Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Jean Bruller, dessinateur et illustrateur de la littérature coloniale pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : de Loulou chez les nègres (1929) à Baba Diène et Morceau-de-Sucre (1937)

Nathalie Gibert-Joly

Résumé

Cet article vise à mettre en exergue l’évolution des prises de position contre le colonialisme du dessinateur Jean Bruller, futur écrivain Vercors (1902-1991), dans l’entre-deux-guerres. L’Appel des 121 que Vercors signa sans hésiter en 1960 pour clamer publiquement le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie, son combat dès 1955 en faveur de l’indépendance de ce pays pourraient nous conduire à une interprétation rétrospective erronée, celle d’un homme et d’un mythe de la résistance anticolonialiste dès le début de l’entrée dans l’âge adulte et dans son parcours artistique vecteur de cette pensée. Les illustrations qu’il fournit pour la littérature de jeunesse de l’entre-deux-guerres, mais aussi l’une de ses créations personnelles prouvent au contraire que le dessinateur bascula d’une acceptation inconsciente à une interrogation critique du colonialisme du début des années vingt à la fin des années trente. De l’empan de Loulou chez les nègres à Baba Diène et Morceau-de-Sucre, nous distinguerons trois moments marqués par la publication d’ouvrages-clés pour comprendre la prise de conscience graduelle de Jean Bruller, visible dans ses choix collaboratifs comme dans les rapports entre le texte et ses dessins. Il est nécessaire de le situer dans un temps autant personnel qu’historique : celui d’un jeune homme dans un milieu éducatif et social donné, mais suffisamment attentif au monde pour avoir les moyens de s’en émanciper ; celui de l’artiste dans ses réalités symboliques et économiques, influencé par des réseaux de sociabilité correspondant à certains de ses idéaux ; celui d’artistes et d’écrivains qui s’interrogent, d’intellectuels qui prennent des positions de plus en plus tranchées au cours de ces années-là.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vercors, Les Propos de Sam Howard recueillis par Joë Mab, Rome, Portaparole, 2011.

1Jean Bruller (1902-1991) commença à donner ses premiers dessins dès 1921 dans divers journaux et revues. Sous le pseudonyme de Joë Mab, il fournit régulièrement à la revue Paris-flirt ses propres textes qu’il illustrait et qui viennent d’être édités1. Il dirigea aussi L’Ingénu, revue qui comporta seize numéros entre le 15 juin 1923 et le 1er février 1924 pour laquelle il dessina et écrivit de nombreux récits humoristiques et d’inspiration légère. Contrairement à l’histoire littéraire officielle et à la version maintes fois véhiculée rétrospectivement par Vercors en personne, celui-ci écrivait donc bien avant la fameuse nouvelle clandestine Le Silence de la mer (1942), sous son patronyme comme sous des noms d’emprunt.
Cette activité artistique fut interrompue en février 1924 par sa formation d’officier, puis son service militaire effectué à Tunis entre novembre 1924 et avril 1925. Quand il reprit le crayon, il livra, en plus de ses dessins dans les journaux, un ouvrage qu’il présenta comme son premier album, 21 Recettes pratiques de mort violente (1926). Et ses illustrations pour les ouvrages d’écrivains, démarche ponctuelle en 1924 autour de A Guer…comme à la guerre de P. Mathieu, s’intensifièrent surtout entre 1927 et 1930, avec des résurgences entre 1934 et 1937.

2Jean Bruller illustra des albums pour enfants et pour adultes. Globalement, les albums auxquels il apporta sa contribution se classent en trois catégories :

3les ouvrages prônant ouvertement le pacifisme : Patapoufs et Filifers (1930) d’André Maurois et son pendant pour adultes Deux fragments d’une histoire universelle. 1992 (1929) ; ainsi que Les Mirifiques pérégrinations de Fifi-Tutu-Panpan à travers le ciel (1928) de Jean Montaigne.

  • 2 Pour connaître cette équipe d’artisans du livre, voir notre article « Jean Bruller–Vercors et l’imp (...)

4les ouvrages anglo-saxons traduits (Puck, lutin de la colline de Rudyard Kipling, et le livre pour adultes Comédie en marge du monde, tous deux édités en 1930) qui soulignent le dynamisme d’une équipe stable : l’éditeur Hartmann, l’écrivain A. Maurois, le traducteur J. Vallette, l’illustrateur J. Bruller, l’imprimeur de Belle Ouvrage Ernest Aulard et son typographe Pierre Doré2.

5enfin, la littérature coloniale : pour la jeunesse, évoquons ses illustrations pour les trois séries de Pif et Paf, en particulier Pif et Paf chez les cannibales (1929), Loulou chez les nègres (1929), Baba Diène et Morceau-de-Sucre (1937), et sa bande dessinée Le Mariage de Monsieur Lakonik (1931) ; pour les adultes, Couleurs d’Égypte de Paul Silva-Coronel.

  • 3 Nous sommes l’auteur d’une base de données contenant la correspondance de Vercors (à l’heure actuel (...)

