Navigation – Plan du site
Fonds d'archives et collections

Aux origines d’Ibby-France

Francis Marcoin

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « La lecture des jeunes, entre approche psychologique et engagement moral ou citoyen : le CRILJ, l (...)

1Le fonds d’ouvrages et les archives de l’antenne parisienne du CRILJ (Centre de recherche et d’information sur la littérature de jeunesse) ont été déposés à l’université d’Artois et à son laboratoire « Textes & Cultures », qui a ouvert le Centre Robinson, dédié à la documentation et à la recherche sur les publications pour la jeunesse. Dans le cadre de son séminaire de spécialité, sont accueillis les grands acteurs qui ont contribué à la constitution de ce champ, tant en matière de recherche que d’action militante. Ces rencontres fourniront la matière d’une rubrique des Cahiers Robinson, « Passages de témoin » ouverte dès la fin de l’année 2011. Le CRILJ en a constitué tout naturellement le premier centre d’intérêt1, mais les premières rencontres ont révélé un pan d’histoire commune avec l’organisation internationale IBBY, active dans notre pays au travers de la section IBBY-France, portée par la Joie par les livres, Centre national du livre pour la jeunesse. Les premières archives dépouillées illustrent ce passé récent et méconnu, qu’il nous a semblé intéressant de présenter dans cette revue Strenae, dont la récente création consacre, de son côté, l’avènement d’une nouvelle époque.

  • 2  En 1976, Lise Lebel, dont il sera question plus loin, rendant compte du congrès d’Athènes, parlait (...)

2Dans le concert international autour de la littérature pour la jeunesse, la place de la France s’est toujours révélée problématique, même au sein de l’IBBY (International Board on Books for Young People), une organisation qui reste tributaire au plan d’un modèle « nordique »2 mais qui permet aux littératures des pays émergents une réelle visibilité internationale : son président actuel, élu en septembre 2010, Ahmad Redza Ahmad Khairuddin, est un homme d'affaires malaisien titulaire d’un MBA (Master of Business Education) de l'Université de l'Ohio et d’une licence en Administration des affaires de l'Université RMIT de Melbourne.

  • 3  Kinder, Bücher und grosse Leute, Hamburg, Hoffmann u. Campe, 1952.

3IBBY a été créé en 1953 par Jella Lepman, qui avait ouvert en 1949 à Munich, grâce à la fondation Rockefeller, la Bibliothèque internationale de la jeunesse (Internationale Jugendbibliothek München). Cette journaliste allemande (1891-1970) d’origine juive, exilée en Angleterre pendant la deuxième guerre mondiale, était revenue dans son pays à la faveur d’un programme d’éducation pour la zone occupée par les Américains. Pour elle, les livres devaient servir de ponts entre les nations, comme elle le signifie dans son autobiographie non traduite en France, Die Kinderbuchbrücke (1964, rééditée en 1999, littéralement : Le Pont des livres pour enfants). C’est elle qui a donné l’argument de Die Konferenz der Tiere (Zurich, 1949. En français : La Conférence des animaux) à Erich Kästner, membre du premier comité de l’IBBY, et qui a préfacé la traduction en allemand du livre de Paul Hazard, Les Livres, les enfants et les hommes3 où se trouvait déjà développée l’idée d’une communauté internationale de l’enfance.

  • 4  En 1949, à l’Université libre de Berlin, il avait prononcé une Meditacion de Europa, où il avançai (...)
  • 5  Patricia Crampton, An introduction to the History and Work of ibby, 15 pages. Sur la naissance d’I (...)
  • 6  « Union internationale pour la littérature de jeunesse (Ve Congrès) »,BBF, 1958, n°5, p. 377-378 ( (...)

4Le projet de l’IBBY remonte à un congrès de novembre 1951 au titre significatif, International Understanding Through Children’s Books, et marqué par le discours liminaire de José Ortega y Gasset4, « The Educational Paradox and the Idea of a Myth-forming Education », où le philosophe espagnol affirmait qu’une des tâches de l’éducation est de cultiver l’intériorité de l’enfance (« training the inside of children ») et de préserver dans l’adulte la part enfantine5. En octobre 1953, au congrès fondateur de Zurich qui voit le soutien de la fondation suisse Pro Juventute, la France n'a pas encore constitué de section nationale mais on note une intervenante française, Simone Lacroix, tandis qu’une liaison officieuse est établie par l'intermédiaire de la Direction des bibliothèques de France6.

