et humaniste de la colonisation française. Non pas le commerce triangulaire pratiqué par les puissances européennes du xvie au xixe siècle, l’esclavage atlantique dénoncé par les philosophes des Lumières, mais l’esclavage interne à l’Afrique. Si Les Enfants de Marcel, Jean-Baptiste Blanchard au Dahomey ou Petit Marsouin se contentent d’y faire allusion, de manière plus ou moins développée, la référence prend une importance substantielle dans La Prisonnière du Mahdi où l’esclavage constitue une sorte de fil conducteur tout au long de l’intrigue. Ce roman de Victor Tissot et G. Maldague28 raconte en effet l’histoire d’une jeune Anglaise, Lilian Rowland, qui, prisonnière du Mahdi (le maître du Soudan depuis 1883), est sommée de se convertir à l’islam, faute de quoi elle sera mise à mort ou, dans le meilleur des cas, réduite en esclavage en rejoignant le harem du sultan. Le récit débute avec l’évocation d’un premier convoi d’esclaves que l’on conduit au Caire et qui annonce une scène analogue située, une centaine de pages plus loin, sur le Nil :

  • 29  V. Tissot et G. Maldague, op.cit., p. 142.

« Un convoi de chair noire passait […]. Étendus sur le dos, les membres serrés par des cordes qui, en s’enfonçant dans les chairs s’étaient rougies de sang, des malheureux […] subissaient ce supplice probablement depuis de longues heures29. »

24La description a bien entendu valeur de dénonciation, mais elle n’est pas encore mise au service d’une démarche de propagande, même si la traite est bien stigmatisée comme « le grand fléau de ce pays » (p.32).

25Un éclairage différent apparaît dans le roman d’Edmond Deschaumes, Le pays des Nègres blancs, où l’on voit un petit groupe de Français, réuni autour de l’ingénieur Chevrillon, délivrer par les armes la population d’un village africain de la menace des « marchands d’ébène » arabes, de surcroît soutenus par des militaires allemands. Si la revanche est alors bien incertaine du côté de l’Alsace, elle se réalise au cœur du Soudan en épousant la cause des droits de l’homme ! L’épisode se clôt par une leçon d’éthique historique favorable, encore une fois, à l’intervention des puissances européennes :

  • 30  Edmond Deschaumes, Le Pays des Nègres blancs, présentation de Jean-Marie Seillan, Paris, L’Harmatt (...)

« C’était la première fois, depuis des siècles, que les bandits arabes recevaient le juste châtiment de leur effronterie et de leur cruauté et rencontraient une résistance de la part de ces populations habituées à trembler devant eux et à se laisser razzier docilement – comme un bétail30 ! »

  • 31  A.M. Rossi et F. Méaulle, op. cit., p. 261.  Le roman est publié alors même que l’invasion du Daho (...)

26L’éradication de l’esclavage africain devient finalement un argument majeur, aux yeux des Européens et plus encore des Français, orfèvres en la matière, pour intervenir dans les pays convoités. C’est la logique développée en particulier dans le roman de Rossi et Méaulle, L’Homme aux yeux de verre, qui considère que l’Européen est devenu « l’ennemi » du pouvoir local (celui de Béhanzin), parce qu’il a interdit la traite et qu’il s’élève d’autre part contre les sacrifices humains pratiqués par les Dahoméens. Ce n’est pas un vulgaire appétit d’annexions, ni le besoin de protéger des comptoirs commerciaux lucratifs qui pousse la France à entreprendre la conquête du Dahomey, mais « l’indignation » du monde civilisé et la demande de ces « tribus pacifiques périodiquement exposées aux incursions dévastatrices des Dahoméens, […] qui s’étaient mises sous notre protectorat31. » Ainsi les mobiles apparemment les plus généreux servent-ils d’alibi aux entreprises coloniales, dans l’une des premières applications de ce qui est devenu de nos jours le fameux « droit d’ingérence »…

  • 32  Id., p. 474.

27Et que dire du discours anti-esclavagiste du Père Anselme, une des rares figures archétypiques de missionnaire catholique dans la littérature pour la jeunesse de cette période, qui dénonce avec la plus grande véhémence « cette consécration du droit du plus fort, cette assimilation de l’homme à une chose, ce refus de reconnaître une âme à un tiers de l’espèce humaine32 », pour mieux incriminer la responsabilité de la religion islamique et sans jamais évoquer, même allusivement, la traite organisée pendant des siècles par les nations chrétiennes ?

28Une argumentation analogue se retrouve dans les Merveilleuses aventures de Dache, perruquier des zouaves, où la pratique de l’esclavage sert en réalité à renforcer le clivage entre les nations civilisées et les autres, pour finalement justifier, de manière implicite, la colonisation des contrées barbares. On s’en rend bien compte lorsque le narrateur incrimine les rois africains qui « par appât du gain », n’hésitent pas à vendre leurs semblables :

  • 33  Paul de Sémant, Merveilleuses Aventures de Dache, perruquier des zouaves, E. Flammarion, s.d. [191 (...)

«  Comme ces peuplades sont absolument sauvages, sans l’ombre d’un sentiment de morale civilisée, il est même fréquent qu’un roi nègre déclare la guerre à son voisin pour lui enlever des nègres, des négresses et des négrillons qu’il vend ensuite au premier trafiquant de chair humaine qui passe avec sa caravane33. »

29Ainsi le jeune Cirage (sic) a-t-il été « enlevé au cours d’une razzia opérée dans sa tribu par un roi voisin qui s’appelait Salkoko » et « revendu à un riche Turc de Tripoli ». Aujourd’hui, il se réjouit d’être au service de Dache qui, en tant que zouave mêlé à toutes campagnes militaires de la seconde moitié du XIXe siècle, incarne les qualités et les vertus du conquérant.