6Rétrospectivement, Vercors revint souvent sur son aventure artistique avec André Maurois, notamment pour rappeler que ses fermes convictions idéologiques l’amenèrent à une collaboration étroite avec celui-ci. Comme il le répéta à maintes reprises, les deux artistes se montraient leur invention au fur et à mesure et se conseillaient mutuellement. Jean Bruller, illustrateur de ces deux récits pacifistes, ne cachait pas être un admirateur de Romain Rolland et d’Aristide Briand. Le jeune artiste envoyait régulièrement à l’écrivain ses nouveaux albums. Sa correspondance avec celui-ci, quoique très parcellaire, l’atteste3. Les mémoires de Vercors, trois volumes intitulés Cent ans d’Histoire de France (1981-1984), insistent sur Briand acteur d’une politique de rapprochement entre la France et l’Allemagne, d’autant plus que le premier tome est clairement estampillé Moi, Aristide Briand. Le pacifisme de Jean Bruller est donc indéniable et s’affichait ouvertement dans ses créations artistiques.

7En revanche, ses réflexions sur la question coloniale ne furent pas aussi constantes que celles qui nourrissaient son pacifisme. Elles subirent un infléchissement notable entre le début des années vingt et la fin des années trente. Cette prise de conscience progressive est visible dans son art entre 1929 et 1937, dont les bornes sont constituées par les albums emblématiques de cette évolution, Loulou chez les nègres et Baba Diène et Morceau-de-Sucre. Ce basculement est perceptible dans sa bande dessinée Le Mariage de Monsieur Lakonik, publié en 1931.

1929 : Loulou chez les nègres porteur des clichés racistes

8En 1929, Jean Bruller est déjà l’auteur de trois albums pour bibliophiles au succès indéniable : 21 Recettes pratiques de mort violente (1926), Hypothèses sur les amateurs de peinture (1927), ainsi que Un Homme coupé en tranches (1929) qui signa son entrée officielle chez Paul Hartmann. À la fin de cette année-là, il illustrait chez le même éditeur Deux fragments d’une histoire universelle. 1992 d’André Maurois. 1929 fut une année riche de deux autres collaborations, cette fois chez Nathan. Celle de Pif et Paf chez les cannibales d’Hermin Dubus, le troisième tome d’une série commencée en 1927 avec Pif et Paf les deux garnements et Pif et Paf naviguent en 1928, et celle de Loulou chez les nègres d’Alphonse Crozière.

9Les titres Pif et Paf chez les cannibales et Loulou chez les nègres fonctionnent dans un parallélisme de construction : les jeunes garçons blancs d’une dizaine d’années, valeureux et volontaires, partent sur un continent étranger donc étrange, hostile et dangereux. Remarquons le jeu d’antithèses entre les prénoms de garnements inoffensifs auxquels les jeunes Français s’identifieront aisément et les substantifs inquiétants des deux titres, qui plus est interchangeables, car à l’image du nègre se superpose celle du cannibale. Antithèses encore entre le singulier et le pluriel, le jeune héros seul contre un groupe d’adultes aux coutumes anthropophages et guerrières. Les titres à eux seuls posent la justification de la colonisation à visée civilisatrice.

10Comment Jean Bruller put-il accepter de contribuer à des ouvrages pour la jeunesse aux relents racistes ? Avançons d’une part que le jeune artiste, quoique déjà reconnu comme talentueux par le milieu, était encore en voie de consécration. Il s’assurait normalement une assise financière, sans forcément avoir le luxe de trier en fonction de ses convictions. D’autre part, il baignait dans une société de l’entre-deux-guerres conditionnée par ces clichés sur les Noirs. Sa participation à ces deux ouvrages semblerait suggérer que le présupposé de la supériorité du Blanc fut pour lui un habitus, c’est-à-dire l’intégration d’une donnée culturelle et idéologique sans que l’esprit ne remette en cause ce racisme inconscient.

  • 4 « J’avais publié (sur commande) une histoire pour enfants […] : deux frères, l’un gros, l’autre mai (...)
  • 5 Lettre de Vercors à Maurice Leclère, répertoriée MS46225001 dans notre base de données de la corres (...)

11Nous nous arrêterons sur Loulou chez les nègres, non que Pif et Paf chez les cannibales ne soit digne de commentaires, mais parce que Vercors estima qu’il répondait pour ce dernier à un ouvrage de commande4. Dans une lettre du 17 janvier 1978, il raconta que ces volumes dont il ne possédait plus aucune trace, eurent du succès en leur temps5. Il faut nous contenter de ces maigres reliques explicatives, alors que trois contributions à cette série se succédèrent. Vercors s’appesantit à l’envi sur ses liens artistiques et amicaux avec André Maurois. Par contre, il resta bien silencieux sur toutes ses autres collaborations de l’entre-deux-guerres. Soit parce qu’on lui posait toujours les mêmes questions trop générales pour fouiller les zones d’ombre d’une première carrière oubliée par le public, soit parce que le mémorialiste qu’il fut synthétisa lui-même trop globalement cette première carrière et sélectionna de manière répétitive les mêmes épisodes.