  • 7  Reproduit dans le n° du BBF cité dans la note précédente.
  • 8  Il est alors membre du jury du prix Andersen, décerné par l’IBBY, et membre du jury du prix « Enfa (...)
  • 9  L’IPN, héritier du Musée pédagogique fondé en 1879, est créé en 1956. Lui succèderont en 1970 l’IN (...)
  • 10  On retrouve ces mêmes personnes dans un stage « Littérature pour adolescents » organisé à Liège en (...)

5En 1958, au congrès de Florence, Paul Faucher prononce une intervention, « Comment adapter la littérature enfantine aux besoins des enfants »7. Sont également présents Paul Poindron, conservateur en chef à la Direction des bibliothèques de France8, l’éditeur Michel Bourrelier, R. Dolmazon, inspecteur principal, représentant l'IPN (Institut pédagogique national9) et Mme Le Brizault, professeur au lycée de Versailles, représentant la Ligue de l'enseignement10.

La « Section française »

  • 11  Dans Littérature buissonnière (Libre parcours en littérature de jeunesse), ouvrage dactylographié, (...)

6La France n’a donc pas de section avant 1964, année où René Guillot reçoit le prix Andersen. À l’époque, les discours sur la paix et sur l’amitié des peuples se multiplient, avec des conclusions divergentes. Au plan français, ainsi qu’on le verra plus loin à propos du CRILJ, les éducateurs de toutes tendances essaient de travailler ensemble, « dans la clarté des options de chacun », comme l’écrit Raoul Dubois dans un texte qui relate son expérience avec l’étranger, « Une dimension internationale »11. Communiste déclaré, il entend nouer des relations aussi bien avec la Bibliothèque de Munich ou avec la catholique Jeanne Cappe qui dirige à Bruxelles la revue Littérature de jeunesse, qu’avec les pays de l’Est et la FMJD (Fédération mondiale de la jeunesse démocratique), une organisation qui se présente comme anti-impérialiste. Selon lui, les autres Français, et notamment Paul Poindron qui a suivi en sa compagnie les travaux du congrès de Luxembourg, partagent ses réserves sur cette institution « vivant en vase clos, par un système de cooptation de comités nationaux peu représentatifs, et rejetant à l’époque beaucoup de pays ».

  • 12  Voir Philippe Roy, Le Livre français au Québec (1939-1972), epu, éditions Publibook université, 20 (...)

7À l’origine de cette section française, on trouve l’Association nationale du livre français à l’étranger (ANLFE), créée en 1948 par les éditeurs et qui dispose d’un gros budget affecté par les Affaires étrangères. Son conseil d’administration comprend des représentants de plusieurs ministères à un moment où n’existe pas encore de ministère de la Culture. Elle octroie des aides à la traduction et envoie notamment des livres au Canada12. En 1953, venue des éditions Stock, Monique Hennequin, future secrétaire générale du CRILJ, intègre cette association où elle travaillera auprès de Lise Lebel, sa responsable.

  • 13  Directeur des éditions Hatier.
  • 14  Eudes de la Potterie a été pendant 40 ans responsable de la documentation chez Fleurus-Presse et r (...)
  • 15  écrivain et sociologue d’origine roumaine, qui a signé ses romans sous le nom d’André Massepain.

8Le 15 novembre 1963, celle-ci organise une réunion au Cercle de la librairie dont Raoul Dubois nous donne quelques échos. Paul Poindron y fait l’historique de l’UILJ, l’Union internationale des livres pour la jeunesse, comme on dit alors en français pour désigner l’IBBY, de même que l’on parle de la « Section française » et non d’IBBY-France. Selon P. Poindron, cette association « n’est pas réellement internationale, est disharmonieuse dans sa composition ; ressemble davantage à une espèce de « bonne œuvre » dont la fondatrice reste moralement souveraine ». Sollicité de former une commission française, il lui a semblé impossible de le faire. Pour R. Dubois, il faut que l’UILJ soit ouverte à toutes les nations.
Lise Libel siègera au comité exécutif de IBBY. Autour d’elle, on trouve à l’UILJ des personnalités comme Marcelle Vérité, Raymonde Dalimier, Janine Despinette, Tatiana Rageot, Geneviève Patte, Raoul Dubois, Michel Foulon13, Georges Jean, Paul Poindron, Marc Soriano, Eudes de La Potterie14, André Kédroz15.

