Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le Jugurtha des Français? Représentations d’Abd el-Kader dans la littérature et la culture de jeunesse françaises à l’époque coloniale

Carole Boidin

Résumé

L’émir Abd el-Kader est une figure marquante du panthéon scolaire de la IIIe République. Il est présenté comme un héros à multiples facettes, tantôt fauve indomptable, tantôt mystique, mais c’est sa fidélité finale à la France qui lui vaut les honneurs de la mémoire coloniale. Cependant cette mémoire n’est pas univoque, alors même qu’elle s’adresse à la jeunesse. Cet article se propose d’interroger ces images d’Abd el-Kader présentes sur différents supports visant les enfants et les adolescents, afin d’observer quelques modes de fonctionnement de cette culture. La perspective change selon les époques et les tendances idéologiques. De plus, si la présence de l’Émir héroïque est massive, elle ne se répartit pourtant pas de manière homogène dans tous les domaines et reste paradoxalement assez effacée dans la littérature, où émerge un nouveau genre romanesque dans lequel un tel genre de héros n’a de place qu’en tant que souvenir lointain.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Arthur Rimbaud, « Jugurtha », v. 2, disponible dans L’Œuvre-vie, édition du centenaire établie par (...)

Et dixit levis aura : « Nepos est ille Jugurthae »
(Et une brise légère a dit : « Voilà le descendant de Jugurtha »)1.

1À l’occasion d’un concours scolaire de composition poétique en latin, le jeune Rimbaud remporte le premier prix en traitant le sujet imposé (« Jugurtha ») de manière inattendue : un jeune enfant né en Afrique est désigné comme le descendant de Jugurtha, dont le spectre vient lui conseiller la révolte puis la soumission à la France. Ce poème est doublement parodique : d’une part, il parodie les auteurs latins ayant mis en scène l’héroïsme du jeune Jugurtha, descendant de Massinissa ; d’autre part, il exploite de façon saisissante une comparaison fréquemment formulée dans la propagande colonialiste, entre le héros antique et l’Émir qui fut l’ennemi de la France.

  • 2  Kateb Yacine, Abdelkader et l’indépendance algérienne, Société Nationale d’Édition et de Diffusion (...)

2De façon non moins saisissante, Kateb Yacine prononce à 17 ans, en 1947, un vibrant discours sur Abd el-Kader dans la salle des Sociétés savantes à Paris, où il a été invité sous l’égide du Parti du peuple algérien. Demandant le soutien des savants pour l’émancipation algérienne, il récuse ce genre de comparaisons en ces termes : « L’émir Abd el-Kader, souverain d’Algérie, pose les fondations d’un État, où ni l’instruction, ni la justice, ni même les élections municipales n’étaient négligées. Et pourtant, que de savants européens de l’époque se le représentent comme un souverain paresseux, entouré de concubines […] !2 »

3Ces deux anecdotes montrent l’importance de la figure d’Abd el-Kader dans les représentations de l’Algérie construites à destination de la jeunesse à l’époque coloniale. Ils manifestent également les regards différents qui ont été portés sur cette imagerie, qui ne s’est pas imposée de façon univoque à toutes les consciences. Cette figure est donc un bon révélateur de la façon dont se construit une culture coloniale de la jeunesse, culture complexe qui ne se résume pas à une propagande colonialiste véhiculée par la presse et les manuels scolaires.

Les images d’Épinal d’une figure de la conquête

Du rebelle au patriote : les étapes d’une modélisation

  • 3  Les publications sont multiples et se pillent les unes les autres. Elles sont à replacer dans une (...)

4Dans la seconde moitié des années 1840, après la prise de la Smala en 1843 puis la reddition d’Abd el-Kader en 1847, un important nombre de fascicules à bas prix et de feuillets illustrés paraissent à propos de l’Émir3. Ils dépeignent sa vie et son caractère, en citant les témoignages de militaires et de captifs qui ont pu le fréquenter de près. Il est alors présenté comme un rebelle dangereux et imprévisible, qui jouit auprès des siens d’une influence quasi sacrée. Grâce à ses talents, il est parvenu à vaincre les Turcs et à fédérer une grande partie des indigènes ; d’autant plus grande est bien sûr la victoire française. Le parallèle avec Jugurtha, rebelle numide vaincu par les Romains, est alors systématiquement évoqué.

5Cette vision est reprise dans les ouvrages explicitement destinés à la jeunesse, et constitue un principe pédagogique pour la compréhension de l’Histoire et du rôle de la France. Ainsi, dans L’Histoire de l’Algérie racontée à la jeunesse (1848), ouvrage qui se veut édifiant et prétend s’adresser aux enfants français et arabes, l’auteur évoque ainsi la guerre de Jugurtha :

Cette guerre que l’on désigne aussi sous le nom de guerre numidique est très curieuse à connaître, surtout pour nous autres Français, en ce sens qu’elle offre une analogie frappante avec notre situation actuelle en Algérie, et qu’on peut établir un parallèle facile entre Jugurtha et Abd-el-Kader, le chef de l’opposition à la domination française.

6Plus loin, cet épisode est rappelé précisément au moment d’évoquer l’Émir :

  • 4  L’Histoire de l’Algérie racontée à la jeunesse, par Mme la Comtesse Drohojowska, Paris, A. Allouar (...)

Avant d’aller plus loin, mes jeunes amis, arrêtons-nous dans la province d’Oran. Nous avons à y faire connaissance avec le Jugurtha de l’Afrique moderne, avec le héros actuel de l’Algérie. Vous avez nommé Abd-el-Kader4.

  • 5  Ibidem, p.349 : « On a comparé l’Emir à Jugurtha et aux anciens défenseurs du sol numide ; d’autre (...)

7La méthode est claire : par cette analogie récurrente, Abd el-Kader est un héros que la France vient de soumettre, elle est donc digne de Rome et son empire est tout aussi admirable. Dans une perspective semblable, l’auteur le compare également à Vercingétorix5.

  • 6  On trouve cette idée clairement formulée dans J. Guiot & Fr. Mane, Cours supérieur ; cours complém (...)
  • 7  Dans les brochures des années 1840, c’est la méfiance qui règne le plus souvent au sujet du sort à (...)

8Dans un deuxième temps, l’image d’Abd el-Kader devient plus positive, après l’épisode de Damas où il a sauvé les Chrétiens lors d’émeutes religieuses. Napoléon III lui remet alors la Légion d’honneur et il assiste à de grandes festivités comme l’inauguration du canal de Suez en 1869. On lui pardonne alors les massacres commis contre les Français lors des affrontements en Algérie et l’on célèbre en lui le patriote6 qui s’est soumis à la présence française au point d’accepter de ne plus revenir en Algérie7. Il justifie la conquête française, désormais dans un esprit d’apaisement. Ce changement d’attitude correspond à une nouvelle vision de l’entreprise coloniale, qui accompagne une critique du régime monarchique antérieur, déloyal et méprisant envers les populations soumises :

  • 8  Abd-el-Kader, [signé Georges Bell], impr. Vallée et Co, « Les grands et les petits personnages du (...)

On voudrait pouvoir effacer de notre histoire nationale ce qui suivit. Le gouvernement de Louis-Philippe ne respecta pas la parole donnée […] on le traita comme un prisonnier vulgaire avec lequel on n’avait nullement à se gêner. […] on lui devait un palais, on lui donna une prison. […] La France n’a nullement à rougir de cet aveu. Il est d’ailleurs plus sain et plus moral pour les peuples de confesser hautement les pages honteuses de l’histoire nationale que de chercher à pallier des bassesses sans excuse. Les nations ne sont responsables des turpitudes de ceux qui les gouvernent que lorsqu’elles s’en font les complices8.

9La littérature scolaire accrédite cette version de l’Histoire, en faisant d’Abd el-Kader le symbole de la supériorité française et de la légitimité de sa présence en Algérie, comme le montre ce passage des Enfants de Marcel :

  • 9  G. Bruno (pseudonyme d’Augustine Tuillerie), Les Enfants de Marcel, Instruction morale et civique (...)

Nous eûmes surtout à lutter contre un grand chef arabe, l’émir Abd-el-Kader, qui s’illustra par son courage et son habileté. Il finit par comprendre que la lutte était impossible et il devint plus tard un ami fidèle de la France9.