12En ce qui concerne Pif et Paf chez les cannibales et Loulou chez les nègres, peut-être pouvons-nous avancer une autre hypothèse. Vercors remodela-t-il son passé en omettant ces deux ouvrages aux titres contenant tout un programme d’aventures exotiques pleines de dangers pour le Blanc confronté à des indigènes sauvages ? Si Vercors évoqua la série d’Hermin Dubus, ce fut toujours pour donner la raison pour laquelle André Maurois en vint à souhaiter Jean Bruller pour illustrateur de ses contes fantaisistes. Encore Vercors coupa-t-il le titre aux seuls prénoms des héros « Pif et Paf » et précisa-t-il qu’il s’agissait d’une commande.
S’il évacua délibérément les circonstances de son travail pour Loulou chez les nègres, ce n’est peut-être pas uniquement parce que c’était une commande et qu’il n’avait rien à dire de sa (seule ?) collaboration avec Alphonse Crozière. Notre recherche est en cours. Aussi poserons-nous seulement les bases d’une possible découverte. Loulou chez les nègres aurait-il été écrit par Jean Bruller et Alphonse Crozière, écrivain alors plus connu que le jeune artiste, aurait-il pu accepter de prendre en charge la paternité de ce récit ? Du moins, le dessinateur aurait-il apporté le scénario à Crozière dans une collaboration aussi étroite qu’avec Maurois ?

  • 6 À propos de Patapoufs et Filifers, Paris, Paris bibliothèques, 1999, p. 41.

13Loulou chez les nègres fonctionne comme la suite de Frisemouche fait de l’auto, un récit pour la jeunesse illustré en 1926 par Jean Bruller et paru sans nom d’auteur aux Éditions enfantines Citroën, imprimé par Nathan comme Loulou chez les nègres trois ans plus tard. Frisemouche fait de l’auto fut réédité chez Massin en 1991 grâce au spécialiste de Citroën Fabien Sabatès. Toutefois, l’auteur ne fut pas davantage identifié. Pour la nouvelle réédition de 2011, l’éditeur Portaparole atteste que le texte est de Jean Bruller. Il est indéniable que la pratique artistique de Jean Bruller-Vercors prenait bien souvent un caractère autobiographique. Or, de nombreux indices textuels livrent trop d’instantanés de son enfance pour que l’on n’y voie qu’une simple coïncidence. Si le héros Frisemouche vit ses aventures non loin du domicile parental à bord de sa Citroënnette sans effectuer la traversée du Sahara comme il le lançait pourtant au début du récit à une petite fille, Loulou, lui, voyageant de Colomb-Béchar à la ville de Bangui, ira sur les traces de la Croisière noire, justement organisée par André Citroën entre fin octobre 1924 et fin juin 1925. Loulou est le double de Frisemouche, tant dans les multiples clins d’œil du récit de 1929 qui s’attribue des éléments de celui de 1926, que dans les mises en scènes illustratives du héros à la même physionomie embarqué dans la même auto, mais sans les chevrons Citroën. En 1999, la bibliothèque de l’Heure joyeuse, quant à elle, attribua, grâce au tapuscrit signé conservé dans les archives Nathan, le récit Frisemouche fait de l’auto à… Alphonse Crozière6! Jean Bruller se souvint parfaitement de ses collaborations avec André Maurois. Pourquoi « oublia »-t-il celles avec Alphonse Crozière ? Parce que c’est Jean Bruller en personne l’auteur de tout ou partie des deux textes avec un Crozière complice ? Parce que Vercors oublia rétrospectivement qu’il s’agrégea deux fois à l’écrivain (dont à l’heure où nous écrivons cet article on peut tout autant supposer qu’il inventa réellement les deux contes), et ce, au-delà d’une simple commande comme pour la série des Pif et Paf ? L’enquête reste pour le moment ouverte.

  • 7 Alphonse Crozière, Loulou chez les nègres, Paris, Nathan, 1929. Nous renvoyons pour le récit à l’ét (...)

