Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La conquête de l’Algérie racontée aux enfants

Guillemette Tison

Résumé

L’histoire de la conquête de l’Algérie est racontée aux enfants aussi bien dans les manuels que dans les romans. Cet article propose d’examiner comment les années 1827 à 1847 sont restituées dans les ouvrages scolaires et non scolaires, par l’utilisation d’anecdotes récurrentes, par la mise en scène de figures de héros ou de collectivités.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1La littérature de jeunesse s’est considérablement développée au cours du xixe siècle, en même temps que la scolarisation généralisée entraînait l’essor de l’édition de manuels ; ces deux domaines sont d’ailleurs si proches que bien des ouvrages scolaires se présentent sous la forme de « romans » attrayants, et que des ouvrages à offrir en prix ou en étrennes ont un aspect didactique marqué ; les thèmes traités sont très proches aussi. L’histoire de la conquête de l’Algérie se trouve présente dans les deux types d’ouvrages. Je me propose d’examiner comment sont racontées les années 1827 à 1847, à travers un ensemble d’ouvrages scolaires et non scolaires publiés pendant la période coloniale ; corpus certainement lacunaire, étant donné l’ampleur du sujet. L’histoire de ces vingt années se trouve évoquée de plusieurs façons : soit par des anecdotes, soit par des figures de héros, soit, plus rarement, du point de vue des collectivités mises en cause.

Anecdotes

  • 1  La BNF en conserve 23 éditions, entre 1787 et 1899 (chez Mame). Le texte est disponible sur Gallic (...)

2L’information et la formation des jeunes enfants prennent souvent le biais de l’anecdote : on organise la relation des faits autour de scènes ou d’images frappantes. De nombreux ouvrages portaient des titres explicites, comme celui de Laurent-Pierre Bérenger, réédité sans cesse tout au long du xixe siècle1 : La Morale en action, ou choix de faits mémorables et d’anecdotes instructives propres à faire aimer la sagesse, à former le cœur des jeunes gens par l’exemple de toutes les vertus, et à orner leur esprit de souvenirs de l’histoire. S’il n’entre pas dans mon propos d’en étudier les représentations graphiques (comme les images d’Épinal), je m’arrêterai sur deux épisodes de la conquête qui sont rapportés par la plupart des auteurs sous forme de récits.

Le « coup d’éventail »

3Beaucoup d’ouvrages, schématiquement, présentent la scène survenue entre le dey d’Alger et le consul de France comme l’origine de l’expédition militaire. Benjamin Stora le déplore :

  • 2  Benjamin Stora, Histoire de l’Algérie coloniale. 1830-1954, La Découverte, « Repères », 1991, p. 1 (...)

« Pendant de longues années, des générations d’écoliers ont appris et rabâché qu’un coup d’éventail, asséné par le dey d’Alger au consul de France, avait provoqué la prise d’Alger en 1830. Puis vinrent la guerre d’Algérie, la décolonisation…et vola en éclats le mythe du “coup d’éventail”. »2

4L’ouvrage le plus ancien de notre corpus est Petit-Jean, un livre de lecture courante de Charles Jeannel, publié en 1846 et approuvé à la fois par le Conseil de l’instruction publique et par plusieurs évêques ! La conquête n’est pas encore achevée à cette date. L’auteur met l’accent sur l’aspect religieux du problème : les musulmans se livrent à la piraterie en Méditerranée et obligent leurs prisonniers à « abandonner la religion de Jésus-Christ » ou les réduisent en esclavage.

  • 3  Charles Jeannel, Petit-Jean, Dezobry & Magdeleine, 1846, édition Delagrave 1869, p. 321-322.

« Enfin, sous le règne de Charles X, ils avaient recommencé à piller des vaisseaux français. Leur dey, c'est-à-dire leur chef, appelé Hussein, ne voulut point écouter les justes réclamations qui lui furent faites ; il jeta son éventail à la tête de l’envoyé du roi et le chassa de son palais. C’était insulter la nation française. On envoya un vaisseau pour demander réparation de cet outrage et offrir une paix équitable. Le dey refusa net. Alors le vaisseau sortit du port d’Alger ; mais au moment où il partait, tous les canons de la ville tirèrent sur lui. C’était une perfidie et une lâcheté […]. Huit mois après, cent vaisseaux de guerre et quarante mille Français partaient pour l’Afrique. »3

5Tous les torts sont donc du côté des Algériens, la question religieuse envenime les relations, et les facteurs économiques ne sont même pas évoqués.

  • 4  Pseudonyme d’Augustine Fouillée, née Tuillerie (1833-1923).

6Quarante ans plus tard, l’idéologie prime encore sur les faits chez Bruno4, la célèbre pédagogue auteur du Tour de la France par deux enfants. Elle publie en 1887 un nouveau roman scolaire, Les Enfants de Marcel, qui est un manuel de lecture courante et d’« instruction morale et civique en action » ; on y voit une famille qui, après bien des vicissitudes, part s’installer en Algérie en 1875. Le frère aîné raconte ainsi à ses cadets les origines de la colonisation :

  • 5  Bruno, G., Les Enfants de Marcel, Belin, 1887, p. 234.

« Alger […] était encore au commencement de notre siècle un repaire de pirates. Plusieurs nations avaient même dû se résigner à payer un tribut humiliant au dey d’Alger, pour obtenir qu’aucun de ses pirates ne touchât à leurs navires de commerce.  […] En 1817, la France payait au dey un tribut de 300 000 fr. mais, en 1830, il se passa un événement qui eut de grandes conséquences. Le dey se permit en public d’injurier le consul de France : il le frappa trois fois avec le manche de son chasse-mouches. Cet outrage, vous pensez bien, ne pouvait rester impuni : le consul d’une nation à l’étranger représente la nation elle-même ; c’était donc la France qui venait d’être souffletée publiquement. Cent trois vaisseaux de guerre, escortés de quatre cents vaisseaux de transport, débarquèrent trente-sept mille hommes sur la côte d’Alger. »5

  • 6  Les Enfants de Marcel était encore édité en 1948.
  • 7 Voir Michel Manson, « Céline Fallet ou l’écriture catholique de l’histoire pour la jeunesse (1850-1 (...)
  • 8  F. Marcoin, Librairie de jeunesse et littérature industrielle, Champion, 2006, p. 477-480.
  • 9  Voir Michel Manson,  « Continuités et ruptures dans l’édition du livre pour la jeunesse à Rouen de (...)