30L’un des effets finalement logique de cette célébration de la mission civilisatrice de la France consiste à réactiver les stéréotypes anglophobes et creuse l’opposition supposée entre les objectifs respectifs de la colonisation française et de la colonisation britannique. L’expansion coloniale des années 1880-1900 réveille d’abord les vieilles rancœurs  et les contentieux séculaires, et la Grande-Bretagne est toujours jugée responsable de la perte du premier empire colonial français, celui qui s’étendait de l’Inde au Canada :

  • 34  Paul d’Ivoi, Le Sergent Simplet à travers les colonies françaises, Paris, Combet, s.d. [1895], p. (...)

« L’Inde est pour moi une Alsace-Lorraine coloniale, s’écrie le sergent Simplet, et ce n’est pas sans une joie réelle que je vois la Russie s’avancer par le nord, alors que nous sommes solidement établis en Indo-Chine. Je suis soldat comme nos ancêtres gaulois et ma devise est : Toutes les revanches34 ! »

  • 35  Ibid., p. 242.
  • 36  Ibid., p. 243.

31Le principal grief, décliné à l’envi dans de nombreux livres de jeunesse, repose sur l’idée que la colonisation française, d’ordre moral, s’effectue dans un désintéressement (presque) total, alors que la colonisation anglaise serait purement commerciale et guidée par la recherche effrénée du profit et du pouvoir : « Vous entreprenez la conquête morale des peuples, tandis que les habitants de la Grande-Bretagne cherchent seulement à les confisquer commercialement35 », résume vigoureusement un personnage du Sergent Simplet. Dans la même page, un tableau édifiant est dressé de la famine qui frappe la population de l’Inde, parce que la puissance coloniale anglaise s’approprie chaque année « les mêmes quantités de céréales », quelles que soient les récoltes obtenues car « il ne faut pas que leur commerce souffre ». Conclusion : « Les Hindous anglais périssent de faim, les Hindous soumis à la France vivent dans l’abondance36. »

  • 37  Paul d’Ivoi, La Capitaine Nilia, éditions J’ai lu, 1982, p. 150. Cet ouvrage, publié pour la premi (...)

32Avec une persévérance et une pugnacité manifestement inlassables, Paul d’Ivoi renouvelle sa diatribe dans La Capitaine Nilia en évoquant, entre autres, « le pavillon du Royaume-Uni de Grande-Bretagne, ce pavillon qui, sur tous les points du monde, flotte comme l’image de la tyrannie avide d’une nation de marchands », tandis que « l’îlot lugubre de Sainte-Hélène proclame la victoire du mercantilisme sur le rêve de gloire37. »

  • 38  « Pour les Africains, France signifie bonté, Angleterre représente l’idée de rapine et de meurtre. (...)

33C’est surtout le recours à la violence qui trace le plus nettement la frontière entre les deux modes rivaux de colonisation, la France s’arrogeant toujours les mérites de la pacification et du respect des peuples38. Il n’y a guère d’ouvrage qui soit, à cet égard, plus virulent que Les Mangeurs de feu, de Louis Jacolliot, qui dénonce à plusieurs reprises les exactions et les massacres perpétrés en Australie au cours du xixe siècle :

  • 39  Louis Jacolliot, Les Mangeurs de feu, Paris, C. Marpon et F. Flammarion, s.d. [1887], p. 547.

« La race anglo-saxonne, qui a conservé toute la brutalité des peuples primitifs, sous le vernis de la civilisation, s’est livrée à une telle chasse à l’homme que sur les cinq à six cent mille indigènes que comptait ce continent avant l’arrivée des Européens, c’est à peine s’il en reste deux à trois mille aujourd’hui. C’est tout simplement épouvantable39… »

  • 40  Capitaine Danrit, Petit Marsouin, Histoire d’une famille de soldats, (3e période 1870-1899), Paris (...)

34Si le terme de génocide avait existé, L. Jacolliot l’aurait utilisé, car il n’hésite pas à parler, de manière tout à fait innovante, de « massacre colonisateur » et de « crime froidement conçu et accompli de lèse-humanité » (p. 563). Les méthodes brutales prêtées aux Anglais (qui occultent celles des Français, comme à l’occasion de la sanglante mission Voulet et Chanoine en 1898) permettent de valoriser davantage encore certaines figures mythiques de la colonisation française, comme Savorgnan de Brazza qui assura la conquête du Congo « par la seule force de la persuasion […] au lieu de marquer sa trace dans ces régions par des massacres et des incendies, comme l’Américain Stanley, qui traversait l’Afrique à la même époque en mitraillant les deux rives du Congo40. » Désormais, les figures de Stanley et de Brazza vont former de manière récurrente un couple antithétique dans l’iconographie et la littérature destinées à la jeunesse.

  • 41  Ibid., p. 340.
  • 42  Capitaine Danrit, La Guerre fatale, Paris, E. Flammarion, 1902-1903.

35Rien d’étonnant si, finalement, les plus virulents en appellent à la destruction de l’Empire britannique, comme Paul d’Ivoi l’évoque à la fin de La Capitaine Nilia, et c’est la prédiction que lance sans surprise le capitaine Danrit dans Petit Marsouin : « Vous verrez l’Angleterre, si puissante qu’elle soit aujourd’hui, s’effondrer sous le poids des injustices dont elle a parsemé le monde41. » Il poussera sa logique jusqu’au bout, et avec délectation, quelques années plus tard, en imaginant l’inimaginable, la guerre inévitable à ses yeux, La Guerre fatale entre les deux puissances coloniales42.

36Il ne faudrait pas croire cependant que la littérature pour la jeunesse s’en tient à cet éloge inconditionnel du rôle civilisateur, bienfaisant et désintéressé attribué à la colonisation française. Tant s’en faut. Son intérêt économique et financier, les possibilités qu’elle offre aux colons et aux aventuriers de s’enrichir, souvent rapidement, sont loin d’être négligés.