  • 10  Voir par exemple Manuela Semidei, « De l’Empire à la décolonisation à travers les manuels scolaire (...)

10Abd el-Kader n’est cependant mentionné, dans les livres scolaires, que de façon incidente, surtout dans les premiers temps de l’école républicaine des lois Ferry. Des travaux récents ont montré combien l’histoire de la conquête coloniale est peu présente dans ces manuels, jusqu’à l’entre-deux-guerres, et en particulier la réforme de 1923-1925 qui réaffirme l’importance de l’enseignement du fait colonial, en histoire et en géographie10. La première guerre mondiale a en effet montré l’importance des populations coloniales dans l’effort de guerre, et les premiers mouvements de révolte se font sentir en Algérie contre les inégalités de traitements entre les populations indigènes et métropolitaines.

  • 11  Colonel Paul Azan, L’Émir Abd-el-Kader : 1808-1883, du fanatisme musulman au patriotisme, Paris, H (...)

11On se remet alors à publier des brochures sur l’Émir, qui reprennent les mêmes idées et épisodes que celles du second Empire et des débuts de la IIIe République, tout en insistant sur le caractère exemplaire de cette figure pour l’armée française. Ainsi, le colonel Paul Hazan émet l’idée que ce sont les luttes contre Abd el-Kader qui ont formé la puissance militaire française, en enseignant aux cadres français comment commander aux indigènes11. Un autre auteur, Joseph Le Gras, reprend également la formule énonciative des souvenirs rapportés par des captifs de l’Émir, mais pousse plus loin l’adoption du point de vue arabe ; il fait parler à la première personne Abd el-Kader, qui reconnaît dans la supériorité de la France un signe de la volonté divine :

  • 12  Joseph Le Gras, Abd el-Kader, avec un portrait, Paris, éditions Berger-Levrault, Les grandes vies (...)

« Trop tard ! Dieu n’est plus avec nous ! Par les Français désormais s’accompliront ses volontés mystérieuses. Tant que la guerre est sainte, il faut tout lui sacrifier. Quand elle devient inutile, elle se transforme en crime. [… ] Je me livre au Sultan des Français. Son cœur est grand. Notre sacrifice le touchera et le rendra plus favorable aux Croyants. O mes amis, c’était écrit ! […] » Oui, c’était écrit, tous se soumettent au destin. […] Et sans doute Allah, en suscitant ces batailles épiques, avait-il simplement voulu que les musulmans d’Afrique, tout en lui restant fidèles, devinssent de vrais Français pour leur gloire future et leur prospérité. Car Allah connaît l’avenir.12.

  • 13  Par exemple, Maurice Mercier, « Défense et illustration de l’Afrique française » dans La Grande Fr (...)

12Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Abd el-Kader est toujours une figure importante ; si des libelles tentent de remettre en cause son image héroïque13, celle-ci est toujours présente dans les discours à destination de la jeunesse, bien que de façon de plus en plus lointaine.

Abd el-Kader dans le panthéon scolaire

  • 14  Musée des familles, Lectures du soir, 2e série, livr. 36, 1853. Ces portraits ont été commandés pa (...)

13Les publications scolaires reprennent toutes les mêmes images gravées, qui sont largement diffusées, comme le portrait peint par Ange Tissier en 1852. Ainsi, le Musée des familles présente en 1853 deux portraits gravés de l’Émir, et annonce trois portraits commandés à Maxime David14. Ces images sont reprises d’une publication à l’autre, comme on peut le voir en comparant une photographie d’Abd el-Kader portant la Légion d’honneur (1860) et une page du roman Le Farouche Abd-el-Kader (1936) dont nous reparlerons plus loin.

I. Bilibine, illustration pour Le farouche Abd-el-Kader, Ch. Quinel et A. de Montgon, Nathan, 1936.

  • 15  « Presse enfantine et images des colonies au XIXe siècle », communication lors de la journée d’étu (...)
  • 16  On trouvera de nombreuses reproductions de ces images publicitaires et de ces jeux dans Ariane Jam (...)

14Ces images se retrouvent sur de nombreux supports, des livres de prix aux couvertures de cahiers, en passant par les produits publicitaires. Comme l’a rappelé Anne Morel, la presse et les publications à destination de la jeunesse proposent notamment des objets à assembler après découpage, ou constituant des supports de jeux15. La prise de la Smala figure parmi les scènes de combat que les jeunes garçons sont invités à revivre grâce à ces objets16. La dimension exemplaire du héros peut ainsi accompagner la formation militaire des garçons, outre l’influence morale qu’elle peut avoir.

15À ces images correspond une association très nette entre l’espace algérien et le héros dans les livres pour la jeunesse où il est évoqué. Notamment, les manuels de lecture sont souvent présentés comme des itinéraires suivis par des personnages d’enfants ; bien souvent, les épisodes de la lutte contre Abd el-Kader dressent une carte symbolique de la colonie. Ainsi, dans Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, un jeune garçon rapporte son voyage et la façon dont son guide lui a raconté les exploits du héros arabe tout au long de sa visite, en terminant ainsi :

  • 17  Jules Renard, Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, livre de lecture publié sous (...)

« Jeune homme, dit-il, regarde une dernière fois ce palmier ; il est aussi célèbre que le chêne sous lequel saint Louis rendait la justice, puisque c'est à l'ombre de ce palmier qu'Abd-el-Kader fit sa soumission à la France »17.

  • 18  Voir par exemple Jules Renard, Histoire de l’Algérie racontée aux petits enfants. Leçons, résumés, (...)
  • 19  Dans Frédéric Abecassis, Gilles Boyer, Benoît Falaize et al., La France et l’Algérie : leçons d’hi (...)

16Ce procédé revient à plusieurs reprises dans la littérature para-scolaire, et tient souvent lieu de présentation de la colonie algérienne. Il convient de souligner qu’il est plus développé dans certains manuels des écoles algériennes18, selon une tendance locale étudiée par Benoît Falaize et Françoise Lantheaume19. Dans ces manuels, le propos se fait parfois nuancé, et l’on se détache progressivement de l’image fastueuse de l’Émir façonnée par l’Histoire métropolitaine. Ainsi, un manuel de 1923 reproduit une image de la soumission d’Abd-el-Kader en indiquant qu’elle est tirée d’une « image populaire d’Épinal », avec ce commentaire :

  • 20  Paul Bernard, L’Algérie: histoire, colonisation, géographie, Alger, J. Carbonel, 1923, p. 57.

Cette image représente la scène telle que l’imaginaient les bonnes gens de France. Abd-el-Kader, en costume éclatant, remettant son épée au duc d’Aumale, une longue suite de serviteurs, de chameaux, d’enfants même lui faisant brillamment escorte.
La réalité fut beaucoup plus grave. Abd-el-Kader, seul, très simplement vêtu, nu-pieds, tenant à la main le cheval de soumission, passa devant les tirailleurs alignés, et s’approcha du duc d’Aumale. Il s’inclina devant lui et dit « Je te donne mon cheval, c’est le dernier que j’ai monté. Je souhaite qu’il te porte bonheur. »
Le duc répondit : « Je l’accepte au nom de la France dont la protection te couvrira désormais. »
Ce fut tout20.

17Ce texte indique que l’image héroïque d’Abd el-Kader n’est pas sans nuance. Si la métropole tend à imposer une image imposante du personnage, certains veulent y substituer l’image d’un chef local sans grande richesse, conforme à l’idée selon laquelle l’Algérie était une terre sauvage et sans ressources avant l’arrivée de la France. Ces nuances se retrouvent en métropole, notamment dans les tensions entre éditeurs catholiques et éditeurs plus laïcs s’adressant à la jeunesse.

De l’usage des parallèles

  • 21  Jean-Joseph-François Poujoulat, Voyage en Algérie, études africaines, nouvelle édition, Paris, « L (...)