7G. Bruno, qui est pourtant une autorité dans le monde pédagogique de son temps et même au-delà6, commet ici plusieurs erreurs ou omissions, sur la date de l’événement et sur ses causes réelles. Nous en trouvons une relation beaucoup plus objective dans un ouvrage antérieur, de 1856 ; il s’agit d’un livre de Céline Fallet (1829-1887), auteur bien oubliée aujourd'hui7, mais qui publia plus de 75 titres, romans, ouvrages d’histoire, aux très catholiques éditions Mégard à Rouen, ouvrages diffusés à plus d’un million d’exemplaires8. La collection Bibliothèque morale de la jeunesse présente des romans, des biographies, des ouvrages historiques et des récits de voyages, dans un esprit tout à fait édifiant9. Dans son livre intitulé La Conquête de l’Algérie, qui semble bien l’un des premiers en date pour la jeunesse sur ce sujet, Céline Fallet raconte ainsi :

« Depuis près de dix ans déjà, des discussions d’argent duraient entre la France et la régence d’Alger. Il s’agissait de fournitures faites par cette régence aux armées françaises pendant l’expédition d’Italie et celle d’Égypte. Le gouvernement  français avait offert sept millions pour solde de compte ; on n’avait pas accepté et chaque fois que notre consul se trouvait en présence du dey, cette question embrouillée revenait sur le tapis.

Un jour que le consul Deval réclamait contre quelque infraction aux traités, le dey, de son côté, réclama les sommes dues à l’odjéak [l’État d’Alger]. La discussion s’anima entre Hussein et le représentant de la France, et le dey, oubliant ce titre qui devait rendre le consul inviolable, le frappa de son chasse-mouches au visage.

  • 10  Céline Fallet, Conquête de l’Algérie, Rouen, Mégard, « Bibliothèque morale de la jeunesse », 1856, (...)

Cela se passait en 1827. »10

  • 11  Cette erreur a été commise par d’autres chroniqueurs, comme Georges-Robert dans Voyage à travers l (...)

8La comparaison des deux narrations est instructive : Bruno commet une erreur manifeste sur la date de l’événement,  qui a eu lieu le 29 avril 182711. Le situer en 1830 revient à en faire la cause immédiate du débarquement de Sidi-Ferruch, ce qui est un rapprochement très inexact. Abordant les questions d’argent, Céline Fallet rappelle la dette de la France, alors que Bruno met l’accent, inversement, sur les sommes versées à titre de « tribut » pour racheter des esclaves. Toutes deux utilisent le mot de « chasse-mouches » quand d’autres auteurs parlent d’« éventail », « chasse-mouches » étant bien sûr encore plus désobligeant. Mais ce n’est rien encore, comparé à un récit qui figure dans le roman d’Adolphe Badin, Jean Casteyras, aventures de trois enfants en Algérie, publié par Hetzel en 1886 et donc quasi contemporain du livre de Bruno. Trois jeunes orphelins circulent en Algérie à la recherche de leur oncle, et rencontrent à Alger un vieux troupier qui leur fait le récit suivant :

  • 12  Adolphe Badin, Jean Casteyras, aventures de trois enfants en Algérie, Hetzel, « Bibliothèque d’édu (...)

« En ce temps-là donc, c’était un certain Hussein-Dey qui était comme qui dirait le roi ou l’empereur des Algériens, et un joli coco d’empereur, tu vas en juger. Un jour qu’il s’était levé de travers, ou qu’on lui avait servi son couscoussou trop chaud, ne s’avisa-t-il pas de recevoir le consul de France, un nommé Deval, qui venait lui faire visite, comme un chien dans un jeu de quilles ! L’autre se rebiffe. Le Dey se fâche tout à fait. Les gros mots arrivent. Puis v’lan ! voilà mon animal de Dey qui flanque sur le nez du consul un bon coup du chasse-mouches qu’il avait à la main. Tu penses quelle affaire ! Un consul représente son pays tout entier ; par conséquent, c’était comme si tous les Français avaient reçu le coup de chasse-mouches. »12

9De la part d’Adolphe Badin, journaliste reconnu et auteur de nombreuses biographies (notamment de marins illustres), l’utilisation de ce personnage de troupier avec son langage pittoresque est une concession aux ressorts comiques du temps, et une façon de frapper l’imagination des enfants qui l’écoutent ; mais c’est aussi une façon de marquer un certain patriotisme spontané, tous les torts étant bien entendu attribués au dey.

10Les historiens sont plus nuancés. Ainsi Lavisse consacre l’un des récits de son Histoire de France pour le Cours moyen  (édition de 1900) à la prise d’Alger, qu’il introduit ainsi :

  • 13  Ernest Lavisse,  La Nouvelle Première Année d’Histoire de France, Cours moyen, A. Colin, 1900, p. (...)

« Depuis deux siècles déjà les pirates barbaresques, partant de la côte algérienne, attaquaient dans la Méditerranée les navires de commerce européens. Les puissances européennes avaient à tous moments des représentations à faire au dey d’Alger, qui était le souverain de ce pays. En 1830 ce dey, qui se nommait Hussein, maltraita des Français établis en Algérie. Notre consul, M. Deval, avait été insulté par lui et frappé d’un coup d’éventail. Il fallut venger cet outrage. »13

11La chronologie est ici un peu occultée, puisque la date de l’insulte n’est pas précisée, on remarque simplement l’emploi du plus-que-parfait dans « Notre consul […] avait été insulté par lui et frappé », qui rejette l’action dans un passé imprécisé. La relation de cause à effet n’est pas aussi stricte que dans les textes précédents.

  • 14  Malet et Isaac,  Les Révolutions, classe de Seconde, Hachette, 1960, réédition Marabout, 1986, p.  (...)

12Quant au manuel d’histoire de Malet et Isaac, plus récent (1960) et qui s’adresse à des élèves plus âgés, il est encore plus modéré en ouvrant le développement par « Le prétexte de la conquête de l’Algérie fut un incident futile »14.

13On voit comme cette scène où s’affrontent deux hommes de pouvoir peut se trouver racontée de bien des façons diverses, en exploitant plus ou moins le sens de l’honneur patriotique et en tendant au « mythe » comme le dit Benjamin Stora.

La smala d’Abd el-Kader

  • 15  C’est le sujet d’un célèbre tableau d’Horace Vernet (près de 5 m x 2m) qui se trouve au château de (...)

14Parmi les mots arabes passés en français, « smala » connaît des usages fréquents, même dans la langue familière. Son introduction en français vient précisément d’un épisode important de la conquête : la prise du camp d’Abd el-Kader, en mai 184315, Ce camp volant est évoqué par presque tous les auteurs, d’autant que sa prise détermina la fuite d’Abd el-Kader au Maroc. Céline Fallet la définit sobrement :

  • 16  C. Fallet, cité, p. 140.

« La smalah [cette orthographe est usitée aussi] d’Abd el-Kader se composait de sa famille, de celle des guerriers qui lui étaient restés fidèles, des vieillards, des serviteurs, des transfuges et de quelques prisonniers. La smalah établissait ses tentes au lieu désigné par l’émir. »16

15Voilà de quoi stimuler l’imagination des lecteurs enfants. Paluel-Marmont, dans une biographie de Bugeaud, en 1944, amplifie la description :

  • 17  Paluel-Marmont, Bugeaud, premier Français d’Algérie, Mame, 1944, p. 67.