37Il arrive d’ailleurs que la conquête militaire soit dénoncée au bénéfice de « la conquête pacifique, la conquête commerciale » : « L’intervention du gouvernement français me fait peur », dit un marchand établi au Tonkin, en ajoutant : 

  • 43  Edgar Monteil, Jean le Conquérant, p. 135-136.

« La France connaît la conquête, elle ne connaît pas la civilisation. Si nos soldats viennent ici, ils ne respecteront pas les usages annamites, ils violeront les habitations, ils auront presque besoin des émeutes et des rébellions, parce qu’il faut justifier une occupation militaire43. »

  • 44  « Je ne sais pourtant lequel est le plus utile à un État, ou un seigneur bien poudré qui sait préc (...)

38Outre que ces propos dénoncent, de manière aussi rare que pertinente, la violence exercée par les puissances coloniales, cet éloge du commerce se situe dans le droit fil de la pensée voltairienne44 et prolonge, là aussi, celle de Jules Ferry : « La politique coloniale est fille de la politique industrielle. »

  • 45  Capitaine Danrit, Petit Marsouin, p. 201.
  • 46  E. Josset, op. cit., p. V.
  • 47  Ibid.
  • 48  Jules Renard,  Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, Paris, Hachette, 1887, « Bi (...)
  • 49  Ibid., p. 130.

39Cela étant, ce sont, la plupart du temps, les perspectives alléchantes d’un enrichissement rapide qui sont mises en avant. Au reste, « la terre est pour rien dans ces pays neufs », s’écrie Georges Cardignac dans Petit Marsouin45, et E. Josset, dans la préface de son livre de lectures vante le potentiel inépuisable des richesses coloniales, encore insuffisamment exploitées à ses yeux ! « Nous achetons par an, écrit-il, un milliard de francs de produits tropicaux à l’étranger. Nos colonies peuvent et doivent nous les fournir46. » Pour que les colonies deviennent rentables, objectif tellement évident qu’il élimine toute autre espèce de considérations, « il importe de préparer nos fils à cette tâche colossale : il faut leur faire connaître nos possessions lointaines et les leur faire aimer comme leur propre patrie47. » De son côté, un certain Jules Renard regrette, comme d’autres, « que le courant d’émigration de France en Algérie ne soit pas plus fort en présence des magnifiques résultats que l’on peut obtenir en travaillant cette terre qui […] renferme en son sein d’incalculables richesses48 » ; et, un peu plus loin, le narrateur évoque avec fierté la persévérance des ces pionniers dont « aujourd’hui, à force de labeur et d’ordre, plusieurs d’entre eux sont devenus millionnaires49. »

  • 50  Edgar Monteil, François François, Paris, Maison Quantin, s.d., [1888], p. 229.
  • 51  Ibid., p. 307.

40Dans ce contexte, il faut réserver une place particulière et éminente au roman d’Edgar Monteil, François François, qui, sous le couvert de la fiction et de l’aventure exotique, constitue une sorte de manuel appliqué d’économie politique et colonialiste. Pour venir en aide à sa famille, le jeune François (il a dix-sept ans) s’exile en Amérique du Sud pour y trouver des marchés. Après de multiples péripéties, conformes aux codes du roman d’aventures, François entreprend de conquérir et d’exploiter une région perdue d’Amazonie où se trouvent des sables aurifères. La conquête de ce marché se transforme rapidement en une véritable expédition militaire qui n’hésite pas à massacrer une tribu indienne qui faisait obstacle à l’entreprise commerciale. Après le massacre, le héros du récit fait cette réflexion, « en poussant un soupir » : « C’est la fin d’une nation […] mais cette nation était un foyer de barbarie, et elle détenait des prisonniers que j’ai délivrés50. » Ni la conscience du crime commis, ni les malédictions et la mort de jeune indienne qui l’aimait, ne vont empêcher François de mener son projet jusqu’au bout. Grâce à l’exploitation de l’or qui va rapporter cinq millions de francs, le jeune conquérant crée une sorte de cité idéale qui consacre la supériorité de la civilisation, évidemment occidentale. Rien ne vient dénoncer la faute originelle sur laquelle repose ce pseudo bonheur, ni la spoliation dont les tribus indigènes sont victimes, car tout le bénéfice de l’entreprise revient au jeune Français. À la fin du livre, François François est décoré par un ministre qui lui dit alors : « Vous avez agi en vrai citoyen […]. Vous êtes un serviteur de la patrie51. » Comment le jeune lecteur des années 1890 pourrait-il en douter et résister à l’envie éventuelle d’imiter ce modèle ?

41Une telle apologie du système colonial français, de ses principes et de ses objectifs, connaît-elle des limites ou, à tout le moins, des restrictions ?

  • 52  Paul Vigné d’Octon, La Gloire du sabre, Paris, E. Flammarion, 1900.
  • 53  Edmond Deschaumes, op. cit., p. XXIX.

42Une première réponse nous est fournie par l’absence, à notre connaissance, de tout roman de jeunesse d’inspiration anticolonialiste. Aucun équivalent, semble-t-il, pour le public jeune, de La Gloire du sabre52 de Paul Vigné d’Octon ou de certains textes d’Octave Mirbeau. Même des ouvrages apparemment critiques à l’encontre du colonialisme révèlent bien des ambiguïtés et des contradictions, comme Jean-Marie Seillan l’a montré à propos du Pays des Nègres blancs. Si Deschaumes dénonce les principes et les méfaits d’une conquête coloniale aussi aveugle que barbare, c’est finalement pour exporter et implanter en Afrique une France « idéale » héritée des Lumières et de la pensée de J.-J. Rousseau, mais toujours consciente de sa supériorité. « Le Pays des Nègres blancs reste bien, en dépit de son titre, un pays de Noirs gouvernés par des Blancs au bénéfice ultime de la puissance coloniale », conclut Jean-Marie Seillan53.