14Loulou chez les nègres offre une histoire des mentalités de l’époque. La traversée du continent noir appelée la « Croisière Noire » eut des implications économiques et publicitaires évidentes pour Citroën, qui obtint par ailleurs l’aval politique du gouvernement français. André Citroën souhaitait inscrire ce projet dans une visée humaniste. Ne nous leurrons pas : c’était un humanisme colonial. L’exaltation coloniale indéniable de Loulou chez les nègres présente un imaginaire exotique par le décor planté, mais surtout par les stéréotypes qui fleurissent autour de la figure du Noir : les tribus sont composées de femmes et d’hommes laids à l’aspect barbare. Les « femmes-plateaux » provoquent l’inquiétude et l’étonnement, les pygmées sont assimilés à des bêtes de foire. Leur quasi-nudité sonde leur humanité et leur agilité à grimper aux arbres les rapproche davantage du singe que de l’homme. Leurs mœurs, faites de transes hystériques accompagnées de cris proches de la sauvagerie, relèvent de la férocité violente et du cannibalisme. La rencontre de Loulou avec l’éléphant est moins dangereuse que celle d’ « une bande d’affreux aux masques féroces » qui se délectent à l’idée de le « mettre à la broche7 ». Les dessins de Jean Bruller accompagnent le récit sur cette pente. Ils accentuent même l’étrangeté physique des Noirs. Au chapitre VIII, au moment du concours de beautés noires, la double page est envahie pour moitié par un gros plan de nègres aux nez épatés, aux lèvres démesurément grosses et larges jusqu’à une bouche distendue d’un plateau. Celle qui paraît représenter la « belle prêtresse Dika » a les joues, le menton, la bouche en avant à la manière simiesque, alors que le texte ne la détaille pas. Le dessin d’un héros apeuré entouré d’une tribu inquiétante dont on ne perçoit que les yeux et les dents carnassières, et celui du héros attaché à un arbre et imaginant son imminent trépas – à la broche – anticipent l’aventure du chapitre suivant. Certaines images, détachées de l’histoire racontée, reprennent les topoï du roman d’aventures, tel sur cette double page le texte théâtralement encadré par le dessin en couleurs de Loulou tirant sur un lion. D’autres prolongent l’idéologie du texte, notamment Loulou, le héros sans peur, monté sur le roi des animaux, le lion ; son camarade Alfred porté par la trompe d’un éléphant ; enfin, son autre camarade arabe Ben Azout, comme par hasard le peureux du groupe au parler « petit nègre », placé symboliquement à côté d’un singe.
L’année 1929 dévoile donc chez Jean Bruller l’absence de prise de conscience des méfaits du colonialisme. Dans ses mémoires, Vercors fit silence sur cet aspect idéologique au profit d’une insistance sur son pacifisme. Ce n’est que lorsque son anticolonialisme sera bien assis que l’autobiographe en fera explicitement mention.

1931 : Le Mariage de Monsieur Lakonik ou l’entrée dans les interrogations critiques

  • 8 Pour une première approche, il convient de lire Jacques Tramson, « Jean Bruller et Le Mariage de Mo (...)

15L’année 1931 marqua l’apogée éclatante de l’empire colonial français avec l’Exposition de Paris-Vincennes au printemps, et la parution de la seule bande dessinée de Jean Bruller, Le Mariage de Monsieur Lakonik. Nous passerons ici les influences artistiques8 pour nous focaliser sur les rappels clairsemés à Frisemouche fait de l’auto, devenus références pléthoriques dans le cas de Loulou chez les nègres. Textes et dessins de cette bande dessinée, cette fois-ci clairement estampillés Jean Bruller, réactivent donc nos interrogations : serait-ce de la part du jeune artiste un clin d’œil à sa collaboration passée avec Alphonse Crozière ? Ou bien un aveu implicite qu’il est auteur des deux précédents récits de 1926 et de 1929 ?

16Le Mariage de Monsieur Lakonik condense l’histoire de Loulou chez les nègres. Il s’agit précisément des chapitres 21 à 28, mais deux ans plus tard la réécriture est critique. Lakonik, sourd, et Mademoiselle Carpe, muette comme son nom l’indique, retardent indéfiniment leur mariage en partant bien malgré eux dans des aventures improbables à travers le monde. Ces deux anti-héros se suivent constamment dans leurs péripéties hautement comiques, sans jamais se voir l’un l’autre, alors qu’ils sont l’un à côté de l’autre ! Monsieur Lakonik, embarqué sur un paquebot à bord duquel il éprouve un « malaise stomacal », passe par le conduit de la cheminée brûlante et ressort en « bonhomme de pain » que les matelots dégustent.

Le mariage de Monsieur Lakonik, Jean Bruller, Paris, Hartmann, 1931.

17N’est-ce pas la réminiscence du début de Loulou chez les nègres dans lequel le héros ne craint pas de se faire mettre à la broche, car « on les a mis à la raison les cannibales ; ils ne mangent plus que des bonhommes en pain d’épice9 » ? En 1931, Jean Bruller montre cette fois des Blancs qui mangent un Blanc10. Ce renversement idéologique par l’humour se poursuit par la reprise des aventures de Citroën, baptisées « Mission John Citron. Traversée du Sahara, Tunis, lac Tchad » (chapitre 24). Lakonik croyant que l’auto-chenille le conduit à Bizerte, base militaire à côté de Tunis, ne reconnaît pas les paysages vus dans les livres, s’interroge sur l’ignorance des Français en géographie, et conclut : « Voilà où en est notre colonisation ! » (ibidem). La découverte des mondes étrangers véhiculée à travers les livres destinés aux Français, petits et grands, délivre une connaissance erronée, vectrice d’une couleur locale loin de la réalité de la colonisation. Jean Bruller critique d’ailleurs son propre aveuglement de jeune homme qui, affirme-il dans ses mémoires, jetait un regard très naïf sur le monde jusqu’à la fin des années vingt. En effet, le cliché des « rues pittoresques » de Tunis et de la « bonne température » au chapitre 23 du Mariage de Monsieur Lakonik rappelle singulièrement une lettre du jeune militaire mêlé à la population tunisienne six ans plus tôt :

  • 11 Archives Vercors, Université du Maine (Lettre M075226037 de notre base de données).