« […] rassemblement gigantesque et tumultueux de plus de 50 000 personnes comprenant sa propre famille, son administration, son trésor, des tribus chassées de leurs territoires et venues se placer sous sa protection, des contingents de cavaliers et de fantassins qui formaient comme sa garde. »17

16On trouve ici la structure énumérative déjà employée par Céline Fallet ; Paluel-Marmont donne de plus le chiffre de la population : « plus de 50 000 », qui peut frapper les esprits, et utilise deux adjectifs qui sont presque des jugements de valeur : « gigantesque et tumultueux ». Quelques pages plus loin, la description, organisée du point de vue d’un observateur extérieur et lointain,  se fait plus concrète et plus pittoresque :

  • 18 Ibid., p. 72.

« Cohue innombrable de guerriers dressant leurs tentes, disposant des bagages, conduisant des chevaux, d’ouvriers de tous métiers déjà au travail, de femmes allumant des feux pour les fourneaux, d’enfants jouant, de secrétaires se hâtant vers la tente de l’Émir, édifiée au centre de cercles multiples formés par toutes les autres, et dont on aperçoit les soies vertes et rouges des grands étendards placés à l’entrée. »18

17Neuf ans plus tard, le même auteur revient sur le sujet, cette fois dans un ouvrage sur Yousouf. La description est encore amplifiée, avec des notations d’ordre esthétique :

  • 19  Paluel-Marmont, Yousouf, GP « Rouge & Or », 1953, p. 106.

« Le soleil joue sur les étriers d’argent et les tubes damasquinés des fusils, sur les selles éclatantes, et met un capuchon de lumière sur chaque tente. Ces tentes, elles sont des centaines et des centaines, dressées en cercle concentrique [sic] et ouvertes sur l’intérieur du camp. […] La tente de l’Émir est surmontée d’une boule d’or et d’un croissant d’argent, et ornée à l’entrée de six étendards verts, jaunes et rouges, sur lesquels sont brodés des versets du Coran… »19

18Dans cette évocation de la smala, l’importance numérique, l’effet de foule, la beauté même du site, contribuent à valoriser le camp ennemi et par là l’action accomplie par le Duc d’Aumale et Yousouf, qui s’en emparèrent.

19Les manuels d’histoire, Lavisse comme Malet-Isaac,  sont beaucoup plus sobres à ce sujet, se contentant de définir la smala et d’indiquer cette victoire sur l’émir comme une étape importante de la conquête.

20Ces deux exemples ont permis de voir comment, à partir d’un fait historique, les auteurs pour la jeunesse peuvent, par un récit ou une description orientés, enseigner l’histoire en frappant les imaginations, et en distordant parfois un peu la réalité. Ce même problème d’objectivité apparaît nettement aussi dans les portraits de « grands hommes », figure quasi obligée des récits historiques destinés à l’enfance.

Les grands hommes : lumière et ombre

  • 20  Charles Jeannel, Petit-Jean, édition citée, p. 193.
  • 21  C. Amalvi, « Les personnages exemplaires du passé proposés à l’admiration de la jeunesse dans les (...)

21« La France est le pays des grands hommes, et voilà pourquoi nous autres Français nous sommes si fiers de notre pays », écrit Charles Jeannel dans Petit-Jean20. C’est une très ancienne tradition pédagogique (depuis Plutarque, au moins) que de présenter à la jeunesse des exempla, figures de héros à imiter. Christian Amalvi a étudié la présence d’un « Panthéon » dans les livres scolaires et les livres de prix de la IIIe République21. Le « grand homme » manifeste soit des qualités personnelles d’exception, soit un engagement total au service d’une cause avec des actions d’éclat, sachant que selon les idéologies et les époques, le statut de « grand homme » peut se montrer précaire. Parmi les grandes figures de cette période, nous en examinerons trois, souvent privilégiées dans les récits : Bugeaud, Abd el-Kader et Yousouf.

Bugeaud

  • 22  I. Carré et L. Moy, A. Colin, 1895, p. 77.

22Si Bugeaud est célèbre encore aujourd’hui, c’est peut-être à cause d’une chanson ! En ce cas encore, l’anecdote va primer sur les faits militaires. En 1895, un ouvrage scolaire, La Première Année de style, de rédaction  et d’élocution22 propose le sujet de rédaction suivant :

« As-tu vu la casquette ?…

Canevas. – 1. Le maréchal Bugeaud (ce qu’il a fait en Algérie). Sa bonté. – 2. Une nuit, le camp français est attaqué par les Arabes (décrire l’attaque). – 3. Au milieu du désordre qui s’ensuit (le décrire), le maréchal fait former les rangs. Les Arabes sont repoussés. – 4. On rit des costumes bizarres de chacun et de celui du maréchal. Il s’informe. – 5. Dire par quoi était remplacé son képi doré. – 6. Rappeler la chanson. »

23Suivent six lignes en petits caractères qui rappellent les grands traits de la vie de Bugeaud, et sa devise latine Ense et aratro, par l’épée et par la charrue.

  • 23  Jules-Édouard Renard, Les Etapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, livre de lecture pub (...)

24Le livre de Jules-Édouard Renard, Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran,  signale que dans certains villages (le livre se passe en 1886) « l’arrivée du courrier est annoncée aux habitants par le son du clairon. On joue le refrain connu : As-tu vu la casquette, la casquette, as-tu vu la casquette du père Bugeaud ? »23

  • 24  Louis Morard, Bugeaud, éd. de l’Encyclopédie de l’Empire français, coll. « les grands Coloniaux », (...)
  • 25  Capitaine Blanc, Récits d’un officier d’Afrique, Mame, 1892. Ce texte est téléchargeable sur Galli (...)

25On est encore ici dans l’anecdote. La tradition rapporte que Bugeaud, réveillé précipitamment au cours d’une attaque nocturne, se précipita, coiffé simplement de son bonnet de nuit en coton24. Le Capitaine Blanc, auteur chez Mame des Récits d’un officier d’Afrique, raconte lui aussi cette histoire. Le livre de ce soldat, pour être tardif par rapport aux événements racontés (1892), s’ouvre sur une assertion de véracité, dans la mesure où l’auteur dit avoir été « soldat pendant trente ans en Algérie, à partir de sa conquête jusqu’à sa soumission. »25

26Le « Père » Bugeaud ou encore « Le Vieux », ce sont les surnoms affectueux que lui donnent les soldats qui sont sous ses ordres. Céline Fallet justifie en quelque sorte ce surnom :

  • 26  C. Fallet, La Conquête de l’Algérie, cité, p. 135.

« Le général Bugeaud joignait à beaucoup de valeur, à une haute science militaire, la plus entière confiance dans le succès ; et cette confiance, il savait la faire partager à ses troupes, sur lesquelles sa justice et sa bonté lui avaient acquis une grande influence. Il était réellement le père de ses soldats, avare de leur sang et de leurs sueurs, il ne les risquait que quand il lui était impossible de faire autrement ; il veillait avec sollicitude à leurs besoins, se plaisait à les interroger, à leur parler de leur village, de leur famille, et s’assurait ainsi de leur affection et de leur dévouement. »26

27Le capitaine Blanc, dans son témoignage, en donne l’image d’un héros exceptionnel (nous parlerions aujourd'hui de charisme) :

« La première fois que nous vîmes cette tête empreinte tout à la fois d’énergie et de bonté, de finesse et de simplicité, nous nous sentîmes attirés vers lui comme par une influence magnétique ; et lorsque, devant l’ennemi, son œil bleu s’illumina d’une flamme subite, nous fûmes animés de cette confiance qui rend les armées invincibles.