18Si la comparaison entre Abd el-Kader et Jugurtha est récurrente, elle n’est pas pour autant univoque. Bien souvent, elle n’est qu’une allusion historique associant l’empire colonial français au modèle romain, le premier se montrant supérieur au second par son attitude envers les vaincus. Jean-Joseph-François Poujoulat mène cette comparaison un peu plus loin, au moment même où la reddition de l’Émir est encore incertaine (il déclare avoir rédigé son ouvrage à partir de 1846)21. Après une mise en parallèle de l’enfance et des premiers exploits de ces deux personnages, il insiste sur la différence essentielle qui les sépare, à savoir l’autorité religieuse :

Mais [Jugurtha] n'avait pas l'immense ressource du fanatisme religieux, qui ranime éternellement la bravoure, rassemble les débris et lance des forces nouvelles; Abd-el-Kader, toujours vaincu par nos armes, est toujours debout parce qu'il est puissant comme une croyance, mystérieux comme le destin, et qu'il est profondément enraciné au sol, comme l'idée musulmane au cœur de l'Arabe indompté. Tout sentiment qui a Dieu pour mesure et pour but prend dans son énergie quelque chose d'impérissable.

  • 22  Ibidem, p.303 : « Notre âge a besoin de la guerre d'Afrique pour ne pas perdre les traditions qui (...)

19Dans les ajouts de 1861, le traitement différent qu’ont reçu Jugurtha de Rome et Abd el-Kader de la France prend alors une autre signification. D’une part, la France a battu plus rapidement son ennemi que Rome, parce qu’elle disposait de la vapeur, instrument mis au service de la religion chrétienne : « La Providence a voulu que la civilisation chrétienne eût de plus puissants moyens de propagation que la civilisation païenne ». D’autre part, elle fait preuve de valeurs morales supérieures à Rome : elle se montre plus clémente, et si Jugurtha a pu acheter des soutiens à Rome, « l’émir n'a pas les trésors de Jugurtha, et puis, disons-le, les Français ne vendent pas la France ». Ainsi, le sort réservé par la France à Abd el-Kader est un titre de gloire pour la France, qui ne doit pourtant pas oublier que la « conquête morale » est plus lente que la conquête militaire : aussi le souvenir de ce héros doit-il être entretenu pour rappeler à tous que l’Algérie est une terre qui nécessite une grande attention, et qui peut dès lors être considérée comme un terrain d’exercice pour les valeurs morales françaises22.

  • 23  Cette comparaison aurait été reprise d’une lettre de Bugeaud au comte Molé : « il ressemble assez (...)
  • 24  La préface décrit ainsi les jeunes lecteurs à qui son ouvrage s’adresse : « À peine ont-ils entend (...)

20Dans de nombreux ouvrages catholiques, la grandeur mystique d’Abd el-Kader est le signe que le territoire de l’Algérie est prêt à recevoir la révélation chrétienne de la part de la France. Plusieurs auteurs reprennent même une comparaison entre le héros arabe et Jésus-Christ23. Nombreux sont ceux qui font de la reddition d’Abd el-Kader le produit d’une conversion spirituelle. Avec prudence, la comtesse Drohojowska, qui veut faire œuvre chrétienne par son ouvrage24, en imagine le début dans la visite que lui rend l’abbé Suchet en 1841 pour négocier un échange de prisonniers :

  • 25  Ibidem, p. 264.

Peut-être, à ce moment, une voix du cœur lui disait-elle, que celui-là seul qui était devant  lui avait réellement mission d’en haut. Mais pourquoi cette supposition ? Qui saura jamais ce qui se passe dans le secret intérieur d’un homme25 ?

  • 26  Ibidem, p. 218-220.

21L’auteur fait également une digression intéressante sur la notion de guerre sainte, au nom de laquelle Abd el-Kader s’est battu contre la France. Elle la considère comme un argument propre au « fanatisme » musulman mais surtout efficace par le gain qu’elle promet aux guerriers, au point qu’elle ait été le prétexte de la piraterie méditerranéenne26. L’image de l’Oriental est en train de se modifier, mais reste prise entre le Maure prompt à la piraterie et le croyant capable de se convertir en patriote chrétien.

  • 27  Louis Veuillot, Les Français en Algérie, souvenirs d’un voyage fait en 1841, Tours, Mame, Biblioth (...)

22Louis Veuillot poussait plus loin cette réflexion en 1845, en comparant la guerre sainte prônée par Jugurtha à celle que combattaient les Croisés. Selon lui, c’est une guerre de fanatique, digne de celle des Sarrasins d’autrefois, et qui se terminera comme elle a commencé : on trouvera dans le Coran autant de raisons de faire la paix que la guerre. Mais la situation révèle que les populations sont prêtes à recevoir la religion catholique par le biais des missions, qui seront vecteurs de pacification définitive27.  

23Cette comparaison avec les Sarrasins combattus par les Croisés n’est pas toujours aussi véhémente. Ainsi, nombre de brochures en retiennent une image galante de guerrier sombre mais valeureux :

  • 28  Abd-el-Kader, [signé Georges Bell], impr. Vallée et Co, Les grands et les petits personnages du jo (...)

Il nous rappelle ces grands chevaliers sarrasins qui ne le cédaient pas plus en vaillance qu’en courtoisie et en délicatesse aux chevaliers croisés avec lesquels ils se trouvaient sans cesse en présence28.

24C’est en effet une image positive et héroïque qui domine les représentations d’Abd el-Kader. Une autre comparaison fréquente fait de lui un « Napoléon des déserts » :

  • 29  Abd-el-Kader, Paris, Clémarec, Delavigne, et dans tous les magasins pittoresques, 1848, p. 25.

La vie d’Abd-el-Kader présente quelques rapprochements avec celle de Napoléon. […]Comme l’empereur, il parvint à ressaisir la puissance et à rappeler la fortune qui l’avait abandonné un moment. Mais, ô fragilité des choses humaines ! l’émir a aussi trouvé son Waterloo. Pourtant, moins infortuné que le grand homme, le gouvernement français auquel il demande l’hospitalité n’enverra point son ennemi vaincu expier sa gloire passée sous un ciel meurtrier »29.

  • 30  Une liste de bons mots de l’Émir s’achève sur cette mention : « ces paroles héroïques rappellent c (...)

25Des épisodes de bravoure rappellent la conduite de l’Empereur, tout comme ses « bons mots »30. Abd el-Kader semble donc parfaitement intégré à l’épopée française.

Du héros au personnage romanesque : un nouvel imaginaire oriental ?

La construction d’un héros arabe à l’usage de la jeunesse

26Dans toutes ces publications, l’accent est mis sur l’enfance d’Abd el-Kader, réputée merveilleuse par les prodiges qui l’auraient entourée, du moins d’après les membres de sa famille. Si le soupçon est de mise vis-à-vis de ces croyances, il n’en reste pas moins que ces épisodes donnent aux auteurs l’occasion d’exercer leurs talents littéraires. Il en va ainsi de l’attitude de la mère :

  • 31  Abd-el-Kader, Paris, Clémarec, Delavigne, et dans tous les magasins pittoresques, 1848, p. 5.

Une auréole de flamme azurée entoura sa tête pendant plusieurs minutes, aussitôt qu’il eut quitté le sein de sa mère. Celle-ci, l’une des femmes les plus capables de lutter, par le savoir et l’habileté, avec les marabouts de l’Arabie, fut soudain prise d’un transport d’enthousiasme et cria aux Hakem-Cherega avec l’accent convaincu des Pythies des temps anciens :
« Voici l’enfant promis par le Prophète. Reconnaissez-le pour votre maître ! »
Les Hakem-Cheraga, fascinés par le regard pénétrant et la parole énergique de Zora, acceptèrent cette nouvelle avec ferveur, et rendirent tous un pieux hommage à ce Messie31.

27Une grande fascination se fait sentir pour les talents de séduction de l’entourage du chef. Il n’en gagne que davantage de mystère, ce qui rappelle aux lecteurs d’autres aventures à l’orientale. Le même ouvrage évoque les récits de captivité liés à la piraterie :

  • 32  Ibidem, p. 5 et 21.

Si l’on en croit quelques historiens, le guerrier qui avait voué une haine implacable au nom chrétien serait d’origine espagnole [il serait le survivant d’une famille massacrée par les pirates, ce que montre sa physionomie :] Sa figure est douce, d’une expression plus mystique que guerrière. Son teint n’a point la pureté parfaite de celui des Arabes de distinction ; il est marqué de petites taches qui semblent être des traces de petite vérole. Il porte au milieu du front une légère marque de tatouage. Sa barbe est très noire et peu touffue ; son costume d’une simplicité qui n’est peut-être pas exempte d’affectation32.