Tunis 30 novembre [1924]
Chère maman,
Après un jour maussade et un jour de pluie, le beau temps est revenu. Un soleil éclatant, un ciel bleu vif, une température de juin. J’en ai profité pour me balader dans la ville arabe. J’en suis ravi. C’est vraiment une vision bien différente de ce que j’ai vu jusqu’à présent ; et encore je n’ai pas vu grand chose.
Naturellement nous nous sommes promenés dans les souks, où sont les juifs et les arabes marchands. C’est très amusant. Mais les arabes, en dehors de leurs costumes, ne sont pas beaux à voir. Ils sont tous plus ou moins dégénérés : je n’en ai pas vu un vraiment « complet » : ou ils louchent, ou ils biglent, ou ils sont borgnes, ou aveugles. Et quand leurs yeux sont convenables, il leur manque le nez, ou une lèvre. Et si la figure n’a rien, ils sont manchots, ou unijambistes. La plupart ont leurs muscles atrophiés. Mais l’ensemble n’en est que plus pittoresque11.

18Par inadvertance, Monsieur Lakonik entreprend la traversée du Sahara, loin de l’avancée triomphale du héros Loulou.

Le mariage de Monsieur Lakonik, Jean Bruller, Paris, Hartmann, 1931.

19Le motif de l’emprisonnement par des indigènes cannibales est repris. Lakonik est tour à tour entre les mains d’un Arabe, tué par trois Bédouins, eux-mêmes massacrés par dix-huit Berbères, finalement assassinés par soixante Touaregs. Jean Bruller exagère délibérément les topoï de ces récits d’aventures exotiques12. La satire culmine quand Lakonik reprend un stratagème de Loulou : monté sur son kangourou, il se déguise pour exploiter la crédulité supposée des cannibales : « Regardez ce benêt qui croit nous effrayer avec des trucs pareils ! » (chapitre 28). Finalement, ce sont Lakonik et Mademoiselle Carpe qui s’effraieront mutuellement par leurs déguisements identiques ! Loulou tue un caïman pour sauver un bébé des Pygmées, il devient charmeur de serpents ; Lakonik, lui, se tient dans une posture ridicule face à ces deux animaux avant de naviguer sur un « canot-automobile », c’est à-dire un hippopotame13.

  • 14 « La Quinzaine critique (1929-1932) de Pierre de Lescure: une revue à la croisée du culturel et du (...)

20Comment expliquer cette évolution notable dans son art ? Certainement par l’élargissement de son cercle de sociabilité entre 1929 et 1931. L’écrivain Jules Romains fut d’abord un ami de son père Louis Bruller, rencontré en 1924. À la mort de ce dernier en 1930, il reporta son affection sur le jeune Jean Bruller. Jules Romains, mais aussi la première épouse de Jean Bruller, Jeannette Barusseaud, gérante de la librairie « La Porte étroite », qu’il rencontra en 1928, l’introduisirent aux écrivains de l’ancienne Abbaye de Créteil, Georges Duhamel, Charles Vildrac. À cette époque, ces deux anticolonialistes fustigeaient déjà l’impérialisme des pays européens. Ils signèrent le manifeste de juillet 1925 contre la guerre du Rif paru dans le journal L’Humanité. À la même époque, Jean Bruller participa à la revue de son ami Pierre de Lescure, La Quinzaine critique. Nous avons montré ailleurs14 que l’équipe permanente était notamment composée de l’historien Georges Bourgin, ouvertement admirateur de Jean Jaurès, et de Pierre Abraham, frère du journaliste Jean-Richard Bloch auquel Jean Bruller fut rapidement présenté. N’oublions pas l’écrivain André Chamson dont Bruller, désormais familier de l’équipe Hartmann, illustra Compagnons de la nuée (1930). Le mémorialiste Vercors raconta que ce pacifiste anticolonialiste était de son entourage dès le début des années 1930. La conscience plus aiguë de Jean Bruller face à l’impérialisme colonisateur de la France se forgea entre 1929 et 1931, ce qui explique la réécriture critique de Loulou chez les nègres dans Le Mariage de Monsieur Lakonik. L’humour et la dérision, armes d’une littérature destinée à la jeunesse, brisent les clichés tenaces.

1937 : Baba Diène et Morceau-de-Sucre ou la critique du colonialisme

21Baba Diène et Morceau-de-Sucre constitue l’un des rares récits porte-voix de la critique du colonialisme dans l’entre-deux-guerres. Cette œuvre fut à la fois un livre de jeunesse et un livre d’apprentissage de la langue française pour les Japonais. C’est Claude Aveline qui, le 16 avril 1936, invita expressément Jean Bruller à illustrer son récit. Les deux hommes se connaissaient depuis le début des années 1930, et Aveline disait admirer systématiquement l’œuvre que l’artiste lui envoyait. Jean Bruller accepta dès le lendemain et lui envoya ses premiers dessins du personnage de Baba Diène le 22 du même mois. Le 24, Aveline se montra pleinement satisfait :

  • 15 Ces précisions sont possibles grâce à la connaissance de leur correspondance visible sur notre base (...)