  • 16  Voir l’annonce dans le BBF (Bulletin des Bibliothèques de France) :« 13e Congrès de l'Union intern (...)
  • 17  Reproduite dans le BBF tome 17, n°8, 1972. Les actes du congrès, un livret de 124 p. publié sous l (...)
  • 18  Lettre à Lise Lebel, 2 avril 1973.

9En 1972 le 13e congrès de l’IBBY se tiendra à Nice16 avec pour thème « Le rôle de la lecture dans le développement des enfants et des adolescents de nos sociétés en transformation », le rapport introductif étant fait par Pierre Gamarra et le texte de synthèse17 par Marc Soriano. Proche de Lise Lebel, celui-ci a donné des cours à l’école pratique des hautes études et au Cercle de la librairie. Nommé en 1973 maître de conférences à l’université de Limoges, il envisagera d’y créer un centre de recherche sur la littérature pour la jeunesse18 mais il rejoindra très vite l’université de Bordeaux sur un poste de littérature populaire et pour la jeunesse.

10Au plan de la représentation à l’étranger, la situation se complique. En 1970, après deux mandats, Lise Lebel n’était pas rééligible et des élections sont organisées pour la remplacer. C’est Geneviève Patte qui l’emporte sur Raoul Dubois avec 9 voix contre 2 (11 votes exprimés sur 13 votants). Geneviève Patte, qui a été boursière à la Bibliothèque internationale de Munich et qui a été chargée de créer l’association « La Joie par les livres » initiée en 1963 par Anne Gruner-Schlumberger, sera vice-présidente de l’IBBY de 1972 à 1974. Cette situation ne sera pas sans poser quelques problèmes avec Lise Lebel, dont l’organisme continue d’être le support de la « Section française ».

Vers un Institut de Littérature pour la jeunesse ?

  • 19  Voir Raoul Dubois, « Du CRILJ au CRILJ » sur Le Site du CRILJ.

11Parallèlement, au plan intérieur, des personnalités venues d’horizons divers tentent de conjuguer leurs efforts pour promouvoir une littérature de jeunesse qu’ils veulent de qualité. En 1962, Isabelle Jan, Mathilde Leriche, Marc Soriano, Jacqueline et Raoul Dubois, puis Colette Vivier et Raymonde Dalimier, s’étaient réunis de façon informelle autour de Natha Caputo. Ils seront à l’origine du CRILJ, le Centre de recherches et d’information sur la littérature de jeunesse, dont les statuts sont déposés le 6 juillet 1965, l'INRP étant son siège social et Mathilde Leriche sa présidente. Des réunions ont lieu, mais sans fonctionnement régulier19, faute de temps et de moyens.

  • 20  Correspondant de l’Institut à l’Académie des sciences morales et politiques, il a dirigé le CIEP e (...)
  • 21  Inspecteur départemental de l'éducation nationale, auteur de manuels scolaires et d’ouvrages de pé (...)
  • 22  Fondatrice en 1948 avec Henri Wallon de la revue Enfance, elle dirige alors le Laboratoire de psyc (...)
  • 23  Directeur de la Documentation à l’INRP où il animera la Revue française de pédagogie avant de crée (...)

12De son côté, l’inspecteur général Jean Auba20 organise régulièrement au CIEP de Sèvres (Centre international d’études pédagogiques) des journées d'étude ou de formation concernant la littérature pour la jeunesse. Les 18 et 19 mai 1971 s’est tenu un premier colloque sur la littérature enfantine. Un colloque n’est pas alors composé comme aujourd’hui de conférences mais se présente réellement comme un moment de débats, et celui-ci se structure autour de trois commissions, « L’accès au livre », « Livres, media, modèles », « Le livre dans la pédagogie moderne ». Une livraison des Amis de Sèvres (1, 1972, La Littérature enfantine et juvénile) en reprend les recommandations, précédées de plusieurs articles assez courts, « L’enfant d’aujourd’hui dans le monde des media » par André Mareuil21, « La psychologie du jeune lecteur » par Hélène Gratiot-Alphandéry22, « Qu’est-ce que le livre pour enfants ? » par Raoul Dubois (représentant ici la Ligue de l’enseignement), « Les enfants et leur accès aux livres en France » par Jean Hassenforder23.