  • 33  E. Delauney du Dezen, Notre grande colonie africaine. Aventures et mésaventures d’Annibal Passérie (...)
  • 34  Fernand Hue, Les Cavaliers de Lakhdar, roman algérien, Paris, Lecène, Oudard et Cie, 1892.

28Le mystère qui l’entoure et son héroïsme ravivent ainsi un imaginaire des aventures d’Orient. La littérature destinée à la jeunesse y trouve une inspiration qui prend une nouvelle tournure par rapport au conte oriental. Le décor des Mille et une nuits n’est rappelé que pour mesurer son éloignement des espaces algériens. Ainsi, un roman met en scène un jeune employé parti à la recherche de l’un de ses amis porté disparu, ce qui lui donne l’occasion de visiter l’Algérie et ses hauts lieux. On lui explique alors qu’il ne doit pas chercher les traces d’un merveilleux féerique, mais plutôt celle de la grandeur historique de la région. De façon plaisante, un personnage déclare que ce ne serait pas une terre arabe s’il n’y avait pas une légende associée à chaque lieu ; or les légendes évoquées sont surtout celles de l’expédition française. On sent donc, sous l’ironie, qu’une nouvelle conception de l’imaginaire oriental se met en place au contact de la France33. Ainsi, la littérature pour la jeunesse associe à Abd el-Kader des fictions fondées sur l’action et la ruse, comme dans Les Cavaliers de Lakhdar (1892), où l’intrigue repose en partie sur la vengeance recherchée contre les Français par un Arabe qui rappelle amplement la gloire passée de l’Émir, dont il revendique l’ascendance34.

Question de genre : d’une veillée à une autre

  • 35  La formule est fréquente et donne lieu à des contrefaçons ouvertes ; ainsi, dans l’ouvrage du Chev (...)

29Ce renouveau de la matière narrative s’accompagne d’un travail sur les formes du récit. Dans ce processus, les ouvrages brefs sur la vie d’Abd el-Kader ont sans doute servi de matrice aux créations proprement littéraires. En effet, ces brochures, parfois anonymes, cherchent à se rattacher au genre historique et doivent donc démontrer l’authenticité des éléments qu’ils rapportent. Or au-delà des lettres et des témoignages directs des personnages célèbres ayant pris part aux négociations ou aux combats, deux sources sont souvent évoquées : les propos des indigènes eux-mêmes, et les souvenirs des soldats anonymes35.

  • 36  Abd-el-Kader, [signé Georges Bell], impr. Vallée et Co, Les grands et les petits personnages du jo (...)

30L’une des biographies d’Abd el-Kader prétend ainsi tirer une large part de ses informations d’un jeune médecin de l’armée française. Celui-ci a fréquenté de près les populations indigènes, chez qui les exploits de l’Émir « étaient mêlés à bien des légendes qu’on dit encore sous la tente avec cette verve et cette couleur qu’adorent toutes les nations de race orientale »36. Après avoir ainsi rapporté plusieurs épisodes héroïques, il décrit son comportement et ses paroles lors de sa reddition selon un double point de vue. Il commence par adopter celui des soldats français : « Toute l’armée eut instinctivement au cœur une pensée analogue à celle que la peinture et la gravure ont popularisée dans Napoléon Ier ». Ces sentiments d’estime sont ensuite rapprochés de ceux des indigènes :

  • 37  Ibidem, p. 4 et 7 pour les deux citations précédentes.

Aujourd’hui, aux veillées conteuses des Arabes, quand on parle de ces époques déjà fabuleuses et légendaires, il n’est pas rare d’entendre une histoire se terminer ainsi : « C’est de cette sorte que ceci fut raconté par le hadgi Abd-el-Kader le jour où il fit ses adieux suprêmes à ses compagnons de gloire »37.

31L’auteur cherche ici à transmettre aux lecteurs français l’équivalent de ce sentiment partagé, non sans une certaine distance. C’est que, comme l’auteur le rappelle à l’occasion d’un autre épisode, les légendes militaires ont longtemps été l’objet des veillées françaises :

  • 38  Ibidem, p. 8.

C’est à Toulon que nous vîmes pour la première fois cet homme extraordinaire dont s’occuperont longtemps encore dans les campagnes les générations qui nous entourent. Car, avant les grandes guerres d’Italie, de Crimée et de Chine, les souvenirs des expéditions africaines étaient à peu près les seules légendes militaires de la France moderne, et pour nos campagnes, on le sait, pour les longues veillées d’hiver, il faut toujours une légende militaire. En France, où tout le monde est soldat, c’est là que se fait naïvement et simplement la véritable histoire nationale38.

32En rapportant ces propos et ces légendes, l’auteur suggère qu’il fait une œuvre plus sérieuse. Mais il indique bien comment la figure d’Abd el-Kader peut donner lieu à des réflexions et à des créations de différents ordres :

  • 39  Ibidem, p. 12.

Le vulgaire cherche à découvrir pourquoi cette figure si belle est toujours impassible et plutôt mélancolique qu’autre chose ; l’artiste admire sans restriction et avec naïveté ; le lettré pense involontairement à cet Abencerage si bien décrit par M. de Chateaubriand dans un ouvrage immortel. Il y a, en effet, beaucoup du Ben-Hamet, chanté par le poète au commencement de ce siècle, dans Abd-el-Kader39.

  • 40  Il est par exemple mentionné dans L’Histoire de l’Algérie racontée à la jeunesse, par Mme la Comte (...)
  • 41  Georges d’Eparbes, L’Épopée française, dessins et aquarelles de René Giffret, Paris, Delagrave, 19 (...)

33Dans les ouvrages destinés plus spécifiquement à la jeunesse, ces dispositifs énonciatifs sont repris dès qu’il s’agit d’évoquer Abd el-Kader, et de façon plus générale l’époque de la conquête militaire de l’Algérie. Mais ce sont très nettement les souvenirs des militaires engagés dans les combats qui sont la forme la plus fréquente. Conformément aux représentations scolaires de l’Émir, nombre de livres de lecture et de prix font parler ces soldats pour mettre en forme une épopée de la conquête française. C’est d’ailleurs sous le titre de L’Épopée française qu’un livre de prix de 1910 met en scène le clairon Rolland qui raconte ses exploits. Ce jeune homme est  passé à la postérité pour avoir été fait prisonnier par Abd el-Kader en 1845 ; après avoir assisté à la mort ses proches camarades, il aurait sonné la charge au reste de la troupe au lieu de sonner la retraite comme Abd el-Kader le lui avait ordonné40. La causerie en présence d’un ancien soldat d’Afrique devient ainsi une scène d’énonciation topique, par laquelle, on espère que le jeune lecteur s’identifiera au jeune héros mais aussi à son auditoire médusé41.

  • 42  Les batailles contre Abd el-Kader, dont la prise de la Smala, sont d’ailleurs souvent évoquées par (...)
  • 43  Historiettes pour Pierre et pour Paul, par Jules Jarry, inspecteur d’académie à Lille, 1ère série (...)

34Le personnage du militaire est ainsi une figure énonciative récurrente dans la littérature de jeunesse. Mais dès les années 1870, c’est plutôt le vieux soldat qui est représenté. Ses souvenirs permettent aux auteurs de s’inscrire dans un genre de récits immédiatement identifié, comme l’est celui des récits d’exploration ou de grandes chasses42. C’est d’ailleurs après avoir annoncé en préface ce type de récits d’aventures pour d’autres ouvrages à venir que Jules Jarry rapporte, dans ses Historiettes pour Pierre et pour Paul, de courts récits sur ce qu’il a vu en Algérie. Parmi ces histoires, deux présentent des personnages de militaires qui représentent la période de conquête de l’Algérie. Dans la première, « Un soldat laboureur », un professeur nommé au lycée d’Alger rencontre sur son bateau un vieux militaire devenu laboureur, qui lui raconte ses aventures et lui communique son amour pour la terre algérienne. Dans le second, « Un coup de yatagan », un jeune garçon va herboriser avec son oncle professeur, et ils rencontrent un commandant en retraite. Or le topos est plaisamment renouvelé. Le texte prévient le lecteur : « n’imaginez pas un vieux briscard à moustaches », ce commandant retraité n’a que quarante ans, même s’il a déjà reçu de nombreuses blessures. Il s’adresse alors au « jeune rhétoricien » pour lui narrer ses aventures. Mais dans ces aventures, Abd el-Kader n’est qu’une figure lointaine, comme elle le devient de plus en plus clairement dans la littérature ultérieure43.