  • 27  Capitaine Blanc, cité, p. 66-67.

[…] Parlerai-je de sa bravoure ? Qui ne l’a vu dans mille circonstances, et notamment en Kabylie, lorsque, debout sur un rocher, au milieu d’une grêle de balles, la tête nue, l’œil étincelant, le front rayonnant, il donnait le signal de la charge ? »27

  • 28  Son admiration, depuis la première guerre mondiale, pour le Maréchal Pétain, dont il avait publié (...)
  • 29  Paluel-Marmont, Bugeaud, premier français d’Algérie, Mame, 1944, p. 15.

28Nous avons aussi une image très positive de Bugeaud dans un livre élogieux qui lui fut consacré en 1944 par Paluel-Marmont aux éditions Mame également. Cet écrivain (1895-1959), ancien élève de Saint-Cyr qui fit une carrière militaire, notamment au Maroc, a publié nombre de biographies sur les grands « conquérants des sables » (c’est le titre de l’un de ses ouvrages), tant à destination de la jeunesse que pour les lecteurs adultes28 ; il célèbre dans tous ses ouvrages « l’épopée coloniale ». Bugeaud apparaît sous sa plume comme un héros d’autant plus méritant qu’il a eu une enfance difficile : « La vie de Bugeaud est un étonnant, un splendide exemple29. »

29Bugeaud, militaire passionné d’agriculture, proclamait qu’il voulait coloniser « par l’épée et par la charrue » ? Voire… Paluel-Marmont rapporte le discours prononcé par le Général Bugeaud devant la Chambre, le 15 janvier 1840, s’adressant à ses hommes par prosopopée :

  • 30  Paluel-Marmont, Bugeaud, cité, p. 53. Voir aussi p. 77 pour la légende de la « casquette ».

« Votre mission n’est pas de courir après les Arabes, ce qui est fort inutile ; elle est de les empêcher de semer, de récolter, de pâturer… Vous trouvez ce moyen barbare ? Messieurs, on ne fait pas la guerre avec la philanthropie. Qui veut la fin, veut les moyens. »30

30Cette politique de la terre brûlée est une leçon peu morale, sans doute, mais bien dans l’esprit de Paluel-Marmont dont les héros, du moins dans cette période, sont presque tous des militaires sûrs de leur mission. Céline Fallet, déjà, en 1856, déplorait mais justifiait ces méthodes :

  • 31  C. Fallet, cité, p. 111.

« Le Général Bugeaud quitta la province d’Oran, après avoir incendié les moissons des tribus qui avaient embrassé le parti de l’émir ; extrémité cruelle, que la seule nécessité pouvait justifier. »31

31Tous les biographes disent ses victoires militaires, notamment la bataille de l’Isly, qui lui valut en 1844 le titre de Duc. Mais Céline Fallet rappelle aussi des pages moins glorieuses, comme « l’enfumade » de 600 hommes dans les grottes d’El-Kantara en 1845 par les soldats du Colonel Pélissier ; si Bugeaud n’était pas directement impliqué, en tant que supérieur hiérarchique il en endossa la responsabilité et démissionna (ou fut rappelé à Paris, selon d’autres biographes).

32Un manuel scolaire de 1954 entretient encore la légende du soldat-laboureur. Sous une image légendée « Le maréchal Bugeaud conquiert l’Algérie », le manuel fait le commentaire suivant :

  • 32  Bernard & Redon, Notre premier livre d’histoire, cours élémentaire, Nathan, 1954. Cet extrait est (...)

« Observons la gravure : Voyez, à cheval, le maréchal Bugeaud. Il cause familièrement avec un soldat, un spahi, vêtu à la manière arabe : “Vous avez conquis ce village, dit-il à ses troupes ; maintenant il faut construire des routes, labourer et semer.” Ses soldats l’aiment et l’appellent “le père Bugeaud”. »32

33Pour ces élèves de Cours élémentaire, le Maréchal Bugeaud est donc présenté sous ses deux aspects : officier de grande valeur militaire, dominant ses hommes, mais aussi homme simple, familier même, soucieux de la terre à mettre en valeur. Cette dualité est  sans doute nécessaire pour que le « grand homme » puisse toucher, sans apparaître comme un héros inaccessible.

Abd el-Kader

  • 33  Dans le Ve arrondissement, près de l’Institut du monde arabe.
  • 34  J. Guiot et F. Mane, Histoire de France depuis les origines jusqu’à nos jours, cours moyen, Delapl (...)

34Depuis l’indépendance, la statue du Maréchal Bugeaud, érigée au centre d’Alger, a été remplacée par celle d’Abd el-Kader, héros de la nation algérienne ; mais à Paris, depuis 2006, une place33 porte le nom du grand homme algérien, et en 2008, le bicentenaire de sa naissance s’inscrit dans la liste française des célébrations nationales. C’est dire si ce personnage semble inclassable. La littérature de jeunesse, qui aime bien, souvent, les catégories tranchées, s’y perd un peu. « L’âme de la résistance est le héros algérien : Abd el-Kader. Honorons cet adversaire de la France : c’est un patriote qui défend son pays, attaqué par l’étranger ! », écrivent les auteurs d’un manuel d’histoire, en 190434. Dans le climat patriotique de ce début du xxe siècle, on préfère retenir ses qualités de résistant que d’en faire un ennemi. Il y a encore plus de gloire pour l’armée française  à avoir amené à reddition un adversaire valeureux.

35Tous les auteurs du corpus se livrent à une description physique d’Abd el-Kader, description souvent soutenue par une illustration. Céline Fallet, qui écrit en 1856, alors qu’Abd el-Kader, toujours vivant, est en exil à Damas, lui consacre un portrait élogieux :

  • 35  C. Fallet, cité, p. 92-93.

« Ses ennemis se sont toujours accordés à lui reconnaître une bravoure indomptable, une grande générosité, beaucoup de sagesse, et cette noblesse d’âme qui, lorsqu’elle se traduit dans les gestes et les paroles, exerce autour d’elle un ascendant irrésistible. […] Sa démarche est assurée, et ses manières sont pleines de distinction. »35

  • 36  Ibidem, p. 82 et 83.