  • 24  La Littérature enfantine et juvénile, Les Amis de Sèvres n°1, 1972, p. 9.
  • 25  Lettre de Lise Lebel à Isabelle Jan, 6 septembre 1973, en vue d’une réunion à l’ANLFE le 12 septem (...)

13Les 2 et 3 mai 1973 Jean Auba suscite un nouveau colloque reprenant cet intitulé : « La littérature enfantine et juvénile », dirigé par MM. Brechon et Mareuil et organisé autour de quatre commissions, « Pédagogie de la lecture », « Contenu du livre pour enfants », « Problèmes de production et de diffusion du livre » et « Suggestion en vue de la création d’un Institut de littérature pour la jeunesse ». Cette dernière idée apparaissait déjà en 1972 dans l’article d’André Mareuil, parlant d’un tel institut, « avec musée, bibliothèque pilote, classes d’expériences, pour abriter les réunions de tous ceux qui sentent l’importance de l’enjeu. Espérons que ce sera à Sévres ! »24 Il en ressort un vœu unanime sur la constitution d’un groupe de travail chargé d’élaborer les statuts de cet organisme. Groupe composé d’André Mareuil, Lise Lebel, Geneviève Patte, Raoul Dubois, Jacques Charpentreau, Jean Hassenforder et René Fillet, conservateur de la Bibliothèque municipale de Tours, qui en assure l’animation. On s’interroge sur diverses formules : une association loi de 1901, un institut rattaché à une université, ou une fondation, cette dernière ayant la préférence (le 9 octobre, dans une lettre à Jean Auba, Lise Lebel parle de la création d’une Fondation du Livre pour enfants).
Une nouvelle journée est organisée par Jean Auba le 20 juin à Auteuil, où est programmée une réunion avec la Section française de l’UILJ. Il s’agit de mettre à profit le colloque que celle-ci va tenir en octobre à Marly pour y constituer une « cellule de réflexion » dont le CRILJ, après aménagement de ses statuts, pourrait être le support25.

  • 26  « Section française de l’UILJ, compte rendu des réunions des 11 et 12 septembre », 3 feuillets dac (...)

14On assiste donc à un entrecroisement de débats entre la Section française de l’UILJ (portée par l’ANLFE) et le CRILJ dont les représentants (R. Dalimier, B. Epin, G. Finifter) confirment le 12 septembre « qu’ils cèdent volontiers le nom et les statuts de leur association pour qu’elle devienne le support des quatre groupes de travail permanents qui prépareront la Fondation. Ils en sont très vivement remerciés »26. On notera que Raoul Dubois, une des chevilles ouvrières du CRILJ, est alors présent au titre de la « Section française ».

  • 27  « Je me permets de vous rappeler que, si elle a offert aux organisateurs de Sèvres de bénéficier d (...)
  • 28  Cette liste ainsi que les questionnaires retournés avant la rencontre nous donnent une idée précie (...)
  • 29  Voir le fascicule dactylographié, « Rencontre de Marly », 54 pages, dont le texte d’ouverture de G (...)
  • 30  « Inscription au CRILJ et bulletin d’adhésion », document dactylographié non daté, 2 feuillets, do (...)

15La « Rencontre de Marly » sur « La littérature pour les jeunes et la lecture parmi les jeunes » est donc organisée par cette « Section française »27, le secrétariat en étant assuré par l’Association nationale du livre français à l’étranger. Elle laisse chez ceux qui y ont assisté un vif souvenir mêlé de regrets devant des espoirs non réalisés. Elle a réuni 112 personnes28, et quatre commissions s’y sont constituées, préparées par un questionnaire largement diffusé. Le rapport de la commission n° 1, « Recherche », est présenté par Marc Soriano ; celui de la commission n° 2, « Documentation et diffusion de l’information », par Geneviève Patte ; celui de la commission n° 3, « Enseignement de la littérature enfantine et Forma­tion », par Raoul Dubois ; et celui de la commission n° 4, « Production-Diffusion », par François Faucher.
Son objet essentiel tient dans cette idée d’un « Institut national du livre pour enfants »29. À l’issue de la Rencontre ces quatre groupes sont réunis, « en attendant la création d’une Fondation nationale du livre pour enfants, au sein d’une association sans but lucratif, dont les buts ont été définis à Marly »30. Le CRILJ devient donc la fédération de ces quatre groupes de travail, le groupe « Recherche » étant finalement dirigé par Hélène Gratiot-Alphandéry, alors qu’ensuite prévaudra une structuration régionale.