35Dès les années 1880, ce dispositif montre en effet ses faiblesses et reçoit un traitement proche de la parodie. La colonie est pacifiée, l’époque de l’épopée française est déjà lointaine, et les vieux soldats qui ont le souvenir d’Abd el-Kader sont parfois moqués. C’est que le genre a besoin de renouvellement. Dans Notre grande colonie africaine. Aventures et mésaventures d’Annibal Passérieux, le jeune employé, parti à la recherche de son ami disparu en Algérie, est guidé par un ami ancien chasseur d’Afrique. Or celui-ci, à peine plus âgé que lui, lui montre essentiellement les effets de la colonisation. Mais à Mazagran, l’explication historique est inévitable :

  • 44  E. Delauney du Dezen, Notre grande colonie africaine. Aventures et mésaventures d’Annibal Passérie (...)

« Comme tout se transforme ! Quand on songe qu’en 1840 c’étaient autant de masures d’où les Arabes assiégeaient la garnison du capitaine Lelièvre.
– Tu connais donc toutes ces affaires d’Afrique ?
– Elles sont légendaires, mon cher ; il y a encore des vétérans soit parmi les soldats, soit parmi les colons qui en ont été les témoins, et il faut leur entendre raconter cela ! La prise de Mostaganem amena forcément celle de Mazagran. […] Comme en 1839 [les Arabes auxquels les Français ont concédé des terres] craignaient les razzias d’Abd-el-Kader, ils demandèrent du secours : il n’était que temps. […] Attaqué dans un réduit en pierres sèches qui dominait la position, le capitaine Lelièvre repoussa pendant quatre jours, avec 123 soldats du 1er bataillon d’Afrique, alors connus sous le nom de zéphirs, l’assaut donné par 2000 Arabes.
– Belle défense, assurément ! Cela vous remue le sang dans les veines d’entendre parler de cela.
– On en a du reste conservé la mémoire par l’érection d’une église et d’une colonne, situées à l’emplacement même du réduit où eut lieu ce fait d’armes. La colonne est surmontée d’une statue de la France tenant d’une main un drapeau et de l’autre une lance dont la pointe s’enfonce en terre. Il me semble encore entendre parler ce brave père Leblond sur l’esplanade de Milianah…
– Le coin des blagueurs ?
– Oui, juste ! nous répéter l’inscription gravée sur le socle de la colonne et ajouter avec fierté :
ICI LES  III, IV, V FÉVRIER MDCCCXL
CENT VINGT-TROIS FRANÇAIS
ONT REPOUSSÉ DANS UN FAIBLE RÉDUIT
LES ASSAUTS D’UNE MULTITUDE D’ARABES
– Moi j’en étais !
– Je le crois sans peine ; c’est un souvenir qu’on ne renie pas44.

36Dans ce roman, la visite de lieux chargés d’histoire est un modèle repris, mais une inflexion se fait sentir. Plusieurs lieux associés à la geste d’Abd el-Kader sont mentionnés : il est convenu que les exploits de la France doivent être rappelés et ils font encore de l’effet à celui qui les énonce comme à celui qui les écoute. Mais cette proclamation est représentée par une stèle ; les souvenirs des vieux soldats sont évoqués sans qu’ils constituent d’autres personnages que des « blagueurs », dignes de respect mais laissés à distance de la construction romanesque.

37Dans le début d’un autre roman, Jean la Poudre (1896), le vieux militaire est utilisé massivement, mais de façon clairement parodique. Il s’agit de l’instructeur de jeunes troupiers en partance pour l’Algérie, qui le pressent, le soir venu, de raconter ses souvenirs, mais l’interrompent régulièrement pour souligner ses mensonges, oublis et exagérations. Les souvenirs du soldat deviennent ainsi un amas d’épisodes mêlés, fantasques et amusants, donnant forme à une autre vision de l’épopée algérienne. Le vocabulaire militaire est leste et méprisant pour les indigènes, la syntaxe est désarticulée au profit d’un effet narratif amusant. L’histoire se déroule en 1841, et les souvenirs du vieux soldat couvrent la décennie antérieure. Les jeunes troupiers abordent une Algérie en pleine rébellion, et ils ne tardent pas à poser au caporal des questions sur Abd el-Kader :

  • 45  Henri de Brisay, Jean la Poudre ; illustré de 100 dessins inédits de Job, Paris, Charavay, Mantoux (...)

Si je l’ai connu, espèce d’enfant ! répliqua Eusèbe en tortillant sa moustache d’un air vainqueur, si je l’ai connu ! Mais c'est-à-dire que vous diriez à Abd el-Kader « Connaissez-vous le caporal Piton ? » il vous rirait au nez et répondrait « mais je ne connais que ça, ma vieille »45 !

  • 46  Ibidem, p. 227.
  • 47  Pour comparaison, voir le roman L’Algérie de la jeunesse, par P. Christian, illustrations par J. L (...)

38Le soldat matamore est cependant interrompu par l’arrivée de son supérieur. La rencontre avec Abd el-Kader n’est donc jamais racontée, mais un autre personnage, supposé appartenir à l’entourage de l’Émir, occupe une place importante dans le roman. Il est « insaisissable comme l’émir »46, et fait partie de l’intrigue principale, car il a tué par traîtrise le père des deux jeunes héros. Les récits du militaire constituent ainsi une sorte de préambule au roman, un passage obligé qui fournit l’occasion de rire de cette Algérie mystérieuse, dominée au moment de la rédaction du roman comme le rappelle une postface. Les dangers associés à Abd el-Kader sont désormais une ressource purement romanesque et les souvenirs des vieux soldats sont pris avec distance47. L’Émir ne figure plus en personne dans ces récits pour la jeunesse : son nom suffit à planter le décor.

Une figure romanesque secondaire

  • 48  Sur les enjeux du roman colonial et du genre de la robinsonnade, voir Mathilde Lévêque, « L’engage (...)

39Les exploits militaires de la France en Algérie passent de mode dans la littérature pour la jeunesse. Le roman colonial sur l’Algérie s’intéresse plutôt aux colons, sous l’influence d’un autre genre à succès, la robinsonnade48.

40Cette évolution se fait dans la durée, mais un exemple extrême nous servira à définir cette tendance. Il s’agit de la littérature algérianiste, dont une partie s’adresse à la jeunesse (et aux jeunes filles en particulier), malgré la complexité de ses engagements dans l’entre-deux-guerres. L’un de ses promoteurs, Robert Randau, évoque en ces termes la figure d’Abd el-Kader, dans un entretien littéraire avec un intellectuel indigène :

  • 49  Abdelkader Fikri, Robert Randau, Les Compagnons du jardin, Paris, J. Loviton, 1933, p. 166.

Je ne pense pas que nous, Français, vous ayons compris dans le passé. Longtemps vous fûtes l’ennemi féroce grâce à qui nos jeunes officiers maintenaient leurs qualités guerrières. À cette époque on lisait beaucoup Walter Scott en France ; dans l’un des livres de ce romancier figure le Saladin le plus chevaleresque du monde. Nos jeunes gens cherchaient partout des Saladins sur les champs de bataille. Ils y combattirent l’émir Abd-el-Kader. Celui-ci tenta de soulever l’Islam berbère contre nous et de lui imposer une discipline. Il échoua parce qu’il était contre nous49.

  • 50  Voir sur ces auteurs voir Lucienne Martini et Jean-François Durand (dir.), « Écrivains français d’ (...)
  • 51  Charles-Roger Dessort, Nemoz le colon, Paris, Tallandier, 1932.
  • 52  Voir par exemple Lucienne Jean-Darrouy, Au pays de la mort jaune, roman, Paris, Ariane, 1947. L’hé (...)

41Randau prend acte de la distance qui sépare l’épopée algérienne de la réalité locale. Abd el-Kader fut un chef qui n’est pas parvenu à ses fins. Le regard des colons, ceux qui se sont installés sur les terres conquises, opère une relecture de ce héros dans les romans. Il est présenté comme un traître sanguinaire, qui plane comme une menace sombre dans les conversations des personnages. Ces romans algérianistes insistent sur le courage des premiers colons face à cette adversité, dans une présentation pathétique qui les représente en pionniers civilisateurs50. Ils rencontrent souvent, comme c’est le cas pour Nemoz le colon, des militaires qui reviennent des combats et les plaignent de devoir s’installer en Algérie51. Abd el-Kader incarne ainsi, en arrière-plan, les dangers de l’Algérie52, qui, bien qu’elle ait connu des jours fastes sur la tutelle romaine, est redevenue sauvage : les colons ont ainsi pour mission de faire renouer l’Algérie avec sa latinité.