Vos dessins sont exactement ce que je rêvais et ils ont beaucoup plu à Hélène Gordon. Elle nous attend lundi à 3 heures, à Paris-Soir. Je voudrais que nous nous voyions avant, pour que je vous dise différentes choses15.

  • 16 Mathilde Lévêque, Ecrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Renn (...)

22À la mi-septembre, Jean Bruller acheva ses trente dessins insérés dans le roman de manière plus traditionnelle que dans les albums précédents. Mathilde Lévêque analyse l’histoire d’une profonde amitié entre deux enfants, le noir Baba Diène et l’étrange enfant que le clan découvre endormi et baptise Morceau-de-Sucre, un jeune noir qui, ayant avalé la potion d’un savant, est devenu blanc16. La métamorphose physique déconstruit les clichés de l’inégalité des races et dénonce efficacement la domination inacceptable des Blancs sur les Noirs. Les deux enfants sont interchangeables, donc égaux, dans plusieurs vignettes dans lesquelles ils sont placés l’un à droite l’autre à gauche, puis dans une autre vignette de façon inverse. Ce sont des doubles, main dans la main, de taille symboliquement identique, là où Loulou était sensiblement plus grand que le voûté Ben Azout, l’arabe craintif s’exprimant dans un français non châtié, contrairement à Baba Diène et à Morceau-de-Sucre. La symétrie parfaite de leur posture et de leur ressemblance – mêmes yeux malicieux, mêmes sourires, mêmes traits fins – coupe verticalement le dessin en deux portraits de l’enfant blanc et de l’enfant noir : le tirage d’une photographie et son négatif. Pour contrer les stéréotypes, la vignette du chapitre IV exhibe ostensiblement ces deux frères tournant la broche sur laquelle rôtit un animal. Claude Aveline et Jean Bruller brocardent ainsi l’image récurrente du Blanc mis à la broche par les cannibales. Dans Baba Diène et Morceau-de-Sucre, l’enfant blanc n’est plus menacé d’un pareil sort.

23Les premières de couverture de Loulou chez les nègres et de Baba Diène et Morceau-de-Sucre méritent la comparaison17.

Loulou chez les nègres, A. Crozière, illustrations Jean Bruller, Paris, Fernand Nathan, 1929.

Baba Diène et Morceau-de-Sucre, Claude Aveline, illustrations de Jean Bruller, Paris, Gallimard, 1937.

(avec l’autorisation des Éditions Gallimard)

  • 18 Claude Aveline, Baba Diène et Morceau-de-Sucre, Paris, Gallimard, 1937, p. 77.

24Les couleurs vives attirent l’œil sur un décor végétal et floral parfaitement identique d’un livre à l’autre. Seulement, en 1929, l’explorateur Loulou est porté en triomphe par quatre grands Noirs ceints d’un minuscule pagne qui préserve la décence. Quelle preuve plus probante de l’éclatante supériorité du Blanc, relayée par le dessin en couleurs du chapitre X, dont les proportions mangent les deux tiers de la page, avec un explorateur en herbe, au casque et à la carabine indispensables au schéma conventionnel, hissé sur les épaules de deux Noirs ? En 1937, la mise en scène est plus sobre et réaliste : des héros de même génération, bras dessus bras dessous. La fraternité est donc possible entre ces enfants qui n’ont d’autre différence que leur couleur de peau. Le père de Baba Diène croyait au début du récit que les Blancs doivent rester avec les Blancs. À la fin, il comprend que cet avis est erroné ; « c’est [plutôt] la jeunesse qui doit rester avec la jeunesse18 ». Cette intericonicité des premières de couverture traduit l’anticolonialisme d’un Jean Bruller qui était économiquement à l’aise et donc n’avait pas besoin d’effectuer un travail alimentaire à cette époque.

25Depuis Le Mariage de Monsieur Lakonik en 1931, Jean Bruller a élargi son réseau de sociabilité en renforçant ses liens épistolaires avec Romain Rolland et André Gide notamment. Sur les conseils de Jules Romains, il a adhéré au PEN Club, association de défense du pacifisme, de l’égalité entre les peuples et les races. Encore silencieux mais attentif, il a assisté aux réunions du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA) enfanté, aux lendemains du péril fasciste de 1934, par l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), créée en mars 1932. Et lui qui ne prêtait son crayon qu’à l’intemporel, participa entre 1935 et 1936 à l’aventure de l’hebdomadaire Vendredi, avec à sa tête le radical André Chamson, le socialiste Jean Guéhenno et la communiste Andrée Viollis. Cet hebdomadaire, né et mort avec le Front populaire qu’il accompagna puis critiqua de plus en plus, publiait des articles sur la question coloniale. Remarquons ce dessin de Jean Bruller paru dans le n°9 du 3 janvier 1936 avec un enfant blanc s'amusant à pourfendre une poupée noire sous le regard attendri de ses parents.