  • 31  Lettre du 4 juin 1974. Archives CRILJ, dossier « Section française ».

16Et si l’on y retrouve les mêmes acteurs derrière le sigle CRILJ, on peut quasiment parler d’une nouvelle association. « Le nouveau CRILJ n’est pas issu de l’ancien CRILJ: il en a repris le support juridique : c’est un éclaircissement qui n’est pas négligeable car : 1) c’est exact ; 2) vous savez que nous aurions rencontré une très forte opposition s’il s’était agi seulement de prolonger ou de ressusciter l’ancien CRILJ: probablement n’aurions-nous jamais abouti à un accord », écrira Lise Lebel à Marc Soriano qui lui a soumis un projet de notice pour son Guide31. Aujourd’hui encore subsistent des appréciations contradictoires sur cette continuité, mais à ce moment affleure perpétuellement l’obsession d’un stricte égalité entre les diverses parties, car il s’agit de rassembler le plus largement possible tous ceux qui ont assisté à la rencontre de Marly.

  • 32  En 1983 le CRILJ change légèrement de dénomination, devenant le Centre de recherche et d'informati (...)
  • 33  « Section française de l’union internationale des livres pour la jeunesse. Réunion du 29 septembre (...)
  • 34  Lettre du 23 octobre 1976 aux membres de la section française, Archives CRILJ.

17Les nouveaux statuts paraissent au Journal officiel du 15 février 197532, le siège social, par arrêté du 30 janvier, étant fixé à Sèvres, au CIEP, mais le secrétariat est assuré par l’ANLFE, rue de l’Ancienne-Comédie. Certaines commissions manifestent dans les débuts un réel enthousiasme et développent une grande activité, mais les difficultés matérielles se font vite sentir, et dans la réunion de bureau du 17 septembre 1975. Lise Lebel, qui est revenue en 1974 au comité exécutif d’IBBY, évoque « les transferts de compétences entre ministères qui peuvent avoir une répercussion au niveau de l’ANLFE, qui, en temps et en argent, assume finalement de nombreux frais pour le CRILJ». René Fillet, le trésorier, demande « que chacun suggère le nom d’une association susceptible de recueillir le secrétariat du CRILJ: ce secrétariat supposant non pas la mise à disposition du CRILJ d’une mémo-dactylo mais un degré d’organisation considérable et le sacrifice de nombreuses heures de loisir ».
Ce qui ressort, c’est l’étroitesse des liens entre la « Section française » et le CRILJ, qui lui a confié « le soin d’assumer les relations avec l’Étranger », comme l’écrit Lise Lebel33, laquelle parlera encore d’une « cinquième commission » ou « groupe autonome chargé des relations internationales »34.

18La question du statut et des financements mobilise beaucoup d’énergie. On continue de penser à une fondation et un premier pas semble franchi avec une subvention de 15 000 francs accordée par la Fondation de France, « pour les premiers fondements du centre d’information que doit être le CRILJ», et en particulier pour la publication de deux répertoires (compte rendu du bureau du 11 décembre 1975). Des tensions naissent en raison d’un compte spécial attribué au groupe « Diffusion » par les éditeurs, qui veulent de l’action plus que de la réflexion. Néanmoins, dans le cadre du festival du livre de Nice, on a pu tenir une exposition, « Le livre et l’école », dont le stand a été mis en forme par Janine Despinette avec l’aide d’artistes, ainsi qu’un colloque, « Je sais lire… et après ». Mais en 1976, les colloques organisés dans le cadre de ce même salon sont jugés « assez désastreux », et Hélène Gratiot-Alphandéry pense que le CRILJ n’a pas les moyens de faire de la recherche.

  • 35  Lise Lebel, lettre du 19 mai 1976 adressée aux membres de la Section française.
  • 36  R. Dubois, « Une dimension internationale », Littérature buissonnière, p. 164.

