Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! La littérature à l’épreuve des romans pour la jeunesse

Olivier Odaert
Référence(s) :

Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! La littérature à l’épreuve des romans pour la jeunesse, préface de Marie-Aude Murail, Collection Interférences, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 450 p., 20 euros.

Texte intégral

1Bertrand Ferrier pose dans cet ouvrage la question traditionnelle et fondamentale de la littérarité, et partant de la légitimité culturelle de ce que l’on appelle la littérature pour la jeunesse. Si la question est entendue, la démarche est originale, car elle part de l’hypothèse qu’ « il existe des marqueurs de littérarité […] spécifiques à la production de fiction destinée à la jeunesse » (p. 16). Bertrand Ferrier s’appliquera donc à définir la littérarité propre à son objet, sans forcément revenir sur les critères traditionnels de la littérature générale, ce qui explique le sous-titre de son livre : il ne s’agit pas ici de forcer la littérature pour la jeunesse à entrer dans le moule d’une littérarité préconçue, mais de définir la littérarité propre à la littérature pour la jeunesse. (Pour des raisons évidentes, Bertrand Ferrier s’est défini un corpus relativement restreint dans le champ : les romans pour la jeunesse français – pour lecteurs de plus de 10 ans – parus entre 1995 et 2008.)

2L’autre originalité de ce livre est incontestablement son style, volontiers irrévérencieux, souvent espiègle. L’auteur, romancier, traducteur et novélisateur pour la jeunesse, n’avait visiblement pas l’intention de disparaître complètement sous le masque de l’académique. Mais cet écart de langage ne porte jamais préjudice au sérieux du livre, qui donne à lire de savoureuses conversations, effrontées mais pertinentes, avec des critiques canonisés, comme Eagleton, Genette, et bien d’autres. Bertrand Ferrier, en somme, écrit comme il pense, c’est-à-dire sans tabous, ce qui est plutôt rafraîchissant.

3Afin d’attaquer la question de la littérarité l’esprit libre, justement, l’auteur tourne volontairement le dos à la question des légitimations littéraires officielles – qui tendent à distinguer les « bons » livres des « mauvais » –, mais aussi à certaines formes de légitimations symboliques traditionnelles, celles qui tendent à distinguer les « vrais livres » pour la jeunesse des produits commerciaux, considérés comme de « faux livres ». Persuadé toutefois que la « littérarité » des textes est liée au moins en partie à leurs « conditions de production », il propose dans sa première partie une analyse du contexte, c’est-à-dire un état des lieux documenté de l’édition pour la jeunesse en France, notamment entre 2006 et 2008. Ce qu’il constate, en plus des phénomènes évidents – augmentation de la production, spécialisation, importance des auteurs anglophones –, peut être résumé en quelques notions bien mises en place : sérialité, ambiguïté quant au public cible (adulte/jeunesse), polyexploitation (néologisme désignant les phénomènes de transmédialité) et fantasy. Sans être garantes du succès en édition pour la jeunesse, ces lignes directrices seraient apparemment le dénominateur commun des livres qui marchent. L’analyse est fort bien documentée (Bertrand Ferrier connaît bien le monde de l’édition), mais aurait peut-être gagné à être mise en perspective avec d’autres champs éditoriaux et littéraires : ce que l’auteur dit de l’édition pour la jeunesse contemporaine pourrait, dans les grandes lignes, se dire de l’édition populaire en général, depuis la deuxième moitié du XXe siècle et, pour certains phénomènes, dès le XIXe siècle. L’entrée en matière du livre de B. Ferrier est excellemment documentée et très instructive à plusieurs égards, elle constituera certainement un outil de grande valeur pour le chercheur. On regrettera toutefois les difficultés de l’auteur à articuler clairement le concept de littérarité au contexte éditorial, puisqu’il finit par affirmer que « la littérarité est totalement indépendante du texte » et qu’en définitive « [c]’est au lecteur d’établir, si bon lui semble ou s’il a éprouvé le sentiment de son existence, la littérarité d’un texte. » (p.144). À ce prix-là, le concept n’est guère opératoire, et son articulation avec les productions pour la jeunesse perd de son évidence.

4Mais de telles analyses constituaient sans doute un préalable nécessaire à la deuxième partie du livre, la plus remarquable, dont l’objectif ambitieux est de démontrer, dans les textes cette fois, comment une littérarité spécifique à la littérature pour la jeunesse se constitue en réponse à l’horizon d’attente des lecteurs. Articulée en trois temps, consacrés successivement au vocabulaire, à la syntaxe et au niveau de langue des textes, cette réflexion plonge au cœur le plus intime des textes, pour montrer comment les exigences de simplicité et de lisibilité liées au lectorat implicite de la littérature pour la jeunesse – autant de preuves traditionnellement à charge de ces œuvres – induit une véritable réflexion sur le langage, une mise en question et une transgression de ses codes sociaux et autres, qui implique un réinvestissement, une réappropriation du monde par le langage, et partant, selon Ferrier, une littérarité spécifique : « non, s’adresser à la jeunesse ne suppose pas d’utiliser un vocabulaire nécessairement pauvre ; non, cela ne suppose pas non plus de respecter une syntaxe uniforme et guindée […], cela ne suppose pas non plus […] de produire un discours au niveau de langue systématiquement respectable et suffisamment neutre […] » (p.256-257).

5La troisième et dernière partie du livre procède de la même intention que la deuxième, mais s’intéresse cette fois aux thématiques de la littérature pour la jeunesse. Ferrier montre dans un premier temps comment elle réinvestit les thématiques traditionnelles que sont, par exemple, la famille et l’éducation, en remotivant ses structures narratives tout en s’adaptant aux évolutions historiques et sociales. Ensuite, il s’agit d’observer comment la littérature pour la jeunesse s’attaque à ses propres limites en s’attachant aux thématiques de la sexualité et de la mort. Ferrier montre alors avec perspicacité à quel point les textes les plus explicites et manifestement libérés des vieilles conventions morales peuvent justement fonctionner à plein comme outils de moralisation, tandis que les textes proprement littéraires, en s’interrogeant implicitement sur les rapports entre leurs mots et les réalités dont ils traitent, transgressent les habitudes et suggèrent une réappropriation du monde par la fiction.

6Au final, on retiendra de ce livre sa prise de position forte, et argumentée, dans un débat important sur le littéraire. L’ouvrage a les défauts de ses qualités : emporté, il tend parfois à défendre une position plutôt qu’à la construire, et perd un peu de sa fermeté dans sa définition de la littérarité. Mais ce travail important constitue néanmoins un pas engagé vers une autonomisation plus importante de la recherche sur la littérature pour la jeunesse, dont le moins que l’on puisse espérer est qu’il suscite le débat. En montrant comment la littérarité du roman pour la jeunesse se constitue précisément là où les préjugés désignent des tares, et en articulant l’étude de ses conditions de production et de son horizon d’attente à une analyse à la fois externe et interne, dans une connaissance parfaite de son objet, Bertrand Ferrier aura également contribué à légitimer la littérature pour la jeunesse. Finalement, son livre constituera pour le chercheur un outil performant, grâce notamment aux quelques « encadrés » qui jalonnent le texte et qui font le point sur une question actuelle, comme le développement du roman homosexuel pour la jeunesse ou l’importance croissante des traductions dans le champ de la littérature pour la jeunesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Odaert, « Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! La littérature à l’épreuve des romans pour la jeunesse », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 22 août 2014. URL : http://strenae.revues.org/486

Haut de page

Auteur

Olivier Odaert

Université de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org