42Cette tendance, bien que significative, n’est que peu présente dans la littérature à destination de la jeunesse. Abd el-Kader y est certes souvent minoré, mais plutôt parce qu’il n’est plus qu’un signe parmi d’autres d’exotisme, qui construit le décor des romans coloniaux, souvent chargés d’intrigues sentimentales pour les jeunes filles, ou d’énigmes tortueuses pour les garçons.

  • 53  Louise L’Hermitte, Le trésor d’Ourida, roman de mœurs arabes, Paris, Bourguet-Calas, Bibliothèque (...)

43Le Trésor d’Ourida évoque un trésor laissé par un caïd lorsqu’il part aider Abd el-Kader. Ce caïd avait été marié par un étrange marabout chrétien à une jeune captive prénommée Rose, Warda en arabe. L’arrière-plan historique n’est qu’un prétexte pour une intrigue à grands rebondissements53.

  • 54  Willie Cobb, Le trésor d’Abd-el-Kader, roman d’aventure inédit, Paris, J. Ferenczi et fils, Voyage (...)

44Les garçons ont eux aussi droit à une chasse au trésor, dans Le Trésor d’Abd el-Kader. La couverture du roman montre qu’il ne sera pas question de l’époque de la conquête : un journaliste menace des indigènes de son revolver aux côtés d’un officier colonial, une femme habillée à l’orientale se détourne, et, en quatrième de couverture, une scène de harem laisse présager une enquête sulfureuse. De fait, le roman retrace les aventures d’un jeune reporter qui enquête sur la légion étrangère. Le titre du livre fait seulement allusion à une légende concernant les biens amassés dans cette légion ; là encore, la mention de l’Émir aide à construire le décor d’un Orient aventureux54.

45Cependant le genre du roman de la conquête qui s’adosse à des biographies de héros comme Abd el-Kader connaît encore du succès. En 1936 paraît Le Farouche Abd-el-Kader, qui rapporte l’affrontement entre celui-ci et la France en croisant deux points de vue, celui des musulmans et celui d’une troupe de jeunes soldats dont l’un s’appelle Napoléon. Par le biais de ces jeunes garçons et de leur cantinière, le roman est amusant et se rapproche de Jean la Poudre. Le personnage d’Abd el-Kader lui-même est rendu sympathique lorsque les soldats, prisonniers, se défendent d’avoir transmis aux Français des informations :

  • 55  Ch. Quinel, A. de Montgon, Le Farouche Abd-el-Kader, illustrations de I. Bilibine, Fernand Nathan, (...)

[La cantinière] s’avança et de sa voix forte, habituée à couvrir la voix des braillards dans sa cantine et à faire taire les mauvais sujets, elle lança :
« Monsieur l’arabe, ce qu’on vous a dit est stupide et je m’étonne que M. l’Émir ait pu y croire. […] J’ajoute que si nous savions quelque chose vous pourriez nous hacher en chair à pâté que nous ne vous le dirions pas. […] »
[L’interprète rappelle alors qu’un général a appelé l’un d’eux « mon ami » :] La cantinière haussa les épaules :
- Oui, et qu’est-ce que cela prouve ? Chez nous, les chefs disent volontiers « mon ami » aux soldats. Ils sont leurs amis et les traitent avec considération. Ce n’est pas comme vous autres qui parlez à vos gens en les appelant « Ben-Alouf » [note : fils de cochon]. L’émir avait compris, il éclata de rire55.

  • 56  Ibidem, p. 37-38.

46Cependant ce contrepoint amusant fait ressortir un travail stylistique pour présenter également le point de vue musulman. Ainsi, au début du roman c’est un narrateur musulman qui s’exprime, formulant des bénédictions sur Mahomet et des adresses aux croyants. Abd el-Kader est décrit de ce point de vue avant d’être présenté une nouvelle fois dans le regard des jeunes soldats. C’est également ce narrateur qui rapporte la nouvelle de l’expédition française, d’une façon respectueuse pour la valeur des soldats56.

47Si la fin du roman est convenue – Abd el-Kader énonce lui-même que le destin a voulu que la France ait le dessus et un épilogue le montre à Amboise avant d’évoquer sa conduite à Damas –, ce travail sur les formes de l’énonciation n’en est pas moins intéressant, d’autant qu’il se double d’un travail sur l’illustration (par le célèbre Bilibine), qui fait alterner les portraits connus de l’Émir avec d’autres images où il prie, ou bien où il se rend sur le haut d’une colline, dans une composition où le point de vue des soldats, en contre-plongée, manifeste l’aura du personnage.

Conclusions

48Abd el-Kader représente donc, dans la diversité des images qui en sont données, la façon dont les jeunes Français ont eu accès à l’Algérie coloniale. Son succès en tant que personnage romanesque est à double tranchant : il est si mystérieux qu’il n’est souvent qu’une ombre dangereuse dont les romanciers ne tirent pas beaucoup de matière. Ce traitement gagnerait à être comparé à celui qui est réservé aux figures indigènes des colonies d’exploitation, plus sauvages donc peut-être plus aptes à stimuler l’imaginaire.

49En revanche, étudier ces apparitions permet de montrer des genres dominants dans le champ de la littérature coloniale à destination de la jeunesse, mais aussi des tensions à l’intérieur de ce champ. Si celui-ci est dominé par les tendances de l’enseignement scolaire, il laisse toutefois place à des entreprises singulières.

  • 57  Celui qui s’inspire le plus de son existence est sans doute Waciny Laaredj, Le Livre de l’Émir, Ar (...)
  • 58  On notera la parution récente de deux ouvrages destinés à la jeunesse en France : Guy Jimenes, Abd (...)

50Du côté algérien, cette figure a connu une réception tout aussi complexe. Dans les années cinquante et soixante, il est quasiment absent du discours des insurgés, au contraire, par exemple, de Jugurtha. Sans doute était-il trop discrédité par sa soumission finale. Seul le Parti communiste aurait distribué un tract en 1956 pour inciter les paysans algériens à suivre son exemple. Par la suite, il est fait mention d’Abd el-Kader dans la charte d’Alger de 1964, pour justifier l’abolition des tribus au profit de l’autorité centrale. Il devient alors une figure d’unité nationale, et le transfert de ses restes à Alger est demandé par Boumediene en 1966, avant qu’il ne fasse son entrée en 1968 dans les livres scolaires. Plusieurs écrivains algériens ont d’ailleurs évoqué, non sans réticences, cette figure unificatrice dans leurs romans57. L’importance de cette figure semble donc inverse dans l’histoire des deux nations, signe que la connaissance de leur histoire commune, dans ses conflits, est toujours à explorer58.

Haut de page

Notes

1  Arthur Rimbaud, « Jugurtha », v. 2, disponible dans L’Œuvre-vie, édition du centenaire établie par Alain Borer, « Poèmes latins 1868-69 », Paris, Arléa, 1991, p.39 ; notre traduction.

2  Kateb Yacine, Abdelkader et l’indépendance algérienne, Société Nationale d’Édition et de Diffusion, Alger, 1983, p.24.

3  Les publications sont multiples et se pillent les unes les autres. Elles sont à replacer dans une vaste production de biographies d’Algériens illustres (voir Charles Tailliart, L’Algérie dans la littérature française, essai de bibliographie méthodique et raisonnée jusqu’à l’année 1924, Paris, Champion, 1925). Par exemple : Vie, aventures, exploits et amours d’Abd-el-Kader par un prisonnier de l’émir, Lyon, Imprimerie Marle, 1846 ; Vie, aventures, combats, amours et prise de Abd-el-Kader par Laménaire, histoire complète avec portrait gravé, Paris, chez Peccate, 1848 ; Vie d’Abd-al-Kader, Emir el-Moumenin, prince des croyants et sultan des Arabes […], ornée de son portrait et de diverses scènes d’Algérie, Paris, Librairie populaire des villes et des campagnes, 1848.