19En 1976, l’ANLFE ne pouvant plus assumer les frais d’un nouveau mandat, Lise Lebel décide d’abord de se retirer du comité exécutif35, avant de trouver un arrangement. Mais en 1977 les fonds culturels du ministère des Affaires étrangères sont attribués à la Culture, d'où la disparition de l'ANLFE de son soutien matériel, qui affecte tant l’ANLJ que le CRILJ. En 1978, la création d’une nouvelle section de l’UILJ est décidée, réunissant des experts plutôt que des personnalités représentant les « divers courants qui parcourent la sensibilité française sur la littérature de jeunesse »36. Elle se fait d’abord autour de l’association LIRE, dont le siège est boulevard Saint-Germain (secrétariat : François Clément). En 1983-1985, le siège de la section sera rue Saint-Bon, Geneviève Patte étant liaison officer, et Jean Gattégno président. En 1988, c’est Jacqueline Kerguéno, auteur d’ouvrages pour la jeunesse, aujourd’hui directrice du développement international chez Bayard-Presse, particulièrement active en Afrique, qui en est la présidente. À partir de cet instant, nous entrons dans une nouvelle histoire, la Joie par les Livres devenant la section française d’IBBY.

Haut de page

Notes

1  « La lecture des jeunes, entre approche psychologique et engagement moral ou citoyen : le CRILJ, le CIELJ », Cahiers Robinson n°30, à paraître).

2  En 1976, Lise Lebel, dont il sera question plus loin, rendant compte du congrès d’Athènes, parlait de « bloc américain, soutenu par le monde scandinave et par le dynamisme sans complexe du bloc germanique » : « Aucune communication n’a pris référence à la littérature française, à la production française, aux recherches françaises ». En 1975, Geneviève Patte présentait la revue d’ibby, Bookbird, comme l’affaire « privée » de l’Australien Richard Bamberger, bien que financée par l’association (réunion du 12 juin 1975, Archives CRILJ, dossier IULJ, Centre Robinson). Cette revue est aujourd’hui publiée par les presses de l’Université Johns Hopkins.

3  Kinder, Bücher und grosse Leute, Hamburg, Hoffmann u. Campe, 1952.

4  En 1949, à l’Université libre de Berlin, il avait prononcé une Meditacion de Europa, où il avançait l’idée d’États Unis de l’Europe.

5  Patricia Crampton, An introduction to the History and Work of ibby, 15 pages. Sur la naissance d’IBBY, voir aussi Richard Bamberger : « Survey of the history of the International Board on Books for Young People », 20 Yearths of IBBY (1973), consultable sur le site ALO (Austrian Literature Online).

6  « Union internationale pour la littérature de jeunesse (Ve Congrès) »,BBF, 1958, n°5, p. 377-378 (en ligne : http://bbf.enssib.fr/).

7  Reproduit dans le n° du BBF cité dans la note précédente.

8  Il est alors membre du jury du prix Andersen, décerné par l’IBBY, et membre du jury du prix « Enfance du Monde ».

9  L’IPN, héritier du Musée pédagogique fondé en 1879, est créé en 1956. Lui succèderont en 1970 l’INRDP (Institut national de la recherche et de la documentation pédagogique) puis en 1976 l’INRP (Institut national de la recherche pédagogique), dissous le 1er janvier 2011 et intégré à l’École normale supérieure LSH de Lyon. En 1961, un groupe d'étude sur l'action éducative des bibliothèques de jeunes s’y est constitué, rassemblant des chercheurs, des éducateurs et des bibliothécaires dirigeant des bibliothèques de jeunes, notamment des biblio­thèques de lycée. Il a publié un bulletin, Éducation et bibliothèques (13 n° entre 1961 et 1963).

10  On retrouve ces mêmes personnes dans un stage « Littérature pour adolescents » organisé à Liège en juillet de cette année 1958 par le Ministère belge de l’instruction publique à destination des sept pays qui constituaient alors l’Union européenne occidentale. Les conclusions de ce stage sont accessibles en ligne : « Union de l'Europe occidentale. Stage  littérature pour adolescents  »,BBF, 1958, n°7-8, p. 543-546 (en ligne : http://bbf.enssib.fr/).

11  Dans Littérature buissonnière (Libre parcours en littérature de jeunesse), ouvrage dactylographié, Archives CRILJ, Centre Robinson, p. 162-164.

12  Voir Philippe Roy, Le Livre français au Québec (1939-1972), epu, éditions Publibook université, 2008.

13  Directeur des éditions Hatier.

14  Eudes de la Potterie a été pendant 40 ans responsable de la documentation chez Fleurus-Presse et responsable du Centre catholique de documentation lié à ces éditions Fleurus. Il a eu une action importante dans l'organisation corporative des documentalistes et a laissé un fonds au musée de la BD d'Angoulême. Dans les archives du CRILJ déposées au centre Robinson, se trouvent de nombreuses fiches venant de lui.