36Elle n’hésite pas non plus à rapporter des faits d’ordre surnaturel, « au dire des Arabes » : à sa naissance, « une auréole de flammes entoura pendant quelques minutes la tête de cet enfant ; le vent du désert, qui soufflait avec violence, tomba soudain, et la nature revêtit sa parure la plus somptueuse et la plus embaumée », phénomène qui se répétera d’ailleurs au cours de son voyage à La Mecque et à Bagdad. L’auteure dresse ici, sans guère de précautions oratoires, le portrait d’un être prédestiné, entouré de miracles. Mieux encore : « À 12 ans, Abd el-Kader savait par cœur le Coran tout entier, et il en expliquait les passages les plus difficiles avec tant d’éloquence naturelle, que plusieurs marabouts vinrent de loin pour l’entendre. »36 Sous la plume de Céline Fallet, publiée chez un éditeur catholique, n’y a-t-il pas là un rapprochement implicite avec l’épisode rapporté par l’Évangile de Luc où Jésus, à 12 ans, enseignait aux docteurs de la Loi ? Moins de dix ans, donc, après sa reddition, le héros apparaît hors du commun.

  • 37  Jules-[Édouard] Renard, Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, Hachette, « biblio (...)
  • 38  22 novembre 1951. Document reproduit sur le site LDH Toulon.

37Tous les auteurs, ou presque, s’accordent à louer ses qualités tant intellectuelles que morales. On rappelle ses études approfondies et l’expérience acquise dans ses voyages. Les adjectifs s’accumulent : « jeune, actif, brave, intelligent » pour Jules Renard37, « éloquent, énergique, intelligent et brave » selon Lavisse, « habile » selon le Capitaine Blanc. Une synthèse de ces jugements se trouve dans l’hebdomadaire Tintin38 en 1951. En neuf vignettes accompagnées d’un texte, un auteur anonyme raconte la destinée de l’émir, commençant lui aussi par des phrases émaillées d’adjectifs laudatifs :

« Le célèbre chef arabe, Abd el-Kader, fut de beaucoup le plus redoutable et le plus intelligent des adversaires que la France ait rencontrés en Algérie ; mais lorsqu’il fut contraint de se soumettre, il se rallia à son vainqueur et resta toujours fidèle à la parole donnée. »

38Le récit, peu anecdotique, fait place plutôt à des considérations politiques et stratégiques. Ainsi, à propos du traité de la Tafna, l’auteur anonyme commente : « Par une faute de tactique, [la France] avait fait d’un petit marabout obscur un sultan et un émir. Abd el-Kader sut en profiter. […] Il s’efforça de substituer à l’isolement où les tribus avaient toujours vécu jusque là, un véritable royaume arabe. » L’auteur du récit explique aussi l’organisation de la smala par des raisons tactiques ; il rappelle enfin la soumission d’Abd el-Kader à Lamoricière en 1847, puis son exil en Syrie. « Il y vécut, vénéré des Arabes, et protégea les chrétiens d’Orient qu’il sauva en grand nombre des massacres de 1860. » Cette preuve de tolérance a sans doute fait beaucoup aussi  pour la réputation de l’émir.

  • 39  Blanc, cité, p. 46.

39La seule note discordante concerne justement le sort d’Abd el-Kader dans ces circonstances. Le vieux soldat qui écrit ses souvenirs chez Mame sous le nom de Capitaine Blanc cède lui aussi au goût des adjectifs, voire des superlatifs. Mais il attribue les succès d’Abd el-Kader à des erreurs de la diplomatie française ; quant à l’épisode de Damas, qui lui valut de la part de Napoléon III la dignité de grand-Croix de la Légion d’Honneur, Blanc se montre très circonspect : « Je n’ai pas à juger Napoléon ; mais qu’on permette à un homme qui, pendant quinze ans, a couru à la poursuite d’Abd el-Kader de se demander si ce n’était pas là une nouvelle métamorphose de ce Protée »39 et il insinue que sa modération en la circonstance était peut-être un calcul pour ne pas perdre « la pension princière que nous lui servions ».

  • 40  Ibidem, p. 132.

40L’ensemble de ces Récits d’un officier d’Afrique est d’ailleurs dépourvu d’objectivité, se montrant très critique à l’égard de la Monarchie de Juillet, et encore plus à l’égard des républicains au pouvoir en 1848. Les convictions catholiques de l’auteur dominent tous ses jugements ; ainsi, lorsqu’en 1845, le gouvernement français demande dans une lettre, au nom de la tolérance et du respect des Musulmans, qu’on enlève les crucifix des hôpitaux d’Algérie, l’auteur qualifie cette lettre de « monument d’imbécillité politique par lequel on fait violence aux croyances catholiques, sous prétexte de tolérance à l’égard des musulmans. »40 Cette œuvre d’un témoin se montre donc fortement orientée, mais cela n’était sans doute pas pour déplaire à son éditeur, Mame.

Gravure anonyme, Nouvelle première année d’Histoire de France, Ernest Lavisse, Paris, Armand Colin, 1900, p. 210.

Yousouf

  • 41  « Garçons et filles à partir de 12 ans », lit-on sur la jaquette.

41Un troisième personnage se montre aussi inclassable que les précédents : c’est le Général Yousouf. Son nom même s’entoure de mystère, puisque, enfant enlevé par des pirates en Méditerranée, il dit être originaire de l’île d’Elbe et s’appeler Joseph (Giuseppe) Vantini. Nous trouvons des témoignages et le récit de sa vie dans le livre du Capitaine Blanc, Récits d’un officier d’Afrique et surtout dans deux ouvrages de Paluel-Marmont, Yousouf, premier spahi de France, publié aux éditions Colbert en 1942, remanié ensuite par l’auteur à l’intention des enfants41 dans la célèbre collection « Bibliothèque Rouge et Or » en 1953.

42Le Capitaine Blanc dit avoir été fasciné par l’allure de cet officier qu’il a rencontré en Algérie.

  • 42  Blanc, cité, p. 13.

« Il portait le costume turc ; un cachemire couvrait sa tête expressive, et sous les plis élégants de cette coiffure brillait un regard plein de feu. Une barbe noire et soyeuse encadrait le bas de son visage fin et énergique ; il montait des chevaux admirables, dont il faisait ressortir l’élégance et la vigueur par la grâce qu’il mettait à les manier. »42

43Peu à peu, le capitaine Blanc en apprend plus sur ce chef un peu mystérieux : son origine italienne, les circonstances de sa capture. Livré au bey de Tunis, l’enfant, qui s’appellera désormais Yusuf (ou Yousouf, ou Youssouf), arabisant son prénom, grandit à la cour et reçoit l’éducation des mamelucks. Mais « à la suite d’une intrigue de gynécée », il doit fuir Tunis et rallie l’armée française qui commence alors la conquête de l’Algérie.

44Blanc rappelle alors ses grands faits d’armes, la prise de Bône dans des conditions extraordinaires, l’enlèvement de la smala (si la victoire a été attribuée au duc d’Aumale, fils de Louis-Philippe, Yousouf semble effectivement y avoir pris une part importante), la bataille d’Isly et bien d’autres. Enfin le Capitaine Blanc, toujours guidé par ses convictions catholiques, rappelle la conversion de ce musulman qui « devint un chrétien pratiquant et fidèle ». Ce portrait en quatre pages, dès le début du livre, par un témoin oculaire, semble faire de Yousouf un être hors pair. Il importe de nuancer cependant.