4  L’Histoire de l’Algérie racontée à la jeunesse, par Mme la Comtesse Drohojowska, Paris, A. Allouard, 1848, p. 22 et 215.

5  Ibidem, p.349 : « On a comparé l’Emir à Jugurtha et aux anciens défenseurs du sol numide ; d’autres, et nous partageons ce sentiment, évoquant à son occasion le souvenir des premières périodes de notre histoire, aiment à voir en lui une fidèle image de ce jeune héros des Arvernes, Vercingétorix qui lutta avec tant de courage contre les armées romaines ».

6  On trouve cette idée clairement formulée dans J. Guiot & Fr. Mane, Cours supérieur ; cours complémentaire, préparation au brevet élémentaire. Histoire de France et notions d'histoire générale et d'histoire de la civilisation […], Paris, P. Delaplane, 1906, p. 229 « L’âme de la résistance est le héros algérien : Abd el-Kader. Honorons cet adversaire de la France : c’est un patriote, qui défend son pays, attaqué par l’étranger ! ».

7  Dans les brochures des années 1840, c’est la méfiance qui règne le plus souvent au sujet du sort à réserver à l’Émir, ce qui entraîne des comparaisons historiques intéressantes. La représentation de l’Oriental a changé. Par exemple : « Prétendrait-t-on lier notre ennemi par un serment ? Mais nous ne sommes plus au temps des chevaleresques Maures d’Espagne. » (Vie d’Abd-al-Kader, Emir el-Moumenin, prince des croyants et sultan des Arabes […], ornée de son portrait et de diverses scènes d’Algérie, Paris, Librairie populaire des villes et des campagnes, 1848, p. 106.

8  Abd-el-Kader, [signé Georges Bell], impr. Vallée et Co, « Les grands et les petits personnages du jour », 1861, p.8. L’auteur évoque aussi (p. 15) l’épisode de Damas et la grandeur religieuse de l’hospitalité offerte par l’Émir. Il mentionne une pièce de théâtre intitulée Les Massacres de Syrie, ayant remporté les faveurs du public. Un drame de ce nom a été écrit par Victor Séjour et monté au théâtre du Cirque impérial le 28 décembre 1860 (plusieurs autres ouvrages répertoriés sous le même titre dans le catalogue de la Bibliothèque nationale pour les années 1860).

9  G. Bruno (pseudonyme d’Augustine Tuillerie), Les Enfants de Marcel, Instruction morale et civique en action : livre de lecture courante, cours moyen, Paris, Vve E. Belin et fils, 1887, p. 233 [au moins 141 éditions à la date de 1948].

10  Voir par exemple Manuela Semidei, « De l’Empire à la décolonisation à travers les manuels scolaires français », Revue française de science politique, 16, 1966, p. 56-86 ; Friderike Beyer, Kulturexpansion, Französische Kolonialismusliteratur zwischen 1870 und 1914, Remscheid, Gardez ! Verlag, 2004.

11  Colonel Paul Azan, L’Émir Abd-el-Kader : 1808-1883, du fanatisme musulman au patriotisme, Paris, Hachette, 1925.

12  Joseph Le Gras, Abd el-Kader, avec un portrait, Paris, éditions Berger-Levrault, Les grandes vies aventureuses, 1929, p. 175 et 205. Ce point de vue permet aussi une reformulation saisissante de la condamnation des gouvernements français de l’époque : « Ah ! qu’il est sage le Prophète en affirmant qu’il faut se garder des chrétiens comme des animaux immondes, les chiens, les serpents et les porcs ! » (p. 189). On trouvait auparavant des passages plus ponctuels où Abd el-Kader reconnaissait la supériorité française (p.ex. H. Andrieu, Petite histoire de l’Algérie, suivie d’un Panthéon algérien à l’usage des écoles primaires, Miliana, A. Legendre, 1894, p. 60).

13  Par exemple, Maurice Mercier, « Défense et illustration de l’Afrique française » dans La Grande France, La doctrine de la Grande France, par Marius Leblond, de l’Académie des sciences coloniales, […], Paris, Peyronnet et Cie, 1945, p. 5 : « Ainsi Abd el-Kader n’était considéré par les siens ni comme un héros national, ni comme un Vercingétorix, mais encore il n’hésitait pas, d’une part à faire des ouvertures au Sultan du Maroc et à tendre de l’autre la main à la France dont il connaissait la générosité et l’esprit chevaleresque ».

14  Musée des familles, Lectures du soir, 2e série, livr. 36, 1853. Ces portraits ont été commandés par le Maréchal de Saint-Arnaud sur ordre de l’Empereur, pour figurer au Palais du Luxembourg puis à Versailles. Ils ont été photographiés par Gustave le Gray (voir Catherine Granger, L’Empereur et les Arts, la liste civile de Napoléon III, Paris, École nationale des Chartes, 2005, p. 505).

15  « Presse enfantine et images des colonies au XIXe siècle », communication lors de la journée d’études « Enfance et littérature – Colonies et colonisations » (ENS-INRP), 5 mai 2010, à paraître dans la revue Strenae.

16  On trouvera de nombreuses reproductions de ces images publicitaires et de ces jeux dans Ariane James-Sarrazin & Regis Lapasin (commissaires), Un héros des deux rives : Abd el-Kader, l’homme et sa légende, catalogue de l’exposition du Centre historique des archives nationales (26 fév-23 juin 2003), Paris, Musée de l’histoire de France, 2003.

17  Jules Renard, Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, livre de lecture publié sous le patronage du Conseil général et de la Société de géographie de la ville d’Oran, Paris, Hachette, Bibliothèque des écoles et des familles, 1887, p. 208 [plusieurs éditions à la date de 1913]. Abd-el-Kader revient plusieurs fois comme une figure apte à susciter chez l’enfant des réflexions morales ; ainsi, à l’évocation de l’isolement du héros à Mascara, le personnage principal dit à son père : « Ah ! Bien que je ne puisse oublier le mal qu’il a fait à la France, qu’Abd-el-Kader me paraît grand dans ce dénuement et cet abandon ! – Tu ne te trompes pas mon fils. C’est en effet un beau spectacle que celui offert par l’homme qui sait supporter dignement l’adversité » (p. 79).

18  Voir par exemple Jules Renard, Histoire de l’Algérie racontée aux petits enfants. Leçons, résumés, exercices oraux ou écrits. Ouvrage destiné aux élèves des écoles primaires, et publié sous le patronage du Conseil municipal d’Oran, Alger, Librairie classique Adolphe Jourdan, Nouvelle bibliothèque algérienne, 1884 ; H. Andrieu, Petite histoire de l’Algérie, suivie d’un Panthéon algérien à l’usage des écoles primaires, Miliana, A. Legendre, 1894.

19  Dans Frédéric Abecassis, Gilles Boyer, Benoît Falaize et al., La France et l’Algérie : leçons d’histoire, de l’école en situation coloniale à l’enseignement du fait colonial, Lyon,  INRP, « Éducation, histoire, mémoire », 2007 : Benoît Falaize, « Des hérauts de la colonisation aux héros de la fraternité : l’histoire scolaire dans le Journal des instituteurs d’Afrique du Nord », p. 201-215 ; Françoise Lantheaume, « Les difficultés de la transmission scolaire : le lien Algérie-France dans les programmes d’histoire et les manuels en France au XXe siècle », p. 217-228.

20  Paul Bernard, L’Algérie: histoire, colonisation, géographie, Alger, J. Carbonel, 1923, p. 57.

21  Jean-Joseph-François Poujoulat, Voyage en Algérie, études africaines, nouvelle édition, Paris, « Librairie d’éducation », 1868 : « Parallèle entre Jugurtha et Abd-El-Kader », p. 275-286 pour les citations suivantes. [1ère édition probable : Paris, Vermot, 1861].

22  Ibidem, p.303 : « Notre âge a besoin de la guerre d'Afrique pour ne pas perdre les traditions qui ont fait la gloire de notre pays. Il y a dans l'exercice habituel du courage et de la résignation une incontestable grandeur morale ».