  • 54  Nous renvoyons ici à l’excellent article de Jean Chesneaux, « Jules Verne était-il de gauche ? éta (...)
  • 55  Jules Verne, Un Capitaine de quinze ans, [1878], Paris, Hachette, 1929, 2e partie, p. 5.

43À ce point de la réflexion, on doit s’interroger sur la place qu’occupe l’œuvre de Jules Verne dans ce débat. On le sait, tant il a été écrit à ce sujet, l’auteur des Voyages extraordinaires partage, pour l’essentiel, les préjugés de son temps, en particulier le racisme primaire envers les peuples colonisés, la germanophobie, la misogynie et, à un titre nettement moindre, l’anglophobie – ce qui le distingue de la plupart des auteurs que nous avons rencontrés précédemment54. En revanche, il se montre particulièrement véhément à l’encontre de la pratique de l’esclavage qui se trouve au centre d’un roman comme Un Capitaine de quinze ans : « Ce trafic abominable, longtemps pratiqué au profit des nations européennes qui possédaient des colonies outre-mer […] s’opère toujours sur une vaste échelle, et principalement dans l’Afrique centrale55. » On l’aura remarqué, à la différence de ses confrères, Jules Verne n’hésite pas à rappeler le passé esclavagiste des Européens.

  • 56  J. Verne y évoque la Conférence de Berlin qui, en 1885, a décidé du partage de l’Afrique dans « un (...)
  • 57  Cité par Jean Chesneaux, art.cit., p. 99.
  • 58  Ibid.

44Mais il est aussi l’un des rares, sinon le seul, à jeter, incidemment, le discrédit sur les conquêtes coloniales, notamment dans Sans dessus dessous56 (1889) et Bourses de voyage (1903) où il dénonce la violence avec laquelle les Européens se sont emparés des Antilles, « comme des fauves voraces font d’une proie qui excite leur convoitise57. » Ces références demeurent cependant limitées et marginales au regard de l’étendue de l’œuvre vernienne, et ne permettent pas d’induire une véritable pensée ni une réelle préoccupation anticolonialistes. Récusant finalement la théorie du « révolutionnaire souterrain », Jean Chesneaux prend acte des paradoxes et des contradictions de l’écrivain en avançant qu’« il serait sans doute bien simpliste d’y voir l’expression subliminale d’un sentiment anticolonialiste radical […]. Mais il est non moins clair qu’un romancier dont l’identité politique n’aurait pas dépassé un conservatisme « de droite » à la Paul Bourget […] eût été bien incapable de formuler, et même de concevoir, ces commentaires anticolonialistes58. »

45Ce sont finalement ces paradoxes et ces contradictions qui semblent dominer dans une grande partie des romans coloniaux destinés à la jeunesse, car les critiques à l’encontre du colonialisme, contrairement à ce que pourraient laisser entendre les pages précédentes, ne manquent pas. On peut invoquer à cet égard le discours que tient le premier ministre du roi du Dahomey, dans L’Homme aux yeux de verre, et qui dévoile toute la cupidité des Européens :

  • 59  A. M. Rossi et F. Méaulle, op. cit., p. 450.

« Vous ne l’ignorez pas, ils nous considèrent comme des barbares. Orgueilleux, ils n’admettent pas d’autre civilisation que la leur ; rapaces, ils convoitent toute la terre, et lentement s’acheminent vers leur but dominateur59. »

  • 60  Capitaine Danrit, L’Invasion noire, tome 1, « La mobilisation africaine », Paris, Flammarion, s.d. (...)
  • 61   Adolphe Badin, Jean-François Blanchard au Dahomey, Paris, A. Colin et Cie, 1895, p. 282.

46Admirables propos qui disent sans détour l’essentiel de la vérité ! Comme le réquisitoire du Sultan qui, dans L’Invasion noire, est à la tête de la coalition arabo-africaine qui se prépare à envahir l’Europe ; dénonçant les coups de force commis par les puissances européennes, il jette l’anathème sur cette civilisation « qui repose sur le matérialisme, l’athéisme et le mépris des lois de Dieu60. » De son côté, Jean-Baptiste Blanchard, frappé par les fièvres du Dahomey, s’écrie dans un éclair de lucidité : « On dirait qu’elles veulent se venger sur nous des humiliations et de la ruine que nous avons infligées à leur pays61. » Des passages comme ceux que nous venons de citer appellent cependant à la prudence et nécessitent un certain nombre de remarques :

  • La situation d’énonciation est capitale, car, dans la plupart des cas, les propos critiques sont tenus par les adversaires de ceux qui, dans la fiction, incarnent les valeurs occidentales et françaises. Le statut du locuteur dévalorise donc, ou relativise le contenu de ces propos qui sont rarement à mettre au compte du narrateur ou de l’auteur.

  • Souvent aussi ces critiques sont contredites par le contenu d’ensemble et la visée générale de l’œuvre. Cette situation est particulièrement nette dans le cas de L’Invasion noire qui, au final, se propose de démontrer la supériorité du monde européen sur le monde africano-arabe qui a entrepris de l’envahir, et, plus précisément encore, celle de la France sur le reste de l’Europe !

  • Un certain nombre des ces critiques, apparemment anticolonialistes, sont souvent motivées par le désir d’entacher la réputation britannique, comme on a déjà pu l’évoquer dans Les Mangeurs de feu où la dénonciation des crimes commis à l’encontre des aborigènes australiens sert, en premier, à alimenter l’anglophobie largement partagée à l’époque.

  • Enfin, ces critiques ne remettent (presque) jamais en cause le principe fondateur de la colonisation, surtout pas lorsqu’elle se réclame, comme on l’a vu, de valeurs républicaines, humanistes et civilisatrices.