15  écrivain et sociologue d’origine roumaine, qui a signé ses romans sous le nom d’André Massepain.

16  Voir l’annonce dans le BBF (Bulletin des Bibliothèques de France) :« 13e Congrès de l'Union internationale des livres pour la jeunesse » : « Le prochain Congrès de l'Union internationale des livres pour la jeunesse (U.I.L.J.) aura lieu en France, du 19 au 2I mai 1972. Il est organisé par l'Association nationale du livre français à l'étranger qui, il y a 10 ans, a fondé la Section française de l'U.I.L.J. », BBF, 1972, n° 1, p. 24-25 (en ligne : http://bbf.enssib.fr/).

17  Reproduite dans le BBF tome 17, n°8, 1972. Les actes du congrès, un livret de 124 p. publié sous le double sceau CRILJ/IBBY, sont consultables au Centre Robinson.

18  Lettre à Lise Lebel, 2 avril 1973.

19  Voir Raoul Dubois, « Du CRILJ au CRILJ » sur Le Site du CRILJ.

20  Correspondant de l’Institut à l’Académie des sciences morales et politiques, il a dirigé le CIEP entre 1967 et 1983.

21  Inspecteur départemental de l'éducation nationale, auteur de manuels scolaires et d’ouvrages de pédagogie, il va être élu professeur à l'Université de Sherbrooke.

22  Fondatrice en 1948 avec Henri Wallon de la revue Enfance, elle dirige alors le Laboratoire de psychologie en milieu scolaire de l'Université René Descartes-Paris 5.

23  Directeur de la Documentation à l’INRP où il animera la Revue française de pédagogie avant de créer Perspectives documentaires en éducation.

24  La Littérature enfantine et juvénile, Les Amis de Sèvres n°1, 1972, p. 9.

25  Lettre de Lise Lebel à Isabelle Jan, 6 septembre 1973, en vue d’une réunion à l’ANLFE le 12 septembre (lettre également adressée à M. Leriche, R. Dalimier, B. Epin, G. Finifter, de toute évidence au titre du CRILJ, et à J. Hassenforder, R. Fillet, R. Dubois, au titre du groupe de réflexion). Une autre lettre du même jour invite M. Soriano, J. Charpentreau, F. Faucher, G. Patte, V. Lory. Archives CRILJ, dossier « Sèvres-Marly », Centre Robinson.

26  « Section française de l’UILJ, compte rendu des réunions des 11 et 12 septembre », 3 feuillets dactylographiés, archives CRILJ, dossier « Sèvres-Marly ».

27  « Je me permets de vous rappeler que, si elle a offert aux organisateurs de Sèvres de bénéficier de son initiative, la Section française reste responsable du colloque de Marly », écrit Lise Lebel le 31 août aux membres de l’UILJ. Archives CRILJ.

28  Cette liste ainsi que les questionnaires retournés avant la rencontre nous donnent une idée précieuse de la communauté s’intéressant alors à la question.

29  Voir le fascicule dactylographié, « Rencontre de Marly », 54 pages, dont le texte d’ouverture de Georges Jean, « Présence et vie du livre chez l’enfant et l’adolescent ».

30  « Inscription au CRILJ et bulletin d’adhésion », document dactylographié non daté, 2 feuillets, dossier « Marly », Centre Robinson.

31  Lettre du 4 juin 1974. Archives CRILJ, dossier « Section française ».

32  En 1983 le CRILJ change légèrement de dénomination, devenant le Centre de recherche et d'information sur la littérature pour la jeunesse ».

33  « Section française de l’union internationale des livres pour la jeunesse. Réunion du 29 septembre 1975 », 3 pages dactylographiées, Archives CRILJ.

34  Lettre du 23 octobre 1976 aux membres de la section française, Archives CRILJ.

35  Lise Lebel, lettre du 19 mai 1976 adressée aux membres de la Section française.

36  R. Dubois, « Une dimension internationale », Littérature buissonnière, p. 164.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Marcoin, « Aux origines d’Ibby-France », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 01 août 2014. URL : http://strenae.revues.org/501 ; DOI : 10.4000/strenae.501

Haut de page

Auteur

Francis Marcoin

Université d’Artois, Centre Robinson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org