Illustration de Jean Bruller, Vendredi, n°9, 3 janvier 1936.

26Jean Bruller fustige précisément la guerre d'Éthiopie menée par Mussolini dans une volonté colonisatrice. L'enfant blanc est doté des attributs des Bersaglieri, unité d'infanterie italienne reconnaissable au port d'un chapeau décoré de plumes de coq de bruyère.

27En outre, ses dessins pour Baba Diène et Morceau-de-Sucre furent précédés en 1935 de poétiques aquarelles chantant les Couleurs d’Égypte de Paul Silva-Coronel. Et, du 25 octobre au 25 décembre 1936, il illustra Le Blanc à lunettes de Georges Simenon publié dans Les Annales politiques et littéraires. En effet, à l’été 1932, Simenon débarquait en Afrique et faisait paraître à son retour L’Heure du nègre, violent réquisitoire anticolonialiste. Ses trois romans suivants, Le Coup de lune (1933), 45° à l’ombre (1936) et Le Blanc à lunettes signent cette évolution idéologique alors que ses romans antérieurs peignaient une Afrique de roman d’aventures aux clichés innombrables.

28L’art de l’entre-deux-guerres de Jean Bruller fait donc écho à sa prise de conscience progressive et à un militantisme de plus en plus porteur de son anticolonialisme. Mais que recouvre exactement ce mot ? Le dessinateur remit en cause les supposés bienfaits de la colonisation, mais à la fin des années trente, dans le sillage de nombreux autres intellectuels de son temps, il n’était pas assez mûr pour penser la décolonisation. Ce n’est qu’une fois devenu Vercors, dans un heurt traumatisant avec l’Histoire, qu’il franchit le dernier cap et alla au bout de la logique. Ses combats anticolonialistes d’après-guerre en témoignent.

Haut de page

Bibliographie

A - Jean Bruller et la littérature coloniale dans l’entre-deux-guerres

Hermin Dubus, Pif et Paf chez les cannibales, Paris, Nathan, 1929.

Alphonse Crozière, Loulou chez les nègres, Paris, Nathan, 1929.

Jean Bruller, Le Mariage de Monsieur Lakonik, Paris, Hartmann, 1931. Rééd.,Rome, Portaparole, 2011.

Paul Silva-Coronel, Couleurs d’Egypte, s.l.n.d.[1935].

Georges Simenon, « Le Blanc à lunettes », Les Annales politiques et littéraires du 25 octobre au 25 décembre 1936.

Claude Aveline, Baba Diène et Morceau-de-Sucre, Paris, Gallimard, 1937.

B - Etudes critiques

Ouvrages

Alexandra de Lassus, Africains et Asiatiques dans la littérature de jeunesse de l’entre-deux-guerres, Paris, L’Harmattan, 2006.

Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Rennes, PUR, 2011.

Alain Ruscio, La question coloniale dans l’ « Humanité » (1904-2004), Paris, La Dispute/SNEDIT, 2005.

Ouvrages collectifs

Herman Lebovics, « Les zoos de l’exposition coloniale internationale de Paris en 1931 », dans Nicolas Bancel (dir.), Zoos humains, Paris, La Découverte, 2004, p. 367-373.

François Marcoin (dir.), « L’enfant des colonies », dans Cahiers Robinson, n° 7, 2000.

Articles

Mathilde Lévêque, « Pour le cœur et pour l’esprit, tous les hommes sont frères ». Edy-Legrand, Claude Aveline, Blaise Cendrars et Léopold Chauveau, littérateurs pour la jeunesse, ADEN, n°8, octobre 2009, p. 135-151.

Alison Murray, « Le tourisme Citroën au Sahara (1924-1925) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°68, 2000, p.95-108 :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_2000_num_68_1_3937

Haut de page

Notes

1 Vercors, Les Propos de Sam Howard recueillis par Joë Mab, Rome, Portaparole, 2011.

2 Pour connaître cette équipe d’artisans du livre, voir notre article « Jean Bruller–Vercors et l’imprimerie », dans Alain Riffaud (dir.), L’écrivain et l’imprimeur, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 337-358.

Paul Hartmann fut l’un des trois éditeurs principaux de Jean Bruller dans l’entre-deux-guerres. Hartmann publia Un Homme coupé en tranches (1929), Le Mariage de Monsieur Lakonik (1931), et les numéros 1 à 9 des Relevés trimestriels de La Danse des vivants, son œuvre graphique de la maturité publiée entre 1932 et 1938. Les ouvrages que Jean Bruller illustra, Deux fragments d’une histoire universelle, 1992 (1929) conte d’anticipation d’André Maurois, et ceux qui furent tous édités en 1930, Patapoufs et Filifers également de Maurois, Compagnons de la nuée d’André Chamson, Puck lutin de la colline et Comédie en marge du monde de Rudyard Kipling, ont été façonnés par cette équipe aux trois piliers inamovibles : Hartmann, Bruller, et Aulard.
Pour mémoire, les deux autres éditeurs attitrés de Jean Bruller furent Jacques Goldschmidt, propriétaire de la librairie « Aux Nourritures Terrestres », pour les numéros 11 à 16 des Relevés trimestriels, L'Enfer (1935) et Visions intimes et rassurantes de la guerre (1936) ; et l'éditeur-relieur Henri Creuzevault pour Nouvelle clé des songes (1934).