  • 62  Ibid. p. 208.
  • 63  Capitaine Danrit, Petit Marsouin, p. 121.
  • 64  Ad. Badin, Jean Casteyras, « Magasin d’Éducation et de Récréation », vol. 43, p. 222.
  • 65  Ibid., p. 285.
  • 66  A.M. Rossi et F. Méaulle, op. cit., p. 488.

47Il n’en reste pas moins, cependant, qu’un certain nombre des textes destinés à la jeunesse sont émaillés de réelles remises en cause de l’ethnocentrisme dominant. Nous ne voulons pas seulement parler de l’éloge fréquent des combattants arabes ou africains dont le courage fait régulièrement l’admiration des auteurs (« L’ennemi se bat avec un courage extraordinaire62 », « ce sont de rudes soldats que ces Arabes63 ») et qui est à mettre au compte du vieux poncif de la fraternité guerrière. Mais plutôt de la curiosité réelle qui se manifeste, parfois, pour la culture des peuples conquis : « Je serai si content de visiter une église arabe (sic) » s’écrie le jeune Casteyras avant de visiter une mosquée à Alger64, tandis que la mosquée de Blidah et la cérémonie qui s’y déroule font l’objet d’une longue description qui souligne la gravité et la dévotion des fidèles « [finissant] par imposer le respect aux esprits les plus légers65. » Entendons également cette voix africaine qui, à la fin de L’Homme aux yeux de verre, invite les Européens à se montrer « respectueux des usages du pays66. »

  • 67  Louis Jacolliot, op. cit.  p. 364.

48Cette curiosité et cette attention se transforment rarement en la reconnaissance authentique d’une véritable culture « indigène », voire d’une civilisation, à l’exception notoire des Mangeurs de feu où L. Jacolliot, tout à fait innovateur en ce domaine, fait l’éloge de la population aborigène qui « se trouve rattachée à la grande famille humaine par une foule de croyances, légendes et coutumes, que l’on a crues longtemps appartenir uniquement au berceau de la race blanche67. » Saluons cette voix unique qui, dans les années 1880, reconnaît à une société non-occidentale une existence humaine et culturelle.

  • 68  Edgar Monteil, Jean le Conquérant, p. 192.
  • 69 Ibid., p. 208
  • 70 Ibid., p. 380.
  • 71  Ibid., p. 416.

49Il arrive cependant que le doute soit semé quant à la légitimité des conquêtes coloniales, en particulier dans ce curieux roman d’Edgar Monteil, Jean le Conquérant, qui relève davantage de la fable que du récit d’aventures. Au terme de multiples péripéties, Jean devient l’esclave d’une jeune et riche Annamite qui se justifie en déclarant : « Nous domestiques chez Français, Français peut domestique chez nous68. » Un peu plus tard, un haut dignitaire annamite ne dissimule sa surprise en remarquant que « les Français nous font méchamment la guerre, quoi que nous ne leur ayons rien fait, que nous ne soyons pas allés chez eux69 », ce qui fera dire au philosophe Candès (qui accompagne Jean, comme Pangloss accompagne Candide) : « Les Chinois et les Annamites seraient peut-être aussi un peuple heureux si nous autres, Européens, nous ne mettions pas les pieds sur leur sol70 ? » Ces propos n’engagent cependant aucun débat anticolonialiste et le roman-conte s’achève sur le retour triomphal, à Marseille, du héros que le maire félicite d’avoir « conquis un grand empire et ouvert à notre commerce de nouveaux et féconds débouchés71. »

  • 72  Sans doute à l’image même de son auteur Edgar Monteil (1845-1921), ancien communard, anticlérical (...)

50Roman à la fois grinçant et primesautier, à la tonalité idéologique incertaine, Jean le Conquérant reste partagé entre le respect des valeurs humanistes et la glorification de la France coloniale72.

51Par conséquent, si l’apologie quasi unanime de la colonisation dans la littérature pour la jeunesse comporte bien un certain nombre de restrictions, celles-ci demeurent quantitativement limitées et qualitativement ambiguës, dans la mesure où elles ne permettent jamais de remettre en cause le fondement même de l’entreprise coloniale qui finit toujours par s’imposer aux esprits, soit pour les avantages financiers et économiques qu’elle représente, soit pour des raisons patriotiques.

  • 73  Même si de profonds changements s’opèrent dans l’opinion, et chez les écrivains, après le cataclys (...)

52Il est donc clair que, dans son immense majorité, la littérature pour la jeunesse entre 1880 et 1914 a largement contribué à diffuser et à entretenir l’idéologie colonialiste, avec ses inévitables implications que sont le racisme, le mépris de l’Autre et la certitude de la supériorité occidentale ; comme elle l’a fait pour l’ensemble des thèmes et stéréotypes patriotiques directement engendrés par les événements de 1870-1871. En cela, elle a conditionné, formaté les esprits des jeunes lecteurs et participé, pour de nombreuses décennies, à l’adhésion majoritaire de l’opinion publique à la politique coloniale de la IIIe et de la IVe gépubliques73.

  • 74  Mais elle est aussi, paradoxalement et officieusement, diffusée par l’École grâce au rituel annuel (...)
  • 75  Voir à cet égard l’opuscule de Pierre Nora et Françoise Chandernagor, Liberté pour l’Histoire, CNR (...)