  • 43  Paluel-Marmont, Yousouf, GP « Rouge et or », 1953, p. 73 et p. 93.
  • 44  Ibidem, p. 117.

45Paluel-Marmont, admirateur de l’armée française comme on l’a vu à propos de Bugeaud, célèbre dans ses deux versions de la biographie consacrée à Yousouf un « héros de légende », un « héros de roman »43, sacrifiant volontiers lui aussi à l’exotisme dans ses descriptions des tenues et de l’allure de ce cavalier à l’« admirable sang-froid »44. Mais certains aspects tranchent, du moins de notre point de vue actuel, sur cette idéalisation. Yousouf tue facilement, vraiment, autant parmi les Arabes qu’il combat, auxquels il ne fait guère de quartier, que dans les rangs de l’armée, pour châtier la désobéissance ou l’insubordination. Un exemple parmi beaucoup d’autres : Yousouf surprend six indigènes qui manifestement espionnent.

  • 45  Ibidem, p. 102.

« Alors, brusquement, comme un fauve soudain lâché, Yousouf bondit sur eux, sabre haut, et d’un seul coup de revers tranche la tête à l’un. Cela suffit à mater les cinq autres qui se rendent. Mais Yousouf ne s’y fie guère. Aussi bien, ayant fait écarter le plus jeune, il exécute sur-le-champ les quatre qui restent. »45

  • 46  Paluel-Marmont, Yousouf, premier spahi de France, Colbert, 1942, p. 24 et 28.

46La version pour adultes de cette biographie est plus violente encore. Paluel-Marmont raconte notamment que, surpris dans une intrigue amoureuse avec la fille du bey (ce que la version enfantine appelle une amitié d’enfance…) il tue l’esclave qui les a surpris et apporte à sa maîtresse la main coupée, les yeux et la langue de celui qui ne les trahira plus46.

  • 47  Plusieurs sources racontent qu’il récompensait les exécutions d’Arabes en faisant payer 10 francs (...)

47« Yousouf le flamboyant » écrivent certains biographes. S’il peut être un modèle fascinant par son intrépidité, l’originalité de son apparence, le mystère de ses origines, et donc présenté comme un héros aux jeunes lecteurs en des périodes de militarisme sans nuances, des témoignages de ses contemporains, notamment Jules Vallès, rappellent surtout sa cruauté47. Les manuels d’histoire, eux, l’ignorent complètement.

Illustration de Claude Delaunay, Yousouf, Paluel-Marmont, Paris, GP « Rouge et Or », 1953, p. 104-105

48Ce sont donc trois figures d’hommes dont les destins se sont entrecroisés, et qui ont marqué l’histoire de la conquête. Mais on voit que ces héros proposés à l’admiration de la jeunesse présentent une part d’ombre, des aspects parfois moins recommandables qui sont gommés ou estompés dans leurs portraits.

Individus et collectivités

49Tous les livres examinés ci-dessus semblent donner une importance primordiale à l’action de quelques-uns ; c’est une conception de l’histoire qui domine au xixe siècle. Mais ces ouvrages doivent, bien entendu, évoquer aussi les masses, d’un côté comme de l’autre.

L’armée française

  • 48  Capitaine Blanc, cité, p. 8 et 17.

50Le récit du Capitaine Blanc est mené, en quelque sorte, à hauteur d’homme, puisqu’il a lui-même servi en Algérie « de sa conquête jusqu’à sa soumission ». On a vu qu’il vouait une grande admiration à Bugeaud, à Yousouf, dans une moindre mesure à Abd el-Kader, mais il évoque aussi les hommes du rang, notamment les fantassins dont il décrit l’équipement très lourd et les difficultés de « la vaillante armée qui a conquis l’Algérie ». « N’importe, nous allions courageusement et gaiement, cherchant partout l’ennemi ».48 Il lui arrive cependant, au détour d’une page, d’évoquer les souffrances dues à la chaleur ou à la neige, les ravages de l’alcool sur des hommes affamés et épuisés. Pour donner une impression forte du nombre, il recourt à des métaphores plus ou moins originales : « le torrent des zouaves », « torrent dévastateur ». Logiquement, puisqu’il parle en témoin, il emploie toujours les pronoms « nous », « les nôtres ». C’est que fait aussi Paluel-Marmont, qui écrit plus d’un siècle plus tard, mais entend par ce procédé stimuler le patriotisme de ses jeunes lecteurs. Paluel-Marmont, qui attache beaucoup d’importance au corps des spahis fondé par Yousouf, aime en décrire l’habillement coloré, la bravoure, la rapidité et l’aisance à cheval. Ce qui est plus remarquable dans l’ensemble de ces ouvrages, est la façon dont sont décrites les populations autochtones.

Jugements sur les Arabes

  • 49  Jeannel, cité, p. 321-322.
  • 50  C. Fallet, cité, p. 35.

51On ne s’étonnera pas de trouver ici quantité de stéréotypes. Jeannel, tout d’abord, désigne systématiquement les Algériens comme « musulmans » ; ce sont pour lui de « hardis brigands » dont il souligne néanmoins qu’« ils se défendaient courageusement » ; ils n’en restent pas moins un « abominable peuple »49 ! La coloration religieuse de Petit-Jean l’emporte évidemment sur l’objectivité. L’ouvrage de Céline Fallet commence par une étude sur « les divers peuples de l’Algérie ». Elle marque une profonde différence entre les Bédouins, dont elle souligne les « qualités sublimes » et les Arabes, qu’elle décrit comme « éloigné[s] de toute civilisation, endurci[s] à l’ignorance depuis des siècles »50. Jules Renard, lui, souligne leur goût de la contemplation :

  • 51  J. Renard, cité, p. 92.

« Ce n’est pas […] dans leurs tentes basses et d’aspect si misérable qu’ils vivent, mais bien au grand air, sous ce beau ciel bleu. Ils y coulent doucement leurs jours, insouciants et rêveurs, et, pendant les splendides nuits étoilées, ils y jouissent d’un spectacle incomparable. Ils ne s’attachent à aucun point de ce sol. Voyageurs éternels, ils vont planter leurs tentes ailleurs quand ils ne trouvent plus de pâturages autour d’eux, ou simplement quand ils s’ennuient. »51

  • 52  J. Renard, cité, p. 41.
  • 53  Cap. Blanc, cité, p. 34.

52Cependant, le tableau est moins poétique quand les auteurs veulent décrire les Arabes comme combattants. Il y a d’abord, comme de coutume dans les récits militaires, une surenchère de chiffres. Si le débarquement de Sidi-Ferruch était constitué, selon les divers auteurs, de 103 (ou 107) navires de guerre qui débarquèrent 37 000 hommes, on insiste plutôt, dans le récit des combats, sur la disproportion des forces, pour montrer la vaillance des Français. Selon Jules Renard, à la bataille de Mazagran en 1840, « cent vingt trois soldats […] repoussèrent, pendant quatre jours consécutifs, l’assaut de plus de douze mille Arabes. »52. La même disproportion, tout à l’honneur des Français, se trouve dans le livre du capitaine Blanc : « Mes amis, disait notre commandant, nous ne sommes que 240, et ils sont de huit à dix mille ; eh bien ! ils ne sont pas encore assez nombreux pour nous. »53 Il appelle une « ruse diabolique » leur manière de se camoufler avec des branchages, et emploie pour décrire les actions un vocabulaire énergique :

  • 54  Ibidem, p. 33.