3 Nous sommes l’auteur d’une base de données contenant la correspondance de Vercors (à l’heure actuelle, 3 375 lettres). Elle sera intégrée à un hypersite Vercors, projet en cours de l’Université du Maine dont on peut suivre l’évolution à cette adresse : http://vercorsecrivain.pagesperso-orange.fr/index.html. Les trois lettres entre Jean Bruller et Romain Rolland se situent entre 1933 et 1936, mais l’admiration est plus ancienne, et le réseau de Bruller entre 1929 et 1930 gravite autour de la figure de cet intellectuel pacifiste.

4 « J’avais publié (sur commande) une histoire pour enfants […] : deux frères, l’un gros, l’autre maigre, multipliant les blagues, méchantes mais comiques », déclare rétrospectivement Vercors dans son entretien avec Jean-Pierre Mercier du 25 juin 1990, et reproduit dans Le Collectionneur de bandes dessinées, Paris, juillet 1993, p. 38.

5 Lettre de Vercors à Maurice Leclère, répertoriée MS46225001 dans notre base de données de la correspondance de Vercors.

6 À propos de Patapoufs et Filifers, Paris, Paris bibliothèques, 1999, p. 41.

7 Alphonse Crozière, Loulou chez les nègres, Paris, Nathan, 1929. Nous renvoyons pour le récit à l’étude d’Alexandra de Lassus, Africains et Asiatiques dans la littérature de jeunesse de l’entre-deux-guerres, Paris, L’Harmattan, 2006.

8 Pour une première approche, il convient de lire Jacques Tramson, « Jean Bruller et Le Mariage de Monsieur Lakonik, un Christophe moderne ? », Vercors et son œuvre, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 23-31.

9 Alphonse Crozière, Loulou chez les nègres, op. cit..

10 Voir ce chapitre 21 à l’URL suivant : http://vercorsecrivain.pagesperso-orange.fr/lakonik.html

11 Archives Vercors, Université du Maine (Lettre M075226037 de notre base de données).

12 Voir ce chapitre 25 sur ce site : http://vercorsecrivain.pagesperso-orange.fr/lakonik.html

13 Nous ne le ferons pas dans cet article, mais nous pensons qu’il faudrait analyser plus précisément la fin de Loulou chez les nègres. À partir du chapitre 13, le récit paraît minorer les clichés du jeune héros blanc victorieux des animaux sauvages. Loulou rencontre des Noirs un peu moins stéréotypés, il s’effraie des serpents du chef Bazilou qui lui laisse comme présent le chien qu’il convoitait. Cet animal bien plus familier et domestiqué, ainsi que la résurgence de la poupée ne sont pas sans rappeler deux motifs autobiographiques de Jean Bruller dans Frisemouche fait de l’auto : cette partie serait-elle donc une trame suggérée ou inventée par Bruller, et non par Crozière, qui nuance quelque peu l’idéologie colonialiste de Loulou chez les nègres ?

14 « La Quinzaine critique (1929-1932) de Pierre de Lescure: une revue à la croisée du culturel et du politique », Revues modernistes, revues engagées, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection Interférences, 2011, p. 211-220.

15 Ces précisions sont possibles grâce à la connaissance de leur correspondance visible sur notre base de données.

16 Mathilde Lévêque, Ecrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Rennes, PUR, 2011, p. 119-124. Et « Pour le cœur et pour l’esprit, tous les hommes sont frères ». Edy-Legrand, Claude Aveline, Blaise Cendrars et Léopold Chauveau, littérateurs pour la jeunesse, ADEN, n°8, octobre 2009, p. 135-151.

17 Voir les deux images sur http://vercorsecrivain.pagesperso-orange.fr/babadienemorceaudesucre.html

18 Claude Aveline, Baba Diène et Morceau-de-Sucre, Paris, Gallimard, 1937, p. 77.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le mariage de Monsieur Lakonik, Jean Bruller, Paris, Hartmann, 1931.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Le mariage de Monsieur Lakonik, Jean Bruller, Paris, Hartmann, 1931.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Loulou chez les nègres, A. Crozière, illustrations Jean Bruller, Paris, Fernand Nathan, 1929.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Baba Diène et Morceau-de-Sucre, Claude Aveline, illustrations de Jean Bruller, Paris, Gallimard, 1937.
Crédits (avec l’autorisation des Éditions Gallimard)
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/493/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Illustration de Jean Bruller, Vendredi, n°9, 3 janvier 1936.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/493/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Gibert-Joly, « Jean Bruller, dessinateur et illustrateur de la littérature coloniale pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : de Loulou chez les nègres (1929) à Baba Diène et Morceau-de-Sucre (1937) », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://strenae.revues.org/493 ; DOI : 10.4000/strenae.493

Haut de page

Auteur

Nathalie Gibert-Joly

Université du Maine

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org