53Il est même permis de penser que cette influence a été vraisemblablement plus efficace et plus large que celle exercée par les manuels scolaires (en dehors des livres de lecture courante dont nous avons parlé) et les ouvrages destinés au public adulte. Le véritable endoctrinement colonialiste s’est effectué en dehors de l’école, par l’intermédiaire de cette littérature pour la jeunesse surabondante74, dans laquelle le texte et l’image se relaient constamment pour célébrer la gloire de la « plus grande France ». Les marques et les traces de cette influence ont été si fortes qu’on les retrouve jusqu’à aujourd’hui, par exemple dans le vote, en février 2005, de cette loi Mekachera qui s’est prononcée sur « le rôle positif de la présence française outre-mer75. » Si le « temps des colonies » continue d’entretenir une telle nostalgie chez un large public (pensons au succès de L’Amant ou du film Indochine) et de bénéficier d’un préjugé manifestement favorable, Paul d’Ivoi et Edgar Monteil, pourtant bien oubliés aujourd’hui, n’y sont peut-être pas pour rien.

Illustration de L. Montégut, Jean le Conquérant, 1888.

Haut de page

Bibliographie

Littérature de jeunesse (ouvrages consultés)

Adolphe BADIN, Jean-Baptiste Blanchard au Dahomey, journal de la campagne par un marsouin, Armand Colin et Cie, 1895.

Adolphe BADIN, Jean Casteyras, aventures de trois enfants en Algérie, J. Hetzel, 1886.

Adolphe BADIN, Une Famille parisienne à Madagascar avant et pendant l’expédition, A. Colin et Cie, 1897.

G. BRUNO (pseudonyme de Mme Fouillée), Les Enfants de Marcel, livre de lecture courante, E. Belin, 1887.

Capitaine DANRIT (pseudonyme d’Émile Driant), L’Invasion noire, Flammarion, s.d. [1894].

Capitaine DANRIT (pseudonyme d’Émile Driant), Petit Marsouin, Histoire d’une famille de soldats, (3e période 1870-1899), Ch. Delagrave, s.d. [1900].

Fernand DECOURT, La Famille Kerdalec au Soudan, Vuibert, 1910.

G. DEMANGE, À travers le Sahara. Aventures merveilleuses de Marius Mercurin, Hachette, 1894, Bibliothèque des écoles et des familles.

Edmond DESCHAUMES, Le Pays des Nègres blancs, Librairie C. Marpon et E. Flammarion, s.d. [1895]. Réédition en 2005 chez l’Harmattan, présentation de J.M. Seillan.

Léo DEX, Trois reporters à Fachoda, Combet et Cie, 1901.

Armand DUBARRY, Aventures périlleuses de Narcisse Nicaise au Congo, Charavay, Mantoux et Cie, s.d. [1885].

Étienne GROSCLAUDE, Un Parisien à Madagascar, aventures et impressions de voyage, Hachette et Cie, 1896.

Paul d’IVOI (pseudonyme de Paul Deleutre), La Capitaine Nilia, éditions J’ai Lu, 1982 [1899].

Paul d’IVOI (pseudonyme de Paul Deleutre), Le Sergent Simplet à travers les colonies françaises, Combet, s.d. [1895].

Louis JACOLLIOT, Les Mangeurs de feu, C. Marpon et Flammarion, 1887.

E. JOSSET, À travers nos colonies, livre de lectures, Armand Colin, troisième édition, 1903.

G. LAMY, Voyage du novice Jean-Paul à travers la France d’Amérique, A. Colin, 1889, « Bibliothèque du Petit Français ».

Georges LE FAURE, Les Aventures de Sidi Froussard, Firmin-Didot, 1891, « Romans patriotiques. »

Edgar MONTEIL, François François, Maison Quantin, 1888.

Edgar MONTEIL, Jean le Conquérant, C. Marpon et Flammarion, 1888.

Jules RENARD, Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, Hachette, 7e édition, 1911 [1887], « Bibliothèque des écoles et des familles ».

A.M. ROSSI et F. MÉAULLE, L’Homme aux yeux de verre. Aventures au Dahomey, Tours, Alfred Mame et fils, 1892.

Paul de SÉMANT (pseudonyme de Paul Cousturier), Merveilleuses aventures de Dache, perruquier des zouaves, E. Flammarion, s.d. [1911].

V. TISSOT et G. MALDAGUE, La Prisonnière du Mahdi, Hachette, 1891, « Bibliothèque des écoles et des familles ».

Jules VERNE, Un Capitaine de quinze ans, Hachette, 1929 (édition originale, J. Hetzel, 1878).

Études historiques et littéraires

Charles-Robert AGERON, L’anticolonialisme en France de 1871 à 1914, PUF, 1973, Dossiers Clio.

Martine ASTIER-LOUTFI, Littérature et colonialisme. L’expansion coloniale vue dans la littérature romanesque française (1871-1914), Mouton, 1971.

Roland BARTHES, « Bichon chez les Nègres », Mythologies, Seuil, 1956.

Jean-Pierre BIONDI et Gilles MORIN, Les Anticolonialistes (1881-1962), Robert Laffont, 1992.

Jean CHESNEAUX, « Jules Verne était-il de gauche ? Était-il de droite ?», Europe, janvier-février 2005, n°909-910, p. 93-106.

Jean CHESNEAUX, Jules Verne : un regard sur le monde, nouvelles lectures politiques, Bayard, 2001.

Hélène FAGOT, L’idée coloniale dans la littérature enfantine pendant la période 1870-1914, mémoire présenté à l’Institut d’études politiques de l’Université de Paris, sous la direction de M. Girardet, 1966-1967.

Léon FANOUDH-SIEFER, Le mythe du Nègre et de l’Afrique noire dans la littérature française (de 1800 à la deuxième guerre mondiale), Librairie C. Klincksieck, 1968.

Marc FERRO, Le livre noir du colonialisme, XVIe-XXIe siècle : de l’extermination à la repentance, Hachette, 2005, « Pluriel ».

Raoul GIRARDET, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, La Table ronde, 1972.

Raoul GIRARDET, Le Nationalisme français. Anthologie 1871-1914, Seuil, 1983.

Gilles MANCERON, Marianne et les colonies, La Découverte/Poche, 2003.