23  Cette comparaison aurait été reprise d’une lettre de Bugeaud au comte Molé : « il ressemble assez au portrait qu’on a souvent donné de Jésus-Christ » (1837, cité par François Maspéro, L’Honneur de Saint-Arnaud, Paris, Plon, 1993, p. 92). Cette comparaison annonce le rôle que l’Émir tiendra dans la mémoire collective selon l’un des personnages de L’Algérie de la jeunesse, par P. Christian, illustrations par J. Lassalle, Paris, A. Desesserts, Librairie à illustrations pour la jeunesse, 1847.

24  La préface décrit ainsi les jeunes lecteurs à qui son ouvrage s’adresse : « À peine ont-ils entendu parler des lieutenants de Mahomet ; peut-être même ont-ils maudit ces populations fanatiques des États barbaresques, sans comprendre ce qu’il y a de noble et de généreux dans le cœur des Arabes, appelés un jour, nous le pressentons, à bénir les bienfaits du christianisme et de la civilisation européenne » (L’Histoire de l’Algérie racontée à la jeunesse, par Mme la Comtesse Drohojowska, Paris, A.Allouard, 1848, n.p.).

25  Ibidem, p. 264.

26  Ibidem, p. 218-220.

27  Louis Veuillot, Les Français en Algérie, souvenirs d’un voyage fait en 1841, Tours, Mame, Bibliothèque de la jeunesse chrétienne, 1845.

28  Abd-el-Kader, [signé Georges Bell], impr. Vallée et Co, Les grands et les petits personnages du jour, 1861, p. 15.

29  Abd-el-Kader, Paris, Clémarec, Delavigne, et dans tous les magasins pittoresques, 1848, p. 25.

30  Une liste de bons mots de l’Émir s’achève sur cette mention : « ces paroles héroïques rappellent celles-ci, de Napoléon : « le boulet qui doit me tuer n’est pas encore fondu » (Vie, aventures, combats, amours et prise de Abd-el-Kader par Laménaire, histoire complète avec portrait gravé. Paris, chez Peccate, 1848, p. 47).

31  Abd-el-Kader, Paris, Clémarec, Delavigne, et dans tous les magasins pittoresques, 1848, p. 5.

32  Ibidem, p. 5 et 21.

33  E. Delauney du Dezen, Notre grande colonie africaine. Aventures et mésaventures d’Annibal Passérieux, Limoges, E. Ardant, 1887,p. 156. L’auteur s’adresse à plusieurs reprises à ses « jeunes lecteurs ». Nous revenons sur ce roman plus bas.

34  Fernand Hue, Les Cavaliers de Lakhdar, roman algérien, Paris, Lecène, Oudard et Cie, 1892.

35  La formule est fréquente et donne lieu à des contrefaçons ouvertes ; ainsi, dans l’ouvrage du Chevalier X, Causeries populaires, (3e partie, L’Émir Abd-el-Kader, Paris, chez les Libraires, 1866) le récit est attribué par une note de la rédaction à un « prétendu vieux troupier » (p. 22).

36  Abd-el-Kader, [signé Georges Bell], impr. Vallée et Co, Les grands et les petits personnages du jour, 1861, p. 3.

37  Ibidem, p. 4 et 7 pour les deux citations précédentes.

38  Ibidem, p. 8.

39  Ibidem, p. 12.

40  Il est par exemple mentionné dans L’Histoire de l’Algérie racontée à la jeunesse, par Mme la Comtesse Drohojowska, Paris, A.Allouard, 1848, p. 305. Une autre figure récurrente est le trompette Escoffier, fait prisonnier à Mascara après avoir généreusement cédé son cheval à son capitaine. Voir aussi Hippolyte Langlois, Souvenirs d’un prisonnier d’Abd-el-Kader, Ouvrage illustré de 12 dessins tirés à part, Paris, Henri Plon, 1859.

41  Georges d’Eparbes, L’Épopée française, dessins et aquarelles de René Giffret, Paris, Delagrave, 1910.

42  Les batailles contre Abd el-Kader, dont la prise de la Smala, sont d’ailleurs souvent évoquées par le vocabulaire de la chasse aux fauves. Par exemple H. Andrieu, Petite histoire de l’Algérie, suivie d’un Panthéon algérien à l’usage des écoles primaires, Miliana, A. Legendre, 1894, p. 64 : « Bugeaud lui donna la chasse et l’accula ».

43  Historiettes pour Pierre et pour Paul, par Jules Jarry, inspecteur d’académie à Lille, 1ère série – Alger, Lille (Quarré)-Paris (Belin), 1870. Il cite une série de récits de chasse et d’expéditions militaires que les lecteurs pourront lire quand ils seront plus âgés.

44  E. Delauney du Dezen, Notre grande colonie africaine. Aventures et mésaventures d’Annibal Passérieux, Limoges, E. Ardant, 1887, p. 84.

45  Henri de Brisay, Jean la Poudre ; illustré de 100 dessins inédits de Job, Paris, Charavay, Mantoux, Martin, 1896, p.60.

46  Ibidem, p. 227.

47  Pour comparaison, voir le roman L’Algérie de la jeunesse, par P. Christian, illustrations par J. Lassalle, Paris, A. Desesserts, Librairie à illustrations pour la jeunesse, 1847. Le héros est un enfant recueilli par un ancien militaire qui l’envoie en Algérie pour l’endurcir. Ils s’échangent des lettres puis le héros devient médecin d’Abd el-Kader, et les soldats rentrant en France décrivent avec stupeur ce médecin « qui semblait, disaient-ils, mener Abd-el-Kader par le bout du nez » (p. 304). L’Émir est cependant un personnage majestueux et abondamment décrit par le héros, selon les topoi des brochures de l’époque.

48  Sur les enjeux du roman colonial et du genre de la robinsonnade, voir Mathilde Lévêque, « L’engagement des écrivains pour la jeunesse dans la diffusion de l’idée coloniale en France sous la IIIe République », in Contre l’innocence, Esthétique de l’engagement en littérature de jeunesse, Britta Benert/Philippe Clermont (dir.), Frankfurt am Main, Peter Lang, 2011, p. 143-153.

49  Abdelkader Fikri, Robert Randau, Les Compagnons du jardin, Paris, J. Loviton, 1933, p. 166.

50  Voir sur ces auteurs voir Lucienne Martini et Jean-François Durand (dir.), « Écrivains français d’Algérie et société coloniale 1900-1950 », Cahiers de la Société Internationale d’Étude des Littératures de l’Ère Coloniale, 5, 2008.

51  Charles-Roger Dessort, Nemoz le colon, Paris, Tallandier, 1932.

52  Voir par exemple Lucienne Jean-Darrouy, Au pays de la mort jaune, roman, Paris, Ariane, 1947. L’héroïne, qui rêvait de découvrir un Orient fastueux conforme à ses lectures d’enfance, découvre un endroit terrible où règnent les atrocités commises par l’Émir, dont heureusement, comme les jeunes colons de l’époque, elle ne connaît pas l’ampleur.

53  Louise L’Hermitte, Le trésor d’Ourida, roman de mœurs arabes, Paris, Bourguet-Calas, Bibliothèque des jeunes filles, 1901.

54  Willie Cobb, Le trésor d’Abd-el-Kader, roman d’aventure inédit, Paris, J. Ferenczi et fils, Voyages et aventures, 1936.

55  Ch. Quinel, A. de Montgon, Le Farouche Abd-el-Kader, illustrations de I. Bilibine, Fernand Nathan, 1936, p.117-118.

56  Ibidem, p. 37-38.

57  Celui qui s’inspire le plus de son existence est sans doute Waciny Laaredj, Le Livre de l’Émir, Arles, Sindbad-Actes Sud, 2005.

58  On notera la parution récente de deux ouvrages destinés à la jeunesse en France : Guy Jimenes, Abd el-Kader, sage et résistant, roman et documentaire, Paris, Oskar jeunesse, Personnages de l’Histoire, 2009 ; et Kebir-Mustapha Ammi, Abd el-Kader, Non à la colonisation !, Arles, Actes Sud Junior, Ceux qui ont dit non, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Abd-el Kader
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende I. Bilibine, illustration pour Le farouche Abd-el-Kader, Ch. Quinel et A. de Montgon, Nathan, 1936.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Boidin, « Le Jugurtha des Français? Représentations d’Abd el-Kader dans la littérature et la culture de jeunesse françaises à l’époque coloniale », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://strenae.revues.org/474 ; DOI : 10.4000/strenae.474

Haut de page

Auteur

Carole Boidin

Université Paris Ouest

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org