« C’est une chose horrible que le souvenir de ces centaines de monstres, fauchant les têtes de nos malades, de nos blessés ! Ils étaient tout entiers à leur hideux triomphe, lorsque apparut le bataillon Changarnier. »54

  • 55  Ibidem, p. 32, 64.
  • 56  Ibidem, p. 84.
  • 57  J. Renard, cité, p. 53. C’était le 18 juin 1845. Céline Fallet, quoique plus proche chronologiquem (...)

53Le même auteur n’hésite pas à recourir à des métaphores osées, notamment animales : « une nuée d’Arabes », « une fourmilière de réguliers », « les réguliers arrivaient à la débandade et comme à la curée »55. Lorsqu’il s’agit de rendre compte d’une des pages les plus horribles de la guerre de conquête, l’« enfumade » perpétrée par les soldats du colonel Pélissier, il note qu’on trouva après ce massacre cinq cents cadavres d’hommes, de femmes et d’enfants, mais justifie ainsi l’action : « Ayant à nous défendre contre des bêtes féroces, nous avions usé des moyens qu’on emploie avec des bêtes féroces. »56 Jules Renard, lui, parlant de cet épisode, l’appelle une « page néfaste de notre histoire algérienne »57.

54À la même époque, Bruno, dans Les Enfants de Marcel, conclut le chapitre consacré au récit de la conquête par un vif éloge de l’œuvre colonisatrice :

  • 58  Bruno, cité, p. 235.

« Aujourd'hui la côte d’Afrique, au lieu d’être un repaire de brigands, s’est transformée en un grand centre de commerce, où toutes les nations viennent s’alimenter. Les terres incultes et fiévreuses y deviennent saines et fertiles […]. La France, en colonisant l’Algérie, a rendu et rend encore un grand service à la civilisation. »58

  • 59  C. Fallet, cité, p. 206.

55En effet, cette fin du xixe siècle est le moment où l’idéologie colonisatrice est la plus forte, et elle s’associe souvent, chez les auteurs publiés par Mame ou Mégard, au catholicisme. Coloniser, c’est aussi triompher des « musulmans » comme dans une nouvelle croisade. Ainsi, la phrase de conclusion de Céline Fallet est-elle : « Rien ne résiste à l’action bienfaisante et éminemment civilisatrice de la charité chrétienne. »59

Conclusion

56Les lourdes années de la conquête de l’Algérie ont été présentées aux enfants pendant toute la période de colonisation d’une façon très positive, dans l’esprit du patriotisme à l’œuvre dans toute l’école de la IIIe République. Les manuels scolaires se montrent en général assez schématiques et simplificateurs ; les livres non scolaires sont plus marqués d’idéologie, religieuse et / ou patriotique, comme en témoignent les différentes productions de Mame, par exemple, d’un siècle à l’autre. Une relecture moderne de ces ouvrages révèle beaucoup de partis pris et d’outrances. Mais il faut les replacer dans leur contexte, celui d’une nation qui, de bonne foi, se croyait alors appelée à rayonner sur un « Empire ».

  • 60  Histoire de France en bandes dessinées, « De la République à l’Empire », dessins de Raphaël, texte (...)
  • 61  Jacques Ferrandez, Carnets d’Orient, I. Djemilah, Casterman, 1994.
  • 62  Jordi, Jean-Jacques, L’Algérie, des origines à nos jours, Autrement-junior, « Histoire », 2003, p. (...)

57Depuis l’indépendance, la littérature de jeunesse se fait extrêmement discrète sur ces pages de la conquête. L’Histoire de France en bandes dessinées que Larousse publia en 1977 n’aborde que brièvement, en une page, la prise d’Alger ; on y voit deux soldats qui semblent perdus dans les dunes et s’interrogent : « Que vient-on faire chez ces Turcs ? – Demande-le au roi ! »60 répond son camarade. On n’y lira rien ni sur le coup d’éventail, ni sur la smala, ni sur les généraux, on perçoit beaucoup plus une interrogation sur le bien-fondé de cette guerre de conquête, abordée du point de vue des simples soldats. Si, dans l’album de Jacques Ferrandez61, sont bien présents Yousouf, Bugeaud, et Abd el-Kader, la narration intervient du point de vue d’un individu, héros attaché aux deux camps ; les souffrances et les exactions des deux camps y sont présentées sans parti pris. Quant aux manuels scolaires d’histoire, les nouvelles méthodes d’enseignement relèguent bien loin les récits de Lavisse et n’abordent pas cette guerre. Le seul ouvrage didactique récent, non scolaire, est celui de Jean-Jacques Jordi62. Historien, spécialiste de la décolonisation et du passé de l’Algérie française, plus soucieux de faits et d’analyses économiques que de « grands hommes », il montre dans cet ouvrage pour la jeunesse le souci d’une vision équilibrée des événements, moins attaché aux hommes et aux événements qu’aux causes économiques et sociologiques.

58Il n’est jamais facile ni neutre d’écrire pour la jeunesse sur les faits du passé ; la question de l’objectivité y est posée avec acuité. Si, au xixe siècle, les éditeurs n’hésitaient pas à donner à leurs ouvrages une coloration nettement orientée, il me semble qu’aujourd'hui, avec le recul chronologique, avec les progrès de la laïcité, l’endoctrinement a laissé place au respect des consciences.

Haut de page

Notes

1  La BNF en conserve 23 éditions, entre 1787 et 1899 (chez Mame). Le texte est disponible sur Gallica.

2  Benjamin Stora, Histoire de l’Algérie coloniale. 1830-1954, La Découverte, « Repères », 1991, p. 15.

3  Charles Jeannel, Petit-Jean, Dezobry & Magdeleine, 1846, édition Delagrave 1869, p. 321-322.

4  Pseudonyme d’Augustine Fouillée, née Tuillerie (1833-1923).

5  Bruno, G., Les Enfants de Marcel, Belin, 1887, p. 234.

6  Les Enfants de Marcel était encore édité en 1948.

7 Voir Michel Manson, « Céline Fallet ou l’écriture catholique de l’histoire pour la jeunesse (1850-1880) », dans PELLEGRIN (Nicole), études réunies et présentées par, Histoires d'historiennes, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006, Collection L’École du genre, p. 285-306.