Jean-Marie SEILLAN, Aux sources du roman colonial. L’Afrique à la fin du XIXe siècle, Karthala, 2006.

Jean-Yves TADIÉ, Le Roman d’aventures, PUF, 1982.

Haut de page

Notes

1  Cette caractéristique, qui explique aussi en grande partie l’absence de grandes œuvres littéraires anticolonialistes avant 1914, a été bien soulignée par Jean-Marie Seillan dans son ouvrage capital Aux sources du roman colonial, L’Afrique à la fin du XIXème siècle, éditions Karthala, 2006, p.15.

2  Nous renvoyons ici pour l’essentiel aux analyses de Raoul Girardet in L’Idée coloniale en France de 1871 à 1962, La Table ronde, 1972, p. 102 sqq.

3  R. Girardet, op. cit., p.106.

4  Les Aventures de Sidi-Froussard, publié en 1891 chez Firmin-Didot, dans la série des « Romans patriotiques, a connu un nombre important de rééditions en raison de son inscription dans la liste des livres destinés aux distributions de prix (voir à cet égard le numéro 31 de la revue Le Rocambole, consacré, en 2005, à G. Le Faure, p. 27).

5  G. Le Faure, op. cit., p. IV.

6  E. Josset, À travers nos colonies, Paris, Librairie Armand Colin, 3e édition, 1903, p. 330. L’auteur ne se contente d’ailleurs pas de ces propos enthousiastes, il fournit en appendice renseignements et conseils pratiques « Aux émigrants ».

7  Voir en particulier le long article de dix pages, « De France à Madagascar », publié sous la signature de Louis Sevin dans le n°9 du 1er semestre de 1895, p. 272 à 283.

8  Ét. Grosclaude, Un Parisien à Madagascar – Aventures et impressions de voyage–, Hachette et Cie, troisième édition, 1898. L’ouvrage est dédié « À Alphonse Daudet en souvenir de « Tartarin » – Père des Explorateurs –». L’exemplaire que nous avons consulté est un livre de prix « offert par la ville de Rochefort ».

9  Et. Grosclaude, op. cit., p. VIII et IX.

10  Cité par Marielle Mouranche in Les livres pour l’enfance et la jeunesse de 1870 à 1914, thèse dactylographiée de l’Ecole Nationale des Chartes, 1986, p. 31.

11  Citons en particulier les couvertures de Jean le Conquérant et de François François d’Edgar Monteil, chez Marpon-Flammarion, Le Sergent Simplet à travers les colonies françaises de Paul d’Ivoi, chez Furne, et Petit Marsouin du Capitaine Danrit, chez Delagrave.

12  Edgar Monteil, Jean le Conquérant, p. 386-387.

13  R. Girardet, op. cit., p.132.

14  Cité par Hélène Fagot in L’idée coloniale dans la littérature enfantine tendant la période 1870-1914. Mémoire présenté à l’Institut d’Études politiques de l’Université de Paris, 1966-1967, p.103.

15  Emile Hinzelin, Cœurs d’Alsace et de Lorraine, Paris, Delagrave, s.d. [1913], p.70.

16  Cité par R. Girardet, op. cit., p. 103.

17  A.M. Rossi et F. Méaulle, L’Homme aux yeux de verre, aventures au Dahomey, Tours, Alfred Mame, 1892, p. 422.

18  E. Josset, op. cit., p.252.

19  Cité par R. Girardet, op. cit., p. 84.

20  G. Bruno, Les Enfants de Marcel, Paris, Eug. Belin, 1887, p. 233.

21  E. Josset, op. cit., p. 92. Dans le paragraphe suivant, l’auteur évoque encore « la grandeur du devoir que les nations européennes ont à remplir envers les peuples barbares dont elles foulent le sol »…

22  A.M. Rossi et F. Méaulle, op. cit., p. 269.

23  E.J osset, op. cit., p. 201.

24  Adolphe Badin, Jean Casteyras, aventures de trois enfants en Algérie, Hetzel et Cie, Magasin d’Éducation et de Récréation, volume 43, 1886, p. 251.

25  G. Bruno, op. cit., p. 256-257.

26  Ad. Badin, op. cit., p. 251.

27  Ad. Badin, op. cit., p.  315.

28  V.Tissot et G. Maldague, La Prisonnière du Mahdi, Hachette, s.d. [1891], Bibliothèque des Écoles et des Familles.

29  V. Tissot et G. Maldague, op.cit., p. 142.

30  Edmond Deschaumes, Le Pays des Nègres blancs, présentation de Jean-Marie Seillan, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 142. Première édition chez Marpon et Flammarion, 1893.

31  A.M. Rossi et F. Méaulle, op. cit., p. 261.  Le roman est publié alors même que l’invasion du Dahomey qui va aboutir à la prise d’Abomey, capitale de Béhanzin, est en cours.

32  Id., p. 474.

33  Paul de Sémant, Merveilleuses Aventures de Dache, perruquier des zouaves, E. Flammarion, s.d. [1911], p. 200.

34  Paul d’Ivoi, Le Sergent Simplet à travers les colonies françaises, Paris, Combet, s.d. [1895], p. 222.

35  Ibid., p. 242.

36  Ibid., p. 243.

37  Paul d’Ivoi, La Capitaine Nilia, éditions J’ai lu, 1982, p. 150. Cet ouvrage, publié pour la première fois en 1899 et entièrement inspiré par l’anglophobie de l’auteur, imagine la révolte, fomentée par des Français, des Égyptiens contre les Anglais, au lendemain du fameux épisode de Fachoda qui créa, en 1898, une vive tension entre la France et L’Angleterre. Le roman s’achève, de manière totalement fantasmatique, sur l’effondrement de l’empire britannique et le retour du commandant Marchand à Fachoda ! L’impact de cet événement sur la littérature de jeunesse se retrouve dans plusieurs œuvres du capitaine Danrit et dans Trois reporters à Fachoda de Léo Dex (1901), et mériterait une étude spécifique.

