Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nathalie Prince (dir.), La littérature de jeunesse en question(s)

Florence Gaiotti
Référence(s) :

La littérature de jeunesse en question(s), sous la direction de Nathalie Prince, Collection Interférences, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 247 p., 16 euros.

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage dirigé par Nathalie Prince indique certains des principes qui ont présidé à son élaboration : il s’agit de faire ici entendre des questionnements d’une grande variété concernant le champ de la littérature de jeunesse, lui-même envisagé dans sa diversité.
En effet, les six communications, proposées par des chercheurs reconnus, dans le cadre d’un séminaire de Master, font apparaître la richesse de la production pour la jeunesse mais mettent surtout en avant la diversité des questionnements possibles.

2L’introduction de Nathalie Prince permet de ressaisir un certain nombre de problématiques liées au champ de la littérature de jeunesse que les intervenants développeront par la suite : revenant sur les destinataires des productions pour la jeunesse, elle envisage les livres adressés aux enfants comme des « poétiques expérimentales » liées au support, à l’image, à certains principes de création comme les séries (Anne Besson), ou encore aux phénomènes de transmédiation (développés par Matthieu Letourneux). Elle rappelle également les jeux et les enjeux multiples de la littérature de jeunesse qui reste une littérature d’éducation et de transmission, mais qui peut aussi, dans un même temps, développer des valeurs propres à l’enfance, construire une communauté imaginaire et culturelle spécifique. Elle suggère que les approches de la littérature de jeunesse, dans leur diversité même, permettraient d’envisager cette littérature « comme un grand ensemble, sinon comme un genre ».

3Dans le chapitre I, Sophie van der Linden propose une réflexion sur la dimension artistique et expérimentale de l’album, envisagé comme support : la forme, la mise en page et tout particulièrement la dynamique de la double page participent de l’élaboration du récit, comme elle le montre à travers l’analyse finale consacrée à Anne Brouillard. Isabelle Cani, quant à elle, (Chapitre II) met en évidence le double langage présent dans les Contes du chat perché de Marcel Aymé. Ce double langage atteste d’intentions plurielles (fantaisistes / fatalistes) et postule un lectorat double et distinct (enfant / adulte).

4Les propos de Monique Chassagnol mettent en lien les multiples avatars de l’histoire de Peter Pan (théâtre, littérature, cinéma…) depuis sa première mise en scène en 1904, la personnalité complexe de Barrie et le caractère fondamentalement ambigu et protéiforme du personnage principal, « à la fois petit oiseau blanc et grand dieu Pan ».

5Dans le chapitre IV, Anne Besson, étudiant les phénomènes de la série et du cycle, rapproche d’abord ces formes de celles de la littérature populaire du xixe siècle ; elle revient sur les plaisirs de la répétition propre à l’enfance : l’aventure déclenche le trouble mais garantit, dans le cadre des séries, un retour à l’apaisement. C’est précisément à partir de la notion de retour et de prise en considération de la temporalité qu’elle propose une distinction nuancée entre série (type Club des cinq) et cycle (dont l’exemple de référence reste celui de Harry Potter) : si le cycle assure en partie le retour au connu, son succès contemporain tient aussi au mouvement continu qui lui est inhérent et qui renvoie à l’idée de mobilité et d’initiation incessante dans notre société.

6La densité de l’article de Vincent Ferré est sans doute à l’image de l’univers de Tolkien qu’il analyse en essayant d’écarter les idées toutes faites sur l’auteur et sur son œuvre. En effet, il montre comment Tolkien a nourri son univers de fiction de ses savoirs encyclopédiques d’universitaire concernant les langues anciennes : le travail d’invention des langues, en lien étroit avec l’imaginaire géographique et historique, relève selon lui d’une poétique de la translation qui peut caractériser l’œuvre monumentale de cet auteur que l’on réduit trop souvent aux ouvrages les plus médiatisés (Bilbo le Hobbit / Le Seigneur des Anneaux). L’article atteste de l’ampleur et de la complexité de la recherche (historique, linguistique, esthétique) que la création tolkiénienne, par son épaisseur et sa cohérence, peut susciter.

7Matthieu Letourneux, quant à lui, interroge la littérature de jeunesse à partir du système de la culture médiatique dont l’influence, acceptée ou dénigrée, est bien réelle dans l’élaboration d’une cohérence culturelle, d’une « unité transmédiatique des œuvres ». S’appuyant sur les définitions de cette culture médiatique (matérialité d’un support, spécificité d’un média, ou encore circulation entre les médias), il privilégie dans sa réflexion la relation entre les médias pour interroger les productions de littérature de jeunesse, en étudiant les différents transferts et emprunts (de thèmes, de formes, de structures, de langages) d’un média à l’autre, par le biais notamment des stéréotypes et du genre. Cette approche permet de penser plus largement la culture d’enfance constituée certes, par la littérature, mais également par des objets culturels de plus en plus hybrides qui attestent d’une circulation active entre les médias.

8Ainsi, l’ouvrage dirigé par Nathalie Prince est bien placé sous le signe de la diversité des approches du champ de la littérature de jeunesse . Son titre – La littérature de jeunesse en questions – s’explique également par la présence, à la fin de chaque article, de questions posées par les auditeurs du séminaire qui créent une dynamique particulière. Ce prolongement, sous forme dialoguée, suggère ainsi que le sujet n’est pas clos, invite à l’échange et que la littérature de jeunesse n’a pas fini de nous poser des questions.

Note de la rédaction de Strenæ :

9Nous signalons la parution, sous la signature de Nathalie Prince, d’un manuel destiné aux premiers cycles universitaires, sous le titre La littérature de jeunesse: Pour une théorie littéraire, Armand Colin, collection U, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Gaiotti, « Nathalie Prince (dir.), La littérature de jeunesse en question(s) », Strenæ [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://strenae.revues.org/402

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org