8  F. Marcoin, Librairie de jeunesse et littérature industrielle, Champion, 2006, p. 477-480.

9  Voir Michel Manson,  « Continuités et ruptures dans l’édition du livre pour la jeunesse à Rouen de 1700 à 1900 » dans Le livre d’enfance et de jeunesse en France, J. Glénisson et S. Le Men (dir.), Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1994, p. 119. À cette époque, l’écriture de l’histoire n’est pas bien éloignée de celle du roman historique, et Mégard a préféré confier ce sujet à une jeune romancière plutôt qu’à des professeurs agrégés d’histoire qui écrivaient aussi chez lui.

10  Céline Fallet, Conquête de l’Algérie, Rouen, Mégard, « Bibliothèque morale de la jeunesse », 1856, p. 45-46.

11  Cette erreur a été commise par d’autres chroniqueurs, comme Georges-Robert dans Voyage à travers l’Algérie, Dentu, 1891 (téléchargeable sur Gallica).

12  Adolphe Badin, Jean Casteyras, aventures de trois enfants en Algérie, Hetzel, « Bibliothèque d’éducation et de récréation », 1886, p. 130. Le texte de ce roman est téléchargeable sur Gallica.

13  Ernest Lavisse,  La Nouvelle Première Année d’Histoire de France, Cours moyen, A. Colin, 1900, p. 201. L’édition de 1946 passe sous silence cet épisode.

14  Malet et Isaac,  Les Révolutions, classe de Seconde, Hachette, 1960, réédition Marabout, 1986, p. 264.

15  C’est le sujet d’un célèbre tableau d’Horace Vernet (près de 5 m x 2m) qui se trouve au château de Versailles.

16  C. Fallet, cité, p. 140.

17  Paluel-Marmont, Bugeaud, premier Français d’Algérie, Mame, 1944, p. 67.

18 Ibid., p. 72.

19  Paluel-Marmont, Yousouf, GP « Rouge & Or », 1953, p. 106.

20  Charles Jeannel, Petit-Jean, édition citée, p. 193.

21  C. Amalvi, « Les personnages exemplaires du passé proposés à l’admiration de la jeunesse dans les livres de lecture et de prix de 1814 à 1914 », dans Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, cité, p. 241-258. Voir aussi : C. Amalvi, Les Héros de l'histoire de France, 2e édition refondue, Toulouse, Privat, 2001, 135 p.

22  I. Carré et L. Moy, A. Colin, 1895, p. 77.

23  Jules-Édouard Renard, Les Etapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, livre de lecture publié sous le patronage du conseil général et de la société de géographie d’Oran, Hachette, « Bibliothèque des écoles et des familles », 1888, p. 180.

24  Louis Morard, Bugeaud, éd. de l’Encyclopédie de l’Empire français, coll. « les grands Coloniaux », 1947, p. 87.

25  Capitaine Blanc, Récits d’un officier d’Afrique, Mame, 1892. Ce texte est téléchargeable sur Gallica.

26  C. Fallet, La Conquête de l’Algérie, cité, p. 135.

27  Capitaine Blanc, cité, p. 66-67.

28  Son admiration, depuis la première guerre mondiale, pour le Maréchal Pétain, dont il avait publié trois biographies de 1935 à 1942. le fit soupçonner en 1944 de collaborationnisme. Voir Gilles Ragache, Les Enfants de la guerre : vivre survivre, lire et jouer en France. 1939-1949, Perrin, 1997, passim.

29  Paluel-Marmont, Bugeaud, premier français d’Algérie, Mame, 1944, p. 15.

30  Paluel-Marmont, Bugeaud, cité, p. 53. Voir aussi p. 77 pour la légende de la « casquette ».

31  C. Fallet, cité, p. 111.

32  Bernard & Redon, Notre premier livre d’histoire, cours élémentaire, Nathan, 1954. Cet extrait est présenté sur le site de la Ligue des Droits de l’homme de Toulon, qui nous a aimablement autorisée à en faire usage. www.ldh-toulon.net, rubrique « les deux rives de la Méditerranée ». Ci-dessous cité : LDH Toulon. Pages consultées le 13 septembre 2008.

33  Dans le Ve arrondissement, près de l’Institut du monde arabe.

34  J. Guiot et F. Mane, Histoire de France depuis les origines jusqu’à nos jours, cours moyen, Delaplane, 1904, p. 229. Cité par Eliane Itti, L’Image des civilisations francophones dans les manuels scolaires, Publibook, 2003, p. 169.

35  C. Fallet, cité, p. 92-93.

36  Ibidem, p. 82 et 83.

37  Jules-[Édouard] Renard, Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, Hachette, « bibliothèque des écoles et des familles », p. 66

38  22 novembre 1951. Document reproduit sur le site LDH Toulon.

39  Blanc, cité, p. 46.

40  Ibidem, p. 132.

41  « Garçons et filles à partir de 12 ans », lit-on sur la jaquette.

42  Blanc, cité, p. 13.

43  Paluel-Marmont, Yousouf, GP « Rouge et or », 1953, p. 73 et p. 93.

44  Ibidem, p. 117.

45  Ibidem, p. 102.

46  Paluel-Marmont, Yousouf, premier spahi de France, Colbert, 1942, p. 24 et 28.

47  Plusieurs sources racontent qu’il récompensait les exécutions d’Arabes en faisant payer 10 francs une paire d’oreilles coupées. Vallès, article dans La Liberté, 26 mars 1866.

48  Capitaine Blanc, cité, p. 8 et 17.

49  Jeannel, cité, p. 321-322.

50  C. Fallet, cité, p. 35.

51  J. Renard, cité, p. 92.

52  J. Renard, cité, p. 41.

53  Cap. Blanc, cité, p. 34.

54  Ibidem, p. 33.

55  Ibidem, p. 32, 64.

56  Ibidem, p. 84.

57  J. Renard, cité, p. 53. C’était le 18 juin 1845. Céline Fallet, quoique plus proche chronologiquement de l’événement, en souligne beaucoup plus l’horreur.

58  Bruno, cité, p. 235.

59  C. Fallet, cité, p. 206.

60  Histoire de France en bandes dessinées, « De la République à l’Empire », dessins de Raphaël, texte de Roger Lécureux, Larousse, 1977, p. 839. Ces volumes ont été réédités en 2008.

61  Jacques Ferrandez, Carnets d’Orient, I. Djemilah, Casterman, 1994.

62  Jordi, Jean-Jacques, L’Algérie, des origines à nos jours, Autrement-junior, « Histoire », 2003, p. 21-22.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Gravure anonyme, Nouvelle première année d’Histoire de France, Ernest Lavisse, Paris, Armand Colin, 1900, p. 210.
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Illustration de Claude Delaunay, Yousouf, Paluel-Marmont, Paris, GP « Rouge et Or », 1953, p. 104-105
URL http://strenae.revues.org/docannexe/image/449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillemette Tison, « La conquête de l’Algérie racontée aux enfants », Strenæ [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://strenae.revues.org/449 ; DOI : 10.4000/strenae.449

Haut de page

Auteur

Guillemette Tison

Université d’Artois, « Textes et Cultures », EA 4048, Axe « Littératures et cultures de l’enfance ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org