38  « Pour les Africains, France signifie bonté, Angleterre représente l’idée de rapine et de meurtre. » Paul d’Ivoi, La Capitaine Nilia, p. 274.

39  Louis Jacolliot, Les Mangeurs de feu, Paris, C. Marpon et F. Flammarion, s.d. [1887], p. 547.

40  Capitaine Danrit, Petit Marsouin, Histoire d’une famille de soldats, (3e période 1870-1899), Paris, Ch. Delagrave, s.d. [1900], p. 265. Rappelons que Stanley était d’origine britannique.

41  Ibid., p. 340.

42  Capitaine Danrit, La Guerre fatale, Paris, E. Flammarion, 1902-1903.

43  Edgar Monteil, Jean le Conquérant, p. 135-136.

44  « Je ne sais pourtant lequel est le plus utile à un État, ou un seigneur bien poudré qui sait précisément à quelle heure le Roi se lève […], ou un négociant qui enrichit son pays, donne de son cabinet des ordres à Surate et au Caire, et contribue au bonheur du monde. » Voltaire, Lettres Philosophiques, « Lettre 10, sur le Commerce », Garnier, 1964, p. 47.

45  Capitaine Danrit, Petit Marsouin, p. 201.

46  E. Josset, op. cit., p. V.

47  Ibid.

48  Jules Renard,  Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, Paris, Hachette, 1887, « Bibliothèque des Écoles et des Familles » (ouvrage honoré d’une médaille d’argent à l’Exposition Universelle de 1900), p. 32. Que l’on ne se méprenne pas, le « petit Algérien » du titre n’est ni arabe ni berbère, mais le fils ainé d’une famille alsacienne qui s’est établie en Algérie après 1870, comme la famille du sergent Marcel chez G. Bruno. Quant à l’auteur, Jules Renard, il ne semble avoir aucun rapport, hormis l’homonymie, avec l’auteur de Poil de carotte

49  Ibid., p. 130.

50  Edgar Monteil, François François, Paris, Maison Quantin, s.d., [1888], p. 229.

51  Ibid., p. 307.

52  Paul Vigné d’Octon, La Gloire du sabre, Paris, E. Flammarion, 1900.

53  Edmond Deschaumes, op. cit., p. XXIX.

54  Nous renvoyons ici à l’excellent article de Jean Chesneaux, « Jules Verne était-il de gauche ? était-il de droite ? » publié dans la revue Europe, « Jules Verne », n°909-910, janv.février 2005, p. 93 à 106.

55  Jules Verne, Un Capitaine de quinze ans, [1878], Paris, Hachette, 1929, 2e partie, p. 5.

56  J. Verne y évoque la Conférence de Berlin qui, en 1885, a décidé du partage de l’Afrique dans « un code spécial à l’usage des grandes Puissances qui désirent s’approprier le bien d’autrui sous prétexte de colonisation ou d’ouverture de débouchés commerciaux. » Sans dessus dessous, Hachette et Cie, 1918, p. 6.

57  Cité par Jean Chesneaux, art.cit., p. 99.

58  Ibid.

59  A. M. Rossi et F. Méaulle, op. cit., p. 450.

60  Capitaine Danrit, L’Invasion noire, tome 1, « La mobilisation africaine », Paris, Flammarion, s.d. [1894], p. 125. Notons que L’Invasion noire est dédié à Jules Verne et que dans le texte de dédicace, de manière assez inattendue, Danrit dénonce « les puissances européennes découpant le Continent noir en tranches proportionnées à leur appétit et s’en partageant comme un vil bétail les populations primitives. »

61   Adolphe Badin, Jean-François Blanchard au Dahomey, Paris, A. Colin et Cie, 1895, p. 282.

62  Ibid. p. 208.

63  Capitaine Danrit, Petit Marsouin, p. 121.

64  Ad. Badin, Jean Casteyras, « Magasin d’Éducation et de Récréation », vol. 43, p. 222.

65  Ibid., p. 285.

66  A.M. Rossi et F. Méaulle, op. cit., p. 488.

67  Louis Jacolliot, op. cit.  p. 364.

68  Edgar Monteil, Jean le Conquérant, p. 192.

69 Ibid., p. 208

70 Ibid., p. 380.

71  Ibid., p. 416.

72  Sans doute à l’image même de son auteur Edgar Monteil (1845-1921), ancien communard, anticlérical et franc-maçon, devenu préfet de la République en 1888.

73  Même si de profonds changements s’opèrent dans l’opinion, et chez les écrivains, après le cataclysme de la Première Guerre mondiale, l’apologie de l’ « Empire français » va se poursuivre dans les manuels scolaires et la littérature de jeunesse jusqu’à la fin des années 1950, avec une recrudescence marquée durant la période du Gouvernement de Vichy.

74  Mais elle est aussi, paradoxalement et officieusement, diffusée par l’École grâce au rituel annuel de la distribution des prix…

75  Voir à cet égard l’opuscule de Pierre Nora et Françoise Chandernagor, Liberté pour l’Histoire, CNRS éditions, 2008, p. 34. Il faut signaler que cet article de la loi a été modifié en 2006 en supprimant les termes cités.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Plat de couverture de Jean-Baptiste Blanchard au Dahomey, 1895.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits Illustration de L. Montégut, Jean le Conquérant, 1888.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Jahier, « L’apologie de la politique coloniale française dans la littérature pour la jeunesse avant 1914 : un soutien sans limites ? », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 28 août 2014. URL : http://strenae.revues.org/503 ; DOI : 10.4000/strenae.503

Haut de page

Auteur

Bernard Jahier

Normalien, agrégé de lettres

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org